Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 29 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : remise de matériel d'incendie, prison, dépôt de mendicité (place Lefébure)
    Bourg : remise de matériel d'incendie, prison, dépôt de mendicité (place Lefébure) Reugny - place Lefébure - en village - Cadastre : 2009 G 556
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    étage). Le matériel (tables, bancs, calorifère, lit de camp...) pour meubler la salle de réunion et la prison sont achetés en 1895. L'édifice a pris par la suite (deuxième quart du 20e siècle) le nom de Par délibération du 4 juin 1893, le conseil municipal décide la construction d'un bâtiment communal comprenant une remise pour le matériel à incendie, une chambre de sureté et d'asile pour les indigents de passage (rez-de-chaussée), ainsi qu'une salle pour les réunions publiques et une pièce annexe (premier "foyer Lefébure", du nom du maire à l'époque de sa construction. Il abrite aujourd'hui des salles
    Référence documentaire :
    Commune de Reugny, bâtiment communal, plans et élévations. (Archives départementales d'Indre-et
    Dénominations :
    remise de matériel d'incendie dépôt de mendicité
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    toit à longs pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée pour la corniche en association avec la L'édifice est de plan rectangulaire, à un étage carré, construit en moellon enduit et couvert d'un
    Titre courant :
    Bourg : remise de matériel d'incendie, prison, dépôt de mendicité (place Lefébure)
    Dates :
    1894 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Elévation de la façade nord, non signé, non daté (vers 1893-1894). (Archives départementales d'Indre-et-Loire Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Elévation de la façade est, non signé, non daté (vers 1893-1894). (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Elévation de la façade ouest, non signé, non daté (vers 1893-1894). (Archives départementales d'Indre-et-Loire Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Plan du Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Plan de Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Coupe Projet de construction d'une réserve pour la pompe à incendie et d'une salle de réunion. Coupe
  • Côte : château dit château de La Côte
    Côte : château dit château de La Côte Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 643 2009 YE 997
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    La Couste ou la Côte est un ancien fief qui dépendait pour partie de la châtellenie de Reugny et pour partie de la baronnie de Rochecorbon. Le plus ancien seigneur connu est Jean Marcirion qui rend aveu de la terre en 1480. Au début du 16e siècle, le château appartient à Jean de la Rue, secrétaire du roi, puis à sa veuve Perrine Le Fuzelier et à leur fils Marc de la Rue, maître des requêtes à la chambre des comptes de Bretagne, maire de Tours en 1535, à qui est généralement attribuée la construction mises en place en 1528. Le corps de logis sud aurait donc été édifié par Jean de la Rue ou sa veuve aux familles Forget, du Closeau, Rouillé, de Châtelain, de Réal, de la Martellière, Chaban, Valleteau familles Forget, du Closeau, Rouillé, de Châtelain, de Réal, de la Martellière, Chaban, Valleteau de : suppression de fenêtres à meneau et croisillon, ajout d'un étage à l'aile la plus au nord (1847). M. Besnier Valleteau de Chabrefy dont les armes auraient été bûchées à la Révolution. Cependant, un portail est déjà
    Référence documentaire :
    Château de La Côte/Victor Petit. Gravure. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 7 Fi 0243). Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 26. Fonds de La Côte Valmer. Arpentages et plans Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 12. Fonds de La Côte Valmer. Titres de la terre de Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 25. Fonds de La Côte Valmer. Éventillement et Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 72. Fonds de La Côte Valmer. Terres de La Côte. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 74. Fonds de La Côte Valmer. Terres de La Côte et du château de La Côte à Reugny (37380). Archéolabs. ARC 13/R4023D. DORMOY, Christian. Rapport d'expertise dendrochronologique d'échantillons provenant de charpentes du château de La Côte à Reugny (37380 p. 86-90. JEANSON, Denis, SALOME, Raymond. La maison seigneuriale du Val de Loire : Sa vie, son RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Congrès Archéologique de France, Tours, CVIe
    Représentations :
    en forme de coquille Saint-Jacques. A l'intérieur, les angles de la cage d'escalier sont occupés par Une porte d'entrée, permettant l'accès depuis la cour nord possède un linteau surmonté d'un fronton des culots décorés de figures humaines et têtes d'anges. Une niche concave à coquille Saint-Jacques encadrée de pilastres doriques surmontés d'un entablement à fronton triangulaire et candélabres et un médaillon représentant un profil à l'antique (François 1er couronné de lauriers ?) figurent également dans la cage d'escalier.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    . Une corniche en pierre de taille et trois niches (dont une murée) ornent la façade. L'angle sud-ouest pavillon. Un cordon en pierre de taille marque la séparation entre les étages. Le rez-de-chaussée est . Une corniche en pierre de taille couronne la tourelle. La charpente est à chevrons-portant-fermes. Une pierre de taille et couvert d'un toit à longs pans en ardoise ; le pignon nord et découvert. La au nord du corps de logis principal. La tour est construite en moellon enduit et pierre de taille et présents aujourd'hui. Dans la cour nord, se trouve un puits circulaire en pierre de taille sculptée est comble, construit en moellon enduit et pierre de taille. Le toit à longs pans est couvert d'ardoise et les pignons sont découverts. La façade sud est composée de trois travées dans lesquelles s'inscrivent est occupé par une tour carrée de deux étages carrés, en pierre de taille, couverte d'un toit en tourelle en pierre de taille couverte d'un toit en poivrière en ardoise qui reposait à l'origine sur un
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 643 2009 YE 997
    Titre courant :
    Côte : château dit château de La Côte
    Dates :
    1811 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Texte libre :
    taille, couverte d'un toit en pavillon. Un cordon en pierre de taille marque la séparation entre les deux cordons en pierre de taille. Une corniche en pierre de taille couronne la tourelle. La charpente enduit et pierre de taille et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Le pignon nord est découvert. La au nord du corps de logis principal. La tour est construite en moellon enduit et pierre de taille et dater du 16e siècle. Le puits Dans la cour nord se trouve un puits circulaire en pierre de taille Le château La Couste ou La Côte est un ancien fief qui dépendait pour partie de la châtellenie de Reugny et pour partie de la baronnie de Rochecorbon. D'après l'arpentage réalisé en 1767, la séparation des deux fiefs "est prise précisément par le milieu de la porte du jardin potager et passe en ligne droite par la cheminée de la cuisine et va aboutir sur la route de Reugny à la Croix Blanche". Le plus ancien seigneur connu est Jean Marcirion, qui rend aveu de la terre en 1480. Au début du 16e siècle, le
    Illustration :
    Plan du château de la Côte, d'après la description de 1758, réalisé à partir du plan cadastral Entrée d'une cave troglodytique et passage voûté situé au rez-de-chaussée de la tour carrée sud Vue partielle de la façade sud du corps de logis et de la vallée de la Brenne à l'est Détail de la porte d'entrée donnant accès à la tour d'escalier, façade nord. IVR24_20123700661NUC2A Plan (non daté) figurant la séparation des fiefs. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 12 J napoléonien de 1819. Dessin, A. Paucton (Pays Loire Touraine). IVR24_20123700417NUC1A Lithographie de Victor Petit. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 7 Fi 0243 Chapelle, jardins et tourelle de l'angle nord-est, depuis le sud. IVR24_20123701789NUCA Détail du pignon ouest du corps de bâtiment principal. IVR24_20123700664NUC2A Détail du pignon nord de l'aile nord-ouest. IVR24_20123700663NUC2A
  • Vallière : château dit château de La Vallière
    Vallière : château dit château de La Vallière Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 E 123, 124, 125, 126 2009 ZD 87
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    La Vallière (Valleria dans une charte de 1236) est un fief relevant de la châtellenie de Rochecorbon à foi et hommage lige. Le plus ancien seigneur connu est Jacques de La Vallière, écuyer, cité dans un aveu de 1451. En 1542, suite à une saisie sur les héritiers de René Morin, La Vallière est d'hôtel ordinaire de la reine-mère puis du roi, premier président au bureau des finances de Tours, puis maire de cette ville en 1575-1576 et 1589 qui hérite du fief. Il achète en 1591 la terre de Reugny. Mort II Le Blanc. Le fils de celui-ci, Jean, obtient de Louis XIII en 1635 le droit de s'appeler La Baume Le Blanc, la branche ainée étant éteinte et la terre de La Baume détenue par un autre seigneur. Jean et son épouse Françoise Beauvau eurent de nombreux enfants parmi lesquels l'ainé Laurent III de La Baume Le Blanc, obtient, en 1649, l'érection de La Vallière en châtellenie regroupant les fiefs de La Louise de La Baume Le Blanc, dite Mademoiselle de La Vallière, en faveur de laquelle est constitué en
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 7. Fonds du château de La Vallière. Consistance du domaine de La Vallière. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 180. Fonds du château de la Vallière. Gestion. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 216. Fonds du château de la Vallière. Travaux de Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 5. Fonds du château de la Vallière. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 7. Fonds du château de La Vallière. Consistance du domaine de La Vallière. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 141. Fonds du château de La Vallière. Gestion. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 216. Fonds du château de la Vallière. Travaux de p. 532-533. PEROUSE de MONTCLOS, Jean-Marie, (sous la direction de). Le guide du patrimoine Centre
    Représentations :
    Sous les arcades, la porte d'entrée en plein cintre, dont le claveau central représente une tête de d'entrée de la partie nord, dont le claveau central représente une tête de satyre, est encadrée de pilastres à chapiteau dorique et surmontée d'une table de pierre où figure la devise des la Baume le Blanc sont placées les armes des la Baume le Blanc. A l'intérieur, deux cheminées du rez-de-chaussée ont été restaurées par Christian Millon de la Verteville, propriétaire entre 1921 et 1948, qui a fait représenté sur un portrait de Louise de la Vallière et sur l'autre la devise des Millon "Tantum pro liliis " ("Seulement pour les lys") et leurs armes "De sinople, à la tour d'argent, maçonnée de sable, ouverte et 16e siècle. Une autre cheminée conserve un ensemble de trois décors peints de la seconde moitié du 16e lion, est encadrée de pilastres à chapiteau dorique et surmontée d'une frise à triglyphes et métopes interrompue par une table de pierre. L'ensemble est couronné d'un fronton courbe brisé décoré de motifs
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    l'intérieur de la cour, est construite en moellon enduit et pierre de taille est couverte d'un toit en L'entrée est composée de deux tours cylindriques de taille inégale reliées par une courtine en pierre de taille à bossage. Elle a conservé ses deux portes (charretière et piétonne) en plein cintre et certains éléments défensifs primitifs (courtines, mâchicoulis, rainures de deux ponts-levis). La tour ouest servant de pigeonnier est construite en moellon enduit et pierre de taille recouverte d'un toit en enduit et pierre de taille couvert d'un toit à longs pans et croupes en ardoise, auquel sont accolés à baies à meneau et croisillon et à traverse. Un cordon marque la séparation entre le rez-de-chaussée et de dimension supérieure aux lucarnes actuelles. A l'est, la tour d'escalier qui s'élance au-dessus du corps de logis est construite en moellon enduit et pierre de taille et couverte d'un dôme en ardoise consoles. Les pavillons sont également construits en moellon enduit et pierre de taille et couverts de
    Auteur :
    [propriétaire] La Baume Le Blanc Françoise Louise
    Localisation :
    Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 E 123, 124, 125, 126 2009 ZD 87
    Titre courant :
    Vallière : château dit château de La Vallière
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Estimatif des bâtiments de la terre de la Vallière. Plan non daté (début 19e siècle). (Archives Détail de la charpente du pigeonnier. IVR24_20163702672NUCA chemin de ronde disparu. Le mur d'enceinte a sans doute été reconstruit vers l'intérieur de la cour Détail d'une meurtrière de la tour détruite. IVR24_20123700447NUC2A Cheminée décorée du portrait de Louise de la Vallière et portant la devise "Ad principem ut ad Cheminée portant la devise "Tantum pro liliis" et les armes de la famille Millon Cheminée décorée de peintures de la seconde moitié du 16e siècle. IVR24_20163702668NUCA Vue intérieure de la tour d'escalier. IVR24_20163702666NUCA Vue d'ensemble de la grange, depuis le sud. IVR24_20163702704NUCA Vue intérieure de la grange à charpente sur poteaux. IVR24_20163702674NUCA
  • Bourg : maison (2 place de la République)
    Bourg : maison (2 place de la République) Reugny - 2 place de la République - en village - Cadastre : 1819 G1 190 2009 G 1190
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    lucarnes de la maison actuelle appartiennent à un modèle que l'on retrouve sur plusieurs maisons du bourg ; l'une d'elles porte la date de 1890 et confirme cette datation vers 1890.
    Représentations :
    Les fenêtres possèdent des appuis reposant sur des corbeaux à gouttes et des linteaux en anse de panier dont la partie centrale est ornée d'un médaillon à polyglyphe. Les chaînes d'angle sont surmontées de chapiteaux doriques.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    , le cordon et la corniche sont également en pierre de taille. Quatre lucarnes à fronton triangulaire Maison, à un étage carré et étage de comble, construite en pierre de taille et couverte d'un toit permettent d'éclairer l'étage de comble.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Reugny - 2 place de la République - en village - Cadastre : 1819 G1 190 2009 G 1190
    Titre courant :
    Bourg : maison (2 place de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Vallière : moulin dit moulin de La Vallière
    Vallière : moulin dit moulin de La Vallière Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 G1 717 2009 ZC 64
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    acquis par Jean le Blanc, seigneur de La Vallière, en 1573. Il a fait l'objet de plusieurs travaux de dernière doit être détruite et reconstruite au cours de travaux en 1816. La marquise de Rougé fait reconstruire la roue motrice, la vanne motrice et deux vannes de décharge en 1846. Un règlement des eaux du bâtiment circulaire abrite un bélier hydraulique de la seconde moitié du 19e siècle, qui permettait d'alimenter en eau le château de La Vallière, situé au sud-ouest des bâtiments du moulin. Une marque de la moulin est adopté en 1852. En 1896, le moulin est décrit comme "une usine à blé à deux paires de meules ". Il cesse son activité dans la première moitié du 20e siècle : il est alors utilisé comme ferme, puis : agrandissement de l'ancienne halle (aujourd'hui logis), ajout d'un étage au logis, transformation d'une écurie en logis (ajout d'un étage et d'un four à pain), transformation d'une chambre à cheminée en écurie. La tourelle adossée à la façade sud a été édifiée sur le four à pain. La grange a été reconstruite (ou
    Hydrographies :
    La Brenne
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 7. Fonds du château de La Vallière. Consistance du domaine de La Vallière. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 1. Fonds du château de la Vallière. Inventaire des titres du marquisat de la Vallière et de ses dépendances. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 7. Fonds du château de La Vallière. Consistance du domaine de La Vallière. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 141. Fonds du château de La Vallière. Gestion. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 180. Fonds du château de la Vallière. Gestion. Archives départementales d'Indre-et-Loire. S 5574. Moulin de La Vallière.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Les bâtiments construits en moellon enduit et pierre de taille, uniquement pour l'encadrement des logis) comprend un étage carré et un étage de surcroît. Il est couvert d'un toit à longs pans en ardoise rez-de-chaussée et étage de comble est couverte d'un toit à longs pans en tuile plate. Une lucarne en ardoise, sont adossés à la grange couverte d'un toit à longs pans en tuile plate. La tourelle et le bâtiment abritant le bélier hydraulique sont couverts de toits coniques en ardoise.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 G1 717 2009 ZC 64
    Titre courant :
    Vallière : moulin dit moulin de La Vallière
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    État estimatif des bâtiments de la terre de La Vallière. Plan non daté (début 19e siècle Ancien moulin. Détail de l'ancien emplacement de la roue. IVR24_20123700356NUC2A Vestiges d'une ancienne meule en pierre, dans la cour. IVR24_20123700364NUC2A
  • Bourg : gare (2 passage de la Gare)
    Bourg : gare (2 passage de la Gare) Reugny - 2 passage de la Gare - en village - Cadastre : 2009 G 1497
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Cette gare a été construite sur la ligne de chemin de fer d’État rejoignant Tours à Sargé-sur-Braye . Le lot prévoyant la construction des stations de Vernou, Chançay, Reugny, Neuillé et Villedômer est d'accueil des voyageurs, d'un entrepôt de marchandises et d'une lampisterie (aujourd'hui disparue). La ligne attribué en août 1892 à Denis et Guestault, entrepreneurs à Ancenis, pour un montant global de 310 000 francs et un délai d'exécution d'un an. Le projet prévoit la construction à Reugny d'un bâtiment de chemin de fer est inaugurée en 1894. Le tronçon entre Reugny et Vouvray est officiellement l'ancien entrepôt de marchandises comme bâtiment des services techniques communaux.
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194).
    Description :
    couvert d'un toit à longs pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée uniquement pour les chaînes La gare était constituée d'un ensemble de deux bâtiments : bâtiment d'accueil des voyageurs, et d'angles et l'encadrement des baies. Haut d'un étage, il comprend trois travées. Le rez-de-chaussée de la entrepôt de marchandises. Ces constructions furent édifiées selon un modèle utilisé pour cette ligne : des bâtiments identiques sont encore visibles dans des communes proches de Reugny : Vernou-sur-Brenne, Chançay façade qui donnait sur les voies est percé de trois portes.
    Localisation :
    Reugny - 2 passage de la Gare - en village - Cadastre : 2009 G 1497
    Titre courant :
    Bourg : gare (2 passage de la Gare)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Les Osiers" (22 rue de la Grange-aux-Dîmes) Reugny - 22 rue de la Grange-aux-dîmes - en village - Cadastre : 2009 G 1374
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    ) propriétaires de la Manufacture Tourangelle de Vannerie. Maison, dite "les Osiers", construite en 1905. Les lettres "S" et "M" entrelacées figurant sur la
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194).
    Représentations :
    La façade sur rue, associant moellon, pierre de taille et brique, joue sur l'alternance de ces , et une frise de marguerites, également en terre cuite, ornent la façade sur cour. trois matériaux et sur la présence d'éléments décoratifs en terre cuite : masque féminin et deux cornes d'abondance (conduit de cheminée), vase et feuilles de chêne (allèges des baies du premier étage). Deux écus , avec les lettres S et M entrelacées, surmontés d'une tête de lion, accompagnés de fruits et de fleurs
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    sur la présence d'éléments en terre cuite. Trois cordons en pierre de taille marquent la séparation s'agit de la seule maison à deux étages repérée dans la commune. L'édifice, couvert d'un toit à longs les quatre chaînes d'angle sont en pierre. Le pignon sud, sur rue, associant moellon, pierre de taille pans et croupes en tuile, est majoritairement construit en moellon recouvert de crépi (gouttereaux) et et brique a fait l'objet d'un décor particulier, jouant sur les alternances de ces trois matériaux et entre le rez-de-chaussée et les étages. Le pignon sud et le gouttereau est reposent sur des compositions symétriques. Deux vérandas superposées sont accolées au mur gouttereau est, au niveau du rez-de-chaussée et du
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Reugny - 22 rue de la Grange-aux-dîmes - en village - Cadastre : 2009 G 1374
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "Les Osiers" (22 rue de la Grange-aux-Dîmes)
    Dates :
    1905 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la date et inscription sur le pignon sud. IVR24_20163702559NUCA Détail du décor sur la façade est : tête de lion et écu aux lettres entrelacées Détail du décor sur le pignon sud : vase et feuilles de chêne. IVR24_20163702561NUCA
  • Bourg : moulin dit moulin du Pont (rue Louise-de-La-Vallière)
    Bourg : moulin dit moulin du Pont (rue Louise-de-La-Vallière) Reugny - rue Louise-de-La-Vallière - en village - Cadastre : 1819 G 696, 697 2009 G 1517, 504
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    à la fin du 14e siècle. Ce moulin à blé relevait d'Orfeuil, puis de La Vallière à partir de la fin grange et un toit à porcs. Une ordonnance royale datée de 1845 autorise la duchesse d'Uzès à reconstruire du 15e siècle. Au début du 19e siècle, le moulin se compose d'une halle, de deux chambres à cheminées dans l'une desquelles est un four, un cellier, un grenier dessus les chambres, et de deux écuries, une
    Hydrographies :
    La Brenne
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 7. Fonds du château de La Vallière. Consistance du domaine de La Vallière. Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194). Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P2. Plan cadastral napoléonien de 1819. Section G. COUDERC, Jean-Mary, AUDIN, Pierre, HUBERT, Martine. Dictionnaire des communes de Touraine. Chambray
    Description :
    toits à longs à pans en ardoise. La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angles et C'est un édifice à un étage carré, construit en moellon, moellon enduit et brique, et couvert de
    Localisation :
    Reugny - rue Louise-de-La-Vallière - en village - Cadastre : 1819 G 696, 697 2009 G 1517, 504
    Titre courant :
    Bourg : moulin dit moulin du Pont (rue Louise-de-La-Vallière)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Plaque commémorative n°1
    Plaque commémorative n°1 Reugny
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription commémorative de fondation de messes et de diverses donations.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    par Perrine le Fuzelier, dame de la Couste (la Côte) et surtout Marc de la Rue, seigneur de la Couste , son fils. Le texte mentionne une fondation faite devant deux notaires de Reugny le 22 décembre 1555.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Plaque constituée de deux pierres calcaires gravées, insérées dans un cadre mouluré en pierre de taille à deux compartiments juxtaposés.
    Dimension :
    la 110.0 centimètre
    Catégories :
    taille de pierre
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Launay : château dit château de Launay
    Launay : château dit château de Launay Reugny - Launay - en écart - Cadastre : 1819 D3 946, 947 2009 ZV 103
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    , trésorier de France à Tours, abandonne à ses créanciers la terre, closerie et métairie de Launay. En 1761 , le château est acquis par Guillaume Delamardelle, procureur du roi au Présidial de Tours. Dans la château est acquis par le département de la Seine et transformé en sanatorium. En 1960, la ville de Paris On ignore à quand remonte la première construction du château. En 1701, Jacques Dubois écuyer , conseiller du roi, commissaire ordinaire des guerres, est seigneur de Launay. En 1738, Jean-Baptiste Bugarel seconde moitié du 19e siècle, le château appartient à Edmond Chéhedoux, ancien vice-consul de France au Mexique, puis de 1883 à 1924, à son neveu Victor Lefébure, maire et conseiller général. En 1943, le château d'eau et la salle des machines sont construits en 1888. La serre est également édifiée à la fin du 19e siècle. D'importants aménagements ont été réalisés dans la seconde moitié du 20e siècle lors du changement de fonction du château, de résidence en établissement médical.
    Observation :
    Edifice n'ayant pu être visité lors de l'enquête.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 5. Fonds du château de la Vallière. Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194). contrôles ouverts par le domaine engagé de Reugny contenant les enregistrement faits pendant l'année 1757. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P2. Plan cadastral napoléonien de 1819. Section D3.
    Murs :
    pierre de taille pan de fer
    Description :
    clocheton en ardoise, ceint d'un larmier en pierre de taille. La serre est construite en pan de fer et verre pierre de taille, couvert de deux toits à longs pans et croupes en ardoise. L'étage de comble est éclairé est, et deux petites et une grande sur les pignons nord et sud. L'entrée de la façade Est est encadrée enduit avec chaînes d'angles en pierre de taille, couvert d'un toit en pavillon en tuile plate sommé d'un . Le château d'eau, à base octogonale, est construit en brique et pierre de taille (chaînes d'angles ). Le pavillon d'entrée, en rez-de-chaussée, est également construit en brique et pierre de taille Logis de plan rectangulaire, à un étage carré et étage de comble, construit en moellon enduit et de pilastres cannelés à chapiteaux ioniques. Le pigeonnier, de plan carré, est construit en moellon
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Titre courant :
    Launay : château dit château de Launay
    Annexe :
    par des haies vives et fossés, un bois de futaie de douze à treize arpents à côté de la maison, de Description de Launay en 1738 En 1738, Launay consiste "dans un gros pavillon double, composé de six chambres de maître, tant en haut qu'en bas avec leurs cabinets, salle, salon, garde-meubles , chambres de domestiques, office, cuisine, armoires dans les murs, le tout couvert d'ardoises, une grande , pressoir garni de ses ustensiles et cuves, boulangerie, greniers à blé, étables, toits à porcs, appentis , le tout couvert de tuiles, un colombier à pigeons, un parterre en terrasse planté de buis, par -dessous du parterre, d'environ un arpent, partagé en carré, fermé de haies vives et fossés profonds et l'âge de 50 ans ou environ". Description de Launay en 1756 En 1756, Launay est décrit comme "consistant dans un grand bastiment double couvert d'ardoise distribué par le bas de deux grands vestibulles, deux grandes chambres
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Destinations :
    édifice d'assistance ou de protection sociale
  • Bourg : église paroissiale Saint-Médard (place de Verdun)
    Bourg : église paroissiale Saint-Médard (place de Verdun) Reugny - place de Verdun - en village - Cadastre : 1819 G1 107 2009 G 257
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Un tableau des fondations faites au profit de la cure et de la fabrique de Reugny, conservé aux mur extérieur nord de la nef, ainsi qu'un portail roman sur le mur sud (actuellement dans la sacristie ). Cependant la nef a fait l'objet de modifications comme en témoigne le changement d'appareil dans la partie (d'Orfeuil, de la Madeleine, de la Vallière, de Boissay, de la Côte, Sainte Barbe, de Launay, du Rosaire . La chapelle située au nord de la nef daterait du 13e siècle selon Ranjard ou du 15e siècle selon l'architecte Cornet, dans son rapport de 1889. Chapelle d'Orfeuil, elle devient chapelle de la Vallière après l'achat de ce fief par Jean le Blanc, seigneur de la Vallière, en 1596. Elle est également appelée ensuite chapelle de la Madeleine en raison du tableau du retable figurant Marie-Madeleine, remplacé aujourd'hui par saint Médard. Le 1er juillet 1532, les fabriciers consentent à l'édification de la chapelle que le siècle qui se trouvent au sud de la nef. Les armes de Louis de Lavardin, seigneur de Boissay, de gueules
    Référence documentaire :
    GABEAU, Alfred. Étude sur le marquisat de La Vallière et sur les fiefs qui en dépendent. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1902, t. 13, p. 362-392 et 435-473. Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194). p. 173-174. DEYRES, Marcel. Belles église de Touraine. C.L.D., 1979. RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph TRICOT, Louis. Saint-Médard de Reugny. Notes manuscrites, 48 pages.
    Représentations :
    Les seigneurs de la Vallière avaient droit de litre dehors et dedans, depuis au moins le milieu du sud de la nef. Chacun des chapiteaux des pilastres et des colonnes soutenant les ogives sont décorés sculptée avec un blason à trois fleurs de lys est également placé sur le mur sud de la travée. Dans la crypte, un blason en pierre, représentant un lion léopardé (armes de la famille La Baume le Blanc 17e siècle. Quelques traces de leurs armoiries sont encore visibles sur les murs extérieurs nord et de motifs différents de type corinthien. Six d'entre eux sont ornés d'une lettre (R, C, P, S, A et B ) sans que l'on puisse expliquer leur signification. La plus petite chapelle au sud possède une voûte en pierre avec clé de voûte ornée d'un blason à trois fleurs de lys tenus par deux personnages. Une pierre ) encadré de deux lévriers rampants et surmonté d'un heaume, présente des traces de polychromie. Présence de
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'édifice est construit en moellon enduit et pierre de taille et couvert en ardoise. La façade , surélevée par rapport au niveau de la rue, est précédée d'un escalier droit protégé par un porche en extérieur permet d'accéder à la charpente de la nef et au clocher dont la flèche est torse. Le mur sud la sacristie. Six traces de blasons peints sont encore visibles entre les baies et sur un contrefort sur le mur nord de la nef et une autre presque effacée sur le mur sud. Il s'agit des derniers vestiges de l'ancienne litre seigneuriale. La chapelle nord, couverte d'un toit à longs pans et croupe, est en trois travées couvertes de voûtes d'ogives quadripartites. La croisée du transept est couverte d'une voûte en berceau en pierre de taille. appentis. La nef à vaisseau unique, couverte d'un toit à longs pans à pignons découverts, est renforcée par des contreforts sur les mur nord et ouest. Le mur nord est percé de cinq baies : quatre de ces baies
    Localisation :
    Reugny - place de Verdun - en village - Cadastre : 1819 G1 107 2009 G 257
    Titre courant :
    Bourg : église paroissiale Saint-Médard (place de Verdun)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Projet de restauration de la flèche. Élévation, Cornet, 1890. (Archives départementales d'Indre-et Vue de la chapelle nord et du chevet depuis le nord. IVR24_20123701695NUCA Vue de la chapelle nord, depuis l'ouest. IVR24_20123701692NUCA Détail de la flèche torse. IVR24_20123701689NUCA Détail de la porte, côté ouest. IVR24_20123700641NUC1A Détail d'une ancienne baie, mur nord de la nef. IVR24_20123701697NUCA Ancienne porte, mur sud de la nef. IVR24_20123700643NUC2A Détail des vestiges de la litre seigneuriale sur le mur nord de la nef. IVR24_20123701698NUCA Détail d'une baie et d'un blason peint sur le mur nord de la nef. IVR24_20123701699NUCA Détail du contrefort de la sacristie. IVR24_20123700642NUC2A
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Le Navire" ou "La Navire" (8 rue Voltaire) Reugny - 8 rue Voltaire - en village - Cadastre : 1819 D3 1186 2009 G 1531
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    l'honneur d'un poème éponyme de Marguerite de Navarre, par la propriétaire de l'époque qui utilisa ce nom de Louis XI et aurait servi de maladrerie, puis d'hôpital jusqu'au début du 17e siècle. La cheminée du rez-de-chaussée semble plutôt présenter des caractéristiques de la première moitié du 16e siècle n'a probablement jamais accueilli de poste télégraphique puisque c'est la maison voisine qui fut coteau percé de plusieurs caves troglodytiques et occupée à l'ouest par une petite écurie de la seconde moitié du 19e siècle. L'intérieur de l'édifice a fait l'objet d'importants travaux dans la seconde moitié Maison surnommée "le Navire" en raison de sa forme architecturale particulière ressemblant à pignon sud). Cependant, le nom a été féminisé en "la" Navire dans la seconde moitié du 20e siècle, en . L'édifice, qui sert ensuite de maison d'habitation est décrit, en 1757, comme "de quatre chambres hautes et , jardin en terrasse et vigne". En l'an VII, il est composé de "plusieurs chambres à cheminées hautes et
    Référence documentaire :
    BOURASSE, Jean-Jacques. Promenade à Chançay, Reugny, Noizay et Vernou. Mémoires de la Société TRICOT, Louis. La commune de Reugny de 1795 à 1914. Notes dactylographiées, 1972. Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194). contrôles ouverts par le domaine engagé de Reugny contenant les enregistrement faits pendant l'année 1757. Archéologique de Touraine, 1843-1844, tome II, p. 195-209. TRICOT, Louis. La vie économique, sociale et politique avant la Révolution française dans une
    Représentations :
    La partie centrale de la hotte de la cheminée est occupée par une niche concave, encadrée de pilastres ioniques, surmontée d'un fronton galbé accosté de roses dont le tympan est en forme de coquille
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    avoir été dictée par la topographie. La pierre de taille est utilisée pour l'encadrement des baies et les chaînes d'angles. Un contrefort en moellon, brique et pierre de taille renforce la stabilité de modillons en pierre de taille et brique. Sur la façade ouest, l'étage en brique est interrompu à deux L'édifice comprend un étage de soubassement (ouest), un étage carré et étage de comble, ayant la ), couvert d'un toit à longs pans et croupes en ardoise. La forme particulière de l'édifice ne semble pas , également en pierre, marquent la séparation entre l'étage de soubassement et le rez-de-chaussée. Cependant la façade ouest au rez-de-chaussée, on observe une évacuation de pierre d'évier et une ancienne forme d'un trapèze rectangle, construit en moellon recouvert d'enduit et de crépi et en brique (étage l'édifice dans l'angle nord-ouest. Sur le pignon sud, deux cordons superposés, en forme de doucine droite construit en brique, légèrement en saillie par rapport au reste de l'édifice, repose sur une alternance de
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "Le Navire" ou "La Navire" (8 rue Voltaire)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la baie murée, façade ouest. IVR24_20123700306NUC2A Détail de la canonnière, façade ouest. IVR24_20123700307NUC1A Détail de la cheminée. IVR24_20123700419NUC2A
  • Bourg : maison, ancien bureau de poste (12 rue Voltaire)
    Bourg : maison, ancien bureau de poste (12 rue Voltaire) Reugny - 12 rue Voltaire - en village - Cadastre : 1819 D3 1189, 1190 2009 G 270
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Cet édifice, surnommé la "Grand' Maison", aurait été la demeure du médecin de la maladrerie voisine , la commune y installe un bureau de poste. Il sert aujourd'hui d'habitation particulière. L'édifice . Il est décrit dans un acte de partage de 1734 comme composé de "deux chambres basses, deux chambres actuel date principalement du 17e siècle. Une extension pour servir de chambre de bonne a été ajoutée au
    Référence documentaire :
    BOURASSE, Jean-Jacques. Promenade à Chançay, Reugny, Noizay et Vernou. Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, 1843-1844, tome II, p. 195-209. Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194).
    Description :
    toit brisé à longs pans et croupes. La pierre de taille n'est utilisée que pour les chaînes d'angle et nord de la cour, se trouvent plusieurs caves troglodytiques ayant notamment servi de pressoir cour qui à l'origine était fermée et commune à la maison voisine (14 rue Voltaire) : cette dernière constituait ses dépendances (logis, grange et écurie). L'édifice est à étage de soubassement (côté ouest), rez -de-chaussée et deux étages de comble, construit en moellon enduit ou crépi (pignon sud), couvert d'un l'encadrement des baies. L'extension construite sur poteau pour servir de chambre de bonne est en brique , couverte d'un appentis en ardoise. L'étage de soubassement est occupé par des caves semi-enterrées ayant servi de logement (cheminée, évier, placard). Le logis a conservé sa distribution intérieure grâce à un corridor central et un escalier à balustre desservant les étages. Le premier étage de comble est éclairé par sept lucarnes. La charpente est à fermes et à pannes avec contreventement à un sous-faîtage. Au
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée 2 étages de comble
    Titre courant :
    Bourg : maison, ancien bureau de poste (12 rue Voltaire)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Extension pour servir de chambre de bonne. IVR24_20123700301NUC2A
  • Côte : chapelle
    Côte : chapelle Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 644 2009 YE 997
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    La date de construction de la chapelle n'est pas connue avec certitude, mais l'arpentage général des terres de La Côte réalisé en 1597 indique à cette époque la présence de "deux chapelles". La bâtiment non localisé (pièce du château ou dans un bâtiment de la basse-cour ?) relevant de Rochecorbon . D'après les blasons présents sur les clés de voûtes appartenant aux familles de la Rue et le Fuzelier, la
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 25. Fonds de La Côte Valmer. Éventillement et CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Armorial général de la Touraine. Marseille : Laffitte Reprints, 1978 JEANSON, Denis, SALOME, Raymond. La maison seigneuriale du Val de Loire : sa vie, son économie, ses RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Congrès Archéologique de France, Tours, CVIe RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Rivières tourangelles, La Brenne (sous-affluent de la Loire). Société d'Etude de la Rivière Indre et ses Affluents (SERIA), 2001, n°2, p. 93-96.
    Représentations :
    Le blason "d'azur, au sautoir engrêlé d'or" appartient à la famille de la Rue. Le second blason allie celui de la famille de la Rue et de la famille le Fuzellier "parti au 1, d'azur au sautoir engrêlé d'or, au 2, d'or à la fasce d'azur, à trois chausse-trappes de sable". Une niche concave est ornée
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La chapelle de plan rectangulaire est édifiée à l'extrémité nord de la terrasse du château . Construite en pierre de taille, elle présente un toit à longs pans en ardoise et des pignons découverts. Une corniche en pierre de taille est présente sur le mur gouttereau sud et six contreforts permettent de renforcer la stabilité de l'édifice. Deux baies en tiers point éclairent le chevet plat (pignon est) et le mur gouttereau sud. L'accès à la chapelle s'effectue grâce à une porte à linteau mouluré en anse de composées d'un médaillon ceint d'une couronne végétale accueillant en son centre un blason. La verrière de panier ouverte dans le mur sud. A l'intérieur, l'espace est divisé en deux travées couvertes de voûtes sexpartites dont les retombées d'ogives reposent sur des culots. Les deux clés de voûtes polychromes sont la baie sud a aujourd'hui disparu.
    Localisation :
    Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 644 2009 YE 997
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sud, depuis le jardin. IVR24_20123701785NUCA Vue de la façade sud. IVR24_20123700645NUC2A Détail de la niche. IVR24_20123700646NUC2A Détail d'une clé de voûte avec blason de la famille de la Rue (d'azur, au sautoir engrêlé d'or Détail d'une clé de voûte avec blason alliant celui de la famille de la Rue à celui de la famille le Fuzelier (parti au 1, d'azur au sautoir engrêlé d'or, au 2, d'or à la fasce d'azur, à trois chausse-trappes de sable). IVR24_20123701798NUCA
  • Bourg : maison (7 rue des Alènes)
    Bourg : maison (7 rue des Alènes) Reugny - 7 rue des Alènes - en village - Cadastre : 1819 G1 144 2009 G 294
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    immédiate de l'église, qui faisait partie du noyau médiéval primitif du village. La maison pourrait dater de 1594 comme l'indique une pierre rapportée sur le mur pignon lors de la réfection de ce dernier, datée de 1906. Une troisième inscription est présente sur ce mur : "2 M 1814".
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Maison à un étage carré, construite en moellon recouvert d'un crépi et pierre de taille, couverte d'un toit à longs pans en tuile plate. Le pignon sur rue actuellement en pierre de taille était probablement à l'origine en pan de bois, dont la partie haute serait encore cachée sous des ardoises.
    Dates :
    1594 porte la date 1814 porte la date 1906 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la date portée sur le mur pignon : 1594. IVR24_20123700236NUC1A Détail de la date portée sur le mur pignon : 1906. IVR24_20123700237NUC1A
  • Bourg : maison (6 rue Nationale)
    Bourg : maison (6 rue Nationale) Reugny - 6 rue Nationale - en village - Cadastre : 1819 G1 310 2009 G 1528
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Représentations :
    d'une corniche à modillons carrés, en pierre de taille sculptée. L'entablement dorique se compose d'une frise, alternant métopes ornées de patères et triglyphes, et
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    et pierre de taille (façade antérieure), couverte d'un toit à longs pans et croupes recouvert taille structurent la façade, elle aussi en pierre. Les encadrements des baies, également en pierre, sont ) d'origine. La maison construite en retrait de la rue est séparée de celle-ci par un mur surmonté d'une adossée au nord de la maison. Maison à rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et étage de comble, construite en moellon enduit d'ardoise, comprenant trois travées. Des chaînes d'angle en forme de pilastres et deux cordons en pierre de décorés de moulures. Les baies semblent avoir conservé leurs gardes-corps et leurs persiennes (étage
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail d'une fenêtre de l'étage et du décor de l'entablement. IVR24_20123700275NUC1A
  • Bourg : presbytère, actuellement maison (6 rue Voltaire)
    Bourg : presbytère, actuellement maison (6 rue Voltaire) Reugny - 6 rue Voltaire - en village - Cadastre : 1819 G1 101 2009 G 263
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    de presbytère. Une pierre portant la date "1703" et les initiales "PL", placée à l'envers sur un la possession de la commune en 1907. En 1909, la commune s'en sépare au profit de Gaudron, acquéreur L'édifice dont la première pierre fut posée le 15 mars 1736, par le curé Nicolas Pommier, fut construit pour servir de presbytère. Il est situé à l'emplacement d'un édifice plus ancien et servant déjà pignon, témoigne d'un remploi. La mairie s'y établit en l'an VIII, mais il est si délabré deux ans plus tard que l'on préfère ne plus s'y réunir. L'édifice est de nouveau utilisé comme presbytère à partir de l'an XI, et fait l'objet de plusieurs campagnes de restauration au 19e siècle (1816, 1823, 1879 pour le compte de l'abbé Jules Badier, curé de l'époque. L'édifice n'est plus utilisé comme presbytère
    Référence documentaire :
    TRICOT, Louis. La commune de Reugny sous la Révolution. RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. Joseph Floch TRICOT, Louis. Saint-Médard de Reugny. Notes manuscrites, 48 pages.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La maison construite en pierre de taille présente un rez-de-chaussée surélevé surmonté d'un étage triangulaire. L'ensemble de l'édifice est couronné d'une corniche en pierre de taille. L'entrée de la cour est comble est éclairé par deux petites lucarnes à fronton cintré. La composition de la façade est symétrique fermée par un portail à deux vantaux surmonté d'une croix en fer, témoignant de la fonction d'origine de de comble. Le toit à longs pans et croupes en tuile plate forme un léger égout retroussé. L'étage de . Au centre, la porte en plein cintre s'inscrit dans un léger avant-corps surmonté d'un fronton
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan du presbytère et de ses dépendances, Beaumel, 1908. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Détail de l'avant-corps. IVR24_20123700296NUC1A
  • Côte : pigeonnier
    Côte : pigeonnier Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 639 2009 YE 483
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    L'édifice remonte au moins au 16e siècle, une fuie étant déjà mentionnée dans l'arpentage de 1597.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 72. Fonds de La Côte Valmer. Terre de La Côte. JEANSON, Denis, SALOME, Raymond. La maison seigneuriale du Val de Loire : sa vie, son économie, ses RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Congrès Archéologique de France, Tours, CVIe RANJARD, Robert. Le château de la Côte à Reugny. Rivières tourangelles, La Brenne (sous-affluent de la Loire). Société d'Etude de la Rivière Indre et ses Affluents (SERIA), 2001, n°2, p. 93-96.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Pigeonnier circulaire construit en pierre de taille et recouvert d'un toit hexagonal en ardoise . L'ensemble est ceinturé d'un larmier et couronné d'une corniche en pierre de taille. L'accès au pigeonnier se fait depuis la terrasse grâce à une petite porte. A l'intérieur, son échelle tournante a été enlevée mais 1120 trous de boulins en pierre ont été conservés.
    Localisation :
    Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 639 2009 YE 483
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Boissay : ferme
    Boissay : ferme Reugny - Boissay - en écart - Cadastre : 1819 D3 811, 812 2009 ZW 132
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Bourot en 1372, puis à Robert de Vendômois au début du 15e siècle. A partir de 1414, il est détenu par la famille de Lavardin, qui le conserve jusqu'à la fin du 16e siècle. Dans la première moitié du 17e siècle , Boissay appartient à la famille de Préaux. Le fief est acquis en 1633 par Jean le Blanc, seigneur de La Vallière (Reugny). A partir de cette date, ses propriétaires successifs sont également propriétaires de La ". Cependant des vestiges ont été conservés jusqu'en 1774, date à laquelle la duchesse de La Vallière donne dite écurie ; tous les bâtiments de cette métairie sont construits en moellons et pierres de taille et et une écurie date lui aussi probablement du 17e siècle. La chapelle troglodytique date de la napoléonien au nord du ravin, a été détruite, et deux pans de ses murs ont en partie été réutilisés pour la de maison. Le premier seigneur connu est Guido de Boissay en 1101. Le fief appartient à Haliquan de matériaux ont servi aux réparations des moulins et métairies, il reste à présent la maison du métayer, deux
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 7. Fonds du château de La Vallière. Consistance du domaine de La Vallière. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 18. Fonds du château de La Vallière. Consistance du Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 50. Fonds du château de La Vallière. Mouvance. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 141. Fonds du château de La Vallière. Gestion. GABEAU, Alfred. Étude sur le marquisat de La Vallière et sur les fiefs qui en dépendent. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1902, t. 13, p. 362-392 et 435-473. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 65 J 7. Fonds du château de La Vallière. Consistance du domaine de La Vallière. domaine de Boissay.
    Représentations :
    L'entrée de la chapelle est encadrée de pilastres surmontés de chapiteaux décorés de motifs floraux
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    couverte d'une voûte en coquille est présente sur le mur sud. La pierre de taille n'est utilisée sur de la cour, un bâtiment construit en moellon enduit et couvert d'un toit à longs pans en tuile plate accueille une grange et une écurie. Une partie de la façade ouest de la grange possède une corniche en pierre de taille partiellement coupée pour permettre l'ouverture d'une porte disparue. Elle porte également la trace d'une ancienne porte disparue et de plusieurs petites baies dont certaines sont renforcées pour certaines d'entre elles par des piliers en pierre de taille. L'ancienne écurie est surmontée de la cour et adossé au coteau se trouve un bâtiment servant autrefois de chai, construit en moellon troglodytique. Le coteau est également creusé de cinq caves dont deux possédaient une cheminée. La chapelle chapelle est couverte d'une voûte en berceau en pierre de taille. Des traces de peintures murales très Le logis en rez-de-chaussée et étage de comble est construit en moellon enduit et couvert d'un toit
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Estimatif des bâtiments de la terre de la Vallière. Plan non daté (début 19e siècle). (Archives Détail de l'entrée de la chapelle troglodytique. IVR24_20123700284NUC2A Détail du fronton à coquille de la porte de la chapelle. IVR24_20123700285NUC2A Détail d'un chapiteau de l'entrée de la chapelle. IVR24_20123700286NUC2A Détail d'un vestige de console, mur nord de la chapelle. IVR24_20123700287NUC2A Détail d'une niche, mur nord de la chapelle. IVR24_20123700288NUC2A Détail d'une niche à coquille, mur sud de la chapelle. IVR24_20123700289NUC2A Détail d'une ancienne baie chanfreinée de la grange. IVR24_20123700293NUC2A Détail des vestiges de l'escalier, pignon nord de la grange. IVR24_20163702330NUCA Détail de la trompe de l'ancien escalier ornée d'une coquille. IVR24_20163702331NUCA
  • Bourg : école (1-3 rue Bretonneau)
    Bourg : école (1-3 rue Bretonneau) Reugny - 1-3 rue Bretonneau - en village - Cadastre : 2009 G 554, 555, 1355
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    En 1882, le maire demande au conseil municipal de réfléchir à la création d'une classe enfantine , architecte à Tours, est approuvé par le conseil municipal en janvier 1883, ainsi que la promesse de vente d'un terrain. Une maison située près de la poste est louée par la municipalité à partir de 1884, afin de pouvoir ouvrir cette classe enfantine sans attendre la fin des travaux de construction. Un nouveau projet pour une école de 60 enfants est proposé par Raffet et accepté par la municipalité en 1886. Les 1902, devant l'augmentation de la population scolaire, la municipalité propose que la classe des filles l'école de filles à deux classes grâce à quelques travaux : transformation du préau de la classe enfantine projet prévoyant la création de deux préaux fermés aux écoles de garçons et de filles est abandonné à cause de la guerre. En 1936, un projet prévoyant la construction d'un groupe scolaire unique et d'une la guerre. En 1957, une troisième classe de filles est ouverte grâce à la construction d'un bâtiment
    Référence documentaire :
    TRICOT, Louis. La commune de Reugny de 1795 à 1914. Notes dactylographiées, 1972. Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194).
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    d'équerre, de part et d'autre du bâtiment central. La pierre de taille est utilisée pour l'encadrement des L'édifice est en rez-de-chaussée, de plan rectangulaire, construit en moellon crépi, couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Deux ailes de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée et étage de comble , elles aussi en moellon crépi et couvertes de toits à longs pans en ardoise, sont placées en retour
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de construction d'une école enfantine (non réalisé). Élévation de la façade sur rue, Raffet Projet de construction d'une école enfantine (non réalisé). Élévation de la façade sur cour, Raffet Projet de construction d'une école enfantine (non réalisé). Plan de la salle de classe, Raffet Projet de construction d'une école enfantine. Élévation de la façade sur rue, Raffet, 1886 Projet de construction d'une deuxième classe et d'un logement à l'école enfantine, élévation de la Projet de construction d'une classe. Élévation de la façade, Barthélémy et Chalumeau, 1957 Projet de construction d'une école enfantine (non réalisé). Coupe transversale, Raffet, 1882 Projet de construction d'une école enfantine (non réalisé). Plan des fondations, Raffet, 1882 Projet de construction d'une école enfantine (non réalisé). Plan du rez-de-chaussée, Raffet, 1882 Projet de construction d'une école enfantine (non réalisé). Plan de l'étage, Raffet, 1882