Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : maison de maître (Les Ruisseaux)
    Bourg : maison de maître (Les Ruisseaux) Margon - Les Ruisseaux - en village - Cadastre : 1811 E 31 1990 AD 47
    Description :
    la rue au nord-ouest, est encadré de deux tours d'angle hors-oeuvre, de plan octogonal. Les et d'un comble. Parmi les quatre façades ordonnancées à trois travées, la principale, qui donne sur un escalier à deux volées droites, est surmontée d'une marquise en fer forgé et verre. Les murs sont en moellons de silex (soubassement) et de calcaire couverts d'un enduit plein, ou en brique (tours octogonales). Les encadrements des baies, la corniche moulurée, le bandeau et les chaînages d'angle sont en pierre de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans et à croupes (corps de bâtiment), couverts en andésite ; un toit polygonal en ardoise couvre chacune des deux tours. Un campanile orne le faîtage du toit
    Localisation :
    Margon - Les Ruisseaux - en village - Cadastre : 1811 E 31 1990 AD 47
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître (Les Ruisseaux)
  • Champeaux : manoir dit de Champeaux
    Champeaux : manoir dit de Champeaux Margon - Champeaux - isolé - Cadastre : 1811 C2 211 1990 C2 318
    Historique :
    actuellement visible, semble remonter, en ce qui concerne les parties les plus anciennes, à la seconde moitié Marolles-les-Buis), au domaine de La Galaisière (à Condé-sur-Huisne) lors de l'érection de cette terre en , il restaure les bâtiments (percements de fenêtres obstruées et nouveaux percements : baies en plein
    Référence documentaire :
    , Tours, 1992.) , Tours, 1992.) , Tours, 1992.) , Tours, 1992.) Champeaux, photographie prise dans les années 1980/Adde, Christophe. (In SIGURET, Philippe. Les manoirs du Perche, les amis du Perche. Meaucé : Arts Graphique du Perche, 1991, 150 p.). , Tours, 1992.) Champeaux, photographie prise dans les années 1980/Adde, Christophe. (In SIGURET, Philippe. Les manoirs du Perche, les amis du Perche. Meaucé : Arts Graphique du Perche, 1991, 150 p.). Les noms des lieux-dits en Eure-et-Loir. Tome 23, canton de Nogent-le-Rotrou. (Archives
    Description :
    manorial, de plan rectangulaire, est en rez-de-chaussée et à un étage carré surmonté d'un comble. Parmi les engoulants (relativement rares dans ce secteur et signe d'ancienneté). Les murs sont en moellons de calcaire pierre de taille de calcaire. Les encadrements des baies, les contreforts (soutenant exclusivement les en pierre de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans et à croupes (corps de passage) couverts
    Illustration :
    Rabelais, Tours). IVR24_20082800278NUCA ). (Université François Rabelais, Tours). IVR24_20082800275NUCB , vers 1992). (Université François Rabelais, Tours). IVR24_20082800274NUCB , Tours). IVR24_20082800276NUCB ). (Université François Rabelais, Tours). IVR24_20082800277NUCB
  • Bois Jolly : manoir dit du Bois Jolly
    Bois Jolly : manoir dit du Bois Jolly Margon - Le Bois Jolly - isolé - Cadastre : 1811 E 146, 147 1990 E 667, 668, 672
    Historique :
    . La grange nord, la remise au sud, les murs ceinturant le domaine (partiellement en élévation aujourd’hui) ainsi que les quatre tourelles aux angles (présentes en plan en 1811, détruites par la suite , accompagnée des initiales « J P », sous la corniche en façade principale). Tous les bâtiments subissent des importante de la région nogentaise : plus de cinquante personnes y travaillent et les installations fin des années 1980 par les propriétaires actuels, l´ensemble des bâtiments est en cours de
    Référence documentaire :
    , Tours, 1992.) , Tours, 1992.) : Université François Rabelais : Tours : 1992.) de l'art sous la direction de Jean Guillaume : Université François Rabelais : Tours : 1992. p. 28-29 SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Description :
    ordonnancée à trois travées dont les fenêtres de l´étage conservent quelques éléments anciens tels que les . Parmi les deux fenêtres de l´étage, celle au nord, à meneau et traverse, présente un encadrement mouluré cour, d´accéder à l´étage pourvu d´une cheminée (fonction probable de chambre). Les murs de ces deux ouest est une grange-écurie (partie grange au nord, écurie au sud). Les ouvertures sont, en majorité en brique couronne les murs. - Le bâtiment nord comprend, d´ouest en est, une écurie, une grange et un logement de vacher. Toutes les ouvertures ont subi des modifications (obstructions totales ou à pierre vue. Les chaînages d´angle et les encadrements de baies sont en pierre de taille de calcaire, à de rares exceptions, en brique, correspondant à des remaniements. Les toits sont à longs pans
    Illustration :
    16e siècle (dessin de Gilles Provost, 1992). (Université François Rabelais, tours Rabelais, Tours). IVR24_20082800246NUCA
  • Borde : demeure dite château de La Borde
    Borde : demeure dite château de La Borde Margon - La Borde - isolé - Cadastre : 1811 C 237 1990 AB 36 à 40
    Observation :
    Cette demeure, appelée château de la Borde est assez peu renseignée par les archives. Reconstruite
    Description :
    couverts d'un enduit plein ; les souches de cheminée et les jouées des lucarnes et des jours, en brique bourg à l'ouest. Le logis comprend un rez-de-chaussée surmonté d'un étage carré et d'un comble. Les murs gouttereaux sont rythmées par sept travées au sud-est, six au nord-ouest. Les élévations latérales possèdent -chaussée et à ressauts pour l'étage carré (façade principale). Les murs sont en moellons de calcaire ; les encadrements des baies, les chaînages d'angle, la corniche et le bandeau, en pierre de taille de -chaussée surmonté d'un comble à surcroît. Les trois portes charretières en arc segmentaire, dont la plein cintre coiffées d'un toit en bâtière à demi-croupe. Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein ; les encadrements des baies et les chaînages d'angle, en pierre de
  • Présentation de Margon (Arcisses depuis 2019)
    Présentation de Margon (Arcisses depuis 2019) Margon
    Historique :
    pourrait évoquer la confluence des rivières de la Cloche et de l'Huisne. Dès le début du 12e siècle, les Jean de Riants, comte de Rémalard et baron de Voré. A cette époque, les seigneurs de Margon, membres de Margon sous l'Ancien Régime telles que les d'Amily au manoir de Champeaux (également réuni à la seigneurie de la Galaisière) et les Durant au manoir du Bois Jolly. La configuration de la commune peut juste quelques maisons anciennes, l'église paroissiale, le presbytère et l'école. Les autres profit du travail en ville et les ouvriers viennent s'installer et construire leur résidence en périphérie de Nogent. Depuis la commune ne cesse de s'accroître. Selon les chiffres de recensement de la et 1990, les périodes 1975 à 1981 et 1982 à 1989 étant les plus importantes en terme de nouvelles
    Référence documentaire :
    -Masson", paroisse de Margon, contre deux rentes de 30 sous, l'une sur la maison du Lion d'or devant les FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994 p. 89-111 Les noms des lieux-dits en Eure-et-Loir. Tome 23, canton de Nogent-le-Rotrou. (Archives p. 112 MERLET, Lucien. Dictionnaire topographique du département d'Eure-et-Loir comprenant les noms de l'art sous la direction de Jean Guillaume : Université François Rabelais : Tours : 1992. SIGURET, Philippe. Les manoirs du canton de Nocé. Manoirs et châteaux du canton de Rémalard SIGURET, Philippe. Les manoirs du Perche. Meaucé : Fédération des amis du Perche, Arts graphiques p. 28-29 SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Description :
    Nogent-le-Rotrou. De nombreuses fermes ont changé d'affectation et ont été converties en maisons. Les Bourdigal, La Fuye, Les Gaudinières), deux manoirs (Le Bois Jolly et Champeaux), deux moulins (de Beaudelet
    Annexe :
    2008. Cette étude a pour finalité d´identifier, de localiser et de documenter les éléments appartenant au patrimoine architectural et de présenter un état des lieux raisonné du patrimoine bâti. Les exceptionnelles, comme, par exemple, les mégalithes ou les oeuvres originales d´architectes contemporains. Par avant 1950. Les dossiers qui suivent sont classés du général ou thématique (dossier collectif), au particulier. Les édifices uniques ou au contraire représentatifs, à valeur patrimoniale intrinsèque et , pour appréhender les familles d'édifices représentés en grand nombre (fermes, maisons), une sélection raisonnée d'unités à étudier est réalisée. Les caractères communs à chaque famille sont restitués dans le dossier collectif. Parmi les 65 éléments bâtis recensés (toutes catégories confondues), 18 sont documents d'archives) accompagnent les dossiers.
1