Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 23 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cinéma Rex, actuellement magasin de commerce (45 rue Nationale)
    Cinéma Rex, actuellement magasin de commerce (45 rue Nationale) Tours - Quartier sinistré nord - 45 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DZ 169 à 173, 184, 187
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    fréquentation, couplée à l'ouverture à Tours de deux complexes plus importants, entraîna la fermeture du cinéma d'importants dommages lors des bombardements de juin 1940. À la Libération, la société Miglioli-Pouligny Frères chargea l'architecte Pierre Labadie de sa reconstruction, envisagée au cœur de l'îlot P, de l'autre côté de la rue Nationale. L'architecte était déjà l'auteur des cinémas Olympia et Studio édifiés à partir de 1952 dans l'îlot I. Labadie dressa les plans du Rex en avril 1956 et s'associa à l'ingénieur Carré pour élaborer un système de charpente métallique. Retardé par un litige opposant les exploitants à l'un des propriétaires de l'îlot P, le chantier ne débuta qu'en 1961 pour s'achever en juillet 1962 . L'accès à l'édifice d'origine se faisait rue Nationale par une sorte de galerie marchande dont le centre était occupé par une boutique entièrement vitrée, installée en retrait de la rue et bordée de deux couloir, ouvraient sur un grand hall commun où se situaient les guichets, et permettaient au spectateur de
    Observation :
    L'abandon résultant de la fermeture du cinéma et les problèmes juridiques inhérents à l'indivision ont empêché toute visite du bâtiment au cours de l'enquête.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 25 avril 1956. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701789NUC2A). Tirage : plan dressé le 25 avril 1956. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 25 avril 1956. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701788NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701787NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701784NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701785NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701786NUC2A). municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). (cf. illustration n° IVR24_20103701790NUC2A).
    Canton :
    Tours-Centre
    Dénominations :
    magasin de commerce
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    L'ancien cinéma forme un vaste parallélépipède rectangle de 28 mètres sur 21 mètres implanté au cœur de l'îlot P. Un assemblage complexe de cinq niveaux caractérise l'édifice actuel, qui présente un petit sous-sol, un rez-de-chaussée semi-enterré et entresolé, et un étage supérieur dédoublé. Selon la dernière configuration connue, il se compose de cinq salles de tailles diverses disposant plusieurs séries de sièges en gradin. Sa capacité totale est de 1200 places. Le gros-œuvre a été réalisé en maçonnerie de moellons et parpaings de béton. Les façades sont recouvertes de différentes couches d'enduit , alternant de larges bandeaux de chaux talochée et de crépi tyrolien. Un lanterneau aveugle et un toit à longs pans en pente douce, constitués de tôles ondulées en fibrociment, reposent sur une charpente grand parking souterrain de l'îlot longent les côtés nord et sud du bâtiment. L'ensemble est implanté perpendiculairement à la rue Nationale, reliée au cinéma par un passage d'entrée large de 5,30 mètres, actuellement
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 45 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DZ 169 à 173, 184
    Titre courant :
    Cinéma Rex, actuellement magasin de commerce (45 rue Nationale)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Elévation de la façade est, P. Labadie arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Tours, 149 W Elévation de la façade nord, P. Labadie arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Tours, 149 W Coupe longitudinale, P. Labadie arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Tours, 149 W 17 Coupes transversales, P. Labadie arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Tours, 149 W 17 . (archives municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). IVR24_20103701788NUC2A Coupes de l'état existant, R. Kléber arch., décembre 1983. (archives municipales de Tours, Permis Coupes après réaménagement, R. Kléber arch., décembre 1983. (archives municipales de Tours, Permis Façades après réaménagement, R. Kléber arch., décembre 1983. (archives municipales de Tours, Permis Plan de l'entresol après réaménagement, R. Kléber arch., décembre 1983. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1984/n°17). IVR24_20103701787NUC2A
  • Réseau de chauffage urbain du Sanitas
    Réseau de chauffage urbain du Sanitas Tours - Quartier du Sanitas - 29 rue Jacques-Marie-Rougé - en ville - Cadastre : 2010 CR 65
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Ayant pour but de fournir en chaleur les immeubles des deux premières tranches du secteur industrialisé, la réalisation de la centrale thermique - couramment dénommée chaufferie - et son réseau de chauffage est prévue dès 1955. Son permis de construire était, en avril 1956, commun à celui de la première tranche de 811 logements. Le bâtiment est alors envisagé à l'aplomb du bâtiment M, au sud de la rue Jacques-Marie-Rougé. Des difficultés de financement et une implantation trop proche des logements pas de maintenir des températures normales dans les immeubles d'habitation. Équipée de six chaudières au charbon, fournissant 21 millions de calories par heure, la chaufferie est achevée au milieu de l'année 1960. La réalisation de l'opération Christophe-Colomb et de la troisième tranche du Sanitas nécessita l'installation de trois chaudières au fuel lourd, offrant 9 millions de calories par heure chaufferie fit l'objet d'une rénovation extérieure, effectuée en 1998 sous la direction de l'architecte
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine). (cf. illustration n° IVR24_20113701161NUC2A). (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf Archives communales de Tours. Série W : 999 W 128. Archives communales de Tours. Permis de construire n°55-727.
    Canton :
    Tours-Sud
    Dénominations :
    réseau de chauffage urbain
    Description :
    Construite sur un plan quadrangulaire en bordure sud de la rue Jacques-Marie-Rougé, la chaufferie du réseau de chauffage urbain du Sanitas fournit en chaleur l'ensemble des bâtiments de l'opération , ainsi que les groupes scolaires et les bâtiments de la Rotonde. Les façades reprennent l'esthétique et les matériaux de l'opération Blaise-Pascal, réalisée quelques années avant la rénovation de la chaufferie. Le corps principal du bâtiment, qui abritait les silos à charbon, est revêtu de panneaux de tôle laquée claire isolés phoniquement. Un même bardage couvre la cheminée, haute de 39,50 mètres. Les autres façades sont couvertes d'un enduit de type plastène couvrant la structure porteuse. Les baies vitrées sont particulièrement réduites. Quatre rangées de vitrages verticaux scandent la façade sud, étant reliés entre eux par un vitrage filant en partie haute. La façade ouest offre une vitrine en rez-de-chaussée, la façade nord reprenant, quant à elle à l'étage, le dessin de baie filante déjà employé pour le centre de vie de
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 29 rue Jacques-Marie-Rougé - en ville - Cadastre : 2010 CR 65
    Titre courant :
    Réseau de chauffage urbain du Sanitas
    Appellations :
    réseau de chauffage urbain du Sanitas
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Projet initial - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n Plans du projet d'extension - 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de situation. IVR24_20113702268NUDA Vue de la façade sud. IVR24_20103701468NUC1A Vue de la façade nord. IVR24_20103701544NUC2A
  • Jardin de Beaune-Semblançay
    Jardin de Beaune-Semblançay Tours - Quartier sinistré nord - jardin de Beaune-Semblançay - en ville - Cadastre : 2010 DY 187
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    monuments conservés" qui sera dénommé "jardin de Beaune-Semblançay" sur une proposition du conseil municipal Compte tenu des importantes destructions du quartier nord, les restes de l'hôtel de Beaune -Semblançay ont fait l'objet d'une attention particulière dans les projets de reconstruction. La question de création d'un square face à la Chambre de commerce, cette idée fait l'objet d'une étude plus poussée de Pierre Patout en décembre 1948. Le service des Monuments historiques, qui a protégé la chapelle de Beaune -Semblançay en août 1941, classe le pan d'élévation de l'ancienne galerie de l'hôtel en octobre 1947. Tandis proposé de les intégrer à un nouveau bâtiment administratif destiné aux services de la Direction de suite. À partir de juin 1954, Pierre Patout et Pierre Labadie reprennent ensemble les études d'aménagement du cœur de l'îlot G, afin de créer un espace "organisé et offrant des vues intéressantes sur les en juin 1956. Au centre de leur composition, ils intègrent la fontaine de Beaune-Semblançay
    Référence documentaire :
    ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702611NUCA). ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702610NUCA). Calque : plan dressé en juin 1954. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours Photogr. pos. n. et b., [3e quart 20e siècle]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours Calque : relevé effectué en août 1941. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 2 R municipales de Tours, 11 Fi 9.1669). (cf. illustration n° IVR24_20103700303NUCA). municipales de Tours, 11 Fi 4.597). (cf. illustration n° IVR24_20103700302NUCA). Calque : plan dressé le 13 décembre 1948. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., d'après un dess. de Jacquemin. Auteur inconnu. (archives AC Tours. 3 N 1. Fontaine de la place du Grand-Marché, 1881-1957.
    Canton :
    Tours-Centre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Installé au cœur de l'îlot G, ce jardin de forme régulière réunit et met en valeur trois éléments liés à la famille de Beaune-Semblançay. Il est pour le promeneur doublement accessible : à l'ouest, par . Dans la partie nord du jardin, s'élève sur deux niveaux la façade Renaissance de l'hôtel de Beaune -Semblançay. Elle est confortée sur l'arrière par un soubassement de béton agrémenté d'arbres plantés . Constituant un décor ajouré, cette élévation fait face à la fontaine de Beaune-Semblançay, disposée au centre de l'espace aménagé. Initialement prévu dans l'axe reliant la rue Nationale à la Chambre de Commerce , l'édicule est implanté plus au sud afin de dégager entièrement la vue sur la façade de l'établissement. La chapelle de Beaune-Semblançay est le dernier élément constitutif de l'ensemble. Entièrement restaurée par le service des Monuments historiques lors de la reconstruction de l'îlot, elle est englobée dans une parcelle à l'extrémité sud-ouest du jardin. Elle accueille le prolongement d'une boutique au rez-de
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - jardin de Beaune-Semblançay - en ville - Cadastre : 2010 DY 187
    Titre courant :
    Jardin de Beaune-Semblançay
    Appellations :
    jardin de Beaune-Semblançay
    Annexe :
    Ville de Tours - Îlot G - A.S.R. Tours-Nord. Aménagement d'un espace vert. Note de l'architecte, 30 juillet 1956 (AC Tours. 149 W 16). "Je soussigné Pierre Labadie Architecte en chef de groupe de l'Îlot G déclare avoir été chargé par la Ville de Tours de l'aménagement de l'espace vert créé au centre de cet étroites. [...] Il paraît souhaitable de créer à côté de la voie principale de Tours et à l'abri de la Besnouard, architecte de la ville de Tours. Ces vestiges précieux sont classés par les Monuments historiques îlot. Celui-ci est érigé du côté Est de la rue Nationale, voie principale de la Ville, et compris entre exceptionnel du fait de la présence de monuments anciens et d'un caractère architectural et historique indiscutable. Au Nord l'îlot est bordé de la rue Colbert par l'Eglise St-Julien, monument roman avec certaines parties gothiques, plus récentes. A l'Est aspecté rue Jules-Favre, la Chambre de Commerce. Enfin à l'intérieur même de l'îlot, il existe du côté Sud la Chapelle de l'Hôtel de Beaune-Semblançay, charmante
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    du couvent des Jésuites : état du bâti détruit et existant, août 1941. (archives municipales de Tours décembre 1948. (archives municipales de Tours, 149 W 23). IVR24_20103701708NUC2A Plan du jardin, P. Patout et P. Labadie arch., juin 1954. (archives municipales de Tours, 149 W 22 . (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). IVR24_20103702611NUCA Façades intérieures et espace vert, P. Labadie arch., 1er août 1956. (archives municipales de Tours (reconstitution non datée). (archives municipales de Tours, 11 Fi 9.1669). IVR24_20103700303NUCA . (archives municipales de Tours, 11 Fi 4.597). IVR24_20103700302NUCA Vue du jardin aménagé depuis la chapelle de Beaune-Semblançay, [196?]. (archives municipales de Plan de situation. IVR24_20113701306NUDA Plan d'implantation de l'hôtel de Beaune-Semblançay, de l'hôtel de Dunois et de l'ancienne chapelle
  • Îlot G
    Îlot G Tours - Quartier sinistré nord - rue Colbert rue Jules-Favre jardin de Beaune-Semblançay rue Berthelot rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 185 à 202, 240
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    de la ville de Tours, les hôtels de Beaune-Semblançay, Lange des Bernières et Dunois, qui sont conscience patrimoniale. En 1941, les vestiges de l'hôtel de Beaune-Semblançay font l'objet d'un premier classement au titre des Monuments historiques afin d'assurer leur protection. La chapelle et un pan de mur restant du bel édifice Renaissance sont alors consolidés dans l'attente de leur intégration au sein d'un ensemble reconstruit. À la Libération, la présence de ces éléments classés guide fortement le remembrement de l'îlot G et incite à l'aménagement d'un espace vert destiné à les mettre en valeur. Désigné architecte chef de groupe, Pierre Labadie débute les études de l'îlot G à la fin de l'année 1951. Les plans des immeubles ordonnancés qui bordent les rues Nationale et Colbert sont dressés sous la direction de modifications de plusieurs parcelles entraînent de longues discussions qui l'ajournent sine die. Les travaux ne adjudications en août. Au préalable, le cinéma Olympia situé dans l'ancienne église Saint-François-de-Paule, à
    Observation :
    Dernier des trois îlots construits sur le côté est de la rue Nationale, l'îlot G marque exceptionnellement la reconstruction du quartier nord par son intégration réussie de vestiges historiques au sein
    Parties constituantes non étudiées :
    hôtel de voyageurs
    Référence documentaire :
    Photogr. pos. n. et b., 1940. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Emile Leray Photogr. pos. n. et b., 1940. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Emile Leray ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702610NUCA). Tirage : plan rehaussé d'aquarelle, [1954]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W Photogr. nég. n. et b., [1955]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours Photogr. nég. n. et b., [1955]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours Photogr. nég. n. et b., [1955]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours . Impr. photoméc., [1959]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 710). (cf. illustration n Photogr. nég. n. et b., [1955]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702608NUCA).
    Canton :
    Tours-Centre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Berthelot et à l'est par la rue Jules-Favre. Afin de favoriser l'aménagement du cœur d'îlot en jardin public mettant en valeur les vestiges de l'hôtel de Beaune-Semblançay, l'îlot adopte une forme largement ouverte à l'est. Cet accès principal est encadré de deux pavillons d'angle tandis qu'à l'ouest, rue Nationale, un second passage piéton est ménagé au rez-de-chaussée d'un immeuble. L'ensemble concerté se compose de quinze immeubles alignés à front de rues et rassemblant 65 logements et un hôtel de voyageurs . Le rez-de-chaussée commercial est principalement occupé par des boutiques et des bureaux. Côté cour , une rangée de garages à toit-terrasse s'implante le long des façades nord et sud. L'îlot possède un transformateur, contigu à la chapelle de Beaune-Semblançay. L'alimentation des immeubles en air chaud est assurée par la chaufferie de l'îlot H voisin. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Comprenant un sous-sol, un rez-de-chaussée et trois à quatre niveaux d'habitation
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type ouvert en forme de U
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue Colbert rue Jules-Favre jardin de Beaune-Semblançay rue
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1954/n°522) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot G ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 22
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    du couvent des Jésuites : état du bâti détruit et existant, août 1941. (archives municipales de Tours Plan annexé au cahier des charges de l'îlot G, [1954]. (archives municipales de Tours, 149 W 16 Plan masse du sous-sol, P. Labadie arch., 30 mars 1954. (archives municipales de Tours, Permis de Plan masse des étages, P. Labadie arch., 30 mars 1954. (archives municipales de Tours, Permis de Plan de couverture, P. Labadie arch., 30 mars 1954. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du sous-sol (moitié sud), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du sous-sol (moitié nord), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du rez-de-chaussée (moitié sud), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours Plan du premier étage (moitié sud), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours Plan du troisième étage (moitié sud), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours
  • Îlot I
    Îlot I Tours - Quartier sinistré nord - rue de la Scellerie rue de Lucé rue Emile-Zola rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 151 à 168, 277
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    L'îlot I est le premier ensemble édifié à l'est de la rue Nationale, et sa reconstruction illustre la question des limites précises du périmètre de reconstruction. Quelques immeubles non sinistrés subsistent en effet à l'angle des rues de Lucé et Emile-Zola, et les aménageurs s'interrogent alors beaucoup sur leur intégration au futur ensemble. Si le plan Lefèvre de 1942 affecte peu ces bâtiments, le quadrangulaire totalement neuf. Celui-ci, de type fermé, comprend deux passages d'accès à l'est et au sud , occasionnant une circulation intérieure semblable à celle des îlots de la place de la Résistance. Mais face au coût supplémentaire que nécessite la destruction d'immeubles intacts, un remembrement partiel de l'îlot est finalement privilégié. Alors que les travaux de terrassement débutent, les vestiges d'un temple circulaire gallo-romain sont mis au jour, retenant toute l'attention des spécialistes. À l'issue de débats agités, un accord intervient en octobre 1951 afin de coordonner les travaux d'archéologie et de
    Référence documentaire :
    (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n Photogr. nég. n. et b., [1954]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours Tirage annoté : plan, [1952]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Permis de construire Calque : plan dressé le 10 octobre 1951. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de AC Tours. Relogement des sinistrés de la guerre 1939-1945, 6 F 249. Îlot I, 1951-1960. AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 16. Îlot I, 1950-1954.
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    L'îlot I est bordé au nord par la rue de la Scellerie, à l'ouest par la rue Nationale, au sud par la rue Emile-Zola et à l'est par la rue de Lucé, le sud-est de ce quadrilatère étant exclu du périmètre de reconstruction. De type fermé, l'îlot est doté d'un passage d'accès carrossable reliant sa cour intérieure à la rue de Lucé. Treize immeubles à usage mixte s'alignent à front de rues, doublés en fond de parcelle par une rangée de garages et d'arrière-boutiques en rez-de-chaussée. Leur gros-œuvre est constitué par une ossature en béton armé et des murs en maçonnerie de moellons. Comme tous les îlots bordés par la rue Nationale, ces immeubles présentent différents types de séquences de façades sur rue, selon architecturale dictée par Pierre Patout, soit un front bâti homogène long de près de 91 mètres et constitué de façades revêtues d'un plaquis de pierre calcaire coiffées d'un toit à longs pans et croupe couverts d'ardoise est hérissé de souches de cheminées en brique. Ces édifices comprennent un sous-sol, un rez-de
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type fermé en forme de L
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue de la Scellerie rue de Lucé rue Emile-Zola rue
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1952/n°2) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot - Lacape et Lemaure : DY 158 (134) - Lagarde : DY 152 (130) ; DY 277 (132) - Lhéritier de Chézelle : DY 168
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . (archives municipales de Tours, 149 W 21, S 812). IVR24_20103701723NUC2A Plan d'implantation de l'îlot, [1952]. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n Plan masse du sous-sol, P. Patout et P. Labadie arch., 14 décembre 1951. (archives municipales de municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). IVR24_20103702516NUCA Attroupement devant l'entrée du cinéma Olympia un soir de projection, [1954]. (archives municipales Tours, Permis de construire 1952/n°2). IVR24_20103702515NUCA Plan masse du rez-de-chaussée, P. Patout et P. Labadie arch., 14 décembre 1951. (archives Plan masse du premier étage, P. Patout et P. Labadie arch., 14 décembre 1951. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). IVR24_20103702517NUCA Façades sur rue et coupes, P. Patout et P. Labadie arch., 14 décembre 1951. (archives municipales
  • Îlot R
    Îlot R Tours - Quartier sinistré nord - rue des Halles rue Marceau rue Richelieu rue de Jérusalem - en ville - Cadastre : 2010 DZ 258 à 270
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Dernier ensemble d'immeubles reconstruit du quartier nord, l'îlot R présente la particularité de de juin 1940, ces édifices étaient bâtis entre les rues des Fouquets et Boucicault, deux axes secondaires parallèles à la rue des Halles. Parmi eux se trouvaient les locaux de la Chambre des notaires siècle. Sa destruction programmée soulève une grande vague de protestations dans les rangs des défenseurs l'implantation de l'îlot R, un premier plan parcellaire a été établi en décembre 1948. Le remembrement qu'il propose fait disparaître les rues des Fouquets et Boucicault au profit d'un ensemble de type fermé, au modifications sont portées au plan de remembrement : il adopte un plan en U ouvert à l'ouest. Sa réalisation dresse un avant-projet d'ensemble en juin 1959 et dépose, après validation de ses plans, une demande de permis de construire en octobre de la même année. Le chantier débute dans les premiers mois de 1960 et s'achève dix-huit mois plus tard environ. L'îlot a connu peu de changements depuis son achèvement. Dernier
    Observation :
    Escalier de la Tour Foubert (détruite en 1958 lors de la construction de l'îlot) : 1948/06/01
    Référence documentaire :
    Tirage : plan [1959]. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1959/n°1047). (cf. illustration n Tirage : plan [1959]. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan dressé le 20 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 19 Tirage : plan [1959]. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan [1959]. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan [1959]. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan [1959]. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan [1959]. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan dressé le 30 novembre 1949. Par Braulard (dessinateur). (archives municipales de
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Richelieu et à l'ouest par la rue de Jérusalem. Doté d'un plan en forme de U ouvert sur l'ouest, il présente une interruption du bâti rue de Jérusalem, encadrée par deux immeubles d'angle en retour d'équerre et concerté se compose de onze immeubles alignés à front de rues : bureaux, cafés et diverses boutiques occupent le rez-de-chaussée des constructions et se doublent, en cœur d'îlot, d'une rangée de garages et d'arrière-boutiques à toit-terrasse. Le gros-œuvre de l'ensemble associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons, à l'instar de tous les îlots du quartier nord. Les immeubles, à deux ou trois étages toiture à longs pans et croupes couverts d'ardoise. Hérissée de souches de cheminées en brique, cette couverture est surmontée pour quelques édifices de lucarnes à croupe ou rampantes, indiquant la présence d'un étage de comble. Un souci d'uniformisation semble avoir présidé à la reconstruction de ce dernier îlot et des Halles traduisent plus particulièrement cette recherche par l'adoption de deux grands types de
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type ouvert en forme de U
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue des Halles rue Marceau rue Richelieu rue de Jérusalem
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1959/n°1047) L'absence de document concernant la répartition des immeubles ne nous permet pas de lier précisément chaque parcelle de
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . (archives municipales de Tours, 149 W 19, îlot R). IVR24_20103702666NUCA Plan d'implantation, 1949. (archives municipales de Tours, 149 W 19, îlot R). IVR24_20103702667NUCA Plan masse du sous-sol, P. Labadie arch., 1959 (archives municipales de Tours, Permis de construire Plan du sous-sol (moitié sud), P. Labadie arch., [1959]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du rez-de-chaussée (moitié sud), P. Labadie arch., [1959]. (archives municipales de Tours Plan du sous-sol (moitié nord), P. Labadie arch., [1959]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du rez-de-chaussée (moitié nord), P. Labadie arch., [1959]. (archives municipales de Tours Plan du premier étage (moitié nord), P. Labadie arch., [1959]. (archives municipales de Tours Plan du deuxième étage (moitié nord), P. Labadie arch., [1959]. (archives municipales de Tours Plan du troisième étage (moitié nord), P. Labadie arch., [1959]. (archives municipales de Tours
  • Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 20)
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 20) Tours - Quartier du Sanitas - allée de l' Adjudant-Foiny allée de la Belle-Fille allée de Cangé allée de la Charparaie allée de Chaumont allée de Cheverny allée de la Devinière avenue du Général-de-Gaulle allée de Montrésor rue Nioche - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    . L'abandon de la norme ECONOR (logements non traversants), décidé à l'été 1958, conduisit l'Office municipal Parmi les trente immeubles de norme HLM (logements traversants) en R+4 (4 étages au-dessus du rez -de-chaussée) prévus initialement pour l'ensemble du secteur urbain concerté du Sanitas, quatre sont réalisés dans le cadre de la première tranche, dont deux partiellement, offrant un total de 173 logements à retenir la seule norme HLM pour les immeubles restant à construire dans le cadre de la deuxième enfin achevés en 1963. Construits de part et d'autre de l'avenue du Général-de-Gaulle, ils constituent la tranche II bis de l'opération du Sanitas, venant en reconduction de la deuxième tranche. Le . L'opération, réalisée à titre de prototype, fut ensuite étendue, à partir de la fin des années 1980, à d'une surélévation par un cinquième étage formé de petits logements destinés aux étudiants. 57 nouveaux logements furent mis en service entre 1994 et 1997, la rénovation de l'ensemble des bâtiments s'achevant en
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 94). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 94). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf
    Canton :
    Tours-2
    Murs :
    pierre de taille parpaing de béton
    Description :
    , I, L, P, Q1, Q2, 3, 4, 5, 6, 7a, 7b, 8, 9, 10 et 12 - est formé par une ossature dalle et murs-de -refend en béton, reposant sur une structure extérieure porteuse en pierre de taille provenant de carrières du Poitou. Chaque immeuble repose sur un niveau de sous-sol à usage de caves : les parois extérieures, épaisses de 35 centimètres, y sont bâties en parpaings. La division de l'espace intérieur y est effectuée par des murs de refend de 25 centimètres d'épaisseur, distants de 5,50 mètres les uns par rapport aux autres. Le niveau de rez-de-chaussée reprend la même structure, les parois extérieures étant constituées d'ardoise débitée en lames d'épaisseur variable et ensuite rejointoyées. Des blocs de pierre de taille, toujours de 35 centimètres d'épaisseur, se substituent ensuite à l'ardoise pour les quatre niveaux d'étage. L'ossature du bâtiment est soulignée par la grille orthogonale formée par les nez-de -dalle et les bandeaux verticaux prolongeant les murs de refend, l'ensemble peint en gris formant une
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - allée de l' Adjudant-Foiny allée de la Belle-Fille allée de Cangé allée de la Charparaie allée de Chaumont allée de Cheverny allée de la Devinière avenue du Général-de-Gaulle allée de Montrésor rue Nioche - en ville
    Titre courant :
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 20)
    Appellations :
    immeuble de norme HLM en R+4
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Bâtiment G - plan du sous-sol - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis Bâtiment G - plan du rez-de-chaussée - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - plan des étages 1 et 4 - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - plan des étages 2 et 3 - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - plan des pignons ouest et est - 1955. (Archives communales de Tours, section Bâtiment G - plan de la façade sud - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - plan de la façade nord - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment G - coupes - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de Coupes sur conduits de fumées et ventilations - 1955. (Archives communales de Tours, section Plan des façades du bâtiment 12. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W
  • Immeuble de type ECONOR (ensemble de 6)
    Immeuble de type ECONOR (ensemble de 6) Tours - Quartier du Sanitas - 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de la Bourdaisière 2, 4, 6, 8 allée de Cheverny 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de Luynes 4, 6, 8 allée du Plessis - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    ferrée de Tours à Nantes. Les ECONOR firent l'objet, à l'instar des autres bâtiment du Sanitas, d'une Les études de la première tranche du secteur industrialisé, lancées à la fin de l'été 1954, se basaient sur un programme initial de 600 logements, répartis à égalité entre des HLM et des ECONOR , également dénommés LEN (Logements Économiques Normalisés). Voulus par le ministère de la Reconstruction des pièces des logements. Non traversants, ils ne pouvaient de fait n'être construits que dans des immeubles à exposition est-ouest, le ministère refusant la réalisation de logements exclusivement exposés au nord. En conséquence, l'ensemble des immeubles à exposition nord-sud, au sein de la première tranche première tranche débuta en février 1958, les bâtiments M et N étant, en janvier 1959, les premiers de l'ensemble de l'opération à recevoir leurs habitants. Le principe de la reconduction des normes ECONOR pour au regard des HLM, pour un coût de construction comparable. Trois cages d'escalier furent cependant
    Référence documentaire :
    Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 102Fi22). (cf Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 397 (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf
    Canton :
    Tours-Sud
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    des HLM à cinq niveaux réalisés dans le cadre de la première tranche. Il est formé par une ossature dalle et murs de refends en béton, reposant sur une structure extérieure porteuse en pierre de taille provenant de carrières du Poitou. Chaque immeuble repose sur un niveau de sous-sol à usage de caves dont les parois extérieures, épaisses de 35 centimètres, sont bâties en parpaings. La division de l'espace intérieur y est effectuée par des murs de refend de 25 centimètres d'épaisseur, distants de 5,50 mètres les uns par rapport aux autres. Le niveau de rez-de-chaussée reprend la même structure, les parois extérieures étant constituées de schiste ardoisier débité en lames d'épaisseur variable et ensuite rejointoyées. Des blocs de pierre de taille, toujours de 35 centimètres d'épaisseur, se substituent ensuite à formée par les nez-de-dalle et les bandeaux verticaux prolongeant les murs de refend, l'ensemble peint en gris formant une légère saillie par rapport à la paroi en pierre de taille. Les bâtiments ECONOR sont
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de la Bourdaisière 2, 4, 6, 8 allée de Cheverny 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de Luynes 4, 6, 8 allée du Plessis - en ville
    Titre courant :
    Immeuble de type ECONOR (ensemble de 6)
    Appellations :
    immeuble de type ECONOR
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Bâtiment J - plan du sous-sol - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis Bâtiment J - plan du rez-de-chaussée - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment J - plan d'étage courant - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment J - plan de la façade ouest - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment J - plan de la façade est - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine Bâtiment J - plan des pignons sud et nord - 1955. (Archives communales de Tours, section Bâtiment J - coupes - 1955. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de Coupes sur conduits de fumées et ventilations - 1955. (Archives communales de Tours, section Vue de la construction du bâtiment M - 1958. (Archives communales de Tours, section contemporaine Vue de la construction du bâtiment B - 1959. (Archives communales de Tours, section contemporaine
  • Immeubles des première et deuxième tranches du Sanitas (ensemble de 33)
    Immeubles des première et deuxième tranches du Sanitas (ensemble de 33) Tours - Quartier du Sanitas - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Suite aux destructions des infrastructures ferroviaires situées au sud-ouest de la gare de Tours -Labourdette qui fut chargé du plan. La maîtrise d'ouvrage était assurée par l'office HLM de la ville de Tours , plusieurs hectares de terrain furent libérés par la SNCF permettant l'installation d'un nouveau quartier (811 logements) de ce premier grand ensemble tourangeau fut lancée à l'été 1958, suivie très rapidement d'une deuxième tranche de 1 279 logements. La livraison des immeubles s'échelonna entre 1960 et 1963
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 1). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 129). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 65). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 65). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 65). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 65). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 65). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 1). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 1). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 1). (cf. illustration n
    Canton :
    Tours-2
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La première et la deuxième tranche du Sanitas sont composées de 33 immeubles, soit près de 2 200 de Lattre-de-Tassigny (nord-sud) et l'avenue du Général-de-Gaulle (est-ouest). Les immeubles se divisent en trois grandes catégories : ceux comprenant 4 étages au-dessus du rez-de-chaussée (R+4), ceux comprenant 10 étages au-dessus du rez-de-chaussée (R+10) et ceux comprenant 15 étages au-dessus du rez-de immeubles le sont en accord avec la norme HLM. Les façades de ces constructions sont constituées de pierre de taille dans les étages, tandis que les rez-de-chaussées reçoivent un traitement particulier (schiste ardoisier pour les R+4 et les R+10, béton avec parement de carreaux de grès cérame pour les R+15 ). Enfin, planchers et murs de refend sont en béton.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [maître d'ouvrage] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - en ville
    Titre courant :
    Immeubles des première et deuxième tranches du Sanitas (ensemble de 33)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    à partir de 1947. Lancement du secteur industrialisé de Tours Néanmoins, ce report ne signifia pas l'ensemble de son activité de triage des wagons de marchandises. Seules étaient conservées à Tours les déplacement de la gare de Tours, qui devait dicter les caractéristiques générales du plan. La question foncière étant réglée, le ministre Maurice Lemaire affirma vouloir réaliser à Tours un programme de 600 d'architectes dans la réalisation des études de détail ; ce fut, à Tours, le cas du BECIB (Bureau d'Études de déplacement de la gare de Tours, soit 5180 logements. La Ville s'estima d'autant plus lésée que le modèle caractère peu courant parmi les constructions de l'époque. Jacques Henri-Labourdette reprenait à Tours une . Les travaux de voiries et réseaux divers (VRD), exécutés par la ville de Tours sur les emprises -Labourdette que courant 1958, à la demande de Marcel Tribut. Le maire de Tours, refusant de laisser sans l'exception des tours en R+15 qui étaient elles de conception nouvelle. Le nombre de logements pouvant être
    Illustration :
    Plan-masse général du secteur industrialisé - 11 janvier 1955. (Archives communales de Tours Plan-masse général du secteur industrialisé - 1er avril 1955. (Archives communales de Tours Plan-masse de la première tranche - 15 juillet 1955. (Archives communales de Tours, section Planning de la première tranche - 30 novembre 1955. (Archives communales de Tours, section Plan d'organisation du chantier de la première tranche - 1956. (Archives communales de Tours Vue en perspective du centre commercial - 25 juin 1958. (Archives communales de Tours, section Plan-masse général du secteur industrialisé - 27 août 1958. (Archives communales de Tours, section Plan-masse général du secteur industrialisé - 15 janvier 1959. (Archives communales de Tours Plan-masse général du secteur industrialisé - 2 avril 1959. (Archives communales de Tours, section Plan-masse général du secteur industrialisé - 6 octobre 1959. (Archives communales de Tours
  • Immeuble de norme HLM en R+10 (ensemble de 3)
    Immeuble de norme HLM en R+10 (ensemble de 3) Tours - Quartier du Sanitas - 1, 3, 5 allée de Moncontour 1, 3, 5 place Anne-de-Bretagne - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    A l'instar de la séquence des tours en R+15 (rez-de-chaussée plus 15 étages) flanquant le boulevard de Lattre-de-Tassigny, le principe de la succession, sur un axe nord-sud, de bâtiments longs en R+10 ces quatre immeubles s'ajoutaient encore trois autres de plus grandes dimensions, au Champ-Girault et de part et d'autre de l'avenue reliant la place de la Liberté à la nouvelle gare ; ils disparurent toutefois rapidement des études suivantes. Deux bâtiments de 126 logements chacun, dénommés D et K, furent programmés dans le cadre de la première tranche de 811 logements, leur permis de construire étant accordé en avril 1956. Leur construction, retardée par les appels d'offres infructueux, débuta au milieu de l'année troisième immeuble, le bâtiment R, fut enfin achevé en 1960 dans le cadre de la seconde tranche. Ne déménager la totalité de ses habitants dans le courant de l'année 2004, avant d'être démoli l'année suivante . Dans le cadre de la convention avec l'ANRU, un jardin arboré, dénommé jardin André-Theuriet, fut
    Observation :
    L'unité de mesure des dimensions est le mètre.
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 102Fi22). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf (Archives communales de Tours, section contemporaine, Permis de construire n°55-727). (cf
    Canton :
    Tours-Sud
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le système constructif des immeubles HLM en R+10 (rez-de-chaussée plus 10 étages) des première et des immeubles en R+4, augmentés de six niveaux d'élévation. Ce système est formé par une ossature dalle et murs de refends en béton, reposant sur une structure extérieure porteuse en pierre de taille provenant de carrières du Poitou. Chaque immeuble repose sur un niveau de sous-sol à usage de caves : les parois extérieures, épaisses de 35 centimètres, sont bâties en parpaings. La division de l'espace intérieur y est effectuée par des murs de refend de 25 centimètres d'épaisseur, distants de 5,50 mètres les uns par rapport aux autres. Le niveau de rez-de-chaussée reprend la même structure, les parois extérieures étant constituées de schiste ardoisier débité en lames d'épaisseur variable et ensuite rejointoyées. Des blocs de pierre de taille, toujours de 35 centimètres d'épaisseur, se substituent ensuite à formée par les nez-de-dalle et les bandeaux verticaux prolongeant les murs de refend, l'ensemble peint en
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 1, 3, 5 allée de Moncontour 1, 3, 5 place Anne-de-Bretagne - en
    Titre courant :
    Immeuble de norme HLM en R+10 (ensemble de 3)
    Appellations :
    immeuble de norme HLM en R+10
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Bâtiments D et K - Plan du sous-sol - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours, section Bâtiments D et K - Plan du sous-sol - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours, section Bâtiments D et K - Plan du rez-de-chaussée - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan du rez-de-chaussée - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan des étages 2, 4, 8, 10 - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan des étages 2, 4, 8, 10 - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan de la façade sud - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan de la façade sud - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan de la façade nord - Partie ouest - 1955. (Archives communales de Tours Bâtiments D et K - Plan de la façade nord - Partie est - 1955. (Archives communales de Tours
  • Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 8)
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 8) Tours - Quartier du Sanitas - rue Louis-Mirault rue Marcel-Thomas-Lavollée place Meffre rue Nioche - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    A l'automne 1959, suite à l'abandon du projet de déplacement de la gare de Tours, la municipalité terrains à bâtir. Suite au déplacement de la ligne Tours-Nantes, un espace triangulaire de deux hectares décida d'une nouvelle politique qui visait à regrouper les voies ferrées afin de disposer de nouveaux fut dégagé à l'est du quartier et permit de construire cinq immeubles (numérotés 21 à 25), soit 150 logements. Des sections supplémentaires furent également ajoutées au sud de l'immeuble N, donnant sur la place Anne-de-Bretagne. Les travaux furent achevés en 1966. Deux immeubles de norme HLM en R+4 (quatre niveaux au-dessus du rez-de-chaussée) furent également édifiés dans le cadre de la quatrième tranche du Sanitas au sud de l'avenue du Général-de-Gaulle et livrés en 1968 : les bâtiments 11 et 26. Enfin commerces en rez-de-chaussée.
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 98). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 98). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 98). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 98). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 98). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 98). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 98. Permis de construire de la troisième tranche Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 101. Troisième tranche : avant-projets, plans Archives communales de Tours. Série W : 999 W 117. Permis de construire de la quatrième tranche
    Canton :
    Tours-Sud
    Description :
    porteuse formée de dalles de béton reposant sur des murs de refend. Les bâtiments sont constitués de deux de grès cérame utilisé au niveau des murs pignons et des allèges de baies. Des balcons viennent
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - rue Louis-Mirault rue Marcel-Thomas-Lavollée place Meffre rue
    Titre courant :
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 8)
    Appellations :
    immeuble de norme HLM en R+4
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    Quelques repères historiques Le report sine die du déplacement de la gare de Tours est décidé par nouveaux immeubles d'habitation. Le déplacement de la ligne de Tours à Nantes autorisait la récupération évolution sensible n'est depuis intervenue. Le déplacement de la ligne de Tours à Nantes venait clore la Jean Royer à l'automne 1959, quelques mois seulement après son élection à la tête de la mairie. Cette décision entraîna la réévaluation de l'utilisation des espaces interstitiels, localisés entre les voies ferrées et les tranches de logements déjà en cours de réalisation dans le secteur urbain concerté du Sanitas. La nouvelle politique de la municipalité était, à défaut de pouvoir déplacer la gare, de regrouper les voies ferrées afin de rendre ces espaces utilisables par l'Office HLM pour la construction de d'un terrain triangulaire de près de deux hectares, à l'est des bâtiments M et N, permettant ainsi de déménagement des établissements Billard, l'Office décida de leur substituer, au titre de la troisième tranche
    Illustration :
    Plan-masse des bâtiments 21 à 25 - 1964. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de répartition des logements des bâtiments 21 à 25 - 1964. (Archives communales de Tours Plan du rez-de-chaussée du bâtiment 24 - 1964. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan du 1er, 2e et 3e étage du bâtiment 24 - 1964. (Archives communales de Tours, section Plan du 4e étage du bâtiment 24 - 1964. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Plan des façades du bâtiment 22 - 1964. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Plan de situation. IVR24_20113702248NUDA Vue de l'angle rentrant entre les bâtiments 11 et 12. IVR24_20113702337NUC2A
  • Immeubles des troisième et quatrième tranches du Sanitas (ensemble de 12)
    Immeubles des troisième et quatrième tranches du Sanitas (ensemble de 12) Tours - Quartier du Sanitas - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Après son élection à la mairie de Tours en mars 1959, Jean Royer (1920-2011) baptise le nouveau secteur industrialisé du nom de "Sanitas". Il fait également le choix de repousser sine die le projet de , de nouveaux terrains ont pu être bâtis. La troisième tranche du Sanitas débute ainsi en 1961 avec la construction de trois bâtiments entre la place de la Liberté et la place Saint-Paul, dont la tour U de 21 étages. Une étude pour cinq immeubles de plus petite échelle (numéros 21 à 25) est également lancée par 1967 et 1969. Elle fait suite à la faillite des établissements Billard, situés à proximité de la place Saint-Paul. La fermeture de l'entreprise permet de libérer cet emplacement pour de nouvelles également dans le cadre de cette tranche. Les rénovations intervenues dans les décennies suivantes ont peu altéré ces bâtiments, se limitant à des travaux de mise aux normes techniques et énergétiques.
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 65). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 98). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 98. Permis de construire de la troisième tranche Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 101. Troisième tranche : avant-projets, plans Archives communales de Tours. Série W : 999 W 117. Permis de construire de la quatrième tranche
    Canton :
    Tours-2
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    caractérisées par une absence d'unité spatiale, les différents immeubles étant disséminés au milieu de ceux déjà réalisés au cours des deux premières tranches de construction. Néanmoins, cinq d'entre eux, les bâtiments , le long de l'avenue du Général-de-Gaulle. Ils sont de hauteur variables allant de 4 étages au-dessus du rez-de-chaussée (bâtiment 17 et 20 en R+4) à 21 (tour U en R+21), en passant par des R+6 (bâtiment 18 et 19). Les sept autres (bâtiments 11 et 21 à 26) localisés plus à l'est, de part et d'autre de l'avenue du Général-de-Gaulle, comportent 4 niveaux au-dessus du rez-de-chaussée. En termes d'esthétique , on ne retrouve plus ici de référence aux matériaux traditionnels comme dans les première et deuxième tranches. Les façades n'ayant plus de rôle porteur sont rythmées de grandes ouvertures et de balcons. La parpaings. Enfin, des carreaux de grès cérame sont utilisés pour le parement des murs pignons et des allèges.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - en ville
    Titre courant :
    Immeubles des troisième et quatrième tranches du Sanitas (ensemble de 12)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    finances municipales. Le nouveau maire de Tours décida donc, dès les premiers mois suivant son accession L'arrivée de Jean Royer et le maintien de la gare de Tours à son emplacement existant La traitement par l'Office HLM de Tours, malgré l'apport de 2 200 logements. La municipalité, dirigée par Jean l'agglomération de Tours. A moyen terme, le projet de Jean Royer consistait en l'aménagement de l'ensemble de la pour les finances municipales, a fortiori au regard de celui, très inférieur, de la viabilisation des du nouveau maire de Tours, ces trois bâtiments inaugurèrent une esthétique nouvelle, marquée par déplacement de la gare de Tours. Un terrain triangulaire, situé au nord-est de l'avenue du Général-de-Gaulle raccordant la gare de Tours à la ligne en direction de Nantes quelques centaines de mètres plus au sud de son Tours. La place Saint-Paul, située au carrefour des deux principales voies de circulation du Sanitas des bâtiments 21 à 25 fait l'objet depuis 1998 d'une mise en vente progressive par l'OPAC de Tours
    Illustration :
    Plan-masse général du Secteur Industrialisé - 2 avril 1959. (Archives communales de Tours, section Plan-masse général du Sanitas - 10 mai 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan-masse général du Sanitas - 4 janvier 1963. (Archives communales de Tours, section Plan-masse général du Sanitas - 15 juin 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan d'implantation des bâtiments 1 ter, 11 et 26 - 15 juin 1965. (Archives communales de Tours Plan d'implantation des bâtiments 17, 18, 19, 20 et de la tour U - 15 janvier 1963. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). IVR24_20113700996NUC2A U en cours de construction - 1965. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, section contemporaine universitaire - 1972. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, section contemporaine, Chambray-lès-Tours Plan de situation. IVR24_20113702247NUDA
  • Immeuble de norme HLM en R+15 (ensemble de 5)
    Immeuble de norme HLM en R+15 (ensemble de 5) Tours - Quartier du Sanitas - 1 allée Camille-Lefèvre 1 place de Grandière 5 allée des Granges-Saint-Martin 1 allée de Montrésor 1 allée de Varennes - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    des cinq tours pouvant alors être réalisées dans le cadre de la seconde tranche du secteur fondations des deux premières tours, dénommées A et E, qui jouxtaient des bâtiments déjà en cours de Le principe général des six tours en R+15, scandant à intervalles réguliers le flanc est du boulevard de Lattre-de-Tassigny, fut acté dès le premier plan-masse de Jacques Henri-Labourdette, présenté épais. Les plans définitifs furent réalisés au cours de l'été 1958. Ils sont identiques pour l'ensemble industrialisé. La construction de la sixième, à l'extrémité nord du quartier, requérait quant à elle le déplacement de la gare. Une première dérogation fut accordée par le ministère de la Construction afin que ces tours, bien que ne s'appuyant sur aucun modèle réalisé en première tranche, puissent bénéficier du principe de la reconduction des marchés, évitant la passation de nouveaux appels d'offre. Une seconde dérogation fut accordée en janvier 1959 afin de lancer, sans attendre le permis de construire, les travaux de
    Référence documentaire :
    Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 397 (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 65). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 7). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 65). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : 999 W 65. Permis de construire de la deuxième tranche de 1 Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 2. Études de la deuxième tranche du SI, VRD Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 7. Études de la deuxième tranche du SI.
    Canton :
    Tours-2
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Les tours A, E, O, S et T sont construites sur un modèle strictement identique. Celui-ci est de 44 mètres de hauteur (R+15) sur un plan au sol quadrangulaire, long de 24,30 m et épais de 14,60 m. La structure générale est constituée par des murs porteurs transversaux de 20 cm d'épaisseur, soutenant une dalle de béton prenant appui sur la façade. Des cloisons en brique plâtrière de 7 cm d'épaisseur séparent les différents pièces d'un même logement. A la différence des autres immeubles de la première et de la seconde tranche, les murs extérieurs du rez-de-chaussée ne sont pas constitués d'ardoise, mais de béton paré de carreaux de céramique noirs sur les quatre pans du bâtiment. Les façades des étages sont elles construites en pierre de taille porteuse de 35 cm d'épaisseur, chaque niveau étant séparé par un nez-de-dalle en béton peint en blanc, formant un ressaut de 10 cm. Les façades est et ouest planéité de la pierre de taille n'étant rompue que par les légers décrochements des fenêtres. Ces
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 1 allée Camille-Lefèvre 1 place de Grandière 5 allée des Granges -Saint-Martin 1 allée de Montrésor 1 allée de Varennes - en ville
    Titre courant :
    Immeuble de norme HLM en R+15 (ensemble de 5)
    Appellations :
    immeuble de norme HLM en R+15
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan des façades - 1958. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W Plan du rez-de-chaussée - 1959. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan d'étage courant - 1959. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Vue de la construction de la tour A - 1959. (Archives communales de Tours, section contemporaine du boulevard de Lattre-de-Tassigny - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de situation. IVR24_20113702245NUDA Vue générale en direction du sud-est. Les cinq tours en R+15 sont visibles au second plan le long Façade sud de la tour T. IVR24_20103701504NUC1A Vue du hall d'entrée de la tour O après "résidentialisation". IVR24_20103701479NUC1A Façade est de la tour A. IVR24_20103701541NUC2A
  • Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 5)
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 5) Tours - Quartier du Sanitas - rue Jean-Aubry rue Maurice-Bedel rue Jules-Guesde - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Cet ensemble de cinq immeubles de norme HLM en R+4 (quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée) est construit dans le cadre de l'opération Pasteur. Prenant place au sud des deuxième, troisième et quatrième réalisation d'un groupe de six bâtiments en R+4, numérotés 11 à 16, disposés en quadrilatère. Seuls les n° 11 et 12 furent in fine réalisés, laissant une importante emprise libre au sud de ceux-ci. Le lancement des études de l'opération Pasteur, courant 1965, s'effectua donc sur un gabarit des bâtiments -Labourdette retint ainsi un groupe de onze bâtiments en R+4 de dimensions relativement modestes. Dix d'entre eux sont groupés suivant une implantation sinueuse en forme de turbine, et sont reliés par des l'extension vers le nord de son périmètre. Le nombre de bâtiments en R+4 prévus passa à treize, la moitié programme du collège Pasteur, à l'été 1967, bouleversa une fois de plus, dans sa partie sud, le plan-masse était toutefois déjà fixée. Ils furent les premiers lancés, leur construction débutant au milieu de
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : 999 W 285. Pasteur : permis de construire, plans Archives communales de Tours. Série W : 999 W 296. Archives communales de Tours. Série W : 999 W 297. Pasteur : permis de construire modificatif. photog. n. et b. Par Arsicaud Robert (photographe). (Archives départementales d'Indre-et-Loire , section contemporaine, Chambray-lès-Tours, Série Fi, cote 5Fi-P35, 24375-7). (cf. illustration n
    Canton :
    Tours-2
    Description :
    Les cinq immeubles en R+4 (quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée) réalisés dans le cadre de Labourdette à partir de la troisième tranche du Sanitas. Seules les dimensions des différents éléments de refend en béton, ils offrent une façade presque entièrement libre, le seul élément porteur deux logements par palier. Ces modules, au nombre de 14 répartis dans les cinq immeubles, abritent par conséquent un total de 140 logements. Les façades du rez-de-chaussée, encadrant le hall d'entrée, sont constituées de baies filantes, pourvues de persiennes, reposant sur des allèges décorées de carreaux de grès surmonté de deux trumeaux porteurs parés de carreaux de grès cérame beige encadrant des balcons, celui du trumeau encore existant sur le modèle de la troisième et de la quatrième tranche disparaissant. Seuls les nez des dalles et les joints de dilatation viennent diviser en grille les allèges et les baies sur les bâtiments d et f des portes-fenêtres. Deux extensions du bâtiment f, sous la forme de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - rue Jean-Aubry rue Maurice-Bedel rue Jules-Guesde - en ville
    Titre courant :
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 5)
    Appellations :
    immeuble de norme HLM en R+4
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan des façades du bâtiment k-l - 1969. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan du rez-de-chaussée du bâtiment k-l - 1969. (Archives communales de Tours, section Plan d'étage courant du bâtiment k-l - 1969. (Archives communales de Tours, section contemporaine Vue de la construction du bâtiment d - 1969. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, section Plan de situation. IVR24_20113702255NUDA contemporaine, Chambray-lès-Tours, Série Fi, cote 5Fi-P35, 24375-7). IVR24_20103701529NUC1A Vue de la façade Sud du bâtiment e de l'opération Pasteur. IVR24_20103701490NUC1A Détail de modénature - façade Sud du bâtiment k-l. IVR24_20103701488NUC1A
  • Immeubles dits opération Pasteur (ensemble de 9)
    Immeubles dits opération Pasteur (ensemble de 9) Tours - Quartier du Sanitas - rue Jean-Aubry rue Maurice-Bedel rue Jules-Guesde rue Théophane-Vénien - en ville - Cadastre : 2010 CV 415 2010 CV 416 2010 CV 417 2010 CV 453 2010 CV 459 2010 CV 460
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    En 1962, suite à l'annonce de la libération de nouveaux terrains au sud du secteur urbain concerté du Sanitas, un premier architecte, le Tourangeau Michel Marconnet, est chargé de réaliser une étude d'urbanisme pour la construction de logements supplémentaires à cet emplacement. Laissé sans suite ce dossier Henri-Labourdette. Plusieurs projets sont ensuite conçu jusqu'à l'émission d'un permis de construire en août 1968. Celui-ci prévoit l'édification de 13 bâtiments, dont les premiers sont construits dès la fin de cette année 1968. Suite à une ultime modification du plan-masse et à la faillite de l'entrepreneur
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 285). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 285). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 10). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : 999 W 285. Pasteur : permis de construire, plans Archives communales de Tours. Série W : 999 W 296.
    Canton :
    Tours-2
    Description :
    neuf immeubles de l'opération Pasteur comprend une tour en R+14 (14 étages au-dessus du rez-de-chaussée ), 5 bâtiments en R+4 et 3 en R+6. Ceux-ci sont organisés autour de la rue Maurice-Bedel qui forme une grecque de la tour U.
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - rue Jean-Aubry rue Maurice-Bedel rue Jules-Guesde rue
    Titre courant :
    Immeubles dits opération Pasteur (ensemble de 9)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    Tours-Nantes. La récupération de ces terrains n'était pas prévue lors de la mise en place du secteur ville de Tours ayant décidé la création d'un collège de 600 élèves en limite sud du quartier. Le nombre , fut remplacé en 2008-2009 par des menuiseries PVC blanches. L'OPAC de Tours a enfin engagé, début 2011 voie de passage pour les habitants de l'agglomération de Tours, seuls les résidents ayant vocation à y Quelques repères historiques L'opération Pasteur constitue l'ultime prolongement de l'aménagement prévoyait la poursuite de la trame orthogonale des deux premières tranches, avec la construction d'une nouvelle tour en R+15 (quinze étages au-dessus du rez-de-chaussée) parachevant la composition nord-sud dans l'axe du boulevard de Lattre-de-Tassigny. Jacques Henri-Labourdette réalisa ensuite, à l'automne 1963 , une esquisse fondée sur le système de bâtiments en plots en R+4 déjà éprouvé à Sarcelles. L'Office le but de la distinguer de l'image générale du quartier, qui tendait déjà à devenir négative auprès
    Illustration :
    Avant-projet par Michel Marconnet - 23 juillet 1962. (Archives communales de Tours, section Plan-masse - 15 juin 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 Plan-masse - Hiver 1967. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W Elévations d'ensemble - 18 mars 1967. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W Plan-masse - 19 juillet 1967. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan-masse - 10 mai 1968. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W Plan de situation - 1er juillet 1968. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W Façades types - 1er juillet 1968. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W Plan de situation. IVR24_20113702254NUDA Vue de la façade ouest du bâtiment g. IVR24_20103701496NUC1A
  • Immeuble dit tour U (4 avenue du Général-de-Gaulle)
    Immeuble dit tour U (4 avenue du Général-de-Gaulle) Tours - Quartier du Sanitas - 4 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CR 316
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    supporter pour l'Office HLM. Jean Royer, nouveau maire de Tours, demanda à Labourdette de déplacer la tour L'idée de réaliser un signal urbain marquant l'entrée ouest du nouveau quartier depuis la place de pouvant être réalisés sur les emprises ferroviaires dans le cadre de la troisième tranche, tandis que la construction de la première était engagée et que la deuxième était en cours d'étude. La tour U est alors prévue à l'angle sud-ouest de la cité universitaire, immédiatement au nord du croisement entre la future avenue du Général-de-Gaulle et l'avenue Saint-Lazare. La hauteur prévue à R+20 (20 étages au-dessus du rez-de-chaussée) posait toutefois problème, le respect des règles de prospect (distance minimale autorisée par les règlements d'urbanisme et de voirie entre les bâtiments, calculée pour un éclairement naturel satisfaisant de chacun d'eux) réclamant la démolition d'une quinzaine de maisons de la rue Saint -Just, trop proche de la tour. La charge financière des expropriations eut alors été impossible à
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : 999 W 66. Deuxième tranche de 1 279 logements : avant Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche photog. n. et b. Par Arsicaud Robert (photographe). (Archives départementales d'Indre-et-Loire
    Canton :
    Tours-Sud
    Description :
    les tours en R+15 (quinze étages au-dessus du rez-de-chaussée) de la première tranche ; un escalier bâtiment du Sanitas, avec ses 59,5 mètres de hauteur à l'acrotère. Elle repose sur un plan au sol en croix grecque, des encorbellements conférant aux vingt niveaux d'étages un plan carré de 20,4 mètres de côté. La structure du bâtiment est constituée de dalles de béton reposant sur une ossature formée par le noyau de la cage d'escalier et des ascenseurs, et par les murs de refend de 20 cm d'épaisseur, régulièrement espacés de 5,76 m. Ces murs se prolongent en façade par des poteaux porteurs en béton blanc, formant une saillie de 90 cm, et se prolongeant au-delà de l'acrotère. Le sous-sol et la majeure partie du rez-de large hall d'entrée ouvrant sur l'avenue du Général-de-Gaulle. Le rez-de-chaussée est surmonté par un entresol, devant initialement accueillir des bureaux, et finalement occupé par quatre appartements de deux de quatre pièces sont organisés en miroir autour du vestibule central. La première chambre, le séjour
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 4 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CR 316
    Titre courant :
    Immeuble dit tour U (4 avenue du Général-de-Gaulle)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan d'implantation - 1963. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 Plan de la façade Sud - 1963. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan des façades Nord et Ouest - 1963. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Coupes - 1963. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97 Plan du rez-de-chaussée - 1963. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan de l'entresol - 1963. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 Plan d'étage courant - 1963. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Vue générale de la cité universitaire, du bâtiment 20 et de la tour U - 1972. (Archives Plan de situation. IVR24_20113702253NUDA Vue aérienne de la tour U prise depuis le sud-ouest (vers 1965-66). IVR24_19873702593VA
  • Immeuble dit bâtiment 20 (8-10 avenue du Général-de-Gaulle)
    Immeuble dit bâtiment 20 (8-10 avenue du Général-de-Gaulle) Tours - Quartier du Sanitas - 8, 10 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CR 318
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    diminution du programme alloué par le ministère de l’Éducation à la cité universitaire conduisit l'Office à faire reprendre le projet par Labourdette courant 1961. Seuls 48 logements HLM de petites dimensions sont encore prévus afin de pouvoir accueillir malgré tout une population étudiante. Le côté ouest du bâtiment devait former un bloc indépendant à usage de bureaux à destination de l'Office HLM ; la différenciation d'usage était soulignée par l'emploi de murs-rideaux sur une façade pleine. Le permis de , occupant pour partie le site d'implantation, tardait à déménager en raison de difficultés financières. De nouveaux plans furent établis en 1965, dans le cadre de la quatrième tranche du Sanitas. Le bâtiment fut rallongé de vingt mètres, récupérant l'emprise initialement destinée au bâtiment administratif de l'Office qu'après l'obtention du permis de construire définitif, le 2 septembre 1965. La construction s'acheva en
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche Archives communales de Tours. Série W : 999 W 117. Permis de construire de la quatrième tranche photog. n. et b. Par Arsicaud Robert (photographe). (Archives départementales d'Indre-et-Loire , section contemporaine, Chambray-lès-Tours, Série Fi, cote 5Fi-P35, 27581-3). (cf. illustration n
    Canton :
    Tours-Sud
    Description :
    Le bâtiment 20 constitue un exemplaire unique au sein de la seconde génération des bâtiments du Sanitas, tant par la modénature de sa façade que par sa distribution intérieure, qui ne sont partagées par aucun autre immeuble en R+4 (quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée). Cette originalité dans le type comme dans la forme a pour cause l'emplacement du bâtiment, situé à proximité des équipements de la cité que son esthétique spécifique accentue. Accolé au centre d'action sociale de la tour U, le bâtiment 20 forme le contrepoint horizontal de cette dernière. L'ensemble formé avec le bâtiment 19, au sud de l'avenue du Général-de-Gaulle, se distingue du reste du quartier par son caractère monumental et la qualité porteur sur la façade sud, orientée sur l'avenue du Général-de-Gaulle, qui est ainsi laissée totalement libre. Les bandeaux verticaux prolongeant les murs de refend y forment une nette saillie, créant un jeu vertical de creux et de pleins avec le reste de la façade uniquement formé de fenêtres à persienne aux
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 8, 10 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CR
    Titre courant :
    Immeuble dit bâtiment 20 (8-10 avenue du Général-de-Gaulle)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée et plan d'étage du premier projet - 1962. (Archives communales de Tours Plan des façades du premier projet - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan du rez-de-chaussée - 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan d'étage courant - 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan des façades - 1965. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W Vue générale de la cité universitaire, du bâtiment 20 et de la tour U - 1972. (Archives Plan de situation. IVR24_20113702252NUDA départementales d'Indre-et-Loire, section contemporaine, Chambray-lès-Tours, Série Fi, cote 5Fi-P35, 27581-3 Vue de la façade Nord avant la construction de l'ascenseur extérieur. IVR24_20113702468NUC1A
  • Immeuble dit bâtiment 19 (21 à 35 avenue du Général-de-Gaulle)
    Immeuble dit bâtiment 19 (21 à 35 avenue du Général-de-Gaulle) Tours - Quartier du Sanitas - 21, 23, 25, 27, 29, 31, 33, 35 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CV 464
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    , six mois après le lancement des travaux de la première tranche du secteur industrialisé. Ce plan-masse encore déménagé à Saint-Pierre-des-Corps. Le fabricant d'autorails Billard occupait alors encore près de deux hectares, au croisement du boulevard de Lattre-de-Tassigny et de l'avenue du Général-de-Gaulle. La réalisation du bâtiment 19, pour moitié implanté sur l'emprise de l'usine, était donc conditionnée à son respectivement réalisés dans le bâtiment 17 et près de la chaufferie. Un premier projet pour un immeuble en R+4 (quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée), accueillant 58 logements de norme ILN (Immeuble à Loyer Normal), vit son permis de construire délivré le 2 février 1963. Un portique était alors prévu pour permettre une liaison directe entre la place Saint-Paul et l'avenue du Général-de-Gaulle. L'indisponibilité opérationnelle du Sanitas. L'État ne fut toutefois pas en mesure de fournir les crédits nécessaires à la réalisation. Un nouveau projet fut élaboré dans l'urgence, en reprenant des caractéristiques proches de celles
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 122). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 122). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 122). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 122). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 122). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 122). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche Archives communales de Tours. Série W : 999 W 117. Permis de construire de la quatrième tranche
    Canton :
    Tours-2
    Description :
    Le bâtiment 19 compte huit cages d'escalier. Sa structure consiste en une ossature dalle et murs-de à chaque niveau de maintenir un jeu de creux et de pleins sur la façade. Au nord, les fenêtres deux cas, les allèges des baies, aux persiennes peintes en marron, sont décorées de carreaux de grès . L'accès à l'intérieur du bâtiment se fait par la façade nord, ouvrant sur l'avenue du Général-de-Gaulle . Chaque cage d'escalier dessert deux logements par niveau, tant au rez-de-chaussée qu'aux étages, où un plan courant est appliqué. Légèrement surélevé par rapport au niveau de la rue, afin d'améliorer l'aération et la ventilation du sous-sol, le rez-de-chaussée comporte pour chaque cage un logement d'une pièce et un logement de trois pièces. Le local pour voitures d'enfants, présent dans le bâtiment 18, est
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 21, 23, 25, 27, 29, 31, 33, 35 avenue du Général-de-Gaulle - en
    Titre courant :
    Immeuble dit bâtiment 19 (21 à 35 avenue du Général-de-Gaulle)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan des façades du premier projet - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan d'étage courant du premier projet - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de la façade Sud - 1966. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan de la façade Nord - 1966. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan du rez-de-chaussée (partie Ouest) - 1967. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan du rez-de-chaussée (partie Est) - 1967. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan d'étage courant (partie Ouest) - 1967. (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan d'étage courant (partie Est) - 1967. (Archives communales de Tours, section contemporaine Vue générale de la construction - 1968. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, section Plan de situation. IVR24_20113702251NUDA
  • École maternelle Marie-Curie
    École maternelle Marie-Curie Tours - Quartier du Sanitas - 2 allée de Charentais - en ville - Cadastre : 2010 CN 44
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    délibération municipale. Elle comprenait Charles Piot (architecte chef de groupe), Daniel Cotté, Jean Rouchaud Sanitas, et comprenant une école primaire et une école maternelle, fut réclamée par la municipalité de Marcel Tribut dès le début des études de plan-masse par Jacques Henri-Labourdette à l'été 1954. Alors très proche de celui qui accueillera l'école primaire Blaise-Pascal. La Ville s'opposera initialement à enfants habitant le centre-ville. Un second emplacement ayant été trouvé au nord de la zone des 811 logements de la première tranche de construction du Sanitas, le groupe scolaire fut scindé en deux au début de l'année 1957. L'école maternelle Marie-Curie fut donc installée au nord du Sanitas, tandis que d'architectes chargée de la réalisation du groupe scolaire avait par ailleurs été nommée en 1956 par dénommée Architurone. L'architecte Albert Notter, qu'on pensait charger de l'école maternelle, se vit finalement confier les études d'une nouvelle crèche, rue du Hallebardier. Le vœu du conseil municipal était
    Référence documentaire :
    Archives communales de Tours. Série M : 4 M 475. Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 1. Négociations entre la Ville et le ministère sur la première tranche du SI, avant-projets de Labourdette, VRD, groupes scolaires, correspondances.
    Canton :
    Tours-Sud
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Description :
    excroissance à l'angle sud-ouest du bâtiment. Ne comportant qu'un niveau de rez-de-chaussée, cette dernière bâtiment, comportant un étage, abrite quant à lui les salles de classes. Il ouvre au nord sur une pelouse séparant l'école du bâtiment C, et au sud sur la cour de l'école, isolée de la circulation par une haie doublée d'une clôture. La structure du bâtiment est en maçonnerie, aucun procédé de préfabrication constitués de parpaings creux, reposant sur une dalle de béton armé. La façade sud est largement ouverte sur l'extérieur par des menuiseries en aluminium, permettant un ensoleillement optimal des salles de classes.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 2 allée de Charentais - en ville - Cadastre : 2010 CN 44
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan-masse préliminaire (1957). (Archives communales de Tours, section contemporaine Plan de situation. IVR24_20113702261NUDA Vue de la façade nord. IVR24_20103701543NUC2A
  • Immeuble dit bâtiment 18 (place Saint-Paul)
    Immeuble dit bâtiment 18 (place Saint-Paul) Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 462
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    qu'ayant obtenu l'accord de Jean Royer, il se heurta aux réticences des conseillers municipaux, qui , six mois après le lancement des travaux de la première tranche du secteur industrialisé. Ce plan-masse encore déménagé à Saint-Pierre-des-Corps. Il devait alors, avec ses 170 mètres de longueur, être l'un des plus importants immeubles de ce secteur urbain. Situé en bordure de la place Saint-Paul, au sud-ouest ouest, qui venait à l'aplomb de celui du bâtiment 6, fut toutefois déplacé dès janvier 1959 au niveau de celui du bâtiment 5, ramenant le bâtiment 18 à une longueur de 112 mètres. Son implantation n'évolua -Labourdette prévoyait alors un bâtiment en R+10 (dix étages au-dessus du rez-de-chaussée), l'architecte souhaitant clore de manière monumentale la perspective Nord-Sud du boulevard de Lattre-de-Tassigny. Bien obtinrent de ramener le volume de l'édifice à R+6. Le bâtiment 18 est le premier immeuble du Sanitas à posséder six étages et à offrir des balcons filants. Le permis de construire fut délivré le 2 février, sa
    Référence documentaire :
    (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 97). (cf. illustration n Archives communales de Tours. Série W : cote 999 W 97. Permis de construire de la troisième tranche
    Canton :
    Tours-2
    Description :
    Le bâtiment 18, premier immeuble en R+6 (six étages au-dessus du rez-de-chaussée) construit au Sanitas, est formé de neuf cages d'escalier juxtaposées, toutes identiques à l'exception de celle à l'extrémité est. La structure de ces cages est formée par des dalles de béton reposant sur des murs de refend de quinze centimètres d'épaisseur. Les façades nord et sud sont intégralement non porteuses, à l'exception à nouveau de la cage d'escalier orientale, dont la structure a été rallongée pour permettre la bâtiment. Quatre portions ajourées permettent à chaque niveau de maintenir un jeu de creux et de pleins sur marron, sont décorées de carreaux de grès cérame vert. Ce même matériau se retrouve, en teinte beige, sur le pignon ouest intégralement aveugle, et en parement des parois porteuses de la cage d'escalier . Chaque cage d'escalier dessert deux logements par niveau, tant au rez-de-chaussée qu'aux étages, où un plan courant est appliqué. Légèrement surélevé par rapport au niveau de la rue, afin d'améliorer
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Ville de Tours, OPMHLM
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 462
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan d'étage courant - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote Plan des façades - 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W Plan de situation. IVR24_20113702250NUDA Vue de la façade sud. IVR24_20103701516NUC1A Vue de la façade Nord. IVR24_20103701551NUC2A