Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port refuge de la Vrille
    Port dit port refuge de la Vrille Neuvy-sur-Loire - le Port - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Dans son projet de port à Neuvy rédigé le 14 mai 1784, l'ingénieur Normand rapporte que la rivière de la Vrille offre une gare sûre pour les bateaux. Il propose en outre de stabiliser son embouchure au moyen de pieux. La même année, l'ingénieur Bouchet estime également que la Vrille est une gare escellente lors des grandes inondations ou de la débâcle des glaces. En 1813, des dégradations causées par les crues sont signalées sur environ 200 mètres de la levée de la rivière de la Vrille. L'utilisation de la rivière comme gare est confirmée à cette date. On projette d'élargir le lit de la Vrille en 1000 m x 20 m "qui formerait un port sur les deux rives de la Vrille". Le revêtement de perrés des berges de l'embouchure de la rivière pourraient dater de cette période mais les archives ne précisent pas si des travaux sont alors réellement réalisés. La rivière est encore utilisée comme gare refuge en 1839 (on déplore son manque de superficie) et en 1852 (mention sur la carte de Coumes). La réalisation
    Hydrographies :
    la) ; Vrille Loire
    Observation :
    Non repéré par la DIREN.
    Référence documentaire :
    départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800204NUCA). l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800215NUCA). Encre et aquarelle sur calque, Ech. 0,0005 m pm, 1881. Par Harel de la Noé (ingénieur). (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800216NUCA).
    Description :
    Le port refuge de la Vrille est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Vrille, en face de la Centrale électrique de Belleville-sur-Loire. Nous n'avons aucune information relative à la
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Vrille
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1852) avec ajouts de 1911. Mention de la gare de Neuvy. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). IVR24_20125800204NUCA Plan du port de Neuvy et de la rivière de la Vrille, 31 mai 1881, ingénieur ordinaire Harel de la Noé. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800216NUCA Le port de Neuvy et la rivière de la Vrille, 9 août 1895, ingénieur ordinaire Sigault. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800215NUCA L'entrée de l'ancienne gare d'eau de la Vrille (embouchure de la rivière de la Vrille). A droite l'extrémité du port de Neuvy. En arrière plan, la Loire. IVR24_20125800604NUCA
  • Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe) La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'île de La Charité, et particulièrement sa partie amont, a toujours été sujette aux assauts endroit. Un plan de la fin du XVIIIe siècle (vers 1787) apporte quelques précisions à ce sujet en figurant des berges maçonnées (perrés) sur quasiment tout le pourtour de l'île (excepté la rive située en aval du pont côté bras gauche du fleuve). Durant la débâcle de janvier 1789, l'éperon construit en pierre de taille à la pointe de l'île et qui partage les eaux des deux bras de la Loire est fortement (3,25 m). Il est urgent de le faire réparer pour éviter que l'île ne soit emportée. La partie amont de l'île de La Charité bénéficiait de plusieurs sites d'embarquement et de débarquement de marchandises marchandises destinés à la navigation" (côté bras droit du fleuve). Il mentionne également une cale abreuvoir de ces sites correspond à ce que les documents anciens dénomment "port de la tête de l'Ours" même si l'activité paraît se concentrer du côté du bras droit du fleuve, en face de la ville. En l'an 13 (1805), un
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800507NUCA). départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800516NUCA). Encre sur papier, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 O 26). (cf la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA).
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Description :
    Situé sur l'île de La Charité, en amont des ponts, le port de la tête de l'Ours est relié par sa pointe (éperon) à la chevrette de La Charité. Malgré la présence attestée au milieu du XIXe siècle de . Il s'agit d'un ouvrage complètement recouvert par la végétation situé en amont du pont, côté bras droit du fleuve (ouvrage non repéré par la Diren). Quelques organeaux restent également visibles.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Illustration :
    Plan du port de la tête de l'Ours, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur La Charité. (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800516NUCA Plan de l'île de La Charité dressé par l'ingénieur de l'arrondissement de Sancerre Ducros, 8 Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. Détail sur l'île : port aux marchandises destinées à la navigation. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800507NUCA Plan de l'île de La Charité, 6 avril 1868, détail. Mention de trois cales abreuvoirs simples et du
  • Port dit port de Cosne
    Port dit port de Cosne Cosne-Cours-sur-Loire - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'histoire du port de Cosne est étroitement liée aux Forges de La Chaussade fondées en 1735 par Pierre Babaud de La Chaussade (1706-1792) et rachetées par l'Etat en mars 1781. L'établissement est spécialisé dans la fabrication d'ancres et d'objets destinés à la Marine royale. L'activité décline à partir 4 août 1746 (signature illisible), il est précisé que la forge de Cosne « où se fabriquent les eaux de la Loire qui depuis quelques années ont enlevé plus de 150 toises de terrain du côté de la faubourg Saint-Agnan qui protège la forge (l'église Saint-Agnan est située immédiatement en amont des forges). On ne connaît pas la date exacte de la décision de faire construire un quai maçonné vis-à-vis de Cosne mais on sait que le roi a ordonné la construction d'un quai "quelques temps avant de faire l'acquisition des forges" (le 8 mars 1781). On sait également qu'en décembre 1776, le roi concède à la ville une butte artificielle de terre et pierres dite « tour Froide » et qu'en décembre 1781 les notables de la
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n (lithographe). (archives départementales de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20045800207NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf ). (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800349NUCA).
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont, le port de Cosne-Cours-sur-Loire est établi à la confluence de la rivière du Nohain et de la Loire. Le port est composé des éléments suivants, de l'amont Port de la Madeleine ou Port aux Ancres (en amont du pont, vis à vis des Forges) - une plateforme tard) située à l'emplacement de l'ancien port de la Pêcherie (en aval du pont).
    Auteur :
    [propriétaire] Babaud de La Chaussade, Pierre
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan des forges royales de Cosne et dépendances, 1785. Détail sur le port de la Madeleine Plan géométrique de l'état actuel de la grande route de Paris à Lyon traversant la ville de Cosne Plan de l'état actuel de la grande route traversant la ville de Cosne levé en 1787. Détail (quai , port de la Madeleine et place du port de la Pêcherie). (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers , non daté (probablement vers 1810). Détail sur le port aux Ancres ou de la Madeleine. (archives . Détail sur le port aux Ancres. (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). IVR24_20125800349NUCA départementales de la Nièvre). IVR24_20045800207NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
1