Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chauvelière : manoir puis ferme
    Chauvelière : manoir puis ferme Lureuil - La Chauvelière - 5 - en écart - Cadastre : 2015 D 624, 627, 629, 630, 1176, 1261, 1263, 1264, 1276 1812 D 609-612, 624-634
    Historique :
    Le logis seigneurial et une partie de la ferme sont portés sur le plan cadastral de 1812. Le fief de la Chauvelière relevait, aux 17e et 18e siècles, des seigneuries du Blanc-en-Berry et du Blanc-en -Poitou (La Véronne 1962 ; Plaux s.d.). Ses seigneurs sont mentionnés dès le milieu du 16e siècle (Plaux s.d.). Le symbole d’une gentilhommière est associé au lieu-dit sur la carte de Cassini (vers 1760 Tournon-Saint-Martin (Plaux 2013). Le logis est daté du 17e siècle par ses caractères morphologiques poutraison et de la charpente (abattage des bois en 1648 ; ARC17/R4232D). La porte piétonne condamnée dans le mur du toit à porcs aurait porté la date en chiffres romains (en 2016, presqu'illisible). Le logement dendrochronologie (ARC17/R4227D). Une maison à étage (et escalier de distribution extérieur) représentée sur le plan
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de LA VERONNE, Chantal. Histoire du Blanc, des origines à la Révolution de 1789. Poitou : Société des
    Description :
    l’étable sud) et plusieurs appentis dont un toit à porcs en bordure de route au nord-ouest. Le manoir est surmontée d’un occulus et d’un fronton triangulaire. Au dessus, le plein de mur est appareillé (récentes) ont été percées dans le mur-pignon est. En haut de l’élévation sud se trouve un pigeonnier bâtière, dans le versant sud, et d’une lucarne à fronton triangulaire surmonté de trois boules, dans le versant nord. Deux appentis (toits à porcs ?) s’appuient sur deux des élévations du manoir. Le bâtiment en anse de panier porterait les inscriptions (en grande partie effacées) « Vive le Roi » et une date
    Annexe :
    d’éléments en place de la pièce ouest des étages et du comble. Le plafond du rez-de-chaussée est composé de solives sur poutres (2). Le plafond de l’étage comprend 11 solives numérotées arbitrairement à partir de manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 25 novembre 2016 charpente de la bergerie en retour ont été retenu le poinçon sectionné de la ferme sud et l’arbalétrier est finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 25 novembre 2016. Datations : éch. 1 ("bergerie") a été abattu entre 1710 et 1715 ; le poinçon de l'étable a été abattu entre 1738 et 1740.
    Illustration :
    Le lieu-dit (symbole d'une gentilhommière) figure sur la carte de Cassini (vers 1760 Des bâtiments (dont le logis principal) sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 624 à 634), dans le bas droit de l'image.(Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600437NUC2A Vue du manoir depuis le nord IVR24_20163600414NUC2A Vue du manoir depuis le sud IVR24_20163600413NUC2A Vue du manoir depuis le sud-ouest IVR24_20163600412NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le sud-ouest IVR24_20163600418NUC2A Vue de la grange-étable depuis le nord-est IVR24_20163600426NUC2A Vue de l'entrée et d'une fenêtre à linteaux délardés du logement de la ferme depuis le sud Vue du toit à porcs situé à l'ouest de la cour près de l'entrée, depuis le ouest
  • Hôtel Parseval, actuellement bibliothèque municipale (76 rue Gouverneur)
    Hôtel Parseval, actuellement bibliothèque municipale (76 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 76 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 158
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    surbaissés et de plates-bandes permettent de dater l’hôtel du 18e siècle. Néanmoins le fait que le type de est attribuée à Pierre Parseval (1658-1728) conseiller du Roi, et maire perpétuel de Nogent-le-Rotrou . La présence de caves ne reprenant pas le tracé des bâtiments du rez-de-chaussée et l’irrégularité de
    Référence documentaire :
    Fol 25. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L’édifice est implanté selon un plan en H perpendiculaire à la rue Gouverneur. Le bâtiment voûtées en plein-cintre. Celles-ci sont en connexion avec les deux escaliers distribuant l’hôtel depuis le
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 76 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 158
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 25. AN. Série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 25. " [...] Item deux sols de cens et vingt sept sols six deniers et me gilles sereau argentier de monsieur le prince assize en la parroisse de nostre dame dudict nogent en la rue doree devant le croyssant ce concistant en deux grands corps de logis l’un desquels qui perches de terre le tout en un tenant joignant par ledevant a ladicte rue doree ayant quattre vingtz unze
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Maison (3 rue des Bouchers)
    Maison (3 rue des Bouchers) Nogent-le-Rotrou - 3 rue des Bouchers - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Si les marqueurs stylistiques observés sur le bâtiment 1 plaident, sans pouvoir le dater, pour un accessible depuis une cour antérieure avant d’être distribué par la porte située dans le bâtiment n°2. A partir de celle-ci, le visiteur pouvait soit accéder aux caves, soit aux pièces du rez-de-chaussée, ou bien aux étages grâce à l’escalier rampe sur rampe. En 1811, le bâtiment est situé sur une parcelle
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    en L entre une cour avant, et le coteau du plateau Saint-Jean. Une cave (3), en partie voûtée en toits à deux versants et croupe pour le bâtiment 1. L’édifice est accessible depuis une porte située dans le bâtiment 2. Celle-ci donne accès à un couloir menant vers la cave, à un escalier rampe sur
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 3 rue des Bouchers - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Bourg : collège d'enseignement classique puis école royale militaire, actuellement demeure
    Bourg : collège d'enseignement classique puis école royale militaire, actuellement demeure Thiron-Gardais - Bourg - 12 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 24, 28 2014 AB 67, 68, 70
    Historique :
    monastère, décident d'ouvrir un collège d'enseignement classique. Ils installent l'établissement dans le , comprenant le collège. Ces projets ambitieux (concernant le collège : grand bâtiment de plan carré) ne verront pas le jour. Le collège est pourtant reconstruit dans la première moitié du 18e siècle classes. Le 24 août 1776, par décret du roi Louis XVI, l'établissement devient également école royale du 19e siècle, le bâtiment de classes est converti en dépendances agricoles (écuries, remises
    Observation :
    la française clos au nord par le mur d'enceinte de l'abbaye sur lequel est venu s'adosser en 1889 une
    Référence documentaire :
    CARBONNIER, Youri. L’abbaye et le collège de Tiron au XVIIe siècle : état et projets au début de
    Description :
    Situé au sud-est de l'église abbatiale, le collège comprend deux bâtiments principaux organisés de plan en "L", le corps de logis s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. - Face au premier bâtiment, de l'autre côté de la cour au sud, se situe le bâtiment des classes classes et le chauffoir, un étage de comble où s'étendait une grande salle d'étude et la chambre du surmontées de frontons triangulaires en brique. - Le dernier bâtiment, situé au nord-est de l'ensemble, est de calcaire, de grès roussard et de silex couverts d'un enduit à pierre vue. Concernant le corps de logis, le soubassement des murs est en pierre de taille de grès roussard. Les encadrements d'ouvertures
    Illustration :
    Corps de logis, aile nord-ouest, vu depuis le sud (carte postale, début 20e siècle - collection Corps de logis, vue générale depuis le nord-est (état en 1999). IVR24_20142800505NUC2A Bâtiment de classes, vue partielle depuis le nord (état en 1999). IVR24_20142800507NUC2A Corps de logis, intérieur, vue de l'escalier depuis le rez-de-chaussée. IVR24_20142800455NUC4A Corps de logis, intérieur, vue de l'escalier depuis le palier intermédiaire (rez-de-chaussée Serre, vue générale depuis le sud. IVR24_20142800451NUC4A
  • Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité
    Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité Thiron-Gardais - Bourg - en village
    Historique :
    mise par écrit par un de ses contemporains, Geoffroy le Gros, cédant aux instances de l'évêque de -Denis de Nogent-le-Rotrou font pression sur les Rotrou pour récupérer la dîme des terres qu'occupait la fondation de son abbaye. La construction de l'église romane, vraisemblablement le premier édifice suivante : "Ici repose le vénérable père J.C., de bonne mémoire, Jean de Chartres, 15e abbé de cette église lui qui quitta ce monde le dernier jour de septembre de l'an du seigneur 1297". En 1428, les troupes font reconstruire le choeur de l'église dans le style gothique. La grange aux dîmes ainsi que le dendrochronologie : entre 1492 et 1498 pour la grange dîmière, en 1496 pour le colombier). Tout au long du 16e Ronsard, frère du poète (1563-1575) ; le cardinal de Birague (1578-1582) et le poète Philippe Desportes jamais le jour, mais les mauristes marquent tout de même de leur empreinte le monastère avec la l'abbaye. De 1802 à 1817, l'aile ouest du collège (ancien bras sud du transept) et le choeur de l'église
    Référence documentaire :
    CARBONNIER, Youri. L’abbaye et le collège de Tiron au XVIIe siècle : état et projets au début de FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre SCHEFFER, Marie-Eve. La grange de l’abbaye de Thiron-Gardais. Fascicule réalisé par l’INRAP et le
    Illustration :
    Gravure de l'abbaye réalisée par le prieur Dom Huet en 1780. IVR24_20142800518NUC2A Vue générale depuis le nord (carte postale, 1er quart 20e siècle - collection particulière Victor Église abbatiale, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800130NUC4A Maison dîte "le laboratoire", vue générale depuis le nord-est. IVR24_20142800424NUC2A Guérite du garde de l'abbaye, vue depuis le sud. IVR24_20142800542NUC2A Remploi de pierres provenant de l’abbaye dans le pignon d’une ferme à la Brosse
1