Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château du Plessis-lès-Tours
    Château du Plessis-lès-Tours La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le Plessis-lès-Tours fut la première résidence royale en Val-de-Loire. Elle s'élève en un lieu dénommé Montils-lès-Tours avant 1472. Le roi Louis XI réaménage vers 1478 le château qu'il acquiert en
    Observation :
    Conservé à l'état de vestige, le château de Plessis-les-Tours reconstruit pour Louis XI pourrait être considéré comme le premier acte de l'architecture en brique et tuffeau en Val de Loire, son jardin
    Référence documentaire :
    Plessis-les-Tours. Dessin de Deroy, 19e siècle. (Bibliothèque municipale de Tours) Veüe de l'entrée du chasteau de Plessis Lez Tours, avec la chapelle St Jean. [dessin par Louis Veüe du chasteau du Plessis lez Tours, dessiné du dedans de la court, 1699. [Dessin de Louis Boudan Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de Carte de Tours et de ses environs. Document levé topographiquement à 6 lignes pour cent toises Le Plessis-les-Tours en 1845. In : Tableaux chronologiques de l'histoire de Touraine. Tours, Clarey GAVELLE, Priscille de, PAU, Clémence. Le château du Plessis-lès-Tours : environnement et parc . Tours : Université François-Rabelais, 2014-2015. Mémoire de licence 3 d'histoire de l'art sous la p. 161-172 LEVEEL, Pierre. Les Montils-lès-Tours en la varenne de La Riche du Xe au XVe siècle GUILLOT de SUDUIRAUT, Sophie. Le château de Plessis-les-Tours. Chambray-les-Tours : Editions C.L.D
    Précisions sur la protection :
    Château du Plessis-lès-Tours (cad. AR 20) : inscription par arrêté du 12 avril 1927
    Description :
    Principal vestige : corps de logis de plan rectangulaire à un étage carré et à tour d'escalier en
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Château du Plessis-lès-Tours
    Illustration :
    Plessis-les-Tours sur une carte de 1770 (Archives municipales d'Amboise, II 1417 Gravure représentant le château au milieu du 19e siècle (Bibliothèque municipale de Tours Le Plessis en 1619 sur une "carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief" par R Vue du château coté nord (copie d'un dessin de 1699) IVR24_19743701280V Vue depuis l'est (copie d'un dessin de 1699) IVR24_19743701281V Vue du côté ouest (copie d'un dessin de 1699) IVR24_19743701282V Plan du château pour y établir le dépôt des mendiants (18e siècle) (Archives départementales Plan du Plessis au 18e siècle (Archives départementales d'Indre-et-Loire, H 680 Plan du Plessis à la fin du 18e siècle (Archives départementales d'Indre-et-Loire C 314/13 Le Plessis sur le cadastre napoléonien (1808) : le logis, parcelles 793-794 (Archives
  • Mairie-école (détruite), actuellement Hôtel de ville
    Mairie-école (détruite), actuellement Hôtel de ville La Riche - Place du Maréchal Leclerc
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    , n'a pas de lieu dédié pour les réunions du conseil municipal avant la décision de construction d'un premier bâtiment par délibération du conseil municipal en date du 3 octobre 1848, à la faveur de la la "ville-centre", Tours. Située entre la fourche composée par le chemin de Tours à Saint-Genough La construction de la mairie-école de La Riche est tardive puisque la commune, constituée en 1793 l'est de la commune, l'emplacement choisi pour son implantation est remarquable par son éloignement de et la levée de la Loire, la mairie-école était placée en retrait des voies et perpendiculairement au chemin pré-cité ; elle faisait donc face à l'église à partir de 1855. Elle était conçue selon un plan en L, avec un étage carré. En 1859, l'arrière du bâtiment était clos de mur, l'espace délimité servant de cour de récréation. Au rez-de-chaussée se trouvait la salle de la mairie (au centre) flanquée du logement du garde et de la salle de classe. Le logement de l'instituteur occupait le premier étage. Elle a
    Référence documentaire :
    Fonds Boille, père et fils (Archives départementales d'Indre-et-Loire, cote 30 J) Commune de la Riche Extra, ensemble des constructions de la Maison d'école avec annexe à construire pour l'agrandissement de la classe. Plan à l'échelle de 0.005(?) pour 1 mètre. Plan projet de l'agent [Mairie de la Riche Extra], plans, élévations dressés par Moreau (instituteur) le 28 mars 1877 . Echelle de 0.01 par mètre. (AD37 2 0 195/40) 5- La Riche-Extra (Indre-et-Loire). L'abside de l’Église et la Mairie. Carte postale, n.d., A.L.J
    Dénominations :
    hôtel de ville
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    portail de l'église et l'entrée de la nouvelle mairie ne se font donc plus face. Le bâtiment de la mairie actuelle prend la forme d'un plan en T. Il est composé d'un rez-de-chaussée surélevé et d'un étage carré . Il est fortement ordonnancé et son décor se caractérise par des appareillages de fenêtres saillants et des rythmes horizontaux et verticaux marqués. Remaniée, l'entrée actuelle de la mairie, à gauche de la façade principale, présente de grandes baies vitrées et un large escalier doublé d'une rampe
    Titre courant :
    Mairie-école (détruite), actuellement Hôtel de ville
    Illustration :
    Plans de la mairie-école signés de l'agent-voyer Loyault en 1859 (Archives départementales d'Indre Plans de la mairie-école dressés par l'instituteur en 1877 (Archives départementales d'Indre-et L'hôtel de ville depuis le flanc nord de l'église IVR24_20153700088NUC4A
  • Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours
    Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours La Riche - Saint-François - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de minimes
    Historique :
    Fondé en 1489 par Saint-François-de-Paul, avec l'aide de Louis XI et de son fils Charles VIII sur les terres de leur résidence au Plessis, le couvent conserve un bâtiment des 17e siècle et 18e siècle . Chapelle inachevée construite d'après les plans de Charles et Gustave Guérin dans la 2e moitié du 19e siècle. Saint-François-de-Paul fondateur de l'ordre mendiant des Minimes est décédé au couvent du Plessis-lès-Tours.
    Observation :
    Établissement religieux conservé sous forme de vestige : le bâtiment conventuel a toutefois subi un
    Référence documentaire :
    Riche (Indre-et-Loire). Bulletin de la Société Archéologique de Touraine. Tours : Société archéologique Veüe du couvent des Pères Minimes du Plessis lez Tours, dessiné du costé de l'entrée. Par Louis Carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief, faict par R. Siette le quinzième jour Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de Carte de Tours et de ses environs. Document levé topographiquement à 6 lignes pour cent toises la ville de Tours. Bruxelles : Éditions Culture et Civilisation, 1976. (Réédition du texte de 1873 . Extraite de Remonter le temps : les prises de vues aériennes. Environs de Tours de 1919 à 2015. Géoportail Veüe du couvent des Pères Minimes du Plessis lez Tours, dessiné du costé de l'entrée, 1699 GUIOT, Thibaut, CREUSILLET, Marie-France. Résultats des fouilles de la "Z.A.C. des Minimes" à La de Touraine, 1999. Tome 45, p. 709-734
    Précisions sur la protection :
    La chapelle néo-gothique édifiée au-dessus du tombeau de Saint-François de Paule ; le bâtiment conventuel du 17e siècle ; la tour octogonale en pierre, du 17e siècle, située au bord de la voie communale dite " levée du Cher " ; les sols de l'emprise du couvent à l'intérieur de son mur d'enceinte, y
    Auteur :
    [personnage célèbre, habitant célèbre] Saint-François-de-Paule
    Titre courant :
    Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours
    Illustration :
    Les Minimes sur une carte de 1770 (Archives municipales d'Amboise, II 1417) IVR24_19783700125P Veüe du couvent des Pères Minimes du Plessis-les-Tours, dessiné du costé de l'entrée, 1699 (Société Le couvent des Minimes : Huile sur toile datée de 1507 ? (Société archéologique de Touraine archéologique de Touraine) IVR24_19743701524Z Plan du couvent des Minimes du Plessis en 1792 (Société archéologique de Touraine Le couvent devenu séminaire sur le cadastre napoléonien (1808) (Archives départementales d'Indre-et Les Minimes et le Plessis sur le cadastre de 1808, le bâti actuel et les réseaux en superposition Corps de logis (années 1970) IVR24_20153700005NUC
  • Ville de la Riche
    Ville de la Riche La Riche
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La ville a connu un développement manifeste en plusieurs phases au 20e siècle à partir de l'expansion de l'écart Saint-Anne vers l'ouest au 19e siècle avec notamment l'installation d'une nouvelle mairie-école en 1848 à proximité du lieu-dit le Petit-Cimetière (cadastre de 1808).
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Tours. 3 D 13. Projet de modification de la limite du territoire de la de septembre 1856". (Archives de la SNCF, division de l'équipement, Tours) à Tours, s.d. [vers 1856-1861]. (Bibliothèque municipale de Tours) Gatian de Clérambault. Extrait de Tours qui disparait, tome II (Bibliothèque municipale de Tours, Est A . Archives municipales Tours. 3D13 Carte de Tours et de ses environs. Document levé topographiquement à 6 lignes pour cent toises : Chemin de fer d'Orléans, ligne de Tours au Mans. Plan des chantiers présentant en même temps la situation Briau & Cie, à Tours (Indre-e-Loire) ; vue de l'usine et des magasins de Plessis-les-Tours. Carte Route d'Espagne par Tours...par Montbazon, Souvigny, Sainte-Maure, de Tours à Port-de-Piles : détail, la Ville de Tours. Extrait de l'Atlas Trudaine, vers 1750. (AN F14 8505/267 f°16)
    Précisions sur la protection :
    Loire à Tours et la Riche [jusqu'au débouché de la rue du Port] (15/05/1950) Site inscrit : Prieuré de Saint-Cosme et ses abords (31/07/1947) ; site classé : rive gauche de la
    Titre courant :
    Ville de la Riche
    Texte libre :
    ville de Tours. Le comblement du chenal de communication, dit Ruau Sainte-Anne, au 19e siècle a initié la réalisation des chemins de fer de Tours au Mans et de Tours à Nantes au milieu du 19e siècle qui franchissement de la Loire. Ainsi la ville actuelle est installée entre une limite est du côté de Tours marquée voies ferrées de Tours à Nantes et au Mans au 19e siècle a non seulement séparé le domaine du Plessis de I- La formation d'un territoire : la "Ville" de La Riche La commune de La Riche est divisée par les lignes de chemin de fer en deux zones distinctes : la partie occidentale moins dense et plus rurale et la - Expansion et limites de l'agglomération à partir du quartier de Sainte-Anne La ville de la Riche, qui a franchi le seuil des 10 000 habitants selon le recensement de la population en 2012, s'est considérablement développée à l'époque contemporaine à partir de l'écart dit de Sainte-Anne en limite ouest de la la constitution de l'agglomération Larichoise actuelle. Les constructions des édifices publics tels
    Illustration :
    La Riche en bordure du Cher en 1874 (Archives municipales de Tours, 2Fi 7) IVR24_20153700028NUCA La Riche sur un plan de 1898 (Archives municipales de Tours 2Fi 27) IVR24_20153700023NUCA Sainte-Anne sur un plan de la Ville de Tours en 1900 (Archives municipales de Tours, 2Fi 14 La Riche avant 1940 (Archives municipales de Tours, 2Fi 35-2) IVR24_20153700022NUC La Riche "Extra" sur une carte de 1770 (Archives municipales d'Amboise, II 1417 Atelier de constructions au Plessis dans les années 1920 (Archives départementales d'Indre-et La rue de la Mairie au début du 20e siècle (Archives départementales d'Indre-et-Loire Construction contemporaine rue Louis XI à l'ouest du parc botanique de Tours en arrière plan L'annexe de la faculté de médecine de Tours en limite du quartier Tonnelé en arrière-plan Les grandes périodes de construction. IVR24_20153700064NUDA
  • Présentation du patrimoine de la commune de La Riche
    Présentation du patrimoine de la commune de La Riche La Riche
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La Riche est située dans le Val de Loire inscrit sur la liste du Patrimoine mondial depuis le 30
    Référence documentaire :
    . Tours : Editeur Moisy à Tours, 1839. (Archives municipales de Tours, 2Fi 3 ; BNF GE DL 1838-66). Accès d’embellissement, d’extension et d’aménagement de la ville / 30 juillet 1931 (Archives municipales de Tours, 2Fi 27) de Tours de l’annuaire Deslis, entre 1939 et 1940) (Archives municipales de Tours, 2Fi 35-2) . (Archives municipales de Tours, 2Fi 22) , Gorce… Monsieur Rattier architecte voyer, 1900, échelle 1/5000 (Archives municipales de Tours, 2Fi 14) , échelle 1/8000. Tours : imprimerie Arrault & Cie, 1898. (Archives municipales de Tours, 2Fi 12) , [1874]. (Archives municipales de Tours, 2Fi 7) biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours, 1883. DEPERROIS, Mathieu. Les jardins familiaux de Tours. Le Carnet de l'aménageur, blog [en ligne] (mise . Diagnostic archéologique de la ZAC du “Plessis Botanique”. Phase 2. Tours : Inrap, 2014.
    Titre courant :
    Présentation du patrimoine de la commune de La Riche
    Annexe :
    municipal demande le maintien d'un port lieu-dit Barrière de l'Abattoir (La Poudrière) BM n°13 de 1965. 1849 : l 200 habitants 1851 21 août 1851 : ouverture de la ligne SNCF Tours Nantes (BM n°96). Le chemin de séparant le couvent des Minimes du château royal. 1852 Le conseil municipal accepte l'offre de Mme Simon première pierre de la future église (BM n°10 de janvier 1986). Le tracé de la ligne Tours-Le Mans est dénommé Viaduc de Saint Cosme, principal ouvrage d'art de la ligne Tours-Le Mans (BM n°49 de décembre1995 n°8 de 1964) 11 juillet : le viaduc de Saint Cosme (pont SNCF de la ligne Tours-Le Mans) est mis enservice. 1858 Inauguration de la ligne SNCF Tours- Le Mans 1871 27 janvier 1871, le viaduc de Saint Cosme sera sacrifié au profit des ponts de la ville de Tours. Il sera détruit partiellement afin de stopper d'Hermilly (BM n°45 de décembre 1994). 1887 Le conseil municipal demandait un arrêt de trains à Saint François (BM n°14 de 1966). 1890 Le docteur CHAUMIER achète le château du Plessis-les-Tours et le restaure
    Texte libre :
    extra-muros, c'est-à-dire en dehors des fortifications de la ville de Tours). Elle est constituée de la est restée attachée à la ville de Tours (quartier anciennement nommé La Ville Perdue). Ce territoire est limité par le Cher au sud, la Loire au nord, la ville de Tours à l'est et la commune de Saint deux zones distinctes : à l'est une zone urbanisée entre le boulevard périphérique et la ville de Tours la ville de Tours ; soit en près de deux siècles une population multipliée par 12. (1804 : 830 des Grands-Minimes du Plessis-lès-Tours et le manoir de la Rabaterie. Soit les établissements qui employés s'est développé en raison de la proximité avec la ville de Tours. Des immeubles sont édifiés à la commune de La Riche, créée en 1793, est d'abord appelée la Varenne de la Riche puis La Riche-Extra (pour partie septentrionale de la paroisse de la Riche à l'ouest de l'ancien Ruau Sainte-Anne disparu en limite -Genouph à l'ouest. Il forme une partie de l'ancienne Isle de Berthenay longue de près de 15 km jusqu'à la
    Illustration :
    La Riche en bordure de la Loire en 1874 (Archives municipales de Tours, 2Fi 7) IVR24_20153700027NUC L'ouest de Tours en 1898 (Archives municipales de Tours, 2Fi 12) IVR24_20153700026NUC Le territoire de la Riche sur une carte de la Ville de Tours avant 1940 (Archives municipales de Les levées de l'Isle Berthenay à l'ouest de Tours en 1811 (Archives nationales F14 608/1 Isle de Berthenay auprès de Tours, représentation de la fin du 17e siècle (BNF, Gallica "L'isle Berthenay" à l'ouest de Tours sur la carte de Cassini (en jaune, les contours communaux La Riche vers 1770 (Archives municipales d'Amboise, II 1417) IVR24_19783700125P paroisse de N D la Riche" de 1788 (Archives départementales d'Indre-et-Loire G207) IVR24_20153700772NUCA Le Saugé sur le cadastre de 1808 (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P2 195 La Ville de Tours, La Riche au dernier plan à la verticale du ballon vers 1850 (Société
  • Pont de chemin de fer de Saint-Cosme
    Pont de chemin de fer de Saint-Cosme La Riche - Saint-Cosme - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le pont de chemin de fer de Saint-Cosme est construit en 1856. Il aboutit rive droite de la Loire dans la proximité du pont routier de la Motte en limite de Saint-Cyr-sur-Loire et de Fondettes, ce qui lui voudra de prendre improprement l'appellation du pont de la Motte. Profondément endommagé durant la guerre de 1939-1945, il a été rétabli les années suivantes.
    Référence documentaire :
    de septembre 1856". (Archives de la SNCF, division de l'équipement, Tours) : Chemin de fer d'Orléans, ligne de Tours au Mans. Plan des chantiers présentant en même temps la situation pp. 281-289 LARGEAUD, Jonathan. Se souvenir de Tours sous les bombes. La Crèche (79) : Geste FONDETTES-St-CYR (I.-et-L.). Le pont de chemin de fer sur la Loire et sur la route de Tours à Pont de La Motte. Imprimé sur papier 0.94*0.35 m. G. Potet, del. gravé sur pierre par J Sédille , rue Montmartre, 78. Extrait de "Plan des chantiers et échafaudages pendant la construction. A gauche Plan de la rampe de la Chevrette à construire et emplacement des trois cales détruite en 1858 lors de l'établissement du pont de chemin de fer, vers 1861 (AD37, S 5031).
    Précision dénomination :
    pont de chemin de fer
    Titre courant :
    Pont de chemin de fer de Saint-Cosme
    Illustration :
    Etablissement du pont de chemin de fer, vers 1861. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, S Le Pont dit de la Motte en 1856 IVR24_19783701567XB Au début du 20e siècle, le pont de chemin de fer de Saint-Cosme et le pont dit de la Motte au 1er Le pont après les destructions de la guerre 39-45. IVR24_19753704975X Le pont après les destructions de la guerre 39-45 IVR24_19753704942X
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Riche (Indre-et-Loire)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Riche (Indre-et-Loire) La Riche - en agglomération
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    comme lieux d'accostage. En 1848, le conseil municipal de La Riche demande que l'Etat pratique une remplacer les trois ouvrages qui ont été détruits lors de l'établissement du chemin de fer Tours / Le Mans Le cadastre napoléonien (1808) de La Riche ne mentionne qu'un seul site supposé d'abordage pour les bateaux au lieudit la Rue du Port mais aucun ouvrage n'est figuré. Des plans de 1835 et 1853 figurent brèche de 100 mètres dans la digue submersible de Saint-Cyr pour permettre aux bateaux d'approcher la rive gauche. L'ingénieur ordinaire admet que depuis la réalisation de la digue en 1840, des dépôts de intérêt commercial restreint qui consiste en seulement deux ou trois magasins de plâtre, d'ardoises et de charrée (cendres) qui ne produisent par an que le chargement d'une dizaine de bateaux. Il refuse de pratiquer la brèche demandée car elle aurait pour résultat de ne laisser assez d'eau pour les bateaux ni d'un côté ni de l'autre. En 1861, le maire de la Riche réclame la construction de deux cales pour
    Référence documentaire :
    détruits lors des travaux du chemin de fer Tours / Le Mans, 1864. AD Indre-et-Loire, S 2035. Le Conseil municipal de La Riche demande que l'Etat pratique une brèche pour remplacer les trois détruites lors de l'établissement du pont de chemin de fer Tours / Le Mans Milieu XVIIe siècle. Par Siett. (archives nationales). (cf. illustration n° IVR24_19743701449V). Document imprimé, détail, 1848-1858. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives Encre sur papier, détail, vers 1852. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 5095). (cf Encre sur papier, Ech. 1/1000e, 1853. Par Cormier (ingénieur). (archives départementales d'Indre-et Encre et aquarelle sur papier, sans Ech., 1872. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2048 Encre et aquarelle sur papier, section A1, Ech. 1/2500e, détail, 1808. (archives départementales Encre et aquarelle sur papier, tableau d'assemblage, Ech. 1/10 000e, détail, 1808. (archives
    Description :
    Aucun vestige d'aménagement portuaire n'a été repéré sur la commune de La Riche. Les ouvrages ont disparu ou ne sont plus visibles (recouverts de terres et de végétation).
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Riche (Indre-et-Loire)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Carte particulière de Tours, reprise du plan de Siette, milieu du XVIIe siècle. Détail sur le ruau Extrait du cadastre napoléonien de 1808. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 /195/1 Extrait du cadastre napoléonien de 1808. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P 2/195/2 de l'établissement du pont de chemin de fer, vers 1861. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S Sainte-Anne et la Riche. (archives nationales). IVR24_19743701449V Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. Détail sur La Riche. (archives départementales du Loiret, Liasse 30936). IVR24_20113702010NUCA Plan du lieudit La Rue du Port à La Riche, détail, vers 1852. (archives départementales d'Indre-et Plan du lieudit La Rue du Port, ingénieur ordinaire Cormier, 9 février 1853. (archives Plan de la rampe de la Chevrette à construire et emplacement des trois cales détruite en 1858 lors
  • Maison de maître (Port Cordon)
    Maison de maître (Port Cordon) La Riche - Port Cordon - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de maître
    Historique :
    Demeure de la deuxième moitié du 17e siècle composée d'un logement isolé au nord de la propriété (exhaussement, transformation de la toiture, percements de façade...) a perdu son intégrité originelle.
    Observation :
    Demeure du 17e siècle profondément rénovée au 20e siècle. De grande qualité, ses anciennes parties Cher, sur la commune de Ballan-Miré au lieu-dit Les Granges. (Étude souhaitable).
    Référence documentaire :
    Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de Commune de la Riche, matrice des propriétés foncières, 1823-1914 (Archives départementales d'Indre Plan terrier des fiefs de la Madeleine et Port Cordon, relevant du duché de Luynes. Paroisse de la Plan cadastral parcellaire de la commune de la Riche, section B2 dite de Port Cordon du cadastre
    Titre courant :
    Maison de maître (Port Cordon)
    Illustration :
    Port Cordon sur un plan terrier de la fin du 18e siècle (Archives départementales d'Indre-et-loire Port Cordon (en haut à droite) sur une carte de 1755. IVR24_20153700004NUC Port Cordon sur le cadastre de 1808 : la demeure parcelle 659, la plus ancienne grange 664 (Archives départementales d'Indre-et-Loire) IVR24_20153700069NUCA Vue partielle nord de la demeure (1974) IVR24_19743700058Z Vue partielle est de la demeure (1974) IVR24_19743700059Z
  • Écart, puis quartier Sainte-Anne
    Écart, puis quartier Sainte-Anne La Riche - - Sainte-Anne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    . Tours : Editeur Moisy à Tours, 1839. (Archives municipales de Tours, 2Fi 3 ; BNF GE DL 1838-66). Accès , ... Danger f.f. géomètres experts, 1938, échelle 1/5000e (Archives municipales de Tours, 2Fi 32) à Tours, s.d. [vers 1856-1861]. (Bibliothèque municipale de Tours) . Plan non daté. Signé par Gustave Guérin (Archives municipales Tours. 1 O 116) Route d'Espagne par Tours...par Montbazon, Souvigny, Sainte-Maure, de Tours à Port-de-Piles : détail, la Ville de Tours. Extrait de l'Atlas Trudaine, vers 1750. (AN F14 8505/267 f°16) Route de Paris à Tours par Blois : La Loire, Ville de Tours... Extrait de Atlas Trudaine. Plume et Plan général de la ville de Tours et de ses environs (détail), publié par Guilland-Verger, éditeur Carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief, faict par R. Siette le quinzième jour La fort ancienne et noble ville de Tours appelée Jardin de la France. Gravure sur cuivre de C
    Texte libre :
    la Riche et de Tours a évolué bien après le comblement du ruau. Par délibération du conseil municipal du 16 juillet 1923 et du 4 février 1924, le conseil municipal de Tours a décidé "la modification de population de la ville de Tours". Le conseil municipal de La Riche a donné son accord à la modification des limites demandées par le conseil municipal de Tours, par délibération du 24 février 1924. Le conseil marquera la délimitation avec la ville de Tours qui, entre 1836 et 1842, y installera l'octroi Sainte-Anne Tours sur la base de données nationale Architecture & Patrimoine) La délimitation communale entre Tours et La Riche : modification et perméabilité L'octroi Sainte-Anne est l'unique point de contact avec la ville de Tours : il créé une "porte" située au nord-est de la commune ; cette situation perdure asséché et comblé. Il forme avec les équipements utiles à la ville de Tours une sorte d'écran entre les deux communes. Une carte sur la délimitation de la ville de Tours (1832) met en évidence la
    Illustration :
    Plan de la délimitation de la ville de TOurs en 1832. (Archives municipales de Tours. 3 D 13 . Signé par Gustave Guérin et daté de 1835? (Archives municipales de Tours. 1 0 116 Le quartier Sainte-Anne en 1938 (Archives municipales de Tours, 2Fi 32) IVR24_20153700021NUC Ville de Tours, quartier ouest : extrait de l'Atlas Trudaine, vers 1745 (Archives nationales, F14 Atlas Trudaine, vers 1750 : l'écart de Sainte-Anne à l'ouest de la ville de Tours (Archives Projet d'une place et d'une barrière pour Sainte-Anne (côté Tours). Gustave Guérin.1836. (Archives Plan de la ville de Tours, extrait des parties Nord et Ouest (vers 1860) IVR24_19733700001Z Sainte-Anne sur une carte de 1619 (BNF, Gallica) IVR24_20143703760NUCA Sainte-Anne sur le cadastre napoléonien (1808) (Archives départementales d'Indre-et-Loire Plan des abords de la "barrière" Sainte-Anne et de la place projetée pour la commune de La Riche
  • Voie navigable (détruite), dite canal Louis XI, canal de Sainte-Anne et ruau Sainte-Anne
    Voie navigable (détruite), dite canal Louis XI, canal de Sainte-Anne et ruau Sainte-Anne La Riche - - Rue Saint-François - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Voie de communication naturelle entre le Cher et la Loire, aménagée au XVe siècle et supprimée dans
    Référence documentaire :
    [Exposition. Tours, Musée des Beaux Arts. 1978-1979]. Ponts de Tours. Traversée des fleuves et des ruaux du Moyen âge à nos jours. Exposition présentée au musée des Beaux-Arts de Tours, 16 décembre 1978 - 11 février 1979. Réd. Véronique Miltgen, Marie-Noëlle Pinot de Villechenon, Bernard Toulier. Tours Ville de Tours, ruau Sainte-Anne. (AN F14 1202) Projet d'un petit pont de bois provisionnel pour livrer sur le pont Sainte-Anne de Tours le passage Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de Carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief, faict par R. Siette le quinzième jour Carte de Tours et de ses environs. Document levé topographiquement à 6 lignes pour cent toises Ruau Sainte-Anne (Archives départementales d'Indre-et-Loire C 265-266) Plan général du canal de jonction de la Loire au Cher à l'amon de la ville de Tour. Encre et
    Description :
    Voie de navigation établie dans un chenal naturel de près de 2km de long entre la Loire et le Cher
    Titre courant :
    Voie navigable (détruite), dite canal Louis XI, canal de Sainte-Anne et ruau Sainte-Anne
    Texte libre :
    canal de jonction a été creusé entre 1824 et 1828 à l'est de Tours en limite de Saint-Pierre-des-Corps . Aussi appelé canal Louis XI, il a été aménagé au XVe siècle et supprimé vers 1777. Des projets de . L'ouvrage a été comblé en 1971 (voir le canal de navigation dit Canal de jonction de la Loire au Cher (canal de Berry) sur la base de données nationales Architecture & Patrimoine ; voir aussi la voie navigable
    Illustration :
    La jonction entre Loire (en bas) et Cher (en haut) vers 1770 (Archives municipales d'Amboise, II Le projet de canal de jonction fin du 18e siècle (Archives départementales d'Indre-et-Loire, V Le ruau Sainte-Anne sur une carte de 1619 (Bibliothèque nationale de France, Gallica, GE DD-2987 Le ruau Sainte-Anne sur une carte du cours de la Loire vers 1755 (Bibliothèque nationale de France Pont à construire sur le ruau Sainte-Anne (février 1789, projet non réalisé) (Archives Vue du ruau du nord vers le sud à hauteur de l'ancien couvent des Minimes IVR24_19763700287Z
  • Pont Sainte-Anne (détruit)
    Pont Sainte-Anne (détruit) La Riche - Sainte-Anne - Place Sainte-Anne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Tours centre
    Historique :
    de maçonnerie et charpenterie de l'église de tours, reconstruit un pilier du pont ; ce pilier est : Jehan Régnard, architecte maître des oeuvres de maçonnerie et de charpenterie du roi en Touraine : Lydoire Sainctier, maître maçon sculpteur, pose les armoiries du maire et de la ville sur un pilier du
    Référence documentaire :
    Projet d'un petit pont de bois provisionnel pour livrer sur le pont Sainte-Anne de Tours le passage La fort ancienne et noble ville de Tours appelée Jardin de la France. Gravure sur cuivre de C Plan, élévation et coupe du pont avec porte busquée à construire sur le canal de communication de interrompu par la chute de deux arches pendant la crue du 4 décembre 1755. Elévation et plan, n.s. et n. d Vue du front de Loire de l'hospice de la Madeleine au prieuré Sainte-Anne. Planche 19 d'un album de 19 dessins n.s. n.d. (1ère moitié 18e siècle) (Société archéologique de Touraine n° 2696) . Visscher, non datée (vers 1625). (Musée de la société archéologique de Touraine).
    Représentations :
    Blason de Tours, du maire.
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Tours
    Illustration :
    Le prieuré et le pont Sainte-Anne sur une vue de 1625 IVR24_19853700767X Réparations sur le pont Sainte-Anne au milieu du 18e siècle (Archives départementales d'Indre-et
  • Prieuré Saint-Cosme
    Prieuré Saint-Cosme La Riche - Saint-Cosme - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Fondé en 1092, l'établissement conserve des parties médiévales de plusieurs époques, notamment le
    Observation :
    Pierre de Ronsard vécut dans ce prieuré, vint y mourir et y fut enterré. (Etude souhaitable)
    Référence documentaire :
    Plan des bastimens, parcs, cours et jardins de la Communauté de S. Côme près la ville de Tours . Dessiné en 1842 d'après un plan levé en 1757 et présenté à Ms de Rosset de Fleury, Archevêque de Tours p. 32 [Prieuré Saint-Cosme]. Extrait de "Parure de Tours, Vignes, jardins, perspectives". Laurence Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de Carte de Tours et de ses environs. Document levé topographiquement à 6 lignes pour cent toises Remonter le temps : les prises de vues aériennes. Environs de Tours de 1919 à 2015. Géoportail [base de Riche près de Tours. Bulletin de la Société archéologique de Touraine, tome LVII, 2011, p. 83-103 (environ 1/15000e), s.l.n.d. [vers 1770], signé C. Cozette, plume et lavis, 78,5 x 79,5 cm. (Archives municipales d'Amboise, II 14-17) FERRANDON, Jean-Marc (réd.). Petite histoire originale, incongrue et méconnue du prieuré de Saint
    Précisions sur la protection :
    Site inscrit 31 07 1947 (arrêté). Protections MH : les restes de l'abside et du bâtiment dit ) : classement par arrêté du 16 novembre 1949 - Le bâtiment du 12s ; le croisillon Sud de l'église ; la travée
    Illustration :
    Le domaine de Saint-Cosme sur une carte de 1770 (Archives municipales d'Amboise, II 1417 Vue du Prieuré. Huile sur toile. XIXe siècle. (Musée des Beaux-Arts de Tours) IVR24_19943700799XA Saint-Cosme (à gauche) sur une carte de 1619 (BNF, Gallica) IVR24_20143703760NUCA Saint-Cosme d'après un plan de 1757 IVR24_20143703764NUCA L'environnement du prieuré Saint-Cosme en 1784 (?) (Archives départementales d'Indre-et-Loire G524 Saint-Cosme en 1784 (?) (Archives départementales d'Indre-et-Loire G524) IVR24_20153700764NUCA Vue de situation au milieu du 20e siècle IVR24_19753705052Z Vue de situation en 1974 IVR24_19743701319X
  • Maison (Le Saugé)
    Maison (Le Saugé) La Riche - Saugé (le) - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La demeure du Saugé ou du Grand-Saugé (dite la Fréminelle sur un plan de 1788) est constituée d'un logis à étage datant possiblement du 16e siècle et de parties agricoles (dont une grange de la même
    Observation :
    Demeure de qualité possiblement du 16e siècle implantée dans le lit mineur de la Loire face à la
    Référence documentaire :
    . Levé dans le cours de l'année 1788 à la requeste de Messieurs de l'Eglise de Tours, dimensions Plan cadastral parcellaire de la commune de la Riche, section B1 dite de Port Cordon du cadastre Crues de la Loire (15 et 21-22 oct. 1907) - 52 - Saint-Genouph : la Loire inondée, le Saugé, le 22 Prieuré de St Cosme : 2e plan, numéroté 26. Plan de la plantation à faire depuis le bardeau de St Cosme jusqu'à la rencontre de la levée de St Genouph et sur lequel se trouve marqué en jaune la disposition de la turcie demandée par les habitants de La Riche et de St Genouph pour la conservation du terrain qui est entre la levée et la rivière. A Tours ce 9 novembre 1784. Dimensions approximative du plan Plan géométral des Domaines Utile et Censive de la Châtellenye des Bains en la paroisse de N D la Riche seulement dont on trouvera l'Explication au Terrier, Domanial et Censier de la dite Chatellenye
    Illustration :
    Le Grand Saugé sur un plan de 1784 (Archives départementales d'Indre-et-Loire G 524 Le Saugé sur un plan de 1788 (Archives départementales d'Indre-et-Loire G 207 Le Saugé sur le cadastre de 1808 (voir n° 72 à 81) IVR24_20153700476NUCA Vue de situation sud IVR24_20153700480NUCA Vue de situation sud ouest IVR24_20153700812NUCA Elément de décor d'architecture déposé sur site. IVR24_20153700758NUCA
  • Manoir (La Rabaterie)
    Manoir (La Rabaterie) La Riche - Rabaterie (la) - Rue Saint-François - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Charité de Tours. En 1994, réhabilitation du manoir. D'abord désigné comme le manoir de la Motte-Chapon, celui qui deviendra de la Rabaterie, date de la deuxième moitié du 15e siècle. Il aurait appartenu au conseiller du roi Louis XI Olivier de Neckere dit Le Daim (Information contestée) ; en 1448, il appartenait à Jean Quetier ; en 1791, à l'hôpital de la
    Référence documentaire :
    11. PLESSIS-LES-TOURS (Indre-et-Loire). Habitation d'Olivier-le-Daim, Barbier de Louis XI. Carte Remonter le temps : les prises de vues aériennes. Environs de Tours de 1919 à 2015. Géoportail [base de p. 554 (édition de 1958) RANJARD, Robert. La Touraine archéologique ; Guide du touriste en Indre et ROUGÉ, Jacques-Marie. Vieilles demeures tourangelles. Châteaux, gentilhommières, manoirs. Tours Mission photographique C1822-0131_1961_CDP1778_3792. Prise de vue 1961, échelle 1/8343. Extraite de données en ligne]. SAINT-MANDÉ : Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), 2015. Plan cadastral parcellaire de la commune de la Riche, section A1 dite de Sainte-Anne du cadastre
    Illustration :
    La Rabaterie sur le cadastre napoléonien (1808) : parcelles 732-733 (Archives départementales Vue de trois-quart Nord en 1974 IVR24_19743701129X
  • Maison (La Balaterie)
    Maison (La Balaterie) La Riche - Balaterie (la) - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    pignon est, un logement a été construit au milieu du 19e siècle. Le corps de logis principal isolé à l'ouest a fait l'objet de profondes modifications au 20e siècle.
    Observation :
    mineur de la Loire, elle fait face à la levée qui par conséquent ne la protège pas des inondations
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de la Riche, section B1 dite de Port Cordon du cadastre Prieuré de St Cosme : 2e plan, numéroté 26. Plan de la plantation à faire depuis le bardeau de St Cosme jusqu'à la rencontre de la levée de St Genouph et sur lequel se trouve marqué en jaune la disposition de la turcie demandée par les habitants de La Riche et de St Genouph pour la conservation du terrain qui est entre la levée et la rivière. A Tours ce 9 novembre 1784. Dimensions approximative du plan
    Illustration :
    La Baratrie et Gévriou sur un plan de 1784 (Archives départementales d'Indre-et-Loire G 524 La Balatrie sur le cadastre de 1808 IVR24_20153700475NUCA Vue de situation sud ouest du logis face à la levée de Loire IVR24_20153700584NUCA Vue de situation sud est IVR24_20153700819NUCA
1