Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Abbaye d'augustins et de génovéfains Notre-Dame-de-Bourgmoyen, collège puis lycée de Blois
    Abbaye d'augustins et de génovéfains Notre-Dame-de-Bourgmoyen, collège puis lycée de Blois Blois - place Louis-XII - en ville - Cadastre : 1810 A 1371, 1372, 1373
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de génovéfains d'ermites de saint Augustin
    Historique :
    La charte de fondation d'un monastère dédié à la Vierge en 696 pourrait concerner l'abbaye Notre de Saint-Augustin, reconstruction totale de l'église en conservant la crypte ; 13e siècle : seconde l'enclos se confond avec les fortifications de la ville, construction de la tour de Bourgmoyen ; 16e siècle inachevé à la veille de la Révolution ; 1790 : saisie de l'église et des bâtiments ; 1806 : démolition de l'église pour l'aménagement de la place Louis XII, affectation des bâtiments au collège ; 1843 : construction du pavillon ouest et d'un bâtiment longeant la rue de Bourgmoyen ; 1940 : les vestiges de l'église -Dame-de-Bourgmoyen de Blois ; fin 10e siècle : construction d'une église et d'une crypte (vestiges dégagés en 1943) ; 1122 : les chanoines séculiers sont remplacés par des chanoines réguliers de l' ordre campagne de travaux, édification d'une église gothique sur des structures romanes, reconstruction des bâtiments abbatiaux, délimitation d'un vaste enclos en bordure de Loire ; 14e siècle : le mur sud de
    Observation :
    Notice référencée IA00141117 dans la base Mérimée.
    Référence documentaire :
    Archives départementales de Loir-et-Cher. Série 0 : 18 O6 VII 80. Décret impérial concédant à la pour la reconstruction de l'église. (1243-1259). jardin de la France, Août-septembre 1941. p. 13-19. TROMBETTA, P.J. Une réussite dans le domaine de l'archéologie urbaine : la fouille de la place Vaslin de La Vaissière à Blois. Archéologia, mai 1976. p. 478. Archives nationales. Série K : K, 3, n°11. Charte de fondation de l'abbaye en 696, publiée par Mabillon, in : De re diplomatica. Paris, 1661. Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Étude 10, liasse 113. Devis et Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Étude 19, liasse 97. Devis de réparations de l'église, le 22 juin 1607.
    Statut :
    propriété de la région
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Abbaye d'augustins et de génovéfains Notre-Dame-de-Bourgmoyen, collège puis lycée de Blois
    Annexe :
    Loir-et-Cher, 7 M 234) J'ai l'honneur d'attirer votre bienveillante attention sur la situation de Général, pendant la session de mars courant au sujet de son maintien à Vendôme ou de son transfert à Blois . Le principe de la création d'une école d'Agriculture en Loir-et-Cher a été adopté, en août 1919, par trop onéreux le projet présenté par la directrion départementale des services agricoles de l'acquisition dans la banlieue de Blois d'une propriété où aurait été installée une école d'agriculture autonome je reçusse une confirmation officielle de ces intentions, je la provoquais même, sur le conseil de par la presse la création de cette école qu'en octobre, c'est à dire après la rentrée des que la date d'ouverture fût tardive l'école compta dès les premiers jours 10 élèves de première année , 20 élèves. (Déclaration de Monsieur le Député Plissonnier examen du budget de l'Agriculture par la , Sciences Naturelles) est donné par 5 professeurs du lycée. L'enseignement de la technologie, du dessin
    Vocables :
    Notre-Dame-de-Bourgmoyen
    Illustration :
    Report du plan d'ensemble sur le cadastre de 1980, (Les bâtiments qui subsistaient à la Révolution Report du plan d'ensemble (église et bâtiments) sur le cadastre de 1810 (section A de la ville Plan de l'enclos abbatial à la fin du Moyen-Âge. Hypothèse de restitution d'apeès plans de 1790 et Plan de la nouvelle place des Boucheries avec l'église de Bourgmoyen et le percement de la rue du Bâtiments abbatiaux. Plan général de l'enclos et des bâtiments formant l'établissement de la cy -devant abbaye dite de Bourgmoyen de Blois avec le tracé de la rue du Département projetée. Le plan ne représente que la partie ouest de l'enclos. Encre sur papier (0,50 x 0,37 m), échelle : environ 1/250e, non des cy-devant Bourmoiens, de la Boucherie et des rues adjacentes. Encre et gouache sur papier (0,40 x Eglise abbatiale. Plans superposés de la crypte et de l'église d'après les fouilles de 1942 et le la ville de Bloys veüe du midy", 1675. Aquarelle et encre sur papier (2,87 x 0,57 m). Maugier, Claude
  • Abbaye de bénédictins Saint-Denis
    Abbaye de bénédictins Saint-Denis Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette 47 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BO 170
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de bénédictins de clunisiens
    Historique :
    La fondation de l'abbaye est fixée par les textes à l'année 1031, elle est attribuée à Geoffroy III seigneur de Nogent. Son fils, Rotrou II fait réformer la communauté avant 1069, et consacrer l'abbatiale en 1079. Un an plus tard, Geoffroy IV, à son tour seigneur de Nogent, place la communauté sous le patronage de l'abbaye de Cluny. Le prieuré fait l'objet d'une vaste campagne de construction durant la afin de satisfaire la liturgie clunisienne. Le doyenné est restructuré et en partie reconstruit durant la première moitié du 16e siècle. Désormais ouvert en direction de la rue Saint-Laurent, il est le collège Arsène Meunier et la maison de justice occupent encore actuellement les bâtiments conventuels et première moitié du 13e siècle. La séparation avec le siècle est affirmée par une enceinte et une tour porte . L'espace enclos suit une partition ouest/est : à l'ouest les fidèles et convers disposent de leur propre théâtre d'un foyer littéraire au sein duquel le poète Rémy Belleau est formé. La communauté est supprimée
    Référence documentaire :
    Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque L'Apostrophe. Juss R 452/9. La naissance de Venus p. 239. DES MURS, Marc Athanase Parfait Oeillet. Histoire des comtes du Perche de la famille des p. 197. DUVAL, Louis. État de la généralité d'Alençon sous Louis XIV. Alençon : Librairie Loyer . Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le-Rotrou : éd. Musée ", puissants laïcs, chapitres castraux et relève monastique dans le Nord-Ouest de La Francie. In : IOGNA-PRAT p. 391. MOLINIER, Auguste. Obituaire de la province de Sens. Tome II. Paris : C. Klincksieck,1906. château de Villebon, les châteaux de Bélesme et Mortagne et l'abbaye de la Trappe. Nogent-le-Rotrou : [s.n p. 303. BRY DE LA CLERGERIE, Gillles. Histoire des pays et comté du Perche et duché d’Alençon Plan des abords de la route impériale n°23. 1834. Relevé. (AD Eure-et-Loir. Série 7 S : 83). Archives nationales. Série P : article 938, n°38. Aveu et dénombrement de Saint-Denis. 1690. fol n
    Statut :
    propriété de la commune Actuel collège Arsène Meunier, église et cimetière Saint-Laurent
    Description :
    L’ancienne abbaye est accessible par une tour porte donnant sur l’extrémité nord de la rue Saint l'ensemble des bâtiments conventuels, exception faite de l'aile ouest, occupée par la maison de justice. -Denis. Les bâtiments constitutifs de l’ancien monastère prennent place de part et d’autre de cette même
    Auteur :
    [personnage célèbre] De Ronsard Charles
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette 47 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BO 170
    Titre courant :
    Abbaye de bénédictins Saint-Denis
    Texte libre :
    Historique L'abbaye de Saint-Denis Fondation de l'abbaye Le terminus ante quem de la date de . Elle est également dotée de 10 arpents de prés autour du monastère (jusqu’à la Rhône), ainsi que de sépulture et la dîme de ses appartenances. L’abbatiale, dont une partie des travaux est déjà effectuée en 1031, est desservie par des moines suivant la règle de Saint-Benoît. Ces derniers ont pour mission de morts. La charte est assortie d’un droit d’asile, de franchises à l’envers des moines et des habitants création le siège d’une seigneurie ecclésiastique. Kathleen Thompson a démontré que la charte de fondation du cartulaire de Saint-Denis est issue d’une réécriture effectuée à la fin du 12e siècle. S’il est déraisonnable d’utiliser la charte de « fondation » afin de documenter une période distante de plus d’un siècle . On ne connaît, ni la date exacte de fondation de l’abbaye, ni le statut des religieux qui la desservie par des clercs, les abbayes canoniales étant nombreuses dans l’Ouest de la France à cette époque
    Illustration :
    Carte du relief de la vallée de l'Huisne (2015). IVR24_20152800526NUDA Plan des abords de la route impériale (1834). IVR24_20162801158NUCA Plans de situation. IVR24_20162801162NUCA Plan de l'abbaye au 11e siècle. IVR24_20162801163NUDA Plan de situation (1811). IVR24_20162801155NUDA Plan de distribution, second niveau (1807). IVR24_20162801157NUDA Lithographie, aile est, église et bâtiments sur cour, vue de l'est (19e siècle Lithographie, vaisseau central, intérieur, vue de l'ouest (19e siècle). IVR24_20152800545NUCA Moulin et tribunal de Saint-Denis, vue du Sud (vers 1948). IVR24_20162801159NUCA L'aile est, l'église mariale et le chevet de l'abbatiale vue du Sud. IVR24_20132800122NUC4A
  • Château de Blois (place du Château)
    Château de Blois (place du Château) Blois - place du Château - en ville - Cadastre : 1980 DN 414
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    de la chapelle Saint Calais et d'un donjon ; 12e siècle : fondation de la collégiale Saint-Sauveur dans l'avant cour ; 13e siècle : construction de la grande salle et des fortifications entourant , reconstruction de la tour et d'une grande vis carrée, attribuée à Charles d'Orléans ; 1498, 1514 : constructions jardins. 1515, 1524 : constructions de François 1er, bâtiment sur la cour, puis bâtiment des loges allées, pavillon de la Porte des Champs ; début 17e siècle : construction de la grande galerie des : effondrement de la galerie des jardins bas ; 1788 : édit d'aliénation du château, puis transformation en château à la ville ; 1845, 1855 : restauration des bâtiments de Louis XII et de François Ier ; 1866 : restauration de la salle dite des États Généraux ; 1868 : restauration de la chapelle ; 1880, 1900 : seconde d'Orléans ; 1932 : construction du grand escalier du bâtiment Gaston d'Orléans ; 1957 : vitraux de la l'éperon ; 14e siècle, 15e siècle : constructions dans la cour appuyées contre le mur d'enceinte
    Référence documentaire :
    BETGE, A. Les constructions de Gaston d'Orléans au château de Blois. Mémoire de la société des CROY, Joseph de. Nouveaux documents pour l'histoire de la création des résidences royales des bords GEBELIN, François. Les châteaux de la Renaissance. Paris : Les Beaux-Arts, Éditions d'études et de GEBELIN, François. Les châteaux de la Loire. Paris : Alpina, 1967. Musée de Blois]. Blois un amphithéâtre sur la Loire. Paris : Adam Biro, 1994, p. 84-85. LA SAUSSAYE, L. (de). Histoire du château de Blois. Paris : Techener, 1840. LESUEUR, F. Projets inconnus pour la reconstruction du château de Blois sous Henri IV. Gazette des LESUEUR, Pierre. Les jardins du château de Blois. Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de LESUEUR, Pierre. Études et documents sur le château de Blois. Mémoires de la Société des Sciences LESUEUR, Pierre. Le château de Blois au temps des quatre derniers Valois. Mémoires de la Société
    Représentations :
    Statue équestre de louis XII ; emblèmes de louis XII ; françois ier ; anne de bretagne ; claude de france ; buste de gaston d' orléans ; armes de france.
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Auteur :
    [architecte] La Morandière Jules de [sculpteur] Buyster Philippe de [architecte] Baudot Anatole de
    Typologies :
    losanges de briques noires
    Titre courant :
    Château de Blois (place du Château)
    Couvrements :
    voûte en arc-de-cloître
    Illustration :
    Plan d'ensemble schématique du château et des jardins au XVIIe siècle, à la mort de Gaston Plan schématique du site castral à la fin du XIIIe siècle (hypothèse de restitution d'après F Plan d'ensemble schématique du château et des jardins au début du XVIe siècle, à la mort de Louis Bâtiment dit de la Perche aux Bretons vers 1560 (détail) IVR24_19934100033X Plan d'ensemble des constructions de la cour (rez-de-chaussée). IVR24_19894100108X XII et salle des Etats Généraux. En bas à droite : passage de la voûte du château. IVR24_19884101146Z Armoiries et emblêmes dans les appuis des arcs de la façade sur la Place des Jésuite et sous le rampant du grand escalier de la Cour. IVR24_19874100051X Armoiries et emblêmes dans les appuis des arcs de la façade sur la place des Jésuites Armoiries et emblêmes dans les appuis des arcs de la façade sur la place des Jésuites et sous le
  • Hôtel de Michel Gaillard ou du Gros Tournoi (9 rue Anne de Bretagne)
    Hôtel de Michel Gaillard ou du Gros Tournoi (9 rue Anne de Bretagne) Blois - 9 rue Anne de Bretagne - en ville - Cadastre : 1810 A 999
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    1ère moitié 13e siècle : vestiges de construction médiévale, cellier, voûte ; 4e quart 15e siècle
    Référence documentaire :
    p. 146 DE LA SAUSSAYE, Louis. Guide historique du voyageur à Blois et aux environs. Blois  : Éditions Au jardin de la France, 1941. p. 23-24 LESUEUR, F. et BODIN, L. Nouveaux documents sur la Cassandre de Ronsard. In : Au jardin de Archives départementales de Loir-et-Cher. Série T : 9 T 2. Devis de réparations de l'hôtel-Dieu, (3 Archives départementales de Loir-et-Cher. Série Q : Q 181. Procès-verbal d'estimation des bâtiments de l'hôtel-Dieu, 9 Prairial An VII. Archives départementales de Loir-et-Cher. Série G : G 2481 : pièce 1 à 16. Titres de l'église Saint Archives départementales de Loir-et-Cher. Série H : 29 H 13 et 29 H 7. Titres du couvent des p. 560-561 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p. 444 BERNIER, Jean. Histoire de Blois, contenant les antiquitez et singularitez du comté de Blois
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Blois - 9 rue Anne de Bretagne - en ville - Cadastre : 1810 A 999
    Titre courant :
    Hôtel de Michel Gaillard ou du Gros Tournoi (9 rue Anne de Bretagne)
    Appellations :
    dit hôtel de Michel Gaillard ou du Gros Tournoi
    Illustration :
    Cellier. Détails : retombées des nervures de la voûte, colonne et chapiteau. IVR24_19834100124XB Culs-de-lampe provenant du cellier au dépôt lapidaire Saint Saturnin, Blois, n° 15 Fragments d'un encadrement de lucarne au dépôt lapidaire Saint-Saturnin, Blois, n° 220
  • Ensemble des bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier
    Ensemble des bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La salle voûtée du premier niveau d’élévation de l’aile est est datée de la première moitié du 16e au 19e siècle. La typologie des monastères clunisiens permet néanmoins de restituer un réfectoire à , attestent de la construction de l’aile ouest durant la première moitié du 13e siècle. Le rez-de-chaussée bâtiment fait de nouveau l’objet de travaux autour de 1530, soit la date de l’abattage des bois partir de 1558 comme une salle capitulaire. L’aile sud ne comporte pas de marqueur stylistique antérieur étant vaste, voûté et en connexion avec la rue, il est possible d’y restituer un cellier. L’étage étant éclairé par de riches ouvertures, il devait être dédié à un espace de réception et/ou d’accueil. Le constitutifs de sa nouvelle charpente. Malgré les datations avancées, les nombreux vestiges d’ouvertures et de
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série N : 4 N 116. Échange entre le département et la ville de Nogent-le-Rotrou p. 8 DORMOIS, Christian. Expertise dendrochronologique [...] de la charpente de la maison de AD Eure-et-Loir. Série N : 4 N 114. Abbatiale Saint-Denis. Collège de Nogent-le-Rotrou. 1898. fol n°2. Archives nationales. Série P : article 938, n°38. Aveu et dénombrement de Saint-Denis Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cote : 0081 028 0064. Dossier Saint-Denis. Abbaye de Saint-Denis / dressé par G. Massiot. Vers 1948. Aquarelle. (Musée-Château Saint-Jean Feuille A3 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Le tribunal et la maison d'arrêt. Avant 1913. Impr. photoméc. (carte postale). (Musée-château Saint . (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, cartes et plans). Plan du premier étage [...] Abbaye de Nogent-le-Rotrou. 1807. Relevé. (AN. F.21.1882 ; jaquette
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    béton, alors que la façade sud est enduite et comprend des éléments architectoniques en pierre de taille le long du côté est de la rue Saint-Denis. L’aile est est construite dans le prolongement du transept sud de l’abbatiale. Elle accueille une salle voutée d’ogives dont les nervures à double cavet niveaux. Sa façade nord est construite en maçonnerie de moellons et comporte des encadrements de baies en d’une vaste salle voutée d’ogives moulurées de chanfreins reposant sur des colonnes octogonales dont les corbeilles des chapiteaux sont laissées nues. Plusieurs arcs en plein-cintre bouchés sont visibles au rez-de -chaussée. Le premier étage comporte des traces de deux fenêtres géminées dont les colonnes centrales modifiés. La construction prend place sous une charpente à fermes et pannes dont la portée dépasse les 15 m.
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette - en ville
    Titre courant :
    Ensemble des bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier
    Appellations :
    bâitment conventuel de Saint-Denis
    Texte libre :
    -cintre. Les rampants de la couverture à deux pans sont montés en pierre de taille et dotés de crossettes du 16e siècle. Si la présence de rampants en pierre de taille et de crossettes sur les murs-pignons durant la première partie du 11e siècle. Si les textes se montrent parlants quant à l'édification de membres de la communauté. Seul le scriptorium est indirectement attesté par la production de deux ouvrages directe est contemporaine de l'écriture des coutumes du Perche en 1558. La réunion des états provinciaux ainsi de l’existence de cette dernière. Un siècle plus tard la déclaration des biens du prieuré corps de logis nommé la chantrerie et l'infirmerie et joignant plusieurs jardins tout alentour". Les bâtiments communaux D’abord sécularisée lors de la suppression de l’ordre de Cluny en 1788, la communauté de Sieur Rouvray le 11 décembre 1797. L’ancien monastère est acheté par la municipalité de Nogent-le -pied sous le tribunal et la salle d’étude de l’aile est. Les cours de la prison sont situées dans
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801186NUDA Plan de restitution des fonctions des différents bâtiments conventuels. IVR24_20162801231NUDA Relevé de charpente : aile ouest (2016). IVR24_20162801200NUDA Plan de distribution du deuxième étage (1807). IVR24_20152800605NUDA Plan de distribution : aile ouest, rez-de-chaussée (avant 1913). IVR24_20162801190NUCA Plan de distribution : aile ouest, premier étage (avant 1913). IVR24_20162801191NUCA Elévation : aile est, vue de l'ouest (1948). IVR24_20162801195NUCA Elévations : aile est, église mariale et chevet de l'abbatiale, vue de l'est (1948 Plan de distribution : aile ouest, rez-de-chaussée (1997). IVR24_20162801192NUCA Plan de distribution : aile ouest, premier étage (1997). IVR24_20162801193NUCA
  • Logis seigneurial
    Logis seigneurial Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    par Charles IV d'Anjou à partir de la seconde moitié du 15e siècle. Le porche et la salle des gardes /ou reconstruits en logis seigneurial. La datation de ce dernier repose tant sur les modénatures des est restauré à deux reprises au cours du 19e siècle (de 1843 à 1883 et de 1885 à 1900). La façade est inventés, tandis que les tours du châtelet sont dotées de croisées. La dernière campagne de restauration mâchicoulis et des croisées à coussièges, que sur les charpentes datées au plus tard de 1470. L'édifice est investi par la prison Saint-Jean en 1803. Les dispositions du logis sont bouleversées, des fenêtres en , ce qui entraîne la ruine du bâtiment se trouvant à l’interface entre le donjon et le porche. Le logis de l'édifice (entre donjon et châtelet) est reconstruite. Le chemin de ronde et ses mâchicoulis sont , entre 1955 et 1968, vise à installer le musée du château Saint-Jean. Les travaux portent à la fois sur les maçonneries et les charpentes. La couverture n’est reprise que plus tard, en 1977.
    Référence documentaire :
    Vue du château de Nogent-le-Rotrou, prise de dessous la grande porte du jardin de l'hôpital. Avant Affiche de vente du château Saint-Jean / Imprimerie Macaire. 1825. Lithographie. (Musée-Château Nogent-le-Rotrou, Eure-et-Loir. 1826. Dessin. (Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque Ruines du château de Lureuil. [c.1960]. Photographie. (Collection privée). Château féodal de Saint-Jean [...] / G. Massiot. 1948. Dessin. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le Château de Nogent-le-Rotrou / Estel. Milieu 20e siècle. Impr. photoméc. (carte postale). (Musée d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838). p. 12. JOUSSET DE BELLÊME, Georges. Le château féodal de Saint-Jean. Mamers : Impr. Fleury, 1912. LE DIGOL, Yannick, COUTURIER, Yann. Rapport d’étude dendrochronologique, Château de Nogent-le SIGURET, Philippe. Le château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou. Cahiers Percherons, 1957, n°2.
    Précisions sur la protection :
    : inscription par arrêté du 13 janvier 1950 ; Façades et toitures de l'ensemble des bâtiments : classement par
    Éléments remarquables :
    chemin de ronde
    Description :
    Le logis est composé de plusieurs bâtiments hétérogènes : le châtelet, le porche, la salle des couronnée de mâchicoulis. La salle des gardes, de plan triangulaire, est couverte de trois voûtes en couronné par un chemin de ronde doté de mâchicoulis. Les tours disposent de toits coniques réunis par la assurée par un escalier en bois prenant place dans une cage octogonale, et donnant accès de la haute cour majeure partie construit en moellons de taille et nature différentes. A l’inverse, les éléments porteurs gardes et un bâtiment situé à l’interface entre le porche et le donjon. Ce dernier, de plan trapézoïdal est composé de trois niveaux d’élévation éclairés par des croisées. Il est surmonté d’une terrasse berceaux disposées autour d’un pilier triangulaire. Le bâtiment est surmonté par un niveau de terrasse crénelée. Le porche de plan rectangulaire, est voûté en berceau plein-cintre. Il est composé de trois toiture en pavillon du logis. Ils sont tous les trois couverts en ardoise. La distribution verticale est
    Illustration :
    Tour sud, intérieur, comble, détail de la charpente. IVR24_20132800039NUC4A Salles des gardes, intérieur, détail de la cheminée. IVR24_20132800023NUC4A Bâtiment entre châtelet et donjon, intérieur, détail de la cheminée. IVR24_20132800020NUC4A Plans de situation. IVR24_20152800515NUDA Plan de distribution, rez-de-chaussée, château Saint-Jean (2015). IVR24_20152800511NUDA Plan de distribution, rez-de-chaussée (2014). IVR24_20142800133NUDA Plan de distribution, premier étage (2014). IVR24_20142800134NUDA Plan de distribution, deuxième étage (2014). IVR24_20142800135NUDA Château Saint-Jean, vue de l'est (1854). IVR24_20152800496NUCA Château Saint-Jean, vue de l'est (milieu 20e siècle). IVR24_20152800495NUCAB
  • Château Saint-Jean
    Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    bâtiment le long de la courtine nord. Celles-ci sont dotées de sept tours semi-circulaires durant la . Trop endommagée, la tour n’est jamais reconstruite. A partir de la seconde moitié du 15e siècle seigneur de Nogent qui a effectué des travaux au château. La réfection du bâtiment accolé à la courtine sud mains de Geoffroy III. Le donjon et l’enceinte circulaire (au moins en partie) lui sont attribués. Ses première moitié du 13e siècle. La paternité des flanquements n'est pas arrêtée, entre Geoffroy V et son , Charles IV d’Anjou engage la reconstruction du site. Un logis est ainsi installé sur le porche et le châtelet d’entrée. Les charpentes de ce dernier sont achevées entre 1460 et 1470. Sully est le dernier
    Référence documentaire :
    Flandre, comtesse de Bar et dame de Cassel, relatives à la remise du château de Nogent-le-Rotrou entre les mains de Jean la Guogue par Henri de Trousseauville. 17 janvier 1364. Archives départementales du Nord. Série B : 1574. Deuxième cartulaire de la dame de Cassel Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque L'Apostrophe. Juss R 452/9. La naissance de Venus BRGM, DESSANDIER, David. Mémento des pierres du patrimoine bâti de la région Centre. Rapport p 268-269. DECAENS, Joseph. La motte comme moyen de conquête du sol et comme instrument de la seigneurie châtelaine. In : MAGNOU-NORTIER, Élisabeth. Aux sources de la gestion publique. Tome III des Nogentais, des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée municipal du château , Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le-Rotrou : éd. Musée
    Description :
    séparé du reste du plateau par un fossé sec dont la largeur approximative est de 25 m de large pour 5 m se situe dans l’axe de la rue du château. Elle est accessible par un pont dormant menant au châtelet développe au revers de la courtine. Les deux cours communiquent à l’aide de deux rampes d’accès. Le château se développe selon un plan circulaire irrégulier, d’environ 90 m de diamètre. Il est de profondeur. Sa contre-escarpe accueille une promenade arborée. L’enceinte est composée d’une tour maîtresse rectangulaire et de sept tours semi-circulaires, dont deux forment le châtelet d’entrée. Les flanquements sont limités à la partie est, le flanc ouest étant uniquement défendu par des courtines. L’entrée . Ce dernier est redoublé à l’ouest par un corps de logis sur porche, à l’interface entre l’entrée et la cour. Celle-ci centralise les circulations entre l’entrée, la tour maîtresse et les tours d’enceinte. La basse-cour, située 5 m en contrebas, est bordée au nord par le « pavillon Louis XIII ». Il se
    Auteur :
    [commanditaire] de Béthune Maximilien
    Texte libre :
    fois l’eau de carrière évacuée, la pierre durcit à l’air. Elle est à la fois facile à tailler et solide Historique Le centre du pouvoir de la maison Rotrou. Un château seigneurial La charte de fondation de l’abbaye Saint-Denis, fixe à 1031 la date avant laquelle (terminus ante quem) un château est , premier membre de la famille Rotrou dont la présence est attestée à Nogent. Une seconde charte originale -Étienne. Le château comtal Le château accueille le palais comtal, le lieu de résidence de la famille et de la curia des Rotrou. La grande salle du château, attestée en 1120, accueille la cour durant les l’évêque du Mans par la mère de Rotrou au château. Vers 1100, Beatrix et son fils Rotrou fondent un collège celui de Saint-Jean. La collégiale Saint-Jean devient dès lors l’église majeure du château. Château seigneurial et enjeux politiques La maison de Flandres En 1354, Yolande de Flandres hérite du château de d’Edouard III, roi d’Angleterre contre Jean II, roi de France. Entre 1356 et 1357, il prend la tête des
    Illustration :
    Carte du relief de la vallée de l'Huisne (2015). IVR24_20152800526NUDA Carte géologique de la vallée de l'Huisne (2015). IVR24_20152800527NUDA Vue aérienne du château Saint-Jean et de la ville en 1950. IVR24_19922800080VA Plans de situation. IVR24_20152800539NUDA Plan de distribution. IVR24_20152800511NUDA Hypothèse de restitution (1030-1040). IVR24_20162801748NUDA Hypothèse de restitution (11e siècle). IVR24_20152800536NUDA Hypothèse de restitution (12e siècle). IVR24_20162801749NUDA Hypothèse de restitution (13e siècle). IVR24_20152800538NUDA Enceinte, vue du sud-ouest, pavillon Louis XIII, tours de Saint-Victor et de Brunelles
  • Tour porte dite Porte Saint-Laurent
    Tour porte dite Porte Saint-Laurent Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Denis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La tour porte est datée sur la base de l'utilisation d'arcades brisées à double rouleaux et du , l'étage de ce dernier accueille la prévôté. Elle est à l'usage du prévôt claustral dont le logis devait se du 19e siècle montre la prévôté, désormais simple maison, uniquement éclairée par de minces jours contrefort à retrait et glacis, qui fixent son édification entre la fin du 12e siècle et le début du 13e siècle. L'hypothèse pourrait être recoupée par une charte de 1190 faisant état d'une clôture en eaux pour trouver dans le bâtiment accolé à l'est. Le prévôt bénéficie d'un droit de regard sur l'église Saint -Laurent, droit qu'il peut exercer à loisir par une petite baie ménagée sur le chœur de celle-ci. Un dessin
    Référence documentaire :
    fol n°2. Archives nationales. Série P : article 938, n°38. Aveu et dénombrement de Saint-Denis Saint-Laurent à Nogent-le-Rotrou / anonyme. 19e siècle. Dessin. (Médiathèque de l'Architecture et charte 9. DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    l'église Saint-Laurent. Le bâtiment est construit en pierre de taille calcaire de moyen appareil en partie basse et selon un appareil mixte de calcaire (moellons/pierre de taille) en partie haute. Il est flanqué La tour porte est ménagée entre deux arcades composées d'arcs brisés à deux rouleaux orientées unique percé au nord et au sud par des fenêtres brisées (recoupant les arcs du rez-de-chaussée) et des fenêtres en formes de quatrefeuilles. A l'ouest une fenêtre intérieure permet d'observer le chœur de . L'ensemble prend place sous un toit en pavillon de tuiles plates.
    Illustration :
    Eglise Saint-Laurent, détail de la fenêtre de la prévôté, vue depuis le collatéral sud Plans de situation. IVR24_20162801172NUDA Bâtiment accolé, vue de l'est. IVR24_20162801176NUCA Tour porte et église Saint-Laurent (collatéral sud), vue de l'ouest. IVR24_20132800096NUC4A
1