Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 20 sur 23 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Vallée : moulin dit de La Vallée
    Vallée : moulin dit de La Vallée Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1811 F 23 à 25 1990 F 243
    Historique :
    Le moulin de La Vallée est attesté au troisième quart du 18e siècle, sur la carte de Cassini à vis du moulin et du logement semblent dater de la première moitié du 19e siècle. Au début du 20e mètre de long, étaient livrés aux cafés et aux poissonniers de la région. Le moulin a été restauré dans les années 1990. La turbine, mise en place à cette occasion, ne fonctionne pas.
    Hydrographies :
    la Cloche
    Observation :
    Les moulins de Beaudolet et de la Vallée, similaires architecturalement (trois ou quatre niveaux la rivière de la Cloche, matrices cadastrales), constituent un ensemble patrimonial important à
    Référence documentaire :
    Reproduction d'une photographie : vue aérienne du moulin de la Vallée, vers 1980. (Collection Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du moulin de la Vallée. 1860. (Archives Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du hameau de la Vallée. 1860. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plans Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 289. Moulin de la Vallée : devis et plans. 1857-1892.
    Description :
    Le moulin de La Vallée se situe à l'est du hameau éponyme, au bord de la rivière de la Cloche des appuis en saillie. La partie la plus au sud, qui s'avance dans la rivière, reçoit une partie importante du mécanisme, dont la roue. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit plein ; les encadrements des baies, la corniche moulurée et les chaînages d'angle (à l'exception de la partie inférieure au sud de l'édifice, au niveau de la roue, en pierre de taille de grès ferrugineux dit "roussard") sont
    Localisation :
    Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1811 F 23 à 25 1990 F 243
    Titre courant :
    Vallée : moulin dit de La Vallée
    Appellations :
    moulin de la Vallée
    Illustration :
    Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du hameau de la Vallée, 1860. (AD, Eure-et-Loir, 7 Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du moulin de la Vallée, 1860. (AD, Eure-et-Loir, 7 Vue d'ensemble du moulin et de la rivière de la Cloche depuis l'ouest. IVR24_20082800210NUCA Vue de trois-quarts de la façade est et du mur-pignon sud. IVR24_20082800213NUCA Vue de détail de la chambre à turbine. IVR24_20082800215NUCA Détail de la turbine, datant des années 1990. IVR24_20082800216NUCA
  • Borde : demeure dite château de La Borde
    Borde : demeure dite château de La Borde Margon - La Borde - isolé - Cadastre : 1811 C 237 1990 AB 36 à 40
    Historique :
    La Borde est attesté comme un ancien fief relevant de la châtellenie de Nogent-le-Rotrou. Pourtant le lieu-dit n'est pas mentionné sur la carte de Cassini au troisième quart du 18e siècle du fait cadastre ancien, mais ils ont très probablement été reconstruits dans la seconde moitié du 19e siècle pour
    Observation :
    Cette demeure, appelée château de la Borde est assez peu renseignée par les archives. Reconstruite dans la seconde moitié du 19e siècle pour un notable local, Louis Perriot, éleveur de chevaux , puisée dans le répertoire néoclassique en vogue dès la seconde moitié du 18e siècle, en fait un élément
    Référence documentaire :
    Margon, La Borde. Carte postale ancienne, début 20e siècle. (Archives départementales d'Eure-et
    Description :
    La demeure dite château de La Borde, constitué d'un logis et d'une écurie, se situe en contrebas du chacune une travée (fenêtre sud-ouest de l'étage bouchée). Outre la corniche rampante à larmier et à sur la façade principale. Sa travée centrale se compose d'une porte surmontée d'un fronton encadrent la lucarne. Ce même dispositif d'éclairage du comble se retrouve en façade postérieure. L'ensemble ; les encadrements des baies, les chaînages d'angle, la corniche et le bandeau, en pierre de taille de -chaussée surmonté d'un comble à surcroît. Les trois portes charretières en arc segmentaire, dont la
    Localisation :
    Margon - La Borde - isolé - Cadastre : 1811 C 237 1990 AB 36 à 40
    Titre courant :
    Borde : demeure dite château de La Borde
    Destinations :
    siège social de la société STAR
  • Bourg : ferme à logements multiples (La Fuye)
    Bourg : ferme à logements multiples (La Fuye) Margon - La Fuye - en ville - Cadastre : 1811 D 26, 30, 31 1990 AA 112 à 117
    Historique :
    La "fuye" désigne un colombier, le terme fuga provient du latin et signifie "refuge destiné aux animaux". Sur la carte de Cassini, le lieu-dit "la Fuye" est associé à un pictogramme figurant un hameau peu de temps après. La reconstruction in situ commence vraisemblablement dès 1821 (date portée sur le
    Référence documentaire :
    Margon, La Fuye. Plan de localisation des parties constituantes de la ferme./Florent Maillard
    Description :
    Située au sud-ouest de la commune, non loin de la ville de Nogent-le-Rotrou et du Faubourg Saint -Martin, la ferme comprend deux bâtiments dissociés, organisés de manière perpendiculaire (en "L"), au boulins (deux fois quatre) est placé dans le comble de la grange-étable. Organisé en retour d'équerre à (deux fois quatre). Accolés au mur de clôture de la cour, au sud, subsistent un puits à l'état de
    Localisation :
    Margon - La Fuye - en ville - Cadastre : 1811 D 26, 30, 31 1990 AA 112 à 117
    Titre courant :
    Bourg : ferme à logements multiples (La Fuye)
    Dates :
    1821 porte la date daté par source
    Illustration :
    Plan de localisation des parties constituantes de la ferme (fond : plan cadastral de 1990, section Vue de détail de la clef portant la date 1821. IVR24_20082800104NUCA
  • Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église)
    Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église) Margon - Bourg - 7 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 75 1990 AB 44, 46
    Historique :
    Cette maison de notable dite de La Bourbonnaise est construite en 1858 pour Jean Sortais, maire de la commune, à l'emplacement d'un ancien manoir disparu. Des pierres sont d'ailleurs remployées , notamment dans la dépendance juxtaposée à la maison (porte à encadrement chanfreiné surmontée d'un linteau à
    Référence documentaire :
    Manoir de La Bourbonnaise, gravure. Par Moulin. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, BR art 26 Manoir de La Bourbonnaise, gravure. Par Moulin. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, BR art 26 FAUQUET, George. La fin d'une légende percheronne. La Bourbonnaise de Margon, Nogent-le-Rotrou MORIN, Alain. La légende de la Bourbonnaise d'après le manuscrit de la comtesse de Pizieux. Cahiers
    Description :
    La maison dite de la Bourbonnaise présente d'une façade ordonnancée à trois travées. La travée centrale comprend une porte surmontée d'une baie dont les chambranles sont identiques. La porte d'entrée chaînages d'angle et la corniche sont en pierre de taille de calcaire. Le toit est à longs pans et à croupes
    Titre courant :
    Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église)
    Annexe :
    La Bourbonnaise de Margon. Texte extrait de FAUQUET, George. La fin d'une légende percheronne. La qu'était le manoir de la Bourbonnaise avant sa démolition. M. Dallier nous a appris qu'il avait été cette époque il faisait partie du domaine de La Galaisière, probablement depuis sa construction . Jusqu'au moment de sa démolition, la maison de La Bourbonnaise s'appelait le Pavillon ; mais antérieurement "qui va de la Capéterie au Cruchet et ailleurs", dit un acte de 1783. Cet immeuble fut édifié en 1851
    Illustration :
    Vue de détail de la porte en accolade (remploi). IVR24_20082800055NUCA
  • Bourg : mairie et école publique primaire mixte, actuellement groupe scolaire Robert Doisneau (1 rue de la Vieille-Cour)
    Bourg : mairie et école publique primaire mixte, actuellement groupe scolaire Robert Doisneau (1 rue de la Vieille-Cour) Margon - Bourg - 1 rue de la Vieille-Cour - en village - Cadastre : 1990 AB 57 à 59
    Historique :
    La mairie-école est construite en 1879 sur les plans d'Arthur-Joseph Proust, architecte à Nogent-le , entrepreneur à Nogent-le-Rotrou. Le bâtiment comprend à l'origine deux corps alignés. Le corps nord abritait la siècle, la salle de classe est rehaussée d'un étage carré, le préau détruit et remplacé par un bâtiment
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Située à l'angle du chemin départemental 918 et de la rue de la Vieille-Cour, l'ancienne mairie -école comprend trois corps de bâtiment alignés dont la façade principale est orientée au sud-ouest. Le composent la façade sud-ouest du bâtiment. Les murs sont construits en moellons de calcaire couverts d'un
    Localisation :
    Margon - Bourg - 1 rue de la Vieille-Cour - en village - Cadastre : 1990 AB 57 à 59
    Titre courant :
    rue de la Vieille-Cour)
    Annexe :
    d'archives collectés (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2181) : Avant la construction de la mairie -école en 1879, l'école est dispensée de 1876 à 1878 au lieu-dit La Marquisière. Cette installation provisoire est détaillée dans le rapport du 24 août 1876 de l'inspecteur public, de même que la description de cour ; un hangar couvert en tuile monté sur poteaux sert de préau. Le bail arrivant à échéance, la de la construction de la nouvelle mairie-école.
  • Bourg : monument aux morts (rue de l'Église)
    Bourg : monument aux morts (rue de l'Église) Margon - Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1990 AB 53
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    marbre, posée sur la stèle, porte les noms des disparus de la commune ; une seconde, fixée dans le
    Appellations :
    de la guerre 1914-1918
  • Bois Jolly : manoir dit du Bois Jolly
    Bois Jolly : manoir dit du Bois Jolly Margon - Le Bois Jolly - isolé - Cadastre : 1811 E 146, 147 1990 E 667, 668, 672
    Historique :
    La première mention connue du lieu-dit du Bois Jolly remonte au 16e siècle. A cette époque, Jehan Durant, bailli de la seigneurie de Prez en Ceton, possède également le titre de "seigneur du Bois-Jolly ". Il serait peut-être le commanditaire de la construction (ou reconstruction) du manoir dont la partie la plus ancienne, de la fin du 15e siècle, est le logis manorial, comme le montre le décor de la cheminée monumentale de la salle. Le corps de passage construit en alignement du logis manorial au sud . La grange nord, la remise au sud, les murs ceinturant le domaine (partiellement en élévation aujourd’hui) ainsi que les quatre tourelles aux angles (présentes en plan en 1811, détruites par la suite Bonneval, notaire de Nogent-le-Rotrou, dresse un état des lieux détaillé du site lors de sa visite de la par la suite). Suite à la Révolution, le manoir est vendu comme bien national. Le Bois Jolly devient une ferme qui se développe surtout dans la seconde du 19e siècle avec la construction de deux granges
    Observation :
    (Brunelles), de la même époque et de style similaire. Sa transformation en ferme au 19e siècle en fait, dès la fin du 19e siècle et tout au long de la première moitié du 20e siècle, l´une des plus importantes fermes du secteur. La richesse décorative de plusieurs éléments bâtis (fenêtres, cheminée), la
    Référence documentaire :
    : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais Perche nogentais, 1450-1560. Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume de l'art sous la direction de Jean Guillaume : Université François Rabelais : Tours : 1992.
    Description :
    Le manoir du Bois Jolly se situe au sud-est de la commune de Margon, sur le plateau du bois des Perchets qui domine la vallée de la Cloche. Ceint de murs, il comprend quatre bâtiments disposés autour d un seul pilier. - Le bâtiment ouest, dont la façade principale est orientée à l´est, comprend trois terminant par un congé coupé. Côté ouest, la façade est percée d´une porte, d´une fenêtre à meneau et probablement prévue dès la construction pour un agrandissement vers l´ouest et transformée en fenêtre ; et la (remaniement) soulagé par un arc de décharge. A l´est de la cheminée, une porte d´origine de la bâtisse permettait d´accéder au nord de la cour (aujourd´hui, elle donne accès à l´ancienne grange-écurie). Un calice dans sa main gauche au sud. Produit de la dernière campagne de restauration, une lucarne restituée , en bâtière à meneau et traverse, complète la travée. En façade est, la porte charretière en arc brisé porte dès la construction du corps. Un escalier extérieur, aujourd´hui disparu, permettait, depuis la
    Auteur :
    [commanditaire] De la Poeze d'Harambure Jean-Marie Auguste
    Dates :
    1862 porte la date 1874 porte la date
    Annexe :
    construction, à la fin du 15e siècle, d´une tour d´escalier hors-oeuvre en façade principale, à l´est (cf. Fig . 4). Elle aurait été détruite par la suite, probablement au 16e ou au 17e siècle, lors d´un
    Illustration :
    Reconstitution hypothétique du logis manorial à la fin du 15e siècle et dans la première moitié du Restauration de la charpente du corps de passage (début des années 1990). (Université François Corps de passage, façade ouest, détail de la porte charretière obstruée. IVR24_20082800256NUCA Bâtiment ouest, logis manorial, vue de la cheminée du rez-de-chaussée côté nord Grange-écurie datée 1874, intérieur, vue de la charpente. IVR24_20082800261NUCA Bâtiments ouest (vue partielle) et sud, vue depuis le nord-est de la ferme. IVR24_20082800265NUCA Bâtiment sud (fournil), intérieur, détail de la cheminée. IVR24_20082800264NUCA
  • Beauvais : ferme actuellement maison
    Beauvais : ferme actuellement maison Margon - Beauvais - isolé - Cadastre : 1811 B 71, 72 1990 B 46, 183
    Historique :
    la ferme en 1811, probablement construits au 18e siècle, semblent coïncider en plan avec ceux de , et tout au long de la deuxième moitié du 19e siècle, comme en témoignent les deux dates portées sur les lucarnes du bâtiment sud-est (1837 sur celle du logis en façade nord-ouest, 1855 pour celle de la laiterie en façade nord-ouest). Le puits date de 1856 (date portée sur le linteau de la porte). Le bâtiment
    Observation :
    du secteur. L'originalité et la cohérence de la façade nord-ouest du bâtiment principal - en ce qui
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des parties constituantes de la ferme./Florent Maillard. (Parc naturel
    Description :
    . Il est en rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît. La façade principale donne sur la cour, au second bâtiment, dont la façade principale s'oriente au sud-est, abrite la grange-étable. - Un petit bâtiment, situé sur la parcelle B 183, directement au sud de la ferme, abrite uniquement le puits. De plan taille de calcaire à l'exception d'une seule, sur la grange-étable, en brique tout comme les corniches
    Dates :
    1837 porte la date 1855 porte la date 1856 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 1990, section B Bâtiment principal, vue de détail d'une lucarne de la façade nord-ouest. IVR24_20082800203NUCA Bâtiment principal, vue de trois quart de la façade sud-est. IVR24_20082800202NUCA Bâtiment principal, vue de détail du corbelet de la cheminée (probable remploi Grange-étable, vue de détail de la charpente. IVR24_20082800206NUCA
  • Bourg : passerelle et lavoir (rue des Lavandières)
    Bourg : passerelle et lavoir (rue des Lavandières) Margon - rue des Lavandières - en village - Cadastre : 1811 C2 74 1990 AB 47
    Historique :
    , ainsi que le plan de localisation des deux passerelles. Conformément aux plans, le projet est réalisé la
    Hydrographies :
    la Cloche
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Restaurations des ponts et passerelles sur la rivière de la Cloche : devis, plans. 1909.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'ensemble se situe au niveau de la rivière de la Cloche, en contrebas du bourg. Le lavoir est accessible depuis la rue par un emmarchement à trois degrés. Ses murs sont en moellons de calcaire et de silex, couverts d'un enduit plein (en partie disparu). L'encadrement de la porte et les chaînages d'angle sont en brique. Le toit est à longs pans couverts en tuile plate. La passerelle qui enjambe la rivière de la Cloche comprend un tablier en béton reposant sur deux piles en pierre de taille de calcaire
  • Vallée : hameau
    Vallée : hameau Margon - La Vallée - en écart
    Historique :
    La structure du hameau n'a que peu évolué depuis 1811. Les quatre ou cinq maisons ou fermes et le . Au cours de la seconde moitié du 19e siècle et tout au long du 20e siècle, le noyau ancien s'est étoffé de nombreuses maisons et fermes, essentiellement de part et d'autre de la rue de la Glacière. A partir de 1970, plusieurs maisons se sont construites en extension à l'est du hameau, le long de la rivière de la cloche.
    Observation :
    certain Dordaigne, ont été sélectionnés. Deux fermes et un lavoir, probablement de la seconde moitié du début du 20e siècle jusqu'aux années 1960 a donné son nom à la rue de la Glacière. Il n'en subsiste
    Référence documentaire :
    Margon, hameau de La Vallée. Plan de localisation des parties constituantes du lieu-dit. /Florent
    Description :
    Le hameau, comme son nom l'indique, s'est développé en fond de vallée, entre la rivière de la Cloche au sud et la route départementale 103 au nord. Il comprend un noyau ancien limité à l'est par le
    Localisation :
    Margon - La Vallée - en écart
    Illustration :
    Moulin dit de La Vallée (étudié), vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20082800114NUCA
  • Bourg : église paroissiale Notre-Dame-de-Carmel (rue de l'Église )
    Bourg : église paroissiale Notre-Dame-de-Carmel (rue de l'Église ) Margon - Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 73 1990 AB 54
    Historique :
    appartenu à la collation de la cure du prieur de cette communauté basée à Nogent. Au 16e siècle, elle est est passé entre la fabrique et Jacques de Sainfray (maçon) pour la construction "d'une montée de pierre" à la tour de l'église (un escalier en vis). Les travaux prévoyaient également la démolition de pierre pour y mettre les "trois images" placées sur l'ancien autel. La sculpture ornant le rampant, la quelque temps de poudrière. Au sortir de la Révolution, elle tombe en ruine. Le curé de la paroisse durant lesquels il la remanie intégralement en style gothique. De 1872 à 1933, elle subit de nombreuses
    Observation :
    L'église paroissiale, dont l'origine de la construction remonte très probablement au 11e siècle, a
    Référence documentaire :
    seigneurs de la dite province. Publié et annoté par H. Tournouër. Mortagne, Meaux : Pichard-Hayes et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    la confluence des vallées de la Cloche et de l'Huisne. Orientée, l'église adopte un plan allongé . Elle est longue de 23 mètres, large de 8 mètres et haute de 9 mètres 30 sous la voûte. L'édifice termine par un choeur en abside. La tour-clocher surmonte la partie est du bas-côté. Elle est accessible l'église est en arc brisé surmonté d'une baie également en arc brisé à réseau flamboyant. La nef est gothique. La nef est voûtée de croisées d'ogives, possédant chacune une clé de voûte ornée, dont les couronné par une demi-coupole. Une clôture de choeur ajourée en fer forgé sépare la partie sacrée de la d'angle, les encadrements des baies et les corniches (moulurées à l'ouest et au niveau de la tour-clocher -clocher) ou à croupe ronde couverts en tuile plate, à l'exception de la tour-clocher couverte en ardoise.
    Illustration :
    Choeur, vue de détail de l'autel et de la barrière de communion. IVR24_20082800036NUCA Tour-clocher, vue de la cloche. IVR24_20082800068NUCA Tour-clocher, vue de la charpente. IVR24_20082800069NUCA Tour-clocher, vue de la charpente. IVR24_20082800070NUCA
  • Vallée : maison
    Vallée : maison Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1818 F 28 à 30 1990 F 15, 244
    Description :
    La maison est implantée en front de rue, à proximité de la rivière de la Cloche au sud. En rez-de couverts d'un enduit à pierre vue (remise-étable ; façade nord et mur-pignon ouest de la maison) ou d'un enduit plein. Les encadrements des baies, la corniche en doucine (maison) et les chaînages d'angle sont , un mur ceint une partie de la propriété.
    Localisation :
    Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1818 F 28 à 30 1990 F 15, 244
    Illustration :
    Façade sud, vue de détail de la lucarne. IVR24_20082800119NUCA
  • Présentation de Margon (Arcisses depuis 2019)
    Présentation de Margon (Arcisses depuis 2019) Margon
    Historique :
    aujourd'hui disparu, autrefois situé au nord-est de la demeure de la Borde. A l'époque gallo-romaine, une voie traverse Margon du nord-est au sud-ouest suivant approximativement le tracé de la route départementale 918 pourrait évoquer la confluence des rivières de la Cloche et de l'Huisne. Dès le début du 12e siècle, les premiers seigneurs cités sont Robert de Margone puis Geoffroy. En 1669, la seigneurie de Margon est réunie à celle de la Galaisière en Condé-sur-Huisne pour former un marquisat appartenant à Armand Charles la famille Radray, habitent le manoir dit de la Bourbonnaise construit en 1617 en face de l'église Margon sous l'Ancien Régime telles que les d'Amily au manoir de Champeaux (également réuni à la seigneurie de la Galaisière) et les Durant au manoir du Bois Jolly. La configuration de la commune peut constructions se situent le long de route nationale 23 (avenue de Paris) et aux abords immédiats de la ville de Nogent-le-Rotrou. Depuis le début des années 1960, une profonde transformation s'est opérée dans la
    Référence documentaire :
    Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (2 sur 3). /Florent Maillard Carte de Cassini nord. Extrait de la carte de Cassini, 3e quart du 18e siècle. (IGN, Institut Tableau synthétique des dossiers 'ensemble' dans la commune de Margon./Florent Maillard. (Parc Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (3 sur 3)./Florent Maillard Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (1 sur 3). Florent Maillard Tableau synthétique des édifices sélectionnés dans la commune de Margon. /Florent Maillard. (Parc d'Amilly, seigneur de la Galaisière, par lequel ledit chapitre abandonne la maison appelée "l'Aistre-du -Masson", paroisse de Margon, contre deux rentes de 30 sous, l'une sur la maison du Lion d'or devant les Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plans Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Restaurations des ponts et passerelles sur la
    Description :
    Située dans la partie sud du Parc naturel régional du Perche, la commune de Margon (canton de Nogent-le-Rotrou, Communauté de communes du Perche), à caractère à la fois rural et périurbain, s'étend plateau céréalier qui la couvre - limité sur toute la frange nord-ouest par la large vallée de l'Huisne , au nord-est par le bois de Maurissure et à l'est par le bois des Perchets - est entaillé par la vallée de la Cloche, assez large également, qui la coupe en deux parties. La commune comprend dix-huit fermes isolées, deux domaines (Le Bois Jolly et Champeaux) et deux hameaux (Ozée et La Vallée). Plusieurs fermes, isolées à l'origine telle que La Fuye, sont aujourd'hui intégrées dans l'extension de la ville de Bourdigal, La Fuye, Les Gaudinières), deux manoirs (Le Bois Jolly et Champeaux), deux moulins (de Beaudelet et de La Vallée) ainsi que plusieurs maisons, l'église paroissiale et l'ancienne mairie-école
    Annexe :
    L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Margon a été réalisé en le domaine de la fouille archéologique mais n´écarte pas des formes d´architecture en élévation ailleurs, l´inventaire ne rend compte du patrimoine ethnologique ou du patrimoine naturel que dans la revêtant un intérêt à l'échelon communal, sont traités dans un dossier individuel. La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément sélectionné correspond un dossier. Cependant
    Illustration :
    Extrait de la carte de Cassini (3e quart 18e siècle). (IGN, Institut national de l'information Tableau synthétique des édifices sélectionnés dans la commune de Margon./Florent Maillard. (Parc Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (1 sur 3)./Florent Maillard Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (2 sur 3)./Florent Maillard Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (3 sur 3)./Florent Maillard Tableau synthétique des dossiers 'ensemble' dans la commune de Margon./Florent Maillard. (Parc Bourg, 7 rue de l'Église, maison dite de la Bourbonnaise. IVR24_20082800052NUCA La Borde, demeure dite château de La Borde. IVR24_20082800077NUCA
  • Bourg : maison de maître (Les Ruisseaux)
    Bourg : maison de maître (Les Ruisseaux) Margon - Les Ruisseaux - en village - Cadastre : 1811 E 31 1990 AD 47
    Historique :
    notable local. Une dépendance (non visible depuis la voie publique), vraisemblablement à usage de remise , se situe au sud de la maison.
    Observation :
    La propriété n'a pas été visitée lors de l'étude. Cette maison de maître, dont on connaît le la qualité et l'originalité de sa mise en oeuvre.
    Description :
    Située en retrait par rapport à la voie, non loin du faubourg Saint-Martin (ville de Nogent-le et d'un comble. Parmi les quatre façades ordonnancées à trois travées, la principale, qui donne sur la rue au nord-ouest, est encadré de deux tours d'angle hors-oeuvre, de plan octogonal. Les ouvertures, quadrangulaires, sont surmontées de plates-bandes. La porte d'entrée principale, accessible par octogonales). Les encadrements des baies, la corniche moulurée, le bandeau et les chaînages d'angle sont en ceint la parcelle dont l'accès se fait par un portail en fer forgé. L'ensemble est accessible depuis
  • Ozée : hameau
    Ozée : hameau Margon - Ozée - en écart
    Historique :
    Le hameau est attesté dès 1140 sous le toponyme de "Auzea" ("Ausée" en 1463). De 1125 à la Révolution, il dépend de l'abbaye d'Arcisses (commune de Brunelles). Dès la fin du 16e siècle, un moulin existe sur la rivière de la Cloche. Il est saisi et vendu comme bien national en 1791 pour 9 100 livres . La structure du hameau, étendue de part et d'autre du chemin rural, n'a que peu évolué depuis 1811 remaniées) à partir de la seconde moitié du 19e siècle et tout au long du 20e siècle. En 1891, le conseil terrain est acheté en 1893 et le lavoir construit la même année. Le hameau compte 63 habitants en 1901
    Observation :
    reconstruites dans la seconde moitié du 19e siècle et remaniées plus tardivement, ont été repérées.
    Référence documentaire :
    Projet d'installation d'un lavoir sur la cloche dans le hameau d'Ozée. Plan géométrique du lavoir
    Description :
    Le hameau d'Ozée se situe à l'extrémité nord-est de la commune, aux abords de la rivière de la
    Illustration :
    Plan de la partie ouest du hameau en 1893 : localisation du terrain à acquérir pour l'établissement
  • Champeaux : manoir dit de Champeaux
    Champeaux : manoir dit de Champeaux Margon - Champeaux - isolé - Cadastre : 1811 C2 211 1990 C2 318
    Historique :
    actuellement visible, semble remonter, en ce qui concerne les parties les plus anciennes, à la seconde moitié du 14e siècle, comme en témoigne la cheminée de la salle. Au 15e siècle, le manoir entre dans la Marolles-les-Buis), au domaine de La Galaisière (à Condé-sur-Huisne) lors de l'érection de cette terre en marquisat. A cette époque, Champeaux dispose d'un moulin à vent (aujourd'hui disparu). Par la suite , plusieurs propriétaires se succèdent à la tête du domaine : Antoine Martin Chaumont en 1720, puis la famille d'Alligre de 1777 à la Révolution. Vendu comme bien national, Champeaux devient une ferme dont l'élevage de de la famille Perriot. Ces derniers sont probablement responsables de réaménagements de bâtiments agricoles et de la construction de nouvelles dépendances. Le comte de Jeux achète une partie du domaine en 1943 à Louis Perriot, propriétaire de Champeaux et de La Borde (également à Margon). A partir de 1953
    Observation :
    (également à Margon) et l'abbaye d'Arcisses (à Brunelles). Son histoire, assez bien connue des archives, la logis ; charpentes du logis et de la grange) et son élevage de chevaux percherons de premier ordre à
    Référence documentaire :
    : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume, université François Rabelais d'Amilly, seigneur de la Galaisière, par lequel ledit chapitre abandonne la maison appelée "l'Aistre-du -Masson", paroisse de Margon, contre deux rentes de 30 sous, l'une sur la maison du Lion d'or devant les de l'art sous la direction de Jean Guillaume : Université François Rabelais : Tours : 1992.
    Description :
    Situé au creux de la vallée de l'Huisne au nord-est, en contrebas de la route départementale 918 la salle pourvue d'une cheminée monumentale à hotte pyramidale) et deux chambres à l'étage (également façades nord-ouest du logis, du corps de passage et de la grange), la corniche en quart-de-rond (logis
    Illustration :
    Corps de passage, façade sud-est, détail de la porte charretière (carte postale ancienne, début 20e
  • Bourg : moulin dit de Beaudolet (11 rue de Beaudolet)
    Bourg : moulin dit de Beaudolet (11 rue de Beaudolet) Margon - Bourg - 11 rue de Beaudolet - en village - Cadastre : 1811 C 86 1990 AB 21
    Historique :
    l'origine destiné à la mouture du blé, est alors agrandi et devient une minoterie. La maison, également , l'ensemble figure en plan dans le règlement d'eau du moulin voisin de La Vallée réalisé par l'ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées. A la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle, un bâtiment de grandes
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de la rivière de la Cloche. 1834. Par Lavie. (Archives départementales d'Eure-et Plan du règlement d'eau de la rivière de la Cloche de 1856. Par l'Ingénieur ordinaire des Ponts et Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plans
    Description :
    Les trois bâtiments composant l'édifice se situent à l'ouest du bourg sur la rivière de la Cloche encadrements des baies, les chaînages d'angle et la corniche moulurée, en pierre de taille de calcaire. Le toit est à longs pans couverts en tuile plate. - La maison du meunier, située directement au nord du chaînages d'angle, en pierre de taille. Le toit est à longs pans couverts en tuile plate. - La grange
    Illustration :
    Plan géométrique de la rivière de la Cloche dressé par le géomètre Lavie en 1834. (Archives Plan du règlement d'eau de la rivière de la Cloche dressé par l'ingénieur ordinaire des Ponts en Vue générale de la grange. IVR24_20082800076NUCA
  • Gaudinières : ferme
    Gaudinières : ferme Margon - Les Gaudinières - isolé - Cadastre : 1811 B 185, 186 1990 B 1
    Historique :
    Cette ferme conserve un bâtiment antérieur au 19e siècle : la grange-étable située à l'est, qui toutefois semble avoir été reconstruite in situ (ou très remaniée) dans la seconde moitié du 19e siècle (emploi de la brique pour les ouvertures ainsi que la corniche). Quant au probable logis présent en 1811 logis et une étable dans la seconde moitié du 19e siècle. Un dernier bâtiment à usage probable de grange , au nord, date de la même période. Un toit à porcs en appentis construit à la fin du 19e siècle lui est accolé. La ferme, dont l'activité agricole s'est arrêtée dans les années 1980, est restée de
    Référence documentaire :
    Margon, Les Gaudinières. Plan de localisation des parties constituantes de la ferme. /Florent
    Description :
    Cette ferme, isolée, se situe le long de la route nationale n° 23. Elle comprend cinq corps de encadrements des baies en pierre de taille de calcaire ; la corniche du nouveau logis en brique. Les toits sont plate. - Au nord, une grange et un toit à porcs accolé en appentis ferment la cour. Les murs sont en . - A l'est se trouve la grange-étable. Sa partie sud (étable) est très remaniée comme en témoignent les comme une partie des encadrements des baies, une autre partie est en brique ainsi que la corniche.
    Illustration :
    Plan de localisation des parties constituantes de la ferme (fond : plan cadastral de 1990, section
  • Bourg : maison (Bellevue)
    Bourg : maison (Bellevue) Margon - Bellevue - en village - Cadastre : 1811 E 219 1990 AE 74
    Historique :
    , non-visibles depuis la voie publique, pourraient correspondre aux ateliers de la fonderie de suif
    Description :
    La maison se situe en limite sud-ouest de la commune, dans le prolongement de la ville de Nogent-le fond de parcelle (peut-être la maison du directeur ?). De plan rectangulaire, elle présente des encadrements des baies, quadrangulaires, les larmiers couronnant les ouvertures, les bandeaux, la corniche et ardoise. La propriété, accessible par un portail composé de deux piliers en brique, est entourée de murs
  • Bourdigal : ferme
    Bourdigal : ferme Margon - Bourdigal - isolé - Cadastre : 1811 E 187, 188 1990 E 123
    Historique :
    Le lieu-dit Bourdigal est mentionné pour la première fois en 1387. Attestés sur la carte de Cassini à l'époque la ferme semblent dater du 18e siècle. Parmi eux, le bâtiment nord-ouest, à usage de deux dépendances (granges-étables et grange) construites dans la seconde moitié du 19e siècle. De la . L'ensemble a subi quelques remaniements dans la seconde moitié du 20e siècle (percement et/ou agrandissement
    Description :
    cellier à l'ouest. Il est en rez-de-chaussée surmonté d'un comble. Un four à pain, accessible depuis la
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 1990, section E)./ Florent Vue d'ensemble de la ferme depuis l'ouest. IVR24_20082800174NUCA Logis, vue de détail de la lucarne. IVR24_20082800177NUCA Logis, gueule du four dans la cheminée. IVR24_20082800182NUCA