Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 74 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison de notable (Doyenné)
    Maison de notable (Doyenné) La Riche - 17 rue du Doyenné - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    La maison a été construite au début ou au milieu du 19e siècle. Une partie du terrain a été
    Description :
    La façade principale de la maison fait face à un parc arboré. Une partie du terrain a été aliéné.
    Localisation :
    La Riche - 17 rue du Doyenné - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
  • Vallée : moulin dit de La Vallée
    Vallée : moulin dit de La Vallée Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1811 F 23 à 25 1990 F 243
    Historique :
    Le moulin de La Vallée est attesté au troisième quart du 18e siècle, sur la carte de Cassini à vis du moulin et du logement semblent dater de la première moitié du 19e siècle. Au début du 20e mètre de long, étaient livrés aux cafés et aux poissonniers de la région. Le moulin a été restauré dans les années 1990. La turbine, mise en place à cette occasion, ne fonctionne pas.
    Hydrographies :
    la Cloche
    Observation :
    Les moulins de Beaudolet et de la Vallée, similaires architecturalement (trois ou quatre niveaux la rivière de la Cloche, matrices cadastrales), constituent un ensemble patrimonial important à
    Référence documentaire :
    Reproduction d'une photographie : vue aérienne du moulin de la Vallée, vers 1980. (Collection Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du moulin de la Vallée. 1860. (Archives Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du hameau de la Vallée. 1860. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plans Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 289. Moulin de la Vallée : devis et plans. 1857-1892.
    Description :
    Le moulin de La Vallée se situe à l'est du hameau éponyme, au bord de la rivière de la Cloche des appuis en saillie. La partie la plus au sud, qui s'avance dans la rivière, reçoit une partie importante du mécanisme, dont la roue. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit plein ; les encadrements des baies, la corniche moulurée et les chaînages d'angle (à l'exception de la partie inférieure au sud de l'édifice, au niveau de la roue, en pierre de taille de grès ferrugineux dit "roussard") sont
    Localisation :
    Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1811 F 23 à 25 1990 F 243
    Titre courant :
    Vallée : moulin dit de La Vallée
    Appellations :
    moulin de la Vallée
    Illustration :
    Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du hameau de la Vallée, 1860. (AD, Eure-et-Loir, 7 Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du moulin de la Vallée, 1860. (AD, Eure-et-Loir, 7 Vue d'ensemble du moulin et de la rivière de la Cloche depuis l'ouest. IVR24_20082800210NUCA Vue de trois-quarts de la façade est et du mur-pignon sud. IVR24_20082800213NUCA Vue de détail de la chambre à turbine. IVR24_20082800215NUCA Détail de la turbine, datant des années 1990. IVR24_20082800216NUCA
  • Port dit port de la Noiraye
    Port dit port de la Noiraye Amboise - la Noiraye - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de la Noiraye est mentionné comme tel sur deux listes des ports de Loire datées de 1857 et unique) à la Noiraye qu'il a fait construire à ses frais. Il réclame une indemnité à l'administration car l'ouvrage qui lui sert à l'embarquement de ses vins est devenu inaccessible depuis la construction des banquettes le long de la Loire. Un plan de 1850 montre en effet l'ouvrage en question ; celui-ci a dû être abandonné par la suite. On y voit également l'ouvrage actuel, un peu plus en amont.
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de la Noiraye est situé sur la rive gauche, en aval de la ville d'Amboise. Il comprend
    Typologies :
    port de pied de coteau : port aménagé côté val sur la pente du pied de coteau
    Localisation :
    Amboise - la Noiraye - en écart
    Titre courant :
    Port dit port de la Noiraye
    Illustration :
    Plan de réalignement de 1835, planche n° 15 : rive gauche la Noiraye. (archives municipales Extrait de la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1848, complétée par l'ingénieur Plan du site de la Noiraye (rive gauche), plan annexé au rapport de l'ingénieur Cormier du 18 août Plan de la Loire, rive gauche, la Noiraye, réalisé suite à la pétition du sieur Deslandes, 11 mars
  • Port dit port refuge de la Choisille
    Port dit port refuge de la Choisille Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1819, l'ingénieur en chef Cormier estime que la gare de la Choisille pourrait contenir 80 à 85 entrée. Deux ans plus tard, les travaux ne sont pas encore réalisés et la gare ne peut accueillir que 20 repris en 1831. Il s'agit de perfectionner et d'élargir la gare pour la rendre susceptible d'accueillir 367 mètres de long (depuis le pont de la Motte jusqu'à vis à vis du moulin des Roches) pourrait être élargi à 17 mètres (au niveau de l'étiage) et prolongé en remontant la rivière pour atteindre une encore le passage d'un petit bateau pour la communication. Cette gare est alors considérée comme l'une des meilleures et des plus sûres qui se trouvent sur la Loire entre Orléans et Nantes car elle est défendue des glaces par la levée nord du fleuve. On ne sait pas si les travaux d'amélioration sont toujours question que d'une gare naturelle à la Choisille.
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non recensé par la Diren.
    Description :
    Le port refuge dit gare de la Choisille est situé sur la rive droite, à l'embouchure de la rivière du même nom. Au XVIIIe siècle, le pont qui enjambait la rivière s'appelait "Pont de la Motte" d'où le nom actuel du lieudit. Actuellement c'est le pont enjambant la Loire qui porte ce nom.
    Localisation :
    Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Choisille
    Illustration :
    Plan de la gare à établir à l'embouchure de la Choisille dans la Loire, ingénieur Cormier, 15 Plan de l'embouchure de la Choisille et de la cale située un peu en amont, dressé par l'ingénieur Embouchure de la Choisille (actuellement sous le pont de la Motte). En arrière plan, le pont de L'embouchure de la Choisille (premier plan) et le pont de chemin de fer. Vue prise vers l'amont
  • Port dit port refuge de la Vrille
    Port dit port refuge de la Vrille Neuvy-sur-Loire - le Port - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Dans son projet de port à Neuvy rédigé le 14 mai 1784, l'ingénieur Normand rapporte que la rivière de la Vrille offre une gare sûre pour les bateaux. Il propose en outre de stabiliser son embouchure au moyen de pieux. La même année, l'ingénieur Bouchet estime également que la Vrille est une gare escellente lors des grandes inondations ou de la débâcle des glaces. En 1813, des dégradations causées par les crues sont signalées sur environ 200 mètres de la levée de la rivière de la Vrille. L'utilisation de la rivière comme gare est confirmée à cette date. On projette d'élargir le lit de la Vrille en 1000 m x 20 m "qui formerait un port sur les deux rives de la Vrille". Le revêtement de perrés des berges de l'embouchure de la rivière pourraient dater de cette période mais les archives ne précisent pas si des travaux sont alors réellement réalisés. La rivière est encore utilisée comme gare refuge en 1839 (on déplore son manque de superficie) et en 1852 (mention sur la carte de Coumes). La réalisation
    Hydrographies :
    la) ; Vrille Loire
    Observation :
    Non repéré par la DIREN.
    Référence documentaire :
    départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800204NUCA). l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800215NUCA). Encre et aquarelle sur calque, Ech. 0,0005 m pm, 1881. Par Harel de la Noé (ingénieur). (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800216NUCA).
    Description :
    Le port refuge de la Vrille est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Vrille, en face de la Centrale électrique de Belleville-sur-Loire. Nous n'avons aucune information relative à la
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Vrille
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1852) avec ajouts de 1911. Mention de la gare de Neuvy. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). IVR24_20125800204NUCA Plan du port de Neuvy et de la rivière de la Vrille, 31 mai 1881, ingénieur ordinaire Harel de la Noé. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800216NUCA Le port de Neuvy et la rivière de la Vrille, 9 août 1895, ingénieur ordinaire Sigault. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800215NUCA L'entrée de l'ancienne gare d'eau de la Vrille (embouchure de la rivière de la Vrille). A droite l'extrémité du port de Neuvy. En arrière plan, la Loire. IVR24_20125800604NUCA
  • Bourg : ferme à logements multiples (La Fuye)
    Bourg : ferme à logements multiples (La Fuye) Margon - La Fuye - en ville - Cadastre : 1811 D 26, 30, 31 1990 AA 112 à 117
    Historique :
    La "fuye" désigne un colombier, le terme fuga provient du latin et signifie "refuge destiné aux animaux". Sur la carte de Cassini, le lieu-dit "la Fuye" est associé à un pictogramme figurant un hameau peu de temps après. La reconstruction in situ commence vraisemblablement dès 1821 (date portée sur le
    Référence documentaire :
    Margon, La Fuye. Plan de localisation des parties constituantes de la ferme./Florent Maillard
    Description :
    Située au sud-ouest de la commune, non loin de la ville de Nogent-le-Rotrou et du Faubourg Saint -Martin, la ferme comprend deux bâtiments dissociés, organisés de manière perpendiculaire (en "L"), au boulins (deux fois quatre) est placé dans le comble de la grange-étable. Organisé en retour d'équerre à (deux fois quatre). Accolés au mur de clôture de la cour, au sud, subsistent un puits à l'état de
    Localisation :
    Margon - La Fuye - en ville - Cadastre : 1811 D 26, 30, 31 1990 AA 112 à 117
    Titre courant :
    Bourg : ferme à logements multiples (La Fuye)
    Dates :
    1821 porte la date daté par source
    Illustration :
    Plan de localisation des parties constituantes de la ferme (fond : plan cadastral de 1990, section Vue de détail de la clef portant la date 1821. IVR24_20082800104NUCA
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Noiraye)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Noiraye) Amboise - la Noiraye - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'ouvrage figure sur le plan de réalignement de 1835 et sur la carte de Coumes (1848). Le document
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Ouvrage non repéré par la Diren.
    Description :
    La cale est située sur la rive gauche, en aval de la ville. Elle est orientée vers l'aval.
    Localisation :
    Amboise - la Noiraye - en écart
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Noiraye)
    Illustration :
    Plan de réalignement de 1835, planche n° 15 : rive gauche la Noiraye. (archives municipales Extrait de la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1848, complétée par l'ingénieur Plan de la Loire, rive gauche, la Noiraye, réalisé suite à la pétition du sieur Deslandes, 11 mars
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Binette)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Binette) Bou - la Binette - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1851, la cale de la Binette sert de point d'abordage pour le bac reliant Bou à Sandillon et perreyée ni bloquée. On estime à cette date que la cale devrait être élargie à 5 mètres, prolongée jusqu'à
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45043-1.
    Description :
    La cale abreuvoir simple est orientée vers l'aval et mesure 35 mètres de long. Elle est aujourd'hui
    Localisation :
    Bou - la Binette - isolé
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de la Binette)
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port au Bois ou de la Saulaie)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port au Bois ou de la Saulaie) La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai de la Saulaie - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Une cale abreuvoir simple est mentionnée à cet emplacement à partir de la fin du XVIIIe siècle mais
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    N° de l'ouvrage dans la base Diren : n° 58059-5.
    Référence documentaire :
    départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA). départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800293NUCA).
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Description :
    Située sur lîle de La Charité, en aval du pont et côté du bras droit du fleuve, la cale abreuvoir présente sous la forme de deux bandes pavées de 1,30 m de largeur chacune, séparées par un espace de 1,30 m non pavé. En pied de cale, les derniers mètres sont pavés sur toute la largeur de l'ouvrage.
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai de la Saulaie - en ville
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple (port au Bois ou de la Saulaie)
    Illustration :
    Plan de la continuation de la levée d'Espagne vis à vis de la ville de la Charité, non daté (vers Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Extrait de la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1852 et complétée en 1911 . (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). IVR24_20125800293NUCA Plan de l'île de La Charité, 6 avril 1868, détail. Mention de trois cales abreuvoirs simples et du Port au Bois. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20125800292NUCA
  • Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe) La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'île de La Charité, et particulièrement sa partie amont, a toujours été sujette aux assauts endroit. Un plan de la fin du XVIIIe siècle (vers 1787) apporte quelques précisions à ce sujet en figurant des berges maçonnées (perrés) sur quasiment tout le pourtour de l'île (excepté la rive située en aval du pont côté bras gauche du fleuve). Durant la débâcle de janvier 1789, l'éperon construit en pierre de taille à la pointe de l'île et qui partage les eaux des deux bras de la Loire est fortement (3,25 m). Il est urgent de le faire réparer pour éviter que l'île ne soit emportée. La partie amont de l'île de La Charité bénéficiait de plusieurs sites d'embarquement et de débarquement de marchandises marchandises destinés à la navigation" (côté bras droit du fleuve). Il mentionne également une cale abreuvoir de ces sites correspond à ce que les documents anciens dénomment "port de la tête de l'Ours" même si l'activité paraît se concentrer du côté du bras droit du fleuve, en face de la ville. En l'an 13 (1805), un
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800507NUCA). départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800516NUCA). Encre sur papier, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 O 26). (cf la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA).
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Description :
    Situé sur l'île de La Charité, en amont des ponts, le port de la tête de l'Ours est relié par sa pointe (éperon) à la chevrette de La Charité. Malgré la présence attestée au milieu du XIXe siècle de . Il s'agit d'un ouvrage complètement recouvert par la végétation situé en amont du pont, côté bras droit du fleuve (ouvrage non repéré par la Diren). Quelques organeaux restent également visibles.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Illustration :
    Plan du port de la tête de l'Ours, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur La Charité. (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800516NUCA Plan de l'île de La Charité dressé par l'ingénieur de l'arrondissement de Sancerre Ducros, 8 Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. Détail sur l'île : port aux marchandises destinées à la navigation. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800507NUCA Plan de l'île de La Charité, 6 avril 1868, détail. Mention de trois cales abreuvoirs simples et du
  • Cale dite cale abreuvoir simple 1 du Pont de la Motte
    Cale dite cale abreuvoir simple 1 du Pont de la Motte Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'ouvrage figure pour la première fois sur la carte de Coumes datée de 1848.
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base Diren : 37214-1.
    Description :
    Située sur la rive droite, en amont de l'embouchure de la Choisille, la cale est orientée vers aval
    Localisation :
    Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple 1 du Pont de la Motte
    Illustration :
    Carte des levées de Tours à Langeais, XVIIIe siècle, détail sur le Pont de la Motte et l'embouchure de la Choisille. (archives départementales d'Indre-et-Loire, C 277). IVR24_20063700015NUCA Extrait de la carte de Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. Détail sur Saint-Cyr Plan de l'embouchure de la Choisille et de la cale située un peu en amont, dressé par l'ingénieur
  • Cale dite cale abreuvoir simple 2 du Pont de la Motte
    Cale dite cale abreuvoir simple 2 du Pont de la Motte Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La cale est coupée sur sa partie basse par la culée du pont de chemin de fer de la ligne Tours / Le
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base Diren : 37214-2.
    Description :
    Située sur la rive droite, en amont de l'embouchure de la Choisille, la cale est orientée vers par la culée du pont de chemin de fer.
    Localisation :
    Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple 2 du Pont de la Motte
  • Cale dite cale abreuvoir simple de la rue du 501e régiment de chars de combat
    Cale dite cale abreuvoir simple de la rue du 501e régiment de chars de combat Tours - avenue Proudhon - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La cale figure sur le cadastre napoléonien (1833) et a probablement été construite au début du XIXe eaux de la Loire en aval de l'île Simon, du côté de Saint-Cyr (rive droite). Selon le conseil municipal , ces travaux compromettent la salubrité de l'abattoir (rive gauche). Ces travaux pénalisaient également l'accès à la cale qui nous intéresse puisqu'ils impliquaient une baisse du niveau d'eau du fleuve du côté de la rive gauche. Au XIXe siècle, la cale dessert le quartier du Champ de Mars, de l'Abattoir et de la caserne de Cavalerie.
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Ouvrage non recensé par la Diren.
    Référence documentaire :
    Encre et lavis sur papier, 65 x 97 cm, Ech. 1/1000e, 1867. (archives de la direction des travaux du
    Description :
    Située rive gauche, la cale abreuvoir simple est établie au niveau de la rue du 501e régiment de
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple de la rue du 501e régiment de chars de combat
    Illustration :
    Carte de la ville de Tours et de ses environs dressée sur les matériaux du cadastre par Gayard Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial Loire), années 1840. Détail Basire, détail sur la cale située au niveau de la caserne de cavalerie. (archives départementales d'Indre septembre 1867, sous la direction de W. de Romilly. Mention d'une cale abreuvoir simple vis à vis du
  • Chapelle Saint-Jacques dite de l'aumône ou de la Maison-Dieu, église paroissiale Notre-Dame
    Chapelle Saint-Jacques dite de l'aumône ou de la Maison-Dieu, église paroissiale Notre-Dame Nogent-le-Rotrou - rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 103
    Historique :
    La fondation de l’Hôtel-Dieu entre 1182 et 1190, la mention de sa chapelle dans les textes en 1200 le champ chronologique des travaux au début du 13e siècle. La datation par dendrochronologie des bois de la charpente du vaisseau central de la nef (1211 et 1218d) amène à dissocier chronologiquement chœur et nef. Le premier est à rapprocher de la chapelle mentionnée en 1200, tandis que la seconde possible de préciser si la nef était dotée de bas-côtés dès l'origine. L'érection de la chapelle en église paroissiale en 1802 entraine une réfection globale de l'édifice. La fabrique de Notre-Dame fait l'acquisition d'élévation. Les travaux reprennent en 1838, avec la construction des voûtes en plâtre de la nef qui masquent
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série B : 2502. Procès pour la succession de Jean Girard. 1575. AM Nogent-Le-Rotrou. Confrérie de la charité. Série E : articles 41 à 47. Registre des (réédition de plusieurs articles de la fin du 19e siècle). SUREAU, Séverine. Les établissement hospitaliers de Nogent-le-Rotrou : La maladrerie Saint-Lazare
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L’église est dotée d’une structure basilicale sans transept et à chevet plat. La nef est composée
    Titre courant :
    Chapelle Saint-Jacques dite de l'aumône ou de la Maison-Dieu, église paroissiale Notre-Dame
    Appellations :
    chapelle Saint-Jacques de la Maison-Dieu
    Texte libre :
    Historique La chapelle Saint-Jacques L’Hôtel-Dieu de Nogent-le-Rotrou est fondé entre 1182 et 1190 par Rotrou IV (1144-1191), comte du Perche et seigneur de Nogent-Le-Rotrou. La chapelle de l’hôtel -Dieu est mentionnée pour la première fois en 1200 (terminus ante quem) dans une charte du cartulaire du concurrence, la chapelle est admise par les moines de Saint-Denis dès lors qu’elle ne possède qu’un autel et une seule cloche dont le clocher ne doit dépasser que de peu la hauteur du toit. S’il n’existe aujourd’hui aucune trace de l’ancien clocher de la chapelle, il figure sur la vue de Villebon représentant fondé la même année :"il fut décidé alors que l'on prendrait le bas-côté, à droite en entrant, de la chapelle ayant son entrée principale sur la rue Dorée [sur l'origine de laquelle il n'y a pas non plus de mention datant de 1744 fait état de l'acquisition de "l'aile gauche de la chapelle Saint-Jacques [qui] est siècle. L'église Notre-Dame L'érection de la chapelle en église paroissiale en 1802 entraîne une
    Illustration :
    Détail de la vue de Villebon (17e siècle). IVR24_20152800166NUCA Détail de la clef de voûte de la première travée du choeur. IVR24_20132800103NUC4A Détail de la clef de voûte de la seconde travée du choeur. IVR24_20132800104NUC4A
  • Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)
    Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien) Gien - quai Joffre - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jousselin n'est pas satisfait du projet et demande à l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle dégradation dans laquelle se trouve la rive droite de la Loire à Gien et la difficulté d'obtenir une
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45155-10.
    Description :
    par des perrés de rive. Les cales sont situées de chaque côté du pont et en face de la rue Jeanne d'Arc (anciennement rue des Saintes Claires). La cale abreuvoir simple située en amont du pont mesure 6 de la Rupelle préconisait à cet endroit une rampe d'abordage de 6 m de large et de 45 m de long avec une pente de 1/9e. La pente prévue pour les deux cales jouxtant le pont était moins douce que celle de la cale située en face de la rue Jeanne d'arc (1/10e) car on considérait que ces deux cales seraient
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet de la Rupelle
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise de la rive opposée 1. IVR24_20064500865NUCA Vue d'ensemble prise de la rive opposée 2. IVR24_20064500709NUCA Vue d'ensemble de la rive opposée 3. IVR24_20064500708NUCA Vue d'ensemble prise de la rive opposée 4. IVR24_20064500866NUCA Le quartier d'arête de la cale abreuvoir (à droite) et la première arche du pont Carte postale ancienne, la cale au début du 20e siècle. (bibliothèque municipale de Tours Le quai de la République (actuellement quai Joffre), carte postale ancienne. (archives Carte postale ancienne, vue d'ensemble prise de la rive opposée. (bibliothèque municipale de Tours
  • Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)
    Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien) Gien - quai Lenoir - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jousselin n'est pas satisfait du projet et demande à l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle dégradation dans laquelle se trouve la rive droite de la Loire à Gien et la difficulté d'obtenir une
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45155-11.
    Description :
    par des perrés de rive. Les cales sont situées de chaque côté du pont et en face de la rue Jeanne d'Arc (anciennement rue des Saintes Claires). La cale abreuvoir simple située en aval du pont mesure 5 . Perrés haut et bas verticaux. Le projet de quai proposé en 1823 par l'ingénieur Bouchet de la Rupelle préconisait à cet endroit une rampe d'abordage de 6 m de large et de 45 m de long avec une pente de 1/9e. La pente prévue pour les deux cales jouxtant le pont était moins douce que celle de la cale située en face de la rue Jeanne d'arc (1/10e) car on considérait que ces deux cales seraient surtout fréquentées par
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet de la Rupelle
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise de la rive opposée. IVR24_20064500716NUCA Détail de la copie du plan envoyé par l'ingénieur de Régemortes à l'ingénieur en chef des Ponts-et -Chaussées de la généralité d'Orléans, 18 septembre 1773. (archives départementales du Loiret, C 336 Plan de la cale, 31 octobre 1850. (archives départementales du Loiret, Liasse 46881
  • Quai dit quai de Gien
    Quai dit quai de Gien Gien - quai Lestrade quai Lenoir quai Joffre - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    ) concerne la construction d'un quai à Gien sur la rive droite. Il s'agissait de réaliser une levée qui devait servir à la fois de grande route et d'ouvrage de défense contre les inondations du bas de la ville . Un plan des terrains est levé en 1772 mais la quantité des maisons à dédommager empêche la poursuite du projet. Durant la décennie suivante, il est défendu de bâtir à cet endroit et même d'y consolider . A cette époque, la Loire bat le pied des maisons installées en bord de Loire et les fortifications d'ouvrir une voie routière suffisamment large pour la traversée de la ville (routes n° 160 et n° 172 raccordement avec la route, hauteur de quai réglée à 4,70 m au-dessus de l'étiage). L'ingénieur en chef Jousselin n'est pas satisfait du projet de Guiol (la largeur des quais est insuffisante notamment) et demande à l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle qu'il renouvelle l'étude. Ce dernier remet en mars 1823 un devis dans lequel il décrit l'état de dégradation dans laquelle se trouve la rive
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    reconstruite en 1848 avec un changement d'orientation pour le service du port de la faïencerie. Depuis cette date, cette cale fonctionne avec le port de la Faïencerie et a donc été rattachée à ce dossier perrés de rive. Les cales sont situées de chaque côté du pont et en face de la rue Jeanne d'Arc reconstructions. Les réhaussements successifs de la voirie ont engendré des situations étranges, notamment les
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet de la Rupelle
    Illustration :
    lavoir vers 1900 (la culée du pont n'était pas aussi longue). IVR24_20064500881NUCA Vue d'ensemble du quai en amont du pont (vue prise de la rive opposée) 1. IVR24_20064500666NUCA Vue d'ensemble du quai en amont du pont (vue prise de la rive opposée) 2. IVR24_20064500860NUCA Le quai en amont du pont (quai Joffre), vue prise de la rive opposée. IVR24_20064500910NUCA Projet de quai de la ville de Gien, 8 septembre 1823. (archives départementales du Loiret, 2 S 50 Détail de la copie du plan envoyé par l'ingénieur de Régemortes à l'ingénieur en chef des Ponts-et -Chaussées de la généralité d'Orléans, 18 septembre 1773. (archives départementales du Loiret, C 336 Détail de la copie du plan envoyé par l'ingénieur de Régemortes à l'ingénieur en chef des Ponts-et -Chaussées de la généralité d'Orléans, 18 septembre 1773. (archives départementales du Loiret, C 336 Plan du cours de la Loire, 2ème quart du XIXe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/1
  • Cale dite cale abreuvoir simple
    Cale dite cale abreuvoir simple La Marche - le Bourg - rue de la Loire - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La cale est mentionnée sur le "plan d'alignement du quai de La Marche" de 1845 et sur la carte de la Loire dressée par Auguste Grenier en 1851.
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    N° de l'ouvrage dans la base Diren : n° 58155-1.
    Référence documentaire :
    de la Nièvre, S 10993). (cf. illustration n° IVR24_20125800505NUCA). ) ; Grenier, Auguste (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800236NUCA).
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Description :
    Située rive droite, près de l'église, la cale abreuvoir simple est orientée vers l'aval et mesure 3
    Localisation :
    La Marche - le Bourg - rue de la Loire - en village
    Illustration :
    départementales de la Nièvre, S 10993). IVR24_20125800505NUCA Carte de la Loire dressée sous la direction de Zeiller ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées par Auguste Grenier, ingénieur civil, 1851. Mention d'une cale près de l'église de La Marche
  • Port dit port de Cosne
    Port dit port de Cosne Cosne-Cours-sur-Loire - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'histoire du port de Cosne est étroitement liée aux Forges de La Chaussade fondées en 1735 par Pierre Babaud de La Chaussade (1706-1792) et rachetées par l'Etat en mars 1781. L'établissement est spécialisé dans la fabrication d'ancres et d'objets destinés à la Marine royale. L'activité décline à partir 4 août 1746 (signature illisible), il est précisé que la forge de Cosne « où se fabriquent les eaux de la Loire qui depuis quelques années ont enlevé plus de 150 toises de terrain du côté de la faubourg Saint-Agnan qui protège la forge (l'église Saint-Agnan est située immédiatement en amont des forges). On ne connaît pas la date exacte de la décision de faire construire un quai maçonné vis-à-vis de Cosne mais on sait que le roi a ordonné la construction d'un quai "quelques temps avant de faire l'acquisition des forges" (le 8 mars 1781). On sait également qu'en décembre 1776, le roi concède à la ville une butte artificielle de terre et pierres dite « tour Froide » et qu'en décembre 1781 les notables de la
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n (lithographe). (archives départementales de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20045800207NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf ). (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800349NUCA).
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont, le port de Cosne-Cours-sur-Loire est établi à la confluence de la rivière du Nohain et de la Loire. Le port est composé des éléments suivants, de l'amont Port de la Madeleine ou Port aux Ancres (en amont du pont, vis à vis des Forges) - une plateforme tard) située à l'emplacement de l'ancien port de la Pêcherie (en aval du pont).
    Auteur :
    [propriétaire] Babaud de La Chaussade, Pierre
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan des forges royales de Cosne et dépendances, 1785. Détail sur le port de la Madeleine Plan géométrique de l'état actuel de la grande route de Paris à Lyon traversant la ville de Cosne Plan de l'état actuel de la grande route traversant la ville de Cosne levé en 1787. Détail (quai , port de la Madeleine et place du port de la Pêcherie). (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers , non daté (probablement vers 1810). Détail sur le port aux Ancres ou de la Madeleine. (archives . Détail sur le port aux Ancres. (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). IVR24_20125800349NUCA départementales de la Nièvre). IVR24_20045800207NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
  • Port dit port du Poids de Fer
    Port dit port du Poids de Fer Jouet-sur-l'Aubois - le Poids de Fer - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port du Poids de Fer est mentionné durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (1745, 1790) et passage. Comme son nom l'indique, l'activité de ce port est étroitement liée à la métallurgie (minerai de semble que l'endroit était également réputé pour la construction de certains bateaux, notamment des que le port du Poids de Fer sert de lieu d'embarquement aux produits importants des usines de la vallée de l'Aubois. Il précise que le nombre et le chargement de voitures qui parcourent journellement la levée ont rendu indispensable la construction d'un pavé en blocage en pierre de Fourchambault. Ce pavé et de le prolonger de 360 mètres vers l'amont. Ce prolongement correspondent, d'après lui, à la soulève plusieurs questions. La longueur de 1560 m ou 1920 m ne peut correspondre à celle du port du Poids de Fer. S'agit-il de la levée située en amont du port ? Des ports d'Aubigny, de Conscience et du part les deux premières cales, ces ouvrages sont également représentés sur la carte de la Loire dressée
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, entre la Loire et le canal latéral à la Loire, le port du Poids de Fer était
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le Poix de Fer. (école Plan d'une partie du port du Poids de Fer dressé en 1771 suite à la réclamation d'indemnités de la Plan d'alignement du Poids de Fer, 15 mai 1845, ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. Détail sur la Plan d'alignement du Poids de Fer, 15 mai 1845, ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. Détail sur la cale située la plus en aval. (archives nationales, F 14 6550). IVR24_20121800764NUCA Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller
1 2 3 4 Suivant