Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 537 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : portrait du docteur Louis Le Blanc (1706-1777)
    Tableau : portrait du docteur Louis Le Blanc (1706-1777) Orléans - 5 rue Antoine-Petit - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Le portrait du docteur Louis Le Blanc (1706-1777) professeur à l’École royale de Chirurgie datée du 18e siècle et portant l'inscription : LE BLANC MAITRE EN CHIRURGIE, peut-être l'enseigne de Louis Le Blanc ou celle de son fils, est conservée au Musée historique et archéologique de l'Orléanais des chirurgiens réaménagée au 19e siècle. Il fut peint par le peintre orléanais Simon Bernard Le Noir (1729-1791) et donné à l’École royale de chirurgie le 30 mai 1778 par le fils du modèle, Jean-Baptiste , le jour de sa réception comme maître de chirurgie. Le tableau fut placé au-dessus de la cheminée de
    Représentations :
    Portrait du chirurgien Louis Le Blanc.
    Description :
    Le cadre en bois doré est d'origine.
    Auteur :
    [peintre] Le Noir Simon Bernard
    Titre courant :
    Tableau : portrait du docteur Louis Le Blanc (1706-1777)
    Dimension :
    Dimensions avec le cadre.
    Illustration :
    Le tableau en situation. IVR24_20124500686NUC4A
  • Coffret pour le viatique
    Coffret pour le viatique Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    Chrisma), l'ampoule seule est marquée O.I. Le manuel s'intitule : Manuale Rituum.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Coffret pour le viatique utilisé par l'aumônier dans les salles de malades.
    Dénominations :
    coffret pour le viatique
    Titre courant :
    Coffret pour le viatique
  • Maison (4 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison (4 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 4 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1115 2012 BN 276
    Historique :
    sur la façade de la maison, Edouard Fournier, historien, y serait né le 15 juin 1819. Les sources plaque couvrant le soupirail au milieu de la façade antérieure rappelle qu'un ferronnier d'art a occupé les lieux par le passé.
    Référence documentaire :
    -Blanc. 1863-1984.
    Description :
    ancien. Elle comporte deux étages carrés. Le rez-de-chaussé est construit en pierre de taille appareillée sur la rue, est couverte d'une verrière. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. La porte piétonne est surmontée d'une grille d'imposte en fer forgé à chiffres. Le soupirail de la cave est
    Localisation :
    Orléans - 4 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1115 2012 BN 276
    Titre courant :
    Maison (4 rue du Bourdon-Blanc)
    Illustration :
    maison le 15 juin 1819. IVR24_20144500769NUC4A
  • Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 20, 22 rue du Bourdon-Blanc 39 rue Desfriches 15,17 rue des Pensées 18 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1100, 1104 2012 BN 292, 293, 294
    Historique :
    Bourdon-Blanc et Desfriches. Le n°39 rue Desfriches qui a sans doute été construit entre 1851 et 1870 installée rue des Pensées. En 1901, des sources mentionnent la présence d'un pensionnat de jeunes filles. Le -Blanc. L'école s'étend sur les anciens numéros 18, 20, 20bis, 22, 24 (remanié), 26 (détruit) et 28 (déplacé et reconstruit) rue du Bourdon-Blanc, 39 rue Desfriches et 15 et 17 rue des Pensées. Depuis un pré -inventaire mené en 1977 sur la rue du Bourdon-Blanc, un important remaniement des édifices a été effectué , et appartenant toujours aux héritiers en 1969, avant qu'un édifice soit reconstruit pour l'école. Le , Jeu de Durin, Le Durin ou encore le Grand Durin. Du n°22 au n°28 étaient initialement situées des maisons. Le n°18 et le n°22, toujours en place, datent probablement respectivement du 1er quart du 19e siècle et de la 2e moitié du 18e siècle (datés par travaux historiques). Le n°24 qui datait probablement a été supprimée, les baies modifiées et l'étage de comble rehaussé. Le n°26 a été détruit et
    Description :
    L'école Saint-Paul Bourdon-Blanc est localisée sur les parcelles 2012 BN 292, 293 et 299 et donne à la fois rue du Bourdon-Blanc, rue Desfriches et rue des Pensées. La rue du Bourdon-Blanc se . Les élévations comprennent un étage carré et un étage de comble. Le n°22 a conservé une grille
    Localisation :
    Orléans - 20, 22 rue du Bourdon-Blanc 39 rue Desfriches 15,17 rue des Pensées 18 rue du Bourdon -Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1100, 1104 2012 BN 292, 293, 294
    Titre courant :
    Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc)
    Appellations :
    Saint-Paul-Bourdon-Blanc
    Illustration :
    Vue d'ensemble des bâtiments de l'école donnant sur la rue du Bourdon-Blanc. IVR24_20144500744NUC4A Vue d'une partie de l'école correspondant au 22 rue du Bourdon-Blanc, datant probablement de la
  • Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc)
    Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc) Orléans - 48 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 2012 BN 2
    Historique :
    que le n°64 rue Saint-Euverte, qui correspond vraisemblablement à cette maison, a été frappé Bourdon-Blanc. Les personnes y travaillant indiquent que la maison était celle du directeur de l'hôpital Jeanne d'Arc localisé au 50 rue du Bourdon-Blanc, mais les archives consultées n'en font pas mention.
    Référence documentaire :
    -Blanc. 1863-1984.
    Description :
    Cette maison située à l'angle des rues du Bourdon-Blanc et Saint-Euverte est construite en sa partie supérieure. Une cave se situe sous la maison. On y accède par une trappe située dans le bâtiment et depuis la cour par une porte. Le bâtiment est accessible par une porte cochère débouchant sur une cour. Un préau se situe au fond de cette dernière. Deux escaliers sont conservés dans le bâtiment charpente visible par endroit est à panne. Le premier étage de comble est orné, sur la façade donnant sur la rue du Bourdon-Blanc, de trois lucarnes en pierre au décor galbé atypique.
    Localisation :
    Orléans - 48 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 2012 BN 2
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc)
    Illustration :
    Facades sur les rues du Bourdon-Blanc et Saint-Euverte. IVR24_19774500773X
  • Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 38 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1091 2012 BN 307
    Historique :
    moitié du 18e siècle. Elle apparaît déjà sur le cadastre napoléonien de 1823.
    Description :
    le toit en ardoise. L'édifice ne dispose pas de porte piétonne mais d'une porte cochère centrale avec pilastres et entablement. L'escalier, situé dans la partie droite du bâtiment, est accessible par le passage
    Localisation :
    Orléans - 38 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1091 2012 BN 307
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc)
  • Hôpital Jeanne d'Arc, actuellement résidence étudiante Saint-Vincent (50 rue du Bourdon-Blanc)
    Hôpital Jeanne d'Arc, actuellement résidence étudiante Saint-Vincent (50 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 50 rue du Bourdon-Blanc 7, 7bis, 9 rue des Bouteilles - en ville - Cadastre : 2012 BN 373, 374, 391, 390, 337, 336, 329
    Historique :
    Cet édifice a sans doute été construit, pour la partie située le long de la rue du Bourdon-Blanc Bourdon-Blanc jusqu'à la limite du 5 rue des Bouteilles.
    Référence documentaire :
    -Blanc. 1863-1984.
    Description :
    Cet édifice d'angle donne sur les rues du Bourdon-Blanc et des Bouteilles. La partie la plus ancienne, construite sur la rue du Bourdon-Blanc, est en maçonnerie enduite et pierre de taille en assise étages carrés. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. L'accès principal s'effectue rue du Bourdon-Blanc par ce qui devait être une ancienne porte cochère. L'ancien jardin fait désormais
    Localisation :
    Orléans - 50 rue du Bourdon-Blanc 7, 7bis, 9 rue des Bouteilles - en ville - Cadastre : 2012 BN 373
    Titre courant :
    Hôpital Jeanne d'Arc, actuellement résidence étudiante Saint-Vincent (50 rue du Bourdon-Blanc)
    Illustration :
    Vue d'ensemble des façades antérieure (rue du Bourdon-Blanc) et latérale (rue des Bouteilles
  • Raffinerie de sucre, actuellement école primaire Charles Pensée (36 rue du Bourdon-Blanc)
    Raffinerie de sucre, actuellement école primaire Charles Pensée (36 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 36 rue du Bourdon-Blanc 23bis, 25 rue des Pensées - en ville - Cadastre : 1823 B 1091 2012 BN 306
    Historique :
    s'installent dans l'ancienne raffinerie donnant rue du Bourdon-Blanc et rue de la Treille (actuelle partie nord Rome et envoyés aux Frères d'Orléans par le pape Grégoire XVI. En 1845, les Frères dirigeaient six 1901, une source indique que le bâtiment est occupé par une école municipale de jeunes filles.
    Référence documentaire :
    doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823. Pensée, 36 rue du Bourdon-Blanc. 1921-1959. -Blanc.
    Description :
    principal est situé rue du Bourdon-Blanc, mais la façade postérieure, rue des Pensées, comporte également plusieurs ouvertures, dont d'anciennes portes cochères. Le bâtiment principal comporte deux étages carrés et un étage de comble, tandis que celui situé dans son prolongement vers le sud ne compte qu'un seul étage carré. Une cour a été aménagée devant la façade antérieure. Le toit en ardoise est à longs pans . Le bâtiment possède une cave.
    Localisation :
    Orléans - 36 rue du Bourdon-Blanc 23bis, 25 rue des Pensées - en ville - Cadastre : 1823 B 1091
    Titre courant :
    Raffinerie de sucre, actuellement école primaire Charles Pensée (36 rue du Bourdon-Blanc)
  • Orléans : groupe sculpté, Le Premier Toit
    Orléans : groupe sculpté, Le Premier Toit Orléans - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Inscriptions & marques :
    l'iconographie (vers de Charles Maurras sur la plinthe avant) : "LE PREMIER TOIT / Enveloppés du ciel immense/ils leurs yeux/Elle caresse, elle repousse / Et les destins germent entre eux/ Comme le chêne sous la mousse"
    Historique :
    La direction des Beaux-Arts commande successivement en 1920 le plâtre (17 janvier, n° 2978) et la d'une œuvre commencée en 1914, interrompue par la guerre au cours de laquelle le sculpteur perd son bras gauche, et achevée à son retour du front. Le bloc en pierre de Pouillenay choisi par l'artiste coûte 3 300 francs à l’État. L'œuvre est achevée et exposée au Salon de 1921, elle reçoit alors le Grand prix national des Beaux-Arts ; l'artiste et le ministre sont favorables à son placement au musée du Luxembourg , mais le groupe est finalement déposé à Orléans en 1926, sur un socle très simple conforme à la destination décorative du groupe. Le succès critique de la statue est très important : c'est elle qui lance la
    Représentations :
    épaules pour former le premier toit qui a donné son titre au groupe. La femme cache son visage dans sa
    Statut :
    national d'art contemporain (CNAP-FNAC), Inv. 3046 (d'après le modèle plâtre 2978 déposé au musée du Mans)
    Description :
    Le groupe est posé sur un haut socle en pierre. L'oeuvre est en pierre oolithique (composée d'oeufs
    Titre courant :
    Orléans : groupe sculpté, Le Premier Toit
    Illustration :
    Détail de la femme, avec le matériau bien visible (pierre oolithique). IVR24_20124500156NUC4A
  • Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine
    Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine Orléans - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Historique :
    groupe est exécuté à partir d'un bloc de marbre blanc clair de 19,95 m3 fourni pour 11 000 Francs par le Dépôt des marbres et pratiqué à Paris. Le second groupe est pratiqué à Carrare en marbre blanc clair L’État commande à Félix Charpentier une fontaine monumentale en plâtre pour 35 000 Francs le 22 octobre 1908, augmentée d'une figure décorative le 22 mars 1911 (les plâtres sont détruits en 1924 du fait fontaine est commandée par l’État le 2 mai 1910 pour 17 000 Francs, alors que la fontaine est exposée au Salon. Le Sous-secrétaire d’État aux Beaux-arts envisage en 1912 d'installer ce groupe à l’extrémité de 1918), 2e partie du 2e groupe (4 octobre 1921) et 3e partie du 2e groupe (29 avril 1922). Le premier (bloc de 3,80 m sur 2,65 m sur 2,18 m). L'ensemble est inscrit le 1er mars 1924 sur les inventaires du
    Matériaux :
    marbre blanc
    Observation :
    composition des groupes ne relève pas de l'académisme monumental de la IIIe République par le réalisme de
    Description :
    Carrare blanc, réparties en deux groupes de six figures féminines émergeant de la grotte et d'une figure
    Illustration :
    Vue d'ensemble avec le bassin. IVR24_20124500161NUC4A
  • Orléans : groupe sculpté, Hébé
    Orléans : groupe sculpté, Hébé Orléans - 1 rue Fernand-Rabier - en ville
    Historique :
    Le groupe exécuté par Victor Vilain est présenté au Salon de 1846 et acquis par l’État la même année. Déposé à Orléans l'année suivante (PFH-369, Inv. 1929), il est exposé dans le Parc Pasteur
    Matériaux :
    marbre uni blanc
    Représentations :
    des jambes. Elle verse, de son bras droit levé, le nectar à l'aigle debout à son côté.
    Description :
    Groupe en marbre blanc.
    États conservations :
    La partie gauche du visage d'Hébé et le bras droit ont disparu.
  • Tableau : le repos pendant la Fuite en Egypte
    Tableau : le repos pendant la Fuite en Egypte Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Le tableau a été déposé en 1993 aux musées d'Orléans (D.93.2.4).
    Titre courant :
    Tableau : le repos pendant la Fuite en Egypte
  • Surplis
    Surplis Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance
    Inscriptions & marques :
    Sur le col, initiales brodées avec un fil rouge : "PDR".
    Matériaux :
    lin blanc
  • 3 bas-reliefs : Le Christ secourant les malades et les infirmes, Christ souffrant, Vierge auréolée
    3 bas-reliefs : Le Christ secourant les malades et les infirmes, Christ souffrant, Vierge auréolée Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Observation :
    Les bas-reliefs ont-ils été classés en même temps que la chapelle, le 17/07/1997 ?
    Représentations :
    Au tympan, la scène figure le Christ secourant les malades et les infirmes : un prêtre donne la enfant, puis un soldat en uniforme de zouave. A gauche, des femmes implorent le Christ. La Vierge auréolée en buste et en médaillon est figurée sur le vantail gauche et le Christ couronné d'épines figuré de même sur le vantail droit.
    Description :
    Les deux médaillons sont encastrés dans chacun des vantaux et le grand relief dans le tympan du
    Titre courant :
    3 bas-reliefs : Le Christ secourant les malades et les infirmes, Christ souffrant, Vierge auréolée
    Illustration :
    Le Christ secourant les malades et les infirmes. IVR24_20134500161NUC2A
  • Orléans : groupe sculpté, Cadmos combattant le serpent de la source de Dircé
    Orléans : groupe sculpté, Cadmos combattant le serpent de la source de Dircé Orléans - 1 rue Fernand Rabier - en ville
    Historique :
    le ministre de la Maison de Louis XVIII et placé au Louvre. De 1832 à 1836, il orna le jardin privé 1986, il fut mis à l'abri au musée des Beaux-Arts d'Orléans (Inv. 92.40.1). Le modèle en plâtre a
    Référence documentaire :
    conservation-restauration soutenu à Tours le 28 mai 2015. [disponible en ligne sur Hypothèses.org].
    Représentations :
    Cadmos, nu, combat le serpent géant dressé face à lui. Son bras droit levé et prêt à frapper devait tenir une massue ou un javelot, le bras gauche est replié dans un geste défensif et retient une dépouille de lion dont la crinière repose sur le bras, tandis que le reste de la peau se déploie derrière le personnage. Une souche d’arbre occupe l'angle du plateau derrière le serpent.
    Titre courant :
    Orléans : groupe sculpté, Cadmos combattant le serpent de la source de Dircé
    États conservations :
    dans le plâtre.
  • 2 tentures d'église : Guérison de Tobit, Jésus et la Samaritaine
    2 tentures d'église : Guérison de Tobit, Jésus et la Samaritaine Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Représentations :
    Le Vieux Tobit est guéri de sa cécité par l'ange Gabriel : le vieillard est assis dans un fauteuil ; près de lui se tient son fils, le jeune Tobie qui lui désigne l'ange de sa guérison (Livre de Tobie ). Jésus rencontre la Samaritaine au puits de Jacob. Le Christ est assis, accoudé à la margelle du puits et
    Description :
    couleurs utilisées sont le bleu, le vert, le jaune, le blanc, le marron et le beige.
  • Surplis de deuil
    Surplis de deuil Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance
    Matériaux :
    lin blanc
  • Aube
    Aube Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance
    Matériaux :
    lin blanc
  • Ensemble de deux chasubles
    Ensemble de deux chasubles Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance
    Description :
    La couleur or remplace le blanc et le rouge lors des célébrations solennelles. Ce n'est pas à
  • Quartier Saint-Euverte
    Quartier Saint-Euverte Orléans
    Historique :
    Des fouilles ont montré que l’occupation humaine remonte dans le quartier Saint-Euverte à l’époque : la rue Saint-Euverte en lien avec le développement de l’abbaye du même nom (édifice étudié) et la rue , décidée par Louis XI, vient entourer ce secteur urbain à la fin du 15e siècle. La rue du Bourdon-Blanc se développe alors et le réseau viaire se fige prenant la forme qu’on lui connait aujourd’hui. Aux 18e et 19e , artisanales ou industrielles. Celles-ci disparaissent pour la plupart entre le début et le milieu du 20e
    Référence documentaire :
    doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823. Pensée, 36 rue du Bourdon-Blanc. 1921-1959. 14,2 cm. Tiré de : MERLIN, Eugène. Le vieil Orléans : 30 eaux-fortes gravées d'après des documents COCHARD, Théophile. Le Jeu de Paume à Orléans. Orléans : H. Herluizon, 1888. Orléans : le lycée Saint-Euverte. Orléans : DRAC Centre, AREP-Centre, 1997. BAILLET, J. Histoire d'un jeu de paume ; le jeu de paume des Pensées. Bulletin de la société
    Description :
    Le quartier Saint-Euverte correspond à la section BN du cadastre. Il est localisé entre les rues de Bourgogne, du Bourdon-Blanc et des Bouteilles et les boulevards Aristide-Briand et Saint-Euverte. Les deux les murs de la ville à la fin du 15e siècle, elles se développent, pour l’une (rue du Bourdon-Blanc ), à la faveur de la destruction des anciens murs et, pour l’autre, dans le contexte de sécurité disparition des remparts au 19e siècle et en lien avec le développement de nouvelles voies en marge du centre historique pour faciliter la circulation. Dans la partie nord-est du quartier, le lycée d’enseignement général et technologique Sainte-Croix-Saint-Euverte comprend le seul monument emblématique de ce secteur générale, le quartier est très marqué aux époques médiévale et moderne par la présence d’édifices ou
    Texte libre :
    surveillance des fortifications en diminuant le nombre de passages. Les rues Saint-Euverte et du Bourdon-Blanc rue du Bourdon-Blanc (comme le prouve la plaque émaillée créée par Jeanne Champillou pour l'ancien demeure toutefois plus ou moins précise : Jeu de paume de la Croix, vers le 20 rue du Bourdon-Blanc Situé au nord-est de la ville d’Orléans, le quartier Saint-Euverte est encadré par les rues des Bouteilles, du Bourdon-Blanc et de Bourgogne et par les boulevards Saint-Euverte et Aristide Briand. Bien urbain peu altéré et son architecture d'une histoire qui lui est propre. A. Le quartier Saint-Euverte au fil des siècles 1 - Le quartier Saint-Euverte hors les murs : des origines à 1466 Les secteurs nord -Croix-Saint-Euverte, ont été conduites par le service régional de l’archéologie du Centre (Direction des affaires culturelles du Centre). Le rapport de 1996 fournit un plan de localisation des fouilles exécutées depuis le 19e siècle dans le secteur nord-est de la ville. L’ensemble des interventions atteste qu’une
    Illustration :
    Le quartier Saint-Euverte représenté à droite sur ce plan dessiné par Fleury en 1640 Carte de la Ville d'Orléans pendant le Haut-Empire romain. IVR24_20074500351A3 Carte de la ville d'Orléans au Haut Moyen Age, avec le quartier Saint-Euverte à droite Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 14e siècle, avec le quartier Saint Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 15e siècle, avec le quartier Saint Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 16e siècle, avec le quartier Saint Carte représentant les différents travaux d'alignement réalisés au 19e siècle dans le quartier Saint-Euverte établie par comparaison entre le cadastre napoléonien de 1823 et le cadastre de 1981 Carte représentant les espaces non construits du quartier Saint-Euverte d'après le cadastre Vue de la rue du Bourdon-Blanc prise au niveau du n°7 de la rue du Bourdon-Blanc (vue orientée du
1 2 3 4 27 Suivant