Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 576 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Orléans : ensemble de huit reliefs provenant de la statue équestre de Jeanne d'Arc par Denis Foyatier
    Orléans : ensemble de huit reliefs provenant de la statue équestre de Jeanne d'Arc par Denis Foyatier Orléans - 1 rue Fernand Rabier - en ville
    Inscriptions & marques :
    Chaque relief porte, à droite, la signature du sculpteur et, à gauche, celle du fondeur. Les
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    La commande de dix reliefs pour le socle du monument à Jeanne d'Arc, place du Martroi, est passée à Vital-Dubray par la municipalité d'Orléans seulement quatre ans après la réalisation de la statue de Chinon", "La Prise du Fort des Tourelles : délivrance de la ville d'Orléans". Les six autres sont moulages en résine. Les deux originaux placés à la partie supérieure : "La Prise du Fort des Tourelles : délivrance de la ville d'Orléans" et "Le Sacre de Charles VII à Reims" sont toujours en place sur le monument.
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : -Monument iconique de la ville d'Orléans, commande ancienne et à l'histoire fort riche (liens avec trois fêtes johanniques pour les inaugurations, exception constante aux envois à la fonte sous l'Occupation...). -Monument complet, avec un cycle
    Représentations :
    ", "Entrevue de Jeanne d'Arc avec le dauphin à Chinon", "La Prise du Fort des Tourelles : délivrance de la
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Orléans : ensemble de huit reliefs provenant de la statue équestre de Jeanne d'Arc par Denis
  • Orléans : statue, La Rêverie
    Orléans : statue, La Rêverie Orléans - - place du Jardin des Plantes - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue en fonte de fer est posée sur un haut socle cylindrique.
    Titre courant :
    Orléans : statue, La Rêverie
    Illustration :
    Modèle extrait du catalogue de la fonderie d'art J.J. Ducel et Fils, années 1880 (n° 11430, folio Vue arrière de la statue. IVR24_20114501145NUC4A Détail de la statue à mi-corps. IVR24_20114501144NUC4A Détail de la marque de fondeur et de la signature du sculpteur avec date. IVR24_20114501146NUC4A
  • Orléans : monument à La République
    Orléans : monument à La République Orléans - place de la République - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    En 1848, le gouvernement de la Seconde République lance un concours pour la création d'une statue de la République, figure symbolique de la Nation, qui doit être figurée sous les traits de Cérès. Le qui est choisi (la statue sera érigée quai Malaquais à Paris). La ville d'Orléans sollicite de l’État l'attribution de la statue de Roguet, fondue en bronze en 1849 par les ateliers Simonet à Paris, et l'obtient . Envoyée à Orléans, elle est d'abord entreposée au musée de peinture, puis installée en 1868 sur la place , Égalité, Fraternité" est limée. L'emplacement choisi ne donne toutefois pas satisfaction ; la statue en sur la place de la République. Dans le cadre de l’effort de guerre, elle est fondue en mars 1942 et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La République est représentée en Marianne sur un socle en forme de dé.
    Localisation :
    Orléans - place de la République - en ville
    Titre courant :
    Orléans : monument à La République
    États conservations :
    La précédente statue, réalisée par Louis Roguet, a été détruite en 1942.
    Illustration :
    Vue d'ensemble du monument actuel, avec la statue en pierre réalisée en 1950
  • Orléans : groupe sculpté, La Sculpture
    Orléans : groupe sculpté, La Sculpture Orléans - - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Inscriptions & marques :
    L. FAGEL (sur le côté droit de la plinthe).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Ce groupe en marbre de la Sculpture, allégorie des arts, des sciences et des techniques, est
    Référence documentaire :
    dépôt des marbres offertes à la ville pour les jardins. 1er mars 1926.
    Représentations :
    La Sculpture, nue et allongée, tient un maillet de la main droite, le ciseau qu'elle tenait de
    Description :
    Le groupe en marbre est posé sur un haut socle. La femme et le buste sont sculptés, le reste du
    Titre courant :
    Orléans : groupe sculpté, La Sculpture
    Dimension :
    la 256.0 centimètre
  • 3 fauteuils à la reine
    3 fauteuils à la reine Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Représentations :
    Les pieds sont ornés de cannelures et de fleurettes inscrites dans un cartouche à la partie
    Description :
    Ensemble de trois fauteuils à la reine en bois ciré.
    Titre courant :
    3 fauteuils à la reine
    Dimension :
    h = 85 ; la = 58 ; pr = 50
  • Portail de la façade occidentale n°2
    Portail de la façade occidentale n°2 Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Précision dénomination :
    portail sud de la façade ouest
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La porte, dont le cintre est à anse de panier, est ornée d'une accolade montant sur la fenêtre ogivale qui la domine. La porte et la fenêtre en tympan sont inscrites dans la même embrasure, de forme même niveau que le sommet de l'accolade. Une statue de la Vierge se détache sur le tympan.
    Emplacement dans l'édifice :
    partie sud de la façade ouest
    Titre courant :
    Portail de la façade occidentale n°2
  • Orléans, Lycée Pothier : décor mural,
    Orléans, Lycée Pothier : décor mural, "La Joie" Orléans - 2 bis rue Marcel-Proust - en ville
    Historique :
    Le 31 mars 1960, Nicolas Untersteller est agréé par la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics pour la réalisation de trois œuvres. L'arrêté est signé le 9 mai 1960 et le prix de ce travail est fixé à 47 830 nouveaux francs. Ces œuvres sont commandées à l'occasion de la chargé d'exécuter un décor mural ayant pour titre "La Joie". Il est réalisé en 1961.
    Référence documentaire :
    Nicolas Untersteller). Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970.
    Statut :
    propriété de la région
    Titre courant :
    Orléans, Lycée Pothier : décor mural, "La Joie"
    Dimension :
    la 4.37 mètre
    Dates :
    1961 porte la date
  • Groupe sculpté : Education de la Vierge
    Groupe sculpté : Education de la Vierge Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    La provenance du groupe est inconnue, sans doute se trouvait-il dans une salle de malades.
    Représentations :
    Education de la Vierge, livre
    Titre courant :
    Groupe sculpté : Education de la Vierge
    Dimension :
    h = 84 ; la = 40 ; pr = 15,5
    États conservations :
    Il manque la couronne de la Vierge. Le groupe a été nettoyé en 2012.
  • Orléans, Lycée Benjamin Franklin : fresque,
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : fresque, "La Famille" Orléans - 21 bis rue Eugène-Vignat - en ville
    Historique :
    Le 12 avril 1956, la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics agréa deux thèmes de l'enfance, l'écolier et l'homme bâtisseur de la cité. Parmi ces deux œuvres, la fresque réalisée en 1958, a pour thème "La Famille". Pour cette réalisation, un devis de 400 000 francs est établi.
    Référence documentaire :
    technique d'Orléans. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1951-1960.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    La fresque est située dans l'ancien foyer de l'internat et mesure environ 15 m2. La technique de
    Titre courant :
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : fresque, "La Famille"
    Dates :
    1958 porte la date
  • Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine
    Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine Orléans - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    de leur volume et de la multitude des fragments). La traduction en marbre du couronnement de cette fontaine est commandée par l’État le 2 mai 1910 pour 17 000 Francs, alors que la fontaine est exposée au l'île de la Cité à Paris, à l'emplacement de l'ancienne morgue détruite. La commande des deux groupes de la fontaine est décomposée en 6 parties de 1914 à 1922, sans doute afin d'échelonner les acomptes dans la "zone", espace gagné sur les anciennes fortifications de Paris. A la fin de 1925, l'ensemble est intégré aux demandes de dépôts de l’État à la Ville d'Orléans pour les jardins, hôtel de ville , musée et École des beaux-arts de la ville, et figure officiellement dans l'arrêté de dépôt du 1er mars 1926. La fontaine monumentale fait donc partie des différentes œuvres livrées en mars 1926 sans encombre (les deux blocs pèsent 16 tonnes), mais son montage nécessite la demande en mai d'une photographie à l'administration des Beaux-Arts pour bien assembler les différentes parties qui la composent
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : - Œuvre décorative de volume exceptionnel, conforme à une certaine exagération néo-baroque de la sculpture du début du XXe siècle. La composition des groupes ne relève pas de l'académisme monumental de la IIIe République par le réalisme de détail et s'inscrit dans une veine plus subversive de la représentation de la femme en statuaire. - Œuvre
    Référence documentaire :
    dépôt des marbres offertes à la ville pour les jardins. 1er mars 1926.
    Représentations :
    Toutes les femmes sont nues, certaines ont les jambes couvertes d'un voile. Les femmes de la grotte , amusement). La figure isolée en hauteur porte sur la tête une urne se vidant sur son épaule gauche (symbolisant la source), et paraît plus apaisée malgré sa position (jambe droite repliée, main gauche portant
    Description :
    La fontaine monumentale est composée d'un massif rocheux artificiel et de sculptures en marbre de Carrare blanc, réparties en deux groupes de six figures féminines émergeant de la grotte et d'une figure
    Titre courant :
    Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine
    Illustration :
    Détail de la statue de couronnement. IVR24_20174500009NUCA
  • Orléans, Lycée Voltaire : sculpture,
    Orléans, Lycée Voltaire : sculpture, "La Vitesse II" Orléans - 3 avenue Voltaire - en ville
    Historique :
    L’œuvre du sculpteur Denis Pugnère a été achetée par la Région Centre-Val de Loire dans le cadre de la procédure du 1% artistique à l'occasion de la construction du pôle artistique du Lycée Voltaire en 2007-2008 par l'architecte Caroux. L’œuvre, réalisée en 2009, s'intitule "La Vitesse II".
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    La sculpture est composée d'un bloc de marbre blanc fixé sur une tige métallique est porté sur une
    Titre courant :
    Orléans, Lycée Voltaire : sculpture, "La Vitesse II"
    Dimension :
    Socle : h=75 cm, la=35 cm
    États conservations :
    Le bloc de marbre oscille sur son socle du fait de la liaison instable de la tige métallique.
  • Orléans, Lycée Benjamin Franklin : sculpture,
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : sculpture, "La Technique" Orléans - 21 bis rue Eugène-Vignat - en ville
    Historique :
    Le 12 avril 1956, la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics valida chargé d'exécuter un motif sculpté en bois d'environ 3 mètres de hauteur, pour la somme de 600 000 francs . Le thème de cette sculpture est "La Technique" et elle serait placée dans le hall d'entrée de l'établissement au niveau du vestibule d'accès des élèves. La présente œuvre n'ayant pas de signature, sa datation
    Référence documentaire :
    technique d'Orléans. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1951-1960.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    La sculpture en bois monoxyle réalisée en taille directe mesure environ 2,06 mètres de hauteur
    Titre courant :
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : sculpture, "La Technique"
    Illustration :
    Vue de détail de la partie basse. IVR24_20144500386NUCA
  • Port dit port de la Poterne
    Port dit port de la Poterne Orléans - quai du Châtelet quai du Fort-Alleaume - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Au XVIIIe siècle, plusieurs documents signalent la présence d'un site portuaire sur la rive droite transbordement équipé d'une grue à cet endroit. A partir de 1764, les ingénieurs des Turcies et Levées de la jusqu'au Fort Alleaume. Ces nouveaux quais appelés quai de la Poterne et quai de la Tour Neuve sont achevés en amont du pont. Ce règlement précise la nature des marchandises débarquées à cet endroit , charbon de bois, charbon de terre, bois, grains. Le plan de Perdoux (1773) montre que le front bâti sur la Loire est alors très disparate et que la communication avec le port d'aval (Recouvrance) est entravée par la présence du Châtelet qui sera détruit pendant la Révolution. En 1812, lors d'une séance du que, pour cela, il faut aligner le quai entre le pont Royal et la porte Bourgogne, donner une largeur de 20 mètres au quai (les glacis pourraient être avancés dans la Loire suivant cette ligne). Il les quais en amont du pont. La construction le long de ces quais d'un grand glacis servant au dépôt
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Dans : Album Deroy, les rives de la Loire, 1835-1836. Par Deroy (dessinateur) ; Motte (lithographe ). (musée de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire). (cf. illustration n° IVR24_20104500084NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n
    Description :
    Le port de la Poterne est situé sur la rive droite, en amont du pont Royal. Il comprend trois quais du Châtelet, des Chamoiseurs, de la Poterne, de la Tour Neuve, de Fort Alleaume et du Roi). En 1852, le port de la Poterne mesure 1000 mètres de long sur 8 mètres de large (superficie de 80 ares).
    Titre courant :
    Port dit port de la Poterne
    Illustration :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret) - Les principaux aménagements Plan de la ville d'Orléans par Perdoux, 1773. Détail. (musée historique et archéologique de la poterne), non daté (fin XVIIIe siècle). (archives départementales du Loiret, 2 S 64 Vue de la ville d'Orléans prise des Capucins, lithographie d'après Salmon, 1807. (collection jusqu'au delà de l'embranchement avec la route, 1813, par l'ingénieur Baillet. Détail (partie de droite jusqu'au delà de l'embranchement avec la route, 1813, par l'ingénieur Baillet. Détail. (archives Nouveau quai sur la rive droite en amont du pont Royal (quai du Roi), détail des escaliers Quai de la Tour Neuve, vue prise du duit, lithographie d'après un dessin de Rouilly de 1829 Vue d'ensemble du port de la Poterne d'après le Panorama d'Orléans près de l'emplacement des Plan de la Loire en amont du pont Royal avec mention des différents quais et des cales, 14 avril
  • Boîte destinée à la grande hostie
    Boîte destinée à la grande hostie Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    : tête barbue de profil à droite portant le signe 52. Les trois poinçons sont associés sur le bord de la
    Historique :
    La boîte à hostie est destinée à conserver la grande hostie consacrée. Elle fut exécutée entre 1812
    Représentations :
    Décor de palmettes autour de la croix et frise de perles sur le bord du couvercle.
    Description :
    La pièce était anciennement dorée. Autour de la croix, les palmettes sont appliquées sur fond amati.
    Titre courant :
    Boîte destinée à la grande hostie
  • L'opération d'inventaire de la rue des Carmes
    L'opération d'inventaire de la rue des Carmes Orléans
    Référence documentaire :
    FRANCE. Ministère de la Culture et de la Communication. Direction de l'Architecture et du FRANCE. Ministère de la Culture et de la Communication. Direction de l'Architecture et du FRANCE. Ministère de la Culture et de la Communication. Sous-direction de l’archéologie, de . Bruno Malinverno, Jean Davoigneau, Anne-Claire Viron-Rochet. 2e éd. Paris : Ministère de la culture et de la communication, 2007. (Documents et Méthodes, n°9) 
    Titre courant :
    L'opération d'inventaire de la rue des Carmes
    Texte libre :
    Conditions de l'enquête sur la rue des Carmes L'opération d'inventaire de la rue des Carmes a été Patrimoine, alors que la Ville d'Orléans avait plusieurs réflexions en cours sur le devenir de cet axe du . Le travail d'inventaire a donc, à l'époque, été mis en œuvre à la demande de l'architecte des référence ont également été consultés. La rue des Carmes est située entre la place de Gaulle et prend fin au niveau de la fourche formée par les rues de la Porte Saint-Jean et de la Porte Madeleine. Elle est le bâtiments la bordant appartiennent à différentes époques plus récentes. Cette étude (datant de 2006) a en effet permis d'identifier des édifices dont les dates s'échelonnent de la fin du Moyen Âge ou du début architectures bordant la rue des Carmes, un recensement rapide des façades a également été effectué sur les , Limare et d'Illiers (disponible sur demande auprès du service régional d'inventaire de la Région Centre -Val de Loire). Organisation des résultats de l'enquête L'enquête sur la rue des Carmes a donné lieu à
    Illustration :
    Vue du côté nord de l'entrée de la rue des Carmes. IVR24_20084500167NUCA Vue générale des façades du côté sud de la rue prise depuis l'ouest. IVR24_20084500185NUCA
  • Présentation du patrimoine de la ville d'Orléans
    Présentation du patrimoine de la ville d'Orléans Orléans
    Historique :
    Dès le 3e siècle avant J.-C., un site gaulois se développe sur la rive nord de la Loire. Cenabum est alors une des villes principales des Carnutes. A l’époque gallo-romaine, la population se fixe à laquelle une première accrue vient enserrer le bourg d’Avenum situé à l’ouest de la première enceinte. Dans la seconde moitié du 15e siècle, le roi Louis XI décide, suite aux destructions infligées par les troupes anglaises lors de la guerre de Cent Ans, d’insérer dans les murs de la ville les quartiers Saint-Aignan et Saint-Euverte. Enfin, une dernière accrue est réalisée au nord-ouest dans la première moitié du 16e siècle. A l’époque médiévale, la partie de la ville située au sud de la Loire se le prolongement de la rue Royale. Cette partie de la ville subit d’importantes modifications au 18e siècle. La ville continue à s'étendre et à se densifier au 19e siècle. Lors de la Seconde Guerre mondiale bombardements de 1940. Orléans devient alors un terrain expérimental de la Reconstruction où la préfabrication à
    Référence documentaire :
    Plan d'Orléans vers 1575 ("Le vray portraict de la ville d'Orléans" dressé en 1575, gravure sur Plan de la ville d'Orléans (estampe, taille douce au burin, sur cuivre), 1581. (BM Orléans. H 5840 Plan et profil au naturel de la ville d'Orléans, Orléans : impr de Gilles Hotot, [entre 1637 et Figure de la ville d'Orléans / Jean Fleury. 1640. (Bibliothèque municipale d'Orléans, Rés ZHOO34). Profil de la ville d'Orléans / D.C. (gravure sur bois). Fin du 17e siècle (?). Gravure sur bois Plan de la ville d'Orléans / Charles Inselin. Fin 17e siècle (?). (Collection particulière). Plan de la ville d'Orléans. Paris : Nicolas de Fer, 1705. (Bibliothèque municipale d'Orléans Plan de la ville d'Orléans / Perdoux. 1773. (AD Loiret, 2 MI/90). Nouveau plan de la ville d'Orléans, en perspective cavalière / Adam. Orléans : lith. de A. Pellée Plan de la ville d'Orléans, comprenant les monuments, les maisons remarquables et les anciennes
    Description :
    Située dans le coude septentrional de la Loire, la ville d’Orléans s’est initialement développée sur la rive nord du fleuve légèrement surélevée, et donc relativement protégée des éventuelles crues initialement consacrés à l’horticulture. Puis, des espaces acquis sur le territoire de la commune de Saint-Cyr -en-Val ont permis la création d’une "ville nouvelle", Orléans-La Source, dans les années 1960.
    Titre courant :
    Présentation du patrimoine de la ville d'Orléans
    Illustration :
    Plan d'Orléans vers 1575 ("Le vray portraict de la ville d'Orléans" dressé en 1575, gravure sur Plan de la ville d'Orléans vers le 17e siècle (collection particulière). IVR24_19764500223X "Plan et profil au naturel de la ville d'Orléans", gravure sur cuivre imprimée entre 1637 et 1645 répertoriant les biens, maisons et rentes foncières du couvent de la Madeleine dans la ville. (Bibliothèque Profil de la ville d'Orléans daté de la fin du 17e siècle (gravure sur bois ; collection Plan de la ville d'Orléans dessiné et gravé par Charles Inselin (1673-après 1715), daté de la fin Plan de la ville d'Orléans dressé en 1773 par Perdoux (AD Loiret, 2Mi/90). IVR24_19774500466X "Nouveau plan de la ville d'Orléans", plan en perspective cavalière, dressé en 1831 par le géomètre "Plan de la ville d'Orléans", plan en perspective cavalière dressé dans les années 1840, présentant les bâtiments principaux, d'après le "Plan pittoresque de la ville d'Orléans en 1836" par Charles
  • Cale dite cale abreuvoir double à tablier bas de la Tour Neuve (port de la Poterne)
    Cale dite cale abreuvoir double à tablier bas de la Tour Neuve (port de la Poterne) Orléans - quai du Châtelet - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    On trouve mention d'une cale abreuvoir simple un peu en amont de la rue de la Tour Neuve à la fin reconstruit et rattaché à la grande cale située en aval qui est alors prolongée vers l'amont. La jonction des deux cales forme une sorte de cale double à tablier bas (la rampe amont correspond à l'emplacement de la cale XVIIIe). En 1864, la cale est utilisée pour le transbordement des marchandises, elle présente de la marine et est constamment occupée. On peut penser qu'à cette date il ne reste que peu ou pas , élargissement et allongement ?) mais on ne connaît pas la date de ces modifications (années 1850-60 ?). L'ouvrage est appelé cale de la Tourneuve sur les plans de 1845, de 1904 (police de la navigation) et de
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45234-6.
    Description :
    La cale de la Tour Neuve est située rive droite, en amont du pont Royal et au niveau de la rue de la Tour Neuve (un peu en amont). La partie centrale de la cale présente une pente dirigée vers le
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir double à tablier bas de la Tour Neuve (port de la Poterne)
    Illustration :
    Plan de la ville d'Orléans par Perdoux, 1773. Détail. (musée historique et archéologique de jusqu'au delà de l'embranchement avec la route, 1813, par l'ingénieur Baillet. Détail (partie de droite Quai de la Tourneuve, vue prise du duit, 1829. Lithographie de 1830 d'après un dessin de Rouilly l'état de la navigation sur la Loire et les moyens de les améliorer. (archives nationales, site de Paris Plan du cours de la Loire par l'ingénieur en chef du Loiret Navarre, 1834. Détail. (archives Plan pittoresque de la ville représentant en perspective les édifices publics, par Charles Pensée Fort Alleaume et le quai de la Poterne, 24 février 1845. (archives départementales du Loiret, 2 S 66 Plan d'ensemble des quais d'Orléans en amont du pont Royal, rive droite, et de la ligne de défense Plan d'ensemble de l'avant projet de défense contre les inondations de la ville d'Orléans, 21 juillet 1858, par l'ingénieur Sainjon. Détail de la rive droite de part et d'autre du pont de Vierzon
  • Tableau d'autel : la guérison du paralytique à la piscine de Béthesda
    Tableau d'autel : la guérison du paralytique à la piscine de Béthesda Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    près de la cathédrale Sainte-Croix et démoli en 1845.
    Titre courant :
    Tableau d'autel : la guérison du paralytique à la piscine de Béthesda
    Dimension :
    h = 272 ; la = 164
  • Orléans, Lycée Benjamin Franklin : groupe sculpté,
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : groupe sculpté, "La Jeunesse" Orléans - 21 bis rue Eugène-Vignat - en ville
    Inscriptions & marques :
    Sur la base : Gili / Susse fondeur Paris.
    Historique :
    Ce projet de Marcel Gili est validé le 12 avril 1956 par la Commission nationale des travaux de
    Référence documentaire :
    technique d'Orléans. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1951-1960. Archives départementales du Loiret, Coligny 1341 W 26 : Coupure de presse La République du Centre départementales du Loiret, Coligny 1341 W 26. Coupure de presse La République du Centre, 16 septembre 1965
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    L’œuvre est implantée dans la cour de l'établissement, près du gymnase. Elle consiste en un bassin masculines nues représentant "La Jeunesse".
    Titre courant :
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : groupe sculpté, "La Jeunesse"
    Dimension :
    la 1.1 mètre sculpture h 0.6 mètre base de la sculpture
    États conservations :
    altération chromatique de la surface (?) altération de l'épaisseur de la matière altération biologique de la matière Le bassin de la fontaine n'est plus alimenté en eau. La sculpture présente des fissures.
    Illustration :
    Vue de détail : la marque du fondeur. IVR24_20144500003NUCA Vue de détail : la main qui saisit l'oreille présente une fêlure dans le bronze
  • Orléans : groupe sculpté, Jason et la Toison d'Or
    Orléans : groupe sculpté, Jason et la Toison d'Or Orléans - 1 rue Fernand Rabier - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature : A. LANSON (sur la terrasse) ; inscription de fondeur : CH. C. / 609 / F. BARBEDIENNE . Fondeur / Paris (sur la terrasse).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Alfred-Désiré Lanson, boursier de la ville d'Orléans, de remporter le Premier Prix de Rome de sculpture le 8 mai 1876, dont le sujet est "Jason enlève la Toison d'Or, après avoir endormi, au moyen d'un la Villa Médicis. Ce groupe (Inv. 1705) est exposé dans le jardin Hardouineau à Orléans pendant la
    Représentations :
    Jason tenant une épée (cassée) dans la main droite, brandit de l'autre main la Toison d'or arrachée
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Orléans : groupe sculpté, Jason et la Toison d'Or
    Dimension :
    la 85.0 centimètre la 56.0 centimètre
    Illustration :
    Détail du visage et de la Toison. IVR24_20124500017NUC2A Détail de la signature : A. LANSON. IVR24_20124500021NUC2A
1 2 3 4 29 Suivant