Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte Orléans - 28 rue de l'Ételon - en ville - Cadastre : 1981 BN 354
    Historique :
    Durant la période gallo-romaine, le terrain occupé actuellement par l'établissement est dédié à une , quatrième évêque d'Orléans, auraient été conservés. Peu à peu, le site devient un lieu de culte organisé à la fabrication de poudre de canon, jusqu'en 1818. Après le Concordat de 1801, l'église est qui ouvrent un pensionnat d'enseignement primaire puis secondaire. En 1938, le pensionnat Saint -Euverte est racheté par l'évêché d'Orléans, qui en fait un établissement d'enseignement catholique. Le dernier tiers du 20 siècle et le premier quart du 21e siècle voient la vente de l'église à la ville
    Référence documentaire :
    par l'Association "Sainte-Croix" à la ville d'Orléans. Acte reçu le 17 mars 1977 à l'étude des Mes Archives départementales du Loiret ; Série 50/J/937. Acte entre Mgr Coullié et le supérieur général . Tome I, Des origines à la fin du 16e siècle. Roanne/Le Côteau : éditions Horvath, 1983. -pierre-le-Puellier. 16 mai-23 août 2009]. Orléans, une ville de la Renaissance. Tours : CESR, 2009. Orléans : le lycée Saint-Euverte. Orléans : DRAC Centre, AREP-Centre, 1997. LENORMANT, Charles. Mémoire sur le tombeau de Saint Euverte. Mémoires de la Société Archéologique
    Représentations :
    Le décor très simple est conforme à l'austérité de l'ordre de saint Augustin. Ensemble de cinq
    Description :
    chapelle Notre-Dame-du-Mont (ancien oratoire) est rattachée au bras méridional du transept. Le chevet est polygonal, le porche de plan barlong. La façade occidentale est précédée d'un clocher de plan barlong à quatre étages, dont le dernier est surmonté d'une terrasse et d'une coupole. Le dernier étage du clocher est construit en pierre d'Apremont, de même l'était le dôme qui fut démonté en 1988. La charpente du consolider la structure de l'ensemble. Le portail qui donne accès à la nef, contemporain de la tour, est transept et un grand corps principal parallèle à la nef, dont le pavillon central est surmonté d'un fronton à l'origine du corps principal par un étroit passage (maintenant bouché). Le toit du bâtiment ce troisième corps. Ce dernier fut ultérieurement remplacé par le bâtiment actuel.
    Annexe :
    Données historiques concernant l'Abbaye Saint-Euverte d'Orléans Durant la période gallo-romaine, le de la Manufacture et englobe le carrefour Bourgogne, jusqu'au faubourg Bourgogne. Des chambres le nom de chapelle Sainte-Marie-du-Mont (Sancta Maria in agro Tetradii), devient rapidement un historique qu'archéologique, ne permet de connaître la destination du site entre le 5e et le 9e siècle. Il donation est confirmée en 1183 par le roi Philippe-Auguste. Située dans les faubourgs d'Orléans, donc hors , elle est à nouveau détruite avant l'arrivée des troupes anglaises qui mettent le siège devant Orléans le 23 octobre. Après le siège et les années suivantes où règne toujours un climat d'insécurité dû aux étages supérieurs du clocher débute en 1565, le porche est également ajouté au 16e siècle. Pendant les fonctionnelles, la nef et le chœur. Malgré les aides, les travaux vont durer plusieurs dizaines d'années. Ils France, s'installent dans l'abbaye et prennent le parti de restaurer l'église (devenue paroissiale) dans
    Illustration :
    Abbaye Saint-Euverte, au milieu à droite (n° 24) sur le "Plan et profil au naturel de la ville Abbaye saint-Euverte, en bas à droite sur le "Nouveau plan de la ville d'Orléans", plan en Abbaye saint-Euverte, en haut à droite sur le "Plan de la ville d'Orléans", plan en perspective cavalière dressé dans les années 1840, présentant les bâtiments principaux, d'après le "Plan pittoresque de ). Eau-forte reproduite dans "Le vieil Orléans", recueil de trente eaux-fortes gravées par Eugène Merlin Quartier Saint-Euverte ; au fond à gauche, le pensionnat. Vue prise de la cathédrale. (carte Église Saint-Euverte longeant le boulevard de Madame (actuel boulevard Aristide Briand), avant 1911 Église Saint-Euverte longeant le boulevard de Madame (actuel boulevard Aristide Briand) (carte Église Saint-Euverte longeant le boulevard de Madame (actuel boulevard Aristide Briand) (carte Chronologie des bâtiments (d'après le plan cadastral de 1969, remis à jour en 1981, section BN
  • Église paroissiale Saint-Saturnin (rue Munier ; rue Croix-Boissée)
    Église paroissiale Saint-Saturnin (rue Munier ; rue Croix-Boissée) Blois - rue Munier rue Croix-Boissée - en ville - Cadastre : 1980 DH 164
    Historique :
    Les origines de l'église Saint-Saturnin de Vienne sont antérieures à l' an Mil : il subsiste sur le reconstruit dans la première moitié du 15e siècle, avec une nef recouverte d' un lambris ; le choeur voûté d'ogives et le clocher central datent aussi de cette reconstruction. A l'initiative d' Anne de Bretagne qu'une partie du bas-côté sud furent exécutés, le chantier étant sans doute interrompu à la mort de la reine en 1514. Sur le bas-côté sud fut édifiée un peu plus tard une tourelle d' escalier, recouverte d , le lambris de la nef fut remplacé par une voûte d'ogives entre 1570 et 1578. Durant le 1er quart du 17e siècle, on voulut reprendre le grand projet d'Anne de Bretagne, avec une surélévation de la nef
    Illustration :
    Vue de la façade occidentale et du clocher, prise depuis le cimetière. IVR24_19904100360VA
1