Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 30 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tuilerie : maison de notable
    Tuilerie : maison de notable Thiron-Gardais - La Tuilerie - isolé - Cadastre : 1814 A2 148 2014 ZN 20
    Observation :
    Atypique à Thiron-Gardais, cette maison de notable, implantée sur un point haut dominant le paysage et un parc arboré, est construite dans le style régionaliste normand (demi-croupe débordante, faux
    Description :
    Situé à l'ouest du bourg, la maison est construite le long de la route départementale 368. Elle comprend trois corps de bâtiments : - De plan en "L", le corps central (principal) s'élève sur deux à trois à manger. Les chambres se situent sous le comble (à surcroît au niveau de l'aile sud-ouest, sous rampant à l'est). - Le corps ouest est en rez-de-chaussée légèrement surélevé. - Le corps nord-est sert de le comble. Les encadrements des baies sont également en parpaing. Les toits sont à longs pans et à plate. Des épis de faîtage (récents) ornent le toit.
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20172800201NUCA Vue rapprochée depuis le sud-est. IVR24_20172800202NUCA Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20172800203NUCA
  • Chalopinière : ferme
    Chalopinière : ferme Thiron-Gardais - La Chalopinière - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZM 28
    Historique :
    Cette ancienne ferme date - pour sa partie la plus ancienne, le logis - de la fin du 16e siècle propriétaire. Le plancher de l'étage (poutre maîtresse et solivage) date des années 1732-1733 (date d’abattage des arbres en automne-hiver 1731-1732). Pioeron de Mondésir est probablement le commanditaire des bâtiments d'exploitation (la grange, détruite après 1950, et le bâtiment secondaire). La charpente du comble du 19e siècle, deux nouvelles dépendances (une remise et une écurie) sont construites, encadrant le
    Observation :
    Le logis de cette ferme - tout à fait singulier car à étage avec une élévation en pan de bois architecturales de la classe paysanne du secteur. Le receveur de la régie du roi y a vécu, sans pour autant que le
    Description :
    ) : - Le bâtiment principal comprend trois corps de bâtiments alignés : une ancienne écurie, le logis et bâtiment. Le logis s'élève sur trois niveaux : le rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. Placé à l'angle sud-est du logis, un escalier dans-oeuvre à vis en bois dessert ces trois niveaux. Le rez-de comme le montrent les marquages de charpentier au niveau des assemblages. Le cloisonnement en pan de pierre de taille calcaire, ainsi qu'une porte (celle de la garde-robe) de style Renaissance. Sous le pierres de grès. Les murs sont en moellons de silex et de grès, tout comme ceux de l'ancienne écurie. - Le à porcs en appentis sont placés contre le pignon ouest. Les murs sont en moellons de silex, de
    Illustration :
    Bâtiment principal, Vue générale depuis le sud. IVR24_20142800381NUC2A Partie logis, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800382NUC2A Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20172800204NUCA Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20172800205NUCA Intérieur, vue de l'escalier à vis en bois depuis le comble. IVR24_20142800390NUC2A Bâtiment secondaire, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800392NUC2A
  • Bourg : église abbatiale de la Sainte-Trinité, actuellement église paroissiale de la Sainte-Trinité
    Bourg : église abbatiale de la Sainte-Trinité, actuellement église paroissiale de la Sainte-Trinité Thiron-Gardais - Bourg - rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 Non cadastré 2014 AB 65
    Historique :
    ) - comme le montrent notamment les baies et baies géminées romanes. L'édifice comprenait alors une longue semble dater de cette période (seconde moitié 15e siècle). Le choeur gothique - détruit par la suite - date également de cette époque. Les stalles des moines qui le meublaient (actuellement réparties de congrégation de Saint-Maur s'installent dans le monastère. Parmi leur impact sur les bâtiments, l'on retiendra siècle. Le choeur gothique, dont le plomb qui protégeait les voûtes avait disparu, volé durant la lieu : pavage et toiture en 1858 (réalisés par MM. Chevon-Gonellier et Jules Vallet fils, de Nogent-le
    Observation :
    ). L'église, dont le mur nord était à l'origine étayé par le cloître détruit à la Révolution, est très menacée . Malgré le renforcement par une structure en bois sur dalle bétonnée, le mur nord continue à ployer sensiblement sous le poids de la charpente et de la couverture de l'édifice. Un important projet en cours de
    Description :
    -Denis-d'Authou) donne accès au portail de l'édifice situé sur le pignon ouest. Le portail conserve des niveau supérieur, le pignon ouest - à l'origine découvert (qui conserve des vestiges de pierre de taille . Le mur de clôture nord conserve d'ailleurs des pierres sculptées (frises ou autres) provenant moines placées de part en d'autre de la nef. Elles meublaient initialement le choeur qui en s'effondrant le dernier niveau d'élévation. Couvert d'un lanternon, le toit est en ardoise. Les murs sont en
    Illustration :
    Gravure de l'abbaye réalisée par le prieur Dom Huet en 1780. IVR24_20142800518NUC2A Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800130NUC4A Vue générale depuis le nord. IVR24_20142800521NUC2A Vue générale depuis le jardin du collège militiare, à l'est. IVR24_20142800450NUC4A Vue rapprochée depuis le nord. IVR24_20142800522NUC2A Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20142800523NUC2A Vue rapprochée depuis le nord-est. IVR24_20142800524NUC2A Vue partielle depuis le sud-ouest. IVR24_20142800466NUC4A Élévation ouest, culot sculpté portant le chambranle d'une baie obstruée. IVR24_20142800528NUC2A Élévation nord, détail de pierres scuptées remployées dans le mur obstruant le passage vers
  • Bourg de Thiron-Gardais
    Bourg de Thiron-Gardais Thiron-Gardais - Bourg - isolé
    Historique :
    Le bourg de Thiron s'est développé autour de l'abbaye de la Sainte-Trinité. À partir du 12e siècle pêcheries). Jusqu'au 17e siècle, le bourg se limite aux bâtiments de l'abbaye : l'église, les bâtiments d'enseignement classique. Le développement du collège au 17e siècle et tout au long du 18e siècle implique un essor important du bourg avec l'ouverture d'auberges (l'auberge du Cheval Blanc, au n°1 rue de l'Étang national. Tout au long du 19e siècle, le bourg s'étoffe le long des axes de communication : vers le sud facilite le transport de voyageurs et de marchandises : exportation du sable des carrières situées à reconstruction plus à l'est), la mairie, la justice de paix et le bureau de poste (situés dans une maison au n°5 les années 1860-1870 dans le bourg ancien, au sud de l'abbaye. En 1882, le bourg compte de nombreux , le bourg ne s'accroît pas (ou peu). En 1949, ces limites spatiales sont identiques à celles du début du siècle comme le montre la vue aérienne. Tout au long de la seconde moitié du 20e siècle, le bourg
    Illustration :
    Plan du bourg réalisé par l'ingénieur ordinaire en 1897 (dans le cadre des enquêtes parcellaires du Partie est du bourg (les écoles et l'hôpital), vue depuis le clocher de l'église (carte postale Partie nord-ouest du bourg, vue depuis le clocher de l'église (carte postale vers 1920 - collection Rue de l'Étang, vue depuis le nord (carte postale vers 1920 - collection particulière Victor Provôt Rue Alfred Chasseriaud, vue vers le nord (carte postale début 20e siècle - collection particulière Vue du clocher de l'église vers le sud - ferme de la Motte en arrière plan (carte postale vers 1920 Vue lointaine du bourg depuis le nord-ouest. IVR24_20142800593NUC2A Rue Alfred Chasseriaud, vue vers le nord-est. IVR24_20142800575NUC2A Place du Marché et rue de l'Étang, vue depuis le sud. IVR24_20142800586NUC2A
  • Plessis : ferme
    Plessis : ferme Thiron-Gardais - Le Plessis - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZK 27
    Historique :
    Le Plessis est signalé une première fois en 1666 comme métairie dépendant de la seigneurie de Panet . En 1759, le Plessis appartient à la seigneurie de Gardais et figure sur le plan géométrique réalisé de chasse. Si plusieurs dépendances et la maison de maître figurent sur le plan de Canuël (formant la cour ouverte carrée), le bâtiment principal de la ferme ainsi que la grange n'y sont pas. Ils ont été construits avant 1814 - date du cadastre ancien sur lequel ils apparaissent - pour le bâtiment principal et la maison de maître qui forment une cour carrée. Au début du 20e siècle, le bâtiment principal a
    Description :
    nord, le bâtiment principal abrite le logis (salle, chambre et cellier) ainsi que plusieurs dépendances dont une écurie, une laiterie et un toit à porc. Un appentis, placé contre le mur est du bâtiment, est par la cheminée de la salle) et le toit à porcs. Les vestiges d'un évier (en pierre à l'origine placé contre le pignon ouest donne accès au comble à usage de grenier. - A l'ouest, un bâtiment sert
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Plessis - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZK 27
    Illustration :
    Vue générale du bâtiment principal depuis le sud-est. IVR24_20142800243NUC2A bâtiment principal, Vue de détail de l'escalier extérieur desservant le comble Etables, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20142800248NUC2A
  • Bois Margot : ferme, actuellement maison
    Bois Margot : ferme, actuellement maison Thiron-Gardais - Le Bois Margot - isolé - Cadastre : 1814 B3 411 2013 ZI 31
    Historique :
    ). Dans la seconde moitié du 20e siècle, suite à l'abandon de l'exploitation agricole, le bâtiment
    Description :
    Cette ancienne ferme comprend deux bâtiments disposés en "L" et qui s’ouvrent sur une cour. - Le escalier extérieur, placé sur le pignon nord-est, donne accès à la porte d'entrée de la cave voûtée. La la cheminée de la salle. - Le bâtiment d'exploitation est perpendiculaire au logis. À l'état de et de chaînage. Le toit du logis, interrompu par une lucarne pendante, sont à longs pans couverts en
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Bois Margot - isolé - Cadastre : 1814 B3 411 2013 ZI 31
    Illustration :
    Logis, vue générale depuis le sud. IVR24_20142800316NUC2A
  • Bourg : officialité puis presbytère
    Bourg : officialité puis presbytère Thiron-Gardais - Bourg - 14 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 39 2013 AB 63
    Historique :
    , mais présent en plan sur le Monasticon gallicanum, atlas du 18e siècle présentant les plans des par un juge ecclésiastique, l'official, auquel l'abbé déléguait le droit de rendre la justice dans le monastère). Au 18e siècle, le corps de bâtiment abrite la demeure du Père prieur et directeur du collège . Suite à la Révolution, l'édifice devient le presbytère de la paroisse de Thiron. Dans les années 1835 -d'Authou) d'en dresser les plans et devis estimatif. Le projet ne verra pas le jour.
    Observation :
    Par son histoire assez bien connue, son rôle essentiel dans l'organisation monastique et le décor
    Description :
    entre l'église et le cloître. L'ancienne porte d'accès au cloître (obstruée mais visible sur le pignon est) a été englobée dans le corps de bâtiment suite à sa construction. Un vestibule d'accès a donc été d'un étage de comble servant de grenier. Le plan de 1835 donne des renseignements quant à la encadrements d'ouvertures, le bandeau et la corniche moulurée sont en pierre de taille calcaire. Les chaînages de taille de grès (roussard). Le toit à longs pans brisés et à croupe brisée est couvert en tuile
    Illustration :
    Vue de situation depuis le sud-ouest. IVR24_20142800409NUC2A Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20142800410NUC2A
  • Maisons et fermes à Thiron-Gardais
    Maisons et fermes à Thiron-Gardais Thiron-Gardais
    Texte libre :
    marchands ou des artisans, profitant de l’effervescence occasionnée par le monastère pour commercer. De pan de bois, etc. Le logis de la ferme de la Chalopinière a fait l’objet d’une analyse modifications durant cette période (surtout la seconde moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle) à trentaine de lieux-dits : le bourg, trois hameaux (Coudelée, le Plessis et les Sècheraies) et plus de 25 " simple : un bâtiment rectangulaire abritant sous un même toit le logis et les dépendances. C’est le cas répartissent de manière plus ou moins ordonnée : 4 ont des bâtiments en vis-à-vis (qui se font face). C’est le cas notamment à la Morlière. 8 ont des bâtiments en "L" (le Bois Margot, la Bougardière), 7 ont des ". L’exemple du Plessis est très représentatif : au nord de la cour se trouve le bâtiment principal dont la façade est orientée au sud et qui abrite sous un même toit le logis (salle et chambre) et des dépendances distribution, la majorité des maisons sont à 2 pièces (par niveau dans le cas de maisons à étage) généralement
  • Gâtine : moulin et ferme
    Gâtine : moulin et ferme Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013 ZD 32, 33, 34, 35
    Historique :
    Sous l'Ancien régime, le Moulin de la Gâtine dépend de la seigneurie de Thiron. Les bâtiments les plus anciens semblent remonter au 18e siècle, période de reconstruction du moulin, comme le montrent d'une inscription, probablement celle du commanditaire, en partie effacée). En 1814, le lieu-dit appartient à la famille Taulé et comprend le moulin et une maison (probablement un logis de ferme avec moulin. Elle sera transformée en dépendance à la fin du 19e siècle. Le moulin est très remanié en 1886
    Description :
    Le moulin et la ferme comprennent quatre bâtiments : - Situé au nord, le bâtiment où se trouve le moulin abrite également le logis du meunier et un fournil. La roue du moulin, disparue, était placée contre le pignon est. Une chute d'eau d'environ 2 mètres alimentée par un bief dérivé de la rivière de la THEILL À NOGENT-LE-ROTROU" indiquant leur provenance. La cheminée du logis a été détruite, celle du aucune trace ne subsiste (plus de cheminée, ni de souche, ni même de conduit). - Plus au sud se trouve le porcs, un cellier, cinq étables et/ou écuries et une grange. Le corps central (qui abrite les cinq étables et/ou écuries) semble être le plus ancien. Sa charpente repose sur des poteaux de bois isolés du probablement la date de construction (18e siècle) et le nom du maître d’œuvre ou celui du maître d'ouvrage. La bâtiment d'exploitation, au sud-ouest de l'ensemble, se situe le bâtiment principal de la ferme abritant le
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013
    Illustration :
    Moulin, vue générale depuis le sud. IVR24_20142800328NUC2A Moulin, vue générale depuis le nord. IVR24_20142800331NUC2A Vue générale du bâtiment d'exploitation depuis le nord-ouest. IVR24_20142800336NUC2A Bâtiment de ferme avec logis (face au précédent bâtiment), vue depuis le nord
  • Bourg : collège d'enseignement classique puis école royale militaire, actuellement demeure
    Bourg : collège d'enseignement classique puis école royale militaire, actuellement demeure Thiron-Gardais - Bourg - 12 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 24, 28 2014 AB 67, 68, 70
    Historique :
    monastère, décident d'ouvrir un collège d'enseignement classique. Ils installent l'établissement dans le , comprenant le collège. Ces projets ambitieux (concernant le collège : grand bâtiment de plan carré) ne verront pas le jour. Le collège est pourtant reconstruit dans la première moitié du 18e siècle classes. Le 24 août 1776, par décret du roi Louis XVI, l'établissement devient également école royale du 19e siècle, le bâtiment de classes est converti en dépendances agricoles (écuries, remises
    Observation :
    la française clos au nord par le mur d'enceinte de l'abbaye sur lequel est venu s'adosser en 1889 une
    Référence documentaire :
    CARBONNIER, Youri. L’abbaye et le collège de Tiron au XVIIe siècle : état et projets au début de
    Description :
    Situé au sud-est de l'église abbatiale, le collège comprend deux bâtiments principaux organisés de plan en "L", le corps de logis s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. - Face au premier bâtiment, de l'autre côté de la cour au sud, se situe le bâtiment des classes classes et le chauffoir, un étage de comble où s'étendait une grande salle d'étude et la chambre du surmontées de frontons triangulaires en brique. - Le dernier bâtiment, situé au nord-est de l'ensemble, est de calcaire, de grès roussard et de silex couverts d'un enduit à pierre vue. Concernant le corps de logis, le soubassement des murs est en pierre de taille de grès roussard. Les encadrements d'ouvertures
    Illustration :
    Corps de logis, aile nord-ouest, vu depuis le sud (carte postale, début 20e siècle - collection Corps de logis, vue générale depuis le nord-est (état en 1999). IVR24_20142800505NUC2A Bâtiment de classes, vue partielle depuis le nord (état en 1999). IVR24_20142800507NUC2A Corps de logis, intérieur, vue de l'escalier depuis le rez-de-chaussée. IVR24_20142800455NUC4A Corps de logis, intérieur, vue de l'escalier depuis le palier intermédiaire (rez-de-chaussée Serre, vue générale depuis le sud. IVR24_20142800451NUC4A
  • Bourg : monument aux morts
    Bourg : monument aux morts Thiron-Gardais - Bourg - Rue de Gardais - en village
    Historique :
    En 1920, Émile Jouvet, entrepreneur à La Loupe, dresse le plan du futur monument commémoratif de la première guerre mondiale. D'après le contrat de gré à gré passé le 20 janvier 1923 entre M. le maire de Thiron et M. Jouvet, le monument sera réalisé en grès de Saint-Denis-d'Authou pour la somme de 3 000 francs. Le monument aux morts est érigé peu de temps après, probablement la même année.
    Description :
    Le monument aux morts se situe au carrefour des rues de Gardais et des Tilleuls, face à l'ancienne soldats morts pour la France. Une palme orne la partie sommitale de la stèle. Le soubassement est en
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20142800252NUC2A Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800253NUC2A
  • Bourg : gare
    Bourg : gare Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 ZB 180, 182
    Historique :
    ). Si la ligne de voyageurs s'arrête en 1936 (reprise par un service d'autobus), le service marchandise
    Référence documentaire :
    LECOMTE, Jacky. Le Perche de gare en gare. (Collection Mémoire en Images). Saint-Cyr-sur-Loire
    Description :
    Située au nord du bourg, la gare de Thiron-Gardais comprend quatre bâtiments : - Le bâtiment principal abrite, au rez-de-chaussée, le hall à marchandise, le bureau du chef de gare et la salle d'attente bureau et atelier). Les murs sont en moellons de grès en gros appareils jointoyés pour le soubassement et œuvre en soubassement des chaînages d'angle et en bandeau de séparation entre le soubassement et
    Illustration :
    Vue générale de la gare depuis le nord-est (carte postale, 1er quart 20e siècle Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20142800280NUC2A Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800282NUC2A Lampisterie et toilette, vue depuis le nord-est. IVR24_20142800285NUC2A Station de pompage, vue depuis le nord. IVR24_20142800286NUC2A Bureau de maintenance, vue depuis le sud. IVR24_20142800287NUC2A
  • Bourg : grange aux dîmes, actuellement domaine de l'abbaye
    Bourg : grange aux dîmes, actuellement domaine de l'abbaye Thiron-Gardais - Bourg - 18 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B2 137 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 24
    Historique :
    La structure de la grange aux dîmes remonte à la fin du 15e siècle comme le montre la datation par époque, le bâtiment, de plan rectangulaire, était plus large que l'édifice actuel. Il était flanqué d'un dîme, le produit d'un impôt en nature (céréales ou autre) perçue par les moines. En 1791, la grange aux dîmes, à l'instar des bâtiments de l'abbaye, est vendue comme Bien national. En 2006, le bâtiment est
    Référence documentaire :
    SCHEFFER, Marie-Eve. La grange de l’abbaye de Thiron-Gardais. Fascicule réalisé par l’INRAP et le
    Description :
    La grange aux dîmes se situe au nord de l'enclos abbatial. De plan rectangulaire, le bâtiment s'appuie au nord sur un mur de clôture pré-existant. Un caniveau intérieur aménagé derrière le mur le , faux-entrait et aisseliers. Des jambettes lient l'entrait aux piliers de section carrée. Le bas-côté charretières. Un bandeau composé de trois rangs de brique sépare le rez-de-chaussée de l'étage carré. La rang de brique en encorbellement. Le toit à longs pans est couvert en tuile plate.
    Illustration :
    Vue de situation depuis le sud-est. IVR24_20142800401NUC2A Vue générale depuis le sud. IVR24_20142800131NUC4A
  • Présentation de la commune de Thiron-Gardais
    Présentation de la commune de Thiron-Gardais Thiron-Gardais
    Historique :
    Aucun vestige archéologique antérieur au 12e siècle n'a été découvert sur le territoire communal moines ont façonné le paysage (et valorisé ce territoire initialement marécageux) en levant des digues , créant des retenues d’eau. L’abbaye est également à l’origine du développement du bourg, favorisant le ), "les Brosses" (broussailles) ou "le Bois Brulé". D’autres fermes, en dehors de la paroisse de Thiron , dépendent de l’abbaye comme celles de Coudelée, le Bois-aux-Clercs et la Vallée. Si la partie ouest du "champarteresse" - servait de lieu de stockage pour les gerbes et le bois provenant du droit de Champart, une est réunie à celle de Thiron et le conseil de fabrique de l'église de Gardais décide en 1806 de cabinet d’huissier, de bureaux de perception et de bienfaisance. Le bourg se développe dans la seconde s’agrandir. Tout au long du 20e siècle le bourg s’accroît avec la création de nouveaux lotissements au sud en lien avec le développement industriel du secteur. Les deux moulins présents sur la commune possèdent
    Référence documentaire :
    CARBONNIER, Youri. L’abbaye et le collège de Tiron au XVIIe siècle : état et projets au début de FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire p.83-90 LECOMTE, Jacky. Le Perche de gare en gare. (Collection Mémoire en Images). Saint-Cyr-sur MAILLARD, Florent. Synthèse communale sur le patrimoine bâti de Thiron-Gardais. PNR Perche, 2014, 8 PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre SCHEFFER, Marie-Eve. La grange de l’abbaye de Thiron-Gardais. Fascicule réalisé par l’INRAP et le
    Description :
    recensement de 2011, 1084 habitants. Le plateau céréalier sur lequel elle se situe est occupé essentiellement par des champs cultivés, des bosquets et des étangs. La rivière de la Thironne le sillonne d’ouest en est. L'habitat est dispersé : la commune compte une trentaine de lieux-dits dont le bourg, trois hameaux (Coudelée, le Plessis et les Sècheraies) et plus de 25 fermes isolées et moulins. De nombreuses fermes ont changé de destination et ont été converties en maisons. Plusieurs fermes (Le Bois Margot, la Bougarderie, la Chalopinière, Pinodier, le Plessis), le Moulin de la Gâtine, Moulin Trouvé et le Bourg
    Illustration :
    Vue de la partie est du bourg depuis le clocher de l’église abbatiale (carte postale - 1908 Le bourg, vue de la ruelle des Jardins. IVR24_20142800614NUC2A
  • Bourg : hôpital cantonal, actuellement maison de retraite
    Bourg : hôpital cantonal, actuellement maison de retraite Thiron-Gardais - Bourg - 8 Rue des Tilleuls - en village - Cadastre : 2014 AB 143
    Historique :
    défunte, Émile Labiche, alors président du Conseil Général d'Eure-et-Loir. Le département constitue en Thiron, le terrain est vendu par M. Pioeron de Mondésir dans les années 1880 et la construction de certainement le même qui a fait construire les autres hôpitaux cantonaux au vue des similarités de plan entre
    Description :
    Situé à l'est du bourg, face à la mairie, l'hôpital cantonal comprend trois bâtiments dont le plus ancien à l'ouest. Ce dernier se développe sur sept corps de bâtiments (dont deux plus modernes). Le plan surmonté d'un étage carré et d'un comble, le bâtiment originel présente un corps central et des corps ). Par la suite, il a été rehaussé d'un demi-niveau, le balcon du corps central a été supprimé (au profit
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-est (carte postale, 1er quart 20e siècle). IVR24_20142800302NUC1A Vue générale depuis le nord (état en 2014). IVR24_20142800303NUC2A Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800305NUC2A
  • Pinodier : ferme
    Pinodier : ferme Thiron-Gardais - Pinodier - isolé - Cadastre : 1814 A1 70, 71, 73 2013 ZA 30
    Historique :
    - notamment le logis qui conserve une lucarne en bois d'origine, la probable bergerie ainsi que la structure celle d'un toit à porcs accolé à la grange-étable. Le logis est modifié dans les années 1920 - 1930
    Description :
    La ferme comprend quatre bâtiments organisés autour d'une cour ouverte : - Au nord-ouest, le logis pendante à la capucine - dont le linteau sculpté en bois cintré conserve son décor géométrique - permet
    Illustration :
    Grange-étable et toit à porcs, vue depuis le sud-ouest. IVR24_20142800260NUC2A Bergerie (?), vue générale depuis le nord. IVR24_20142800261NUC2A Bergerie (?), vue générale depuis le sud. IVR24_20142800263NUC2A Remise et écurie, vue depuis le nord-est. IVR24_20142800265NUC2A Écurie, vue depuis le sud-est. IVR24_20142800266NUC2A
  • Bourg : lavoir
    Bourg : lavoir Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 AB 103
    Historique :
    En 1900, la municipalité charge Arthur Joseph Proust, architecte à Nogent-le-Rotrou, de dresser les en haut du pignon est) par Louis Maury, entrepreneur de travaux à Nogent-le-Rotrou pour la somme de 3 055,63 francs. Au troisième quart du 20e siècle, le lavoir est remanié : suppression de la porte en façade nord, percement de la nouvelle porte sur le pignon est et fermeture de la partie ouverte sur la
    Description :
    Le lavoir communal se situe au bord de la rivière de la Thironne, le long de l'Avenue de la Gare et les ouvertures sont cimentées. Le toit est à longs pans couvert en tuile plate ancienne.
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-est (état en 2014). IVR24_20142800398NUC2A
  • Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité
    Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité Thiron-Gardais - Bourg - en village
    Historique :
    mise par écrit par un de ses contemporains, Geoffroy le Gros, cédant aux instances de l'évêque de -Denis de Nogent-le-Rotrou font pression sur les Rotrou pour récupérer la dîme des terres qu'occupait la fondation de son abbaye. La construction de l'église romane, vraisemblablement le premier édifice suivante : "Ici repose le vénérable père J.C., de bonne mémoire, Jean de Chartres, 15e abbé de cette église lui qui quitta ce monde le dernier jour de septembre de l'an du seigneur 1297". En 1428, les troupes font reconstruire le choeur de l'église dans le style gothique. La grange aux dîmes ainsi que le dendrochronologie : entre 1492 et 1498 pour la grange dîmière, en 1496 pour le colombier). Tout au long du 16e Ronsard, frère du poète (1563-1575) ; le cardinal de Birague (1578-1582) et le poète Philippe Desportes jamais le jour, mais les mauristes marquent tout de même de leur empreinte le monastère avec la l'abbaye. De 1802 à 1817, l'aile ouest du collège (ancien bras sud du transept) et le choeur de l'église
    Référence documentaire :
    CARBONNIER, Youri. L’abbaye et le collège de Tiron au XVIIe siècle : état et projets au début de FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre SCHEFFER, Marie-Eve. La grange de l’abbaye de Thiron-Gardais. Fascicule réalisé par l’INRAP et le
    Illustration :
    Gravure de l'abbaye réalisée par le prieur Dom Huet en 1780. IVR24_20142800518NUC2A Vue générale depuis le nord (carte postale, 1er quart 20e siècle - collection particulière Victor Église abbatiale, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800130NUC4A Maison dîte "le laboratoire", vue générale depuis le nord-est. IVR24_20142800424NUC2A Guérite du garde de l'abbaye, vue depuis le sud. IVR24_20142800542NUC2A Remploi de pierres provenant de l’abbaye dans le pignon d’une ferme à la Brosse
  • Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison
    Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison Thiron-Gardais - Bourg - 16 rue de l'Étang - en village - Cadastre : 1814 B2 134 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 26
    Historique :
    , comme tendent à le montrer les ouvertures en arc segmentaire de la façade est. Construit dans la basse était initialement située sur le mur est de la maison de plain-pied. Dans la seconde moitié du 19e brique, a ainsi été transformée en fenêtre et l'accès à l'édifice déplacée sur le pignon nord. Lors de sa réhabilitation, dans la seconde moitié du 20e siècle, le bâtiment a été remanié : agrandissements et nouveaux
    Description :
    Adossé à la levée de l'étang, le bâtiment s'élève sur trois niveaux : deux étages de soubassement et un rez-de-chaussée. À l'est, la façade est rythmée par cinq travées d'élévation. Le premier étage emmarchement à quatre degrés donne accès à un escalier intérieur droit qui dessert les niveaux supérieurs. Le rez-de-chaussée est accessible de plain-pied par une porte à l'encadrement en brique placée sur le silex et de calcaire couvert d'un enduit plein, abîmé par endroit laissant apparaître le nez des pierres . Côté est, le dernier niveau d'élévation est en pan de bois. La corniche moulurée (façade ouest et pignon sud), le bandeau séparant les deux étages de soubassement, les chaînages d'angle et les ouvertures (ouvertures). Le toit est à longs pans et à croupe couvert en tuile plate ancienne.
    Illustration :
    Vue d'ensemble avec le moulin (au centre) et l'ancienne boulangerie (à gauche), prise depuis l'est Vue depuis le nord-ouest (carte postale, 1er quart 20e siècle - collection particulière : Victor Vue générale depuis le nord-est (état en 2014). IVR24_20142800423NUC2A Vue rapprochée depuis le nord-est. IVR24_20142800424NUC2A Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800431NUC2A
  • Moulin Trouvé : moulin
    Moulin Trouvé : moulin Thiron-Gardais - Moulin Trouvé - isolé - Cadastre : 1814 B3 383, 384 2013 ZC 38, 39, 40, 41 1814 C1 79, 81
    Historique :
    Sous l'Ancien Régime, le moulin Trouvé, implanté dans la paroisse de Gardais, dépend de la seigneurie de Thiron comme le montre le plan géométrique réalisé par Canuël en 1759. La structure du moulin semble dater du 17e siècle : en témoigneraient le pan de bois, la mise en œuvre en moellons équarris en sur le cadastre de 1814 (parcelle C 79), un second logis a été construit à la fin du 18e siècle ou au début du 19e siècle (il ne figure pas sur le plan géométrique de Canuël datant de 1759). Ce bâtiment a été détruit dans la seconde moitié du 20e siècle. En 1814, le moulin et les maisons appartiennent à la (agrandissements et nouveaux percements d'ouvertures en brique, construction d'une cheminée contre le mur croupe au nord, modification probable du mécanisme) et à la maison du meunier (agrandissement vers le sud
    Description :
    Le lieu-dit comprend le moulin et la maison du meunier : - Le moulin se situe à l'est de l'ensemble . Le bief, dérivé de la Thironne, alimente une retenue d'eau qui actionnait la roue (à l'état de souche de cheminée en brique. - Le logis du meunier se trouve au sud-ouest du moulin, de l'autre côté du
    Illustration :
    Moulin, vue générale depuis le sud-ouest - emplacement de la retenue d'eau au premier plan (cliché Moulin, vue rapprochée depuis le nord-ouest (cliché ancien, vers 1980, avant rénovation Moulin, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800352NUC2A