Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 27 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Sièges de célébrant (3)
    Sièges de célébrant (3) Luzillé - le bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Deux chaises à décor néo-gothique et un fauteuil de célébrant à décor néo-Renaissance datent du 19e siècle mais on ignore la date précise à laquelle ils ont été réalisés.
    Dénominations :
    siège de célébrant
    Représentations :
    Fauteuil de célébrant : Dossier sculpté en bas-relief de rinceaux peuplés d'oiseaux. Montants sculptés en bas-relief de tiges fleuries. Bras terminés en tête de lion travaillées en ronde-bosse. Pieds
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les deux chaises sont en bois, à pieds tournés avec entretoise, assise de plan carré, dossiers
    Titre courant :
    Sièges de célébrant (3)
    Dimension :
    la 53.0 centimètre la 66.0 centimètre
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Deux chaises et un fauteuil de célébrant : vue d'ensemble. IVR24_20093701123NUCA Détail de l'accoudoir à tête de lion. IVR24_20093701124NUCA
  • Présentation de la commune de Luzillé
    Présentation de la commune de Luzillé Luzillé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Référence documentaire :
    la société archéologique de Touraine, Tome LXIII, année 1993, p. 825-845. Plan cadastral de 1826/ exécuté par M. Vié, géomètre, sous la direction de M. Paulmier, directeur CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880. COUDERC, Jean-Marie (dir.). Dictionnaire des communes de Touraine. Tours : CLD, 1982. DEROUET, James. Luzillé, village de Touraine. s.l. : s.d. [ouvrage édité à compte d'auteur vers DUBOIS, Jacques. Archéologie aérienne : prospections de 1990, 1991 et 1992 en Touraine. Bulletin de GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et dolmen de Villaine à Sublaines, Indre-et-Loire (période néolithique et âge du bronze ; avec une deuxième des contributions et de M. Fanost, géomètre en chef. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P).
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Luzillé
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Texte libre :
    est mentionné dès le 16e siècle. En 1698, Dreux le Hayer, seigneur de la Fontaine, fonda une école superficie de 40,7 km2. La partie orientale de la commune est boisée et se situe aux confins de la Gâtine de calcaire de 100 à 120 m d'altitude en moyenne. Luzillé est traversée du sud au nord par un affluent de la étang de 3 ha situé en contrebas de la route départementale et ils constituent un site classé depuis 1981. L'agriculture (céréales, vignoble AOC Touraine, élevage) est la principale activité économique de d'un menhir au nord du lieu-dit "la Grange". La première mention de Luzillé est due à Grégoire de Tours au VIe siècle sous la forme "Luciliacus vicus". Une charte de l'abbaye de Marmoutier mentionne Aspects géographiques : Luzillé est située à 36km au sud-est de Tours et occupe une Montrésor mais la commune appartient pour l'essentiel à la Champeigne tourangelle, et s'étend sur un plateau rive gauche du Cher, le Beugnon, qui se jette dans le vaste étang de Brosse avant de reprendre son
    Illustration :
    Tableau d'assemblage du plan cadastral ancien de la commune, 1826. Echelle du document original : 1 Vue du plateau agricole de la Champeigne tourangelle. IVR24_20093700557NUCA Paysage agricole de la Champeigne tourangelle avec silo. IVR24_20093701230NUCA sont interrompus pour laisser place à deux grilles métalliques. Il s'agit de la zone permettant de Vue de détal de la zone de pavage de niveau. IVR24_20093700564NUCA Détail de la zone de pavage de l'étang. IVR24_20093700560NUCA Carte montrant l'évolution de l'emprise du bourg. IVR24_20173701090NUDA Vue du bourg prise de l'est. IVR24_20103700697NUCA La place du bourg. IVR24_20103700698NUCA Monument érigé en hommage au Général de Gaulle. IVR24_20103700941NUCA
  • Bourg : presbytère (rue de Chenonceaux)
    Bourg : presbytère (rue de Chenonceaux) Luzillé - - 13 rue de Chenonceau - en village - Cadastre : 2009 OH 1322
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    1863. Jusqu'en 1906, le curé de la paroisse de Luzillé logeait dans le presbytère situé rue de bâtiment revient à la commune. En 1909 le doyen de la paroisse, curé de Bléré, achète un autre bâtiment diocésaine. De 1980 à 1992 les Frères missionnaires des campagnes y établissent un prieuré. En 1996, la En 1849, le conseil municipal envisage la construction d'un nouveau presbytère pour remplacer l'ancien qui menace ruine. Un devis est réalisé par Boutier, agent-voyer, le 31 mars 1849. Il prévoit la construction d'une bâtiment de 5,40 m sur 5 m rue de Chenonceaux. Ce bâtiment n'est pas construit, et il faut commune rachète le bâtiment à l'association diocésaine de Tours qui, après travaux, devient l'actuelle
    Référence documentaire :
    p.164-168 DEROUET, James. Luzillé, village de Touraine. s.l. : s.d. [ouvrage édité à compte Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O. Procès-verbal de réception définitive des travaux du presbytère, signé par Auguste Alizon, architecte-voyer, 21 août 1866.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le bâtiment est orienté est-ouest, avec la façade antérieure au sud. Il mesure 11,30 mètres sur 8 et comprend un étage carré. Le toit à longs pans et pignons découverts est couvert en ardoise. La façade antérieure est en pierre de taille, les autres en moellons enduits. Les baies du rez-de-chaussée sont cintrées et surmontées de larmiers moulurés en arc segmentaire, tandis que les baies de l’étage sont surmontées de larmiers rectilignes à retour. Les cheminées sont adossées aux deux pignons. Le rez -de-chaussée comprend quatre pièces distribuées par un corridor central au fond duquel se trouve
    Localisation :
    Luzillé - - 13 rue de Chenonceau - en village - Cadastre : 2009 OH 1322
    Titre courant :
    Bourg : presbytère (rue de Chenonceaux)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis la rue de Chenonceaux. IVR24_20093700574NUC1A
  • Tableau : La Présentation de Marie au Temple
    Tableau : La Présentation de Marie au Temple Luzillé - le bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    L'inscription "Donné à l'église de Luzillé" est portée sur la toile, en bas à gauche, en lettres capitales blanches. Elle est en partie masquée par le cadre. Absence de date.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Toile figurant la Présentation de Marie au Temple, réalisée au cours du 19e siècle et dont l'auteur est inconnu. La scène est tirée d'une gravure d'Adriaen Collaert d'après un tableau de Jan Van der envoi de L’État à la commune de Luzillé, comme l'indique l'inscription figurant en bas à gauche de la Straet dit Giovanni Stradano. Bien qu'il ne soit pas mentionné dans la base Arcade, ce tableau est un toile. Ce tableau est à rapprocher de celui de l'église de Neuville-sur-Vannes (Aube) daté du 17e siècle
    Représentations :
    Présentation de la Vierge au Temple
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Tableau peint à l'huile sur toile, de forme rectangulaire verticale, tendue dans un cadre constitué de baguettes moulurées peintes en doré.
    Titre courant :
    Tableau : La Présentation de Marie au Temple
    Dimension :
    la 181.0 centimètre
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Maisons et fermes de la commune de Luzillé
    Maisons et fermes de la commune de Luzillé Luzillé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Référence documentaire :
    Plan de situation d'une cave nouvellement construite au lieu-dit La Rabottière. Février 1910
    Titre courant :
    Maisons et fermes de la commune de Luzillé
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Pigeonnier aménagé en haut de la tourelle. IVR24_20093701222NUCA Plate-bande de la baie d'une maison du bourg portant la date 1896. IVR24_20093700576NUCA Ferme à l'angle de la rue Bretonneau et de la rue de la Mairie. Grange : façade sur cour Ferme à l'angle de la rue Bretonneau et de la rue de la Mairie. Pignon de la grange Ferme à l'angle de la rue Bretonneau et de la rue de la Mairie. Détail du pignon portant la date Plan de situation d'une cave nouvellement construite au lieu-dit la Rabottière. Février 1910 Maison, rue du Temple : lucarne avec piédroits accostés de volutes. IVR24_20093701225NUCA Maison dite la Mésangière, rue du Temple. IVR24_20093701228NUCA Maison dite le Chalet, rue de l'Eglise. IVR24_20103700714NUCA Le bourg. Rue de l'Eglise. IVR24_20093700573NUCA
  • Brosse : château de Brosse
    Brosse : château de Brosse Luzillé - Brosse - isolé - Cadastre : 2009 WE 26
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Au Moyen Age, Les Brosses constituaient une châtellenie et relevaient à foi et hommage lige de la d’hôtel de Charlotte de Savoie, est le premier seigneur connu en 1483. Les Brosses restent dans la famille de 26 ha. En 1828, la propriété était encore intégralement conservée. La partie nord du corps de logis date du 15e siècle ; la partie sud, située dans le prolongement de la précédente, a été totalement Tour Isoré, paroisse de Sorigny, puis du chapitre de l’église de Tours. Jean Tiercelin, écuyer, maître Tiercelin, jusqu’à ce que le domaine soit vendu en 1750 à Jacques Armand Dupin de Chenonceau, pour 66000 livres. Un procès-verbal d’estimation du domaine est dressé en 1806 ; outre le château, il comprend la ferme du château, deux métairies, 170 hectares de bois, le moulin et l’étang de Brosses d’une superficie glacière se trouve dans le parc ainsi qu'un grand colombier dont on ignore les dates de construction.
    Référence documentaire :
    p. 124-127 MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Deuxième série, 1975. C.L.D., Normand et Cie CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1883. (3 vol.).
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    la base des murs qui donnaient directement dans les douves est conservée. Ce corps de logis comprend l’ouest. La partie méridionale de ce corps de logis possède trois baies superposées à moulures en arc un bandeau en pierre de taille et par deux bandeaux enserrant la corniche en pierre de taille. Une mare à l'ouest du logis constitue un vestige des douves primitives. Quatre corps de bâtiments accolés et orientés nord-est/sud-ouest constituent ce que l’on appelle communément le château de Brosse . Au nord, un petit bâtiment en moellons et pan de bois en grille date vraisemblablement du 18e siècle . Elevé d’un rez-de-chaussée et couvert d’un toit à deux pans, il s’appuie sur le pignon de l’ancien corps de logis du 15e siècle. Ce corps de logis est parfois désigné par certains auteur comme le logis du par plusieurs demi-croisées qui ont perdu leur croisillon. Une tour hors-œuvre de plan carré forme un retour d’équerre à l’est. Accolé au pignon sud de ce logis, un second bâtiment a été très transformé mais
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Titre courant :
    Brosse : château de Brosse
    Appellations :
    de Brosse
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue d'ensemble des façades ouest avec la mare au premier plan, à l'exception de l'aile en retour Vue de la partie méridionale de la façade ouest et de l'angle formé par l'aile sud en retour A gauche, façade ouest de la partie la plus ancienne du corps de logis. IVR24_20103702449NUCA Vue d'ensemble de la façade est sur jardin du château neuf. IVR24_20103702450NUCA Façade sud de l'aile sud, en retour d'équerre. IVR24_20103702445NUCA Vue à l'ouest avec la mare au premier plan. IVR24_20103702446NUCA
  • Beauchêne : château de Beauchêne
    Beauchêne : château de Beauchêne Luzillé - Beauchêne - isolé - Cadastre : 2009 OH 1408
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Vers 1469, les terres de Beauchêne qui appartenaient à l'archevêché de Tours échurent à la famille de Prie, propriétaire du château de Montpoupon à Céré-la-Ronde. En 1690 Philippe de la Motte la carte de Cassini. En 1849, le domaine appartenait à François Nicou, avocat à Blois, qui le met en neufs et 245 hectares de dépendances en terres, bois, prés, pâtures." Il est acquis par la baronne -Félix Mahiet de la Chesneraye. Son fils, Massy de la Chesneraye, y développa une exploitation viticole -Labesse. A partir de 1939 Beauchêne est la propriété de la famille Hatton. Le plan cadastral de 1826 l'est qui n’existe plus de nos jours. Les deux tiers de l’ancien corps de logis dont une baie porte la située dans le deuxième quart du XIXe siècle. On sait seulement qu’au moment de la mise en vente en 1849 Haudencourt était propriétaire de Montpoupon et de Beauchêne. Au milieu du XVIIIe siècle, Beauchêne figure sur Fabvier, veuve du maréchal Duroc, en 1850. Elle le vendit en 1865 à l’homme de lettres Pierre-François
    Référence documentaire :
    Cahier des charges à la requête de maître Nicou pour la vente de Beauchêne en date du 24 juin 1849 Château de Beauchêne. Bulletin municipal de Luzillé. Mars 2011.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    enduit et les angles sont renforcés par un chaînage en pierre de taille. Seule la façade antérieure du et symétrique la rattache au courant néo-classique. Les baies en plein cintre du rez-de-chaussée sont encadrée de deux niches et ses pilastres à hauteur de l’imposte, forme un faux triplet inspiré de la ne voit plus rien. Le château actuel est bâti selon un plan régulier en L, orienté nord-sud pour la plus longue partie du corps de logis et ouest-est pour l'autre. Le château est construit en moellon nouveau corps de logis, orientée au sud, est bâtie entièrement en pierre en taille. Sa composition sobre placées exactement sous celles rectangulaires de l’étage. Deux cordons séparent horizontalement les , à l’étage, les angles des avant-corps latéraux. La lucarne centrale, avec sa baie en plein cintre
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Beauchêne : château de Beauchêne
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20103700356NUCA Baie de l'étage avec plate bande portant la date 1675. IVR24_20103700367NUCA Détail de la plate bande d'une baie de l'étage portant la date 1675. IVR24_20103700368NUCA Maison de gardien située à l'entrée du parc : vue d'ensemble. IVR24_20103700389NUCA Maison de gardien située à l'entrée du parc : pignon. IVR24_20103700387NUCA
  • Villiers : château de Villiers
    Villiers : château de Villiers Luzillé - Villiers - isolé - Cadastre : 1823 A2 814-818 2009 WS 2
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    la carte de Cassini. Les bâtiments qui le composent aujourd'hui consistent en une ferme et un corps puits circulaire de la même époque qui s'adossait à l'origine à un mur de clôture, près de l'étang ; un pigeonnier à boulins en terre cuite. Au milieu du 18e siècle, Villiers appartient à Jacques Lhomme de la 1813 à 1843, Alexis Lhomme de la Pinsonnière, neveu du précédent, est propriétaire. Villiers est vente. L'architecte n'est pas connu. La façade nord du grand corps de logis présente une ressemblance le rez-de-chaussée a été élargi grâce à la construction de deux ailes de part et d'autre de la tour de logis. Les bâtiments les plus anciens subsistant sont : une partie de l'ancien logis du 17e siècle Pinsonnière (mort en 1813) qui porte les mêmes noms et prénoms que son ancêtre seigneur de Civray-sur-Cher. De revendu en 1847 puis en 1853 date à laquelle le château est dit "nouvellement construit" dans un acte de avec le château de Civray. Côté sud, une tour polygonale hors-oeuvre a été construite en même temps que
    Référence documentaire :
    p. 155 MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Cinquième série, 1982. Chambray-lès-Tours : C.L.D
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le château et la ferme de Villiers constituent un ensemble de bâtiments de différentes époques. Par plus spacieux. La façade nord, symétrique, comprend cinq travées. Au centre, la porte et la baie de le bâtiment. De part et d'autre de la tour, s'étendent deux ailes comprenant trois baies au rez-de situées de part et d'autre de la tour. Un bâtiment perpendiculaire est accolé à l'est du château et abrite récent. Au centre de la cour subsistent les vestiges d'un puits circulaire en pierre de taille. Un petit étang dont les bords sont partiellement maçonnés occupe le sud de la cour. A l'ouest, plusieurs commodité, est appelé "château" le long corps de logis orienté est-ouest, élevé d'un étage carré et surmonté d'un étage de comble. L'édifice est construit en pierre de taille de tuffeau et couvert d'un toit à longs pans et croupes couvert en ardoise. A l'origine, deux petits pavillons de plan carré encadraient le corps de logis à l'est et à l'ouest ; celui situé à l'est a été agrandi pour en faire un logis
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Villiers : château de Villiers
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade nord. IVR24_20103700402NUCA Vue de la partie ouest de la façade sud du corps de logis, avec les vestiges du puits au premier Château, côté sud : détail de la tour d'escalier. IVR24_20103700419NUCA Vue de volume de la grange Est. IVR24_20103700407NUCA Façade latérale de la grange Est. IVR24_20103700416NUCA Escalier desservant le corps de logis. IVR24_20103700422NUCA Logis accolé au château, de l'ouest. IVR24_20103700418NUCA A droite la grange Est, et au fond la façade sud du château. IVR24_20103700406NUCA Escalier intérieur de l'ancien logis situé près du pigeonnier. IVR24_20103700424NUCA Cabane de berger roulante. IVR24_20103700429NUCA
  • Noizay : ferme de Noizay
    Noizay : ferme de Noizay Luzillé - Noizay - isolé - Cadastre : 2009 XP 2
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Noizay est un ancien fief dont la première mention connue figure dans le rôle des fiefs de Touraine en 1639. Il figure sur la carte de Cassini. En 1855, Adrien Nau est propriétaire de Noizay. Le , contrairement à la façade antérieure dont l’une des pierres de la lucarne de droite porte l’inscription « crue siècle et a été remaniée. Les écuries et les granges datent du 19e siècle et les hangars modernes de la seconde moitié du 20e siècle. A l’entrée de la cour, un pigeonnier de plan carré a été restauré ; il date domaine comprend une maison du 17e siècle dont la façade postérieure n’a pas été beaucoup remaniée
    Description :
    La ferme de Noizay est composée de nombreux bâtiments délimitant une cour fermée. L’élément remarquable est le pigeonnier, bien que remanié dans sa partie inférieure. Construit en moellon de calcaire et ceinturé par une corniche en quart de rond, il a conservé ses boulins en céramique constitués de pots circulaires assemblés à la chaux. Son toit pyramidal est couvert en tuile plate.
    Titre courant :
    Noizay : ferme de Noizay
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Charpente de la grange. IVR24_20093701187NUCA Charpente de la grange : détail. IVR24_20093701188NUCA Vue d'ensemble des étables et de la maison accolée à gauche. IVR24_20093701191NUCA Maison précédent la cour de ferme. IVR24_20093701209NUCA Détail de la baie de la maison précédent la cour de ferme. IVR24_20093701210NUCA Niche à l'intérieur de l'étable. IVR24_20093701193NUCA Porte de l'étable. IVR24_20093701194NUCA Logis fermant la cour et maison à gauche. IVR24_20093701197NUCA Four à pain : vue de l'intérieur. IVR24_20093701201NUCA
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Luce
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Luce Luzillé - Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    , représentant la Présentation de la Vierge au Temple qui porte : "Donné à l'église de Luzillé". Les verrières hagiographiques qui ornent le mur sud de la nef sont dues à l’atelier Lucien-Ernest Fournier dit Lux Fournier L'autel majeur, situé dans le chœur, était adossé à un mur derrière lequel avait été aménagée "de temps immémorial" une sacristie. Vers 1833-34, ce mur a été détruit et l'autel reculé. La construction . Outre la toile représentant l'Immaculée Conception, il existe un autre tableau dans l'église, très abîmé
    Référence documentaire :
    MOUSSE (chanoine). Le culte de Notre Dame en Touraine. Tours : Alfred Mame et fils, 1915.
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Luce
    Annexe :
    siècle ; nef, collatéral nord, entre la 1ère et la 2e travée. Autel de la Vierge ; bois peint polychrome 19 siècle 20e siècle ; collatéral nord, sur l'autel de la Vierge. Statue ; Immaculée Conception (promulgation du dogme) ; h = 67; collatéral nord, sur l'autel de la Vierge. Maquette ; cathédrale Saint-Gatien 20e siècle ; collatéral nord, près de l'autel de la Vierge. Statue ; sainte Jeanne d'Arc ; plâtre marbre pour l'autel ; 19e siècle ; h = 96 ; l = 228 ; la = 95 ; tabernacle : h = 70 ; choeur. Chemin de . Croix de procession ; métal ; 19e siècle ; h = 225 avec la hampe ; h = 46 pour la croix seule. hampe en en plâtre ; inscription peinte en rouge sur le côté gauche de la terrasse : J. Daniel à Paris ; choeur, dans la niche trilobée. Croix de procession ; métal doré ; limite 19 siècle ; choeur. Statue = 50 ; ornés de 3 médaillons : Jésus, la Vierge et un ange ; sacristie Chandelier ; métal doré ; 2e NON ÉTUDIÉES ( selon leur emplacement ) Bénitier ; cuivre rouge ; 20e siècle ; a la forme du
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Maquette en bois de la cathédrale Saint-Gatien de Tours. IVR24_20093701133NUCA Autel secondaire de la Vierge. IVR24_20093701134NUCA Statue : saint Roch accompagné de son chien, de face. IVR24_20093701118NUCA Croix de procession. IVR24_20093701121NUCA Bancs de fidèles. IVR24_20093701136NUCA Banc de fidèle : détail. IVR24_20093701137NUCA
  • Bourg : monument aux morts (rue du Général de Gaulle)
    Bourg : monument aux morts (rue du Général de Gaulle) Luzillé - rue du Général de Gaulle - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    En délibération du conseil municipal du 30 mai 1920 est abordée la question de l'érection d'un monument aux morts dans le cimetière, alors situé au sud de la place du bourg. En 1922, la commande d'un monument à la mémoire des enfants de Luzillé morts pour la patrie est passée au sculpteur Médéric Bruno , professeur à l'école des Beaux-Arts de Tours. Le monument doit être dressé sur la place du mail et exécuté en noms étant devenus illisibles à cause du salpêtre, la commune a fait entourer le socle de trois plaques de marbre. Médéric Bruno est également l'auteur du monument aux morts de Château-Renault.
    Référence documentaire :
    Keil, Laurianne, Simon, Christophe. Mémoire de pierres. Les monuments aux morts de la Grande Guerre p. 175-178 DEROUET, James. Luzillé, village de Touraine. s.l. : s.d. [ouvrage édité à compte de Recherches Historiques du Septentrion Université de Lille 3 BP 60149 59653 Villeneuve d'Ascq Cedex
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Monument en pierre comprenant un socle cubique, porté par deux degrés et supportant une statue de Marianne debout, vêtue à l'antique et coiffée du bonnet phrygien, tenant une palme dans la main droite et une couronne végétale dans la main gauche. La terrasse porte la dédicace : la République pour la France 1914-1918".
    Localisation :
    Luzillé - rue du Général de Gaulle - en village
    Titre courant :
    Bourg : monument aux morts (rue du Général de Gaulle)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Verrière : saint Vincent, sainte Lucie, saint Eloi
    Verrière : saint Vincent, sainte Lucie, saint Eloi Luzillé - le bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Représentations :
    , instrument de son supplice, dans la main droite et la palme du martyr dans la main gauche ; saint Éloi , évêque, tient la crosse de la main gauche et un marteau de la main droite. Les fonds architecturés sont traités de manière analogue à ceux de la baie représentant saint Léon et saint Martin. Le jour de réseau la main gauche et bénissant de la main droite ; les jours latéraux sont peuplés de têtes d'angelots. Chaque personnage est figuré dans une lancette; saint Vincent à gauche tient une grappe de raisin dans la main gauche et la palme du martyr dans la main droite ; sainte Lucie tient un poignard est meublé d'un oculus central orné d'une représentation de Dieu le Père auréolé tenant le globe dans
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrière à trois lancettes surmontées d'un jour de réseau.
    Dimension :
    la 250.0 centimètre
    Dates :
    1926 porte la date
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Détail de l'angle inférieur droit avec la signature et la date : Lux Fournier, Tours, 1926
    Structures :
    jour de réseau
  • Bourg : église paroissiale Sainte-Luce
    Bourg : église paroissiale Sainte-Luce Luzillé - Bourg - rue de Chenonceaux - en village - Cadastre : 2009 OH 9
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    sainte Luce. De cette époque sont conservés la base du mur sud de la nef et une partie des murs du choeur . Fondation d'une chapelle dédiée à la Vierge le 3 août 1500 par Jean le Sage. Les entraits et poinçons de la 1834 et l'autel repoussé plus avant dans le choeur. L'église n'a alors plus de sacristie. La même année , réfection des fausses voûtes lambrissées de la nef. En 1853 la fabrique cède une partie d'un bâtiment adossé évêque de Tours. Cet édifice a disparu et a été remplacé au 12e siècle par l'église actuelle, dédiée à arcades en plein cintre. La voûte du choeur a été refaite au 15e siècle et la baie d'axe au 16e siècle 1810, la charpente et les murs du choeur ainsi que la flèche sont détruits par un ouragan. L'autel à l'église pour en faire une sacristie. En 1854, destruction de l'une des portes d'entrée, à cintre surbaissé, pour la remplacer par une porte en plein cintre. La tribune est consolidée en 1855 d'après les plans de L. Guérin, architecte : rajout d'une colonne intermédiaire en chêne et de tirants en fer. Le
    Référence documentaire :
    CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880. RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Tours, 1930.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'église, de plan allongé, comprend deux vaisseaux, celui du sud correspondant à la nef de l'église primitive. Il est prolongé d'une travée droite qui porte le clocher en charpente dont la flèche n'a jamais , de plan carré et à chevet plat. Le collatéral au nord communique avec le premier vaisseau par deux pans sur le vaisseau sud. Sur le vaisseau nord, présence de deux toits à deux pans et noues, orientés
    Localisation :
    Luzillé - Bourg - rue de Chenonceaux - en village - Cadastre : 2009 OH 9
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Plan de l'église indiquant la disposition du carrelage et du dallage à exécuter. Louis Guérin Dessin de la tribune. Louis Guérin, architecte, le 4 mars 1854. (Archives départementales d'Indre Vue de la nef en direction du choeur. IVR24_20093701105NUCA Vue intérieure de la nef, vers l'ouest. IVR24_20093701106NUCA Vue intérieure de la nef, vers l'ouest. IVR24_20093701107NUCA Nef : détail d'un entrait de la charpente et de son poinçon. IVR24_20093701132NUC Vue intérieure de la nef et du bas-côté, vers l'ouest. IVR24_20093701108NUCA
  • Beauchêne : Ferme
    Beauchêne : Ferme Luzillé - Beauchêne - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Ferme construite vers 1874-1878 sur les plans de l'architecte Massy de la Chesneraye dont le père était propriétaire du domaine de Beauchêne. Les plans de cette exploitation modèle ont été publiés dans "Le recueil d'architecture" de Wulliam et Farge en 1878.
    Description :
    accentuée par la hauteur de son toit, plus élevé que ceux des bâtiments latéraux. L’affectation des
    Auteur :
    [architecte] Chesneraye (de la) Massy
    Annexe :
    Cie, 18 rue de la Perle. - Notice – Trois points ont préoccupé spécialement le constructeur : 1 la cour, à gauche, on trouve l’habitation du chef de l’exploitation se composant :d’une salle, de un poulailler. A droite de cette cour sont : la vacherie et la laiterie, la grange, l’écurie aux n’exigeant pas la même quantité de bétail que les fermes proprement dites).Enfin, au fond se trouvent le pressoir, la cuverie et les celliers à droite et à gauche pouvant contenir chacun 200 pièces de vin.La maie directement sur le pressoir. La partie haute des murs de face du pressoir est élevée en briques espacées de manière à permettre la libre circulation de l’air, si nécessaire pour activer la fermentation Exploitation viticole de Beauchêne Exploitation viticole de Beauchêne Commune de Lazillé (sic ) N’avoir que des bâtiments indispensables 2) Grouper ces bâtiments de façon à ce que chacun remplisse commodément le but qui lui est assigné. 3) Permettre au chef d’exploitation de surveiller facilement ses
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Exploitation viticole de Beauchêne, plans et élévations, par Massy de la Chesneraye, architecte
  • Tableau : Immaculée Conception
    Tableau : Immaculée Conception Luzillé - le bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Esteban Murillo (1617-1682). L’original, réalisé en 1665 pour l’église Santa Maria la Blanca de Séville fait l’objet de commandes de l’Etat puis envoyées à la demande des communes pour meubler leurs églises . La copie de Luzillé dont le revers n’a pas pu être vu, est vraisemblablement un envoi de l’État. Ce tableau peint au XIXe siècle est la copie d’un célèbre tableau du peintre espagnol Bartolomé , est conservé au musée du Louvre depuis 1817. Il a servi de modèle à de très nombreuses copies ayant
    Représentations :
    La scène représente l’apparition de l’Immaculée Conception à six personnages.
    Statut :
    propriété de la commune Faute d'informations complémentaires, le tableau doit être considéré comme propriété de la commune. L'hypothèse d'un dépôt de l'Etat n'est pas à exclure. L'envoi n'est pas référencé dans la base Arcade.
    Stade de création :
    copie de peinture
    Dimension :
    la 190.0 centimètre
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Pierre Saint-Martin : polissoir
    Pierre Saint-Martin : polissoir Luzillé - La Pierre Saint-Martin - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    , il a été sauvé de la destruction peu avant 1914 par la Société archéologique de Touraine qui le Polissoir fixe datant du Néolithique et appelé localement "pierre de Saint-Martin". Signalé en 1892
    Référence documentaire :
    p. 50 CORDIER, Gérard. Inventaire des mégalithes de la France. 1er supplément à Gallia Préhistoire Cordier, Gérard. Le polissoir de Luzillé. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. XXX
    Statut :
    propriété d'une association Propriété de la société archéologique de Touraine.
    Description :
    Polissoir fixe constitué d'un bloc de grès d'environ 2 m sur 2,30m, creusé de 5 rainures et de 3
    Localisation :
    Luzillé - La Pierre Saint-Martin - isolé
    Appellations :
    Pierre de Saint-Martin
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue de dessus avec les rainures résultant du polissage des pierres. IVR24_20103700392NUCA
  • Verrière : le Christ bon pasteur
    Verrière : le Christ bon pasteur Luzillé - Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur et date peintes à la main à droite des pieds du Christ.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Représentations :
    représentation de la Jérusalem céleste. Le visage, les mains et les pieds sont traités en grisaille, de même que
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrière de la baie d'axe. Baie libre en plein cintre.
    Dates :
    1933 porte la date
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Verrière : saint Léon et saint Martin
    Verrière : saint Léon et saint Martin Luzillé - le bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Représentations :
    Saint Léon le Grand, pape et docteur de l’Eglise, est figuré debout à gauche, tenant la croix dans détache sur le fond blanc de l'auréole. Il porte la tiare papale à trois rangs. Saint Martin auréolé est cramoisi d'une niche architecturée surmontée d'un entablement à candélabres inspiré de la Renaissance. la main gauche et un livre ouvert dans la main droite. Le visage barbu est peint en grisaille et se représenté âgé, ouvrant les bras en signe de bénédiction. Les deux personnages se détachent sur le fond
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    la 150.0 centimètre
    Dates :
    1926 porte la date
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Sourdière : cimetière (Voie communale n°137)
    Sourdière : cimetière (Voie communale n°137) Luzillé - La Sourdière - Voie communale n°137 de La Sibillerie - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Le premier cimetière, situé au nord-est de l'église, fut transféré sur une partie de l'actuelle la partie nord du cimetière. En 1859, des travaux pour la construction des murs longeant la route départementale sont effectués. Un rapport précise que ce cimetière de 24 ares, enclavé de 3 côtés dans le bourg , avait été créé avant l'établissement du cadastre. En 1936, la commune, qui comptait 1050 habitants et un taux de mortalité de 20,5/1000, prévoit d'acheter un champ de 47 ares situé à environ 800 mètres du bourg, au lieu-dit "la Sourdière". Un plan du projet est donné par F. Baude. Ce nouveau terrain, sans
    Référence documentaire :
    piliers et de la grille. 20 juillet 1936. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, Série 2 O). Projet de cimetière : emplacement avec le terrain communal à échanger/par F. Baude, maître mineur Création d'un nouveau cimetière : dessin des ouvrages. Coupe du mur de clôture et dessin des p. 171-175 DEROUET, James. Luzillé, village de Touraine. s.l. : s.d. [ouvrage édité à compte
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Luzillé - La Sourdière - Voie communale n°137 de La Sibillerie - en écart
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    piliers et de la grille. 20 juillet 1936. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, Série 2 O Projet de cimetière : emplacement avec le terrain communal à échanger. Par F. Baude, maître mineur Création d'un nouveau cimetière : dessin des ouvrages. Coupe du mur de clôture et dessin des
  • Sables : menhir
    Sables : menhir Luzillé - Les Sables - bâti isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Ce menhir fait partie d'un ensemble de mégalithes qui ont été repérés et décrits dès 1914 par L . Dubreuil-Chabardeil, sur les communes de Luzillé et de Sublaines.
    Référence documentaire :
    p. 253 DUBREUIL-CHAMBARDEL, Louis. Le menhir de Luzillé. Bulletins et mémoires de la société p. 50 CORDIER, Gérard. Inventaire des mégalithes de la France. Premier supplément à Gallia d'anthropologie de Paris, Tome 5 fasc. 3, 1914.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le menhir est constitué d'un bloc de grès 2 mètres de haut sur 1,80 m de large.
    Aires d'études :
    Canton de Bléré