Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 19 sur 19 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation de la commune d'Argenvilliers
    Présentation de la commune d'Argenvilliers Argenvilliers
    Référence documentaire :
    Tableau d'assemblage du cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers. 1811. (Archives Tableau synthétique des édifices sélectionnés (étudiés) dans la commune d'Argenvilliers. Tableau synthétique des dossiers 'ensemble' dans la commune d'Argenvilliers. Tableau synthétique des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (1 sur 3). Tableau synthétique des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (2 sur 3). Tableau synthétique des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (3 sur 3). Extrait de la carte de Cassini : commune d'Argenvilliers. Troisième quart du 18e siècle. (IGN Plan de la commune dressé en 1868/Philidor Pichot, instituteur. (Archives départementales d'Eure-et Archives départementales d'Eure-et-Loir, B 2152. Adjudication des lieux d'Oursières, La Bretonnière , La Verronière et Les Boulais. 1680.
    Titre courant :
    Présentation de la commune d'Argenvilliers
    Annexe :
    L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune d'Argenvilliers a été réalisé
    Texte libre :
    témoigne une "marmite romaine" remployée dans l'église paroissiale comme bénitier. Au Moyen Age, la paroisse est mentionnée pour la première fois en 1125 sous le toponyme de Hargentviler. Son nom actuel n'apparaît qu'en 1516, dans le cartulaire de l'abbaye de Thiron. Relevant de la châtellenie de Nogent, elle est léguée en 1775 par la comtesse d'Aubépine, dame de Nogent, au seigneur de Beaumont, Philippe Guéau de Réverseaux. Au 18e siècle, Argenvilliers compte trois seigneuries : celle de La Cognardière (ayant fait partie du legs de la comtesse), celle d'Oursières et celle de La Panse. Ancien fief de la (non vue lors de l'étude) attestant de la présence d'un château. Sur le plan religieux, la paroisse dans la partie sud du Parc naturel régional du Perche, la commune d'Argenvilliers (canton de Nogent-le entaillé par de nombreux cours d'eau dont les principaux sont les ruisseaux de la Panse (limite sud-est de la commune) et la rivière de la Berthe (partie ouest). Quelques pâturages et de vastes champs de
    Illustration :
    Extrait de la carte de Cassini (troisième quart du 18e siècle). IVR24_20092800094NUCA Plan de la commune dressé en 1868 par l'instituteur Philidor Pichot. (Archives départementales Rue de la Contesse de Mons (carte postale ancienne, premier quart du 20e siècle Monument aux morts de la guerre de 14-18. IVR24_20092800024NUCA Bourg, maison de maître dite 'la Grande Maison'. IVR24_20092800048NUCA La Tubenie, ferme. IVR24_20092800078NUCA
  • Bourg : maison de maître dite
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40 1992 G 24, 502
    Historique :
    ferme). La ferme est agrandie d'une grange (n°5 sur le plan) en 1834 (date portée). Le logis semble avoir été repris au 19e siècle (toit en pavillon couvert en ardoise). Dans la seconde moitié du 19e (agrandissement ou création de nouvelles ouvertures, emploi de la brique). Le domaine a ensuite été séparé en deux propriétés. Devenue habitation, la ferme a été très remaniée dans la seconde moitié du 20e siècle (percement
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine.
    Description :
    Situé en continuité du bourg au nord-ouest, le domaine se compose de deux entités. - La maison de neuf et huit travées. - La ferme est également accessible par un portail encadré de piliers en brique . La première aile, à l'ouest, comprend deux écuries, le logis et une grange-étable. Elle est en rez-de porte charretière en plein cintre donnant accès à la grange-étable, une porte piétonne surmontée d'un ouvertures aux encadrements en brique correspondent à un remaniement postérieur à la construction. Enfin, la charretière (qui porte la date de 1834). Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein (maison de notable), en partie disparu (aile ouest de la ferme) ou à pierre vue (aile nord et aile sud-est de la ferme). Les encadrements des baies sont en majorité en pierre de taille de calcaire, tout comme les chaînages d'angle et les jambes harpées (aile sud-est de la ferme). Les toits sont à longs pans et à croupe (maison de maître, aile nord de la ferme) couverts en tuile plate à
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine
    Dates :
    1834 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine (fond : plan Portail d'accès et maison de maître, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800047NUCA Portail d'accès de l'ancienne ferme, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800049NUCA Aile ouest, façade postérieure du logis de ferme et de la grange-étable. IVR24_20092800144NUCA Aile ouest, façade postérieure de l'ancienne ferme, détail de la porte. IVR24_20092800145NUCA Aile sud-est de l'ancienne ferme (grange), détail de la date portée sur le claveau central de la
  • Bourg : église paroissiale Saint-Pierre
    Bourg : église paroissiale Saint-Pierre Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G 51
    Historique :
    très conflictuels avec les curés de la paroisse. L'église est probablement construite au 15e ou au 16e siècle - en témoignent les baies de la nef, du choeur et de la tour-clocher en arc brisé et à remplage d'accès à l'ouest par Monthéau (architecte ? ; plans dressés en 1684), percement ou reprise de la porte d'accès à la tour-clocher (avec pilastre et fronton triangulaire, de style classique), érection de trois retables à l'initiative du curé Mauduison, pose de la cloche qui porte la date de 1658. Plus tard en 1687 et ruiné le rond-point ou pignon de pierre au-dessus de la sacristie [qui se trouvait derrière : seuls les lambris de couvrement de la nef sont restaurés. Entre 1877 et 1880, les fenêtres de la nef la famille d'Estouteville dont les armoiries figurent sur une clef de voûte. A cette époque on a peut -être également repris la porte d'accès à la nef, côté nord.
    Observation :
    ou 16e siècle a été remaniée au 17e siècle et à la fin du 19e siècle. Sa tour-clocher, massive , semble être inachevée - pour preuve, le raccordement maladroit de la flèche en ardoise avec la maçonnerie . L'édifice conserve un riche patrimoine mobilier (vitrail, retables, autels, tabernacle, statues, tableaux
    Référence documentaire :
    BART des BOULAIS. Recueil des Antiquitéz du Perche, comtes et seigneurs de la dite province. Publié Édifices religieux des cantons de Nogent-le-Rotrou et Authon-du-Perche. Bulletin de la société
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    la travée droite du choeur, au nord. L'église est aujourd'hui accessible à l'ouest par un portail donnant dans la nef et la porte d'accès au choeur via la tour-clocher). Cela paraît d'autant plus probable que ces accès sont tournés vers la rue principale du bourg. La nef est éclairée par trois baies en portail occidental. Le chœur, plus étroit que la nef, est éclairé par des baies en arc brisé à remplage gothique. La tour-clocher, s'élevant sur deux niveaux, est desservie par un escalier dans œuvre à vis en , à l'exception de la base de la tour-clocher, construite en pierre de taille de calcaire. Les en tuile plate (nef et chœur) ou en ardoise (tour-clocher). La nef est couverte d'une voûte lambrissée en berceau, avec une charpente à entraits et poinçons apparents. Le chœur et la sacristie sont couverts de voûtes d'ogives. La clef de voûte du chœur est ornée d'un ange portant les armoiries de la
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G
    Illustration :
    Tour-clocher, élévation ouest, détail de la porte. IVR24_20092800010NUCA Nef, élévation nord, détail de la porte. IVR24_20092800008NUCA Vue de l'autel nord dédié à la Vierge. IVR24_20092800013NUCA Baie de la nef, côté nord. IVR24_20092800015NUCA Baie de la nef, côté sud. IVR24_20092800016NUCA Baie plein cintre de la nef, pignon ouest. IVR24_20092800064NUCA Choeur, détail de la clef de voûte représentant un ange tenant les armes de la famille
  • Tubenie : maison
    Tubenie : maison Argenvilliers - La Tubenie - en écart - Cadastre : 1992 ZR 12
    Historique :
    La maison a été construite en 1873 (date portée sur le fronton de la lucarne).
    Description :
    Située au sein du hameau de La Tubenie, cette maison est placée légèrement en retrait de la route par une porte en façade principale, le cellier est placé à l'est de la maison. Les chaînages d'angle d'une barrière en fer forgé ferme la propriété au sud. Celle-ci est accessible par un portail en fer
    Localisation :
    Argenvilliers - La Tubenie - en écart - Cadastre : 1992 ZR 12
    Dates :
    1873 porte la date
  • Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison
    Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison Argenvilliers - Le Moulin Guillaume - isolé - Cadastre : 1811 A 146, 147 1992 ZA 20
    Historique :
    Le moulin a probablement été construit (ou reconstruit) en 1762, comme le montre la date portée sur cadastral de 1811. A la fin du troisième quart du 19e siècle, l'ensemble des bâtiments subit des remaniements : en attestent les dates 1872 et 1873 portées sur la porte charretière de la dépendance pour la première, sur la lucarne du moulin pour la seconde. L'examen des matrices cadastrales fait état de la
    Hydrographies :
    la Berthe
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers, section A. 1811. (Archives départementales
    Description :
    Cet ancien moulin isolé, qui utilisait la force motrice de la Berthe, comprend plusieurs bâtiments -de-chaussée). Les ouvertures sont quadrangulaires, à l'exception de la porte et de la fenêtre de surmontée d'une pierre gravée de la date 1762 : celle-ci est comprise dans un décor sculpté figurant deux perpendiculairement au premier, accueille la grange et l'étable. En rez-de-chaussée, il possède trois ouvertures en couverts d'un enduit à pierre vue, à l'exception d'une partie de la grange-étable, en pierre de taille de corniche en brique souligne la descente de toit du moulin. Les toits sont à longs pans couverts en tuile
    Dates :
    1762 porte la date 1872 porte la date 1873 porte la date
    Illustration :
    Grange-étable, élévation est, claveau central de la porte charretière portant la date de 1872
  • Tubenie : écart
    Tubenie : écart Argenvilliers - La Tubenie - en écart
    Historique :
    La structure du hameau, composé de trois ou quatre anciennes unités agricoles, n'a que peu évolué transformées ou reconstruites dans la seconde moitié du 19e siècle ou au début du 20e siècle.
    Observation :
    L'ensemble du hameau, largement reconstruit dans la seconde moitié du 19e siècle, n'a subi que peu
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers, section G. 1811. (Archives départementales
    Localisation :
    Argenvilliers - La Tubenie - en écart
  • Cartraie : écart
    Cartraie : écart Argenvilliers - La Cartraie - en écart
    Historique :
    Le lieu-dit "La Cartraie" est attesté dès 1558 comme ferme sous le toponyme de "Courte Haraye" et mentionné dans les titres de la fabrique d'Argenvilliers. La structure du hameau, composé de cinq ou six reconstruit in situ dans la seconde moitié du 19e siècle ou au début du 20e siècle. Une maison a été
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers, section D, 1811. (Archives départementales de vie. Actes du colloque de la Lubinière (2e partie)". Cahiers percherons, 3e trimestre 1994, pp. 69
    Description :
    Le hameau se situe à proximité de la route départementale n°5 en limite communale au nord. Cinq ou
    Localisation :
    Argenvilliers - La Cartraie - en écart
  • Bourg : mairie-école publique primaire de garçons, puis mairie-école publique primaire mixte
    Bourg : mairie-école publique primaire de garçons, puis mairie-école publique primaire mixte Argenvilliers - Bourg - 2 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 50 1992 G 57, 58
    Historique :
    présenté par la municipalité. Les plans sont dressés par l'architecte nogentais Arthur-Joseph Proust et le contraint la municipalité de vendre le bâtiment et de construire une annexe à la mairie-école pour y
    Référence documentaire :
    Projet de construction de la mairie-école, étage de soubassement du corps nord et cours. Plan Façade sur la cour de récréation, coupe sur la classe/architecte Arthur Proust, dressé en juillet [Façade de la mairie-école]. Extrait du plan de l'architecte Arthur Proust, dressé en juillet 1873
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Située au centre du bourg, la mairie-école adopte un plan en "T" : - Au nord, le premier corps de bâtiment est réservé au logement de l'instituteur et à la mairie. Il s'élève sur trois niveaux : un étage moellons de calcaire couverts d'un enduit plein. Les encadrements des baies, la corniche à larmier et les
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - 2 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 50 1992 G
    Illustration :
    Projet de construction de la mairie-école, plan dressé par l'architecte Proust en 1873, vue Projet de construction de la mairie-école, plan dressé par l'architecte Proust en 1873, étage de Projet de construction de la mairie-école, plan dressé par l'architecte Proust en 1873, rez-de Projet de construction de la mairie-école, plan dressé par l'architecte Proust en 1873, premier Projet de construction de la mairie-école, par l'architecte Proust en 1873, élévation nord Projet de construction de la mairie-école, par l'architecte Proust en 1873, élévation est
  • Bourg : monument aux morts
    Bourg : monument aux morts Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : non cadastré
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    nord d'une croix de guerre et d'une palme. Les noms des soldats morts pour la France sont également
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : non cadastré
    Illustration :
    Projet dressé par l'architecte Clermont de Paris en 1921, détail de la face principale, avec l'inscription et la palme. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 79). IVR24_20092800029NUCA
  • Bachelotière : ferme
    Bachelotière : ferme Argenvilliers - La Bachelotière - en écart - Cadastre : 1811 C2 293 à 296 1992 ZH 6, 7
    Historique :
    Le lieu-dit de La Bachelotière est attesté dès 1620 (sous le toponyme de Bachoguerre) comme "Bacholottière" (sur la carte de Cassini). Parmi les trois bâtiments présents en plan sur le cadastre de 1811 - qui constituent la ferme et qui semblent remonter au 18e siècle - le logis (au sud) a été reconstruit
    Référence documentaire :
    de vie. Actes du colloque de la Lubinière (2e partie)". Cahiers percherons, 3e trimestre 1994, pp. 69
    Description :
    Située au sein du hameau de La Bachelotière, cette ferme comprend trois bâtiments organisés autour -bois hourdé de torchis et de brique. Un troisième bâtiment, à l'ouest, non visible depuis la voie publique, est une dépendance. Les murs, à l'exception d'une partie du mur gouttereau nord de la grange en
    Localisation :
    Argenvilliers - La Bachelotière - en écart - Cadastre : 1811 C2 293 à 296 1992 ZH 6, 7
  • Bourg : maison puis mairie-école, actuellement maison
    Bourg : maison puis mairie-école, actuellement maison Argenvilliers - Bourg - 1 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 G 341, 350 1992 G 74, 76
    Historique :
    En 1839, la commune achète une maison aux époux Gallais pour la convertir en mairie-école. Le Beaumont-les-Autels. Un plan de l'instituteur Pichot de 1868 montre le réaménagement réalisé. Suite à la construction de la nouvelle mairie-école en 1874, le bâtiment est vendu et redevient une maison. Dans la seconde moitié du 20e siècle, la façade principale est remaniée (agrandissement d'ouvertures).
    Référence documentaire :
    Plan de la maison servant de mairie et d'école, détail du plan au sol/dressé par l'instituteur Plan de la maison servant de mairie et d'école dressé par l'instituteur Pichot en 1868, vue Plan de la maison servant de mairie et d'école. Plan dressé par l'instituteur Pichot en 1868
    Description :
    corps de bâtiment occidental abritait l'unique salle de classe au rez-de-chaussée ainsi que la salle de
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - 1 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 G 341, 350
    Illustration :
    Plan de la maison servant de mairie et d'école dressé par l'instituteur Pichot en 1868, détail de Plan de la maison servant de mairie et d'école dressé par l'instituteur Pichot en 1868. (Archives Plan de la maison servant de mairie et d'école dressé par l'instituteur Pichot en 1868, détail du
  • Souillard : Ferme
    Souillard : Ferme Argenvilliers - Le Souillard - en écart - Cadastre : 1811 E 34 à 37 1992 ZK 90
    Historique :
    Cette ferme semble remonter, en ce qui concerne la grange-étable, au 18e siècle. Présente en plan sur le cadastre de 1811, la ferme a été en partie reconstruite in situ vers le milieu du 19e siècle (bâtiment principal abritant le logis et plusieurs dépendances) : les matrices cadastrales mentionnent la
    Observation :
    La grange-étable de cette ferme conserve un élément ancien et devenu rare : un mur gouttereau en
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers, section E. 1811. (Archives départementales
    Description :
    Située au sein d'un hameau, la ferme comprend deux bâtiments organisés de manière perpendiculaire
  • Bourg : presbytère
    Bourg : presbytère Argenvilliers - Bourg - 8 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 46 1992 G 52
    Historique :
    La commune ne possède pas de presbytère jusqu'à l'acquisition d'une maison située à proximité de l'église paroissiale, en 1842. En 1846, des premiers devis pour la restauration de l'édifice sont dressés Beaumont-les-Autels, pour la réalisation des travaux. En 1921, M. Frard, maire d'Argenvilliers et M. Moisy signent un bail pour la location du presbytère. Ce dernier est décrit comme comprenant une cuisine avec nord, se trouvent la cour, la cave, le bûcher, l'écurie, et un jardin au sud, ainsi qu'un vieux bâtiment nommé "le pressoir". La commune a vendu le presbytère en 2008.
    Description :
    étage carré, accolé d'un appentis à usage de dépendance. La façade sud présente quatre travées. Les murs
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - 8 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 46 1992
  • Bourg : ferme puis école publique primaire de filles, actuellement maisons
    Bourg : ferme puis école publique primaire de filles, actuellement maisons Argenvilliers - Bourg - 19 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 G 65 1992 G 8, 9 501
    Historique :
    En 1871, la commune compte 712 habitants dont 167 enfants. L'unique salle de classe doit, à . Marchandon, maire de la commune, fait don à la municipalité d'une ferme - probablement construite au premier . L'architecte nogentais Arthur-Joseph Proust dresse les plans de réaménagement de la ferme en maison d'école de conformément aux plans de l'agent voyer. Suite à la construction en 1912 de l'annexe à la mairie-école destinée
    Description :
    majoritairement en pierre de taille de calcaire, tout comme les chaînages d'angle. La brique est employée pour les encadrements des lucarnes pendantes et pour la corniche. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate.
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - 19 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 G 65 1992 G
  • Oursières : château
    Oursières : château Argenvilliers - Oursières - isolé - Cadastre : 1811 H1 22 à 25 1987 ZV 23
    Historique :
    1620, les Mauduison, famille de conseillers du roi, entreprennent la construction d'un château à Oursières. Plus particulièrement, il s'agit de François-Jacques de Mauduison, trésorier de la collégiale Saint-Jean de Nogent, qui en est le principal commanditaire. Outre le château dont la cour est délimitée par une tour à l'ouest et le colombier au sud, la propriété s'étend sur une superficie de 300 hectares (contre 17 aujourd'hui), et compte cinq fermes. Les chroniques paroissiales mentionnent "la bénédiction d , les Mauduison développent un élevage de chevaux et le château se dote d´une jumenterie. De la même période date également le pavillon accolé au sud du château en retour d'équerre. A la Révolution, les 1869 de la construction d'un nouveau colombier et d'une volière convertie par la suite en orangerie
    Observation :
    monuments historiques. Son originalité ainsi que l'ensemble qu'il constitue avec la jumenterie, les tours et colombiers et la ferme du château en font un élément patrimonial de premier ordre à l'échelle cantonale
    Référence documentaire :
    Extrait du plan de la commune dressé en 1868/Philidor Pichot (instituteur). (Archives Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine. Archives départementales d'Eure-et-Loir, B 2152. Adjudication des lieux d'Oursières, La Bretonnière , La Verronière et Les Boulais. 1680.
    Description :
    , trois tours (deux rondes, une carrée), une orangerie, une jumenterie, ainsi que la ferme du château ordonnancées à onze travées. La travée centrale est comprise dans un avant-corps légèrement saillant en pierre perpendiculairement au château et appelé "la jumenterie" se compose d'une grange et d'écuries. En rez-de-chaussée surmonté d'un comble, la grange est accessible par deux portes charretières en arc segmentaire, une en leurs stalles en bois. - Construit à proximité de la jumenterie, se trouve un colombier de plan l'ancienne volière, convertie par la suite en orangerie. Les boulins sont situés à l'extérieur du colombier la façade postérieure du château, l'ancienne glacière est maçonnée en moellons de calcaire et de grès . Un couloir dessert une pièce circulaire, dont la voûte en grès repose sur un soubassement en calcaire . - Plusieurs tours, dont deux de plan circulaire et une de plan carré, délimitent la propriété. Ceint de de grès dit "roussard" (également appelée pierre de Saint-Denis d'Authou). La grille en fer forgée
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du château et de la ferme (fond : plan de cadastral de 1987 Extrait du plan de la commune dressé par l'instituteur Pichot en 1868. (Archives départementales La jumenterie, vue générale nord-ouest. IVR24_20092800109NUCA La jumenterie, élévation nord-ouest, détail de la porte de l'écurie. IVR24_20092800189NUCA La jumenterie, élévation sud-est. IVR24_20092800110NUCA La jumenterie, vue de trois-quarts depuis l'est. IVR24_20092800111NUCA La jumenterie, intérieur, vue des stalles. IVR24_20092800193NUCA Glacière, détail de la porte d'entrée. IVR24_20092800186NUCA Portail, détail de la partie supérieure de la grille. IVR24_20092800115NUCA
  • Maisons et fermes à Argenvilliers
    Maisons et fermes à Argenvilliers Argenvilliers
    Texte libre :
    ; les trois autres remontent à la seconde moitié du 19e siècle. Quand aux fermes, 38 ont été en partie de calcaire et silex. La brique est employée en alternance avec la pierre calcaire dans les édifices de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle. L'enduit est également quasi systématique (souvent à pierre vue). Les toitures sont majoritairement à longs pans couverts en tuile plate. Détail de la
    Illustration :
    Tableau des édifices sélectionnés (étudiés) dans la commune d'Argenvilliers. IVR24_20122800180NUC Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (1 sur 3 Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (2 sur 3 Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (3 sur 3 Bourg, maison de maître dite 'La Grande Maison' (étudiée). IVR24_20092800048NUCA La Tubenie, maison en rez-de-chaussée (étudiée). IVR24_20092800072NUCA La Cartraie, ferme à cour ouverte (étudiée). IVR24_20092800130NUCA La Bachelotière, ferme à cour ouverte (étudiée). IVR24_20092800088NUCA
  • Oursières : ferme du château
    Oursières : ferme du château Argenvilliers - Oursières - isolé - Cadastre : 1811 H1 25 1987 ZV 23
    Historique :
    La ferme du château d'Oursières a probablement été construite au 18e siècle, en ce qui concerne le bâtiment en "L" comprenant le logis et les dépendances, ainsi que le petit bâtiment au nord de la ferme . Dans la seconde moitié du 19e siècle, un nouveau corps (à usage de remise agricole et d'étable) a été
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine.
    Description :
    La ferme s'inscrit dans le domaine d'Oursières, directement au sud-est du château. Elle est compose d'une remise agricole, d'une grange et d'étables. Les ouvertures, donnant exclusivement sur la . L'aile nord-est, en rez-de-chaussée, est réservée à la remise agricole et à une étable. - Le bâtiment
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme du château (fond : plan cadastral de 1987, section Vue d'ensemble de la partie sud de la ferme (ailes sud-ouest et sud-est), vue depuis le nord
  • Souillard : écart
    Souillard : écart Argenvilliers - Le Souillard - en écart
    Historique :
    Le lieu-dit "Le Souillard" est attesté dès 1558 comme lieu noble et mentionné dans les titres de la connu pour désigner un lieu fangeux. La structure du hameau, composé de quatre unités agricoles, n'a que peu évolué depuis 1811 (date du cadastre ancien). Parmi les constructions, seule la grange-étable de la ferme 1 conserve des vestiges pouvant remonter au 18e siècle (pan de bois hourdé). L'ensemble des constructions a été transformé ou reconstruit in situ dans la seconde moitié du 19e siècle ou au début du 20e
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers, section E. 1811. (Archives départementales de vie. Actes du colloque de la Lubinière (2e partie)". Cahiers percherons, 3e trimestre 1994, pp. 69
    Description :
    Le hameau se situe à proximité de la route départementale n°368, à l'est de la commune. Les quatre
  • Bourg d'Argenvilliers
    Bourg d'Argenvilliers Argenvilliers - Bourg - en village
    Historique :
    de cette époque, telles que le presbytère ou la maison de maître, situées au nord-ouest du bourg. Le bourg s'est étoffé et de nombreux bâtiments ont été reconstruits à partir de 1850 et tout au long de la
    Référence documentaire :
    Extrait du plan de la commune dressé en 1868/Philidor Pichot (instituteur). (Archives Plan de localisation de l'emplacement projeté de la nouvelle mairie-école au centre du bourg de vie. Actes du colloque de la Lubinière (2e partie)". Cahiers percherons, 3e trimestre 1994, pp. 69
    Description :
    -Autels. Plusieurs maisons, notamment face à l'église, sont en front de rue. La plupart d'entre elles sont en rez-de-chaussée, surmontées ou non d'un comble à surcroît. Mis à part la maison de maître, une
    Illustration :
    Extrait du plan de la commune dressé par l'instituteur Pichot en 1868. (Archives départementales Plan du bourg dressé en 1873 (emplacement projeté de la nouvelle mairie-école). (Archives Rue de la Comtesse de Mons, vue générale vers l'ouest, église paroissiale. Carte postale ancienne Rue de la Comtesse de Mons, vue générale vers l'est. Carte postale ancienne, début du 20e siècle Rue de la Comtesse de Mons, vue générale des maisons en front de rue, face à l'église. Carte Partie centrale du bourg, vue générale de la rue de la Comtesse de Mons. IVR24_20092800057NUCA
1