Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de Travers
    Port dit port de Travers Villandry - Bec du Cher - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    A partir du début du XIXe siècle, les archives mentionnent la présence d'un site portuaire près de la confluence Cher / Loire. Certains documents signalent un port sous le nom de port de Travers "port du Bec du Cher" (listes des ports de Loire de 1857 et 1862). Un port du Bec du Cher figure également sur une carte de la Loire du milieu du XIXe siècle mais il est situé sur la rive droite du Cher , ce qui fait penser à la présence de deux sites portuaires à l'embouchure du Cher. Nous n'avons aucune connaissance concernant l'équipement de ce (ou ces) port.
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/10 000e, détail, 1865. Par De Basire (ingénieur). (archives ). (direction départementale de l'équipement, Tours). (cf. illustration n° IVR24_20113702040NUCA). Encre et aquarelle sur papier, section E, Ech. 1/2500e, détail, 1808. (archives départementales . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700132NUCA). Document imprimé, 1848-1858, détail. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Le port de Travers était établi à la confluence du Cher et de la Loire, sur la rive gauche de la
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Titre courant :
    Port dit port de Travers
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1808. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P 2/272/7 Basire, 11 novembre 1865. Détail sur l'embouchure du Cher et le port de Travers. (archives nationales, F départementale de l'équipement, Tours). IVR24_20113702040NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur l'embouchure du Cher. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. Détail . (archives départementales du Loiret, Liasse 30936). IVR24_20113702039NUCA Désensablement du bras droit de l'île César en amont du viaduc de Cinq-Mars, ingénieur ordinaire de Plan des rives de la Loire par l'ingénieur topographe Jarre, 1922. Détail. (direction
  • Villandry : jardin d'agrément du château
    Villandry : jardin d'agrément du château Villandry - 3 rue Principale - en village - Cadastre : 2016 AI 123 ; 259 à 265 ; 267 ; 274 ; 355 à 356 ; 358
    Historique :
    En 1084, l’existence d’un château féodal appartenant à Geoffroy Le Roux, premier seigneur connu de Colombiers, ancien nom de Villandry, est attestée. Jean Le Breton, conseiller puis secrétaire de François Ier , témoin en 1189 du traité dit « la Paix de Colombiers » entre Henri II Plantagenêt d’Angleterre et le roi de France Philippe-Auguste. Ambassadeur à Rome, il y puise son inspiration pour créer un ensemble de proximité immédiate du château à la Renaissance. En 1754, le marquis Michel-Ange de Castellane, ambassadeur rachats de terres par le marquis en 1760, puis agencé dans un style régulier. Pièce d’eau en forme de Renaissance. A compter de 1791, plusieurs propriétaires se succèdent, dont Jérôme Bonaparte, frère cadet de dévoile un ensemble de cours, avant-cours et allées d’honneur, aujourd’hui disparues, précédant les jardins qui se déploient de manière régulière à l’ouest du château. A l’est, le belvédère est surmonté espagnole, et son épouse Anne Coleman, héritière de grands sidérurgistes américains. « Le parc [est
    Parties constituantes non étudiées :
    canal de jardin pavillon de jardin terrain de jeu
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de 1808, section A1. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P 6NUM10/272 . 1932. Échelle 1 :500. (Archives du château de Villandry). CLAVREUL, Denis. Les Jardins de Villandry. Paris : Gallimard, 2005. (Carrés de jardins). CARVALLO, Henri. Le Château de Villandry et ses Jardins. Blois : Éditions Valoire-Estel, 2006. château de Villandry. APJRC. septembre 2007. [dossier]. LUCINGE, Françoise de. Premier Inventaire pour l’Association des parcs et jardins en région Centre : Villandry, Jardins du château de Villandry. Union Régionale des CAUE du Loir-et-Cher. Janvier 1993. [dossier]. NOURRY, Louis-Michel. Les Jardins de Villandry, la nature mise en ordre. Paris : Belin-Herscher
    Canton :
    Joué-lès-Tours-Sud
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Association parcs et jardins région Centre-Val de Loire
    Observation :
    Les jardins de Villandry possèdent le label « Jardin remarquable » depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Les jardins se sont également vu attribuer le label "Architecture contemporaine remarquable" pour leur style, que l'on peut qualifier de « néo-renaissance », et qui témoigne de la survivance de ce mouvement historiciste dans les années 1910. Créé en 2016, ce label est également décerné par le ministère de la Culture.
    Précisions sur la protection :
    Les façades et toitures du bâtiment du concierge, des communs, de la basse-cour et des deux pavillons du 18ème siècle encadrant l'entrée du château, les façades et toitures du pavillon de l'Audience
    Jardins :
    bois de jardin labyrinthe de jardin parterre de carrés
    Auteur :
    [paysagiste, peintre] de Winthuysen Javier
    Description :
    D’une superficie de 6 ha, les jardins de Villandry sont entièrement clos par un mur d’enceinte et . Deux mails plantés de tilleuls ménagent des promenades en hauteur pour observer les jardins et le . Une galerie recouverte de vigne surplombe en partie le potager et le sépare des jardins d’ornement aménagés sur la deuxième terrasse. Cet ensemble comprend le jardin d’Amour, le jardin de Musique et le différents états de l’amour : passionné, adultère, tragique et tendre. Le jardin de Musique domine le potager et s’organise en trois carrés ornés d’une fontaine carrée au centre. De hauts buis taillés enserrent s’ordonne en trois cercles de taille croissante, coupés par un axe médian fédérateur, regroupant des plantes aromatiques, condimentaires et médicinales. Un labyrinthe de charmille copié sur un modèle de la Renaissance autres jardins. Elle est divisée en trois espaces comprenant une aire de jeux et le jardin du Soleil dessiné par Louis Benech. En contrebas de la prairie s’étend le jardin d’Eau. De part et d’autre d’un
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Appellations :
    Jardins du château de Villandry
    Illustration :
    Plan des jardins de Joachim Carvallo en 1932 par S. Blanchet. (Archives privées du château Cadastre de 1808, commune de Villandry, section A1 (AD Indre-et-Loire 6 NUM 10/272/002 Vue ancienne du château à la fin du 19ème siècle. (Archives privées du château Vue de volume prise du S-O avant les restaurations entreprises par Joachim Carvallo. Noter le jardin paysager, les baies 18ème siècle et la terrasse le long de la façade. IVR24_19933700128P Vue aérienne des jardins de Villandry, orthophotographie en 2014 du Géo-portail de l'IGN Le jardin d'ornement, mur de la terrasse orientale : vestige d'une fontaine adossé en 1974 Détail du «Jardin d'Amour» ou «premier salon» : buis taillés en forme de croix de Malte (en 1995 Le jardin d'ornement : vue d'ensemble du «jardin de Musique» prise de la terrasse haute (en 1995 Le jardin d'ornement : vue partielle du "jardin de Musique" prise du donjon en 1995
1