Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière : l'Adoration des mages
    Verrière : l'Adoration des mages Athée-sur-Cher - Bourg - en village
    Représentations :
    La scène représentant l'Adoration des Mages se déroule sur les trois lancettes et constitue une copie presque à l’identique de la verrière de l’Adoration des Mages de la cathédrale de Tours (baie 26
  • Nitray : château
    Nitray : château Athée-sur-Cher - Nitray - isolé - Cadastre : 2011 A01 372, 1290, 1591, 1592 Logis : 1591
    Historique :
    de la Reine-mère et maire de Tours. C'est vraisemblablement lui qui a fait construire le grand corps
    Référence documentaire :
    MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Sixième série, 1984. Chambray-lès-Tours : C.L.D, 1984. Deux cents châteaux et gentilhommières d'Indre-et-Loire/par Reillé, Karl (dessinateur). Tours, 1934 THOMAS, Évelyne. Les châteaux de la Loire. Plouédern : Éditions Jean-Paul Gisserot, 2008.
    Description :
    par les étages supérieurs de deux tours d'escalier. Les lucarnes sont surmontées de gâbles et de pinacles. Au nord de la cour, deux tours basses formaient une porte défendant l’entrée de la cour ; celle l'ouest par les communs, plus anciens. Un pavillon de chasse se trouve dans l'angle sud-est de la cour.
    Texte libre :
    ville de Tours en 1516. C’est à lui que l’on attribue la construction du grand corps de logis, où la l’entrée solennelle de François 1er à Tours. Sa fille, Marie Lopin, épousa Jean Binet dont la descendante roi au bureau des finances de Tours, puis fut acquis en 1807 par le général d’Empire Jean-Jacques XIXe siècle, notamment sur le grand corps de logis, mais les archives n’ont pas été retrouvées du Cher, défendue par un ouvrage d’entrée constitué de deux tours (actuellement fruitier et chapelle chaque tour est ceinturée par un gros cordon en pierre de taille mouluré en cavet ; les corniches sobrement moulurées supportent les toits en poivrière couverts en ardoise. Un colombier massif bâti en convergente. Le bâtiment forme un quadrilatère sans saillie ; les escaliers en vis sont tous situés dans œuvre . Les proportions de la façade sur cour présentent une particularité : les deux-tiers gauche comprennent de croisées et de demi-croisées surmontées de lucarnes dont les galbes curvilignes, assortis d’un
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20113702138NUCA -Loire, Tours). IVR24_19793700524Z Vue d'ensemble de la haute cour vers le nord, avec les anciens logis et le pigeonnier Chapiteaux ornant les pilastres d'une baie : détail. IVR24_20113703280NUCA Étage de comble du bâtiment abritant les écuries. IVR24_20113702914NUCA Étage de comble du bâtiment abritant les écuries : détail de la charpente. IVR24_20113702915NUCA
  • Halbutterie : manoir
    Halbutterie : manoir Athée-sur-Cher - La Halbutterie - en écart - Cadastre : 1826 A2 3053 à 3063 2011 A 752,753,754
    Historique :
    Tours. Dans l'acte de mariage de 1694, Henri Petiot de Laluisant est mentionné comme propriétaire d'un masse connu à ce jour, sur lequel figurent les divers bâtiments qui constituent la propriété, est le ruines en 1974 et dont seuls subsistaient les murs gouttereaux, l'escalier extérieur, à l'est, et le
    Référence documentaire :
    p.10-12. MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Quatrième série, 1979, Chambray-les-Tours , Tours).
    Description :
    les deux logis ont été réunis. Le comble, qui communique avec celui du logis principal, est éclairé avec des poinçons épaissis aux extrémités. Les mortaises d'une ancienne cloison en pan de bois sont petite baie verticale, et de deux larges croisées de part et d'autre de la porte. Les baies sont munies -chaussée. Les mêmes dispositions s'observent sur la façade nord, à la seule différence d'une demi-croisée placée au centre et non d'une porte. Les lucarnes centrales sont plus étroites que celles des extrémités soutenues par des corbeaux en bois supportent les solives apparentes du plafond. La grande cheminée du salon ouest. Le pigeonnier de plan carré est construit en moellon calcaire ; les encadrements et les
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20113702126NUCA Vue d'ensemble depuis l'est, avec à gauche les vestiges du pilier de l'ancien portail
  • Chamoisière : ferme
    Chamoisière : ferme Athée-sur-Cher - La Chamoisière - isolé - Cadastre : 2015 Yi01 44
    Historique :
    ouverte ; du côté est, une grange à auvent est bordée par une mare. Les parties les plus anciennes (reste , propriétaire du château de la Chesnaye, fait établir le plan masse de chacune de ses fermes : tous les bâtiments visibles actuellement à la Chamoisière y figurent. Les plus anciens ont été modifiés, comme les jours son emplacement reste exempt de construction. Les bâtiments élevés ou remaniés au milieu du 19e siècle sont bien reconnaissables avec leurs baies cintrées. Les granges n°3 et 6 semblent avoir été
    Référence documentaire :
    présentant les augmentations et diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.
    Description :
    construits en moellon de tufeau enduit. Les bâtiments les plus anciens ne sont pas chaînés aux angles. Ceux qui présentent des ouvertures cintrées sont couverts de toits à longs pans en tuile mécanique. Les
  • Présentation de la commune d'Athée-sur-Cher
    Présentation de la commune d'Athée-sur-Cher Athée-sur-Cher
    Référence documentaire :
    nationaux situés dans les communes d'Amboise, Athée, etc... 1790-An III. et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878. COUDERC, Jean-Marie (dir.). Dictionnaire des communes de Touraine. Tours : CLD, 1982.
    Texte libre :
    de l'autoroute Tours-Vierzon. Les premières mentions de la paroisse apparaissent au Xe siècle, sous remembrement opéré dans les années 1960-1980, la polyculture-élevage dominait. Depuis, de vastes surfaces sont n'ont pas totalement disparu. La proximité relative de Tours (21 km) et l'augmentation démographique ont nord-est de l'ancien. L’habitat est regroupé principalement au bourg qui tend à englober les anciens habitations, tandis que les hameaux et les exploitations en écart se rencontrent davantage dans la moitié sud désormais traversée depuis 2007 par l’autoroute A 85 Tours-Vierzon. Aspects historiques L'occupation . L'aqueduc de Fontenay qui part de Bléré alimentait Caesarodunum (Tours) ; à la Boissière (propriété privée les vestiges de trois piles permettant à l'aqueduc de franchir le vallon existent encore. Des villae le nom d'Atheis ou Athies, dérivé du terme pré-gaulois "Attegia" signifiant "les Huttes". Le hameau Moyen Age. Les premiers registres paroissiaux datent de 1610. On comptait 318 feux en 1687 et 337 en
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20113702149NUC1A -et-Loire, Tours). IVR24_20113702150NUCA d'Indre-et-Loire, Tours). IVR24_20113702139NUCA -Loire, Tours). IVR24_20113702140NUCA Le plateau de la Champeigne après les moissons. IVR24_20123701523NUCA
  • Bourg : école de filles
    Bourg : école de filles Athée-sur-Cher - Bourg - en village
    Historique :
    abritant la salle de classe. Afin d'accueillir aussi les jeunes enfants, un premier projet prévoit
    Illustration :
    d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700048NUCA d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700050NUCA . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700051NUCA d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700052NUCA mars 1890. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700053NUCA mars 1890. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700054NUCA Bâtiment en rez-de-chaussée abritant les salles de classe, perpendiculaire à l'ancien logement de
  • Alouettière : manoir
    Alouettière : manoir Athée-sur-Cher - L'Alouettière - isolé - Cadastre : 1826 D2 897-900 2011 ZI 01 3
    Description :
    taille de tufeau. Le toit à longs pans est couvert en ardoise, comme les toits en pavillon des tours l'arc qui surmontait les piédroits a disparu ; en revanche la porte piétonne avec linteau en bois est des pignons. Le corps central, haut d'un étage carré, est flanqué, à l'est, de deux tours hors œuvre ou un vivier. Le corps de logis est construit en moellons de calcaire recouvert d'un enduit ; les chaînages d'angle, les encadrements des baies, les corniches et les rampants des pignons sont en pierre de possède un sous-faîtage auquel s'assemblent les demi faux-entraits par tenon et mortaise chevillés. Côté façade ouest donnant sur la cour a été remaniée : les encadrements des baies ont été modifiés et les
    Illustration :
    Vue du logis principal au sud-est avec les deux tours rectangulaires hors-oeuvre , Tours). IVR24_20113702146NUCA
  • Boissière : aqueduc de Fontenay
    Boissière : aqueduc de Fontenay Athée-sur-Cher - La Boissière - en écart - Cadastre : 2001 B2 1072
    Historique :
    L'aqueduc gallo-romain de Fontenay qui partait de Bléré, lieu-dit les Grandes-Fontaines et alimentait la ville de Caesarodunum (Tours) date du Haut-Empire. Certains vestiges sont identifiés et décrits dès le 19e siècle, mais il faut attendre les années 1960 puis 2000 pour avoir une vision précise de
    Référence documentaire :
    maîtrise, vol. 1 et 2, Tours, Université François-Rabelais, 2004, 109 p. et 308 p. Touraine, supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 53, FERACF, Tours, 2014. cf. Lien web BOUSREZ, Louis. Étude sur les aqueducs de l'époque romaine en Touraine. Bulletin archéologique du
    Description :
    les tronçons aériens et souterrains, ces derniers étant les plus nombreux. Par endroits (Chandon notamment), la canalisation était portée par pont reposant sur les arches en moellons et mortier très dur . Les vestiges du canal de l'aqueduc visibles à la Boissière font apparaître un radier et des piédroits
  • Nitray : communs
    Nitray : communs Athée-sur-Cher - Nitray - isolé - Cadastre : 1826 A1 1031 2011 A01 372
    Description :
    Les deux ailes ouest et sud sont construites en moellons de calcaire enduits et couvertes de toits à longs pans en ardoise. Les deux bâtiments sont en rez-de-chaussée et l'accès au comble s'effectue alterné de l'appareil brique et pierre qui encadre toutes les ouvertures, y compris les piédroits et
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1826, section A1 ; les communs sont sur la parcelle 1031. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours.) IVR24_20113702138NUCA
  • Tour du Brandon : édifice fortifié dit tour du Brandon
    Tour du Brandon : édifice fortifié dit tour du Brandon Athée-sur-Cher - La Tour du Brandon - isolé - Cadastre : 1826 F2 533-535 2011 ZX 64
    Historique :
    tour maîtresse d'un château-fort qui fut selon certains auteurs détruit en partie par les Anglais au le château-fort était déjà partiellement ruiné ; la tour, les fossés et les murs d'enceinte étaient sur le plan cadastral de 1826. Les douves qui l'entouraient ont été comblées. Deux tourelles de plan
    Référence documentaire :
    et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880. CHEVALIER, Casimir (abbé). Promenades pittoresque en Touraine ; la vallée du Cher de Tours à Chenonceau. Tours : A. Mame et fils, s.d. [19e siècle]. p.166-167 RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Tours
    Description :
    comblés passent sous la tour qui a été entièrement consolidée au cours du 20e siècle. Tous les planchers
    États conservations :
    inégal suivant les parties
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20113702147NUCA Escalier extérieur desservant les galeries souterraines. IVR24_20113702129NUCA
  • Érable : ferme
    Érable : ferme Athée-sur-Cher - L'Érable - isolé - Cadastre : 2011 ZY01 28
    Historique :
    le plan cadastral de 1826. Tous les bâtiments d'exploitation visibles de nos jours ont été soit
    Référence documentaire :
    et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.
    Description :
    son centre une fosse maçonnée. Tous les bâtiments sont construits en moellons de calcaire et sont
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20113702151NUCA Vue d'ensemble de la cour avec les bâtiments qui la délimitent au nord et à l'est Vue d'ensemble de la cour avec la fosse au centre et les bâtiments alignés à l'ouest et au nord
  • Bourg : église paroissiale Saint-Romain (rue Principale)
    Bourg : église paroissiale Saint-Romain (rue Principale) Athée-sur-Cher - rue Principale - en village - Cadastre : 2011 D01 64
    Historique :
    Bien que les sources écrites mentionnent la présence d'une église dès le Xe siècle à Athée de voûter le collatéral ainsi que le vaisseau principal de la nef. Les amorces des ogives sont restées en place mais les voûtes n’ont jamais été construites. Le chœur est reconstruit au cours du XVIe entreprise en 1876. A cette occasion, le sculpteur Louis Bory réalise une fausse arcature sous les baies latérales de l’abside. Les baies du collatéral nord sont refaites en 1869 au moment de la pose des vitraux directement sur les maçonneries a dû être remplacée en 1997, de même que les charpentes du transept nord, du
    Référence documentaire :
    par les architectes soussignés Gustave Guérin et Auguste Alizon. 20 mai 1864. François Rabelais, Tours). Étude de l'église Saint-Romain d'Athée-sur-Cher. 1992. 41p. et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.
    Description :
    arcades en arc brisé, et les travées sont chacune éclairées par une baie en arc brisé à remplage colonnes à chapiteaux à crochets ; un bandeau orné de billettes court sur les quatre faces de la tour et ce niveau que se concentrent les éléments de décor ; bien que restaurés pour la plupart, il en reste polygonal sur le chevet ; appentis sur les deux sacristies. Ardoise sur le tout sauf la flèche en pierre.
    Illustration :
    départementales d'Indre-et-Loire, Tours). IVR24_20113702144NUCA d'Indre-et-Loire, Tours.) IVR24_20163700228NUCA
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Romain
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Romain Athée-sur-Cher - Bourg - en village
    Historique :
    les verrières datent du 19e siècle ; deux sont historiées et proviennent de l'atelier Lobin à Tours Louis Bory, ainsi que l’installation d’une fausse arcature sous les baies latérales de l’abside. C’est lui également qui réalisa le décor à gâbles fleuronnés surmontant les portes des deux sacristies, la clé de voûte de la travée droite du chœur et celle de l’abside. Les deux autels-retables des chapelles
    Référence documentaire :
    MOUSSE (chanoine). Le culte de Notre Dame en Touraine. Tours : Alfred Mame et fils, 1915. François Rabelais, Tours). Étude de l'église Saint-Romain d'Athée-sur-Cher. 1992. 41p.
    Annexe :
    , L. ; verre peint ; 3e quart 19e siècle. Datée et signée L. Lobin, Tours, 1869. Nef, 2e travée sud
1