Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 24 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bibliothèque municipale
    Bibliothèque municipale Tours - Quartier sinistré nord - 2 bis avenue André-Malraux - en ville - Cadastre : 2010 CD 2
    Historique :
    Installée depuis 1907 dans l'ancien hôtel de ville place Anatole-France, la bibliothèque municipale et emblématique du Tours reconstruit. Le chantier du gros-œuvre s'achève à la fin de l'année 1955 est le premier édifice touché par les tirs d'obus incendiaires qui frappent Tours en juin 1940 : suite autres locaux, le bibliothécaire en chef Georges Collon est à l'initiative d'une réflexion puis de différents projets de localisation et de construction d'un nouvel édifice. Une solution est finalement instances ministérielles et de la direction des bibliothèques de France. Après avoir présenté quelques esquisses, l'architecte Pierre Patout, auteur du plan de reconstruction de l'entrée nord, se voit confier le projet de reconstruction de l'établissement en association avec les frères Dorian. Une demande de permis de construire, annexée des plans définitifs, est déposée en décembre 1952 pour un montant approximatif des travaux de 370 millions de francs. La reconstruction de la bibliothèque est notamment financée
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Référence documentaire :
    (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M Bibliothèque, boîtes 709-711 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°720 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°720 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°720 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°720 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°720 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M Bibliothèque, boîtes 709-711 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°720 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°720 (architecte) ; Dorian, Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M Bibliothèque, boîtes 709-711
    Canton :
    Tours-Centre
    Étages :
    2 étages de sous-sol rez-de-chaussée
    Annexe :
    Entreprises ayant participé à la construction de la bibliothèque ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p (rayonnages en bois) - Butet (électricité) - Berton-Cavedo (plâtrerie) - Lavrut et Serre (pierre de taille
    Texte libre :
    des bibliothèques, la bibliothèque de Tours est inscrite sur la liste des édifices publics à d'examiner plus d'une vingtaine de sites disponibles, une commission municipale s'accorde à l'avis de la municipale se dresse au nord-est de la place Anatole-France, sur une bande de terrain délimitée par le bord châssis métallique qui est surmontée par l'inscription "Bibliothèque municipale" en lettres de laiton duquel sont apposés quatre blasons stylisés de la ville de Tours. L'auditorium constitue la version Histoire d'une genèse Après les destructions de juin 1940, le bibliothécaire en chef Georges Collon , qui souhaite un rétablissement rapide de l'institution, rédige dès le mois d'août un "premier programme de reprise de la lecture publique". Collon entreprend parallèlement la reconstitution des fonds et se lance dans la recherche d'un emplacement propice à la reconstruction de l'établissement. A la fin la protection de ses collections, il esquisse trois projets de reconstruction souterraine. Ces
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Observation :
    Œuvre ultime de l'architecte Pierre Patout (1879-1965), la bibliothèque municipale de Tours représente sans doute l'une des dernières réalisations françaises de style "Art déco", ses volumes rappelant singulièrement quelques-uns des pavillons d'expositions internationales de l'Entre-deux-guerres. Paradoxalement de réaliser un "établissement-pilote" porteur de fonctionnalités innovantes. Malgré les transformations intérieures successives qui entravent quelque peu la compréhension de l'édifice d'origine, la bibliothèque a conservé un important rôle de signal urbain et culturel, symbole fort de la renaissance de la cité tourangelle après la Seconde Guerre mondiale. Plus de cinquante ans après son ouverture au public , l'édifice a connu une première phase de travaux de réaménagement de ses espaces publics en 2012-2013. Le seconde phase devrait être mise en œuvre à partir de 2017.
    Précision dénomination :
    bibliothèque municipale
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Description :
    municipale de Tours comporte un corps central de plan carré flanqué de deux ailes basses couvertes en Située au bord de la Loire, à l'extrémité nord-est de la place Anatole-France, la bibliothèque possède une structure porteuse faite de poteaux-poutres en béton armé remplie d'une maçonnerie de moellons recouverte d'un plaquis de pierre calcaire sur sa face extérieure. Les niveaux supérieurs sont éclairés par de grandes baies disposées en bandeaux verticaux. Les accès au bâtiment sont matérialisés par un escalier d'apparat en pierre menant à une porte à double battant desservant le rez-de-chaussée haut et, au niveau de la rue, par deux portes disposées de part et d'autre de cet escalier et desservant le rez-de est bordé d'une étroite terrasse et couvert d'un toit pyramidal en feuilles de cuivre oxydé.
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 2 bis avenue André-Malraux - en ville - Cadastre : 2010 CD 2
    Titre courant :
    Bibliothèque municipale
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . Collon, 23 novembre 1940. (archives municipales de Tours, 472 W 1, études d'emplacement . Collon, 23 novembre 1940. (archives municipales de Tours, 472 W 1, études d'emplacement . Collon, 23 novembre 1940. (archives municipales de Tours, 472 W 1, études d'emplacement . (archives municipales de Tours, 472 W 1, études d'emplacement). IVR24_20113700784NUC2A ]. (archives municipales de Tours, 472 W 1, projets Champ-Girault). IVR24_20113700829NUC2A ]. (archives municipales de Tours, 472 W 1, projets Champ-Girault). IVR24_20113700830NUC2A 1949. (archives municipales de Tours, 472 W 1, projets Porte Rouline (terrasse du jardin du musée 1949. (archives municipales de Tours, 472 W 1, projets Porte Rouline (terrasse du jardin du musée . (archives municipales de Tours, 472 W 1, projets Porte Rouline (terrasse du jardin du musée ., novembre 1949. (archives municipales de Tours, 472 W 1, projets Porte Rouline (terrasse du jardin du musée
  • Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours Tours - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Le quartier de l'entrée nord est le premier secteur urbain de Tours détruit lors de la Seconde brasier perdure plus de deux jours durant lesquels le maire de Tours, Ferdinand Morin, négocie l'arrêt des août 1940, la ville de Tours confie en novembre 1940 l'établissement d'un Plan de reconstruction et immédiatement stoppée par la nouvelle vague de bombardements qui frappe Tours en 1943 et 1944. Issu de l'équipe que se constitue la même année l'Association syndicale de remembrement de Tours-Nord qui regroupe combats. Déclarée "ville ouverte" le 21 juin, Tours est occupée par les Allemands dès le lendemain. Le bilan des dommages lors de ces journées est très lourd : 338 immeubles détruits, 663 endommagés et près de 1300 familles sans logis. Reconnue comme partiellement sinistrée par arrêté préfectoral le 29 d'aménagement (PRA) à l'architecte Camille Lefèvre, qui constitue un bureau d'étude formé de six architectes perspective nord-sud initiale, prévoit l'élargissement de la rue Nationale, et structure le quartier à l'aide
    Référence documentaire :
    ]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 3 D 3). (cf. illustration n° IVR24_20103701809NUC2A). urbaniste). (archives municipales de Tours, 3 D 1). (cf. illustration n° IVR24_20103701810NUC2A). . (archives municipales de Tours, 2 Fi 29). (cf. illustration n° IVR24_20103701808NUC2A). des zones, 1938. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 3 D 2). (cf. illustration n b. : plan masse. Par Groupement des Architectes d'Indre-et-Loire. (archives municipales de Tours . : plan masse. Par La Dépêche (quotidien local). (archives municipales de Tours). (cf. illustration n masse. Par Service de la Voirie de la Ville de Tours. (archives municipales de Tours). (cf. illustration l'entrée nord. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours). (cf. illustration n° IVR24_20113700615NUC2A). . : esquisse de plan masse. Par Huguet (directeur d'école). (archives municipales de Tours). (cf. illustration masse. Par Lefèvre, Camille (architecte). (archives municipales de Tours). (cf. illustration n
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    rive nord de la Loire, Tours doublant ainsi sa superficie. La cession des terrains de la vallée du Cher et du bois de Grandmont par les communes de Joué-lès-Tours et de Saint-Avertin a également permis place Anatole-France et l'avenue André-Malraux ; à l'est par les rues Voltaire, Jules-Favre et de Lucé Président-Merville et Constantine. Une zone de reconstruction annexe, comprenant le groupe scolaire Anatole-France, la cité H.L.M Les Amandiers et un ancien commissariat de police, est située autour du croisement de la rue des Amandiers et de l'avenue André-Malraux. L'imprimerie Mame se dresse sur l'ancien terrain militaire de la caserne Lasalle, tandis que le Crédit Lyonnais a été reconstruit sur un terrain de compensation dans la partie non sinistrée de la rue Nationale. Suite à l'absorption en 1964 de deux communes limitrophes, Saint-Symphorien et Sainte-Radegonde, les limites urbaines ont été repoussées bien au-delà de la
    Localisation :
    Tours - en ville
    Titre courant :
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours
    Appellations :
    secteurs urbains de la Reconstruction de Tours
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    1 - Tours avant-guerre La ville de Tours se présente avant-guerre comme une cité prospère nouvelle gare (œuvres de Victor Laloux) au tournant du 20e siècle, ont par ailleurs donné à Tours les Lefèvre (projet Dorian) Une vague de bombardements alliés touchent de nouveau la ville de Tours entre d'opération sont établies, le quartier de l'entrée nord (Tours-Nord) et le quartier sud (Tours-Sud sur les chantiers d'îlots. La même année se constitue l'Association syndicale de remembrement de Tours de l'îlot D, ils constituent le tout premier essai de reconstruction sur remembrement réalisé à Tours ensembles du quartier Tours-Nord sont achevés en 1962. En ce qui concerne le secteur de Tours-Sud, le , le futur Sanitas n'appartient pas à la catégorie des secteurs urbains de la Reconstruction de Tours France. 5 - Les caractéristiques architecturales des îlots de la Reconstruction de Tours-Nord (centre . Le nombre des îlots reconstruits du centre-ville de Tours est donc réduit à dix-huit. Le démarrage
    Illustration :
    Plan monumental, [1911]. (archives municipales de Tours, 2 Fi 18). IVR24_20103702682NUCA Albin arch., 30 juillet 1931. (archives municipales de Tours, 2 Fi 27). IVR24_20103701811NUC2A arch., 1933. (archives municipales de Tours, 3 D 1). IVR24_20103701810NUC2A . (archives municipales de Tours, 3 D 3). IVR24_20103701809NUC2A Plan directeur du quartier sinistré, M. Boille arch., 1er août 1940. (archives municipales de Tours . (archives municipales de Tours). IVR24_20113700612NUC2A Plan de reconstruction dressé par M. Huguet, 9 septembre 1940. (archives municipales de Tours . (archives municipales de Tours). IVR24_20113700617NUC2A juillet 1943. (archives municipales de Tours). IVR24_20113701665NUCA Plan des zones sinistrées, septembre 1944. (archives municipales de Tours, 2 Fi 41
  • Magasins-terrasses (rue Nationale)
    Magasins-terrasses (rue Nationale) Tours - Quartier sinistré nord - 1 à 13, 2 à 20 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 203, 204, 222 à 225, 248, 300 2010 DZ 19 à 29
    Historique :
    cours des années 1956 et 1957, sont remises en propriété à la Ville de Tours en décembre 1960. Soulevant Partie constituante de la nouvelle entrée de ville monumentale, cet ensemble de magasins s'élève dans la partie haute de la rue Nationale détruite par les tirs d'obus incendiaires de juin 1940 plan de reconstruction en novembre 1949. L'architecte en chef Pierre Patout, afin de prendre en compte les exigences des commerçants sinistrés, modifie son projet et propose deux lignes continues de magasins en rez-de-chaussée, recouverts de grandes terrasses publiques agrémentées de fleurs et d'arbustes 1955. Les premiers locataires intègrent les commerces dès l'année suivante. Reliées par de larges le problème de sécurité lié à l'absence de garde-corps, la nouvelle mandature repousse leur ouverture d'accueillir une exposition permanente de gemmaux. À son départ en 1966, on envisage un temps de surélever d'un
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Référence documentaire :
    Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., [1956]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours Tirage : plan dressé en mars 1955. Par Chaume, Robert (architecte). (archives municipales de Tours Tirage : plan, [décembre 1952]. Par Chaume, Robert (architecte). (archives municipales de Tours Tirage : plan, [décembre 1952]. Par Chaume, Robert (architecte). (archives municipales de Tours . Impr. photoméc., [1959]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 710). (cf. illustration n Impr. photoméc. (carte postale) , [197?]. Par Greff (éditeur). (archives municipales de Tours, 11 Tirage : plan, [décembre 1952]. Par Chaume, Robert (architecte). (archives municipales de Tours Impr. photoméc. (carte postale), [197?]. Par Valoire (éditeur). (archives municipales de Tours Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., [1956]. Par Valoire (éditeur). (archives municipales de Impr. photoméc. (carte postale) colorisée, [1960]. Par Gaby (éditeur). (archives municipales de
    Dénominations :
    magasin de commerce
    Canton :
    Tours-Centre
    Murs :
    parpaing de béton
    Statut :
    propriété de la commune
    Étages :
    2 étages de soubassement étage de soubassement rez-de-chaussée
    Annexe :
    favorable à la renaissance du commerce à l'entrée nord de Tours. L'association suggère de réduire L'Association de défense des intérêts des sinistrés de la rue Nationale et l'action des commerçants L'Association de défense des intérêts des sinistrés de la rue Nationale, qui examine en janvier 1950 le projet remanié par l'architecte en chef Pierre Patout, se montre très insatisfaite par sa proposition de blocs de magasins disséminés au sein d'une importante végétation. Elle estime qu'un nouvel évasement de l'artère l'élargissement de l'axe commerçant et d'édifier une ligne continue de magasins, à l'instar des îlots en cours de reconstruction le long de la rue Nationale. Patout tente de satisfaire ces exigences, tout en tenant compte des directives du ministère de la Reconstruction pour la recomposition de l'entrée nord, et de celles du service des Monuments historiques pour le dégagement de l'église Saint-Julien. Face à l'opposition persistante de statuer sur l'aspect futur de l'entrée nord et insiste pour une résolution rapide du problème
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier tournant en maçonnerie
    Description :
    Deux bandes continues d'édifices commerciaux s'élevaient de part et d'autre de la rue Nationale . Une première série de neuf boutiques, un café et un bureau d'embauche en rez-de-chaussée formait le côté est de l'îlot ABC. Ces bâtiments se doublaient en façade postérieure d'un étage de soubassement d'entrée qui permettaient de rejoindre le cœur d'îlot depuis la rue Nationale. Deux autres édifices boutique d'angle. Non soumis au dénivelé de l'artère principale, ils comptent un rez-de-chaussée et un grande terrasse bitumée recouvrait ce premier ensemble. Un escalier bâti le long de la façade ouest en permettait l'accès, condamné à mi-hauteur par une grille métallique. Le côté ouest de l'îlot V était formé d'une deuxième série de magasins en rez-de-chaussée comptant cinq boutiques, deux restaurants et l'accueil du musée du compagnonnage, doublés de deux étages de soubassement en façade postérieure. Un bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Julien. Un escalier extérieur à deux volées permettait d'accéder à
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 1 à 13, 2 à 20 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 203
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Elévations des façades postérieures, R. Chaume arch., décembre 1952. (archives municipales de Tours ]. (archives municipales de Tours, 149 W 21). IVR24_20103701736NUC2A ]. (archives municipales de Tours, 149 W 21). IVR24_20103701737NUC2A ]. (archives municipales de Tours, 149 W 21). IVR24_20103701738NUC2A ., mars 1955. (archives municipales de Tours, 149 W 11). IVR24_20103701693NUC2A Vue des magasins-terrasses bordant l'église Saint-Julien, [1956]. (archives municipales de Tours ]. (archives municipales de Tours, 11 Fi 3.389). IVR24_20113700840NUC2A ]. (archives municipales de Tours, 710). IVR24_20113700890NUC2A Vue aérienne de l'entrée nord, [1960]. (archives municipales de Tours, Fonds Henri Goarnisson, 117 Vue aérienne de l'entrée nord, [197?]. (archives municipales de Tours, 11 Fi 3.457
  • Entrée de ville monumentale
    Entrée de ville monumentale Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue du Commerce rue Colbert - en ville - Cadastre : 2010 CD 2 2010 DY 197, 198, 200 à 204, 222 à 225, 228 à 239, 300 2010 DZ 8 à 29, 78 à 84, 357, 358
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    L'entrée monumentale nord de Tours était caractérisée, avant sa destruction en 1940, par un grand ensemble architectural prolongé le long de la rue Nationale par une longue enfilade de façades ordonnancées . Une attention particulière est donc portée à l'aménagement urbain de ce secteur du centre-ville dans les plans de reconstruction et d'aménagement successifs produits entre 1942 et 1950. Le premier transversales partant de la place de tête de pont, ainsi qu'un front bâti de style néoclassique. Le successeur de Lefèvre, Jean Dorian, reprend l'idée dans les grandes lignes en 1946. Dans le même temps bâtiments monumentaux disposés de part et d'autre de la tête de pont et une ordonnance architecturale des bâtiments donnant sur la place au débouché de la rue Nationale. La construction de cet espace urbain temps envisagées. Enfin, des deux bâtiments monumentaux prévus pour structurer la tête de pont, seule la bibliothèque est construite. Au début des années 2000, l'entrée de ville monumentale subit quelques
    Référence documentaire :
    Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., [3e quart 20e siècle]. (archives municipales de Tours, 11 Tirage : esquisse, [1948]. Par [Madeline, Louis (architecte)]. (archives municipales de Tours, 149 Tirage : esquisse, [1948]. Par [Madeline, Louis (architecte)]. (archives municipales de Tours, 149 Calque : esquisse, [1946]. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 21). (cf. illustration n° IVR24_20103701696NUC2A). (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 21). (cf. illustration n° IVR24_20103701711NUC2A). perspective dressée par Jean Dorian, 1946. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 5). (cf . et b. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours). (cf. illustration n Papier : plan dressé en 1948. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 Photogr. pos. : n. et b., 1940. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Emile Leray
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    L'entrée de ville monumentale se compose du pavillon de la bibliothèque municipale, de deux ensembles d'immeubles édifiés parallèlement à la Loire au sud de la place Anatole-France et d'un ensemble de magasins-terrasses construits de part et d'autre de la rue Nationale. Les façades ordonnancées des cet aménagement urbain. Située au croisement de deux axes routiers importants, la place Anatole bordure de Loire. Une ordonnance architecturale, proche de celle définie pour la rue Nationale, est appliquée sur les façades des immeubles au sud de la place : même parement de pierre calcaire agrafée à une maçonnerie de moellons, mêmes toits à longs pans et croupe couverts d'ardoise, mêmes souches de cheminées en brique. Les magasins-terrasses en rez-de-chaussée sont établis sur une portion élargie de la rue
    Étages :
    2 étages de soubassement étage de soubassement rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue du Commerce rue
    Titre courant :
    Entrée de ville monumentale
    Appellations :
    entrée de ville monumentale
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    , l'entrée septentrionale de Tours était avant-guerre composée d'un grand ensemble architectural et d'une de la ville. La destruction de l'entrée monumentale nord de Tours Première zone détruite de Tours symétriques en bordure de Loire. En juillet 1947, ses premières esquisses sont présentées au conseil municipal Témoin des désirs de rationalisation et d'embellissement de l'espace urbain de la fin du 18e siècle vaste place aux terrasses plantées. Encadrant le haut de la rue Nationale, deux bâtiments identiques s'élevaient face à la Loire, préludes à la longue enfilade de façades ordonnancées qui faisaient la renommée en juin 1940, l'entrée monumentale fait l'objet des plus grandes attentions lors de l'élaboration du plan de reconstruction du quartier sinistré. Le premier projet établi par l'architecte Camille Lefèvre en 1942 se caractérise principalement par une maîtrise du flux de la circulation au débouché du pont . La rue Nationale élargie est complétée par deux nouvelles voies biaises partant de la place Anatole
    Illustration :
    Esquisse en perspective de l'entrée nord, P. Patout arch., [1946]. (archives municipales de Tours Esquisse en élévation de l'entrée nord, P. Patout arch., [1947]. (archives municipales de Tours . (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 765). IVR24_20103701700NUC2A Elévation de l'entrée nord, P. Patout arch., 10 novembre 1947. (archives municipales de Tours, 149 Plan masse de l'entrée nord, P. Patout arch., 30 juin 1948. (archives municipales de Tours, 149 W Projet d'entrée nord en perspective, P. Patout arch., 1948. (archives municipales de Tours, 149 W Projet d'entrée nord en perspective, P. Patout arch., 1949. (archives municipales de Tours, 149 W 1949. (archives municipales de Tours). IVR24_20113701677NUCA Plan masse de l'entrée nord, P. Patout arch., 9 février 1950. (archives municipales de Tours, 149 W Projet d'entrée nord en perspective, P. Patout arch., février 1951. (archives municipales de Tours
  • Jardin de Beaune-Semblançay
    Jardin de Beaune-Semblançay Tours - Quartier sinistré nord - jardin de Beaune-Semblançay - en ville - Cadastre : 2010 DY 187
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    monuments conservés" qui sera dénommé "jardin de Beaune-Semblançay" sur une proposition du conseil municipal Compte tenu des importantes destructions du quartier nord, les restes de l'hôtel de Beaune -Semblançay ont fait l'objet d'une attention particulière dans les projets de reconstruction. La question de création d'un square face à la Chambre de commerce, cette idée fait l'objet d'une étude plus poussée de Pierre Patout en décembre 1948. Le service des Monuments historiques, qui a protégé la chapelle de Beaune -Semblançay en août 1941, classe le pan d'élévation de l'ancienne galerie de l'hôtel en octobre 1947. Tandis proposé de les intégrer à un nouveau bâtiment administratif destiné aux services de la Direction de suite. À partir de juin 1954, Pierre Patout et Pierre Labadie reprennent ensemble les études d'aménagement du cœur de l'îlot G, afin de créer un espace "organisé et offrant des vues intéressantes sur les en juin 1956. Au centre de leur composition, ils intègrent la fontaine de Beaune-Semblançay
    Référence documentaire :
    ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702611NUCA). ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702610NUCA). Calque : plan dressé en juin 1954. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours Photogr. pos. n. et b., [3e quart 20e siècle]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours Calque : relevé effectué en août 1941. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 2 R municipales de Tours, 11 Fi 9.1669). (cf. illustration n° IVR24_20103700303NUCA). municipales de Tours, 11 Fi 4.597). (cf. illustration n° IVR24_20103700302NUCA). Calque : plan dressé le 13 décembre 1948. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., d'après un dess. de Jacquemin. Auteur inconnu. (archives AC Tours. 3 N 1. Fontaine de la place du Grand-Marché, 1881-1957.
    Canton :
    Tours-Centre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Installé au cœur de l'îlot G, ce jardin de forme régulière réunit et met en valeur trois éléments liés à la famille de Beaune-Semblançay. Il est pour le promeneur doublement accessible : à l'ouest, par . Dans la partie nord du jardin, s'élève sur deux niveaux la façade Renaissance de l'hôtel de Beaune -Semblançay. Elle est confortée sur l'arrière par un soubassement de béton agrémenté d'arbres plantés . Constituant un décor ajouré, cette élévation fait face à la fontaine de Beaune-Semblançay, disposée au centre de l'espace aménagé. Initialement prévu dans l'axe reliant la rue Nationale à la Chambre de Commerce , l'édicule est implanté plus au sud afin de dégager entièrement la vue sur la façade de l'établissement. La chapelle de Beaune-Semblançay est le dernier élément constitutif de l'ensemble. Entièrement restaurée par le service des Monuments historiques lors de la reconstruction de l'îlot, elle est englobée dans une parcelle à l'extrémité sud-ouest du jardin. Elle accueille le prolongement d'une boutique au rez-de
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - jardin de Beaune-Semblançay - en ville - Cadastre : 2010 DY 187
    Titre courant :
    Jardin de Beaune-Semblançay
    Appellations :
    jardin de Beaune-Semblançay
    Annexe :
    Ville de Tours - Îlot G - A.S.R. Tours-Nord. Aménagement d'un espace vert. Note de l'architecte, 30 juillet 1956 (AC Tours. 149 W 16). "Je soussigné Pierre Labadie Architecte en chef de groupe de l'Îlot G déclare avoir été chargé par la Ville de Tours de l'aménagement de l'espace vert créé au centre de cet étroites. [...] Il paraît souhaitable de créer à côté de la voie principale de Tours et à l'abri de la Besnouard, architecte de la ville de Tours. Ces vestiges précieux sont classés par les Monuments historiques îlot. Celui-ci est érigé du côté Est de la rue Nationale, voie principale de la Ville, et compris entre exceptionnel du fait de la présence de monuments anciens et d'un caractère architectural et historique indiscutable. Au Nord l'îlot est bordé de la rue Colbert par l'Eglise St-Julien, monument roman avec certaines parties gothiques, plus récentes. A l'Est aspecté rue Jules-Favre, la Chambre de Commerce. Enfin à l'intérieur même de l'îlot, il existe du côté Sud la Chapelle de l'Hôtel de Beaune-Semblançay, charmante
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    du couvent des Jésuites : état du bâti détruit et existant, août 1941. (archives municipales de Tours décembre 1948. (archives municipales de Tours, 149 W 23). IVR24_20103701708NUC2A Plan du jardin, P. Patout et P. Labadie arch., juin 1954. (archives municipales de Tours, 149 W 22 . (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). IVR24_20103702611NUCA Façades intérieures et espace vert, P. Labadie arch., 1er août 1956. (archives municipales de Tours (reconstitution non datée). (archives municipales de Tours, 11 Fi 9.1669). IVR24_20103700303NUCA . (archives municipales de Tours, 11 Fi 4.597). IVR24_20103700302NUCA Vue du jardin aménagé depuis la chapelle de Beaune-Semblançay, [196?]. (archives municipales de Plan de situation. IVR24_20113701306NUDA Plan d'implantation de l'hôtel de Beaune-Semblançay, de l'hôtel de Dunois et de l'ancienne chapelle
  • Ensemble de 5 immeubles dit îlot Colbert (24 à 32 rue Colbert)
    Ensemble de 5 immeubles dit îlot Colbert (24 à 32 rue Colbert) Tours - Quartier sinistré nord - 24 à 32 rue Colbert - en ville - Cadastre : 2010 DY 206 à 210
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    L'ensemble s'élève sur le côté sud de l'îlot V, en place d'immeubles partiellement sinistrés lors des bombardements alliés de juin 1944. L'implantation des nouveaux immeubles est définie dès 1952 par le plan de remembrement du quartier nord, qui distingue six parcelles à lotir en bordure de la rue Colbert, à l'est de l'église Saint-Julien. C'est sur cette base que l'architecte Pierre Patout élabore les premiers plans masse de l'îlot en mars 1956. Malgré un second projet de 1958, alors que Patout envisage de scinder l'ensemble en deux blocs d'immeubles, l'idée d'un ensemble d'un seul tenant prévaut à l'établissement des plans définitifs en 1959. Le permis de construire est délivré cette même année. L'ensemble , qui compte dès lors cinq immeubles, représente la cinquième unité de chantier de l'îlot V, et l'une des dernières opérations de reconstruction de l'entrée nord. Les travaux se déroulent au cours des années 1959 et 1960. Les certificats de conformité sont rédigés en 1966. L'îlot Colbert n'a connu aucune
    Référence documentaire :
    Calque : plan dressé en avril 1956. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours Calque : plan dressé le 17 juillet 1956. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé en juillet 1958. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 25 juillet 1958. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 8 mars 1956. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 8 mars 1956. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 19. Îlot V : démolition d'immeubles rue AC Tours. Permis de construire 1959/n°694. Reconstruction d'un îlot rue Colbert (V5), 1959-1966. Tours, 149 W 22, S 803). (cf. illustration n° IVR24_20113701641NUCA). Tours, 149 W 22, S 802). (cf. illustration n° IVR24_20113701640NUCA).
    Précision dénomination :
    ensemble de 5 immeubles
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Édifiés en limite du périmètre de reconstruction le long d'un axe est-ouest, ces cinq immeubles composent en partie le côté sud de l'îlot V. Longeant la rue Colbert, ils forment un ensemble de plan monumental de l'ensemble nord de l'îlot, l'autre au débouché d'un chemin tracé autour du chevet de l'église parc de stationnement ménagés en cœur d'îlot. Une large voie carrossable y dessert des rangées de garages situées en façade postérieure des immeubles. Les édifices présentent tous un sous-sol, un rez-de -chaussée et deux étages-carrés. Compte-tenu de l'aménagement du cœur d'îlot en contrebas de la rue, ce sous -sol se partage à moitié avec un étage de soubassement où s'alignent des garages. À l'instar de l'îlot masque une couverture en terrasse. Le gros-œuvre de l'ensemble combine une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Les façades donnant sur la rue Colbert sont recouvertes d'un enduit ciment ou d'un plaquis de pierre calcaire. Un long balcon filant en béton enduit surplombe le rez-de
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 24 à 32 rue Colbert - en ville - Cadastre : 2010 DY 206 à 210
    Titre courant :
    Ensemble de 5 immeubles dit îlot Colbert (24 à 32 rue Colbert)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Elévation des façades rue Colbert, P. Patout arch., 8 mars 1956. (archives municipales de Tours Plan masse de l'ensemble, P. Patout arch., 8 mars 1956. (archives municipales de Tours, 149 W 22, S Plan masse de l'ensemble , P. Patout arch., 17 juillet 1956. (archives municipales de Tours, 149 W Plan masse et élévations de l'ensemble , P. Patout arch., avril 1956. (archives municipales de Plan masse de l'ensemble et du jardin, P. Patout arch., juillet 1958. (archives municipales de Plan masse de l'ensemble et du jardin, P. Patout arch., 25 juillet 1958. (archives municipales de Plan de situation. IVR24_20113701275NUDA Tours, 149 W 22, S 806). IVR24_20113701642NUCA Tours, 149 W 22, S 802). IVR24_20113701640NUCA Tours, 149 W 22, S 798). IVR24_20113701639NUCA
  • Ensemble de 9 immeubles dit îlot Voltaire (1 à 17 rue Voltaire)
    Ensemble de 9 immeubles dit îlot Voltaire (1 à 17 rue Voltaire) Tours - Quartier sinistré nord - 1 à 17 rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2010 DY 211 à 219
    Historique :
    Cet ensemble s'élève en place d'immeubles totalement sinistrés lors des bombardements alliés de juin 1944. Constituant le côté est de l'îlot V, il n'adopte son implantation définitive qu'en 1950 , après le nouveau remembrement induit par le second modificatif du plan de reconstruction. Pierre Patout , l'architecte en chef chargé de l'aménagement de l'entrée nord, esquisse en octobre 1950 les premiers plans masse de l'ensemble, qualifié d'îlot Voltaire en raison de son emplacement. Il étudie longuement sa Boille est désigné architecte chef de groupe par l'Association syndicale de reconstruction. Sa santé pour une valeur de plus de 110 millions de francs. Le gros-œuvre de cette troisième unité de chantier de l'îlot V est achevé en novembre 1955. Les derniers certificats de conformité sont établis en 1959 . Ces immeubles n'ont depuis connu aucune transformation majeure. Seul l'immeuble situé au 13 de la rue
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Parties constituantes non étudiées :
    garage de réparation automobile hôtel de voyageurs
    Référence documentaire :
    ). (archives municipales de Tours, 149 W 20). (cf. illustration n° IVR24_20103701755NUC2A). ). (archives municipales de Tours, 149 W 20). (cf. illustration n° IVR24_20103701753NUC2A). ). (archives municipales de Tours, 149 W 20). (cf. illustration n° IVR24_20103701756NUC2A). ). (archives municipales de Tours, 149 W 20). (cf. illustration n° IVR24_20103701754NUC2A). ). (archives municipales de Tours, 149 W 20). (cf. illustration n° IVR24_20103701752NUC2A). Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 794). (cf. illustration n AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 20. Îlot Voltaire, 1953-1955. AC Tours. Permis de construire 1953/n°434. Reconstruction de l'îlot V3, rue Voltaire, 1953-1959. Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme. Ville de Tours. Plan et façades de l'îlot Association syndicale de reconstruction de Tours-Nord. Îlot Voltaire. Projet de reconstruction
    Canton :
    Tours-Centre
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. 149 W 20) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot. - Cotte : DZ 215 (324
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Précision dénomination :
    ensemble de 9 immeubles
    Description :
    Ces neufs immeubles sont édifiés en bordure du périmètre de reconstruction, le long d'un axe nord -sud entre le square Prosper-Mérimée et la rue Voltaire. Composant le côté est de l'îlot V, ils forment un ensemble de plan rectangulaire régulier, flanqué à ses extrémités de deux passages d'accès au cœur d'îlot. Les façades postérieures sont longées par une large voie de desserte qui permet de rejoindre des emplacements de stationnement à découvert ou nichés dans le soubassement des immeubles. Les édifices présentent un sous-sol, à moitié partagé avec un étage de soubassement, et un rez-de-chaussée surélevé accessible depuis la rue Voltaire. Trois immeubles de la partie nord de l'îlot comportent un étage-carré. Les en béton armé et une maçonnerie de moellons. Les façades principales donnant sur la rue Voltaire sont recouvertes d'un enduit ciment de teinte claire. Le soubassement est souligné par un revêtement de deux vantaux, agrémentées de persiennes métalliques ou en PVC. L'accès aux immeubles s'effectue par un
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 1 à 17 rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2010 DY 211 à 219
    Titre courant :
    Ensemble de 9 immeubles dit îlot Voltaire (1 à 17 rue Voltaire)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan et élévation de l'îlot Voltaire, P. Patout arch., 29 juin 1953. (archives municipales de Tours -1955]. (archives municipales de Tours, 149 W 20). IVR24_20103701752NUC2A municipales de Tours, 149 W 20). IVR24_20103701754NUC2A municipales de Tours, 149 W 20). IVR24_20103701753NUC2A municipales de Tours, 149 W 20). IVR24_20103701756NUC2A municipales de Tours, 149 W 20). IVR24_20103701755NUC2A Plan du rez-de-chaussée (moitié nord), P. Patout et M. Boille arch., [1953-1955]. (archives Plan du rez-de-chaussée (moitié sud), P. Patout et M. Boille arch., [1953-1955]. (archives Plan de situation. IVR24_20113701278NUDA Plan masse, plans du sous-sol et du premier étage de l'îlot, P. Patout et M. Boille arch., [1953
  • Ensemble de 12 immeubles (3 à 25 place Anatole-France)
    Ensemble de 12 immeubles (3 à 25 place Anatole-France) Tours - Quartier sinistré nord - 3 à 25 place Anatole-France - en ville - Cadastre : 2010 DZ 8 à 18
    Historique :
    Partie constituante de l'entrée de ville monumentale reconstruite, cet ensemble s'élève sur un parcellaire remanié à la Libération qui reprend pour beaucoup l'alignement de la place Anatole-France d'avant -guerre. Il est composé de douze immeubles préfinancés par le ministère de la Reconstruction, et destinés au relogement de familles touchées par le sinistre du quartier en 1940 et en 1944. L'architecte chef de groupe André Le Roy est l'auteur des plans généraux dressés en août 1953 sous le contrôle de Pierre Patout, architecte en chef de l'entrée nord. La construction de l'ensemble a été réalisée en trois temps distincts, compte tenu de la présence d'immeubles préservés des destructions sur ce parcellaire remembré. Une quarantaine de familles a tout d'abord été relogée au sein de la cité H. L. M édifiée à partir de 1952 à l'angle de la rue des Amandiers. S'en est suivie la destruction de leurs anciennes habitations, puis le lancement d'une première tranche de huit immeubles au début de l'année 1954. Ceux-ci
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 5 octobre 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432). (cf. illustration n° IVR24_20103701730NUC2A). Tours, Permis de construire 1953/n°432). (cf. illustration n° IVR24_20103701731NUC2A). Tours, Permis de construire 1953/n°432). (cf. illustration n° IVR24_20103701735NUC2A).
    Canton :
    Tours-Centre
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Annexe :
    Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot ABC Place Anatole-France ("Bâtir", juillet
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Observation :
    Ces immeubles constituent un important front bâti cernant le sud-ouest de la place Anatole-France . Leur composition est à rapprocher de celle des immeubles édifiés au sud-est de la place, qui forment le pendant symétrique de cet ensemble.
    Précision dénomination :
    ensemble de 12 immeubles
    Description :
    l'arrière, les immeubles sont longés par une voie établie en pourtour du cœur de cet îlot, permettant de desservir des emplacements de stationnement, à découvert ou aménagés dans le soubassement des immeubles. On services de l'université. Tous présentent un rez-de-chaussée surélevé, trois étages-carrés, un étage de comble et un sous-sol, ce niveau inférieur étant ouvert sur le cœur d'îlot. En raison de la proximité du fleuve et de la nature meuble du terrain, ce soubassement est édifié sur des fondations constituées de pieux de béton fichés à plusieurs mètres de profondeur. Le gros-œœuvre associe par ailleurs une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Les façades principales donnant sur la place sont recouvertes d'un plaquis de pierre calcaire, suivant l'ordonnance architecturale fixée pour la place Anatole -France par l'architecte Pierre Patout. Leur rez-de-chaussée surélevé est éclairé par de larges fenêtres à quatre vantaux. Les trois étages supérieurs, élevés en retrait de la façade, présentent de hautes
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 3 à 25 place Anatole-France - en ville - Cadastre : 2010 DZ 8 à
    Titre courant :
    Ensemble de 12 immeubles (3 à 25 place Anatole-France)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432). IVR24_20103701730NUC2A . Le Roy arch., 26 août 1953. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432 . (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432). IVR24_20103701731NUC2A arch., 20 août 1953. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432 ., 20 août 1953. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432 ., 5 octobre 1953. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432 municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432). IVR24_20103701733NUC2A Vue générale de l'ensemble depuis le pont Wilson, [1959]. (archives départementales d'Indre-et Plan de situation. IVR24_20113701286NUDA Elévation des façades antérieures du côté ouest de l'ensemble, A. Le Roy arch., 26 août 1953
  • École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré
    École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré Tours - Quartier sinistré nord - jardin François-1er - en ville - Cadastre : 2010 DZ 366
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Constituant avant-guerre avec son pendant la bibliothèque municipale une entrée de ville avant-projet de reconstruction proche du site originel, sur un nouvel îlot délimité par le quai, la place Foire-le-Roi, la rue Voltaire et la rue Benjamin-Constant. La reprise du plan de reconstruction et d'aménagement de l'architecte Camille Lefèvre par l'urbaniste Jean Dorian en 1946 conforte ce premier projet . C'est Pierre Patout, en charge à partir de 1948 de la reconstruction du quartier sinistré nord, qui propose en 1952 une modification des plans, avec installation de l'école des beaux-arts au sein des deux l'autorité de Patout : plusieurs projets se succèdent ainsi de mars 1954 à mai 1957, alors que l'ensemble des acteurs du dossier approuve les plans définitifs. Construite à partir de fin 1958, la nouvelle école des : le plus important a été la transformation des espaces d'exposition au rez-de-chaussée et au premier étage de l'aile est, avec la suppression de l'escalier à quatre volées. Ménagée dans l'angle rentrant
    Référence documentaire :
    ). (archives municipales de Tours, 149 W 22, S 921). (cf. illustration n° IVR24_20103701707NUC2A). ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n , Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 649). (cf. illustration n ) ; Boille, Pierre (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 22, S
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    reprend des éléments caractéristiques de la bibliothèque municipale, comme un parement en pierre de Mignac Lors de l'étude d'inventaire menée en 2011, l'école des beaux-arts se situe au centre du jardin François-1er aménagé au cœur du grand îlot ABC. Elle est entourée d'un réseau de voies desservant des places de stationnement et des garages. Une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons constituent le gros-œœuvre de l'édifice. Son plan adopte une forme de L, les deux parties présentant des gabarits différents. Le corps de bâtiment principal, ouvrant sur l'est, se présente comme un parallélépipède rectangle de quatre niveaux à toit-terrasse. Son rez-de-chaussée comprend des salles d'exposition et les bureaux de l'administration. Une cafétéria, un centre de documentation et des salles informatiques occupent actuellement le premier étage, surmontés de laboratoires et de salles de cours au deuxième étage. Le troisième étage, en retrait, est celui de l'ancien appartement du directeur. Ces
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - jardin François-1er - en ville - Cadastre : 2010 DZ 366
    Titre courant :
    École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré
    Appellations :
    centre de création contemporaine Olivier Debré
    Annexe :
    Entreprises ayant participé à la construction de l'école des beaux-arts (AC Tours. 4 M 655 ) - Travaux et Entreprises de la Touraine (terrassements, fondations, maçonnerie, béton armé, enduits , canalisations, revêtement de pierre des façades, carrelage) - Ythier (étanchéité des terrasses et zinguerie
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Avant-projet d'école des beaux-arts, Boille arch., août 1944. (archives municipales de Tours, 4 M Projet d'école des beaux-arts, P. Patout arch., 10 février 1948. (archives municipales de Tours . (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). IVR24_20103701875NUC2A . (archives municipales de Tours, 149 W 22, S 921). IVR24_20103701707NUC2A 1954. (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). IVR24_20103701874NUC2A 1954. (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). IVR24_20103701873NUC2A 1954. (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). IVR24_20103701872NUC2A 1954. (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). IVR24_20103701870NUC2A ., juillet 1955. (archives municipales de Tours, 149 W 22, S 948). IVR24_20103701705NUC2A ., février 1957 (archives municipales de Tours, 149 W 22, S 917). IVR24_20103701706NUC2A
  • Ensemble de 8 immeubles dit îlot rue du Commerce (3 à 25 rue du Commerce)
    Ensemble de 8 immeubles dit îlot rue du Commerce (3 à 25 rue du Commerce) Tours - Quartier sinistré nord - 3 à 25 rue du Commerce - en ville - Cadastre : 2010 DZ 30 à 38, 48
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Constituée de huit immeubles édifiés le long de la rue du Commerce, la quatrième unité de chantier de l'îlot ABC ne connaît un remembrement définitif qu'après le second modificatif du plan de édifiés au cours des années 1955 et 1956. Ils n'ont pas changé de destination depuis leur achèvement . L'îlot rue du Commerce comprend à l'une de ses extrémités l'hôtel Gouïn, un bel édifice de la première Renaissance datant du 15e siècle. Presque totalement détruit lors des bombardements de juin 1940, l'hôtel a de 1947. Propriété du Conseil général d'Indre-et-Loire, le monument a rouvert ses portes en 2010 après de longs travaux d'aménagement.
    Référence documentaire :
    Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, îlot Constantine, S 787). (cf Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, îlot Constantine, S 786). (cf Photogr. pos. : n. et b., [1940]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Emile Leray Photogr. pos. : n. et b., [196?]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Espoir, 104 Impr. photoméc. (carte postale), [3e quart 20e siècle]. Auteur inconnu. (archives municipales de AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 14. Îlot A.B.C rue du Commerce, 1955. AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 15. Îlot A.B.C rue du Commerce, 1954. Ville de Tours. Îlot Commerce / Pierre Patout. 1:200. 12 mars 1952, rectifié les 15 décembre 1952 Dans les ruines de Tours : l'hôtel Gouïn, son passé, son présent, son avenir. La Dépêche, 5 août p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Précision dénomination :
    ensemble de 8 immeubles
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    jardin François-1er, ces huit immeubles composent le côté sud de l'îlot ABC. L'ensemble adopte un plan rectangulaire régulier, flanqué à l'est du corps de l'hôtel Gouïn. Élevés sur un sous-sol de caves, les immeubles présentent un rez-de-chaussée commercial alignant plusieurs boutiques et un restaurant. L'immeuble couverture en terrasse. Le gros-œuvre est constitué d'une ossature en béton armé et d'une maçonnerie de moellons. Un enduit ciment recouvre les façades sur rue. Côté jardin, un plaquis de pierre calcaire revêt le rez-de-chaussée et le premier étage. Disposé en retrait, le deuxième étage-carré est simplement ouest, le portail de l'hôtel Gouïn est encadré par deux bâtiments à un étage-carré, ceinturé d'une corniche en béton et surmonté d'un bandeau d'attique. Leur façade sur rue présente un plaquis de pierre calcaire. L'ensemble comporte également un porche ménagé face au débouché de la rue des Fusillés. Ce large passage se distingue des immeubles mitoyens par son parement en plaquis de pierre. Il relie la rue du
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 3 à 25 rue du Commerce - en ville - Cadastre : 2010 DZ 30 à 38
    Titre courant :
    Ensemble de 8 immeubles dit îlot rue du Commerce (3 à 25 rue du Commerce)
    Annexe :
    Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot ABC rue du Commerce ("Bâtir", juillet 1959 , n°86, p. 24) - Travaux et Entreprises de Touraine (maçonnerie) - Chesneau (menuiserie
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Vue de l'hôtel Gouïn après les bombardements de juin 1940. (archives municipales de Tours, Fonds Vue de la façade principale de l'hôtel Gouïn reconstruit, [196?]. (archives municipales de Tours municipales de Tours, 149 W 23, îlot Constantine, S 786). IVR24_20113700764NUC2A municipales de Tours, 149 W 23, îlot Constantine, S 787). IVR24_20103701717NUC2A municipales de Tours, Fonds Henri Goarnisson, 117 Fi album 13). IVR24_20113701502NUCA Vue de la façade postérieure de l'hôtel Gouïn reconstruit, [3e quart du 20e siècle]. (archives Plan de situation. IVR24_20113701276NUDA Plan masse et élévation des façades postérieures, P. Patout arch., 15 juillet 1954. (archives Coupes et élévation des façades rue du Commerce, P. Patout arch., 15 juillet 1954. (archives Vue des travaux de reconstitution de l'hôtel Gouïn, 1947. (service Patrimoine et Inventaire de la
  • Ensemble de 6 immeubles dit îlot Constantine (2 à 16 rue Constantine)
    Ensemble de 6 immeubles dit îlot Constantine (2 à 16 rue Constantine) Tours - Quartier sinistré nord - 2 à 16 rue Constantine - en ville - Cadastre : 2010 DZ 42 à 48
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Cet ensemble d'immeubles s'élève en place d'immeubles sinistrés lors de l'incendie de l'entrée nord en juin 1940. Constituant le côté ouest de l'îlot ABC, l'îlot Constantine n'adopte son implantation définitive qu'en 1950, après le nouveau remembrement induit par le second modificatif du plan de reconstruction. L'architecte en chef Pierre Patout en esquisse les plans généraux à partir de 1952. Il s'interroge longuement sur le gabarit des immeubles et leur insertion au sein de l'entrée nord recomposée. Les plans définitifs de l'ensemble sont dressés sous sa direction en février 1954 par André Le Roy, nommé architecte chef de groupe par l'Association syndicale de reconstruction. Cette deuxième unité de chantier de certains rez-de-chaussée ont conservé leur destination.
    Référence documentaire :
    Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, îlot Constantine, S 811). (cf Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, îlot Constantine, S 810). (cf Tirage : plan dressé le 18 février 1954. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1954/n°186). (cf. illustration n° IVR24_20103701911NUC2A). AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 14. Îlot A.B.C rue Constantine, 1953 AC Tours. Permis de construire 1954/n°186. Reconstruction de l'îlot A.B.C, 1954. Ministère de la Reconstruction. Ville de Tours. Îlot A.B.C rue Constantine / Pierre Patout et André Le Roy. 1:100. 18 février 1954. 1 tirage : plans du sous-sol et du rez-de-chaussée. (AC Tours. Permis p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86. région Centre-Val de Loire, Ph. Henrard N°1920). (cf. illustration n° IVR24_19873702602VA).
    Précision dénomination :
    ensemble de 6 immeubles
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Ces six immeubles sont édifiés en bordure du périmètre de reconstruction, le long d'un axe nord-sud . Ils composent le côté ouest de l'îlot ABC. L'ensemble adopte un plan rectangulaire régulier, flanqué au nord d'un passage d'accès au cœur d'îlot de part et d'autre du transformateur de l'îlot ABC, et à l'est d'une large voie de desserte empruntée par les véhicules pour rejoindre des emplacements de stationnement, situés à découvert ou aménagés en rez-de-jardin. Les édifices sont strictement réservés à l'habitation, ou bien à usage mixte avec un rez-de-chaussée commercial. L'ensemble de l'îlot est couvert de toits-terrasses et son gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. À l'extrémité nord de l'îlot, un premier immeuble d'angle bénéficie d'un traitement particulier. Élevé sur un recouverts d'un plaquis de pierre. L'édifice comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un étage -carré. Son entrée est située au centre de la façade nord. Les cinq immeubles suivants forment un front
    Étages :
    rez-de-chaussée rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 2 à 16 rue Constantine - en ville - Cadastre : 2010 DZ 42 à 48
    Titre courant :
    Ensemble de 6 immeubles dit îlot Constantine (2 à 16 rue Constantine)
    Annexe :
    Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot ABC rue Constantine ("Bâtir", juillet 1959 , n°86, p. 24) - Travaux et Entreprises de Touraine (maçonnerie) - Gueugnot (menuiserie) - Martin Fres
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    municipales de Tours, 149 W 23, îlot Constantine, S 810). IVR24_20103701729NUC2A Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée, A. Le Roy arch., 18 février 1954. (archives municipales de Elévation des façades sur la rue Constantine, P. Patout arch., 30 août 1953. (archives municipales de Tours, 149 W 23, îlot Constantine, S 811). IVR24_20103701728NUC2A Tours, Permis de construire 1954/n°186). IVR24_20103701911NUC2A Plan de situation. IVR24_20113701277NUDA Plan masse et élévation des façades postérieures, P. Patout arch., 30 août 1953. (archives Vue aérienne de l'îlot ABC, années 1960. (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre Val de Loire, Ph. Henrard N°1920). IVR24_19873702602VA
  • Ensemble de 13 immeubles (2 à 14 place Anatole-France ; 1 à 6 avenue André-Malraux)
    Ensemble de 13 immeubles (2 à 14 place Anatole-France ; 1 à 6 avenue André-Malraux) Tours - Quartier sinistré nord - 2 à 14 place Anatole-France 1 à 6 avenue André-Malraux - en ville - Cadastre : 2010 DY 228 à 239
    Historique :
    Partie constituante de l'entrée de ville monumentale reconstruite, cet ensemble s'élève sur un parcellaire remanié à la Libération qui reprend pour beaucoup l'alignement sud-est de la place Anatole-France bombardements alliés de juin 1944. Entièrement préfinancés par le ministère de la Reconstruction, ils constituent les première et deuxième unités de chantier de l'îlot V, lancées respectivement en 1951 et en 1952 . L'architecte en chef Pierre Patout est l'auteur des plans généraux annexés aux deux permis de construire. La construction de la première unité de chantier débute au printemps 1951 par la pose de fondations spéciales , parallèlement à l'achèvement des opérations de remembrement de la deuxième unité. Le gros-œuvre des huit premiers immeubles est réalisé à partir de l'été. Il s'achève une dizaine de mois plus tard au printemps 1952. Le chantier des cinq immeubles restants est attribué sur adjudications à la fin de cette même année pour une valeur de plus de 160 millions de francs. Les travaux sont entamés dès 1953. Les
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Parties constituantes non étudiées :
    hôtel de voyageurs
    Référence documentaire :
    . Impr. photoméc. : n. et b., 1959. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 710). (cf Tirage : plan, [février 1952]. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours Tirage : plan dressé le 10 juin 1952. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé en février 1952. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé en février 1952. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 23 Tours, Permis de construire 1952/n°710). (cf. illustration n° IVR24_20113701471NUCA). Tours, Permis de construire 1952/n°710). (cf. illustration n° IVR24_20113701470NUCA). Tours, Permis de construire 1952/n°710). (cf. illustration n° IVR24_20113701469NUCA). AC Tours. Permis de construire 1951/n°19. Reconstruction de l'îlot V, parcelles 310 à 315, 1951
    Canton :
    Tours-Centre
    Étages :
    2 étages de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1951/n°19 et 1952/n°710) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot. Première unité de chantier - Boille J. : DY 232 (313) - Boille P. : DY 233 (314) ; DY ) ; DY 231 (312b) - Vallée et Lissalde : DY 229 (311) Deuxième unité de chantier - Berne : DY 238 (318
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Observation :
    Ces immeubles constituent un important front bâti cernant le sud-est de la place Anatole-France . Leur composition est à rapprocher de celle des immeubles édifiés au sud-ouest de la place, qui forment le pendant symétrique de cet ensemble.
    Précision dénomination :
    ensemble de 13 immeubles
    Description :
    monumental, aménagé dans l'axe de la bibliothèque municipale, offre un accès piétonnier au jardin de l'îlot V . Les immeubles sont longés sur l'arrière par une voie établie en pourtour du cœur de cet îlot , permettant de desservir des emplacements de stationnement, à découvert ou nichés dans le soubassement des d'habitation reconverti en résidence hôtelière. Tous présentent un sous-sol, deux étages de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, trois étages-carrés et un étage de comble. En raison de la proximité du fleuve et de la nature meuble du terrain, les bâtiments sont édifiés sur des fondations spéciales , constituées de centaines de pieux de béton fichés à plusieurs mètres de profondeur. Le gros-œuvre restant associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Les façades principales donnant sur la place Anatole-France et l'avenue André-Malraux sont recouvertes d'un plaquis de pierre calcaire, suivant l'ordonnance architecturale fixée par l'architecte Pierre Patout. Leur rez-de-chaussée surélevé est éclairé par
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 2 à 14 place Anatole-France 1 à 6 avenue André-Malraux - en
    Titre courant :
    Ensemble de 13 immeubles (2 à 14 place Anatole-France ; 1 à 6 avenue André-Malraux)
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Vue de l'ensemble réalisé, depuis la place Anatole-France, [1959]. (archives municipales de Tours municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°710). IVR24_20113701469NUCA Deuxième unité de chantier : plan des étages, P. Patout arch., février 1952. (archives municipales municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°710). IVR24_20113701471NUCA municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°710). IVR24_20113701472NUCA Deuxième unité de chantier : plan du rez-de-chaussée, P. Patout arch., février 1952. (archives de Tours, Permis de construire 1952/n°710). IVR24_20113701470NUCA Deuxième unité de chantier : coupes transversales, A. Le Roy arch., 10 juin 1952. (archives Deuxième unité de chantier : élévation des façades postérieures, P. Patout arch., 1952. (archives Plan de situation. IVR24_20113701295NUDA
  • Palais des congrès (non réalisé)
    Palais des congrès (non réalisé) Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France - en ville - Cadastre : 2010 EK non cadastré
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Bénéficiant de la proximité des châteaux de la Loire, la ville de Tours était déjà dotée d'un fort destructions qui frappent Tours en 1940 puis en 1943 et 1944, l'idée de favoriser la relance du tourisme bibliothèque municipale et celui de l'ouest à un futur palais des congrès. A la différence de la bibliothèque . Un palais des congrès est finalement édifié par l'architecte Jean Nouvel face à la gare de Tours : il a été inauguré en 1993. Le site réservé au pendant de la bibliothèque municipale est quant à lui capital touristique avant la Seconde Guerre mondiale. La tenue régulière de congrès, dont le plus célèbre fut celui de la S.F.I.O en 1920, attirait bon nombre de visiteurs. A la suite des deux vagues de tourangeau par l'édification d'un palais des congrès voit le jour au sein du conseil municipal. La reconstruction du quartier sinistré après la Libération permet d'envisager l'aménagement d'un établissement de cet ordre dans l'un des pavillons monumentaux de la future entrée nord. Imaginés dès 1947 par
    Référence documentaire :
    , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 997). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 994). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 993). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 996). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 1005). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 998). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 999). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 1000). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 1001). (cf. illustration n , Jean (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23, S 1002). (cf. illustration n
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    composition est sensiblement identique à celle de la bibliothèque municipale, soit un corps de bâtiment douce, menant à une batterie de portes. Comme pour la bibliothèque municipale, de grandes baies Figurant sur les plans et les maquettes de l'entrée nord, le projet de palais des congrès, non central en forme de croix grecque, flanqué de deux ailes basses en rez-de-chaussée couvertes en terrasse . Le projet laisse penser que les mêmes principes et matériaux de construction y auraient été appliqués plaquis de pierre et d'une couverture pyramidale en cuivre oxydé. L'édifice projeté comporte un sous-sol (salle d'exposition et espace de services), un rez-de-chaussée surélevé (salle des pas perdus, vestiaires , escaliers et espace de détente donnant sur la Loire) et cinq étages-carrés organisés autour de la grande salle de congrès (1200 places au premier étage et 450 places en balcon au deuxième étage). Le troisième étage présentant un auditorium de 300 places, comporte également des bureaux tandis que les deux
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France - en ville - Cadastre : 2010 EK non
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan du sous-sol, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Tours, 149 Plan du premier étage, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Tours Coupe transversale, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Tours Coupe longitudinale, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Tours Plan masse de l'entrée nord, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Plan du rez-de-chaussée, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Plan du deuxième étage, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Plan du troisième étage, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Plan du quatrième étage, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de Plan du cinquième étage, P. Patout, Ch. et J. Dorian arch., 1954-1959. (archives municipales de
  • Îlot P
    Îlot P Tours - Quartier sinistré nord - rue des Halles rue Nationale rue Néricault-Destouches rue des Déportés - en ville - Cadastre : 2010 DZ 166 à 194
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Dernier îlot de la rue Nationale à être réalisé, l'îlot P représente le plus important chantier du quartier nord par sa superficie et son coût, estimé à l'époque à 700 millions de francs. Il s'établit sur un parcellaire complexe qui comptait avant-guerre la maison natale d'Honoré de Balzac, l'imprimerie terrains de compensation destinés à leur reconstruction : la maison Mame acquiert ainsi en 1949 une partie du terrain de l'ancienne caserne Lasalle, pour édifier en bord de Loire sa nouvelle usine. Au titre des dommages de guerre, elle récupère également plusieurs parcelles remembrées alignées le long des dessus-de ses coffres, le Crédit Lyonnais pose plus de difficultés. Repoussée jusqu'en 1956, son considérablement le lancement des travaux de l'îlot. Ce retard est néanmoins suivi d'une mise en chantier accélérée. En février 1956, les architectes Jean et Michel Marconnet dressent les plans généraux de l'îlot , assistés de Pierre Patout pour les immeubles bordant la rue Nationale. Pierre Boille est chargé de la
    Observation :
    Une plaque est apposée à l'actuel n°47 rue Nationale, commémorant l'emplacement de la maison de
    Parties constituantes non étudiées :
    parc de stationnement
    Référence documentaire :
    (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 17, îlot P). (cf. illustration n° IVR24_20103702622NUCA). Photogr. pos. n. et b., [1940]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Lefranc ). (archives municipales de Tours, 11 Fi 13.2260). (cf. illustration n° IVR24_20103700270NUCA). (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 17, îlot P). (cf. illustration n° IVR24_20103702623NUCA).
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Implanté en bordure sud du périmètre de reconstruction, l'îlot P est délimité au nord par la rue rue des Déportés. De grande dimension, l'îlot P est de type fermé et comprend deux passages d'entrée situés rue des Déportés. Ces porches larges de neuf mètres sont rythmés de hauts piliers et de traverses en béton bouchardé. Leurs murs latéraux sont revêtus de moellons bruts ou enduits, avec un compose de vingt-deux immeubles à usage mixte, à rez-de-chaussée principalement commercial et étages d'habitation. Le gros-œuvre de ces différents lots a été réalisé en béton armé et maçonnerie de moellons. Comme tous les îlots bordés par la rue Nationale, les immeubles de l'îlot P présentent différents types de séquences de façades sur rue, selon leur implantation. Les cinq immeubles bordant la rue Nationale s'inscrivent dans l'ordonnance architecturale dictée par Pierre Patout pour cette artère principale : rez-de -chaussée entresolé, trois étages-carrés en retrait, façades recouvertes d'un plaquis de pierre blanche et
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type fermé
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue des Halles rue Nationale rue Néricault-Destouches rue
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1956/n°307) Le numéro entre Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot P ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24 parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot 175 (225) ; DZ 191 (220) - Lhéritier de Chézelle : DZ 179 (214) ; DZ 188 (218) - Marconnet : DZ 166
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan du sous-sol, J. et M. Marconnet arch., 18 février 1956. (archives municipales de Tours, Permis Plan du rez-de-chaussée, J. et M. Marconnet arch., 18 février 1956. (archives municipales de Tours . (archives municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). IVR24_20103700268NUCA Vue de la rue Nationale, début du 20e siècle. (archives municipales de Tours, 101 Fi 3.6.18 . (archives municipales de Tours, 11 Fi 13.2260). IVR24_20103700270NUCA 1940. (archives municipales de Tours, Fonds Lefranc-Schmutz, 101 Fi 28.1). IVR24_20103700271NUCA municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). IVR24_20103700265NUCA municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). IVR24_20103700266NUCA municipales de Tours, Permis de construire 1956/n°307). IVR24_20103700267NUCA Coupe sur le porche côté nord, J. et M. Marconnet arch., 25 avril 1956. (archives municipales de
  • Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale)
    Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale) Tours - 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DW 5, 634
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Installée depuis 1893 au sein d'un immeuble de la rue Nationale, la succursale tourangelle du Crédit Lyonnais est fortement touchée lors de la destruction du quartier nord en juin 1940. Alors que l'agence occupe un bâtiment provisoire à partir de mai 1941, un nouvel immeuble est construit à l'angle des rues Nationale et Etienne-Pallu, sur un terrain de compensation. Cette implantation, soumise par le ministère de la Reconstruction à l'alignement des nouveaux immeubles de la rue Nationale, en retrait des anciens immeubles (voir l'annexe 1), entraîne un retard de plusieurs années du projet. L'important chantier qui s'engage au printemps 1954 associe des entrepreneurs tourangeaux et quelques grands noms de la construction française de l'époque. La nouvelle succursale est inaugurée le 26 février 1956 par Marcel Wiriath fonctionnalité de l'édifice. Occupant toujours les lieux, l'agence a connu des travaux de modernisation et de permettre le réagencement de l'accueil et des espaces de bureaux. À l'extérieur, le parterre de gazon
    Observation :
    Il ne nous a pas été possible, lors de l'enquête, d'effectuer une visite approfondie de l'agence . De même, les prises de vue intérieures nous ont été formellement refusées compte tenu des mesures de
    Référence documentaire :
    . Impr. photoméc., [1959]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 710). (cf. illustration n Tours (éditeur). (archives municipales de Tours, 11 Fi 13.2317). (cf. illustration n Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., non datée. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., [1955]. Par Cim (éditeur). (archives municipales de Tours (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°430 ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). (cf ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). (cf (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°430 municipales de Tours, 11 Fi 3.409). (cf. illustration n° IVR24_20103702576NUCA). Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 24
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    L'agence du Crédit Lyonnais est établie sur une parcelle de forme rectangulaire à l'angle des rues Nationale et Etienne-Pallu. Deux ailes, disposées en équerre le long des rues, masquent un corps de bâtiment de moindre hauteur qui occupe la totalité de la parcelle. Celui-ci présente une toiture-terrasse coffres, un rez-de-chaussée et plusieurs étages de bureaux. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Les façades sur rues sont revêtues d'un plaquis de pierre calcaire de l'ordonnance édictée par l'architecte Pierre Patout pour les immeubles reconstruits plus haut le long de l'artère principale. Elle adopte le même alignement que ceux-ci et se dresse donc en retrait de plusieurs mètres par rapport aux bâtiments plus anciens de cette partie de la rue. Cette aile compte trois étages-carrés élevés en retrait au-dessus du rez-de-chaussée, et un étage de comble éclairé du côté retrait du premier, ménageant au-devant de ses ouvertures une grande terrasse filante. L'entrée
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Tours - 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DW 5, 634
    Annexe :
    concerne les bâtiments anciens, ce qui suscite de vives réactions au sein du Conseil municipal. S'appuyant Transcription de l'article Le "Crédit Lyonnais" à Tours ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24) La L'alignement rue Nationale L'emplacement du terrain de compensation au sein même de la partie non sinistrée de la rue Nationale pose dès 1949 la question de l'alignement du nouvel édifice par rapport aux constructions anciennes. Dans les plans dressés par l'urbaniste Jean Dorian à la Libération, l'élargissement de immeuble édifié dans ce tiers de la rue Nationale doit adopter l'alignement défini à 23 mètres de large , alors que la partie ancienne de la rue Nationale est large d'une quinzaine de mètres. La même servitude sur l'avis des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, la Ville estime fort dommageable de frapper d'alignement des immeubles non sinistrés, qui témoignent par ailleurs de l'ordonnance architecturale primitive de la rue Nationale. Chargés de la conception de la nouvelle agence du Crédit Lyonnais, les
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    1950. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°430). IVR24_20113701523NUCA avril 1950. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°430). IVR24_20113701524NUCA 1952. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). IVR24_20113701525NUCA 1952. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). IVR24_20113701526NUCA . (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). IVR24_20113701528NUCA , [1er quart du 20e siècle]. (archives municipales de Tours, 11 Fi 13.2317). IVR24_20103702577NUCA haut). (archives municipales de Tours, 11 Fi 3.497). IVR24_20103702578NUCA centre), [1955]. (archives municipales de Tours, 11 Fi 3.499). IVR24_20103702579NUCA Vue générale à l'angle des rues Nationale et Etienne-Pallu, 1959. (archives municipales de Tours municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). IVR24_20113701527NUCA
  • Îlot G
    Îlot G Tours - Quartier sinistré nord - rue Colbert rue Jules-Favre jardin de Beaune-Semblançay rue Berthelot rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 185 à 202, 240
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    de la ville de Tours, les hôtels de Beaune-Semblançay, Lange des Bernières et Dunois, qui sont conscience patrimoniale. En 1941, les vestiges de l'hôtel de Beaune-Semblançay font l'objet d'un premier classement au titre des Monuments historiques afin d'assurer leur protection. La chapelle et un pan de mur restant du bel édifice Renaissance sont alors consolidés dans l'attente de leur intégration au sein d'un ensemble reconstruit. À la Libération, la présence de ces éléments classés guide fortement le remembrement de l'îlot G et incite à l'aménagement d'un espace vert destiné à les mettre en valeur. Désigné architecte chef de groupe, Pierre Labadie débute les études de l'îlot G à la fin de l'année 1951. Les plans des immeubles ordonnancés qui bordent les rues Nationale et Colbert sont dressés sous la direction de modifications de plusieurs parcelles entraînent de longues discussions qui l'ajournent sine die. Les travaux ne adjudications en août. Au préalable, le cinéma Olympia situé dans l'ancienne église Saint-François-de-Paule, à
    Observation :
    Dernier des trois îlots construits sur le côté est de la rue Nationale, l'îlot G marque exceptionnellement la reconstruction du quartier nord par son intégration réussie de vestiges historiques au sein
    Parties constituantes non étudiées :
    hôtel de voyageurs
    Référence documentaire :
    Photogr. pos. n. et b., 1940. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Emile Leray Photogr. pos. n. et b., 1940. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Emile Leray ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702610NUCA). Tirage : plan rehaussé d'aquarelle, [1954]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W Photogr. nég. n. et b., [1955]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours Photogr. nég. n. et b., [1955]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours Photogr. nég. n. et b., [1955]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours . Impr. photoméc., [1959]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 710). (cf. illustration n Photogr. nég. n. et b., [1955]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702608NUCA).
    Canton :
    Tours-Centre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Berthelot et à l'est par la rue Jules-Favre. Afin de favoriser l'aménagement du cœur d'îlot en jardin public mettant en valeur les vestiges de l'hôtel de Beaune-Semblançay, l'îlot adopte une forme largement ouverte à l'est. Cet accès principal est encadré de deux pavillons d'angle tandis qu'à l'ouest, rue Nationale, un second passage piéton est ménagé au rez-de-chaussée d'un immeuble. L'ensemble concerté se compose de quinze immeubles alignés à front de rues et rassemblant 65 logements et un hôtel de voyageurs . Le rez-de-chaussée commercial est principalement occupé par des boutiques et des bureaux. Côté cour , une rangée de garages à toit-terrasse s'implante le long des façades nord et sud. L'îlot possède un transformateur, contigu à la chapelle de Beaune-Semblançay. L'alimentation des immeubles en air chaud est assurée par la chaufferie de l'îlot H voisin. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Comprenant un sous-sol, un rez-de-chaussée et trois à quatre niveaux d'habitation
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type ouvert en forme de U
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue Colbert rue Jules-Favre jardin de Beaune-Semblançay rue
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1954/n°522) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot G ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 22
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    du couvent des Jésuites : état du bâti détruit et existant, août 1941. (archives municipales de Tours Plan annexé au cahier des charges de l'îlot G, [1954]. (archives municipales de Tours, 149 W 16 Plan masse du sous-sol, P. Labadie arch., 30 mars 1954. (archives municipales de Tours, Permis de Plan masse des étages, P. Labadie arch., 30 mars 1954. (archives municipales de Tours, Permis de Plan de couverture, P. Labadie arch., 30 mars 1954. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du sous-sol (moitié sud), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du sous-sol (moitié nord), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du rez-de-chaussée (moitié sud), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours Plan du premier étage (moitié sud), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours Plan du troisième étage (moitié sud), P. Labadie arch., [1954]. (archives municipales de Tours
  • Rue Nationale
    Rue Nationale Tours - Quartier sinistré nord - 15 à 49, 26 à 64, 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DW 5 2010 DY 151 à 158, 168, 169, 175 à 179, 192 à 197, 277 2010 DZ 84 à 92, 101 à 107, 179 à 189
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Édifiée sur le tracé de la route d'Espagne, la rue Nationale résulte des travaux lancés au 18e siècle sous la conduite de l'intendant Du Cluzel aux fins de réalisation d'une grande perspective nord -sud. Cette artère commerçante, large d'une quinzaine de mètres et bordée d'immeubles ordonnancés, est qui frappent l'entrée nord en juin 1940 déclenchent un vaste incendie qui s'étend de part et d'autre de la rue Nationale jusqu'aux rues Néricault-Destouches et Emile-Zola, détruisant les deux tiers de cette artère principale. Le caractère prioritaire de la reconstruction de la rue Nationale est reconnu Camille Lefèvre dès la fin de l'année 1940. Faisant l'objet de vifs débats tout au long de 1941, la reconstruction de la rue Nationale répond finalement à deux principes : un élargissement de la quinzaine de mètres avant destruction à 23 mètres d'une part, d'autre part des élévations de trois étages s'intégrant à la silhouette des immeubles anciens conservés dans le tiers sud de la rue. C'est finalement
    Référence documentaire :
    Calque : esquisse, [1947]. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W . Impr. photoméc., [1959]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 710). (cf. illustration n . photoméc. n. et b., [1942]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 770). (cf. illustration n Cie, 1943, p. 65. Impr. photoméc. n. et b., [1943]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours Tirage : plan, [1951]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 8). (cf. illustration . Siraudeau et Cie, 1951. Impr. photoméc. : n. et b. Par Deslis (éditeur). (archives municipales de Tours, 91 Photogr. pos., n. et b., [196.?]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 531 W 31). (cf Tirage : plan, [1951]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 8). (cf. illustration Calque : plan, [1948]. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 22, S Photogr. pos., n. et b., [196?]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 531 W 31). (cf
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Cet aménagement urbain est formé par l'alignement de six îlots reconstruits de part et d'autre de la rue Nationale (îlots E, M, P, I, H et G), ainsi que de l'agence du Crédit Lyonnais édifiée dans la bordant la rue Nationale composent un bâti linéaire très homogène, comprenant un rez-de-chaussée permet de compenser, sur la longueur d'un îlot, l'importante déclivité de la rue du nord au sud auvent filant pour les commerces. Chacun de ces niveaux d'habitation présente un type de garde-corps , revêtu d'un plaquis de pierre ; au deuxième étage, une série de balcons individuels avec garde-corps en ferronnerie présentant un léger ressaut aux deux angles ; au troisième étage, un simple garde-corps de même . Ces six îlots disposent en façade sur la rue Nationale d'un parement de pierre blanche, découpé en plaques et scellé à une maçonnerie traditionnelle en moellons. Ils sont coiffés de toits à longs-pans et croupes couverts d'ardoise et hérissés de souches de cheminées en brique. Le Crédit Lyonnais suit une
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 15 à 49, 26 à 64, 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    personnalités influentes de Tours qui prônent le maintien à sa largeur d'avant-guerre. Après plusieurs mois constructions précédentes. De nouvelles destructions touchant la ville de Tours en 1943 et 1944, le plan immeubles non sinistrés, le conseil municipal envisage en 1951 la possibilité de créer des passages couverts Pour l'architecte Camille Lefèvre auquel est confié le plan d'aménagement de la rue Nationale fin 1940, la reconstruction de la rue Nationale doit avant tout permettre d'adapter l'axe au trafic croissant des automobiles. L'architecte se montre en faveur d'un élargissement de la rue, au grand dam de l'issue de longues discussions avec le ministère des Travaux publics, la largeur de la rue Nationale est finalement fixée à 23 mètres à la fin de l'année 1941. Sur la base d'une proposition de Lefèvre en 1942, le principe de l'ordonnancement des futurs immeubles de l'entrée de ville et de la rue Nationale est toutefois celui de la continuité, soit un alignement d'immeubles de trois étages mansardés, très inspirés des
    Illustration :
    Plan de la rue Nationale et des bâtiments sinistrés, 1942. (archives municipales de Tours, 770 Esquisse en plan de la rue Nationale, P. Patout arch., juillet 1946. (archives municipales de Tours Esquisse en plan de la rue Nationale, P. Patout arch., juillet 1946. (archives municipales de Tours 1946. (archives municipales de Tours, 149 W 21, S 754). IVR24_20103701712NUC2A ., novembre 1946. (archives municipales de Tours, 149 W 21, S 762). IVR24_20103701713NUC2A ., [1947]. (archives municipales de Tours, 149 W 22, S 848). IVR24_20103701698NUC2A Etude pour une placette rue Nationale, P. Patout arch., [1947]. (archives municipales de Tours, 149 ]. (archives municipales de Tours, 149 W 22, S 846). IVR24_20103701689NUC2A Etude pour une placette rue Nationale, P. Patout arch., [1947]. (archives municipales de Tours, 149 Etude pour une placette rue Nationale, P. Patout arch., [1947]. (archives municipales de Tours, 149
  • Îlot ABC
    Îlot ABC Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue du Commerce rue Constantine - en ville - Cadastre : 2010 DZ 8 à 21, 23 à 38, 40 à 48, 366, 368
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    , la nouvelle entrée nord de Tours. Entièrement préfinancés par le ministère de la Reconstruction Comprenant avant-guerre l'un des deux édifices marquant l'entrée de ville monumentale (la bibliothèque municipale), le vaste parcellaire sur lequel s'établit l'îlot ABC est fortement sinistré et ruiné en juin 1940 par des tirs d'obus incendiaires. Les projets successifs de reconstruction des architectes Camille Lefèvre et Jean Dorian voient la définition d'une nouvelle trame viaire à partir de laquelle est établi en 1948 le premier plan de remembrement du quartier. Deux ans plus tard toutefois , l'architecte Pierre Patout, chargé de concevoir un second modificatif du projet de reconstruction, unifie les îlots A, B et C, précédemment définis, en un unique îlot qui aura son pendant, l'îlot V, de l'autre côté de la rue Nationale. Le nouvel ensemble monumental définit ainsi, autour de la place Anatole-France , les immeubles et magasins qui forment le pourtour de l'îlot ABC sont découpés en grandes unités de
    Parties constituantes non étudiées :
    parc de stationnement magasin de commerce
    Référence documentaire :
    Tirage : plan annexé à l'arrêté du 4 août 1958. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 Tirage : plan annexé à l'arrêté du 4 août 1958. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 municipales de Tours). (cf. illustration n° IVR24_20113701636NUCA). AC Tours. Relogement des sinistrés de la guerre 1939-1945, 6 F 246. Îlot ABC, 1954-1960. AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 14. Îlot A.B.C, 1952-1965. Département d'Indre-et-Loire. Association syndicale de remembrement de Tours. Tours-Nord. Îlots p. 17 (ill.), 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet La Nouvelle République, 1er août 1951. Impr. photoméc. : n. et b. Auteur inconnu. (archives région Centre-Val de Loire, Ph. Henrard N°1920). (cf. illustration n° IVR24_19873702602VA). Inventaire de la Région Centre-Val de Loire, Ph. Henrard N°1471), cf. illustration n° IVR24_19873702092N.
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    . Comme son pendant l'îlot V édifié de l'autre côté de la rue Nationale, l'îlot ABC, partie constituante de l'entrée de ville monumentale, possède une forme et un aménagement particuliers, regroupant autour d'un vaste espace vert ménagé en son centre un ensemble de magasins-terrasses et trois ensembles Lefèvre de 1942 jusqu'à son second modificatif par Pierre Patout en 1952. Délimité par un réseau de ). L'école des beaux-arts se dresse au centre de l'îlot, entourée au nord et à l'est par des places de
    Jardins :
    parterre de gazon
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue du Commerce rue
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    L'îlot ABC s'établit sur un vaste parcellaire qui avant-guerre était traversé par deux voies de biais partant de la rue Nationale et débouchant sur la rue Constantine. En 1942, l'architecte Camille Lefèvre établit un projet de reconstruction qui conserve le tracé viaire existant mais crée un nouvel axe délimitent alors, pour la zone ouest de l'entrée nord, trois îlots A, B et C de tailles et de formes variées . Le lancement d'un second modificatif du projet de reconstruction de l'entrée nord en janvier 1950 s'accompagne de changements significatifs. Chargé de sa conception, l'architecte Pierre Patout élabore avec difficulté un nouveau plan répondant aux exigences du ministère de le Reconstruction, du service des Monuments historiques et des commerçants sinistrés. Il dresse ainsi deux grands îlots symétriques au sud de la place Anatole-France, alignant rue Nationale deux rangées de magasins-terrasses en rez-de-chaussée . Les ensembles A, B et C précédemment définis sont regroupés au sein de l'îlot ouest. Un nouveau plan
    Illustration :
    Plan de transfert de voirie des îlots ABC et V, août 1958. (archives municipales de Tours, 149 W 12 Plan de remembrement des îlot ABC et V, août 1958. (archives municipales de Tours, 149 W 12 municipales de Tours). IVR24_20113701636NUCA Plan d'indexation des îlots, publié de 1948 à 1952 par La Nouvelle République. (archives Plan de situation. IVR24_20113701249NUDA Vue aérienne de l'entrée nord (à gauche, le terrain réservé à la reconstruction des îlots A, B et C ), 1949. (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre Val de Loire, Ph. Henrard N°1471 Vue aérienne de l'entrée nord (au premier plan, l'îlot ABC en construction), 1955. (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre Val de Loire, Ph. Henrard N°19255). IVR24_19873702071N Vue aérienne de l'îlot ABC à la fin des années 1960. (service Patrimoine et Inventaire de la Région
  • Îlot I
    Îlot I Tours - Quartier sinistré nord - rue de la Scellerie rue de Lucé rue Emile-Zola rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 151 à 168, 277
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    L'îlot I est le premier ensemble édifié à l'est de la rue Nationale, et sa reconstruction illustre la question des limites précises du périmètre de reconstruction. Quelques immeubles non sinistrés subsistent en effet à l'angle des rues de Lucé et Emile-Zola, et les aménageurs s'interrogent alors beaucoup sur leur intégration au futur ensemble. Si le plan Lefèvre de 1942 affecte peu ces bâtiments, le quadrangulaire totalement neuf. Celui-ci, de type fermé, comprend deux passages d'accès à l'est et au sud , occasionnant une circulation intérieure semblable à celle des îlots de la place de la Résistance. Mais face au coût supplémentaire que nécessite la destruction d'immeubles intacts, un remembrement partiel de l'îlot est finalement privilégié. Alors que les travaux de terrassement débutent, les vestiges d'un temple circulaire gallo-romain sont mis au jour, retenant toute l'attention des spécialistes. À l'issue de débats agités, un accord intervient en octobre 1951 afin de coordonner les travaux d'archéologie et de
    Référence documentaire :
    (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). (cf. illustration n Photogr. nég. n. et b., [1954]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours Tirage annoté : plan, [1952]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Permis de construire Calque : plan dressé le 10 octobre 1951. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de AC Tours. Relogement des sinistrés de la guerre 1939-1945, 6 F 249. Îlot I, 1951-1960. AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 16. Îlot I, 1950-1954.
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    L'îlot I est bordé au nord par la rue de la Scellerie, à l'ouest par la rue Nationale, au sud par la rue Emile-Zola et à l'est par la rue de Lucé, le sud-est de ce quadrilatère étant exclu du périmètre de reconstruction. De type fermé, l'îlot est doté d'un passage d'accès carrossable reliant sa cour intérieure à la rue de Lucé. Treize immeubles à usage mixte s'alignent à front de rues, doublés en fond de parcelle par une rangée de garages et d'arrière-boutiques en rez-de-chaussée. Leur gros-œuvre est constitué par une ossature en béton armé et des murs en maçonnerie de moellons. Comme tous les îlots bordés par la rue Nationale, ces immeubles présentent différents types de séquences de façades sur rue, selon architecturale dictée par Pierre Patout, soit un front bâti homogène long de près de 91 mètres et constitué de façades revêtues d'un plaquis de pierre calcaire coiffées d'un toit à longs pans et croupe couverts d'ardoise est hérissé de souches de cheminées en brique. Ces édifices comprennent un sous-sol, un rez-de
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type fermé en forme de L
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue de la Scellerie rue de Lucé rue Emile-Zola rue
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1952/n°2) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot - Lacape et Lemaure : DY 158 (134) - Lagarde : DY 152 (130) ; DY 277 (132) - Lhéritier de Chézelle : DY 168
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . (archives municipales de Tours, 149 W 21, S 812). IVR24_20103701723NUC2A Plan d'implantation de l'îlot, [1952]. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n Plan masse du sous-sol, P. Patout et P. Labadie arch., 14 décembre 1951. (archives municipales de municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). IVR24_20103702516NUCA Attroupement devant l'entrée du cinéma Olympia un soir de projection, [1954]. (archives municipales Tours, Permis de construire 1952/n°2). IVR24_20103702515NUCA Plan masse du rez-de-chaussée, P. Patout et P. Labadie arch., 14 décembre 1951. (archives Plan masse du premier étage, P. Patout et P. Labadie arch., 14 décembre 1951. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°2). IVR24_20103702517NUCA Façades sur rue et coupes, P. Patout et P. Labadie arch., 14 décembre 1951. (archives municipales
  • Îlot E
    Îlot E Tours - Quartier sinistré nord - rue du Commerce rue Nationale rue du Maréchal-Foch place de la Résistance rue des Fusillés - en ville - Cadastre : 2010 DZ 77 à 99, 357, 358
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    de ce secteur emblématique du nouveau Tours. Après l'établissement d'un plan de remembrement en Quatrième et dernier ensemble délimitant la place de la Résistance, l'îlot E clôt la reconstruction décembre 1948, l'architecte André Le Roy dresse en juillet 1950 les plans généraux de l'îlot. Son confrère Commerce et Nationale. Ces derniers constituent la première unité de chantier lancée en janvier 1951. La deuxième unité, regroupant les parcelles alignées rues des Fusillés, du Maréchal-Foch et place de la Résistance, débute un an plus tard. Les certificats de conformité sont établis à partir de 1954. L'îlot E n'a connu depuis aucune transformation majeure, hormis la pose récente de portails électriques
    Référence documentaire :
    Photogr. nég. n. et b., [1951]. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Tours Tirage : plan dressé le 20 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 16 ). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°534). (cf. illustration n ). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°534). (cf. illustration n ). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°534). (cf. illustration n ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot E). (cf. illustration n° IVR24_20113700598NUC2A). ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot E). (cf. illustration n° IVR24_20113700599NUC2A). ). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot E). (cf. illustration n° IVR24_20113700600NUC2A). municipales de Tours, Fonds Henri Goarnisson, 117 Fi 2389). (cf. illustration n° IVR24_20103702575NUCA). Tirage : plan dressé le 23 mars 1951. Par Lebugle, Cl. (dessinateur). (archives municipales de
    Canton :
    Tours-Centre
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    place de la Résistance. De type fermé, il adopte un plan régulier en forme de L et un bâti continu à front de rues. Deux porches monumentaux, de forme cintrée et larges de cinq mètres, permettent l'accès à E se compose de dix-sept immeubles à usage mixte présentant un rez-de-chaussée commercial occupé par , surmontés ou non d'un étage de comble, sont réservés à l'habitation. Côté cour, des garages et des arrière -boutiques édifiés en rez-de-chaussée viennent doubler l'emprise de certains immeubles. L'alimentation est assurée par la chaufferie de l'îlot M, et un transformateur commun situé en œcœur d'îlot régule le courant électrique. Une longue galerie technique creusée sous la cour regroupe également les réseaux de distribution d'eau, d'électricité, de gaz et de téléphone. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Les façades sur rue présentent deux types d'ordonnance, induits par la situation particulière de l'îlot entre la place de la Résistance et le haut de la rue Nationale. Les immeubles bordant
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    îlot de type fermé en forme de L
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - rue du Commerce rue Nationale rue du Maréchal-Foch place de
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1950/n°534 et 1951/n°723) Le numéro entre parenthèses correspond à la première numérotation cadastrale en vigueur lors de la reconstruction de l'îlot. - Berne : DZ 95 (80) - Boille J. : DZ 83 (85) ; DZ 92 (76) - Boille P. : DZ 97 (79 Entreprises ayant participé à la construction de l'îlot E ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24 ) Première unité de chantier - Créola, Métais, Moltrasio (maçonnerie) - Chamonard, Guignard (charpente ) - Société angevine de marbrerie (revêtement des escaliers) - Lamigeon et Coulaud (chauffage) Deuxième unité de chantier - Créola, Métais, Moltrasio (maçonnerie) - Dumoulin (charpente) - Moltrasio (couverture
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan des servitudes annexé au cahier des charges, 20 décembre 1948. (archives municipales de Tours Plan masse, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du sous-sol, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, 149 Plan des étages, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, 149 . (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°534). IVR24_20103701759NUC2A ., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°534 Plan de la galerie technique, 23 mars 1951. (archives municipales de Tours, 149 W 9 Vue de l'îlot E en construction, [1952]. (archives municipales de Tours, Fonds Jacques et Thierry ]. (archives municipales de Tours, Fonds Henri Goarnisson, 117 Fi 2389). IVR24_20103702575NUCA Plan du rez-de-chaussée, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de