Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de la Noiraye
    Port dit port de la Noiraye Amboise - la Noiraye - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de la Noiraye est mentionné comme tel sur deux listes des ports de Loire datées de 1857 et unique) à la Noiraye qu'il a fait construire à ses frais. Il réclame une indemnité à l'administration car l'ouvrage qui lui sert à l'embarquement de ses vins est devenu inaccessible depuis la construction des banquettes le long de la Loire. Un plan de 1850 montre en effet l'ouvrage en question ; celui-ci a dû être abandonné par la suite. On y voit également l'ouvrage actuel, un peu plus en amont.
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de la Noiraye est situé sur la rive gauche, en aval de la ville d'Amboise. Il comprend
    Typologies :
    port de pied de coteau : port aménagé côté val sur la pente du pied de coteau
    Localisation :
    Amboise - la Noiraye - en écart
    Titre courant :
    Port dit port de la Noiraye
    Illustration :
    Plan de réalignement de 1835, planche n° 15 : rive gauche la Noiraye. (archives municipales Extrait de la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1848, complétée par l'ingénieur Plan du site de la Noiraye (rive gauche), plan annexé au rapport de l'ingénieur Cormier du 18 août Plan de la Loire, rive gauche, la Noiraye, réalisé suite à la pétition du sieur Deslandes, 11 mars
  • Port dit port refuge de la Choisille
    Port dit port refuge de la Choisille Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1819, l'ingénieur en chef Cormier estime que la gare de la Choisille pourrait contenir 80 à 85 entrée. Deux ans plus tard, les travaux ne sont pas encore réalisés et la gare ne peut accueillir que 20 repris en 1831. Il s'agit de perfectionner et d'élargir la gare pour la rendre susceptible d'accueillir 367 mètres de long (depuis le pont de la Motte jusqu'à vis à vis du moulin des Roches) pourrait être élargi à 17 mètres (au niveau de l'étiage) et prolongé en remontant la rivière pour atteindre une encore le passage d'un petit bateau pour la communication. Cette gare est alors considérée comme l'une des meilleures et des plus sûres qui se trouvent sur la Loire entre Orléans et Nantes car elle est défendue des glaces par la levée nord du fleuve. On ne sait pas si les travaux d'amélioration sont toujours question que d'une gare naturelle à la Choisille.
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non recensé par la Diren.
    Description :
    Le port refuge dit gare de la Choisille est situé sur la rive droite, à l'embouchure de la rivière du même nom. Au XVIIIe siècle, le pont qui enjambait la rivière s'appelait "Pont de la Motte" d'où le nom actuel du lieudit. Actuellement c'est le pont enjambant la Loire qui porte ce nom.
    Localisation :
    Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Choisille
    Illustration :
    Plan de la gare à établir à l'embouchure de la Choisille dans la Loire, ingénieur Cormier, 15 Plan de l'embouchure de la Choisille et de la cale située un peu en amont, dressé par l'ingénieur Embouchure de la Choisille (actuellement sous le pont de la Motte). En arrière plan, le pont de L'embouchure de la Choisille (premier plan) et le pont de chemin de fer. Vue prise vers l'amont
  • Port dit port refuge de la Vrille
    Port dit port refuge de la Vrille Neuvy-sur-Loire - le Port - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Dans son projet de port à Neuvy rédigé le 14 mai 1784, l'ingénieur Normand rapporte que la rivière de la Vrille offre une gare sûre pour les bateaux. Il propose en outre de stabiliser son embouchure au moyen de pieux. La même année, l'ingénieur Bouchet estime également que la Vrille est une gare escellente lors des grandes inondations ou de la débâcle des glaces. En 1813, des dégradations causées par les crues sont signalées sur environ 200 mètres de la levée de la rivière de la Vrille. L'utilisation de la rivière comme gare est confirmée à cette date. On projette d'élargir le lit de la Vrille en 1000 m x 20 m "qui formerait un port sur les deux rives de la Vrille". Le revêtement de perrés des berges de l'embouchure de la rivière pourraient dater de cette période mais les archives ne précisent pas si des travaux sont alors réellement réalisés. La rivière est encore utilisée comme gare refuge en 1839 (on déplore son manque de superficie) et en 1852 (mention sur la carte de Coumes). La réalisation
    Hydrographies :
    la) ; Vrille Loire
    Observation :
    Non repéré par la DIREN.
    Référence documentaire :
    départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800204NUCA). l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800215NUCA). Encre et aquarelle sur calque, Ech. 0,0005 m pm, 1881. Par Harel de la Noé (ingénieur). (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800216NUCA).
    Description :
    Le port refuge de la Vrille est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Vrille, en face de la Centrale électrique de Belleville-sur-Loire. Nous n'avons aucune information relative à la
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Vrille
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1852) avec ajouts de 1911. Mention de la gare de Neuvy. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). IVR24_20125800204NUCA Plan du port de Neuvy et de la rivière de la Vrille, 31 mai 1881, ingénieur ordinaire Harel de la Noé. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800216NUCA Le port de Neuvy et la rivière de la Vrille, 9 août 1895, ingénieur ordinaire Sigault. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800215NUCA L'entrée de l'ancienne gare d'eau de la Vrille (embouchure de la rivière de la Vrille). A droite l'extrémité du port de Neuvy. En arrière plan, la Loire. IVR24_20125800604NUCA
  • Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe) La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'île de La Charité, et particulièrement sa partie amont, a toujours été sujette aux assauts endroit. Un plan de la fin du XVIIIe siècle (vers 1787) apporte quelques précisions à ce sujet en figurant des berges maçonnées (perrés) sur quasiment tout le pourtour de l'île (excepté la rive située en aval du pont côté bras gauche du fleuve). Durant la débâcle de janvier 1789, l'éperon construit en pierre de taille à la pointe de l'île et qui partage les eaux des deux bras de la Loire est fortement (3,25 m). Il est urgent de le faire réparer pour éviter que l'île ne soit emportée. La partie amont de l'île de La Charité bénéficiait de plusieurs sites d'embarquement et de débarquement de marchandises marchandises destinés à la navigation" (côté bras droit du fleuve). Il mentionne également une cale abreuvoir de ces sites correspond à ce que les documents anciens dénomment "port de la tête de l'Ours" même si l'activité paraît se concentrer du côté du bras droit du fleuve, en face de la ville. En l'an 13 (1805), un
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800507NUCA). départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800516NUCA). Encre sur papier, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 O 26). (cf la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA).
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Description :
    Situé sur l'île de La Charité, en amont des ponts, le port de la tête de l'Ours est relié par sa pointe (éperon) à la chevrette de La Charité. Malgré la présence attestée au milieu du XIXe siècle de . Il s'agit d'un ouvrage complètement recouvert par la végétation situé en amont du pont, côté bras droit du fleuve (ouvrage non repéré par la Diren). Quelques organeaux restent également visibles.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Illustration :
    Plan du port de la tête de l'Ours, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur La Charité. (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800516NUCA Plan de l'île de La Charité dressé par l'ingénieur de l'arrondissement de Sancerre Ducros, 8 Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. Détail sur l'île : port aux marchandises destinées à la navigation. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800507NUCA Plan de l'île de La Charité, 6 avril 1868, détail. Mention de trois cales abreuvoirs simples et du
  • Port dit port du Poids de Fer
    Port dit port du Poids de Fer Jouet-sur-l'Aubois - le Poids de Fer - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port du Poids de Fer est mentionné durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (1745, 1790) et passage. Comme son nom l'indique, l'activité de ce port est étroitement liée à la métallurgie (minerai de semble que l'endroit était également réputé pour la construction de certains bateaux, notamment des que le port du Poids de Fer sert de lieu d'embarquement aux produits importants des usines de la vallée de l'Aubois. Il précise que le nombre et le chargement de voitures qui parcourent journellement la levée ont rendu indispensable la construction d'un pavé en blocage en pierre de Fourchambault. Ce pavé et de le prolonger de 360 mètres vers l'amont. Ce prolongement correspondent, d'après lui, à la soulève plusieurs questions. La longueur de 1560 m ou 1920 m ne peut correspondre à celle du port du Poids de Fer. S'agit-il de la levée située en amont du port ? Des ports d'Aubigny, de Conscience et du part les deux premières cales, ces ouvrages sont également représentés sur la carte de la Loire dressée
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, entre la Loire et le canal latéral à la Loire, le port du Poids de Fer était
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le Poix de Fer. (école Plan d'une partie du port du Poids de Fer dressé en 1771 suite à la réclamation d'indemnités de la Plan d'alignement du Poids de Fer, 15 mai 1845, ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. Détail sur la Plan d'alignement du Poids de Fer, 15 mai 1845, ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. Détail sur la cale située la plus en aval. (archives nationales, F 14 6550). IVR24_20121800764NUCA Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller
  • Port dit port du Bec d'Allier
    Port dit port du Bec d'Allier Cuffy - Bec d'Allier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    On trouve les premières mentions du port du Bec d'Allier sous la forme de "portus de Conflant " (port du confluent) en 1356, 1506 et 1540. Sur ce site appellé aussi "port de Bédaillet" à la fin du XVIIe siècle, on chargeait notamment du fer en provenance de la forge de Fontbardais située à Germigny vicinaux rendait difficile la communication de la forge au port (plus de 15 kilomètres à parcourir entre l'embarquement. La municipalité se plaint des voituriers qui refusent de décharger ces gueuses sur la grève au transitant au port du Bec d'Allier, notamment ceux provenant de la rivière d'Allier. Ceux-ci étaient charbons de terre, vins et fruits d'Auvergne. Lorsqu'ils rentraient dans la Loire à Cuffy, les marchandises notamment au transport de la fonte, du fer, de la pierre et du bois sur la rivière d'Allier (ports du Veurdre, de Mornay, d'Apremont) et sur la Loire entre Nevers et Pouilly. Un projet d'alignement du port été délaissé au cours de la seconde moitié du XIXe siècle suite à l'ouverture du canal latéral à la
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800771NUCA).
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, à la confluence de l'Allier et de la Loire, le port du Bec d'Allier était équipé orientées vers l'aval (mentionnées sur le cadastre de 1828 et sur la carte de Coumes de 1852 mais non
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Plan du Bec d'Allier, 1869. Détail. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800771NUCA
  • Port dit port de Givry
    Port dit port de Givry Cours-les-Barres - Givry - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La première mention connue d'un port à Givry date de 1178. Deux cartes de la Loire du XVIIIe siècle l'actuel pont sur la Loire). En outre, un arrêt du Conseil d'Etat confirme en 1730 le sieur Marion dans des droits de péage et de bac sur la Loire au port de Givry. Le site portuaire est également mentionné en 1813, les ports du Bec d'Allier, des Bouillots à Cuffy et de Givry sont confiés à la garde d'un même marchandises. Il semble que le site perde ses fonctions portuaires à partir de la fin des années 1830 et du début des années 1840. C'est en effet à cet endroit et à cette période qu'un pont suspendu sur la Loire également l'abandon du bac devenu inutile depuis la réalisation du pont. La fonction commerciale du port -ci était, en 1897, le deuxième grand port du canal latéral à la Loire par importance de tonnage : 90 de ces ouvrages réalisés lors de la construction du pont sont détruits en 1843 lors de l'alignement du chemin de halage de part et d'autre de l'ouvrage d'art. Seule la cale située immédiatement en aval
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, Ech. 1/2000e, 1839, détail. (direction départementale de l'équipement de la la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800692NUCA).
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, à l'emplacement de l'actuel pont sur la Loire, le port de Givry n'existe plus
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le port de Givry et Carte de la Loire, XVIIIe siècle. Détail sur le port de Givry. (archives nationales, CP F 14 100 66 Projet d'aligner la berge et le chemin de halage aux abords du pont sur la Loire à Givry (suite à une demande des mariniers), 15 août 1839. Détail. (direction départementale de l'équipement de la Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre
  • Port dit port de Cosne
    Port dit port de Cosne Cosne-Cours-sur-Loire - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'histoire du port de Cosne est étroitement liée aux Forges de La Chaussade fondées en 1735 par Pierre Babaud de La Chaussade (1706-1792) et rachetées par l'Etat en mars 1781. L'établissement est spécialisé dans la fabrication d'ancres et d'objets destinés à la Marine royale. L'activité décline à partir 4 août 1746 (signature illisible), il est précisé que la forge de Cosne « où se fabriquent les eaux de la Loire qui depuis quelques années ont enlevé plus de 150 toises de terrain du côté de la faubourg Saint-Agnan qui protège la forge (l'église Saint-Agnan est située immédiatement en amont des forges). On ne connaît pas la date exacte de la décision de faire construire un quai maçonné vis-à-vis de Cosne mais on sait que le roi a ordonné la construction d'un quai "quelques temps avant de faire l'acquisition des forges" (le 8 mars 1781). On sait également qu'en décembre 1776, le roi concède à la ville une butte artificielle de terre et pierres dite « tour Froide » et qu'en décembre 1781 les notables de la
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n (lithographe). (archives départementales de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20045800207NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf ). (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800349NUCA).
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont, le port de Cosne-Cours-sur-Loire est établi à la confluence de la rivière du Nohain et de la Loire. Le port est composé des éléments suivants, de l'amont Port de la Madeleine ou Port aux Ancres (en amont du pont, vis à vis des Forges) - une plateforme tard) située à l'emplacement de l'ancien port de la Pêcherie (en aval du pont).
    Auteur :
    [propriétaire] Babaud de La Chaussade, Pierre
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan des forges royales de Cosne et dépendances, 1785. Détail sur le port de la Madeleine Plan géométrique de l'état actuel de la grande route de Paris à Lyon traversant la ville de Cosne Plan de l'état actuel de la grande route traversant la ville de Cosne levé en 1787. Détail (quai , port de la Madeleine et place du port de la Pêcherie). (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers , non daté (probablement vers 1810). Détail sur le port aux Ancres ou de la Madeleine. (archives . Détail sur le port aux Ancres. (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). IVR24_20125800349NUCA départementales de la Nièvre). IVR24_20045800207NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
  • Port dit port de Mosnes
    Port dit port de Mosnes Mosnes - la Poterie - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    un plan de la Loire daté de 1812. La carte de Coumes (1848) et les deux cartes de la Loire du milieu
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base Diren : 37161-1 (perré de rive).
    Description :
    Etabli sur la rive gauche, le port de Mosnes comprenait deux cales abreuvoirs simples orientées vers l'aval reliées par des perrés au lieuditt "la Poterie". Aujourd'hui, seuls des vestiges de perrés
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    Mosnes - la Poterie - en écart
    Illustration :
    Plan de la Loire par l'ingénieur Cabaille, 2 mai 1812. Détail sur le port de Mosnes. (archives Carte de la Loire non datée (vers 1850). Détail. (archives départementales du Loir-et-Cher, 116 Fi Carte de la Loire, non datée (vers 1860) : détail du lieudit la Poterie à Mosnes. (archives
  • Port dit port de Passy
    Port dit port de Passy La Chapelle-Montlinard - Passy - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Au milieu du XVIIIe siècle (atlas de Trudaine), des épis déflecteurs protégeaient la rive gauche de la Loire vis à vis de Passy. Les berges étaient également renforcées à cet endroit mais il est difficile de préciser la nature de ces ouvrages (maçonnerie et/ou bois). La présence d'un lieu d'abordage à Passy est indiquée sur le plan de la Loire de 1824 (deux cales), sur le cadastre napoléonien de 1829 plan relatif à la défense de la levée de la Charité mentionne en 1847 deux cales vis à vis du village
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration Document imprimé, Ech. 1/20 000e, détail, 1852. Par Coumes (ingénieur). (site Internet de la DREAL
    Description :
    Située rive gauche, à environ deux kilomètres en amont du pont de La Charité, le port de Passy
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    La Chapelle-Montlinard - Passy - en écart
    Illustration :
    Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Planche 34 : Passy (la Chapelle-Montlinard) et la Charité. (bibliothèque nationale, Cartes et Plans : GeFF 17578 (res Redressement du lit de la Loire depuis le pont de la Charité jusqu'à la tête des ouvrages de Passy Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le village de Passy. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre la cale aval. (archives nationales, F 14 6549). IVR24_20121800765NUCA la cale amont. (archives nationales, F 14 6549). IVR24_20121800766NUCA Défense de la levée de la Charité sur 1575 mètres. Plan dressé par l'ingénieur ordinaire Ducros le Carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes, édition de 1852 : détail sur Passy-les-Patouillas . (site Internet de la DREAL Centre). IVR24_20121800716NUCA
  • Port dit port de l'Orme
    Port dit port de l'Orme Argenvières - le Gué-au-Roi - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    également la présence d'une triple rampe permettant la descente depuis la levée vers le village d'Argenvières. Au milieu du XIXe siècle, la cale ne propose plus un accès direct au fleuve en raison des ensablements accumulés le long de la levée. Actuellement, environ 700 mètres séparent l'emplacement de la cale d'un barrage en tête de l'île de La Marche, projeté en 1845, non signalé sur la carte de Coumes de 1852
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n (ingénieur) ; Zeiller (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800727NUCA).
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Carte de la Loire dressée par Auguste Grenier en 1851 sous la direction de Seiller ingénieur en Projet de reconstruire une rampe supprimée après la crue de 1856 (à gauche) et mention d'une cale Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare dressé le 19 avril 1859 par l'ingénieur ordinaire Biard. Mention d'un barrage en tête de l'île de La Marche (Nièvre . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
  • Port dit port du Haut Chantier
    Port dit port du Haut Chantier Limeray - le Haut Chantier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Au milieu du XVIIIe siècle, des travaux (consolidation de la levée, maçonneries de perrés) sont . En 1782, un document listant les ouvrages à faire sur la Loire cite une "rampe de Lamproye" et une ouvrages apparaissent durant les décennies suivantes puisque la carte de l'ingénieur Coumes (1848) et les deux cartes de la Loire du milieu du XIXe siècle mentionnent cinq cales à cet endroit : une au lieudit "la Lamproie", deux en face du "Haut Chantier", une à "la Pillaudière" et une à "la Rivière". La port a probablement pris de l'importance suite à l'ouverture de la ligne de chemin de fer Tours
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Pas d'ouvrage repéré par la Diren sur la commune de Limeray.
    Description :
    Sur la rive droite, le port du Haut Chantier comprenait cinq cales abreuvoirs simples orientées vers l'aval qui permettaient de descendre directement de la levée au fleuve. Ces ouvrages sont
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Carte des levées de la Loire de Bois au bec de Cisse, non daté (milieu XVIIIe siècle). Détail sur Plan d'une partie de la levée de la Loire au-dessous de Veuves, non daté (XVIIIe siècle). Détail sur la rampe de la Lamproie à Limeray. Mention du relais de Poste du Haut Chantier. (archives Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en 1858 Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (service spécial de la Loire), non daté Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur la cale de la Lamproie. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). IVR24_20113701787NUCA Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur une Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur une Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur la
  • Port dit port de Négron
    Port dit port de Négron Nazelles-Négron - Négron - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un texte indiquant les ouvrages à réaliser sur la Loire en 1782 entre Amboise et Tours mentionne "Négron" et à la "Collinetterie". Entre ces deux cales figure une rampe descendant de la levée jusqu'à un banc de sable : il est possible que cette rampe constituait aussi à l'origine un abordage direct à la Loire. La dénomination "port de Négron" apparaît dans des listes de ports de Loire datées de 1857 et
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Pas d'ouvrage repéré par la Diren sur la commune de Nazelles-Négron.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en Situation du lit de la Loire entre Amboise et Montlouis, plan par le conducteur Harmani, 1852 Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur le lieudit la Collinetterie avec mention d'une cale. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur le lieudit Négron avec mention d'une rampe descendant de la levée vers un banc de sable (côté fleuve Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur le
  • Port dit port de Combleux
    Port dit port de Combleux Combleux - la Patache - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    siècle. En 1831, un règlement de "police de la Loire à l'embouchure du canal d'Orléans" stipule que le , d'ardoises, de fumiers de telle sorte que le passage est pratiquement impossible pendant la majeure partie de partie des bateaux vides dans le lit de la rivière de la Bionne toute proche. Malgré cette décision, le du port de Combleux et de l'île de la Bionne oblige à faire le transbordement des marchandises en Combleux est payé par l'Etat et le port lui-même est la propriété de l'Etat. En 1863, une grande quantité plans anciens : la première figure pour la première fois sur le cadastre napoléonien de 1833 et était située immédiatement en amont de la gare de la Bionne. Elle a probablement été supprimée au moment des travaux relatifs au prolongement du canal entre Combleux et Orléans au début du XXe siècle. La seconde , mentionnée à partir de 1844, était placée sur la berge sud de l'île de Combleux, un peu en amont de l'embouchure de la Bionne. Cet ouvrage existe peut-être encore car l'île a été rattachée à la rive du fleuve et
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port d'entrée de canal : port aménagé à la jonction du fleuve et d'un canal. Le passage de l'un à
    Localisation :
    Combleux - la Patache - en village
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire par l'ingénieur en chef du Loiret Navarre, 1834. Embouchure du canal Embouchure du canal d'Orléans et la Loire. Vue prise vers l'aval. IVR24_20114500452NUCA
  • Port dit le port de Montlouis
    Port dit le port de Montlouis Vernou-sur-Brenne - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le "Port de Montlouis" dépend de la commune de Montlouis-sur-Loire jusqu'en 1817, date à laquelle il passe sur le territoire de la commune de Vernou-sur-Brenne. Ce port est cité sur les listes des ports de Loire de 1857 (sous le nom de port de la Frillière) et de 1862. En 1845, le maire et les et de débarquement sur la commune. Ils estiment que l'extension considérable du commerce des vins les années précédentes ainsi que l'établissement d'une grande fabrique sur la commune rendent ce besoin urgent. Il pensent que l'endroit le plus adapté à ce port serait le lieudit "le Port de Montlouis". La moellons nécessaires aux travaux doivent être prélevés dans la carrière de Vernou. Les travaux ne semblent pas être réalisés. La carte de Coumes (1848) et les différents plans de la Loire du milieu du XIXe , l'appellation "Port de Montlouis" a disparu de la carte IGN et aucun ouvrage n'a été repéré sur le terrain.
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, 87 x 22, Ech. de 300 toises, XVIIIe siècle, détail de la 15e feuille
    Description :
    Le Port de Montlouis était situé sur la rive droite, un peu en amont du lieudit actuel de la
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Carte de la Loire depuis les levées de Bois jusqu'au Bec de Cisse, non daté (XVIIIe siècle), Détail Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848), complétée en 1858 par l'ingénieur Collin, détail Situation du lit de la Loire entre Amboise et Montlouis, 1852, par le conducteur Harmani. Détail Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial Loire), milieu XIXe siècle Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), milieu XIXe
  • Port dit port de Saint-Germain
    Port dit port de Saint-Germain Sully-sur-Loire - quai des Mariniers chemin de la Levée - en agglomération
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Sully-sur-Loire - quai des Mariniers chemin de la Levée - en agglomération
    Illustration :
    Marques de crues (1856 et 1866) sur le mur sud de la nef de l'église Saint-Germain à Sully
  • Port dit port Saint-Loup
    Port dit port Saint-Loup Saint-Jean-de-Braye - Saint-Loup - en agglomération
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un port est mentionné à Saint-Loup sur le cadastre napoléonien de 1834. Etabli directement sur la
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Saint-Loup est établi sur la rive droite de la Loire. Il comprend une cale abreuvoir simple construite sur la digue séparant le fleuve du canal.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Plan d'une partie de la Loire depuis le Fort Alleaume jusqu'au delà de Saint-Loup comprenant le Atlas de la Loire comprenant le cours du fleuve depuis la mer jusqu'au canal d'Orléans à Combleux
  • Port dit port de Bondifer
    Port dit port de Bondifer Bou - le Port Bondifer - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    portuaire au début du XIXe siècle. A cette période, les eaux de la Loire se sont en effet déplacées vers le
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Bondifer est situé rive droite le long de la levée de Bou, au sud-ouest du bourg.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail. (école nationale des Ponts-et Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret, 11 février 1834, par l'ingénieur Navarre
  • Port dit port de Saint-Benoît
    Port dit port de Saint-Benoît Saint-Benoît-sur-Loire - le Port - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    On trouve mention "du port et passage sur la rivière de Loire au détroit de Saint-Benoît" en 1609 . Le port figure également sur une carte de la Loire levée en 1727-1730, sur la carte de Cassini Saint-Benoît est l'héritier probable du port antique qui desservait la villa Floriacus toute proche sans suite et daté de 1901, propose la construction d'une grande cale destinée à l'abordage du bac (en amont de la cale actuelle et en aval d'une petite cale aujourd'hui disparue).
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    d'abordage du bac pendant les basses eaux. Elle était située en amont de la cale actuelle et a, semble-t-il , disparu. Elle était déjà en mauvais état en 1851 et figure sur la carte de l'ingénieur Collin datée de
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Carte de la Loire, rive droite, XVIIIe siècle, détail sur le port de Saint-Benoît. (archives Plan du cours de la Loire par l'ingénieur en chef Navarre, 1834, détail. (archives nationales, site l'ingénieur en chef Mille. La petite rampe de gauche a disparu aujourd'hui. (direction départementale de En aval de la cale abreuvoir simple, escalier et échelle de crue. Vue prise vers l'aval Escalier en pierre situé en amont de la cale abreuvoir simple. IVR24_20094500733NUCA
  • Port dit port d'Ecures
    Port dit port d'Ecures Onzain - Ecures - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    jusqu'en 1858, date de la construction d'un pont suspendu. En 1816, le bac d'Ecures bénéficie d'un bateau partir de la fin des années 1840 et jusqu'à la construction du pont suspendu (1858). En 1849, les marchandises embarquées au port d'Ecures sont le fer, le vin, le bois, et les écorces. Une carte de la Loire aujourd'hui n'est pas mentionné. Le cadastre napoléonien de 1819 ne représente aucune cale sur la commune d'Onzain. Il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour voir figurer sur des plans la cale du bac située au bout de la route reliant Ecures au bourg ainsi que deux autres cales abreuvoirs simples, une en amont et une en aval. On sait qu'en 1849 celle d'amont est plus large que la cale du bac et qu'elle est praticable par les voitures. La grande crue de 1856 ouvre une brèche dans la levée à Ecures. On peut
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans l'étendue du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812 par l'ingénieur Plan de la Loire entre Candé-sur-Beuvron et la limite Indre-et-Loire/Loir-et-Cher, début du XIXe Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail sur Ecures. (archives départementales du Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin Carte de la Loire dans la traversée du département du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail