Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 25 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Pied de la Bruyère : chapelle Saint-Serge
    Pied de la Bruyère : chapelle Saint-Serge Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Le Pied de la Bruyère - isolé - Cadastre : 1811 A 124 2019 A1 17
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Cette chapelle semble dater de la fin du 18e siècle ou du début du 19e siècle. Elle figure sur le plan cadastral de 1811 et appartient à cette époque à un certain Malgrange, d'après l'état de la section. En 1860, l'édicule est restauré par Jules-Octave Luce de Trémont, propriétaire du château de Trémont. Son fils, Jules Luce de Trémont, le restaurera également en 1930 (chaînage structurel, création d'un auvent en croupe protégeant l'entrée). Dédiée à saint Serge, la chapelle faisait l'objet d'un
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p.
    Description :
    . De plan quasiment carré, la chapelle est accessible par une porte en pierre de taille calcaire L'édicule se situe le long de la route départementale D112, au pied de la colline de Saint-Serge éclairent l'intérieur meublé d'un autel et d'une statue de saint Serge. Les murs sont en moellons de
    Localisation :
    Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Le Pied de la Bruyère - isolé - Cadastre : 1811 A 124 2019 A1 17
    Titre courant :
    Pied de la Bruyère : chapelle Saint-Serge
    Illustration :
    Élévation ouest, vue de détail de la porte. IVR24_20192800192NUCA Élévation sud, vue de détail de la fenêtre. IVR24_20192800193NUCA
  • Noyers : ensemble de trois maisons
    Noyers : ensemble de trois maisons Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Les Noyers - isolé - Cadastre : 1811 A 139, 140, 141, 144, 145 2019 B1 152, 408
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    le montre la date 1593 gravée sur une pierre de taille du jambage commun d'une curieuse lucarne. De Le bâtiment le plus ancien de cette ensemble de trois maisons date de la fin du 16e siècle, comme postérieure, la corniche en quart-de-rond et très certainement la charpente d'origine (intérieur non vu). En 1811, sur le plan cadastral et dans l'état de la section A, les bâtiments se répartissent en trois , un logis secondaire est construit en alignement de la précédente maison avec laiterie à l'arrière cette époque remonte la partie nord du bâtiment principal (maison à deux salles et extension nord-ouest ) dans sa structure qui conserve notamment la lucarne, une porte à encadrement chanfreiné en façade propriétaires autour d'une cour commune (C. C. en abrégé sur le cadastre). Dans la seconde moitié du 19e siècle , fournil en continu et étable. Dans le même temps, une troisième maison est construite à l'emplacement de
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Description :
    certainement sous le comble et explique la division verticale de la lucarne (avec la date 1593 sur le jambage commun). Un escalier extérieur placé contre la façade principale donne accès à l'étage de l'extension. Le étables. Le logis principal s'élève en rez-de-chaussée surélevé sur cave (accessible de plain-pied au nord -est). Il est divisé en deux pièces qu'un mur de refend sépare. Ce mur de refend se retrouve logis secondaire s'élève sur un simple rez-de-chaussée et dispose de deux pièces (salle et chambre sans se trouve une petite étable attenante, puis un troisième logis dissocié (en rez-de-chaussée, à deux pièces : salle et chambre, avec four à pain donnant dans la cheminée.
    Titre courant :
    Noyers : ensemble de trois maisons
    Dates :
    1593 porte la date
    Illustration :
    Bâtiment principal, partie nord, façade sud-ouest, vue de détail de la lucarne Bâtiment principal, partie nord, façade sud-ouest, lucarne, vue de détail de la date 1593 gravée Bâtiment principal, partie nord, vue de la façade postérieure. IVR24_20192800271NUCA Bâtiment principal, partie nord, façade postérieure, vue de détail de la porte à encadrement Extrait du plan cadastral de Trizay de 1811, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir Superposition du plan cadastral de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800129NUDA Plan de localisation des bâtiments (fond : plan cadastral de 2019). IVR24_20192800265NUDA dans une pierre de jambage. IVR24_20192800269NUCA
  • Bourg : école libre de filles, actuellement maison
    Bourg : école libre de filles, actuellement maison Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village - Cadastre : 2019 B 63
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    en 1865. Dès son ouverture, elle y installe les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de Chartres Fournier de Boisairault d’Oiron, veuve de Jules Luce de Trémont, commanditaire du château de Trémont décédé simple maison. Une céramique de l’artiste Pierre Amourette représentant une Vierge à l’Enfant a été placée dans les années 2000 dans la niche du mur nord-est, en remplacement d’une statue plus ancienne qui
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L’école libre se situe au sud de la mairie-école, de l’autre côté du chemin menant aux Bordes. Elle carré. Il abritait la salle de classe au rez-de-chaussée, éclairée par de grandes ouvertures, et trois et les chaînages d’angle sont en pierre de taille calcaire. Les toits à longs pans et à croupe et en comprend trois corps de bâtiment. Le corps principal est en rez-de-chaussée surélevé surmonté d’un étage pignon nord-est. Il servait de remise et cellier à l’étage de soubassement et de cuisine et de réfectoire au rez-de-chaussée surélevé. Au centre du mur nord-est se trouve une niche surmontée d’un arc en plein cintre et d’une croix. Un autre appentis est accolé au nord de ce dernier (fonction initiale inconnue). Les murs sont en moellons de calcaire couverts d’un enduit plein. Les encadrements d’ouvertures
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [commanditaire] Fournier de Boisairault d'Oiron Élisabeth-Mélanie
    Titre courant :
    Bourg : école libre de filles, actuellement maison
    Illustration :
    Mur nord-est, vue de détail de la Vierge à l'Enfant placée dans une niche. IVR24_20192800166NUCA
  • Petites Bordes : alignement de trois maisons
    Petites Bordes : alignement de trois maisons Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Les Petites Bordes - isolé - Cadastre : 1811 A 123 2019 OB 354
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La partie la plus ancienne de cet alignement de trois maisons - à savoir le logis nord et le logis central - remonte probablement au 16e siècle, comme en témoigne la charpente de la partie nord à quatre laiterie. En 1811, d'après l'état de section du cadastre de Trizay, l'ensemble appartient à la veuve de pan de bois par de la maçonnerie, réfection entière du plancher du logis central et construction (ou reconstruction ?) de la cheminée, reconstruction de la cheminée du logis nord et construction du four à pain charpente reposait sur des murs en pan de bois. Plusieurs indices le montrent, comme les emplacements des poteaux cormiers nord et sud bien visibles (différence de traitement de maçonnerie), ainsi qu'une ancienne de plan rectangulaire était certainement prolongé en façade postérieure d'un appentis en basse-goutte . Au 18e siècle, une autre maison est construite en alignement au sud-est. Datent de cette époque notamment la cheminée (avec potager), le four à pain, le toit à porcs, la dépendance (étable ?) et la
    Observation :
    La partie la plus ancienne de ce bâtiment était en pan de bois bien que les murs soient aujourd'hui maçonnés en moellon. Il est difficile de connaître précisément la fonction initiale du bâtiment originel tant les remaniements du 19e siècle ont perturbé la compréhension globale. Il en résulte trois maisons
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Description :
    d'une chambre au rez-de-chaussée surélevé. Deux caves occupent l'étage de soubassement. La salle dispose à pain est accessible depuis la cheminée. Le plancher, qui conserve l'emprise de l'ancienne cheminée inférieur de l'appentis arrière, se situe le fournil dont la voûte du four a été détruite. La salle d'une cheminée avec potager et four à pain, un évier en pierre placé à côté de la porte. A côté de la porte en façade principale et un toit à porcs placé à l'arrière de la voûte du four complètent l'ensemble. Bien que les murs conservent la trace de pans de bois, ils sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit à pierre vue. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en pierre de taille L'alignement de trois maisons se situe dans le hameau des Petites Bordes. Sa façade principale est réduite au niveau du chevêtre, est constitué de solives de section importante, reposant sur les entraits
    Étages :
    en rez-de-chaussée en rez-de-chaussée surélevé étage de soubassement
    Titre courant :
    Petites Bordes : alignement de trois maisons
    Illustration :
    Façade principale, logis sud, porte et fenêtre de la salle. IVR24_20192800115NUCA Façade principale, logis central, porte et fenêtre de la salle. IVR24_20192800116NUCA Vue du pignon nord-ouest (la charpente en rive témoigne du pan de bois qui constituait les murs Logis sud, vue générale de la cheminée et de la porte de la laiterie. IVR24_20192800118NUCA Logis central, vue de la cheminée. IVR24_20192800121NUCA Logis nord, vue de la cheminée. IVR24_20192800122NUCA Extrait du plan cadastral de Trizay de 1811, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir Superposition du cadastre de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800104NUDA Logis sud, cheminée, vue de détail du potager. IVR24_20192800119NUCA Logis nord, vue partielle du plancher (solivage en grosse section de bois). IVR24_20192800124NUCA
  • Bourg de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge
    Bourg de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    En 1183, le fief Trizay (Tarzei ou Tarzy) est cité comme dépendance de la châtellenie de Nogent . L'archidiacre de Chartres nomme à la cure de la paroisse dès cette période. Des découvertes archéologiques de - l'église paroissiale Saint-Martin (choeur et partie sud-est de la nef) et le presbytère - remontent reconstruit au tournant du 20e siècle. A partir du 17e siècle, le fief de Trizay est inféodé au seigneur de la années 1835-1840 pour que de nouveaux édifices soient construits - époque à laquelle la municipalité fait logement de l'instituteur et salle de mairie) est construite en 1842 au nord de la Métairie. L'examen des matrices cadastrales fait état de la construction d'une dizaine de nouvelles maisons entre 1841 et 1884, le , face à l'école libre de filles érigée en 1876 et la nouvelle mairie-école de 1883. En 1906, le bourg de 1841 et 1896 (3 sarcophages en pierre, boucle de ceinturon, etc.) attestent une occupation plus certainement aux 15e et 16e siècle. La ferme nommée "la Métairie" placée au nord-ouest du sanctuaire semble
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812. -Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Description :
    Le bourg de Trizay se situe à mi-hauteur sur un versant nord-est de la vallée de la Berthe. Les des baies et les chaînages d'angle sont en général en pierre de taille calcaire (les baies les plus constructions les plus anciennes (église, presbytère et la Métairie) occupent un promontoire surplombant la vallée. Les bâtiments construits à l'époque contemporaine se trouvent de l'autre côté du chemin ceinturant cette butte, alignés en front de rue mais parfois indépendants. Pour l'essentiel des maisons (disposant parfois d'un commerce), ces édifices sont la plupart du temps adaptés à la déclivité du terrain : les accès au rez-de-chaussée surélevé et à l'étage de soubassement pouvant ainsi se faire de plain -pied. Les murs sont en moellons de calcaire couvert d'un enduit plein ou à pierre vue. Les encadrements
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé étage de soubassement
    Titre courant :
    Bourg de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge
    Illustration :
    Représentation du village de Trizay, figurant en marge du plan de la seigneurie de Saint-Serge (AD Plan du bourg en 1880, dressé par Jules-françois Robbé, alors maire de la commune. (Archives Entrée de bourg depuis la vallée de la Berthe au nord-ouest (carte postale, vers 1900 Ensemble de trois maisons (avec commerce pour celle de droite) de la deuxième moitié du 19e siècle Extrait du plan cadastral de Trizay de 1811, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir ;3 Superposition du cadastre de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800356NUDA Plan de localisation des édifices repérés et étudiés (fond : plan cadastral de 2019, section B1 Ancienne ferme dite "la Métairie" et église paroissiale Saint-Martin (carte postale, vers 1920 Place de l'église, vue d'ensemble vers l'ouest (carte postale, vers 1900). IVR24_20192800370NUCAB Vue de situation du bourg depuis l'est. IVR24_20172800596NUCA
  • Bourg : cimetière
    Bourg : cimetière Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village - Cadastre : 2019 B 46
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    octobre 1897 et le décompte de la dépense monte à 5 417,53 fr. Le conseil municipal décide de faire appel à l'architecte nogentais Arthur Joseph Proust pour municipal leur achète ces portions de terrains le 1er juin 1895. Les travaux sont attribués par adjudication à Julien Frétard, entrepreneur à Souancé-au-Perche. La réception définitive des travaux a lieu le 22
    Parties constituantes non étudiées :
    mur de clôture croix de cimetière
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 O 3461. Monument aux morts et cimetière de Trizay.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    de clôture et accessible par un portail au sud-ouest. À la croisée des deux allées se trouve une croix monumentale (base en pierre de taille de granite, socle cubique en brique, croix à fleurons et Le cimetière se situe au nord-ouest du bourg. D'emprise au sol rectangulaire, il est clos de murs Christ en croix en métal). Les murets de clôture sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un
    Illustration :
    Projet d'établissement du nouveau cimetière : plan de localisation de l'emplacement projeté et du Projet d'établissement du nouveau cimetière : plan de localisation de l'emplacement projeté en vue de l'acquisition du terrain, dressé le 20 avril 1894 par le maire Adolphe Pelletier. (Archives Portail et murets de clôture du cimetière. IVR24_20192800178NUCA Croix monumentale de cimetière. IVR24_20192800180NUCA
  • Bourg : monument aux morts
    Bourg : monument aux morts Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village - Cadastre : 2019 B 67
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    , conformément au contrat de gré à gré passé avec Eugène Neveu, maire de la commune, le 10 septembre 1921, pour la somme de 3 038 francs. Le procès-verbal de réception définitive des travaux a lieu le 12 mars 1923 . Le devis précise les matériaux à mettre en œuvre : le granite de Bretagne pour la base et le socle , la pierre de Lorraine pour le socle et le fût. Initialement placé dans le cimetière, il a été déplacé Le monument aux morts a été érigé en 1923 par M. Pinot-Fournier, entrepreneur de monuments funèbres en 2018 devant le clocher de l'église.
    Référence documentaire :
    CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 O 3461. Monument aux morts et cimetière de Trizay.
    Représentations :
    drapeau croix de guerre couronne de laurier
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    stèle en pierre de taille calcaire (pierre de Lorraine). La stèle, couronnée d'un fronton surmonté d’une croix de guerre, porte les inscriptions des noms des soldats morts pour la France gravés sur une plaque de marbre ainsi que d’autres symboles sculptés sur une seconde plaque : drapeaux, couronne de laurier.
    Illustration :
    . (Archives municipales de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge). IVR24_20192800181NUCA Vue de situation depuis le nord. IVR24_20192800182NUCA
  • Trémont : ferme
    Trémont : ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Trémont - isolé - Cadastre : 1811 A 2, 4, 5, 6, 7 2019 OC 110, 214, 215
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Les parties les plus anciennes de la ferme de Trémont remontent au 18e siècle au plus tard. Il s'agit du logis qui conserve des baies de cette époque, tout comme la partie ouest de l'écurie du Trémont, probablement au début du 20e siècle. A cette même époque, il entreprend la reconstruction de la ferme qui s'inscrit dans la mouvance des fermes modèles : plan rationnel, recherche de symétrie, de fermeture de la cour, séparations distinctes entre les animaux pour une meilleure hygiène et des dépendances bâtiment nord. Les autres dépendances présentes en plan en 1811 ont été détruites par Octave-Jules Luce de de dimensions importantes pour une production accrue. Les dates portées sur les bâtiments témoignent de cette campagne de construction : 1906 (écurie nord), 1921, 1922 (étables est et logement du vacher
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Description :
    La ferme de Trémont se situe à environ un kilomètre à l'est du bourg de Trizay et à une centaine de l'ouest vers la cour du château marque la limite entre ce qui ressort de la ferme à l'est et du château à se situe un second bâtiment à usage d'étables et de logement du vacher. Fermant la cour au nord, deux la cour à proximité du logis. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit plein ou à baies et les chaînages d'angle sont majoritairement en brique (sauf pour le logis et la partie ouest de l'écurie nord, aux chaînes d'angle et encadrements en pierre de taille calcaire). Les toits sont à longs mètres du château du même nom. Le grand bâtiment à usage d'écuries dont la façade principale donne à l'ouest. La ferme comporte donc quatre bâtiments répartis en U autour d'une cour fermée par un portail. Le logis (deux pièces en rez-de-chaussée à double orientation) se trouve au sud de l'ensemble. Lui est accolé à l'est un bâtiment à usage de pressoir, de grange et de toit à porcs. En retour d'équerre à l'est
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Luce de Trémont Octave-Jules
    Dates :
    1906 porte la date 1921 porte la date 1922 porte la date 1925 porte la date 1927 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme et du château (fond : plan cadastral de 2019 Superposition du cadastre de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800196NUDA Bâtiment est (étables et logement de vacher), vue générale depuis le sud-ouest
  • Maisons et fermes à Trizay-Coutretôt-Saint-Serge
    Maisons et fermes à Trizay-Coutretôt-Saint-Serge Trizay-Coutretot-Saint-Serge
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994 Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Texte libre :
    Parmi les 108 édifices repérés (55 fermes, 53 maisons) sur le territoire de la commune de Trizay historiques : Le bourg de Trizay ne comprenait avant 1800 comme habitation que la métairie (ferme) et le presbytère. Celui de Coutretôt, bien plus populeux et étoffé en 1811 (date du cadastre ancien), concentre la plupart des maisons (23 au total). Les plus anciennes semblent se trouver autour de la cour commune du . 23 maisons semblent antérieures à la Révolution et conservent des éléments attestant de leur (soit plus de la moitié). Pour autant, elles ont toutes été plus ou moins modifiées les siècles suivants les fermes sont dites à cour ouverte, 3 d’entre elles possèdent des murets de clôture enfermant la cour à la Métairie (au bourg), Trémont et la Rigaudière. Les bâtiments se répartissent de manière à la Petite Mairie, à la Vieille Cour et à la ferme de Trémont sortent du lot : de plan circulaire distribution, les maisons disposent d'une pièce unique ou de deux pièces, généralement réservées à la salle et
    Illustration :
    Logis de ferme (16e et 18e siècles) à la Petite Leu. IVR24_20172800599NUCA Logis de ferme en rez-de-chaussée surélevé sur cave à la Petite Mairie. IVR24_20192800202NUCA Puits à la ferme de Trémont. IVR24_20192800291NUCA L'emploi du calcaire (maçonnerie de moellons et ouverture en pierre de taille) aux Petites Bordes Ferme de plan en "O" aux Noyers. IVR24_20192800127NUDA Alignement de 5 maisons de journalier à Coutretôt. IVR24_20192800348NUCA Maison à boutique (épicerie, café) au bourg de Trizay. IVR24_20192800363NUCA Ensemble de deux maisons (dont une à étage) à Coutretôt. IVR24_20192800346NUCA Ferme à cour ouverte à la Ville Cour. IVR24_20192800094NUCA Ferme à cour fermée à la Grande Maison. IVR24_20192800295NUCA
  • Grande Mairie : ferme
    Grande Mairie : ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Grande Mairie - isolé - Cadastre : 1811 B2 167 2019 OC 126
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Le fief de la Mairie de Queux est cité dès 1460 comme dépendance du chapitre cathédral de Chartres départementales, mais non retrouvé lors de l'étude). De l'époque du marché semble remonter le logis de la ferme qui conserve des éléments significatifs (fenêtre de la tour à encadrement chanfreiné, petite archère d'angle du bâtiment d'exploitation nord. En 1759, la Grande Mairie apparaît sur le plan de Canüel comme propriété de la communauté des Ursulines de Nogent qui l'avait acquise dans la première moitié du 18e siècle . Un marché est passé pour la construction d’une maison à la Mairie en 1537 (conservé aux Archives . L'ensemble est vendu comme bien national le 19 octobre 1791 à Denis de Foisy de Trémon, pour 39 000 livres . Au premier quart du 20e siècle et jusqu’en 1935, un de ses descendants, Jules Octave Luce de Trémont , fait agrandir la ferme : destruction des dépendances (à l’exception d’une partie du bâtiment nord période, le bâtiment abritant le logis de ferme est transformé (agrandissement des ouvertures
    Référence documentaire :
    Plan de la paroisse de Saint-Serge et Mairie de Queux et de la tenue des Moméants, paroisse de Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; B 2465. Marché pour la construction d'une maison à la Mairie, paroisse de Trizay-au-Perche (1537). Souancé/dressé en 1759 par Canüel pour le compte du Chapitre Cathédral de Chartres. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Description :
    La ferme de la Grande Mairie se situe à un kilomètre et demi au nord-est du bourg. Elle comprend ancienne fonction défensive. Comme la tour, le corps d'habitation s'élève sur un rez-de-chaussée et un haut long pour 15 mètres de large. Un ancien chaînage d'angle au centre de la façade ouest et les deux chaînages d'angle sont essentiellement en brique - les plus anciennes ouvertures étant en pierre de taille cinq bâtiments répartis autour d'une cour ouverte. Le bâtiment d'habitation se trouve au sud de l'ensemble. Sa façade principale qui donne sur la cour, au nord, est flanquée d'une curieuse tour carrée dont la fonction initiale reste inconnue (ni escalier, ni cheminée à l'intérieur). Deux archères -canonnières, dont une obstruée entre la fenêtre chanfreinée et le chaînage d'angle à l'étage, témoignent d'une à l'ouest, tandis qu'une cave est érigée en alignement à l'ouest et une laiterie au sud. A l'est de la cour se trouve un imposant bâtiment d'exploitation. Il abrite des étables, une étable à veaux, une
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Luce de Trémont Octave-Jules
    Localisation :
    Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Grande Mairie - isolé - Cadastre : 1811 B2 167 2019 OC 126
    Illustration :
    Extrait du plan de la paroisse de Saint-Serge et mairie de Queux et de la tenue des Moméants Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : extrait du plan cadastral de 2019, section C Tour, vue de détail de la fenêtre de l'étage à encadrement chanfreiné. IVR24_20192800145NUCA Bâtiment d'habitation, vue partielle de la façade sud. IVR24_20192800146NUCA Intérieur, vue partielle de la charpente couronnant la tour. IVR24_20192800147NUCA Intérieur, vue partielle de la charpente du corps de bâtiment. IVR24_20192800148NUCA Intérieur, vue partielle de la charpente du corps de bâtiment. IVR24_20192800149NUCA Bâtiment d'exploitation est, partie sellerie, vue de la façade sur cour. IVR24_20192800151NUCA Bâtiment d'exploitation est, date 1932 portée sur une pierre de taille du parement Bâtiment d'exploitation nord, partie est, date 1931 portée sur une pierre de taille calcaire du
  • Trémont : château
    Trémont : château Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Trémont - isolé - Cadastre : 1811 A 19 2019 B1 360, 363, 364
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    du plan de Canüel de 1759. Le bâtiment principal - peut-être l'actuel logis de la ferme - y apparaît , Jules Luce de Trémont se fait construire une luxueuse demeure en 1839 à l’ouest de l’ensemble sur la parcelle B 197 du cadastre de l’ancienne commune de Saint-Serge de 1811 nommée "le champs de Launay". La corps de bâtiment est ajouté à la demeure, puis un troisième en 1925, faisant passer le nombre de portes Selon Edouard Lefèvre, l’ancien manoir des seigneurs de Coutretôt se situait à Trémont. Dès le milieu du 17e siècle, Jean Gallais est citée comme seigneur de Trémont. Le fief est représenté en marge disposant d'un étage carré et de travées d'ouvertures. En 1811, Denis de Foissy de Trémont en est le même année, il fait également construire une maison sur la parcelle voisine, la B 198. Les matrices cadastrales enregistrent également la démolition partielle d’une maison en parcelle A 7. En 1920, un deuxième et fenêtres de 44 à 52 puis à 60. Une chambre de domestique et une serre sont construites en 1910 en
    Référence documentaire :
    Plan de la paroisse de Saint-Serge et Mairie de Queux et de la tenue des Moméants, paroisse de Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Souancé/dressé en 1759 par Canüel pour le compte du Chapitre Cathédral de Chartres. (Archives -Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier en fer-à-cheval
    Description :
    -hauteur sur versant, et dominant la vallée de la Berthe. L'édifice, dont la façade principale est orientée soubassement, rez-de-chaussée surélevé et étage carré. La partie centre (la plus ancienne) possède des lucarnes en plein cintre éclairant l'étage de comble. Un escalier en fer à cheval permet l'accès à la porte d'entrée, au centre de la façade sud. Les murs sont en moellon de calcaire et de silex couverts d'un enduit , bandeaux, etc.) sont en pierre de taille calcaire. Les toits à longs et à longs pans brisés (corps latéraux Le château de Trémont se situe à environ un kilomètre à l'est du bourg, placé sur un replat à mi au sud, comprend trois corps de bâtiment alignés. L'ensemble s'élève sur trois niveaux : étage de élévations ordonnancées à cinq travées au nord et au sud. Les travées centrales complétées par un œil-de-bœuf l'essentiel du décor néo-classique : pilastres à chaque niveau surmontés de chapiteaux ioniques à l'étage , fenêtre de l'étage surmontée d'un fronton triangulaire, bandeaux saillants, corniche denticulée et fronton
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [commanditaire] Luce de Trémont Octave-Jules [commanditaire] Luce de Trémont Jules
    Illustration :
    Réprésentation du fief de Trémont en 1759, figurant en marge du plan de la seigneurie de Saint Plan de localisation des bâtiments de la ferme et du château (fond : plan cadastral de 2019 Assemblage d'extraits de plans cadastraux de 1811, section A de Coutretôt et section B de Trizay Superposition du cadastre de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800196NUDA Vue de situation depuis le sud. IVR24_20192800194NUCA
  • Bourg : presbytère, actuellement maison
    Bourg : presbytère, actuellement maison Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village - Cadastre : 1811 B 68 2019 B 284
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La partie la plus ancienne du presbytère, partie est de l'aile sud, remonte très certainement au 16e siècle. Témoignent de cette campagne de construction la structure, la charpente, les deux murale en partie supérieure du mur nord côté est. Représentant la scène de la descente de la croix, cette fresque dont il ne subsiste que la partie basse (échelle, fût de la croix et sol) ornait la chambre du chambre au-dessus (aile nord-est), réfection du plancher d'une chambre de l'aile sud, raccommodage de la des menuiseries pour la somme de 1 526,40 fr. Les travaux sont réalisés dans les années qui suivent , probablement en 1842, conformément au devis à l'exception de la reconstruction de la chambre du curé et signé (probablement des années 1830), l'aile nord-est détruite par la suite apparaît bien, ainsi qu'un petit bâti indépendant au nord-ouest. Une délibération du conseil de Fabrique de l'église paroissiale Saint-Martin datée du 18 avril 1841 décrit l'état de vétusté de l'édifice. Le 1er mai 1841, Louis
    Observation :
    Le presbytère de Trizay conserve des éléments significatifs du 16e siècle tels que la charpente à que les vestiges d'une fresque (Descente de la Croix) rares dans un presbytère rural qui lui confèrent
    Référence documentaire :
    Archives départementales d’Eure-et-Loir, 4 Z 175. Église de Trizay, ancien cimetière de Saint-Serge
    Représentations :
    Descente de Croix
    Description :
    à l'est. Au nord-est de la cour, une porte donne accès à la sacristie. L'aile sud est en rez-de d'une chambre par une cloison en pan de bois (mortaises visibles dans la poutre maîtresse). L'aile en l'étage, se trouvent une chambre de domestique et la chambre du curé. Les murs sont en moellons de Le presbytère de Trizay se situe directement au sud de l'église paroissiale Saint-Martin. Il comprend deux bâtiments en L, aménageant une cour fermée par le mur sud de l'église et un muret de clôture -chaussée surélevé partiellement sur un étage de soubassement (deux caves, l'une voûtée et l'autre non -voûtée). Le rez-de-chaussée surélevé est accessible de plain-pied au sud, via un perron et un escalier extérieur au nord. Les deux portes donnent sur un vestibule distribuant à l'ouest la cuisine (cheminée et four à pain) et la laverie au fond, à l'est deux pièces à feu : une petite salle anciennement séparée retour au nord comprend au rez-de-chaussée un cellier et une étable qu'un corps de passage sépare. A
    Annexe :
    Extrait de la délibération du conseil de Fabrique de l'église paroissiale Saint-Martin - 18 avril 1841 : demande de secours auprès du conseil communal pour la restauration du presbytère (Archives planchers menacent de s’affaisser dans plusieurs endroits et une partie de celui de la chambre voisine de la plusieurs manquent de verrous et même de clefs. Les fenêtres pour la plupart tombent en poussière ainsi que part dans les greniers et occasionne la ruine des pièces de bois qu’elle pourrit, des planchers et surtout des murs qu’elles dégradent sensiblement. 3 – Le perron de la basse-cour qui conduit à l’église obligés d’y passer à toutes les heures du jour et durent même la nuit. 4 – les murs de clôture, les portes de la basse-cour sont dans un l’état le plus pitoyable ; aussi toutes personnes peuvent-elles départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 3460). "[...] l’état (du presbytère) est vraiment déplorable. [...] 1 – la chambre de monsieur le Desservant ne peut de l’aveu de tout le monde et surtout des hommes de l’art être
    Illustration :
    1830 pour la cession projetée d'une portion de terrain afin d'y établir un bâtiment d'école (non Aile sud, partie central, pierre de taille du piédroit commun aux deux anciennes ouvertures Aile sud, partie est, vue d'ensemble de la charpente. IVR24_20192800246NUCA Extrait du plan cadastral de Trizay 1811, section A. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 3 P Plan du presbytère et de ses dépendances (non daté, non signé), probablement dressé dans les années Aile sud, partie est, façade nord, vestiges du décor peint (scène probable d'une descente de croix ) de l'ancienne chambre du curé (aile détruite vers 1842). IVR24_20192800238NUCA Aile sud, partie centrale, élévation nord, vestiges de deux ouvertures obstruées à décor chanfreiné Aile sud, élévation nord, escalier extérieur et porte d'accès à la cour. IVR24_20192800242NUCA Aile nord, élévation est, vue de détail d'une niche à saint sculptée. IVR24_20192800244NUCA
  • Gadelière : manoir
    Gadelière : manoir Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Gadelière - isolé - Cadastre : 1811 A 40 2019 D1 295
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Dès 1378, la terre de la Gadelière est citée dans l'inventaire des biens de l'Hôtel-Dieu de Nogent qui la donne en 1519 à Jehan Béquignon, chanoine de la collégiale Saint-Jean de Nogent et curé de domaine foncier, se rend acquéreur de la terre voisine de la Gadelière en 1621. Il transforme l'édifice servant d'arrière-cuisine. Au 19e siècle, la Gadelière appartient à la famille Luce de Trémont qui fait petit manoir dans la seconde moitié du 16e siècle. Robert Maugars, un riche bourgeois parvenu à la noblesse par l'achat d'une charge, déjà propriétaire de Miermaux et cherchant à constituer un important tout en conservant sa structure : reconstruction des cheminées, des ouvertures, création de lucarnes (dont subsistent dans leur forme restaurée la lucarne centrale et celle couronnant la tour d'escalier reconstruire les dépendances dans la seconde moitié du 19e siècle. L'ensemble reste une ferme jusqu'au (restitution de plusieurs ouvertures dont les lucarnes latérales).
    Observation :
    La récente campagne de restauration (2002) a rendu au manoir de la Gadelière sa façade ordonnancée surélevé. La lucarne centrale demeure un exemple (voire l'exemple) le plus abouti de "l'exubérance" du en restituant les lucarnes latérales formant travées d'ouvertures avec les baies du rez-de-chaussée
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812. YVARD, Éric. La Gadelière à Trizay-Coutretôt-Saint-Serge (Eure-et-Loir). Étude historique, 2003, 57
    Représentations :
    tête de femme
    Description :
    pièces conservent leur cheminée d'origine en pierre de taille calcaire. Celle de la salle possède des Situé à mi-pente surplombant la vallée de la Berthe, le manoir de la Gadelière comprend deux bâtiments organisés en équerre : le logis manorial au nord-ouest de la cour, les écuries à l'est. Le logis l'accès à la porte du logis placée au centre de la façade. En plein cintre, la porte est encadrée de piédroits ornée de double pilastre portant corbeaux en doucine, entablement et manteau ; celle de la cuisine , de dimension plus restreinte, se différencie par ses piédroits à simple pilastre et la présence de deux potagers, dans l'âtre et à côté de la cheminée. Une cloison en pan de bois sépare les deux pièces . Au nord de la cuisine, une porte sans décor donne accès à l'arrière-cuisine via un emmarchement à surcroît se situent la chambre et un grenier (?). Le dernier niveau de la tour d'escalier est éclairé par sauf pour le soubassement des dépendances en moellons de silex. Les ouvertures sont en pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Gadelière - isolé - Cadastre : 1811 A 40 2019 D1 295
    Illustration :
    Vue de situation depuis la vallée de la Berthe à l'ouest. IVR24_20192800216NUCA Façade principale, vue de détail de la travée centrale. IVR24_20192800004NUCA Vue de détail de la lucarne centrale. IVR24_20192800218NUCA Détail suclpté entre la porte et la lucarne : tête de femme. IVR24_20192800220NUCA Façade postérieure, lucarne Renaissance de la tour d'escalier. IVR24_20192800222NUCA Cheminée de la salle, vue générale. IVR24_20192800223NUCA Cheminée de la cuisine, vue générale. IVR24_20192800225NUCA Escalier en vis en bois, vue de détail du départ de la vis en bois (partie de la vis en soubassement en pierre de taille calcaire). IVR24_20192800226NUCA Cheminée de la chambre (étage en surcroît), vue générale. IVR24_20192800228NUCA
  • Miermaux : manoir
    Miermaux : manoir Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Miermaux - isolé - Cadastre : 1811 A 184 2019 B1 435
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    le haut fourneau de la Sohorie, établi vers 1538. Peu d’actes concernent cet établissement, qui fonctionne au moins jusqu’en 1555. Propriété de la famille Peau, de Nogent, peut-être parente des maîtres de forges de La Chaux, du Moulin Colin et de Carrouges à la fin du XVIe siècle, l’affinerie de Miarmoust maître de forge Pierre Le Mercier. Il inscrit la construction dans son époque par le style Renaissance sobres (tour d'escalier dans-œuvre, travées d'ouvertures, recherche de symétrie). Le 3 août 1604, la adjudicataires pour la somme de 8 624 livres. Maugars est un bourgeois enrichi par son mariage et ses années de . L'accès principal se faisait par le nord-ouest (axe repris par la voie de chemin de fer vers 1908) tandis que l'accès secondaire - devenu le seul accès aujourd'hui - traversait à gué la Berthe au nord de la un appentis accolé au pignon sud (accès au four par la cheminée de la salle sud). En 1811, un certain probablement le commanditaire des travaux de réaménagement de la ferme : construction des toits à porcs et du
    Observation :
    bourgeois qui parvient dès 1620 à la noblesse en achetant une charge de conseiller du roi et qui, à l'instar la terre de la Gadelière et en réaménageant le manoir, - son plan : tour d'escalier dans-œuvre, une moulurés ornant les baies, des tympans de la porte d'entrée et des lucarnes probablement inspirés de ceux de la maison du Bailli à Nogent-le-Rotrou, des cheminées monumentales. Il constitue un édifice majeur à l'échelle de la commune et du Parc du Perche ainsi qu'un exemple de manoir tardif du Perche. Le manoir de Miermaux est atypique à bien des titres : - son implantation en fond de vallée très peu stratégique et défensive qui s'explique par la présence d'une ancienne affinerie, - sa construction tardive, vers 1575, époque à laquelle les "maisons" de campagne sont délaissées par les puissants des grands seigneurs locaux, tente de se constituer un domaine foncier autour de Miermaux en acquérant cuisine et des caves à l'étage de soubassement, 2 grandes salles et une chambre de domestique au rez-de
    Référence documentaire :
    de l'art sous la direction de Jean Guillaume : Université François Rabelais : Tours : 1992. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de ., RIOULT, Michel. La métallurgie normande, XIIe - XVIIe siècles. La révolution du haut fourneau. Caen : Association Histoire et patrimoine industriels de Basse-Normandie, 1991 (Cahiers de l'Inventaire, n° 14), 322 PROVOST, Gilles. Maison des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Mémoire de maîtrise d'histoire Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Murs :
    torchis pan de bois enduit
    Description :
    Le manoir de Miermaux se situe au fond de la vallée de la Berthe, à un kilomètre au sud-est du de la cour se trouve le logis manorial. Adapté à la déclivité du terrain, il s'élève sur un étage de lucarne en demi-croisée qui la surmonte et qui éclaire la partie supérieure de la tour d'escalier. À supérieur. Le rez-de-chaussée surélevé comprend deux grandes salles distribuées par la tour d'escalier. La ) alors que la salle sud ne possède que deux croisées (une porte obstruée à l'est donnait accès de plain . De style Renaissance, la cheminée monumentale de la salle sud dispose de piédroits saillants à deux des probables cellier et laiterie. De l'autre côté de la pièce, une dernière porte donne accès à la chambre de domestique. La cheminée de la salle nord du même style que la précédente se démarque par ses l'arrière de la tour d'escalier, se situe une petite chambre, à l'étage entresolé au-dessus de la chambre de , tout comme le faux-comble accessible par des échelles de meunier depuis l'étage de comble. La
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Illustration :
    Vue de détail de la façade sur cour au nord-ouest. IVR24_20192800049NUCA Vue de détail de la porte d'entrée. IVR24_20192800052NUCA Vue de détail du fronton de la porte d'entrée. IVR24_20192800050NUCA Vue de détail de la lucarne en demi-croisée éclairant la cage d'escalier. IVR24_20192800051NUCA Vue partielle de la façade sud-est. IVR24_20192800046NUCA Vue de détail de la lucarne en demi-croisée au sud-est (qui éclaire la chambre de l'étage entresolé à l'arrière de la tour d'escalier). IVR24_20192800048NUCA Étage de soubassement, ancienne cuisine, vue de la cheminée. IVR24_20192800057NUCA Rez-de-chaussée surélevé, vue générale de la salle côté sud. IVR24_20192800058NUCA Rez-de-chaussée surélevé, salle sud, vue de la cheminée. IVR24_20192800059NUCA
  • Bourg : maison d'école puis maison
    Bourg : maison d'école puis maison Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village - Cadastre : 2019 B 289, 290
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    -Serge et Saint-Jean-Pierre-Fixte dans une maison située à la Grande Borde au sud du bourg de Trizay mairie de la nouvelle commune de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge (suite à la fusion de 1835), une maison septembre 1878 : « Le logement de l’instituteur se compose de 2 pièces tout à fait malsaines. La salle de Dès 1834, l’instruction publique est dispensée aux enfants des communes de Trizay, Coutretôt, Saint , louée par la commune. Devenu rapidement insuffisante et face à la nécessité d’avoir un local pour la » ? certainement l’architecte) présente l’emprise au sol du futur édifice, de sa cour et du jardin de l’instituteur (terrain acquis par la commune le 27 novembre 1841 à Pierre Ducoeujoly). A la fin des années 1870 , l’édifice est devenu (à nouveau) insuffisant, comme le montre un rapport d’inspection de l’école daté du 14 Proust propose de le reconstruire in situ (destruction partielle et création d’un étage). Au final, le projet est rejeté par la municipalité lui préférant une construction ex nihilo. Dès l’édification du
    Référence documentaire :
    CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d’Eure-et-Loir, 4 Z 175. Église de Trizay, ancien cimetière de Saint-Serge Archives départementales d’Eure-et-Loir; 2 O 3462. Mairie-école de Trizay.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Construite au nord de la ferme dite « la métairie » au bourg, l’ancienne mairie-école comprend deux corps de bâtiment (sur les trois existants). Elle conserve l’ancien corps central qui abritait la salle de classe et la salle de la mairie, tandis que le corps latéral servait de chambre, de cellier et de taille calcaire (à l'exception de quelques ouvertures en brique). Les toits sont à longs pans et à croupe bûcher. Des cabinets d’aisances sont toujours présents contre le pignon est. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d’un enduit plein. Les encadrements des baies et les chaînages d’angle sont en pierre de
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plan de la maison d'école projeté dressé par l'architecte Maugey (?) le 1er mai 1841 - projet Reconstruction de la maison d'école : projet non retenu dressé par l'architecte Proust en 1878 . (Archives municipales de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge). IVR24_20192800173NUCA
  • Vieille Cour : Ferme
    Vieille Cour : Ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Vieille Cour - isolé - Cadastre : 1811 A 39 2019 OB 28
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La première mention de cet ancien fief remonte à 1630, date à laquelle il dépend de Bonaventure Courtin, seigneur de la Pousseraye, du Petit Plessis et de la Vieille Cour. Un de ses descendants, Pierre 1870 pour Jules-François Robbé, propriétaire et cultivateur à la Vieille Cour mais également maire de la commune (de 1871 à 1888). Il est très certainement le commanditaire de la campagne de travaux affectant la ferme avec la construction de nouvelles dépendances, de part et d'autre de la cour. Au premier -Marie Courtin, officier au régiment d'Enghien, en est le propriétaire à la Révolution. Émigré, son bien . En 1811, date du premier cadastre, la Vieille Cour comprend seulement deux bâtiments construits en vis-à-vis de part et d'autre d'une large cour. De ces deux bâtiments, seul le logis semble nous être parvenu dans sa structure. Il date probablement du 18e siècle (volumétrie, pente de toit) et a été profondément modifié à partir de 1870 et jusqu'au milieu du 20e siècle (modification d'ouvertures
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Description :
    La ferme de la Vieille Cour se situe à moins de 500 mètres au nord-ouest du bourg de Trizay, à flanc du versant sud de la vallée de la Berthe. Cinq bâtiments en "O" autour d'une cour ouverte ouvertures en brique à côté du puits de plan carré. Au sud-ouest de la cour se trouvent la remise en l'étable . Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont pour l'essentiel en pierre de taille calcaire . Les toits à longs pans sont couverts en tuile plate à l'exception de celui de la remise sud-est en composent la ferme. Au nord-ouest se situe le logis. Sa façade principale est orientée au sud-est et il s'élève sur un simple rez-de-chaussée (salle et chambre à l'origine). En retour d'équerre à l'est se sur deux niveaux : rez-de-chaussée et étage de comble. Leurs ouvertures, majoritairement en pierre de taille calcaire, sont surmontées d'un linteau cintré. En face, une autre écurie possède des linteaux droits et un étage de comble également. Accolée en appentis, une étable plus tardive présente des
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Vieille Cour - isolé - Cadastre : 1811 A 39 2019 OB 28
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme. IVR24_20192800090NUDA Vue de situation de la ferme depuis le nord (vallée de la Berthe au premier plan Grange, vue de détail de la travée d'ouverture en façade principale. IVR24_20192800099NUCA Extrait du plan cadastral de Trizay de 1811, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir Superposition du cadastre de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800089NUDA
  • Petite Leu : ferme, actuellement maison
    Petite Leu : ferme, actuellement maison Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Petite Leu - isolé - Cadastre : 1811 A 199, 200, 201 2019 ZA 3
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    , des portes sud-est et nord-ouest de la salle à encadrements chanfreinés, ainsi que les charpentes à poinçon long et sous-faîtière du bâtiment principal et de la grange. Dès cette époque, la ferme dépend des Souancé-au-Perche). Au 18e siècle, le bâtiment principal est remanié, avec la réfection des cheminées de la salle et de la chambre et la construction du fournil en alignement à l'ouest. Suite à la Révolution et tout au long du 19e siècle, la Petite Leu fait toujours partie du vaste domaine de Montdoucet tenu par la famille Guillier de Souancé et qui englobe sur la commune les fermes de l'Archage, du Grand Orgevaux, de la Grande Maison, de la Grande Leu ainsi que le moulin de la Sorie. Dans la seconde moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle, Henri Guiller de Souancé fait réaménager la ferme : destruction de deux petits bâtiments d'exploitation, construction de la remise, de l'écurie/étable avec logement début des années 1980, la ferme a depuis été restaurée et est devenue une maison. De nouvelles
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Description :
    La ferme de la Petite Leu se situe à l'extrémité sud de la commune. Elle comprend trois bâtiments la cheminée de la salle. Cette pièce est accessible depuis l'extérieur en façade principale et , donnent accès à l'intérieur. De l'autre côté de la cour, face à la grange, se situe le troisième bâtiment sont majoritairement en pierre de taille calcaire mais également en brique. Les toits à longs pans, à -est. Au centre se trouve le logis en rez-de-chaussée surélevé partiellement sur cave voûtée. Il se linteau bois pour la salle, plus restreinte et en pierre calcaire pour la chambre). La bouche d'un ancien four à pain détruit (lorsque le fournil a été construit de l'autre côté du mur) est encore visible dans . Une extension, au dernier usage de pressoir se situe dans le prolongement du logis à l'est. Il à l'est se trouve la grange. Deux portes en plein cintre, l'une piétonne et l'autre charretière qui abrite les écuries/étables, toits à porcs et logement du vacher. Les murs sont en moellons de
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Petite Leu - isolé - Cadastre : 1811 A 199, 200, 201 2019 ZA 3
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme. IVR24_20192800285NUDA Bâtiment principal, vue de la cheminée de la salle (corbeaux restitués à l'identique Ancienne salle (?), puis pressoir, vestiges de la cheminée, vue de détail du piedroit à décor Grange, vue partielle de la charpente. IVR24_20172800597NUCA Écuries / étables, vue partielle de la façade est. IVR24_20172800601NUCA Superposition du cadastre de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800009NUDA Bâtiment principal, pignon est, vue de détail des clapiers. IVR24_20192800281NUCA Bâtiment principal, façade postérieure, porte d'accès à la salle à encadrement chanfreiné Écuries / étables, vue de détail d'une porte. IVR24_20192800283NUCA
  • Grande Maison : ferme
    Grande Maison : ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Grande Maison - isolé - Cadastre : 1811 A 73 2019 OCOD 116
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La ferme de la Grande Maison, probable métairie noble sous l'Ancien Régime, semble remonter au 16e siècle. Témoignent de cette époque la structure du bâtiment principal, sa charpente et quelques ouvertures dont la croisée de la salle. Ce dernier a connu plusieurs modifications, notamment au 17e siècle dépendances présentes sur le plan cadastral de 1811. Seule la remise, absente sur le plan, est postérieure domaine de Montdoucet, appartenant à la famille Guillier de Souancé. Le bâtiment principal a été transformé dans les années 1970 (agrandissement d'ouvertures, cheminée de la salle détruite, etc...). , probablement du premier quart du 20e siècle. Dès le milieu du 19e siècle, la Grande Maison fait partie du
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Description :
    corbeaux en pierre de taille calcaire portant un linteau en bois, elle ouvre sur un four à pain. La paroissiale (vestiges), la ferme de la Grande Maison comprend quatre bâtiments répartis autour d'une cour habitables, la salle et la cuisine. La salle conserve une croisée d'origine de la construction en façade sud . Si la cheminée de la salle est détruite, celle de la cuisine est en place. A piédroits chanfreinés et fonction de la première extension à l'ouest reste indéterminée (de même pour l'étonnant édicule attenant grange-étable et l'écurie, à l'ouest la remise. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit. Les chaînages d'angle et les encadrements des baies sont essentiellement en pierre de taille Située au cœur de l'ancien bourg de Coutretôt, entre l'ancien moulin (détruit) et l'église ouverte. Le bâtiment principal, en rez-de-chaussée surélevé partiellement sur cave, abrite deux pièces qui était couvert d'une petite voûte en berceau). Au nord-est se situent les étables, au nord-ouest la
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Grande Maison - isolé - Cadastre : 1811 A 73 2019 OCOD 116
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : extrait du plan cadastral de 2019, section Extrait du plan cadastral de Coutretôt de 1811, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir Superposition du cadastre de 2019 sur celui de 1811. IVR24_20192800292NUDA
  • Coutretôt : église Saint-Brice, actuellement en ruine
    Coutretôt : église Saint-Brice, actuellement en ruine Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Coutretôt - en village - Cadastre : 1811 A 103 2019 D1 202
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    de l’agent voyer cantonal. Ce dernier nous renseigne sur l’agencement de l’édifice : la petite nef sacristie flanquée au nord. L’édifice est au centre des rivalités entre habitants de Coutretôt et la commune début du siècle et les paroisses de Coutretôt, Trizay et Saint-Serge sont déjà réunies. La municipalité fonds sont détournés par la municipalité pour restaurer celle de Trizay. Une délibération du conseil municipal du 1er décembre 1910 décrit l’édifice qui « menace ruine, il y a danger de la conserver : la sacristie se découvre, les lambris tombent, le clocher penche et la commune n’a pas besoin de deux églises pour sa population (442 habitants). » Une demande d’autorisation de la démolir est alors adressée au monuments funéraires enlevés. Un nouveau projet de restauration est à la l’étude en 1938, rejeté par le la dénonciation de l’assurance et le conseil municipal décide « de faire enlever les tuiles, la enfants éloignés. » La statue de saint Brice et six vases en pierre sont transférés dans l’église de
    Référence documentaire :
    CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 O 3458. Église de Coutretôt.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    chaînages d’angle sont en pierre de taille calcaire. Situés au centre du village de Coutretôt, seuls subsistent les vestiges du chœur de l’église Saint -Brice. Les deux murs conservés sont en moellons de calcaire couverts d’un enduit. Les encadrements des baies (deux subsistent : l’une à remplage gothique, l’autre de type lancette en plein cintre) et les
    Illustration :
    Plan de l'église dressé par l'agent voyer en 1852. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 1 O Vue de détail du pignon est (état en 2019). IVR24_20192800186NUCA
  • Bourg : mairie-école
    Bourg : mairie-école Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village - Cadastre : 2019 B 65
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    travaux soient terminés, comme en atteste la réception définitive datée du 1er octobre de cette même année En 1878, l’ancienne maison d’école (mairie, école de garçons et logement de l’instituteur), qui avait été construite vers 1840, est devenue insuffisante et la municipalité s’interroge sur sa reconstruction. Elle charge l’architecte nogentais Proust d’en dresser les plans et devis. La reconstruction in appartenant face à l’école libre de filles. Le nouveau plan de 1879 est adopté : les travaux reviennent par . En 1904, l’école devient mixte mais les travaux de transformation ne se font qu’en 1909. En 1955, un bâtiment servant de cantine scolaire est construit au nord de l’école. L’établissement qui accueillait les enfants des communes voisines reste ouvert jusqu’en 2016. Depuis, le bâtiment sert uniquement de mairie.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 2901-2907. Matrices cadastrales de la commune de CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. Archives départementales d’Eure-et-Loir; 2 O 3462. Mairie-école de Trizay. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 3 P 5637-5645. Plans cadastraux des communes de Trizay , Coutretôt et de Saint-Serge. 1811-1812.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La mairie-école se situe au cœur du bourg de Trizay. L’ensemble comprend deux bâtiments construits en L, le bâtiment principal abrite à la fois la salle de la mairie, les salles de classe et le sont en pierre de taille calcaire. Les toits à longs pans et à croupe sont couverts en ardoise en vis-à-vis et ménageant une cour fermée de murets de clôture et accessible par un portail. De plan logement de l’instituteur. Le corps principal présente une façade sur rue ordonnancée à trois travées d’ouvertures. Il est destiné à l’habitation de l’instituteur (salle, cuisine et trois chambres à l’étage carré ), à l’exception d’une salle du rez-de-chaussée surélevé servant de mairie. En retour d’équerre au sud -ouest est accolé un second corps en rez-de-chaussée surélevé à usage de vestiaire et de salles de classe (une classe subdivisée en deux). L’ensemble est éclairé par de larges et grandes ouvertures. Le bâtiment secondaire, en rez-de-chaussée, servait de bûcher et de cave à l’instituteur, ainsi que de préau
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plan de localisation de l'emplacement projeté de la maison d'école à reconstruire, dressé en 1880 par Jules-françois Robbé, alors maire de la commune. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 2 O Projet d'école de garçons avec mairie (projet retenu et réalisé) dressé par l'architecte Proust en 1879. (Archives municipales de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge). IVR24_20192800168NUCA Bâtiment principal, vue générale de l'escalier tournant en bois. IVR24_20192800171NUCA