Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation de la commune de La Croix-du-Perche
    Présentation de la commune de La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux. Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : 3090 - 3091. Baillage de La Croix-du-Perche. Plan de la commune de La Croix-du-Perche/auteur inconnu. Dressé en 1868. (Archives départementales Plan de l’ancienne école de La Croix-du-Perche. 1868. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 5 Archives privées. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Actes de vente. 1832-1859. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Plan de l’appentis au nord du logis /auteur inconnu, non FEY, Nathalie. La Croix-du-Perche - L’église à rêves. Pays du Perche n° 10, Fédération des Amis du KERDREAN, Comte de. Notice sur l’église de La Croix-du-Perche. Mémoires de la société archéologique OLLAGNIER, Anne, JOLY, Dominique. Carte archéologique de la Gaule. L´Eure-et-Loir. Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres : Ministère de la culture et de la francophonie : Ministère de
    Localisation :
    La Croix-du-Perche
    Titre courant :
    Présentation de la commune de La Croix-du-Perche
    Annexe :
    Cadre de l'étude L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de La Croix
    Texte libre :
    Chemin de César, reliant le Dunois à Nogent-le-Rotrou et coïncidant avec la route départementale 110. A la Croix-du-Perche dont l’enceinte circulaire est toujours lisible. En 1495, "[...] la motte et la place de la maison-fort de Gaillard, entourée de bois et d’étangs profonds remplis de poisson d’une paroisse et un prieuré dont il subsiste l’ancienne chapelle prieurale (devenue par la suite église paroissiale Saint-Martin) et les caves du logis prieural (devenu presbytère puis maisons). En 1250, la paroisse porte le nom de Crux in Pertico d’après les titres de la fabrique et inventaire manuscrit du 18e disciples, au 12e siècle, qui, pour marquer l’implantation de leur monastère dans la région (plus précisément à Tiron), auraient érigé une imposante croix. La Croix-du-Perche est connue pour une bataille qui opposa en 1589 les troupes royales du Comte de Soissons, menées par le capitaine Fontenay de la Resnière commémorer cette bataille. Sous l’Ancien Régime, le territoire de La Croix-du-Perche est sous l’emprise de
    Illustration :
    Extrait de la carte de Cassini (3e quart 18e siècle). IVR24_20132800471NUC2 Plan de la commune, dressé en 1868, auteur inconnu. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 4 Fi Demeure de la Pihourdière. IVR24_20172800295NUCA Vue d'ensemble de la ferme de Chesneau depuis le sud-est. IVR24_20162801136NUCA
  • Bourg de La Croix-du-Perche
    Bourg de La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche - le Bourg - en village
    Historique :
    D’après Édouard Lefèvre, le bourg primitif de la Croix-du-Perche se trouvait au haut Moyen-Âge dans les environs de l’étang de Gaillard. En 1495, "la motte et la place de la maison-fort de Gaillard l’ancien logis du prieur dont la cave date du 16e siècle, de même que la structure de l’ancienne mairie bourg tel qu’il était à la fin du 18e siècle. A cette époque, une trentaine de maisons de fermes se le sud. La quasi-totalité des maisons et des fermes a été reconstruite à partir de 1850, le plus la seconde moitié du 20e siècle, quelques maisons ont été édifiées en extension du bourg (rue de
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Référence documentaire :
    Plan de l’ancienne école de La Croix-du-Perche. 1868. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 5 Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.
    Description :
    Le bourg de La Croix-du-Perche se situe à proximité de la rivière de la Foussarde qu’il surplombe essentiellement implantées autour de la place de l’Eglise. A l’exception d’une maison à un étage carré et à façade de silex couverts d’un enduit à la chaux. Plusieurs exemples possèdent des murs en brique (maisons au
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - le Bourg - en village
    Titre courant :
    Bourg de La Croix-du-Perche
    Illustration :
    Vue d’ensemble de l’église paroissiale, de la mairie-école et de la salle polyvalente, depuis le
  • Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche
    Localisation :
    La Croix-du-Perche
    Titre courant :
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Texte libre :
    construites entre le 16e siècle (vestiges dans la cave du logis probable du prieur au bourg) et les années 1930. Dans l’ensemble, elles datent de la seconde moitié du 19e siècle et du début du 20e siècle demeure à La Pihourdière). A l’exception de six d’entre elles, les fermes se situent à l’extérieur du ) notamment aux Charonnières, à La Chesnaye ou au Grand Ricourt. Elles ont toutes été plus ou moins et des charpentes). Une dizaine de fermes ont été construites (ou reconstruites) dans la seconde moitié du 19e siècle. Plusieurs fermes, à l’instar de celles de La Léonie ou de Gaillard, sont construites dans la seconde moitié du 19e siècle. Plusieurs dates (chronogrammes ou mentions des matrices sur l´ensemble de la commune. Celle-ci compte une trentaine de lieux-dits : le bourg, deux hameaux la moitié) sont de type « bloc à terre » simple : un bâtiment rectangulaire, abritant sous un même toit le logis et les dépendances agricoles. C’est le cas notamment à La Blotière, aux Écoles ou au Gros
    Illustration :
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche - Carte synthétique des édifices repérés et sélectionnées La Léonie, ferme : plan de localisation des bâtiments de la ferme. IVR24_20132800419NUDA Tableau synthétique des éléments bâtis sélectionnés à La Croix-du-Perche. IVR24_20132800467NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (1 sur 3). IVR24_20132800468NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (2 sur 3). IVR24_20132800469NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (3 sur 3). IVR24_20132800470NUD La Pihourdière, demeure. IVR24_20172800295NUCA La Léonie, ferme construite en 1864. IVR24_20132800420NUC2A La Léonie, mise en oeuvre en terre crue (bauge) sur solin maçonné en moellons de silex
  • Pihourdière : ferme et demeure
    Pihourdière : ferme et demeure La Croix-du-Perche - La Pihourdière - isolé - Cadastre : 1814 B2 235, 236 2013 ZK 63
    Historique :
    En 1814, sur le plan cadastral, la ferme de La Pihourdière comprend plusieurs bâtiments dont la plupart forment un "U". La partie la plus ancienne, qui remonte au 18e siècle, est très probablement le logis et la dépendance en pan de bois présents au sud-ouest de la cour (compte tenu de la pente de toit importante et la charpente à sous-faîtière). Au début du 19e siècle, la ferme appartient à François Auguste de Chabot (maire de la commune de 1812 à 1830). Par héritage (plus précisément par mariage), la propriété revient à Olivier Marie Auguste Chellet de Kerdréan. Ce dernier la modifie considérablement. Ces ) pour le reconstruire à La Pihourdière en 1863. En 1875, il fait reconstruire un logis (pour les domestiques) et des dépendances au sud-ouest de la demeure (corps de bâtiments aux encadrements de baies et aux chaînages d’angle alternant la pierre de taille de calcaire et la brique). Malheureusement, le baies en façade sud de la demeure qui, après avoir éclatées, ont été cimentées. Le domaine passe en 1904
    Observation :
    Le comte de Kerdréan (Olivier Marie Auguste Chellet de Kerdréan), membre honoraire de la société archéologique d’Eure-et-Loir, modifie considérablement sa propriété en se faisant construire une riche demeure du tuffeau, une pierre d’importation, richesse des décors néo-gothique), la demeure et la ferme, dont
    Description :
    Situées dans la partie est de la commune, la ferme et la demeure de La Pihourdière forment deux bâtiments organisés en "L". Le bâtiment principal, abritant la demeure (à usage strict d’habitation blason (à trois chevrons et trois étoiles), donne accès à un premier salon. Complétant la travée, les deux fenêtres, à croisée, chambranle à base prismatique et surmontées d’une accolade en saillie dont la plusieurs corps. Sa façade principale est orientée à l’est (la façade de l’ouest est aveugle). Le corps de , corbeaux et linteau en bois), l’étable et la cage d’escalier permettant l’accès au comble. La charpente est encadrements d’ouvertures font alterner la pierre de taille calcaire et la brique. Les toits sont à longs pans
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - La Pihourdière - isolé - Cadastre : 1814 B2 235, 236 2013 ZK 63
    Illustration :
    Vue de détail de la porte du pignon ouest. IVR24_20132800432NUC2A Demeure, angle nord-ouest, partie basse de la tourelle. IVR24_20172800300NUCA Demeure, angle nord-ouest, partie médiane de la tourelle. IVR24_20172800301NUCA Bâtiment secondaire, vue de la charpente du corps de bâtiment sud. IVR24_20132800437NUC2A
  • Bourg : chapelle prieurale puis église paroissiale Saint-Martin
    Bourg : chapelle prieurale puis église paroissiale Saint-Martin La Croix-du-Perche - Bourg - en village - Cadastre : 1814 C2 273 2013 AB 45
    Historique :
    Les moines de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron fondent au 12e siècle un prieuré à La Croix-du -Perche. La chapelle, qui deviendra par la suite l’église paroissiale, remonte à cette époque dans sa structure, comme en témoignent les vestiges de baies romanes et la corniche à modillons. Elle a été remaniée au 16e siècle : percement d’une baie à réseau gothique flamboyant au sud-est, réfection entière de la charpente et de la fausse voûte lambrissée. Portant la date de 1537, cette dernière est ornée de fresques dont les auteurs et commanditaires restent inconnus. En 1591, pour commémorer la bataille de La Croix fresques murales dans la chapelle du prieuré (aujourd'hui invisibles, recouvertes d'un épais badigeon). A la fin du 16e siècle, les moines quittent La Croix-du-Perche et la chapelle prieurale devient église d’Orléans présentent à la cure jusqu’à la Révolution. Au 18e siècle, le clocher-mur a été remplacé par un campagnes de travaux se succèdent pour l’entretien et la restauration de l’église. Depuis le début des
    Observation :
    Son ancienneté (12e - 16e siècles pour l’essentiel), la conservation de sa fausse voûte lambrissée celles des édifices du secteur et la richesse de son mobilier (non étudié dans ce dossier) font de cet
    Référence documentaire :
    FEY, Nathalie. La Croix-du-Perche - L’église à rêves. Pays du Perche n° 10, Fédération des Amis du KERDREAN, Comte de. Notice sur l’église de La Croix-du-Perche. Mémoires de la société archéologique OUVRAGE COLLECTIF. Édifices religieux du canton de Thiron-Gardais. Bulletin de la société
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    d'une abside semi-circulaire. La façade occidentale conserve la trace de l’ancien clocher-mur : grand cintre. Six baies éclairent la nef : trois au nord, trois au sud. L'élévation nord conserve les vestiges l’arrière de ce dernier se trouve la sacristie, accessible par deux portes qui encadrent le retable de style classique. La structure de l’édifice est renforcée par d’imposants contreforts (quatre contreforts plats à calcaire. Les chaînages d’angle et les contreforts sont en pierre de taille de grison. Le toit de la nef et est couvert d’une flèche en ardoise. La charpente, à chevrons formant fermes où alternent fermes à section octogonale, les six entraits et six poinçons apparents de la charpente sont sculptés. Les cinq la jonction avec le poinçon. Une poutre de gloire se trouve au niveau du poinçon du troisième ensemble : les instruments de la Passion y sont sculptés. Au centre de l’entrait, deux anges soutiennent un supports et surmonté de la crosse et de la mitre abbatiale, d’après le Comte de Kerdréan en 1889 dans sa
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Bourg - en village - Cadastre : 1814 C2 273 2013 AB 45
    Dates :
    1537 porte la date
    Illustration :
    Vue générale de la place de l'église depuis le nord-ouest. IVR24_20142800126NUC4A Intérieur, vue globale de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800110NUC4A Intérieur, vue globale de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800104NUC4A Intérieur, vue générale de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800103NUC4A Intérieur, vue générale de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800102NUC4A Intérieur, vue partielle de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800107NUC4A Intérieur, vue partielle de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800106NUC4A Intérieur, vue partielle de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800108NUC4A Intérieur, vue partielle de la fausse voûte lambrissée peinte, détail de la poutre de gloire Intérieur, vue partielle de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800111NUC4A
  • Chevilleau : ferme
    Chevilleau : ferme La Croix-du-Perche - Chevilleau - isolé - Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 2013 ZE 60, 61
    Historique :
    modifié par la suite. Présent en 1814 sur le plan cadastral, un troisième bâtiment situé à l’est de l’ensemble a été reconstruit par la suite. En 1847, la municipalité voisine de Thiron-Gardais souhaite porte acquéreur. La halle est reconstruite en 1856 (date portée sur l’enduit, ainsi que l’inscription CMC, probablement les initiales du maître d’œuvre, inconnu) au sud de la ferme pour servir de betteraverie. En 1859, la propriété entre dans le giron de la famille Chellet de Kerdréan. Dans l’acte de vente les bâtiments sont succinctement décrits : sept bâtiments constituent la ferme (un bâtiment principal [logis, écurie], deux granges, une bergerie, une halle, un poulailler et toit à porcs). La transformation du bâtiment en "L" semble remonter à la seconde moitié du 19e siècle, commanditée par les Chellet de Kerdréan. En 1904, la ferme (ainsi que tout le domaine réuni par les Chellet de Kerdréan) est la ferme : reconstruction de la bergerie, construction de remises, de hangars, modification des
    Observation :
    L’histoire assez bien connue de cette ferme, ses dimensions importantes et la diversité des principal de la ferme des Charmois : caractéristiques architecturales similaires (mise en œuvre du silex
    Référence documentaire :
    La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Plan de l’appentis au nord du logis /auteur inconnu, non Archives privées. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Actes de vente. 1832-1859.
    Description :
    Située dans la partie est de la commune, la ferme comprend quatre bâtiments répartis autour d’une ouest abrite la grange et l’étable. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein (aile l’est de l’ensemble, la bergerie possède des murs en moellons de silex jointoyés. Un plancher métallique chaînages d’angle et les jambes harpées sont en brique. L’ancienne halle, devenue la betteraverie, s’élève niveau d’un hourdis, l’enduit porte la date 1856 et l’inscription CMC. Une remise et un hangar situé à l’ouest complètent l’ensemble. Un puits (pompe à bras) se situe au centre de la cour. Les toits à longs
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Chevilleau - isolé - Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 2013 ZE 60, 61
    Dates :
    1856 porte la date
    Annexe :
    Synthèse des actes de vente de la ferme de Chevilleau, à La Croix-du-Perche (1832–1859) • 9 juillet 1832 : vente de la ferme et dépendances de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et enfants . Benoist père avait fait l’acquisition de tous ces biens pendant le cours de sa communauté avec la dite Touzeau de la manière suivante : Partie de l’article premier sur lequel (n°175) les époux Benoist père et titre d’échange de François Chevreau, bordage, demeurant à la Grande Coudray, commune de Coudreceau . [...] " • 9 juillet 1832 : vente d’une petite ferme située à Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et : " [...] composée de bâtiments nécessaire à son exploitation (de la ferme), cour, jardin, [...] " "- [...] Une et son épouse demeurant commune de la Bazoche-Gouet, le 28 mars 1792. [...]" • 26 octobre 1859 : vente de la ferme de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par M. Romain-Môle, docteur en médecine demeurant à Chratres à M. Olivier Marie Augustin Chellet de Kerdréan, propriétaire demeurant à la Pihourdière (La Croix
  • Moulin Gaillard : moulin
    Moulin Gaillard : moulin La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Historique :
    Le moulin semble remonter, en ce qui concerne la partie la plus ancienne au nord du bâtiment, à 1830 (date portée sur le linteau de la porte). A cette époque, il appartient à François Rivière domaine comprenant plusieurs bâtiments et 250 ha de terre, est vendu à la famille Silvy. D’après l’examen en 1863 en conservant la partie nord de l’édifice (fenêtre datée et chaînage d’angle en pierre de du 19e siècle ou du premier quart du 20e siècle. En activité jusqu’après la seconde guerre mondiale
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Observation :
    approfondie. L’ensemble formé par le moulin, la maison de maître et la ferme constitue un site patrimonial et
    Description :
    par l’étang de Gaillard, la chute d’eau actionne une roue métallique placée sous un appentis contre le , placé au centre du bâtiment, dessert chaque niveau. Les murs, couverts d’un enduit plein à la chaux clapiers à lapins, le poulailler, un toit à porcs, une grange, une écurie, une étable et une remise. La maçonnés. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein ou à pierre vue à la chaux. Les au sud de l’ensemble. Ses murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein à la chaux. Ses
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Dates :
    1830 porte la date
    Illustration :
    Façade pricnipale, vue de détail de la porte centrale et de la lucarne passante Fournil, détail de la gueule du four. IVR24_20132800408NUC2A
  • Bourg : lavoir
    Bourg : lavoir La Croix-du-Perche - le Bourg - chemin des Écoles - en village - Cadastre : 2013 ZM 80
    Historique :
    Probablement construit dans la seconde moitié du 19e siècle (il est inexistant en 1814, date du
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Situé au sud-ouest du bourg, sur la rivière de la Foussarde, le lavoir possède trois murs maçonnés
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - le Bourg - chemin des Écoles - en village - Cadastre : 2013 ZM 80
  • Chesneau : moulin, actuellement maison
    Chesneau : moulin, actuellement maison La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Historique :
    A Chesneau, la présence d’un moulin sur la Foussarde est attestée en 1667. Un certain Marin Grosse la seconde moitié du 20e siècle, le moulin a été à nouveau très transformé : percements d'ouvertures
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Description :
    Situé à l’extrémité sud-est de la commune, le moulin du Chesneau comprend deux bâtiments en vis-à alimentée par un bief de la rivière de la Foussarde permet une chute qui actionne une roue (en l'état de dans l’épaisseur du mur en moellons de silex couvert d’un enduit à la chaux à pierre vue. Un toit à porcs est accolé au sud de la grange-étable. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Illustration :
    Vue générale du moulin et de la retenue d’eau depuis le nord-ouest. IVR24_20132800372NUC2A Moulin, intérieur, vue de détail : vestiges de la roue et chute d’eau. IVR24_20132800374NUC2A
  • Grandes Guinières : ferme
    Grandes Guinières : ferme La Croix-du-Perche - Les Grandes Guinières - isolé - Cadastre : 1814 A1 183 2013 ZA 59
    Historique :
    La ferme des Grandes Guinières a été reconstruite in situ en 1893 pour Pierre Paul Marie Lucas , associé d’agent de change à Paris (d’après l’examen des matrices cadastrales, et la date portée sur la souche de cheminée). Tous les bâtiments semblent construits durant cette période. Pour les besoins de la
    Description :
    Située dans la partie ouest, cette ferme isolée compte trois bâtiments répartis autour d’une cour ouverte. La mare et le lavoir se situent à l’est de la ferme. Le bâtiment principal comprend le logis (à appentis lui est accolé à l’est. La voûte du fournil, initialement dissocié du bâtiment principal, est jointive du toit à porcs. Une grange se situe à l’est de la cour, et la bergerie au sud. Un hangar est aligné sur cette dernière. De l’autre côté de la mare se trouve le lavoir. Une pompe à bras en fonte est l’étable et de la bergerie, la descente de toit est interrompue par des lucarnes pendantes.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Les Grandes Guinières - isolé - Cadastre : 1814 A1 183 2013 ZA 59
    Dates :
    1893 porte la date daté par source
  • Léonie : ferme, actuellement maison
    Léonie : ferme, actuellement maison La Croix-du-Perche - La Léonie - isolé - Cadastre : 1814 B2 296 2013 ZI 43
    Historique :
    Sur le plan cadastral de 1814, le lieu-dit se nomme "Le Bois de la Béquille" et aucune construction n’y apparaît. Les matrices cadastrales font état de la construction d’une maison pour Léon Manguin en -dit (la Léonie). Le petit bâtiment en vis-à-vis (fournil et toit à porcs) semble dater de cette même époque, tandis que la grange paraît dater de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle. Le bâtiment principal et la grange ont été transformés au début du 21e siècle au cours de la rénovation de l’ensemble
    Description :
    Située à l’extrémité est de la commune, la ferme comprend trois bâtiments répartis autour d’une est composé d’un cellier (ou chambre), d’une salle, d’une écurie et d’une étable. A l’arrière de la ) sont en brique. La grange, située à l’est, possède des murs en moellons de silex. L’encadrement de la dernier bâtiment, placé au sud de la ferme, abrite le fournil et les toits à porcs. De maçonnerie
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - La Léonie - isolé - Cadastre : 1814 B2 296 2013 ZI 43
    Illustration :
    Fournil et toit à porcs, détail de la mise en oeuvre. IVR24_20132800423NUC2A
  • Bourg : monument aux morts
    Bourg : monument aux morts La Croix-du-Perche - Bourg - place de l'Église - en village
    Historique :
    Le monument aux morts a été érigé en 1922 par Emile Jouvet, entrepreneur en travaux publics à La
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument aux morts se situe dans le bourg, au centre de la place de l’Église. En pierre de taille de grès, il comprend une stèle de forme pyramidale, posée sur un socle de section carrée. La stèle porte les noms des soldats morts pour la France sur ses faces. Elle est décorée d’une palme et d’une
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Bourg - place de l'Église - en village
  • Gaillard : ferme
    Gaillard : ferme La Croix-du-Perche - Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 120 2013 ZM 60
    Observation :
    chasse (sa maison de maître) pour y abriter ses chevaux (ce qui explique la place importante qu’occupent les écuries dans cette ferme). La cohérence de cette construction, la recherche de symétrie, le soin apporté et la séparation prononcée entre les différentes parties de la ferme montre la volonté d’inscrire cette construction dans la mouvance des fermes modèles issues des traités d’architecture. L’ensemble regroupant la ferme, la maison de maître et le moulin constitue un site paysager et patrimonial de premier
    Description :
    Située au sud de l’étang de Gaillard et à l’ouest de la maison de maître, la ferme comprend deux l’ouest, abrite la grange, un corps de passage, une étable à veaux (?), deux toits à porcs et un moellons de silex couverts d’un enduit plein à la chaux. Les encadrements des baies, les chaînages d’angle , les jambes harpées et la corniche (partie logis uniquement) sont en brique. Certains chaînages d’angle pendantes. Concernant le second bâti, les murs sont en brique et la charpente repose en partie sur des
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 120 2013 ZM 60
  • Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison
    Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison La Croix-du-Perche - Bourg - 3 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 67
    Historique :
    En 1878, la maison d’école, située à l’est du bourg, est jugée "insuffisante" et doit être remplacée d’urgence. L’année suivante, le Comte de Kerdréan, maire de la commune, vend à la municipalité une demeure lui appartenant pour en faire la maison d’école mixte et abriter une salle de mairie. Située municipal charge M. Desmares, architecte à Brou, de dresser les plans de transformation de la propriété en affectent la disposition des pièces (cloisonnement) mais également toutes les ouvertures (agrandissement et /ou nouveaux percements), la réfection des planchers, la clôture de la cour et sa division (cour des garçons, cour des filles). Peu de temps après l’aménagement de la mairie-école (date inconnue mais avant -Marie Houvet, géomètre-arpenteur à Frazé, de dresser les plans et devis de la conversion d’une dépendance en chambre supplémentaire au logement déjà aménagé pour l’instituteur. Ces travaux, dont la Wilhelm, architecte à Brou, dresse les plans de la surélévation du logement de l’instituteur ainsi que les
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La mairie-école se situe à proximité immédiate de l’église paroissiale, au sud-ouest. Elle comprend , présente une façade sur cour orientée à l’est. Le corps sud, s’élevant sur deux niveaux, accueillait la , chambre), ainsi que la salle de mairie. L’aile est ne comprend qu’un seul corps de bâtiment. En rez-de brique, ainsi que la corniche. Les toits à longs pans sont couverts en tuile plate. A l’est du bâtiment , la cour, entourée d’un mur de clôture, est divisée en deux (cour des filles / cour des garçons). Un préau couvert d’un toit en appentis se trouve à l’est de la cour des garçons. Un second bâtiment, à l’ouest de la mairie-école, abrite la salle des fêtes (anciennement le réfectoire scolaire et un préau
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Bourg - 3 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 67
    Illustration :
    par l’architecte Desmares en 1878. (Archives communales de La Croix-du-Perche). IVR24_20132800341NUC2A l’architecte Desmares en 1877. (Archives communales de La Croix-du-Perche). IVR24_20132800342NUC2A Projet d’aménagement et d’agrandissement de la cantine dressé par l’architecte Wilhelm en 1946 , plan, coupe et élévation. (Archives communales de La Croix-du-Perche). IVR24_20132800353NUC2A Projet d’aménagement et d’agrandissement de la cantine dressé par l’architecte Wilhelm en 1946 , détail du plan de situation. (Archives communales de La Croix-du-Perche). IVR24_20132800354NUC2A
  • Coudray : ferme
    Coudray : ferme La Croix-du-Perche - Le Coudray - isolé - Cadastre : 1814 B1 130, 131 2013 ZH 29
    Historique :
    tendent à le montrer les murs en pan de bois hourdés en terre et la pente de toit importante. Ce bâtiment à la construction du nouveau logis au sud-est. Chellet de Kerdréan est propriétaire d’un vaste domaine agricole comprenant entre autre les fermes de La Pihourdière, des Charmois, et de Chevilleau. Il des bâtiments préexistants. La ferme reste en activité jusqu’en 1992. Elle est actuellement en cours
    Observation :
    L’histoire assez bien connue de cette ferme, les dimensions importantes de la grange-étable et la premier ordre à l’échelle communale. La grange-étable est à mettre en relation avec le bâtiment principal de la ferme des Charmois et la bergerie de Chevilleau : caractéristiques architecturales similaires
    Description :
    Située dans la partie est de la commune, à quelques centaines de mètres du bourg, la ferme du ancien, au nord, est en rez-de-chaussée. Il abrite l’ancien logis (converti par la suite en dépendance ), une étable et un toit à porcs. Un four à pain est accessible depuis la cheminée du logis. Les murs de la ferme, le second bâtiment abrite le logis. Une laiterie en appentis lui est accolée en façade moellons de silex. Au sud, la grange-étable est en rez-de-chaussée et à comble à surcroît. Les portes et
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Coudray - isolé - Cadastre : 1814 B1 130, 131 2013 ZH 29
    Illustration :
    Vue générale de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20132800380NUC2A
  • Gaillard : maison de maître
    Gaillard : maison de maître La Croix-du-Perche - Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 120 2013 ZM 59
    Historique :
    , l’emplacement du "Château-Gaillard", une forteresse contenant le bourg primitif de la Croix-du-Perche. Il n'existe aujourd'hui aucune trace de l’enceinte circulaire qu'il avait signalée en 1856. En 1495, "la motte et la place de la maison-fort de Gaillard, entourée de bois et d’étangs profonds remplis de poissons Tullius Émile Léon Silvy, professeur au collège de Nogent-le-Rotrou et maire de la ville de 1831 à 1835 - date à laquelle il quitte le Perche pour devenir directeur de la Caisse Hypothécaire de Paris -, achète la propriété avec 250 ha de terrain, pour en faire un rendez-vous de chasse. L’examen des matrices -est de la maison de maître au troisième quart du 19e siècle.
    Observation :
    construction. De style classique, la sobriété du rez-de-chaussée (arc en plein cintre en brique) contraste avec le calcaire des ouvertures, de la corniche et des piliers cormiers moulurés. L’histoire relativement bien connue et le côté atypique de cette maison de notable font de l’ensemble qu’elle forme avec la
    Description :
    Cette maison de maître se situe au sud de l’étang de Gaillard, à proximité de la ferme du même lieu souches aux conduits multiples, chauffent les pièces de la maison (intérieur non-vu lors de l’étude). Les pierre de taille de calcaire. La corniche et la partie sommitale des piliers cormiers sont moulurées, en
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 120 2013 ZM 59
  • Charmois : ferme dite du Grand Charmois
    Charmois : ferme dite du Grand Charmois La Croix-du-Perche - Les Charmois - isolé - Cadastre : 1814 B2 251, 252 2013 ZK 33
    Historique :
    . Après la Révolution, la famille de Chabot possède un vaste domaine comprenant plusieurs fermes (La Pihourdière, Les Charmois, Chevilleau, Le Coudray et La Roullière) et plus de 300 ha de terre. Puis, à partir la seconde moitié du 19e siècle, de l’agrandissement de la ferme du Grand Charmois (au nord-est du de la grange. En 1904, le domaine est acheté par la famille Dulong de Rosnay, propriétaire du château de Frazé. Vers 1910, ces derniers font reconstruire le bâtiment principal de la ferme du Grand Charmois (logis et écurie). Non étudiée dans ce dossier, la ferme du Petit Charmois menace ruine.
    Observation :
    L’histoire assez bien connue de cette ferme, ses dimensions importantes et la diversité des
    Description :
    Située à l’extrémité est de la commune, la ferme du Grand Charmois comprend trois bâtiments en "U encadrements des baies, les chaînages d’angle et le bandeau qui fait la jonction entre les appuis de fenêtres sont en brique (à part les lucarnes où la brique est associée au bois). Les ouvertures sont en arc segmentaire (portes et fenêtres) ou en demi-cercle (fenêtres de l’écurie). La partie écurie est séparée du quadrangulaires (portes), en plein cintre (portes des niches) et en demi-cercle (fenêtres). La lucarne pendante , donnant accès au comble, associe la brique et le bois. Le dernier corps de bâtiment, à usage d’écurie, est encadrements de baies et les chaînages d’angle en brique. La charpente repose en partie sur des poteaux en bois pan de bois hourdés en terre ou en brique. Ces derniers reposent sur un solin en moellons de silex. La charretières encadrées de bois permettent l’accès à la grange. Les toits à longs pans sont couverts en tuile
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Les Charmois - isolé - Cadastre : 1814 B2 251, 252 2013 ZK 33
    Illustration :
    Vue éloignée de la ferme depuis l'est. IVR24_20172800290NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la salle. IVR24_20132800293NUC2A Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la chambre. IVR24_20132800294NUC2A Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la chambre. IVR24_20132800295NUC2A Bâtiment secondaire, vue de détail de la mise en œuvre du pignon nord en pan de bois
  • Bourg : cimetière
    Bourg : cimetière La Croix-du-Perche - Bourg - rue du Petit Moulin - en village
    Historique :
    En 1874, la municipalité acquiert une portion de parcelle de 25 ares aux époux Rivière pour en faire le cimetière qui, jusque , se trouvait au nord-ouest de l’église paroissiale. En 1875, les . Ils sont réalisés la même année. La croix de cimetière date probablement du quatrième quart du 19e
    Description :
    portail en fer forgé donne accès au cimetière. Également en fer forgé, la croix de cimetière repose sur un socle en pierre de taille de calcaire. En partie basse de la croix sont représentés le Christ, la Vierge
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Bourg - rue du Petit Moulin - en village
    Illustration :
    et de l’emplacement choisi pour la translation), plan dressé par le géomètre arpenteur Jean-Marie Projet de translation du cimetière, plan de l’emplacement choisi pour la translation dressé par le
  • Charonnières : ferme
    Charonnières : ferme La Croix-du-Perche - Les Charonnières - isolé - Cadastre : 1814 A1 247, 248, 249 2013 ZB 58
    Historique :
    En 1814, un seul bâtiment apparaît en plan sur le cadastre. Il semble dater de la fin du 18e siècle ou du début du 19e siècle. Cette ferme de type bloc à terre appartient à la fin du 19e siècle à l’agrandissement de la ferme avec la construction d’un premier bâtiment au nord (logis, écurie et remise) puis d’un
    Description :
    Située dans la partie ouest de la commune, cette ferme est distante de quelques centaines de mètres en rez-de-chaussée. Les deux autres bâtiments sont orientés de la même façon et sont accolés l'un à d’écurie. Un toit à porcs en appentis fait la jonction entre les deux. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit à la chaux plein ou à pierre vue. Les encadrements des baies et les chaînages d’angles
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Les Charonnières - isolé - Cadastre : 1814 A1 247, 248, 249 2013 ZB 58
  • Gaillard : cabane dite
    Gaillard : cabane dite "hutte aux canards" La Croix-du-Perche - Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 120 2013 ZM 60
    Description :
    Située au nord de la maison de maître et de la ferme de Gaillard, la cabane se trouve sur la rive de la clé de la fausse voûte, en baguette de bois, représente un soleil stylisé compris dans un
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 120 2013 ZM 60
    Illustration :
    Vue de détail du décor extérieur, au-dessus de la porte. IVR24_20132800390NUC2A