Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 44 sur 44 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison (2 rue Saint-Laurent)
    Maison (2 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 2 rue Saint-Laurent 92 rue Paul Deschanel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La présence d’un escalier en vis à base octogonale, de crossettes sculptées, et les traces d’une au regard du type de charpente usité, ce dernier se généralisant à partir du 16e siècle. Les coups de toit. Le rez-de-chaussée de la façade sud est encore composé d’une boutique et d’une ouverture sur rue dernier permettant d’accéder depuis la rue à la tour d’escalier et à la cour, le reste du rez-de-chaussée , il lui est donc certainement postérieur. La façade sud du bâtiment 1 a subi de lourdes modifications , il est difficile de préciser si la corniche, tout comme l’ancienne croisée, ont été modifiées au 17e siècle ou au 19e siècle. L’ouverture du bâtiment 1 sur la parcelle voisine, comme sa lucarne, datent de
    Référence documentaire :
    . (carte postale). (Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque L'Apostrophe, fonds iconographique Rue Saint-Laurent. Vers 1970. Photographie aérienne. (Archives privées).
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    L’édifice est implanté sur une parcelle étroite (7 m) et peu profonde (25 m), en forme de L. Celle une vitrine et par un portail en métal depuis la rue Paul Deschanel. La majeure partie du rez-de (bâtiment 1) est montée en pierre de taille. Elle possède deux travées surmontées par un toit à deux pans rampants du toit sont en pierre de taille, et sont ornés de crossettes sculptées. Deux fenêtres sont visibles à l’étage : l’une plus large, prend place sous un double linteau sculpté de disques, ses piédroits d’étroites fenêtres ouvertes sous un linteau. Deux coups de sabre sont visibles au nord et au sud de la contrefiches. Le poinçon de fermette et l'entrait retroussé semblent rapportés.
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801993NUDA Vue aérienne, faces sud et ouest (vers 1970, archives privées). IVR24_20162801865NUCAB Vue intérieure, rez-de-chaussée, escalier en vis. IVR24_20162801866NUCA
  • Église abbatiale Saint-Denis, caserne Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier
    Église abbatiale Saint-Denis, caserne Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier Nogent-le-Rotrou - 9 rue Saint-Denis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La cohérence entre textes et marqueurs stylistiques permet de dater la construction de l'abbatiale II, qui fait achever et consacrer l'édifice. Au début du 13e siècle, le chœur de l'église, est en rayonnantes en sont les principaux témoins. Des travaux sont engagés sur le chevet de l'église durant la première moitié du 16e siècle, un des contreforts du chœur porte les armes de Jacques d'Amboise. En 1657 , l'église est décrite en ruine. La communauté de Saint-Denis est supprimée en 1791. Les bâtiments sont vendus pour matériaux le 11 décembre 1797. La même année, le clocher de l'église est abattu. L’abbatiale est achetée le 7 mars 1807 par la municipalité de Nogent-le-Rotrou, qui y installe alors une caserne
    Référence documentaire :
    Plan et vues du collège Saint-Denis. 19e siècle. Lithographies. (Bibliothèque municipale de , Eure-et-Loir, archives ecclésiastiques, Série H. Chartres : Impr. Garnier, 1897 (réédition de 1978). Bibliothèque nationale de France. Manuscrits, Fr. Bourgogne 78, n°144. Charte. 1080. Bibliothèque nationale de France. Manuscrits. Fr Moreau 32. Cartulaire de Saint-Denis. Copie, 18e Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cote : 0081 028 0064. Dossier Saint-Denis. Plan du rez-de-chaussée et du premier étage et coupe [...]. Église de l'abbaye Saint-Denis de . (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, cartes et plans). Vue de Villebon. Après 1624. Peinture (copie). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). Abbaye de Saint-Denis / dressé par G. Massiot. Vers 1948. Aquarelle. (Musée-Château Saint-Jean Chapiteau de Saint-Denis. 1992. Photographie. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cote
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    deux premières travées du collatéral sud de la nef. L'une d'entre elle dispose encore de sa voûte d’arête. Le transept est composé de deux vaisseaux sur trois travées au nord et deux vaisseaux et deux travées trapézoïdales. Ce dernier est vouté d’arête tandis que les chapelles sont couvertes de voûtes d'ogives. L'ensemble des élévations est détruit au-dessus du second niveau. Le gros-œuvre de la nef et du transept sont édifiés en moellons liés avec de larges joints. Seuls les éléments architectoniques sont réalisés en moyen appareil de calcaire. Le vaisseau central et le chœur sont intégralement construits en pierre de taille de moyen appareil.
    Texte libre :
    Historique Fondation La charte de fondation du monastère de Saint-Denis décrit en 1031 la construction d’une « basilique » dont une grande partie des travaux est achevée à la date de l’écriture du document. L’église est desservie par des moines suivant la règle de Saint-Benoît dont la fonction est de prier pour le salut de l’âme de Geoffroy III, fondateur du monastère et pour le salut de celle des membres de sa maison, tant vivants que morts. Kathleen Thompson a récemment démontré que les chartes 5 (fondation), 6 (consécration) et 7 (don de l’abbaye) du cartulaire de Saint-Denis sont en réalité le résultat d’une réécriture effectuée au 12e siècle, dans une recherche de légitimation des possessions des moines . S’il est probable que Geoffroy III (vicomte de Châteaudun et seigneur de Nogent) ait fondé une cartulaire de Saint-Denis afin de documenter une période distante de plus d’un siècle. On ne connaît ni la date précise de construction de l’église, ni le statut des religieux qui la desservent. En effet, si
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée et du premier étage, et coupe (1807). (Archives nationales. F.21.1882 Plan du collège Saint-Denis, 19e siècle. (Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque Lithographie, vaisseau central, intérieur, vue de l'ouest, 19e siècle. (Bibliothèque municipale de Plans de situation. IVR24_20152800550NUDA Plan du collège Rémy Belleau, 1947. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, cartes et Coupe longitudinale, vaisseau central, gouttereau nord, 1947. (Médiathèque de l'Architecture et du Coupe longitudinale, vaisseau central, gouttereau sud, 1947. (Médiathèque de l'Architecture et du Plan du collège Rémy Belleau, 1948. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, cartes et Coupe longitudinale, vaisseau central, gouttereau sud, 1948. (Médiathèque de l'Architecture et du Elévation, chevet et aile est, vue de l'est, 1948. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine
  • Maladrerie Saint-Lazare dite maison des lépreux, actuellement grange
    Maladrerie Saint-Lazare dite maison des lépreux, actuellement grange Nogent-le-Rotrou - 63-73 rue Saint-Lazare - en ville - Cadastre : 1990 BN 1-6,8-10, 225, 234.
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Les textes attestent de l’existence de la léproserie à 1179 (terminus ante quem). En 1191, la communauté est de nouveau mentionnée comme "notre maison des lépreux" par Geoffroy V du Perche, son fondateur " et la maison "de la chambre des Carreaux" d'une part, et la maison et le jardin des malades d'autre part. La communauté dispose de deux chapelles, l'une dédiée à saint Lazare, l'autre à saint Robert, et d’un cimetière, tous trois attestés à partir de 1468. En 1695, la léproserie est réunie à l’Hôtel-Dieu de Nogent-le-Rotrou, fait qui entraîne sa désaffection progressive. La communauté est supprimée avant
    Référence documentaire :
    Feuille A3 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). AC Nogent-le-Rotrou. Archives des hospices de Nogent-le-Rotrou. Série A Fondation, chartes, lettres AC Nogent-le-Rotrou. Archives des hospices de Nogent-le-Rotrou. Série B section B : 1467. 1485. AC Nogent-le-Rotrou. Archives des hospices de Nogent-le-Rotrou. Série C ; Matières ecclésiastiques AC Nogent-le-Rotrou. Archives des hospices de Nogent-le-Rotrou. Série C ; Matières ecclésiastiques AC Nogent-le-Rotrou. Archives des hospices de Nogent-le-Rotrou. Série C ; Matières ecclésiastiques Bibliothèque municipale de Nogent-le-Rotrou. Le Nogentais. [journal périodique, hebdomadaire, 1841 p. 145-150. PROUST, Stanislas. Inventaire sommaire des Archives des hospices de Nogent-le-Rotrou d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838). alphabétique. Paris : Res Universis, 1993 (fac-similé de l´édition de Mortagne : Dampeley frères, 1866).
    Description :
    Le seul édifice encore en élévation et relevant potentiellement de la maladrerie Saint-Lazare est situé au 71 de la rue Saint-Lazare. Il se développe selon un plan rectangulaire allongé et parallèle à la rue. Les dimensions de l’édifice n’excèdent pas 6,5 m sur 11,5 m. Ce dernier est construit en moellons de calcaire, la pierre de taille est limitée aux ouvertures. La couverture est en tuiles plates . L’espace interne unique est chauffé par une cheminée placée sur le pignon ouest de l’édifice. Le manteau grâce à un mince tore. L’ensemble est surmonté d’un toit à deux versants dont les lucarnes permettent de
    Texte libre :
    Historique La maison des lépreux François Pitard fixe la fondation de la maison des lépreux à l’année 1091 sous l’initiative de Geoffroy IV (?-1100), seigneur de Nogent de 1079 à 1100. Il n’existe aucun document susceptible de recouper cette information. La première mention de la léproserie remonte à 1179. La filiation de la communauté des lépreux avec la famille Rotrou est manifeste. Geoffroy V, comte du perche et seigneur de Nogent, effectue une aumône numéraire à la communauté en 1191. Elle est alors qualifiée de "notre maison des lépreux", preuve que les Rotrou sont bien les fondateurs de la communauté. Si comme les moines de Saint-Denis, la maison des lépreux a à charge de prier pour l’âme de ses bienfaiteurs, la dédicace de la communauté à Saint-Lazare, patron des lépreux, laisse peu de doute quant à sa . Déclarés morts aux yeux de la société, les malades vivent reclus. Ils partagent leur temps entre prières et tâches agricoles. L’assistance de la maison de Saint-Lazare s’assortit de l’obligation pour les lépreux
    Illustration :
    Plan de Situation. IVR24_20152800202NUDA Hypothèse de restitution des bâtiments de la maladrerie. IVR24_20152800484NUDA La chapelle Saint-Robert et l'ancienne maladrerie de Nogent-Le-Rotrou (1877). IVR24_20152800303NUCA Bâtiment au 71 rue Saint-Lazare, détail d'une baie de la face sud-est. IVR24_20152800305NUCA Bâtiment au 71 rue Saint-Lazare, détail d'un corbeau de cheminée. IVR24_20152800306NUCA
  • Église collégiale Saint-Jean (détruite, enceinte du château Saint-Jean)
    Église collégiale Saint-Jean (détruite, enceinte du château Saint-Jean) Nogent-le-Rotrou - Saint-Jean (quartier) - en ville - Cadastre : 1990 BD 1, 2, 3, 4, 5,10, 11
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    remonte à la fin du 12e siècle. L’église est détruite une première fois en 1568 lors des guerres de chapitre de Saint-Étienne, la fondation du chapitre Saint-Jean nous est connue par l’obituaire du même nom . Le document, postérieur de trois siècles des faits qu’il relate, célèbre la fondation d’un collège de chanoines dans l’église de Saint-Jean. La création du chapitre est attribuée à Geoffroy V, comte du Perche , sous le consentement de Renault de Mousson, évêque de Chartres. Geoffroy V fut comte du Perche de 1191 traditionnellement la fondation du chapitre en 1194, après le retour de croisade de Geoffroy V. Peu après la fondation, Renaud de Mousson aurait « refondé » le chapitre de Saint-Jean en y intégrant le chapitre Saint -Étienne du château de Nogent, alors composé de cinq chanoines et quatre chapelains. Le chapitre est fondé dans l’église Saint-Jean, elle-même située devant le château de Nogent : « capellam suam Sancti -Johannis, factam ante castrum ». Les événements qui surviennent à la suite de l’abolition de l’Ancien
    Référence documentaire :
    Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Archives départementales du Nord. Série B : 1574. Deuxième cartulaire de la dame de Cassel Archives départementales du Nord. Série B 1575. Troisième cartulaire de la dame de Cassel. 1381 Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série H : 2601. Cartulaire de Saint-Denis. Copie, 15e Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : 2494. Requête (1568), Lettre de missive (1569 Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : 2497. Acte de notoriété. 1570-1571. Vue de Villebon. Après 1624. Peinture (copie). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3578. Baux. 1453-1728. Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3486. Baux d'une maison au cloître Saint-Jean Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3496. Aliénation par le chapitre Saint-Jean.
    Description :
    L’emplacement de l’ancienne collégiale est très probablement indiqué par un espace laissé libre en face du château Saint-Jean, figurant sur le cadastre de 1811. La forme comme l’orientation du bâtiment situé au n°7 de la rue de la Collégiale n’étant pas sans rappeler celle d’une chapelle orientée ou rayonnante, il est possible que celle-ci soit le dernier vestige de l’ancienne église. Au 17e siècle, elle partir du 15e siècle, devait être situé sur le flanc sud de l’église, évitant ainsi de recouper le chemin sud de la « chapelle » située à l’actuel n°7 de la rue Collégiale. Des ossements sont fréquemment mis
    Annexe :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir : Bail (1456), Bail (1467), Bail (1481) AD 28 - Série G : Jeahan Gremil, Clerc et Marguerite sa femme. Auteur : André Brisant, clerc, garde scel de la chastellenie de Belleme. Les Cens et Rente relèvent de Saint-Denis. «[…] C'est assavoir une maison avec jardin derriere ladite maison de la baillée à eulx faicte […] allant comme ladite maison contient de large jusques au pavé de rue dorée. Et joint icelle maison d'un cousté à la maison de Mestre Berthran des Fougerays par le derriere, lasquelle il tient et est de ladite chevesserie, et d'aultre cousté à une maison qui de la chevecesserie, en,laquelle est une chambre painte et [non lu] à la court et devant de terre, et aboute d'un bout à la rue tendant par derriere du chastel à la barre et au bout d'avant au pavé de rue dorée, le mur de ladite court entre deux ; et oultre ladite maison et jardin lesdits preneurs pourront faire faire un mur ou palis au dedans de ladite chevesserie par le darriere a leur propore coust et
    Illustration :
    Plans de localisation, sur cadastres ancien et actuel. IVR24_20172800739NUDA Schéma, hypothèses de restitution. IVR24_20172800738NUDA Vue de Villebon, détail, peinture (copie), après 1624. (Musée du château Saint-Jean). Tableau L'institution du Rosaire, auteur inconnu, église Notre-Dame de Nogent-le-Rotrou, 17e siècle