Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte)
    Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 2 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    . L'aveu de 1648 mentionne également le fait que la tenue, anciennement séparée en deux, a été reconstituée
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. Feuille A1 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Monuments Nogentais / G. Massiot, vers 1950. Aquarelles. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le p.17 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 17. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'édifice, en forme de H irrégulier, est implanté en partie à l'alignement sur la rue du Bourg-le -Comte, l'un des axes majeurs de Nogent-le-Rotrou reliant le château Saint-Jean à l'abbaye Saint-Denis
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Titre courant :
    l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte)
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. [...] Item deux trezains de cens par chacun an audict jour rue du bourg le conte parroisse nostre dame dudict nogent, ce concistant en une tenue de logis de gouasbin et le reste par ledict hubert acquis de francoys de fegues escuyer sieur du grand et petit damoyselle marguerite de gaubert son espouze, joignant par ledevant a ladicte rue du bourg le conte ayant de leglise de nostredame en partye et autre partye a la maison et jardin dediez pour le predicateur de
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    pour avoir été bailli d’Enghien-le-François (Nogent-le-Rotrou), conseiller du roi et lieutenant de propriétaire de l’édifice est Louise Hubert, veuve du sieur de Villeroussien et fille de Denys Hubert. Le entre cour et jardin. Au 20e siècle, ses bâtiments sont occupés par le groupe scolaire dit institution . DESCRIPTION Situation La parcelle qui accueille l’édifice est implantée le long de la rue du Bourg-le-Comte . Celle-ci est située dans le prolongement de la rue Saint-Laurent. Les deux rues forment un des axes principaux de Nogent-le-Rotrou reliant le prieuré-doyenné de Saint-Denis au pied du château Saint-Jean. Le flanquée à l’ouest par un centre médico-social, au nord-ouest par le collège Delfeuille, et à l’est par la bâtiments 1, 2 et 3 d’une part, et le bâtiment 4 d’autre part. Les bâtiments 1 et 2 comportent deux étages carrés et un niveau de comble. Le bâtiment 3 compte lui 4 niveaux. Il présente deux étages carrés sur un combles. Le premier niveau du bâtiment 1 est doté d’un plan proche du carré. Il est accessible depuis la
  • Chançay, chapelle du château de Valmer, ensemble de 2 verrières : saint Conrad et le miracle de l'araignée ; la guérison d'une possédée par l'invocation des reliques de sainte Gertrude de Nivelles (?)
    Chançay, chapelle du château de Valmer, ensemble de 2 verrières : saint Conrad et le miracle de l'araignée ; la guérison d'une possédée par l'invocation des reliques de sainte Gertrude de Nivelles (?) Chançay
    Historique :
    mentionnés comme provenant d'Allemagne, mais la présence de blasons (peu lisibles) sur le vitrail représentant la guérison d'une possédée, laisse à penser qu'ils puissent venir de France : le parti à senestre
    Représentations :
    Vitrail représentant saint Conrad, évêque de Constance, et l'araignée tombant dans le calice
    Titre courant :
    Chançay, chapelle du château de Valmer, ensemble de 2 verrières : saint Conrad et le miracle de
    Illustration :
    Saint Conrad et le miracle de l'araignée. IVR24_20163702804NUCA
  • Demeure (6 rue Saint-Lazare)
    Demeure (6 rue Saint-Lazare) Nogent-le-Rotrou - 6 rue Saint-Lazare - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    seconde moitié du 16e siècle et la première moitié du 17e siècle. La charpente utilisée dans le comble du maisons nouvellement édifiées ». Le bâtiment 3, dont la fonction agricole est attestée par ses ouvertures vocation agricole) et le logis accessible depuis la tour hors-œuvre. Cette hypothèse tend ainsi à restituer en L. Le bâtiment 4 ainsi que les autres constructions se trouvant en fond de cour sont tous postérieurs à 1811. La forge, dont le foyer est en brique, et les ouvertures sur rue des bâtiments 1 et 2 appartiennent à des phases de construction plus tardives, bornées entre le 19e et le 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Fol n°37. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    de large pour 46,5 m de long. Le bâtiment 1 est composé d’un seul niveau couronné par une corniche en percées sous des plates-bandes aux chambranles formant bandeau. Le bâtiment 2 possède quatre travées et un toit à deux pans. Sa porte est ménagée sous un arc surbaissé mouluré en quart-de-rond. Le bâtiment du rez-de-chaussée est occupée par une forge. L’étage et le comble sont desservis par un escalier en -ventée par une sous-faitière et des décharges. Le bâtiment 3 n’a pu être étudié, on peut toutefois
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 6 rue Saint-Lazare - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°37. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°37. Item treize deniers obole de cens au jour et feste de noel sur une tenue de maisons jardins et noue sciz en lisle d’entre la riviere de ronne et le ruisseau de maisons auquel verger y a maisons nouvellement ediffyees le tout ensemble contenant par le devant et sur
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Bâtiments sur cour (dont le bâtiment 3), vue de l'est. IVR24_20162801911NUCA
  • Hôtel, actuellement magasin de commerce (108 rue Saint-Hilaire)
    Hôtel, actuellement magasin de commerce (108 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 108 rue Saint-Hilaire - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    moitié du 16e siècle et la première moitié du 17e siècle. Bien que la charpente utilisée dans le bâtiment pour la première fois dans un aveu de 1648 sous le nom de tenue Dumay. Il est alors composé de cour avant et un jardin arrière, ce qui permet de reconnaître un hôtel. Selon le document, le grand ce celui-ci son commanditaire. L’utilisation de brique et de métal sur le bâtiment n°6, ainsi que sur étudiés) sur le cadastre de 1811, permettent de dater leur construction entre le 19e et le 20e siècle
    Référence documentaire :
    fol n°12. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    4, 5 et 6 sont distribués par le bâtiment 1. Ce dernier est partagé par un mur de refend doté de cheminées. L’étage et le comble sont accessibles par un escalier tournant suspendu en bois et métal. L’accès au jardin se fait depuis un escalier en fer-à-cheval (pierre et métal) compris dans le bâtiment 6. Ce ) et de voûtes d’arêtes. L’une d’entre elles (5) porte les vestiges d’un enduit peint. Le plan des maçonneries montre que les bâtiments 3, 4, 5, et 6 (brique et métal) sont plaqués sur le bâtiment 1. Le croupe, le bâtiment 1 a un toit à forte pente souligné par des rampants en pierre de taille. La charpente
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 108 rue Saint-Hilaire - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN. Série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648) fol n°12. " [...] la suyvante detempteur ysabeau guybert veufve pierre coustartItem deux deniers de cens audict jour sainct remy par une part sur le total de la presente tenuedumay sieur des murs court devant portail sur ladicterue avecques caves courts et jardins au derriere le tout suyvante detempteursledict sieur des murs le sieur bordel prevost du perche me ancelot pesseau jean
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Église collégiale Saint-Jean (détruite, enceinte du château Saint-Jean)
    Église collégiale Saint-Jean (détruite, enceinte du château Saint-Jean) Nogent-le-Rotrou - Saint-Jean (quartier) - en ville - Cadastre : 1990 BD 1, 2, 3, 4, 5,10, 11
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    L’église Saint-Jean est attestée dès le 11e siècle, le chapitre du même nom fondé par les Rotrou religion. Elle est reconstruite au début du 17e siècle, puis définitivement détruite en 1793. Comme pour le . Le document, postérieur de trois siècles des faits qu’il relate, célèbre la fondation d’un collège de , sous le consentement de Renault de Mousson, évêque de Chartres. Geoffroy V fut comte du Perche de 1191 à 1202, le chapitre est donc fondé entre ces deux dates. Les historiens locaux placent traditionnellement la fondation du chapitre en 1194, après le retour de croisade de Geoffroy V. Peu après la fondation, Renaud de Mousson aurait « refondé » le chapitre de Saint-Jean en y intégrant le chapitre Saint -Étienne du château de Nogent, alors composé de cinq chanoines et quatre chapelains. Le chapitre est fondé dans l’église Saint-Jean, elle-même située devant le château de Nogent : « capellam suam Sancti
    Référence documentaire :
    Vue de Villebon. Après 1624. Peinture (copie). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). Institution du rosaire/ Auteur inconnu. 17e siècle. Tableau. (Église Notre-Dame, Nogent-le-Rotrou Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). vis-à-vis le cimetière. 1515. Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3496. Aliénation par le chapitre Saint-Jean. DE BÉTHUNE, Maximilien, BASTIEN, Jean-François. Mémoires de Sully, principal ministre de Henri le DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou de la seconde moitié du XIVe siècle à la fin du XVe siècle MALCOR, Bernard. Le protestantisme à Nogent-le-Rotrou. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    face du château Saint-Jean, figurant sur le cadastre de 1811. La forme comme l’orientation du bâtiment rayonnante, il est possible que celle-ci soit le dernier vestige de l’ancienne église. Au 17e siècle, elle était certainement dotée d’une nef à pignon découvert et d’une tour-clocher. Le cloître, attesté à partir du 15e siècle, devait être situé sur le flanc sud de l’église, évitant ainsi de recouper le chemin allant du château Saint-Jean à la croix des batailles. Enfin, le cimetière prenait certainement place au
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - Saint-Jean (quartier) - en ville - Cadastre : 1990 BD 1, 2, 3, 4, 5,10, 11
    Annexe :
    par le derriere, lasquelle il tient et est de ladite chevesserie, et d'aultre cousté à une maison qui dorée, le mur de ladite court entre deux ; et oultre ladite maison et jardin lesdits preneurs pourront faire faire un mur ou palis au dedans de ladite chevesserie par le darriere a leur propore coust et lestence de ladite méson jusque à la muraille qui fait le closture de ladite court, devere le pavé de rue [?] Maignan / Baillé par le chevecier de Saint-Jehan. Auteur : Philipot Noel, garde des sceaulx de la chastellenie de Bellesme «[…] Cest assavoir une maison aveques le jardin derriere autant que ledit jardin en
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    L'institution du Rosaire, auteur inconnu, église Notre-Dame de Nogent-le-Rotrou, 17e siècle
  • Maison (3 rue des Bouchers)
    Maison (3 rue des Bouchers) Nogent-le-Rotrou - 3 rue des Bouchers - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Si les marqueurs stylistiques observés sur le bâtiment 1 plaident, sans pouvoir le dater, pour un accessible depuis une cour antérieure avant d’être distribué par la porte située dans le bâtiment n°2. A partir de celle-ci, le visiteur pouvait soit accéder aux caves, soit aux pièces du rez-de-chaussée, ou bien aux étages grâce à l’escalier rampe sur rampe. En 1811, le bâtiment est situé sur une parcelle
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    en L entre une cour avant, et le coteau du plateau Saint-Jean. Une cave (3), en partie voûtée en toits à deux versants et croupe pour le bâtiment 1. L’édifice est accessible depuis une porte située dans le bâtiment 2. Celle-ci donne accès à un couloir menant vers la cave, à un escalier rampe sur
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 3 rue des Bouchers - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Les maisons et immeubles de Blois
    Les maisons et immeubles de Blois Blois - Cadastre : 1980 DN DO
    Référence documentaire :
    DAUDIN, P. Dans le quartier au bas de la cathédrale. Brochure dactylographiée, s. d. vers 1960
    Texte libre :
     : située à l'arrière du bâtiment principal, le peu d'espace qui lui est réservé se trouve réduit par réservée à un milieu restreint. La forme de la parcelle, le plan, et l'élévation de la façade sur rue La aucune incidence sur le plan du bâtiment principal. Lorsque la parcelle est perpendiculaire à la rue, sa largeur moyenne se situe entre quatre et cinq mètres, et atteint rarement plus de sept mètres ; le le cas exceptionnel de parcelles traversantes qui peuvent atteindre vingt mètres. Ce découpage en basse et le long de la Grande Rue, son origine est certainement médiévale ; ailleurs, (rues Foulerie développement en profondeur, si bien que ces parcelles sont barlongues ou presque carrées. Le manque d'espace , dans la ville intra muros, et le tracé des rues lié à la topographie, expliquent en partie, ces faibles les faubourgs, au Foix, au Bourgneuf et en Vienne. En effectuant le repérage des demeures , certainement antérieure. Dans ce domaine, le début de la période royale, apparaît comme une charnière pour la
  • Blois : les hôtels particuliers
    Blois : les hôtels particuliers Blois
    Référence documentaire :
    DAUDIN, P. Dans le quartier au bas de la cathédrale. Brochure dactylographiée, s. d. vers 1960
    Texte libre :
    bien des cas, nous avons procédé par attribution car faute de documents, nous avons considéré que le propriétaire connu au moment présumé de la construction, serait le commanditaire. Les noms mentionnés dans les présidial du bailliage de Blois, ou au parlement de Paris, apparaissent parmi les propriétaires, le jurisconsulte Denis Dupont étant le plus célèbre. Les vieilles familles de Blois, déjà connues au milieu du XVe ni leur demeure : c'est le cas de Pierre de Daillon, de Jean de Dampière ou de Hubert Despal seigneur ville, arrivée dans le sillage royal. Retrouver la résidence de chacun, représente une entreprise dans siècle, ou encore l'hôtel Belot, dont le constructeur n'a pu être identifié (72). Certaines appellations  : en effet, nous n'avons pas retrouvé le moindre document attribuant aux Guise ou aux Condé la l'exemple blésois le plus révélateur, et la résidence de la famille de Beaune était aussi novatrice. En formes gothiques, n'adoptant que plus tardivement l'italianisme : sous le règne de Louis XII, les
  • Ensemble de 7 reliefs (panneaux sculptés)
    Ensemble de 7 reliefs (panneaux sculptés) Neuville-sur-Brenne
    Historique :
    plutôt évoquer la première moitié du 17e siècle. Le traitement des personnages et du décor semblent indiquer que la réalisation de ces panneaux est le fait d'auteurs différents. Ces panneaux devaient
    Représentations :
    chevelu, portant un chapeau, une longue pèlerine et tenant un bourdon (saint Jacques le Majeur ?). Panneau 5-6-7 sont ornés de motifs floraux. Outre le décor, les panneaux présentent également des différences dans le traitement des personnages : personnages à fronts bombés imposants (panneaux 1-2-3-4
  • Ville de Blois
    Ville de Blois Blois - en ville - Cadastre : 1980 DN DO
    Historique :
    l'éperon, sanctuaires dédiés à Saint-Pierre sur le coteau est et à la Vierge au pied de l'éperon ; 10e  ; 1835, 1850 : extension vers le nord, implantation de nouveaux édifices publics ; 1865 : percement de tentaculaire sur le plateau nord, création de la ZUP.
    Référence documentaire :
    pour le remembrement de la ville de Blois, 1941-1942. échelle : 1/1000e. (Archives municipales de Blois). Le vray portraict de la ville et chasteau de Bloys/ par François de Belleforest. Cosmographie universelle de tout le monde, 1573-1575, gravure sur bois. (Bibliothèque municipale de Blois). Vue de Blois avec le pont en construction./attribuable à Martin le Jeune, [s.n., s.d.] vers 1718 Vue de Blois depuis le quartier des Basses Granges/ par Étienne-Daniel Dupuis, [s.d.], fin XIXe p. 24-29. BABONAUX, Yves. Le développement historique de Blois et ses contraintes géographiques. In p. 86-95. BERGER, Philippe. Le conseil supérieur de Blois et ses magistrats (1771-1774). In : Blois COSPEREC, Annie. Le pré-inventaire de la ville de Blois. Congrès Archéologique de France, 189e p. 229-249 DENIS, Yves. Blois entre dans le monde moderne (1848-1871). In : Histoire de Blois et de DEVELLE, Edmond. Le mobilier des églises de Blois. Blois : Sille, 1933.
    Annexe :
    particulier les plaques sur verre de F. Lesueur pour le château et les édifices religieux. Archives privés et sur le château. Pour celui-ci il faut retenir une série de gravures romantiques et de nombreux publics La consultation des séries O et M a été grandement facilitée par le classement rigoureux effectué civil Les séries ont été consultées par Pierre et Frédéric Lesueur, lors de leur étude sur le château de
    Illustration :
    Plan topographique de la ville et occupation du site entre le IIe et le IVe siècle (hypothèse de Plan de la ville entre la fin du IXe siècle et le début du Xe siècle (hypothèse de restitution Plan de la ville en 1980 (d'après un plan STU de 1965 et le cadastre révisé en 1980 Plan de Blois vers 1750 ; le centre de l'agglomération. IVR24_19814101116X Le quartier des Basses-Granges au milieu du 19e siècle IVR24_19924100249XA Vue de Blois depuis le quartier de Vienne IVR24_19754100427XB Vue générale prise depuis le quai du faubourg de Vienne. 1er quart XXe siècle. IVR24_19764101244XB Vue générale sur la partie centrale et est de la ville, prise depuis le clocher de la cathédrale vue sur la ville depuis le pont Charles de Gaulle IVR24_19914100336XA vue sur la ville depuis le pont Charles de Gaulle IVR24_19914100333XA
  • Bourg : moulin dit moulin des Landes (10-12 rue Aristide-Briand)
    Bourg : moulin dit moulin des Landes (10-12 rue Aristide-Briand) Vernou-sur-Brenne - 10-12 rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 1817 F 142, 143 2009 AN 458, 600
    Historique :
    Moulin qui a peut être servi au 15e siècle à "fourbir harnois" c'est à dire à travailler le métal moulin à blé en 1756. Le corps de bâtiment central a été construit vers 1625 pour Louis de Houdan de Romand, propriétaire du moulin. A la même époque, il fait également élargir le chenal de la roue d'habitation et chambres d'hôtes. Un ensemble de bâtiments figurant sur le cadastre napoléonien a probablement
    Description :
    de bâtiment en équerre (divisé entre le n°10 et le n°12), dont une partie est située sur la Brenne
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest. Au premier plan la construction en appentis sur le pavillon Louis XIII et le bâtiment à longs pans limite 18e siècle-19e siècle. IVR24_20103700489NUC2A , depuis le sud-est. IVR24_20103700490NUC2A
  • Folie : ferme
    Folie : ferme Vernou-sur-Brenne - La Folie - en écart - Cadastre : 1817 D1 869 2009 D 326
    Historique :
    La Folie relevait de la baronnie de Vernou. Le logis d'origine 16e siècle a été agrandi d'un
    Description :
    Le lieu-dit La Folie se compose de plusieurs fermes. La ferme étudiée, la plus ancienne, est située le plus au nord du chemin d'accès, au pied du coteau. Les bâtiments sont organisés en U, autour d'une cour fermée. Le corps de logis rectangulaire est en rez-de-chaussée surélevé, auquel on accède par un pierre. Le logis est construit en moellon enduit, hormis l'étage carré du pavillon qui possède un damier caves troglodytiques creusées dans le coteau.
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20103702163NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Honoré (place Saint-Honoré)
    Église paroissiale Saint-Honoré (place Saint-Honoré) Blois - place Saint-Honoré - en ville - Cadastre : 1810 A 1102
    Historique :
    sa famille ; au 17e siècle Barthélémy de Pré secrétaire du roi, fait reconstruire et décorer le porche d' entrée ; le maître autel est refait à cette date ; l' église est vendue en 1792 puis détruite
    Référence documentaire :
    de l'église, le 9 juin 1792.
    Illustration :
    Vue de l'église et de l'enclos du cimetière dans la seconde moitié du XVIè siècle. Détail : Le vray
  • Landes : ferme
    Landes : ferme Vernou-sur-Brenne - Les Landes - isolé - Cadastre : 1817 B1 776 2009 ZD 85
    Historique :
    famille de Houdan, du 15e siècle jusqu'au milieu du 18e siècle. Une pierre représentant le blason de la propriétaires de Jallanges. Le logis fut construit vers 1625 par Louis de Houdan, et augmenté d'une aile en 1834 été construites au 19e siècle. Aujourd'hui la ferme n'est plus le siège d'une exploitation agricole et
    Description :
    , le logis à un étage carré, est construit en moellon avec chaînes d'angles et encadrements de baies en
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud de la cour. IVR24_20103702152NUC2A
  • Maison (7 rue Pierre de Blois)
    Maison (7 rue Pierre de Blois) Blois - 7 rue Pierre de Blois - en ville - Cadastre : 1980 DO 453
    Historique :
    sous le bâtiment ouest, traces d' ouvertures sur le pignon nord du même bâtiment ; Première moitié 17e
1