Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 121 à 133 sur 133 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • École maternelle Marie-Curie
    École maternelle Marie-Curie Tours - Quartier du Sanitas - 2 allée de Charentais - en ville - Cadastre : 2010 CN 44
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    délibération municipale. Elle comprenait Charles Piot (architecte chef de groupe), Daniel Cotté, Jean Rouchaud Sanitas, et comprenant une école primaire et une école maternelle, fut réclamée par la municipalité de Marcel Tribut dès le début des études de plan-masse par Jacques Henri-Labourdette à l'été 1954. Alors très proche de celui qui accueillera l'école primaire Blaise-Pascal. La Ville s'opposera initialement à enfants habitant le centre-ville. Un second emplacement ayant été trouvé au nord de la zone des 811 logements de la première tranche de construction du Sanitas, le groupe scolaire fut scindé en deux au début de l'année 1957. L'école maternelle Marie-Curie fut donc installée au nord du Sanitas, tandis que d'architectes chargée de la réalisation du groupe scolaire avait par ailleurs été nommée en 1956 par dénommée Architurone. L'architecte Albert Notter, qu'on pensait charger de l'école maternelle, se vit finalement confier les études d'une nouvelle crèche, rue du Hallebardier. Le vœu du conseil municipal était
    Référence documentaire :
    Archives communales de Tours. Série M : 4 M 475. Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 1. Négociations entre la Ville et le ministère sur la première tranche du SI, avant-projets de Labourdette, VRD, groupes scolaires, correspondances.
    Canton :
    Tours-Sud
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Description :
    excroissance à l'angle sud-ouest du bâtiment. Ne comportant qu'un niveau de rez-de-chaussée, cette dernière bâtiment, comportant un étage, abrite quant à lui les salles de classes. Il ouvre au nord sur une pelouse séparant l'école du bâtiment C, et au sud sur la cour de l'école, isolée de la circulation par une haie doublée d'une clôture. La structure du bâtiment est en maçonnerie, aucun procédé de préfabrication constitués de parpaings creux, reposant sur une dalle de béton armé. La façade sud est largement ouverte sur l'extérieur par des menuiseries en aluminium, permettant un ensoleillement optimal des salles de classes.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 2 allée de Charentais - en ville - Cadastre : 2010 CN 44
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan-masse préliminaire (1957). (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de situation. IVR24_20113702261NUDA Vue de la façade nord. IVR24_20103701543NUC2A
  • Immeuble dit bâtiment 18 (place Saint-Paul)
    Immeuble dit bâtiment 18 (place Saint-Paul) Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 462
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    qu'ayant obtenu l'accord de Jean Royer, il se heurta aux réticences des conseillers municipaux, qui , six mois après le lancement des travaux de la première tranche du secteur industrialisé. Ce plan-masse encore déménagé à Saint-Pierre-des-Corps. Il devait alors, avec ses 170 mètres de longueur, être l'un des plus importants immeubles de ce secteur urbain. Situé en bordure de la place Saint-Paul, au sud-ouest ouest, qui venait à l'aplomb de celui du bâtiment 6, fut toutefois déplacé dès janvier 1959 au niveau de celui du bâtiment 5, ramenant le bâtiment 18 à une longueur de 112 mètres. Son implantation n'évolua -Labourdette prévoyait alors un bâtiment en R+10 (dix étages au-dessus du rez-de-chaussée), l'architecte souhaitant clore de manière monumentale la perspective Nord-Sud du boulevard de Lattre-de-Tassigny. Bien obtinrent de ramener le volume de l'édifice à R+6. Le bâtiment 18 est le premier immeuble du Sanitas à posséder six étages et à offrir des balcons filants. Le permis de construire fut délivré le 2 février, sa
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche
    Canton :
    Tours-2
    Description :
    Le bâtiment 18, premier immeuble en R+6 (six étages au-dessus du rez-de-chaussée) construit au Sanitas, est formé de neuf cages d'escalier juxtaposées, toutes identiques à l'exception de celle à l'extrémité est. La structure de ces cages est formée par des dalles de béton reposant sur des murs de refend de quinze centimètres d'épaisseur. Les façades nord et sud sont intégralement non porteuses, à l'exception à nouveau de la cage d'escalier orientale, dont la structure a été rallongée pour permettre la bâtiment. Quatre portions ajourées permettent à chaque niveau de maintenir un jeu de creux et de pleins sur marron, sont décorées de carreaux de grès cérame vert. Ce même matériau se retrouve, en teinte beige, sur le pignon ouest intégralement aveugle, et en parement des parois porteuses de la cage d'escalier . Chaque cage d'escalier dessert deux logements par niveau, tant au rez-de-chaussée qu'aux étages, où un plan courant est appliqué. Légèrement surélevé par rapport au niveau de la rue, afin d'améliorer
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 462
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan d'étage courant - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan des façades - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W Plan de situation. IVR24_20113702250NUDA Vue de la façade sud. IVR24_20103701516NUC1A Vue de la façade Nord. IVR24_20103701551NUC2A
  • Immeuble à logements dit bâtiment 17 (place Saint-Paul)
    Immeuble à logements dit bâtiment 17 (place Saint-Paul) Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 462
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Le bâtiment 17 apparut pour la première fois au plan-masse du quartier du Sanitas de Jacques Henri par les industriels n'ayant pas encore déménagé à Saint-Pierre-des-Corps. La date de sa réalisation installées en rez-de-chaussée d'un immeuble d'habitation, permettant une économie financière conséquente. Le permis de construire fut accordé par arrêté préfectoral du 2 février 1963. Les travaux ne s'achevèrent qu'en 1966, le planning ayant été dépassé de plus d'un an suite au retard pris par les établissements Billard pour quitter les lieux. Le nord du rez-de-chaussée du bâtiment fut remanié en 1969, afin de permettre l'accueil de la boutique de la station-service construite à l'entrée de l'avenue du Général-de
    Parties constituantes non étudiées :
    magasin de commerce
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche
    Canton :
    Tours-2
    Description :
    Le bâtiment 17 constitue une exception dans le quartier du Sanitas, étant le seul immeuble de logements - ici au nombre de 48 - construit par Jacques Henri-Labourdette et intégrant des commerces en rez -de-chaussée. La structure générale du bâtiment est formée par des murs de refend espacés de 5,92 m , butant à l'est sur un mur porteur de 30 cm d'épaisseur. La façade ouest, occupée par les devantures commerciales, est à l'inverse libre. Les commerces, au nombre de douze et d'une surface de 52 m², sont types principaux : quatre disposent d'une arrière-boutique, permettant d'augmenter la surface utile de bâtiment, est d'une surface moindre, et est occupée par la station-service de l'avenue du Général-de-Gaulle , répétant à six reprises le module générique, commun aux autres immeubles de la troisième tranche, et formé d'un logement de trois pièces et d'un de quatre pièces organisés autour d'une cage d'escalier centrale . Les séjours sont orientés à l'ouest, et les cuisines, adossées aux salles de bain, à l'est. La
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 462
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan d'étage courant - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan des façades - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W Plan de situation. IVR24_20113702249NUDA Vue de la façade Est et de la tour S en arrière-plan. IVR24_20103701517NUC1A Vue générale de la façade Est. IVR24_20103701549NUC2A Vue des commerces de la façade Ouest. IVR24_20103701550NUC2A
  • École primaire Blaise-Pascal - Denis-Diderot
    École primaire Blaise-Pascal - Denis-Diderot Tours - Quartier du Sanitas - 4 allée de Cangé - en ville - Cadastre : 2010 CR 74
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    municipale. Elle comprenait Charles Piot (architecte chef de groupe), Daniel Cotté, Jean Rouchaud et Pierre Architurone. Le vœu du conseil municipal était alors de ne pas laisser à Jacques Henri-Labourdette le monopole Sanitas, et comprenant une école primaire et une école maternelle, fut réclamée par la municipalité de Marcel Tribut dès le début des études de plan-masse par Jacques Henri-Labourdette à l'été 1954. Alors très proche de l'actuelle école Pascal-Diderot, au regret de la Ville. Celle-ci souhaitait en effet une équipe d'architectes chargé de la réalisation des deux écoles fut nommée en 1956 par délibération emplacement (au nord du secteur urbain concerté du Sanitas) fut trouvé, au début de l'année 1957, pour l'école maternelle Marie-Curie, disjointe de l'école primaire. Cette dernière, maintenue entre les bâtiments K et L , vit ses études avancer avec lenteur, les plans n'étant pas encore achevés lors de l'emménagement des , le reste de l'école primaire étant achevé en 1960. Dans le cadre de la convention ANRU conclue en
    Référence documentaire :
    Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 186 (Archives communales de Tours, section contemporaine). (cf. illustration n° IVR24_20113701110NUC2A). Archives communales de Tours. Série M : 4 M 475. Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 1. Négociations entre la Ville et le ministère sur la première tranche du SI, avant-projets de Labourdette, VRD, groupes scolaires, correspondances.
    Canton :
    Tours-Sud
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le groupe scolaire Blaise Pascal - Claude Bernard est constitué d'un corps de bâtiment en R+3 accueillant les salles de classes, ainsi que d'une extension à son angle sud-ouest intégrant en rez-de -chaussée les sanitaires et le restaurant scolaire, et dans un bâtiment en R+2 les logements de fonction du personnel. Le corps de bâtiment principal possède une structure en béton armé. Ses façades nord et sud sont parées de panneaux de tôle laquée de deux types. Les premiers, peints en gris et striés dans le sens verticaux, soulignant la structure du bâtiment. La façade est dissimule, derrière une paroi de blocs de verre, l'escalier de distribution des salles de classes. Celles-ci sont orientées au sud, et desservies par un couloir de distribution passant en façade nord.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 4 allée de Cangé - en ville - Cadastre : 2010 CR 74
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan-masse préliminaire (1957). (Archives communales de Tours, section contemporaine Vue générale - 1960. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi Plan de situation. IVR24_20113702263NUDA Vue générale de la façade sud. IVR24_20103701503NUC1A
  • Immeuble dit bâtiment 2 (1 à 7 avenue Saint-Lazare)
    Immeuble dit bâtiment 2 (1 à 7 avenue Saint-Lazare) Tours - Quartier du Sanitas - 1, 3, 5, 7 avenue Saint-Lazare - en ville - Cadastre : 2010 CV 505
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Faisant partie de la seconde tranche opérationnelle du Sanitas, le bâtiment 2 apparaît pour la première fois au plan-masse du 18 juillet 1958. Il est situé sur une étroite bande de terrain entre d'implantation d'immeubles que dans le premier plan-masse de janvier 1955. Celui-ci ne prévoyait toutefois pas la réalisation de l'avenue Saint-Lazare, voie nouvelle ensuite intégrée au second modificatif du Plan d'Aménagement et de Reconstruction (PRA). Formant avec les bâtiments 3, 4, 5 et 6 la zone ouest de la seconde tranche du Sanitas, le bâtiment 2 voit son permis de construire accordé le 20 avril 1959. Sa construction , financée au titre de l'année 1960, débute à l'hiver. Elle s'achève au mois de janvier 1961. Il est à noter qu'aucun plan spécifique au bâtiment n°2 n'est présent au dossier de permis de construire. Néanmoins, les et des plans détaillés des appartements, de disposer de l'ensemble des documents nécessaires à la (couronnements, surélévations) intervenues sur d'autres bâtiments de la première et de la seconde tranche.
    Référence documentaire :
    Archives communales de Tours. Série W : 999 W 65. Permis de construire de la deuxième tranche de 1 Archives communales de Tours. Série W : 999 W 66. Deuxième tranche de 1 279 logements : avant
    Canton :
    Tours-2
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Appartenant à la catégorie des immeubles en R+10 (10 étages au-dessus du rez-de-chaussée) des l'ouest du Sanitas. Il vient ainsi clore la séquence du flanc sud de la place du commandant-Tulasne, dont l'homogénéité de volumes et de styles est remarquable en comparaison du côté opposé. Il s'agit du plus important bâtiment de l'opération du Sanitas, avec 110 mètres de longueur pour 29 mètres de hauteur ; c'est également celui comptant le plus de logements. Le bâtiment n°2 joue un rôle de signal d'entrée et de sortie du quartier, en contrepoids à celui, étiré en hauteur et non en longueur, de la tour U de l'autre côté de l'avenue du Général-De-Gaulle. La conception architecturale du bâtiment n°2 est directement issue de celle du bâtiment R, elle-même très proche des deux autres immeubles en R+10 conçus dans le cadre de la d'escalier supplémentaire, soit un module de 28,95 mètres entre joints de dilatation, comportant quatre appartements par étage. Ses caractéristiques constructives sont les mêmes que pour les autres immeubles de la
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 1, 3, 5, 7 avenue Saint-Lazare - en ville - Cadastre : 2010 CV 505
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan de situation. IVR24_20113702246NUDA Vue générale depuis l'avenue du Général-de-Gaulle. IVR24_20103701518NUC1A Vue de la façade ouest depuis l'Allée des Sables. IVR24_20103701466NUC1A
  • Immeuble dit bâtiment h (9 rue Maurice-Bedel)
    Immeuble dit bâtiment h (9 rue Maurice-Bedel) Tours - Quartier du Sanitas - 9 rue Maurice-Bedel - en ville - Cadastre : 2010 CV 459
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Tours à Nantes. Cette dernière devait en effet être déplacée de manière imminente. Cette esquisse fut prévoyait pas initialement la réalisation de tours, le plan-masse étant uniquement constitué de bâtiments Le principe de la réalisation d'une nouvelle tour à l'extrémité sud du Sanitas, après les cinq bâtiments identiques en R+15 (15 étages au-dessus du rez-de-chaussée) réalisés dans le cadre de la seconde Michel Marconnet était alors chargé de réaliser une esquisse indiquant les possibilités d'utilisation des terrains encore occupés par des industries pétrolières, situés de part et d'autre de la voie ferrée reliant cinquième tranche de l'opération du Sanitas. Par la suite dénommée opération Pasteur, cette étude ne . Contrairement à l'étude de Marconnet, elle n'est plus positionné sur un axe parallèle au boulevard de-Lattre-de -Tassigny, mais sur son axe médian, s'inscrivant ainsi en point de mire pour l'automobiliste venant du nord . L'emplacement exact de la tour h évolua encore légèrement au début de l'année 1968, pour se rapprocher de la rue
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : 999 W 285. Pasteur : permis de construire, plans Archives communales de Tours. Série W : 999 W 296. Archives communales de Tours. Série W : 999 W 297. Pasteur : permis de construire modificatif.
    Canton :
    Tours-2
    Description :
    boulevard de Lattre-de-Tassigny, légèrement désaxée par rapport à l'alignement des cinq tours de la deuxième Tour-signal de l'opération Pasteur, le bâtiment h s'inscrit en point de mire de la perspective du pour l'observateur l'impression de monolithisme. A l'instar des autres immeubles de l'opération Pasteur , la pierre de taille est absente dans le bâtiment h, le béton de la structure porteuse n'étant paré que de grès-cérame. Deux teintes sont employées : beige pour les pignons et les trumeaux, et bleu-gris pour les allèges des baies. Celles-ci, en PVC blanc, reçoivent des persiennes de même matériau et de repris pour les quatorze niveaux d'élévation. Il est formé de deux doublets d'appartements de trois et escalier en vis est en outre adjoint à partir du dixième étage, et sert d'issue de secours pour les niveaux du type 3 (logement de trois pièces) orienté au nord-est. Les cuisines sont près de deux fois plus grandes que dans les bâtiments en R+4 et R+6 (respectivement quatre et six étages au-dessus du rez-de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 9 rue Maurice-Bedel - en ville - Cadastre : 2010 CV 459
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan des façades - 1969. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W Plan du rez-de-chaussée - 1969. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan d'étage courant - 1969. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan de situation. IVR24_20113702257NUDA Vue de la façade Sud. IVR24_20103701470NUC1A Vue de l'angle Sud-Est. IVR24_20103701469NUC1A
  • Îlot K
    Îlot K Tours - Quartier sinistré nord - rue du Commerce rue Marceau rue du Maréchal-Foch rue du Président-Merville - en ville - Cadastre : 2010 DZ 288 à 303
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    parcellaire très proche de celui d'avant-guerre où s'élevaient plusieurs immeubles et maisons entre les rues Marceau et du Président-Merville. La présence, le long de cette dernière, de quelques bâtiments épargnés par le sinistre de juin 1940, n'ajourne toutefois pas le chantier de reconstruction de l'îlot. Des travaux de fondations sont lancés fin juin 1956, et le permis de construire est déposé un mois plus tard 1958 et les premiers certificats de conformité sont rédigés fin 1959. La démolition des édifices anciens, programmée par le plan d'urbanisme, intervient au début des années 1960, après l'installation de leurs habitants dans les logements neufs. Elle est suivie de la réalisation d'un dernier immeuble, à l'angle sud-est de l'îlot. Des arbres et une haie sont plantés au même moment le long de la rue du grille et un portail électrique ont été posés dans les années 2000 afin de privatiser l'accès à sa cour
    Référence documentaire :
    AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 16. Îlot K, 1948-1955. AC Tours. Permis de construire 1956/n°299. Construction d'un immeuble rue Marceau. Îlot K, parcelle AC Tours. Permis de construire 1956/n°452. Reconstruction de l'îlot K, 1956-1960. p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86. Photogr. pos. : n. et b., [1957]. Par Arsicaud, Robert (photographe). (archives départementales [Vue de l'îlot K en construction depuis la rue Constantine] / Robert Arsicaud. [1957]. 1 photogr . pos. : n. et b. (Archives départementales Indre-et-Loire. Fonds Arsicaud 5 Fi P127, cliché n°13967-1).
    Canton :
    Tours-Centre
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Situé en bordure du périmètre de reconstruction, l'îlot K est délimité au nord par la rue du Président-Merville. De type ouvert, il adopte grossièrement un plan en forme de U, ouvert à l'ouest. Cette d'une haie tandis que l'accès au cœur d'îlot, au nord de cette rue, est contrôlé par un grand portail électrique. Cet ensemble concerté comprend un immeuble à logements et treize immeubles d'habitation à rez-de -chaussée commercial alignés à front de rues. Ils se dressent sur un sous-sol de caves et comportent une rangée de garages et d'arrière-boutiques à toit-terrasse, alignés en cœur d'îlot le long des façades sur cour. Un transformateur commun s'insère en rez-de-chaussée au sein de la parcelle de l'angle sud-ouest . Les appartements et commerces sont alimentés en air chaud par la chaufferie de l'îlot D voisin. Une première séquence rue Marceau compte sept immeubles à trois étages-carrés et un étage de comble éclairé possède seulement trois étage-carrés. Il est mitoyen d'une deuxième séquence de quatre édifices, hauts de
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type ouvert en forme de U
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue du Commerce rue Marceau rue du Maréchal-Foch rue du
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1956/n°299 et 1956/n°452) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot. - auteur inconnu : DZ 288 (150) - Bertrand : DZ 301 (141) - Boille P. : DZ 296 (144a ) - Lhéritier de Chézelle : DZ 302 (140) - Notter : DZ 292 (148) - Vallée : DZ 303 (139) Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot K ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24 ) - Guillemot, Travaux et Entreprises de Touraine (maçonnerie) - Poutier (charpente) - Delaunay, Varennes
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Vue de l'îlot K en construction depuis la rue Constantine, [1957]. (archives départementales Plan de situation. IVR24_20113701255NUDA
  • Immeuble dit opération Blaise Pascal (place Neuve)
    Immeuble dit opération Blaise Pascal (place Neuve) Tours - Quartier du Sanitas - place Neuve - en ville - Cadastre : 2010 CR 351 2010 CR 352
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    commerces/logements fut organisé par la ville de Tours et l'OPAC (Office public d'aménagement et de Denis Ranjard et des parisiens Vincent Sabatier et Jean Tribel (déjà auteurs, à Tours, de la nouvelle L'opération Blaise Pascal est réalisée à l'emplacement de l'ancien centre commercial du Sanitas construction), qui souhaitaient faire de la nouvelle opération, dénommée Blaise-Pascal, le point de départ Social de Quartier (DSP), dans sa première phase de réhabilitation. Cette opération symbolisait ainsi le formes et ses matériaux, à son environnement. Le projet de l'équipe Alea Jacta, formée du tourangeau faculté de droit) fut retenu à l'été 1994. La première pierre des nouveaux bâtiments fut posée le 18 février 1995. Les logements furent livrés à leurs occupants à la fin de l'année 1996, les commerces Tours depuis 1977.
    Référence documentaire :
    Archives communales de Tours. Série W : 999 W 50. Étude du centre commercial n°1. Archives communales de Tours. Série W : 999 W 129. Étude du centre commercial n°1.
    Canton :
    Tours-Sud
    Description :
    , articulé autour de la place Neuve, deux immeubles d'habitation en R+5 et R+10, reposant sur un socle en R+1 pignons aveugles marqués de stries imitant les nez-de-dalle, poteaux porteurs reprenant la trame des centre commercial depuis les immeubles situés allée de Cheverny, marquant ainsi la division des -Theuriet, sont aveugles, et sont surmontées par un étage de bureaux et d'équipements, en léger surplomb
    Auteur :
    [maître d'ouvrage] OPAC de Tours
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - place Neuve - en ville - Cadastre : 2010 CR 351 2010 CR 352
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan de situation. IVR24_20113702260NUDA Vue générale de l'opération depuis la place Neuve. IVR24_20103701499NUC1A
  • École primaire Claude-Bernard
    École primaire Claude-Bernard Tours - Quartier du Sanitas - 2 rue Eugène-Pic-Paris - en ville - Cadastre : 2010 CV 295
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    . A la demande du ministère de l'Éducation Nationale, la ville de Tours accepta, en mai 1960 La construction de l'école Claude-Bernard, à l'origine appelée Louis-Pasteur, fut rendue nécessaire par la réalisation de la deuxième tranche du quartier du Sanitas. Celle-ci impliquait l'arrivée de groupe Pascal-Diderot, réalisé dans le cadre de la première tranche. Connu comme "groupe SNCF II", un construction de trente classes pour les élèves de primaire sur les terrains immédiatement situés au sud des bâtiments 7 à 10. La conception de l'établissement fut confiée aux architectes Maurice Poussard et aux frères Pierre et Jacques Boille. Lancées au début de l'année 1960, les études retinrent la réalisation de deux écoles primaires, l'une de garçons et l'autre de filles, disposés en vis-à-vis autour d'une cour centrale. L'école maternelle Pauline-Kergomard était quant à elle transférée dans le secteur de la Rotonde , l'utilisation de procédés standardisés de préfabrication. Le modèle proposé par l'entreprise GEEP fut retenu à
    Référence documentaire :
    Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 248 Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 407 Archives communales de Tours. Série M : 4 M 453.
    Canton :
    Tours-2
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    parpaing de béton essentage d'ardoise
    Description :
    Raspail, Vénien, Pic-Paris et Nioche. Elle est composée de deux bâtiments identiques en R+2 de 15 classes , ouvrant en miroir sur une cour centrale. Les salles de classe sont orientées à l'est pour le bâtiment occidental, et à l'ouest pour le bâtiment oriental. Au sud de la cour commune, un petit bâtiment à un niveau d'étage sert de logements pour les directeurs de l'école. Les bâtiments d'enseignement sont réalisés suivant les principes de construction du procédé industrialisé GEEP. Leur ossature métallique est formée de poutres et de poteaux tubulaires, modulés suivant une trame de 1,80 mètres de largeur. Cette ossature soutient les deux niveaux de planchers en béton armé, fait de dallettes préfabriquées. Les façades , non porteuses, sont formées par un mur-rideau de panneaux de verre et d'aluminium, les allèges des , sont réalisés en parpaings enduits, le rez-de-chaussée recevant un bardage en ardoise identique à celui (rue Michel-Baugé), conçu pour l'opération de logements du même nom également due à Jacques Henri
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 2 rue Eugène-Pic-Paris - en ville - Cadastre : 2010 CV 295
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Construction du bâtiment Ouest - 1961. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Construction du bâtiment Est - 1961. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi Plan de situation. IVR24_20113702264NUDA Vue aérienne de l'école primaire claude-Bernard, au premier plan (vers 1965-66). IVR24_19883703302N
  • Centre paroissial Saint-Paul
    Centre paroissial Saint-Paul Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 311
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    1954, n'intégrait que des groupes scolaires. L'archevêque de Tours, constatant l'absence d'église Diocésaine de Tours s'était auparavant vu attribuer par l'Association Syndicale de Remembrement (ASR) de Tours-Sud un terrain situé rue Scheurer-Kestner. Antérieure au plan de Jacques Henri-Labourdette, cette nouvelle pour un quartier devant compter plus de 5 000 logements, réclama à la municipalité, dès le mois de attribution était rendue caduque par la suppression prévue de la voie en question. Un accord put intervenir la perspective du boulevard de Lattre-de-Tassigny. Les fonds manquant pour un édifice définitif, une , l'architecte Michel Marconnet étant chargé de son étude. Elle fut consacrée le 7 octobre 1962. Les plans de , Michel Vallée, Jacques Boille, Jean et Michel Marconnet. Le permis de construire fut accordé le 22 août 1969, la chapelle Saint-Paul étant consacrée le 17 avril 1972, après l'achèvement de l'ensemble du
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°69-387). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°69-387). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°69-387). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°69-387). (cf Archives communales de Tours, section contemporaine : permis de construire n°69-387.
    Canton :
    Tours-2
    Description :
    direction du Sud du boulevard de Lattre-de-Tassigny, l'église Saint-Paul ne présente toutefois pas de caractère monumental, aucun clocher ne venant élancer en hauteur le bâtiment. L'échelle de celui-ci reste remarquablement réduite par rapport aux bâtiments d'habitation adjacents. L'élévation triangulaire de l'église la en s'approchant du sol pour couvrir les salles disposées en extension du rez-de-chaussée. Ces dernières sont éclairées par de grands outeaux, d'autres de plus petites dimensions assurant l'éclairage de mur extérieur de la nef, une mince paroi de verre assurant la séparation des deux parties du bâtiment tout en créant un puits de lumière sur le maître-hôtel. La façade nord de l'église, ouvrant sur le parvis, présente une opacité presque totale, seules des ouvertures de petites dimensions, disposées irrégulièrement, ouvrant sur le rez-de-chaussée. La totalité de l'édifice est couvert d'ardoise. La nef, d'une capacité de 500 places assises, est dallée de pierre, et mène à un chœur triangulaire auquel on accède par
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 311
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Avant-projet de plan-masse - 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de Plan-masse - 1969. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°69 Plans de l'église - 1969. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de Plans du bâtiment administratif - 1969. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de situation. IVR24_20113702266NUDA , Permis de construire n°69-387). IVR24_20113701158NUC2A Vue du parvis et de la façade nord. IVR24_20113702318NUC2A Vue de la façade sud. IVR24_20113702317NUC2A Vue de la nef depuis le choeur. IVR24_20113702323NUC2A Vue de la nef et de sa charpente côté ouest. IVR24_20113702322NUC2A
  • Place Saint-Paul
    Place Saint-Paul Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Présenté aux autorités municipales en janvier 1955, le plan-masse du secteur industrialisé du Général-de-Gaulle et le boulevard de Lattre-de-Tassigny. Cette disposition était accompagnée d'un vaste espace libre de plan carré, au sud de ce croisement, devant permettre l'accueil de marchés. L'emplacement il était situé dans la troisième zone de libération des terrains. La reprise complète des plans du sud du secteur industrialisé, à l'été 1958, conduisit à la conception d'une volumétrie proche de centre administratif y fut également un temps prévu. L'aménagement de la place Saint-Paul fut toutefois difficultés financières. Une église provisoire fut ainsi aménagée au sud de la place, l'emplacement définitif étant encore occupé par l'usine de fabrication d'autorails. Le parti d'aménagement évolua au milieu des permit finalement l'aménagement de la place et des immeubles alentours à la fin de la décennie 1960 peupliers d'Italie, hauts d'une vingtaine de mètres, furent notamment abattus. L'édifice du culte
    Canton :
    Tours-2
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    approximatives sont de 80 mètres de largeur sur 185 mètres de longueur. Son utilisation présente une nette . L'église est entourée par un jardin public, lui même délimité par une voie de desserte en faisant le tour , des stationnements séparant l'espace vert de la voie de circulation. L'extrémité est de la place , desservant les commerces en rez-de-chaussée du bâtiment 17, est constituée d'une allée piétonne bordée de plate-bandes fleuries. La moitié occidentale de la place Saint-Paul fait l'objet d'un aménagement
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan de situation. La place Saint-Paul se situe au sud-ouest du secteur urbain du Sanitas Vue générale de la place Saint-Paul et des bâtiments U et 19. IVR24_20113702469NUC1A Vue de la façade sud de l'église Saint-Paul. IVR24_20113702317NUC2A
  • Les mobiliers culturels du Lycée Grandmont
    Les mobiliers culturels du Lycée Grandmont Tours - avenue de Sévigné - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    Parmi ses mobiliers culturels, le Lycée Grandmont possède une statue de Volti et un groupe sculpté de Michel Saint-Olive issus de la commande publique dite du 1% artistique, ainsi que plusieurs œuvres direction de l'artiste Charles Bujeau et deux sculptures métalliques en forme de croix et de cube. Entre Blanc et Félix Joffre. Certaines de leurs œuvres ont été commandées mais leur présence n'est pas
    Référence documentaire :
    Archives nationales, 19880466 art.41. Projet de 1% artistique au lycée mixte, parc de Grandmont à Tours, Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970.
    Localisation :
    Tours - avenue de Sévigné - en ville
    Annexe :
    Cartel de l'oeuvre réalisée sous la direction de l'artiste Charles Bujeau dans le restaurant société... Nous y retrouvons les fonctions habituelles de la vie : travailler, manger, dormir, aimer... Ce microcosme nous renvoie à nos fonctions naturelles comprises comme une métaphore de la vie. Comment rendre compte plastiquement de cette réalité vivante ? À partir de ce constat nous avons élaboré un concept restaurant scolaire s'est imposé comme le lieu et le lien de passage quotidien des uns et des autres rassemblés autour de la fonction nutritive / digestive. Cette proposition plastique aux couleurs organiques à base de feuilles de métal soudées est sonorisées, éclairée et symbolise notre condition d'humains mais de l’œuvre d'art. Ce projet initié par Charles Bujeau artiste plasticien dans le cadre de l'opération "Aux Arts Lycéens" a été réalisé par les élèves d'arts plastiques de 612 en 2009.
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Le groupe sculpté de Michel Saint-Olive. IVR24_20163700012NUCA Oeuvre réalisée sous la direction de l'artiste Charles Bujeau en 2009. IVR24_20163700016NUCA Oeuvre réalisée sous la direction de l'artiste Charles Bujeau en 2009. IVR24_20163700017NUCA Oeuvre réalisée sous la direction de l'artiste Charles Bujeau en 2009. IVR24_20163700018NUCA Oeuvre réalisée sous la direction de l'artiste Charles Bujeau en 2009. IVR24_20163700019NUCA Vue de deux oeuvres réalisées dans la cadre d'un atelier pédagogique. IVR24_20173700006NUCA
  • Les mobiliers culturels du Lycée Gustave Eiffel
    Les mobiliers culturels du Lycée Gustave Eiffel Tours - 1 rue Maréchal-Augereau - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    Parmi ses mobiliers culturels, le Lycée Gustave Eiffel possède une statue de Karl-Jean Longuet issue de la commande publique dite du 1% artistique, et des œuvres représentant des figures humaines réalisées dans le cadre d'un atelier pédagogique : elles sont constituées de feuilles de tôle découpées et assemblées par des boulons en inox. Une autre sculpture, de couleur claire, sommée d'une planète du système
    Référence documentaire :
    Archives nationales, 19880466 art. 59. Projet Longuet pour le collège d'enseignement technique de Saint-Symphorien. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970.
    Localisation :
    Tours - 1 rue Maréchal-Augereau - en ville
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    L'oeuvre de l'artiste Karl-jean Longuet. IVR24_20153701043NUCA Sculpture réalisée dans le cadre d'un atelier pédagogique (photographie de 1999, oeuvre détruite