Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 33 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit le port de Montlouis
    Port dit le port de Montlouis Vernou-sur-Brenne - isolé
    Historique :
    Le "Port de Montlouis" dépend de la commune de Montlouis-sur-Loire jusqu'en 1817, date à laquelle il passe sur le territoire de la commune de Vernou-sur-Brenne. Ce port est cité sur les listes des ports de Loire de 1857 (sous le nom de port de la Frillière) et de 1862. En 1845, le maire et les habitants de Vernou soumettent auprès du préfet d'Indre-et-Loire le souhait d'établir un port d'embarquement urgent. Il pensent que l'endroit le plus adapté à ce port serait le lieudit "le Port de Montlouis". La même année, l'ingénieur ordinaire Cormier propose un projet de "port" à cet emplacement pour le chargement et le déchargement des marchandises. L'ouvrage projeté doit présenter un développement total de , l'appellation "Port de Montlouis" a disparu de la carte IGN et aucun ouvrage n'a été repéré sur le terrain.
    Description :
    Le Port de Montlouis était situé sur la rive droite, un peu en amont du lieudit actuel de la
    Titre courant :
    Port dit le port de Montlouis
    Illustration :
    sur le Port de Montlouis. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 5027). IVR24_20063700012NUCA au lieudit le Port de Montlouis. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2035 Situation du lit de la Loire entre Amboise et Montlouis, 1852, par le conducteur Harmani. Détail sur le Port de Montlouis. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 4937). IVR24_20113702785NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial Loire), milieu XIXe siècle : le Port de Montlouis. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 12 Fi 7-28). IVR24_20073700142NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), milieu XIXe siècle : le Port de Montlouis. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). IVR24_20073700143NUCA
  • Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort
    Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Historique :
    Chenonceau, racheté par Claude Dupin. Celui-ci fait construire un pont en bois pour relier le moulin à la rive droite du Cher. En 1794, la commission des Bien Nationaux ne le saisit pas. En 1825, le comte de Villeneuve, propriétaire du Chenonceau, transforme le Moulin Fort en moulin à tan. Il s'arrête en 1840 lorsque le barrage à écluse en rive droite du Cher construit. Vers 1910, le moulin est partie détruit ; il d'une baie. Reconstruit dans les années 1920, le moulin transformé en habitation est restauré vers 1985
    Hydrographies :
    le Cher
    Observation :
    le Cher.
    Référence documentaire :
    bâtiments de France. Paris : Picard/Le Passage/Cité de l'architecture et du patrimoine, 2010.
    Description :
    Le Moulin Fort est édifié en contrebas de l’église paroissiale, dans le cours du Cher, entre deux reconstruite en pierre de taille de tufeau et couverte d’un toit conique en ardoise. Le corps de logis est qu’une autre tourelle, à laquelle est accolée une souche de cheminée en brique, traverse le pan nord de
    Localisation :
    Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Texte libre :
    . Ayant constitué un domaine suffisamment vaste, il envisage, en 1544, de le doter d’un moulin banal , situé sur une île du Cher entre le bourg de Chisseaux et Vrigny, où un moulin à foulon avait été installé auparavant. Le projet est soumis à l’approbation de la communauté des marchands "fréquentant la acquiert les eaux et pêcheries du Cher depuis le ruisseau de Bray (commune de Saint-Georges) jusqu’au domaine de Chenonceau. Le Port Olivier en est exclu. Le Moulin Fort est alors construit, sans que l’on du château antérieur à 1576, puisque la construction de la galerie sur le pont n’est pas commencée ). Le 23 février 1556, Adam de Hodon cède par contrat sa seigneurie de Chisseaux à Diane de Poitiers qui Médicis à Diane de Poitiers, le Moulin Fort fait toujours partie de celle de Chenonceau mais il brûle devient la propriété de Claude Dupin lorsque ce dernier achète Chenonceau. Le moulin semble être en mauvais état, puisque Claude Dupin le fait reconstruire et relier à Chisseaux par un pont de bois. Ce pont
    Illustration :
    Le Cher en amont du moulin, vue prise depuis la terrasse est. IVR24_20123701900NUCA Le Cher en amont du moulin ; vue prise depuis la pointe Est de l'île. IVR24_20123701902NUCA
  • Autel et retable dit retable de saint Gilles
    Autel et retable dit retable de saint Gilles Le Boulay
    Inscriptions & marques :
    "Justus ut palma florebit" ("les justes croissent comme le palmier", ps 92,12). "IHS". "G"(illes).
    Représentations :
    Colombe du Saint-Esprit et soleil sur le devant d'autel. Tabernacle encadré de quatre colonnes à
    Localisation :
    Le Boulay
  • Ciboire des malades
    Ciboire des malades Chançay
    Inscriptions & marques :
    Poinçon d'association des orfèvres (intérieur du couvercle) ; poinçon de titre (sur le bord de la coupe) ; poinçon de garantie (sur le bord du pied) ; poinçon de maître (sous le pied et intérieur du
    États conservations :
    La croix surmontant le couvercle est cassée.
    Illustration :
    Détail du poinçon de fabricant sous le pied. IVR24_20113702532NUCA Détail du poinçon de grosse garantie de Paris 1819-1838 sur le bord du pied. IVR24_20113702533NUCA Détail du poinçon de 1er titre Paris 1819-1838 sur le bord de la coupe. IVR24_20113702534NUCA
  • Autel et retable dit retable de la Vierge
    Autel et retable dit retable de la Vierge Le Boulay
    Historique :
    première moitié ou au milieu du 19e siècle. L'inscription a probablement été ajoutée sur le retable et une
    Représentations :
    Agneau de Dieu, bible et soleil sur le devant d'autel. Retable architecturé à deux pilastres
    Localisation :
    Le Boulay
  • Fonts baptismaux
    Fonts baptismaux Reugny
    Historique :
    actuel) dans le dernier quart du 20e siècle.
    Description :
    Fonts baptismaux en marbre noir veiné de blanc, constitués d'une cuve ovale reposant sur un pied en forme de balustre carré en poire. Le couvercle en métal (cuivre ?) peint est bombé et sommé d'une boule
  • Ciboire, ciboire des malades
    Ciboire, ciboire des malades Chisseaux - bourg (le) - en village
    Inscriptions & marques :
    Ciboire : 1er titre Paris 1819-1838, grosse garantie Paris 1819-1838 sur le bord de la coupe ; ciboire des malades : 1er titre Paris 1819-1838, moyenne garantie Paris 1819-1838 sur le bord de la coupe.
    Représentations :
    Ciboire : Décor à motifs végétaux porté sur le pied, le nœud et le couvercle. Absence de décor sur le ciboire des malades.
    Localisation :
    Chisseaux - bourg (le) - en village
    États conservations :
    Le bord de la coupe du ciboire est légèrement déformé. La croix sommitale du ciboire des malades a
  • Richelieu : monument au cardinal de Richelieu
    Richelieu : monument au cardinal de Richelieu Richelieu - place du Cardinal - en ville
    Inscriptions & marques :
    le devant de la terrasse) - Inscription sur le parchemin : Fondation de l'académie française 1635 - P l'arrière) - L'INAUGURATION DU MONUMENT / A EU LIEU / LE 17 JUILLET 1932 (à l'arrière).
    Historique :
    18 février 1816, pour le pont Louis-XVI à Paris, au sein d'un programme de douze figures historiques , le socle en calcaire de Chauvigny est dessiné par l'architecte P. Boucheron et réalisé par les entrepreneurs Launay et Guillemot. La statue est placée sur le pont en 1828, deux ans avant le changement de 1931, année où elle est déposée par le château de Versailles à la ville de Richelieu pour orner la place du Cardinal (LP 1338). Le monumlent bénéficie d'une inauguration brillante le 17 juillet 1932 : le
    Référence documentaire :
    n.1506 Musée national du Château de Versailles. Les Sculptures, I. Le Musée. Paris : RMN, 1993. funérailles de M. Ramey père, le 7 juillet 1838. Paris, 1838.
    Représentations :
    . L'avant-bras droit est replié pour pointer du doigt le ciel. Les traits du visage ainsi que la barbe sont
    Description :
    Le monument est installé au centre de la place du cardinal face à l'avenue Pasteur : il occupe ainsi l'espace entre les murs de la ville et le parc du château. Sur un large emmarchement de pierre se dresse le socle en calcaire de Chauvigny d'un volume presque cubique. La statue est colossale (plus grande que nature). Le travail du marbre est soigné : fourrure sur les épaules, dentelle de bordure du
    États conservations :
    importants apparaissent sur le côté gauche du manteau.
    Annexe :
    . Petitot prononcé aux funérailles de M. Ramey père, le 7 juin 1838. "Messieurs, (...) Né à Dijon en 1754 peintre, et le célèbre statuaire Julien, considéraient comme la plus importante de France après celle de Paris. Ayant obtenu dans cette école d'honorables succès, Claude Ramey, entraîné par le désir de se le diriger dans ses études, et Claude Ramey ne tarda pas à se placer en première ligne parmi les enfin le grand prix de Rome, objet de ses constants efforts. Pendant son séjour en Italie, il prépara protecteur et juste appréciateur de ses talents. Il revint ensuite à Paris, où il commença le modèle d'une par le gouvernement, après les grands événements de 1789, il exécuta dès lors, et successivement, deux pendentifs pour le Panthéon national, une statue en marbre représentant Sapho, plusieurs bustes des grands hommes de l'Antiquité. Sous l'Empire, il fit pour le palais du Sénat une statue de Scipion l'Africain ami Cartellier. Il fit en outre, pour l'arc de triomphe du Carrousel, un bas-relief en marbre, dont le
    Texte libre :
    sculptées d'hommes illustres développées par le comte d'Angiviller à la fin du 18e siècle. La différence est sculpté : les principaux hommes de guerre de l'Empire seront représentés en pied, sur le même volume de 13 XVIII reprend le projet en modifiant la nature de l'hommage, dans un sens plus conforme à celui , marins, hommes de guerre), sans modifier le gabarit et reprenant les généraux déjà réalisés, en changeant père. Il sera l'un des derniers réalisés, mais sera quand même achevé pour être posé sur le Pont Louis temps que le Tourville de Marin est envoyé à Coutances (Manche), le duc de Trévise de Deseine (tête de Laitié) à Plessis-Trévise (Val-de-Marne), le Sully d'Espercieux à Rosny-sur-Seine, le Suger de Stouf à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), le Suffren de Lesueur à l’École navale de Brest, et le maréchal Jourdan de Debay père (tête de Laitié) et le Turenne de Gois au collège de Saint-Cyr. L'emplacement En emplacement qui répond à la taille gigantesque de la statue (4,25 m). Le socle créé en Touraine par P
    Illustration :
    Vue arrière avec le socle et la perspective de l'avenue Pasteur. IVR24_20123701334NUC4A
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port refuge de l'embouchure de l'Indre)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port refuge de l'embouchure de l'Indre) Avoine - le Néman - en écart
    Historique :
    La cale abreuvoir simple figure sur le cadastre napoléonien de 1837.
    Localisation :
    Avoine - le Néman - en écart
  • Port dit port du Haut Chantier
    Port dit port du Haut Chantier Limeray - le Haut Chantier - en écart
    Historique :
    "rampe du Haut Chantier" à Limeray. L'existence de ces ouvrages est confirmée par le cadastre napoléonien
    Description :
    Sur la rive droite, le port du Haut Chantier comprenait cinq cales abreuvoirs simples orientées
    Localisation :
    Limeray - le Haut Chantier - en écart
    Illustration :
    le Haut Chantier à Limeray. (archives départementales d'Indre-et-Loire, C 277). IVR24_20063700009NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (service spécial de la Loire), non daté (milieu du XIXe siècle). Détail sur le Haut Chantier. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28
  • Coulaines : moulin (ancien moulin cavier) puis abri dit loge de vigne
    Coulaines : moulin (ancien moulin cavier) puis abri dit loge de vigne Saint-Martin-le-Beau - Coulaines - isolé - Cadastre : 2015 ZS 0051
    Historique :
    Cet ancien moulin cavier ne figure pas sur le premier plan cadastral. Construit après 1810, il appartenait au meunier Jean Carré en 1850, qui était également propriétaire du moulin de Battereau. Le moulin transformé en loge de vigne. Un moulin analogue existait près du lieu-dit "le Gros-Buisson" (parcelle C 2452
    Description :
    L'ancien moulin de CoulaIne est l'un des rares moulins caviers présents sur le canton, avec celui des Aigremonts à Bléré, mais il n'en reste que des vestiges. Le couloir d'accès à l'intérieur de la masse cavière, long d'environ 2 mètres et voûté en berceau, subsiste. Le massereau est conservé ; il anciennes. Une petite excroissance surmonte le cône à l'endroit où l'arbre traversait le massereau . Construit en moellons de tufeau local, le moulin a été enduit au ciment. L'intérieur n'a pas été vu lors de
    Localisation :
    Saint-Martin-le-Beau - Coulaines - isolé - Cadastre : 2015 ZS 0051
    Illustration :
    Le Clos des vignes du moulin à vent, propriété de Monsieur Félix Béry. IVR24_19783700842XB
  • Ciboire (n°2)
    Ciboire (n°2) Saint-Martin-le-Beau - Place de l'Église - en ville
    Inscriptions & marques :
    titre départements 1819-1838. Les mêmes sur le bord de la coupe à l'exception du poinçon de maître.
    Description :
    . Pied bombé ; nœud piriforme entre deux collerettes ; croix surmontant le couvercle renflé dans sa
    Localisation :
    Saint-Martin-le-Beau - Place de l'Église - en ville
  • Port dit port refuge de la Choisille
    Port dit port refuge de la Choisille Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Historique :
    à 25 bateaux. Un projet d'amélioration est enfin adjugé le 4 mai 1822 mais il est ajourné puis 367 mètres de long (depuis le pont de la Motte jusqu'à vis à vis du moulin des Roches) pourrait être encore le passage d'un petit bateau pour la communication. Cette gare est alors considérée comme l'une
    Description :
    Le port refuge dit gare de la Choisille est situé sur la rive droite, à l'embouchure de la rivière du même nom. Au XVIIIe siècle, le pont qui enjambait la rivière s'appelait "Pont de la Motte" d'où le nom actuel du lieudit. Actuellement c'est le pont enjambant la Loire qui porte ce nom.
    Typologies :
    , les ingénieurs désignent ces structures sous le terme de gare d'eau
    Localisation :
    Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Illustration :
    Embouchure de la Choisille (actuellement sous le pont de la Motte). En arrière plan, le pont de L'embouchure de la Choisille (premier plan) et le pont de chemin de fer. Vue prise vers l'amont
  • Nitray : moulin puis platinerie d'acier puis usine électrique, actuellement maison
    Nitray : moulin puis platinerie d'acier puis usine électrique, actuellement maison Saint-Martin-le-Beau - Nitray - isolé - Cadastre : 1810 D 1015 2015 ZC 133
    Historique :
    Le moulin a été construit avant le 16e siècle et appartenait en 1518 à la seigneurie de Nitray. Il reste moulin banal jusqu'à la Révolution. Jusqu'en 1822, le moulin est utilisé pour la fabrication de , abritent alors les logements des martineurs, un hangar et une écurie. Le barrage éclusé du Cher canalisé est construit vers 1840. L'activité de l'usine à étirer le fer cesse vers 1857 et les marteaux-pilons ingénieur démonte le châssis de la roue dite "par en-dessous" et installe une turbine destinée à produire de l'électricité. La turbine produira du courant jusqu'en 1933. Un incendie détruit en grande partie le moulin en
    Référence documentaire :
    Extrait du plan cadastral ancien de la commune de Saint-Martin-le-Beau, section D, 1810. (Archives commune de Saint-Martin-le-Beau appartenant à Monsieur de St-Bris. 1823. commune de Saint-Martin-le-Beau, 1823. Moulin de Nitray. Encre et lavis sur papier. échelle 1/1000e
    Description :
    Actuellement à usage d'habitation, le moulin comprend deux bâtiments orientés nord-sud accolés en
    Localisation :
    Saint-Martin-le-Beau - Nitray - isolé - Cadastre : 1810 D 1015 2015 ZC 133
    Illustration :
    Plan géométral du moulin de Nitray situé commune de Saint-Martin-le-Beau appartenant à Monsieur de Plan géométral du moulin de Nitray situé commune de Saint-Martin-le-Beau appartenant à Monsieur de Plan géométral du moulin de Nitray situé commune de Saint-Martin-le-Beau appartenant à Monsieur de commune de Saint-Martin-le-Beau, 1823. Moulin de Nitray. Encre et lavis sur papier. échelle 1/1000. (Tours Le moulin avant l'incendie de 1942. IVR24_19993701352XB Vue du moulin avec le barrage à aiguilles monté. IVR24_20203700010NUCA
  • Cale dite cale abreuvoir simple 1 du Pont de la Motte
    Cale dite cale abreuvoir simple 1 du Pont de la Motte Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Description :
    . Elle mesure six mètres de large sur 40 mètres de long. Le pavage a été recouvert de bitume et n'est
    Localisation :
    Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Illustration :
    Carte des levées de Tours à Langeais, XVIIIe siècle, détail sur le Pont de la Motte et l'embouchure
  • Port dit port de Mosnes
    Port dit port de Mosnes Mosnes - la Poterie - en écart
    Historique :
    Le port de Mosnes est mentionné sur deux listes des ports de Loire en 1857 et en 1862 ainsi que sur ouvrages ne sont pas visibles sur le cadastre napoléonien de 1809.
    Description :
    Etabli sur la rive gauche, le port de Mosnes comprenait deux cales abreuvoirs simples orientées
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Illustration :
    Plan de la Loire par l'ingénieur Cabaille, 2 mai 1812. Détail sur le port de Mosnes. (archives
  • Cale dite cale abreuvoir simple 2 du Pont de la Motte
    Cale dite cale abreuvoir simple 2 du Pont de la Motte Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
    Historique :
    La cale est coupée sur sa partie basse par la culée du pont de chemin de fer de la ligne Tours / Le
    Localisation :
    Saint-Cyr-sur-Loire - le Pont de la Motte - en agglomération
  • Calice
    Calice Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Historique :
    ce calice de la première moitié du 19e siècle. La fausse coupe semble avoir été ajoutée après le
    Représentations :
    Le dessus du pied est orné de bouquets de fleurs à trois pétales alternant avec des feuilles plates . Ces motifs se retrouvent sur le nœud. La fausse-coupe, fondue, est ornée de trois médaillons : la
    Description :
    métal argenté, comme le pied, le nœud et la tige. Le pied circulaire bombé est surmonté d'un nœud ovoïde . Absence de poinçon sur le pied.
  • Port dit port refuge ou gare de l'Ile Bourdon
    Port dit port refuge ou gare de l'Ile Bourdon Chouzé-sur-Loire - l' Ile Bourdon - isolé
    Historique :
    droite offre aux bateaux la possibilité de se réfugier lorsque le temps est mauvais. Suivant une enquête moyen d'un simple balisage Finalement, on considère que le balisage sera suffisant, sachant qu'il
    Typologies :
    , les ingénieurs désignent ces structures sous le terme de gare d'eau
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port d'Amboise)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port d'Amboise) Amboise - 36 quai Charles Guinot - en ville
    Historique :
    La cale est mentionnée sur le plan d'alignement de 1835.
    Description :
    Située sur la rive gauche, entre le pont et le tunnel de l'Amasse, la cale abreuvoir simple est
    Illustration :
    Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), milieu du XIXe