Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Chisseaux - le bourg - en village
    Référence documentaire :
    Inventaire des effets et ornements de l'église Saint-Pierre de Chisseaux fait le 12 septembre 1700
    Localisation :
    Chisseaux - le bourg - en village
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Annexe :
    ; collatéral sud : dans une niche, sous un dais architecturé ; le mur est peint de motifs floraux. 6) - Statue siècle ; collatéral sud. 9) - Fonts baptismaux ; marbre rose ; 18e siècle (?) ; Fonts à cuve unique. Le ) - Chemin de croix ; plâtre blanc ; limite 19e siècle 20e siècle ; Composé de 14 stations ; manque la
    Texte libre :
    l’église de Chisseaux : le premier date du 12 septembre 1700 et fait suite à une visite de l’archevêque de chapes, deux toiles communes servant à cacher les représentations des saints pendant le carême. Un calice avec sa patène, un ciboire avec son couvercle et un soleil (ostensoir) avec son croissant "le tout d’orfèvrerie d’Ancien régime n’ont pas été retrouvées lors de l’enquête. Le second inventaire, joint aux ancienne ainsi que celle d’un grand Christ réputé en ivoire. Un tableau représentant le Baptême du Christ signé Simon Silvain a été donné en 1860. trois verrières ornent le chœur : saint Pierre (Lobin, 1870 conservé au château de Chenonceau, il aurait été donné en 1938 à l'église de Chisseaux et a été classé le
    Illustration :
    Ornement blanc : chappe, vue de dos. IVR24_20133701052NUCA
  • Tableau : le Baptême du Christ
    Tableau : le Baptême du Christ Chisseaux - le bourg - en village
    Représentations :
    Saint Jean Baptiste et le Christ sont représentés debout à un endroit peu profond du Jourdain
    Localisation :
    Chisseaux - le bourg - en village
    Titre courant :
    Tableau : le Baptême du Christ
    Dimension :
    Dimensions avec le cadre.
  • Cormier (le) : abri dit loge de vigne
    Cormier (le) : abri dit loge de vigne Chisseaux - Le Cormier - isolé
    Description :
    recevait un volet, cette partie de l'abri étant réservée à un animal. Le toit à deux pans est couvert en
    Localisation :
    Chisseaux - Le Cormier - isolé
    Titre courant :
    Cormier (le) : abri dit loge de vigne
  • Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort
    Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Historique :
    par Claude Dupin. Celui-ci fait construire un pont en bois pour relier le moulin à la rive droite du Cher. En 1794, la commission des Bien Nationaux ne le saisit pas. En 1825, le comte de Villeneuve , propriétaire du Chenonceau, transforme le Moulin Fort en moulin à tan. Il s'arrête en 1840 lorsque le barrage à écluse en rive droite du Cher construit. Vers 1910, le moulin est partie détruit ; il reste les piles et dans les années 1920, le moulin transformé en habitation est restauré vers 1985 puis 2011-2015. Sur la
    Hydrographies :
    le Cher
    Observation :
    le Cher.
    Référence documentaire :
    bâtiments de France. Paris : Picard/Le Passage/Cité de l'architecture et du patrimoine, 2010.
    Description :
    Le Moulin Fort est édifié en contrebas de l’église paroissiale, dans le cours du Cher, entre deux reconstruite en pierre de taille de tufeau et couverte d’un toit conique en ardoise. Le corps de logis est qu’une autre tourelle, à laquelle est accolée une souche de cheminée en brique, traverse le pan nord de
    Localisation :
    Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Texte libre :
    . Ayant constitué un domaine suffisamment vaste, il envisage, en 1544, de le doter d’un moulin banal , situé sur une île du Cher entre le bourg de Chisseaux et Vrigny, où un moulin à foulon avait été installé auparavant. Le projet est soumis à l’approbation de la communauté des marchands « fréquentant la acquiert les eaux et pêcheries du Cher depuis le ruisseau de Bray (commune de Saint-Georges) jusqu’au domaine de Chenonceau. Le Port Olivier en est exclu. Le Moulin Fort est alors construit, sans que l’on du château antérieur à 1576 puisque la construction de la galerie sur le pont n’est pas commencée ). Le 23 février 1556, Adam de Hodon cède par contrat sa seigneurie de Chisseaux à Diane de Poitiers qui Médicis à Diane de Poitiers, le Moulin Fort fait toujours partie de celle de Chenonceau mais il brûle devient la propriété de Claude Dupin lorsque ce dernier achète Chenonceau. Le moulin semble être en mauvais été puisque Claude Dupin le fait reconstruire et relier à Chisseaux par un pont de bois. Ce pont
    Illustration :
    Le Cher en amont du moulin, vue prise depuis la terrasse est. IVR24_20123701900NUCA Le Cher en amont du moulin ; vue prise depuis la pointe Est de l'île. IVR24_20123701902NUCA
  • L'écluse : barrage mobile
    L'écluse : barrage mobile Chisseaux - Varenne (la) - en village
    Hydrographies :
    le Cher
    Référence documentaire :
    p.46-65 MAURET-CRIBELLIER, Valérie. Le canal de Berry. Orléans : AREP Centre, 2001. (Itinéraires du
    Texte libre :
    Présentation générale Le Cher aménagé de 1836 à 1841 dans le prolongement du canal de Berry entre cinq dans le canton de Bléré : Chisseaux, Civray-de-Touraine, Bléré-LaCroix-en-Touraine, Vallet et définitivement stoppée en 1957. Le barrage de Chisseaux L'écluse et la maison éclusière sont situées en rive droite du Cher. Le déversoir fixe part de la rive gauche et s'étend sur un tiers de la largeur du Cher . Entre les deux et en aval de l'écluse, le barrage à aiguilles est relevé en période de basses eaux ou abaissé pendant les fortes eaux. Il faut environ 600 aiguilles de sapin pour fermer le barrage. Les fermettes reliées par des chaînes portent des plaques métalliques qui forment le tablier du barrage, selon le système mis au point par l'ingénieur Camille Bailloud en 1837. Toutes les maisons éclusières situées sur le Cher canalisé sont semblables et abritaient à l'origine deux logements : un pour l'éclusier et un pour le barragiste. A Chisseaux, la maison est construite sur une terrasse maçonnée à laquelle
  • Ciboire, ciboire des malades
    Ciboire, ciboire des malades Chisseaux - bourg (le) - en village
    Inscriptions & marques :
    Ciboire : 1er titre Paris 1819-1838, grosse garantie Paris 1819-1838 sur le bord de la coupe ; ciboire des malades : 1er titre Paris 1819-1838, moyenne garantie Paris 1819-1838 sur le bord de la coupe.
    Représentations :
    Ciboire : Décor à motifs végétaux porté sur le pied, le nœud et le couvercle. Absence de décor sur le ciboire des malades.
    Localisation :
    Chisseaux - bourg (le) - en village
    États conservations :
    Le bord de la coupe du ciboire est légèrement déformé. La croix sommitale du ciboire des malades a
  • Statue-reliquaire de sainte Germaine
    Statue-reliquaire de sainte Germaine Chisseaux - le bourg - en village
    Description :
    terrasse est percée d'un trou circulaire permettant de conserver une relique ; le disque qui
    Localisation :
    Chisseaux - le bourg - en village
    États conservations :
    Le bouchon-reliquaire manque ainsi vraisemblablement que la quenouille.
  • Peinture monumentale
    Peinture monumentale Chisseaux - le bourg - en village
    Représentations :
    La partie conservée du décor représente partiellement la Cène. Seule la tête du Christ portant le
    Description :
    La seule partie conservée d'une peinture monumentale dans l'église est le fragment présent sur le
    Localisation :
    Chisseaux - le bourg - en village
  • Statue : Bienheureuse Jeanne d'Arc
    Statue : Bienheureuse Jeanne d'Arc Chisseaux - le bourg - en village
    Historique :
    Cette statue a été offerte par une paroissienne, Marie de Blives, dont le nom et la date du 8 mai 1909 sont peints sur l’œuvre. Le don fait suite à la béatification de Jeanne d'Arc survenue le 18 avril
    Représentations :
    Jeanne d'Arc est représentée debout, le haut du corps protégé par une armure portée sur sa robe de bergère. Les pieds sont protégés par des solerets. Elle tient son épée la pointe tournée vers le sol
    Localisation :
    Chisseaux - le bourg - en village
  • Ensemble de 3 crécelles
    Ensemble de 3 crécelles Chisseaux - le bourg - en village
    Historique :
    Les crécelles étaient utilisées durant le carême. Aucune mention ne renseigne sur leur date de
    Description :
    un barillet nervuré placé dans le prolongement d'un manche cylindrique. La plaque de bois est retenue
    Localisation :
    Chisseaux - le bourg - en village
  • Lutrin dit aigle-lutrin
    Lutrin dit aigle-lutrin Chisseaux - le bourg - en village
    Description :
    recouvert de stuc peint. Le léger relief donné au stuc et la polychromie imitent les plumes de l'oiseau. Au
    Localisation :
    Chisseaux - le bourg - en village
  • Ciboire
    Ciboire Chisseaux - bourg - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de maître sur le couvercle et sur le bord de la coupe. Poinçon de maître horizontal . Poinçon titre et garantie Paris sur le pied.
  • Présentation de la commune de Chisseaux
    Présentation de la commune de Chisseaux Chisseaux
    Texte libre :
    département de Loir-et-Cher et couvre une superficie de 11,83 km2. Limitée au sud par le Cher sur 2 km -est au sud et se jettent dans le Cher. Celui de la Charvière a formé une vallée encaissée et boisée ; sa source alimente l'étang du même nom. Le plateau qui domine la vallée du Cher a une hauteur moyenne de 110 m et culmine à 131m au centre du territoire communal. Au plan géologique, le coteau a été surmonté par la craie de Villedieu. Le plateau est constitué d'argiles à silex et, au nord, de sables nombreuses cavités troglodytiques. La plupart des habitations sont regroupées dans le quart sud de la commune , où le bourg s'est implanté à la fois dans la vallée et à mi-pente du coteau, au nord de l'actuelle Bécasserie, la Duponterie, le Cormier, la Coudre, la Mailloterie, Bennechien. Au nord, au lieu-dit Touvent vide d'habitations. La culture de la vigne couvrait autrefois tout le coteau mais tend à se raréfier . Le massif forestier d'Amboise constitue une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral ancien, section C2, 1824. Le bourg et les Caves. (Archives Le Cher près du moulin de Chisseaux. IVR24_20123701880NUCA Le Cher en amont du moulin de Chisseaux. IVR24_20123701901NUCA Le barrage éclusé vu depuis le Cher, en amont et le moulin de Port-Olivier sur la gauche Le Cher vu depuis la rive droite avec le moulin de Port-Olivier et une partie du barrage éclusé à Etagement des maisons le long de la route départementale traversant le bourg et à flanc de coteau Etagement des maisons en partie troglodytiques à flanc de coteau, le long de la route Maisons dans la vallée, le long de la route départementale traversant le bourg et à flanc de coteau
  • Calice
    Calice Chisseaux - bourg - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons de garantie sur la coupe et sur le pied. Poinçon de maître sur la coupe et sur le pied mal
  • Perpassé : lavoir
    Perpassé : lavoir Chisseaux - près de Perpassé - en village - Cadastre : 1824 C2 2197
    Historique :
    Le premier lavoir construit sur le ruisseau de Morue figure sur le plan cadastral de 1824. Il s'agit d'un simple bassin situé au nord de la ferme de la Degrainière. Le 31 juillet 1886, Ernest sur une parcelle privée. Les plans sont visés en préfecture le 2 février 1887.
    Référence documentaire :
    l'emprise pour agrandir le lavoir. Par Ernest Chauvigny, architecte à Montrichard, 1886. Archives
    Description :
    perpendiculairement au mur ouest du bassin, plongeant dans le fossé et percé d'une évacuation, permet de conduire l'eau sous le chemin de Perpassé.
    Illustration :
    la commune Ernest Chauvigny. Montrichard le 31 juillet 1886. (Archives départementales d'Indre-et Ernest Chauvigny. Montrichard le 31 juillet 1886. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O
  • Bourg : château de Pontcher (2 rue de la Forêt)
    Bourg : château de Pontcher (2 rue de la Forêt) Chisseaux - Bourg - 2 rue de la Forêt - en village
    Historique :
    La première mention du lieu apparaît en 920 sous le nom de Pont Caris. Ranjard mentionne un fief de siècle sans préciser son emplacement ; peut-être est-ce Pontcher. Le château actuel n'est pas mentionné retrait du chemin ; un bâtiment lui faisant face, aligné sur le chemin, qui correspond vraisemblablement
    Référence documentaire :
    Plan du château de Pontcher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul . Plan du château de Pontcher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul
    Description :
    Le corps de logis de plan rectangulaire comprend 4 travées. Lui est accolée une tour demi hors
    Illustration :
    Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul Plan du château de Poncher, paroisse de Chisseaux. Levé par J. Fournier pour le duc de Choiseul
  • Bourg : église paroissiale Saint-Pierre (rue de l’Église)
    Bourg : église paroissiale Saint-Pierre (rue de l’Église) Chisseaux - Bourg - rue de l’Église - en village
    Historique :
    été reconstruite au cours du 10e siècle. Le mur nord de la nef constitue la partie la plus ancienne de reconstruit au 11e siècle. La travée droite du chœur et le clocher, arasé ou inachevé, datent du 12e siècle . Le chevet date du 12e ou du 13e siècle. La charpente de la nef semble dater du 15e ou du 16e siècle en juin 1868 par le préfet, c'est bien ce projet qui fut réalisé. Le portail ouest est refait en 1904
    Référence documentaire :
    Projet d'agrandissement dressé par les architectes Guérin et Alison, Tours le 15 mai 1865. Plan et Projet d'agrandissement de la sacristie, signé P. Bataille, E. Boué architectes à Tours, le 31 octobre 1903. Rayé et signé Paul Bataille le 30 janvier 1904. Tours : Archives départementales d'Indre-et Projet de porte d'entrée, signé P. Bataille, E. Boué architectes à Tours le 31 octobre 1903. Rayé et signé Paul Bataille le 30 janvier 1904. Tours : Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 73
    Description :
    De plan allongé, sans transept, l'église comporte deux vaisseaux parallèles : le premier, au nord grandes arcades, de manière à communiquer avec un collatéral ajouté au sud. Le vaisseau de la nef d'origine est couvert d'une fausse voûte lambrissée ; les entraits de la charpente sont apparents. Le . Le chevet à cinq pans, renforcés aux angles par des contreforts, est orné d'une corniche à modillons sculptés dont cinq sont récents, trois au sud et deux au nord. Le mur sud du collatéral est bâti en est de la chapelle sud, jouxte le chevet. A l'extérieur, surmontant la première travée de la nef, se dresse une cloche abritée sous un dais. Toutes les couvertures sont en ardoise. Toit à longs pans sur le vaisseau nord ; toit polygonal sur le chevet ; flèche polygonale ; toit à deux pans sur la chapelle sud ; toit en appentis sur le collatéral sud et sur la sacristie.
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral ancien, section C1, 1824. Le bourg avec l'église et l’ancien cimetière Plan et coupe transversale, état actuel. Par Guérin et Alison, architectes. Tours le 15 mai 1865 , architectes. Tours le 15 mai 1865. . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O . Tours le 15 mai 1865. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700071NUCA Projet de porte d'entrée. Signé P. Bataille, E. Boué architectes à Tours, le 31 octobre 1903. Rayé et signé Paul B. le 30 janvier 1904. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O Projet d'agrandissement de la sacristie. Signé P. Bataille, E. Boué architectes à Tours, le 31 octobre 1903. Rayé et signé Paul B. le 30 janvier 1904. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours Vue de la nef d'origine à droite et des grandes arcades communiquant avec le collatéral sud, depuis
  • Bourg : presbytère (4 rue de l’Église) actuellement maison
    Bourg : presbytère (4 rue de l’Église) actuellement maison Chisseaux - 4 rue de l'Église - en village
    Historique :
    Le presbytère de Chisseaux a été, selon l’historien Carré de Busserolle, presque entièrement l’aile sud, le vestibule disparait laissant place à un corridor longitudinal et une nouvelle cuisine . Actuellement les bâtiments ont conservé leur disposition par rapport à la cour ainsi que, pour le logis, ses
    Référence documentaire :
    Projet de construction d'une chambre de domestique à réaliser dans le presbytère. Tours : Archives
    Description :
    par des murs à l'est et à l'ouest déterminent une cour rectangulaire. Le logis (bâtiment sud) de plan sud. Les encadrements des baies cintrées sont en pierre de taille de même que la corniche moulurée. Le pignon ouest est percé de deux baies et d'un oculus. Le toit à longs pans et pignon découvert est couvert cheminée sont en brique. Le bâtiment nord, construit en moellons enduits est couvert d’un toit à longs pans
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral ancien, section C1, 1824. Le bourg avec l'église, le presbytère à l'ouest Montrichard le 28 octobre 1881. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700074NUCA
  • Bretonnes : ferme
    Bretonnes : ferme Chisseaux - Les Bretonnes - en écart
    Historique :
    Si le lieu-dit "les Bretonnes" est bien inscrit sur le premier plan cadastral, en revanche aucune construction n'y figure. Le logis principal de la ferme est construit en 1844 avec un agrandissement en retour d’équerre légèrement postérieur. En contrebas et accolé contre le coteau, un petit logis augmenté d'une
    Description :
    faible développement en profondeur des parcelles : en haut du coteau se trouve le logis principal (logis n°1) et en contrebas un logis plus modeste (logis n°2) accolé directement à la roche. Le logis n°1 toits à deux pans et noues sont couverts en tuile plate. Le logis n°2 consiste en une maison en moellons lequel on plaçait la braise, surmonté d'un placard mural. Le comble de cette partie de la maison est
  • Bourg : école de filles (38 rue Nationale) actuellement maison
    Bourg : école de filles (38 rue Nationale) actuellement maison Chisseaux - 38 rue Nationale - en village
    Description :
    l'étage et non en rez-de-chaussée comme c'est habituellement le cas. La façade nord de la maison, sur rue corniche et le fronton central. Le toit à longs pan est couvert en ardoise et les souches des cheminées sont en brique. Le bâtiment en retour d'équerre comprenait des espaces de stockage au rez-de-chaussée
    Illustration :
    Montrichard le 8 mars 1878. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700072NUCA le 8 mars 1878. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20123700073NUCA