Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Pillette : manoir (5 rue de la Forêt)
    Pillette : manoir (5 rue de la Forêt) Chisseaux - La Pillette - 5 rue de la Forêt - en village - Cadastre : 1824 C1 1315-1316
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le domaine de la Pilette dit également Grand-maison de Vauldran est un ancien fief relevant de propriétaire à celui du moulin de la Pilette. Entre 1496 et 1565, il appartient à la famille de Hollefeuille . La famille Brochard en est propriétaire au cours de la seconde moitié du 18e siècle. Les époux Reverdy-Ribot se rendent acquéreur du domaine de la Pilette le 21 mai 1792, puis du moulin de la Pilette (actuellement détruit). Sur le plan cadastral de 1824 figurent un bâtiment orienté nord-sud (logis) d’où bâtiment carré (pigeonnier). Toutes ces parties existent encore de nos jours dans l’enceinte du domaine où
    Description :
    identiques à celles qui figurent sur le premier plan cadastral (à l'exception de la maison construite au porte en arc brisé chanfreiné, en pierre de taille, surmontée à l'étage d'une demi croisée. A sa gauche pierre de taille, est percé d'une fenêtre à meneau et croisillon surmonté d'une petite baie à arc en accolade éclairant le comble. Le logis a été agrandi au sud-est sur la moitié de sa longueur totale. Le d'un toit en pavillon en tuile plate. Il possède des boulins en pierre de taille sur ses quatre faces milieu du19e siècle). Le corps de bâtiment orienté est-ouest n'a pas été vu. Le corps de logis orienté nord-sud, bâti en moellons de calcaire enduits est séparé d'un pré en contrebas par un mur en gros moellons. Ce corps de logis est élevé d'un étage carré. A l'est, il s'ouvre au rez-de-chaussée par une conservé ses proportions d'origine. Le pignon sud, élevé en moellon et dont les rampants sont dépourvus de comble et la charpente n'ont pas été vus. Le toit à longs pans est couvert en ardoise, sauf une partie du
    Localisation :
    Chisseaux - La Pillette - 5 rue de la Forêt - en village - Cadastre : 1824 C1 1315-1316
    Titre courant :
    Pillette : manoir (5 rue de la Forêt)
    Appellations :
    La Pilette
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Bourg : château de Pontcher (2 rue de la Forêt)
    Bourg : château de Pontcher (2 rue de la Forêt) Chisseaux - Bourg - 2 rue de la Forêt - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    La première mention du lieu apparaît en 920 sous le nom de Pont Caris. Ranjard mentionne un fief de cours du 19e siècle ou au début du 20e siècle. Un plan non daté mais que l'on peut considérer de la seconde moitié du 18e siècle et antérieur à la Révolution, montre : un corps de logis orienté nord-sud, en Pont ou de Bois de Pont qui relevait de Montrésor et qui fut réuni au domaine de Chenonceaux au 16e par Carré de Busserolle et a été, sinon totalement reconstruit, du moins en grande partie remanié au aux communs ; un jardin aménagé au sud ; un verger ou un espace boisé au nord. La propriété a appartenu au duc de Choiseul.
    Observation :
    L'édifice n'a pas pu être visité lors de l'enquête.
    Référence documentaire :
    peut se reporter. In : Mémoires de la société archéologique de Touraine, Tome IX, premier semestre 1857. p. 385 Table alphabétique des noms de lieux modernes placés en regard des noms anciens, auxquels on Plan du château de Pontcher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul . Plan du château de Pontcher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul
    Représentations :
    Les lucarnes du corps de logis sont ornées de frontons triangulaires à crochets et pinacle ; la fenêtre de comble du pavillon est surmontée d'un fronton cintré.
    Description :
    moellon enduit, à l'exception des encadrements qui sont en pierre de taille. Les baies du corps de logis Le corps de logis de plan rectangulaire comprend 4 travées. Lui est accolée une tour demi hors œuvre, de plan carré, elle-même reliée à un pavillon en retour d'équerre. L'ensemble est construit en sont surmontées de quatre lucarnes.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Chisseaux - Bourg - 2 rue de la Forêt - en village
    Titre courant :
    Bourg : château de Pontcher (2 rue de la Forêt)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul
  • Cormier : abri dit loge de vigne
    Cormier : abri dit loge de vigne Chisseaux - Le Cormier - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Murs :
    tufeau pierre de taille
    Description :
    chaînages d'angle en pierre de taille de tufeau. Les ouvertures sont également en pierre de taille. Cet abri Cette loge de vigne est construite en moellons et enduit chaux-sable, et renforcée par des comprend deux espaces en rez-de-chaussée dont l'un éclairé par une petite fenêtre, ainsi qu'un comble accessible par une ouverture à linteau en bois ménagée en pignon. Les portes en rez-de-chaussée reçoivent des plates-bandes en tufeau. Celle de gauche présente une feuillure qui se poursuit sur les piédroits ; elle recevait un volet, cette partie de l'abri étant réservée à un animal. Le toit à deux pans est couvert en
    Titre courant :
    Cormier : abri dit loge de vigne
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20133700757NUCA
  • Bourg : école de filles, actuellement maison (38 rue Nationale)
    Bourg : école de filles, actuellement maison (38 rue Nationale) Chisseaux - 38 rue Nationale - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de filles
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Une école de filles avec logement pour l'institutrice est construite au bourg en 1879, selon les
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 37. École de filles : plans. 1878-1879.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    tufeau pierre de taille
    Description :
    associée à la pierre de taille de tufeau employée pour les encadrements des baies, les bandeaux, la accueillir 40 élèves. La particularité de l'école de Chisseaux tient à ce que la salle de classe se situe à l'étage, et non en rez-de-chaussée, comme c'est habituellement le cas. La façade nord de la maison, sur et la salle de classe au-dessus. Construit en moellons enduits, il est accolé à la façade sud de la L'école comprend une maison destinée au logement de l'institutrice et une salle de classe pouvant rue, à trois travées, est construite en moellons enduits et présente un décor soigné où la brique est sont en brique. Le bâtiment en retour d'équerre comprenait des espaces de stockage au rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Bourg : école de filles, actuellement maison (38 rue Nationale)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    École des filles. Plan, coupe, élévation de l'agrandissement projeté. Dressé par Ernest Chauvigny à École de filles. Plan général, préau et lieux d'aisance. Dressé par Ernest Chauvigny à Montrichard
  • Bourg : presbytère, actuellement maison (4 rue de l’Église)
    Bourg : presbytère, actuellement maison (4 rue de l’Église) Chisseaux - 4 rue de l'Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    cours de la seconde moitié du 18e siècle. Il comprend alors deux bâtiments parallèles orientés est-ouest Chauvigny architecte à Montrichard, en vue de la construction d'une chambre de bonne, renseigne sur les cuisine empiétant sur la cour est créée. La chambre de bonne à construire communique avec cette cuisine Le presbytère de Chisseaux a été, selon l’historien Carré de Busserolle, presque entièrement reconstruit en 1765 par Claude Dupin, seigneur de Chenonceau et de Chisseaux. Un plan non signé ni daté, mais dont l’échelle est en toises, nous renseigne sur l'emplacement et la distribution du presbytère au , délimitant une cour fermée à l'est par un mur la séparant du jardin attenant à l'église. A l'ouest, la cour est délimitée par deux pièces en retour d'équerre de part et d'autre des bâtiments principaux, tout en ménageant une porte donnant accès à la cour. L'écurie, la grange et la cuisine occupent l'aile nord tandis évolutions réalisées entre ces deux dates. Ainsi au nord, l’écurie a disparu ; la grange est conservée mais
    Référence documentaire :
    CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition). Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O39. Plan du presbytère de Chisseaux. non daté non Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 39. Projet de construction d'une chambre de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    sud. Les encadrements des baies cintrées sont en pierre de taille, de même que la corniche moulurée couvert en tuiles plates, à l'exception de la partie construite en 1881 qui est en ardoise. Les souches de Au nord de l'église paroissiale, deux bâtiments parallèles édifiées en rez-de-chaussée et reliés par des murs à l'est et à l'ouest déterminent une cour rectangulaire. Le logis (bâtiment sud) de plan rectangulaire est édifié en moellons de calcaire avec enduit partiel côté cour (au nord) et enduit couvrant côté . Le pignon ouest est percé de deux baies et d'un oculus. Le toit à longs pans et pignon découvert est
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Chisseaux - 4 rue de l'Église - en village
    Titre courant :
    Bourg : presbytère, actuellement maison (4 rue de l’Église)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Plan pour la construction d'une chambre de domestique. Agrandissement par Ernest Chauvigny à Plan du presbytère de la commune de Chisseaux. En toises. Non signé, non daté. (Archives de l'église et l’ancien cimetière. (Archives départementales d'Indre-et-Loire). IVR24_20123700224NUCA
  • Bourg : église paroissiale Saint-Pierre (rue de l’Église)
    Bourg : église paroissiale Saint-Pierre (rue de l’Église) Chisseaux - Bourg - rue de l’Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    La tradition relate que l'église de Chisseaux aurait été fondée par saint Martin au IVe siècle ; on été reconstruite au cours du 10e siècle. Le mur nord de la nef constitue la partie la plus ancienne de . Le chevet date du 12e ou du 13e siècle. La charpente de la nef semble dater du 15e ou du 16e siècle collatéral de trois travées, doublant la nef au sud et se prolongeant à l'est jusqu'à la sacristie. Approuvé la nouvelle sacristie, construite à l'emplacement de l'ancienne. ignore l'emplacement précis de cette église et aucun vestige n'en a été retrouvé à ce jour. Elle aurait l'église actuelle ; certains y voient un vestige de cette construction mais il peut également avoir été reconstruit au 11e siècle. La travée droite du chœur et le clocher, arasé ou inachevé, datent du 12e siècle . La voûte du chœur a été reconstruite au 18e siècle. Un premier projet d'agrandissement, dressé par les architectes tourangeaux Alison et Guérin, prévoyait la construction d'un transept. Ce projet
    Référence documentaire :
    architectes Guérin et Alison. Plan et coupe en travers de la nef à construire. Tours, le 15 mai 1865. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 73-37. Projet d'agrandissement de la sacristie départements limitrophes, in ZADORA-RIO, E. (dir.) Atlas Archéologique de Touraine, Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 53, FERACF, Tours, 2014. p. 460-461 Société française d'Archéologie. Séances générales tenues à Angers, rapport de M. de la Sicotière. Bulletin Monumental, publié sous les auspices de la Société française pour la conservation et la sur la nef. Archives départementales d'Indre-et-Loire; 2 O 73-37. Façade latérale et coupe transversale de Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 73-37. Projet de porte d'entrée, signé P. Bataille CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire
    Représentations :
    Modillons sculptés de motifs géométriques, de fleurs et d'une tête d'animal (cochon).
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    moellons enduits et percé de deux baies en plein cintre en pierre de taille. La sacristie, accolée au mur , correspond à la nef d'origine et comprend deux travées. Son mur nord est construit en petit appareil de grandes arcades, de manière à communiquer avec un collatéral ajouté au sud. Le vaisseau de la nef d'origine est couvert d'une fausse voûte lambrissée ; les entraits de la charpente sont apparents. Le moellons, il est épaulé aux angles par des contreforts ; de plan carré à la base, il devient octogonal au niveau de la chambre des cloches, éclairée par quatre petites baies trapézoïdales. Sa faible élévation est de la chapelle sud, jouxte le chevet. A l'extérieur, surmontant la première travée de la nef, se De plan allongé, sans transept, l'église comporte deux vaisseaux parallèles : le premier, au nord moellons et son mur sud était éclairé par deux petites baies en plein cintre, sous lesquelles on a percé de supérieure à celle du collatéral. La base du clocher constitue la travée droite du chœur. Construit en
    Localisation :
    Chisseaux - Bourg - rue de l’Église - en village
    Titre courant :
    Bourg : église paroissiale Saint-Pierre (rue de l’Église)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Projet d'agrandissement : plan et coupe en travers de la nef à construire. Par Guérin et Alison Projet d'agrandissement de la sacristie. Signé P. Bataille, E. Boué architectes à Tours, le 31 Vue d'ensemble de la façade ouest. IVR24_20123701870NUCA Détail du mur nord de la nef, à l'extérieur. IVR24_20123701874NUCA Chevet : détail de la corniche à modillons. IVR24_20123701876NUCA Chevet : détail de la corniche à modillons. IVR24_20123701877NUCA Vue de la nef en direction du choeur. IVR24_20123701886NUCA Vue de la nef d'origine à droite et des grandes arcades communiquant avec le collatéral sud, depuis Plan de l'église de Chisseaux. IVR24_20163700202NUDA Projet de porte d'entrée. Signé P. Bataille, E. Boué architectes à Tours, le 31 octobre 1903. Rayé
  • Bretonnes : ferme
    Bretonnes : ferme Chisseaux - Les Bretonnes - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    construction n'y figure. Le logis principal de la ferme est construit en 1844 avec un agrandissement en retour étable et d'une remise et faisant partie de la ferme datent également de la première moitié du 19e siècle.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    taille de tufeau. Un bâtiment en retour d'équerre lui est accolé. Il abrite un four à pain, une partie habitable et un local à usage agricole ; deux des baies de la façade antérieure possèdent des piédroits et et pierre de taille de tufeau, comprenant deux pièces que l'on distingue de l'extérieur en raison de la différence de hauteur de leurs pignons. La partie basse abrite une chambre, tandis que la partie et hotte droite en pierre de taille de tufeau est placée au centre du mur pignon adossé au coteau ; à sa gauche, du côté de la fenêtre se trouve un réchaud en pierre (appelé localement potager) dans lequel on plaçait la braise, surmonté d'un placard mural. Le comble de cette partie de la maison est La ferme des Bretonnes présente la particularité d'être implantée sur deux niveaux en raison du n°1) et en contrebas un logis plus modeste (logis n°2) accolé directement à la roche. Le logis n°1 est construit en moellons avec chaînages d'angle, plates-bandes des baies et corniche en pierre de
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Dates :
    1844 porte la date
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Logis composé de deux bâtiments perpendiculaires. IVR24_20133700774NUCA
  • Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort
    Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    La construction d'un moulin banal par Adam de Hodon date de 1546, il est rapidement rattaché à la rive droite du Cher. En 1794, la commission des Bien Nationaux ne le saisit pas. En 1825, le comte de , puis entre 2011 et 2015. Sur la façade nord, une pierre aux armes de Diane de Poitiers a été sculptée seigneurie de Chenonceau. Il brûle entre 1560 et 1565. En 1733 il fait toujours partie du domaine de Chenonceau, racheté par Claude Dupin. Celui-ci fait construire un pont en bois pour relier le moulin à la sud, côté ouest, ont été conservés jusqu'à hauteur des corniches. Au-dessus de l'arche une partie du
    Observation :
    Avant-becs et piles d'origine. Escalier aménagé dans l'une des piles. Point de vue exceptionnel sur
    Référence documentaire :
    p. 451-460. GELLY, Hubert. A propos du Moulin Fort à Chisseaux. Bulletin de la société p. 240-242 CHEVALIER, Casimir (abbé). De la navigation commerciale de la Loire au XVe et au XVIe siècles. Pièce justificatives. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 1865. archéologique de Touraine, Tome LXI, 1996. bâtiments de France. Paris : Picard/Le Passage/Cité de l'architecture et du patrimoine, 2010.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    ilets orientés est-ouest. Construit en pierre de taille, il comprend deux piles massives pourvues roue. Côté ouest, un escalier droit descendant au ras de l’eau est aménagé dans la pile sud qui est plus longue que l’autre. La pile abritant l'escalier est surmontée par un petit corps de logis tourelles. Il ne reste que la partie inférieure de celle située au sud, tandis que l’autre a été entièrement reconstruite en pierre de taille de tufeau et couverte d’un toit conique en ardoise. Le corps de logis est construit en pierre de taille de tufeau, tant pour les parties conservées d'origine que pour celles Le Moulin Fort est édifié en contrebas de l’église paroissiale, dans le cours du Cher, entre deux d’avant becs triangulaires à l’est, reliées par une arche en plein cintre sous laquelle était fixée la quadrangulaire couvert d'un toit à croupe en ardoise. Côté est, les avant-becs portent les culs de lampes de deux reconstruites. Il est couvert d’un haut toit en pavillon en ardoise, agrémenté de trois lucarnes au nord tandis
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Texte libre :
    d’Anne de Bretagne) acquiert les terres de la Chervière à Chisseaux et Vrigny à Saint-Georges-sur-Cher installé auparavant. Le projet est soumis à l’approbation de la communauté des marchands "fréquentant la rivière de Loire et fleuves descendant en icelle" qui donne son accord en 1546 ; la même année, Hodon du château antérieur à 1576, puisque la construction de la galerie sur le pont n’est pas commencée l’inclut au domaine de Chenonceau. L’ancien moulin banal de la seigneurie de Chenonceau installé sur devient la propriété de Claude Dupin lorsque ce dernier achète Chenonceau. Le moulin semble être en plans de l’ingénieur Martin Pascot ; la desserte de Port Olivier fut ainsi améliorée. En 1794, le échoit à la famille de Villeneuve. Le plan cadastral de 1824 atteste qu’on pont comportant cinq piles à et bases des tourelles). La famille Menier, propriétaire du château de Chenonceau, reconstruit la Entre 1540 et 1542, Adam de Hodon, ambassadeur de Renée de France (seconde fille de Louis XII et
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral ancien, section C1, 1824 ; détail de l'île reliée à la rive droite du Le Cher en amont du moulin ; vue prise depuis la pointe Est de l'île. IVR24_20123701902NUCA Vue d'ensemble prise de l'ouest avec l'escalier aménagé dans la pile sud. IVR24_20123701918NUCA Vue prise de l'est avec l'avant bec de la pile sud aménagé en terrasse. IVR24_20123701912NUCA Fac-similé d'un plan tiré du chartrier du château de Chenonceau. IVR24_19753704188Z Plans de l'étage, plan au niveau de l'eau, plan au niveau des terrassons. Extrait d'un fac-similé du chartrier de Chenonceau. IVR24_19753704190Z de Chenonceau. IVR24_19753704191Z Plans, coupes et faces de diverses parties. Fac-similé extrait du chartrier de Chenonceau L'île du Moulin Fort depuis la rive droite du Cher. IVR24_20123701885NUCA
  • Bourg : barrage mobile (
    Bourg : barrage mobile ("l'écluse") Chisseaux - La Varenne - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Référence documentaire :
    p. 48-51 MAURET-CRIBELLIER, Valérie. Les barrages mobiles du Cher canalisé. La Loire et ses p.46-65 MAURET-CRIBELLIER, Valérie. Le canal de Berry. Orléans : AREP Centre, 2001. (Itinéraires du
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Chisseaux - La Varenne - en village
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Texte libre :
    mètres en 1856. Bâtie avec soin en pierre de taille de tufeau, la maison présente un plan symétrique. Le fixe. A partir de 1869 la concurrence du chemin de fer (ligne Vierzon-Tours) entraîne une baisse régulière du transport de marchandises par voie d'eau ; presque nulle à la fin des années 1920, elle est définitivement stoppée en 1957. Le barrage de Chisseaux L'écluse et la maison éclusière sont situées en rive droite du Cher. Le déversoir fixe part de la rive gauche et s'étend sur un tiers de la largeur du Cher laquelle on accède par un escalier droit placé dans l'alignement de la porte d'entrée située au centre de Présentation générale Le Cher aménagé de 1836 à 1841 dans le prolongement du canal de Berry entre cinq dans le canton de Bléré : Chisseaux, Civray-de-Touraine, Bléré-LaCroix-en-Touraine, Vallet et Nitray à Athée-sur-Cher. Tous ces sites de barrages éclusés, de conception identique, sont constitués . Entre les deux et en aval de l'écluse, le barrage à aiguilles est relevé en période de basses eaux ou
    Illustration :
    Porche de la maison éclusière avec échelle de crue. IVR24_20193700417NUCA L'écluse vue depuis la rivière, en amont. IVR24_20123701923NUCA Mur sud de l'écluse. IVR24_20123701925NUCA
1