Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 46 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : le Jugement de Salomon
    Tableau : le Jugement de Salomon Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Représentations :
    La scène du jugement se situe dans le palais du roi Salomon dont l'architecture laisse voir un paysage urbain à l'arrière plan. Le roi, assis sur son trône à gauche de la composition tend la main vers trancher le corps de l'enfant qu'il tient sur son bras gauche replié. La mère de cet enfant, agenouillée elle aussi, intervient. Le bourreau occupe la partie centrale de la composition et se tient devant un
    Description :
    disposées horizontalement. Le cadre très simple est constitué d'une baguette à moulures interne et externe
    Titre courant :
    Tableau : le Jugement de Salomon
  • Azay-sur-Cher, le Grais : ensemble des verrières du prieuré
    Azay-sur-Cher, le Grais : ensemble des verrières du prieuré Azay-sur-Cher - Le Grais - isolé
    Historique :
    Les verrières ont été réalisées par le maître-verrier Zabunyan Sarkis, dit "Sarkis", né à Istanbul en 1938 et qui avait conçu en 2001 cinq vitraux pour le réfectoire de l’abbaye cistercienne de Silvacane. L'ensemble des verrières commandées en 2000 pour le Grais et posées en 2004 constitue une œuvre unique intitulée "l’Éveil" ; cette œuvre a été réalisée dans le cadre d'une commande artistique soutenue par la Fondation de France, le Ministère de la Culture (Direction régionale des affaires culturelles du Centre), le Conseil régional du Centre, le Conseil général d'Indre-et-Loire et le Crédit agricole ) et vingt sculptures textiles réalisées par Domenika suspendues initialement dans le dortoir et
    Description :
    En investissant à la fois le dortoir, le réfectoire et la salle capitulaire, l’artiste a voulu vibrations de lumière. Le rouge a été choisi pour la salle capitulaire, le jaune pour le réfectoire et le bleu pour le dortoir. Chaque verrière porte le nom d’une ville évoquant l’histoire religieuse et les
    Localisation :
    Azay-sur-Cher - Le Grais - isolé
    Titre courant :
    Azay-sur-Cher, le Grais : ensemble des verrières du prieuré
    Illustration :
    Projection de la lumière naturelle dans le réfectoire. IVR24_20123700947NUCA Alignement des baies dans le réfectoire. IVR24_20123700948NUCA Projectrion de la lumière naturelle en fin d'après-midi dans le dortoir. IVR24_20123700953NUCA Effets lumineux dans le dortoir. IVR24_20123700954NUCA Effets lumineux dans le dortoir en fin d'après-midi. IVR24_20123700956NUCA
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le fabricant
    Référence documentaire :
    MOUSSE (chanoine). Le culte de Notre Dame en Touraine. Tours : Alfred Mame et fils, 1915. DUCHEMIN, Pierre. Le décor néo-gothique intérieur de l'église d'Azay-sur-Cher. Bulletin de la
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine
    Annexe :
    Paris". Chapelle de la Vierge. 3) - Verrière : le Couronnement de la Vierge ; verre peint ; 3e quart 19e ." Chapelle sud. 12) - Statue : saint Clément, pape ; plâtre ; 19e siècle ; le pape tient la croix pastorale : l’Éducation de la Vierge ; pierre calcaire ; L = 26 ; h = 27. Chapelle sud. 15) - Groupe sculpté : le Mariage noir ; posé sur le chapiteau à feuilles plates. 1ère travée de la nef. 19) - Croix : Christ en croix ; milieu 19e siècle ; Garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 et poinçon de maître sur le bord de la coupe. Poinçon de maître : Favier, deux burettes et quatre points (insculpation le 12 août 1846 ). Pas de poinçon sur le couvercle ni sur le pied. d = 11,5 (pied) ; d = 9,5 (coupe) ; h = 23. Sacristie la coupe ; poinçon de maître sur le bord de la coupe. Poinçon de maître : François Florence ; une étoile entre deux lettres F (insculpation le 22 octobre 1875). Pas de poinçon sur le couvercle ni sur le de grappes de raisin, feuilles de vigne, un épi de blé et une fleur, le tout en métal. Sacristie. 35
    Texte libre :
    bronze dite Marie-Magdeleine, datant de 1736, a été classée Monument historique le 19 mars 1943. La 1861. Les deux verrières de la chapelle de la Vierge qui représentent le couronnement de la Vierge et polychrome est estampillée Fr. M. Bernard R., et dans la nef une statue en plâtre représentant le Christ du Cachal-Froc, Paris. L'abbé Guillot, curé d'Azay, a sculpté lui-même, entre 1856 et 1881, le décor
    Illustration :
    Verrière de la chapelle de la Vierge : le Couronnement de la Vierge. IVR24_20123700137NUCA
  • Tableau : la Remise de la couronne d'épines
    Tableau : la Remise de la couronne d'épines Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Référence documentaire :
    du Roi très chrétien », Les Cahiers de Framespa. [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 23 novembre 2012, consulté le 16 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/2025 ; DOI : 10.4000
    Représentations :
    couronne d'épines. Le roi tient un linge blanc destiné à la recevoir. Le point de contact entre le linge et Le roi, vêtu du manteau d'hermine, est agenouillé devant le Christ, de qui il reçoit directement la la couronne d'épines est placé au centre de la composition. Derrière le roi, se tiennent deux anges debout, l'un portant la couronne royale, l'autre le sceptre et la main de justice. Le tableau représente
    États conservations :
    Le support a subi plusieurs altérations et reprises.
  • Leugny : château de Leugny
    Leugny : château de Leugny Azay-sur-Cher - Leugny - en écart
    Historique :
    d’Amboise et intendant du château de Chanteloup, avait acquis la châtellenie de Leugny le 5 juillet 1770. En 1774, Il fait appel à l'architecte Louis Denis le Camus, qui avait aménagé le château de Chanteloup pour le duc de Choiseul et pour lequel il avait conçu la célèbre pagode édifiée en 1775. Le marché de colonnes, fut installé devant le corps central de la façade nord. Cette disposition disparut dans les
    Référence documentaire :
    à Leugny pour Monsieur Ribot par Louis Denis Le Camus. Inséré au marché du 3 décembre 1774. Marché pour le bâtiment de Leugny. AD 37, 3E19/1486 : transcription. In : Chanteloup, un moment de
    Description :
    Construit en pierre de taille de tufeau, le corps de logis comprend au nord : un soubassement, un rez-de-chaussée surmonté d'un étage carré et un comble. Au sud le rez-de-chaussée se situe au niveau de la cour. Les façades nord (vers le Cher) et sud sont rythmées par sept travées, trois au centre et mais sont beaucoup moins hautes. La corniche est surmontée d'une balustrade qui masque en partie le
    Auteur :
    [architecte] Camus le Louis Denis
  • Statue : saint Jean-Baptiste
    Statue : saint Jean-Baptiste Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Représentations :
    Saint Jean-Baptiste est figuré debout avec un agneau couché à ses pieds. Le relief inférieur portant les initiales "S J". Le dais architecturé d'inspiration néo-gothique porte un amortissement
    Description :
    La statue est en plâtre blanc, placée dans une niche ornée à la base d'un relief semi-hexagonal en
  • Statue : saint Vincent
    Statue : saint Vincent Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Représentations :
    la main gauche. Son visage encadré de cheveux ondulés mi-longs est celui d'un homme jeune. Le relief médaillon portant les initiales "S V". Le dais d'inspiration néo-gothique porte un amortissement polygonal
    Description :
    La statue en plâtre blanc est placée dans une niche ornée à la base d'un relief semi-hexagonal, en
  • Beauvais : château de Beauvais
    Beauvais : château de Beauvais Azay-sur-Cher - Beauvais - isolé - Cadastre : 2012 ZE 168
    Historique :
    Beauvais est un ancien fief relevant du château d'Amboise. Au milieu du 10e siècle, le domaine bibliographie). François Miron, médecin du roi, acquiert Beauvais en 1501, puis le transmet à son fils Gabriel bâtiments ne date que du 18e siècle. On sait que le château a été remanié entre 1765 et 1786 et les communs édifiés à la même époque. Le 18 janvier 1865, Beauvais fut acquis par adjudication par Denis-Louis Aubry , inspecteur général des manufactures et pépinières royales de mûriers blancs de la généralité de Tours , la Bonninière en 1770. A son décès le 14 août 1781, la liquidation de sa succession fut l'occasion de Beauvais. Le domaine est acquis en février 1791 par Dominique Clément de Ris, citoyen actif de Saint-Germain-en-Laye puis sénateur, dont l'enlèvement en 1800 inspira à Balzac le roman "Une ténébreuse affaire". Le domaine fut ensuite démembré en 42 lots qui furent vendus en 1853. Émile Gary, négociant à Paris, acquiert alors le domaine qui couvre 47 hectares, et fait transformer le château par un
    Référence documentaire :
    CARON, Catherine, de La CRUZ, Alexandra. Le château de Beauvais. Mémoire de licence d'Histoire de DAGUENNET-MILTGEN, Véronique. Le style néo-gothique au XIXe siècle et au début du XXe siècle LE GALL-BRUCKER, M.H., DUCHANGE, S. Le château de Beauvais. Mémoire de licence, Tours : Centre p. 15-16 Touraine néo-gothique : [catalogue de l'exposition] / organisé par le Musée des Beaux Arts
    Représentations :
    ajoutés ou remplacés à la demande de M. Béranger entre 1893 et 1911. C’est le cas de la travée centrale nord. De même, côté cour, le décor « troubadour » trouve sa pleine expression avec le petit page pensif situé sur le haut d’une souche de cheminée du pignon de l’aile ouest, ainsi qu’avec le joueur de mandoline qui l’accompagne. Ces motifs décoratifs s’harmonisent avec le reste de l’édifice mais, à cette
    Description :
    Une allée bordée de tilleuls conduit au château qui présente un plan asymétrique en U. Le corps de logis central, dont la façade sud donne sur la cour et la façade nord sur le parc, en direction du Cher toit à longs pans sur le corps de logis et coniques sur les tours rondes sont couverts en ardoise.
    Illustration :
    Cheminée : vue partielle de face et de profil. Dessin non signé non daté avec un texte : "Le haut du profil de la cheminée soit de niveau avec le dessus de la cimaise du lambris actuel Joueur de luth surmontant le gâble du pignon sud de l'aile ouest, adossé à la souche de cheminée Vue prise du nord-est montrant la façade nord cantonnée de tours rondes et le départ de l'aile est
  • Tableau : l'abbé Guillot
    Tableau : l'abbé Guillot Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Représentations :
    Le tableau représente l'abbé Henri Prosper Guillot, en buste. Il était curé de la paroisse d'Azay
    Description :
    Il s'agit d'une huile sur toile de format rectangulaire vertical. Le cadre est en bois clair
    États conservations :
    Le cadre est attaqué par les insectes xylophages. Éraflures sur la couche picturale.
  • Grais : bâtiment conventuel : réfectoire
    Grais : bâtiment conventuel : réfectoire Azay-sur-Cher - Le Grais - isolé
    Historique :
    Le réfectoire possède une charpente à chevrons-formant-fermes datée par dendrochronologie de la fin
    Représentations :
    Peinture monumentale sur le mur est.
    Description :
    Le réfectoire occupe l'aile sud du prieuré. C'est un long bâtiment construit en moellons de
    Localisation :
    Azay-sur-Cher - Le Grais - isolé
    Illustration :
    Façade postérieure du bâtiment conventuel abritant le réfectoire, avec le pignon de la salle
  • Grais : prieuré Saint-Jean-du-Grais
    Grais : prieuré Saint-Jean-du-Grais Azay-sur-Cher - Le Grais - isolé
    Historique :
    présence des deux hommes aux lieux-dits la Chapelle Paissonnel, le Petit Grais et le marché Saint-Jean ; en semble que ce soit à partir de cette date que commence la construction du prieuré tel que nous le de Cormery conteste le rattachement du prieuré à la collégiale Saint-Martin, mais doit finalement renoncer à ses droits en 1182. En février 1184, le pape Lucius III place le monastère directement sous -Augustin. Enrichi par les donations, le prieuré devient un fief possédant les droits de haute, moyenne et national et vendu en 1791, le prieuré devient une exploitation agricole. L’église, à l’exception du clocher des bâtiments ; de 1927 à 1962 son fils, le céramiste Raymond Darasse en entreprend la restauration . Entre 1927 et 1955, il construit plusieurs maisons à proximité des bâtiments d’origine et relève le portail. Les bâtiments anciens encore visibles sont : le clocher de l'église, la salle capitulaire avec le dortoir au-dessus, le réfectoire, orné d'une peinture monumentale du 14e siècle (lacunaire). Du réfectoire
    Référence documentaire :
    p. 143-151 EYDOUX, Paul-Henri. Le prieuré Saint-Jean-du-Grais. In : Monuments méconnus, Pays de la OURY, Dom Guy-Marie. Le prieuré de Saint-Jean du Grais. 10 p. sl, sd. SOURDEVAL, Charles de. Promenade archéologique. Le Castellum de Larçay, l'acqueduc d'Athée, la tour
    Description :
    Le plan cadastral de 1826 permet de visualiser l'assiette du prieuré et l’emplacement de l’église disparue (en pointillés), qui fermait la cour du cloître au nord. De l'église priorale seul subsiste le abrite l'escalier droit en pierre conduisant au dortoir et jouxtant la salle capitulaire. Le dortoir, à charpente à pannes. L'aile sud abrite le réfectoire où la chaire du lecteur forme une saillie à trois pans
    Localisation :
    Azay-sur-Cher - Le Grais - isolé
    Illustration :
    Pignon du bâtiment abritant la salle capitulaire et le dortoir ; à gauche le réfectoire Le puits. IVR24_20123701150NUCA Cave voûtée, située sous le logis prieural. IVR24_20123700958NUCA
  • Grais : bâtiment conventuel : salle capitulaire et dortoir
    Grais : bâtiment conventuel : salle capitulaire et dortoir Azay-sur-Cher - Le Grais - isolé
    Représentations :
    Le décor sculpté emprunte ses motifs au répertoire roman : ruban plissé, feuilles grasses dérivées
    Description :
    Le plan cadastral de 1826 permet de visualiser l’emplacement de l’église disparue (en pointillés supportaient les sablières des toitures, visibles sur le mur est de la salle capitulaire. L’unique puits du pièce, par deux fines colonnes reposant sur des bases moulurées à griffes et socle carré. Le long des autour de l’espace occupé par la retombée des arcs. La salle capitulaire communiquait à l’ouest avec le restituée. Des traces de peinture murale subsistent en plusieurs endroits, de même que le dessin d’un faux la salle capitulaire. Le dortoir s'étend à l'étage sur toute la longueur du bâtiment ; il est pavé de
    Localisation :
    Azay-sur-Cher - Le Grais - isolé
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade postérieure du bâtiment conventuel abritant la salle capitulaire et le
  • Petit Mosny : ferme
    Petit Mosny : ferme Azay-sur-Cher - Le Petit Mosny - isolé
    Référence documentaire :
    Azay-sur-Cher, Le Petit Mosny, extrait du plan cadastral, 1826. (Archives départementales d'Indre
    Localisation :
    Azay-sur-Cher - Le Petit Mosny - isolé
    Illustration :
    Vue d'ensemble avec le logis au fond et la grange-étable à droite. IVR24_20123701662NUCA
  • Coteau : château
    Coteau : château Azay-sur-Cher - Le Coteau - isolé
    Historique :
    La construction d'un premier château est attestée au 16e siècle : il n'en reste rien. En 1837, le château appartient à la famille de Lauverjat. Gaston de Lauverjat (1838-1913) fait construire le château connaît pas l'architecte, puis une des ailes est agrandie entre 1931 et 1934. Le parc est aménagé par Édouard André en 1864. Le château n'a pas pu être visité lors de l'enquête. Les sources historiques mentionnent la présence de trois arches de l'aqueduc gallo-romain de Fontenay dans le parc.
    Description :
    Le château est orienté de manière à tourner sa façade nord vers le Cher. Il comprend un étage de soubassement, un étage carré et un étage de comble. Au moment de sa construction, le château présentait une les chaînes d'angle sont en pierre de taille, de même que le bandeau séparant le rez-de-chaussée de pavillons et de l'avant-corps central sont couverts en ardoise, le toits à longs pans de la partie centrale
    Localisation :
    Azay-sur-Cher - Le Coteau - isolé
  • Puits d'Arcé : ferme
    Puits d'Arcé : ferme Azay-sur-Cher - Le Puits d'Arcé - en écart
    Historique :
    Le Puits d'Arcé, parfois orthographié Darcé ou d'Ercé, est mentionné dès le 12e siècle. Au 13e de construction de cette époque. Entre 1506 et 1528, le fief appartenait à Gabriel Miron qui occupait était ainsi rattachée à la terre de Beauvais. Le logis situé en face de la grange, dans la cour, a été
    Description :
    de : deux poteaux sur lesquels repose une panne sablière et un entrait d’où monte le poinçon qui porte le faîtage ; deux chevrons-arbalétriers montent de l’entrait à la tête du poinçon. Les poutres faux-entrait. Le contreventement longitudinal est assuré par des aisseliers entre poteau et panne
    Localisation :
    Azay-sur-Cher - Le Puits d'Arcé - en écart
    Illustration :
    Charpente de la grange. Vue prise vers le nord. IVR24_20123701674NUCA Charpente : vue de la partie supérieure, vers le nord. IVR24_20153700201NUC4A Charpente : vue d'ensemble vers le nord. IVR24_20153700202NUC4A
  • Gitonnière : manoir
    Gitonnière : manoir Azay-sur-Cher - La Gitonnière - en écart - Cadastre : 1826 B1 455 2012 ZV 400
    Historique :
    La Gitonnière est un ancien fief relevant du château d'Azay-sur-Cher. Les seigneurs qui le ou du 16e siècle. Cet escalier a été intégré dans le bâtiment actuel qui date en grande partie du 17e indéterminée date également du 17e siècle, de même que la chapelle située à l'est. Le corps de logis reliant le
    Représentations :
    Le fronton triangulaire du corps de logis est sculpté de rinceaux d'acanthe et de guirlandes de
    Description :
    Le corps de logis, de plan rectangulaire, est construit en pierre de taille sur un terrain en forte sud. Le bâtiment comprend cinq travées ordonnancées. La travée centrale est surmontée d'un fronton taille. La charpente à chevrons formant fermes possède un sous-faîtage et est contreventée. Le toit à quatre baies de chaque côté, relie le corps de logis initial au pavillon ouest. Ce pavillon, improprement d'angle ainsi que les quatre lucarnes à fronton cintré et le lanternon carré qui surmonte l'élégant toit à l'impériale sont en pierre de taille. Le tout est couvert en ardoise. A l'est et non contiguë au logis, se moellon de calcaire ; les chaînages d'angle et les encadrements des baies sont en pierre de taille. Le toit en pavillon de la travée droite est couvert en ardoise, ainsi que le toit polygonal de l'abside
    Illustration :
    Le pavillon ouest : vue prise du sud. IVR24_20123701497NUCA Pilier de l'ancien portail ouvrant sur le chemin conduisant à l'étang. IVR24_20123701495NUCA Escalier en vis desservant tout le logis. IVR24_20123701498NUCA Terrasse bordant le logis au nord. IVR24_20123701501NUCA
  • Présentation de la commune d'Azay-sur-Cher
    Présentation de la commune d'Azay-sur-Cher Azay-sur-Cher
    Référence documentaire :
    p. 153 ; p. 188 SERNA, Virginie (dir.). Le Cher. Histoire et archéologie d’un cours d’eau. 43e
    Texte libre :
    Bléré. La commune couvre 22,85 km2. Au nord, elle est traversé d'est en ouest par le Cher et par un petit cours d'eau parallèle : le Filet. De nombreux étangs sont présents sur le territoire communal. Au sud de la plaine alluviale, large de 2 km et d'une altitude moyenne de 50m, s'étend le plateau de la occupé une place importante durant tout le 19e siècle et jusque dans les années 1950. Les fonds de vallée recouverts d'alluvions se prêtent à la culture du maïs. La polyculture régnait avant le remembrement opéré au . L'évolution des pratiques agricoles au cours de la seconde moitié du 20e siècle a profondément transformé le paysage, les champs ouverts étant désormais les plus nombreux. L'habitat, outre le bourg, se répartissait 1990. Aspects historiques L'occupation humaine est attestée à Azay-sur-Cher dès le Paléolithique et 23 gisements de haches néolithiques ont également été retrouvés sur le territoire communal. Un Tours, subsistent dans le parc du château du Coteau.Une voie romaine passait dans la vallée entre le
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral ancien, section B1,1826 : le bourg. (Tours, Archives départementales Extrait du plan cadastral ancien, 1826. Plan d'alignement du bourg d'Azay. En rouge l'église et le Extrait du plan cadastral ancien, section A1,1826. Le Port d'Azay. (Tours, Archives départementales Extrait du plan cadastral ancien montrant l'emplacement du bac sur le Cher, section A1, 1826 Ursulines et le port d'Azay. (Tours, Archives départementales d'Indre-et-Loire). IVR24_20123700185NUCA Le prieuré Saint-Jean-du-Grais. IVR24_20123700929NUCA Le château de Leugny depuis les bords du Cher. IVR24_20123701228NUCA Le château du Coteau. IVR24_20123701450NUCA Le château de Beauvais depuis les bords du Cher. IVR24_20123701225NUCA Chemin longeant le Cher en rive gauche. IVR24_20123701229NUCA
  • Autel et retable de la chapelle latérale nord
    Autel et retable de la chapelle latérale nord Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Référence documentaire :
    MOUSSE (chanoine). Le culte de Notre Dame en Touraine. Tours : Alfred Mame et fils, 1915.
    Représentations :
    Matthieu, le roi David, saint Marc ; celle située dans la niche latérale nord, saint Jean ; celle située , au sud : Ézéchiel. Ces statuettes n’occupent plus leur emplacement d’origine qui était le suivant
    Description :
    statuettes. Le retable architecturé s’inscrit exactement entre deux baies ornées de verrières représentant le ébrasements de ces baies sont ornés de guirlandes en relief figurant des pampres de vigne. Le tabernacle en pierre est placé au centre du premier gradin. Le pilier central du retable forme une niche dans sa partie groupes sculptés de petite taille complétaient l’ensemble : l’Éducation de la Vierge et le Mariage de la
    Illustration :
    Statuette meublant une des niches de l'autel : Grand prêtre portant le rational
  • Calice
    Calice Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Historique :
    ce calice de la première moitié du 19e siècle. La fausse coupe semble avoir été ajoutée après le
    Représentations :
    Le dessus du pied est orné de bouquets de fleurs à trois pétales alternant avec des feuilles plates . Ces motifs se retrouvent sur le nœud. La fausse-coupe, fondue, est ornée de trois médaillons : la
    Description :
    métal argenté, comme le pied, le nœud et la tige. Le pied circulaire bombé est surmonté d'un nœud ovoïde . Absence de poinçon sur le pied.
  • Tableau : la Déploration du Christ
    Tableau : la Déploration du Christ Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Représentations :
    Le tableau représente la Lamentation, troisième épisode du cycle de la Déploration, et met en scène le Christ mort étendu aux pieds de la Vierge et de Marie-Madeleine, il est soutenu par un ange
    Description :
    Il s'agit d'une huile sur toile de format rectangulaire horizontal. Le cadre est constitué de
1 2 3 Suivant