Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les maisons de la Vallée de la Brenne
    Les maisons de la Vallée de la Brenne
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Titre courant :
    Les maisons de la Vallée de la Brenne
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Texte libre :
    . La pierre de taille est présente sur 549 maisons (encadrement des baies, chaînes d'angles, cordons 19e siècle et huit de la première moitié du 20e siècle. Implantation et orientation : 460 maisons 261 possèdent un étage de comble. 233 maisons possèdent un cordon marquant la séparation entre les , corniches) mais seules 87 d'entre elles possèdent au moins une façade entière en pierre de taille. 49 maisons utilisent la brique. Une quinzaine de maisons repérées sont en pan de bois, mais il est matériau de couverture, 108 la tuile plate, 16 les deux conjointement, 13 la tuile mécanique. Parmi les 568 maisons repérées, 64 ont été sélectionnées dans le cadre de l'étude et ont fait anciens, 327 ont fait l'objet de modifications (augmentation ou destruction puis reconstruction). 21 sont construites directement sur rue, tandis que 108 maisons possèdent une cour ou un jardin entre la maison et la rue. 190 maisons ont leur pignon ou leur croupe donnant directement sur la rue ou orienté
    Illustration :
    Maisons à pignons sur rue, perpendiculaires au coteau. Vernou-sur-Brenne, rue du Coteau de la Neuillé-le-Lierre, rue de la République. IVR24_20123700734NUC2A Villedômer, place des Martyrs de la Résistance. IVR24_20133700722NUCA Auzouer-en-Touraine, rue de la Quintaine. IVR24_20133700589NUCA Maisons, à gouttereaux sur rue, à un étage carré. Château-Renault, 21-23-25 rue de la République Château-Renault, 92-94-96 rue de la République. IVR24_20143703535NUCA Maison à façade en pierre de taille plaquée au 19e siècle sur un édifice plus ancien. Reugny, 9 rue Maison à façades, encadrements des baies, cordon, et corniche en pierre de taille. Vernou-sur taille. Villedômer, 8 rue du Général de Gaulle. IVR24_20133700544NUC2A Détail de l'encadrement d'une baie et de l'entablement. Château-Renault, 53 rue de la République
  • Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie)
    Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie) Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de chanoines
    Historique :
    La première mention de la maison du chevecier (chanoine qui a la charge de l'entretien du chevet , des luminaires et du trésor d’une église) date de 1467. La Chevecerie est alors située dans la rue Dorée (actuelle rue Gouverneur). L’aveu de 1648 mentionne de nouveau la maison au même endroit, loin de ) permettent de les dater entre la seconde moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. Cette ouvertures ou de la corniche des bâtiments 1 et 2 réalisées en brique. ). En revanche, les ogives conservées dans la cave du bâtiment 3 sont certainement issues d’une construction plus ancienne remontant au 13e siècle. Les ruptures de plans entre les bâtiments 1, 2 et 5, ainsi que l’indépendance de leurs systèmes de distribution (escaliers) incitent à penser qu’ils sont issus de trois maisons distinctes. L’hypothèse est recoupée par le cadastre de 1811 : ce dernier figure datés entre la seconde moitié du 19e siècle et la première moitié du 20e siècle, à l'image des
    Référence documentaire :
    fol 32. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le La Chevecerie. 1853. Dessin. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). La Chevecerie, planche III. 19e siècle. Aquarelle et collage. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le p. 6. DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    sont construits en moellons recouverts d’enduit, la pierre de taille est réservée aux ouvertures. La La Chevecerie est composée de cinq bâtiments disposés selon un plan U, prenant place entre une cour -ci est située plus bas que le niveau de la rue. La porte d’entrée se trouve dans le second bâtiment tandis que son second niveau donne sur la rue susnommée. Le bâtiment 3 est fondé sur un niveau de cave linteaux et sont moulurées de chanfreins. Un escalier droit permet de faire la jonction au premier étage du bâtiment 1. La façade est du bâtiment 1 est composée de deux travées et deux niveaux, sous une corniche en visités et étudiés. Ils sont dotés de plans rectangulaires et de deux niveaux d’élévation sous comble. Les bâtiments sont accessibles depuis la rue par un portail et un escalier droit menant à la cour arrière. Celle . Le premier niveau du bâtiment 1 se prolonge sous la rue par une salle voûtée en berceau plein-cintre second est monté en pans de bois. Les jours de l’escalier sont moulurés de chanfreins. Le mur pignon
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Titre courant :
    Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie)
    Illustration :
    Face ouest, vue de la cour (ouest). IVR24_20162801738NUCA Vue intérieure, cave, nervure de la voûte. IVR24_20162801747NUCA Plans de situation. IVR24_20162801973NUDA Plans schématiques avec les unités de plans restituées. IVR24_20172800091NUDA Face ouest, vue de l'ouest (début 20e siècle ; extrait de "Nogent-le-Rotrou" de Hector Guillier DE Face est, vue de l'est. IVR24_20162801742NUCA Face est, rez-de-chaussée, première travée. IVR24_20162801745NUCA
  • Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône)
    Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 17 rue de Rhône - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    . En 1613, la maison appartient au seigneur de la Chenelière. Différents marqueurs stylistiques (porte remonter à la seconde moitié du 13e siècle ou au 14e siècle. Néanmoins, l'édifice a fait l'objet de L’édifice est identifié par les historiens percherons comme la "Tour d’Ardenay". Il aurait appartenu au seigneur du même nom, un vassal des comtes du Perche ou des seigneurs de Nogent selon les comtes du Perche, et donc antérieure à 1226. L’auteur précise que la maison est alors augmentée en cens et rente. Pour l’abbé Fret, l’implantation du seigneur d’Ardenay prend place à la fin du 15e siècle
    Référence documentaire :
    p. 92. BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite -similé de l'édition de Mortagne, 1613). d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).
    Représentations :
    La voûte de l'escalier droit en pierre située dans la maçonnerie du mur pignon sud est décorée d'un enduit peint composée de fleurs quintefeuilles rouges et de fleurs noires en forme de clochette.
    Description :
    les ouvertures sur rue sont encadrées de pierre de taille, tandis que la façade postérieure compte L’édifice est implanté le long de la rue de Rhône sur une parcelle qui adopte un plan en L d’un plan rectangulaire. Le second bâtiment est implanté en retrait de la rue, il est postérieur à 1811 étage de comble (en surcroit pour la partie sud). Le rez-de-chaussée sur rue de la première maison au nord est entièrement enduit en ciment, tandis que son étage est construit en pierre de taille, sa par un escalier intérieur droit en bois. La deuxième entité au sud possède des maçonneries de moellons tournant en bois, l'autre droit en pierre prend place au sein de la maçonnerie du mur pignon sud. Ce irrégulier. Il compte deux bâtiments. Le premier prend place entre la rue et une cour arrière. Il est doté de deux entités pourvues de systèmes de distribution propres. Chacune comprend deux niveaux sous un façade sur cour en moellons et son toit couvert en ardoise. Les étages de cette partie sont distribués
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 17 rue de Rhône - en ville
    Titre courant :
    Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône)
    Appellations :
    La Tour d'Ardenay
    Texte libre :
    d’un chaînage en pierre de taille grise. Celui-ci contraste avec la chaîne d’angle observée au sud la salle 1.5, éclairée par une petite fenêtre en pierre de taille (O-1412), percée sous un arc piédroits sont réalisés en pierre de taille et en brique. La porte O-1414 communique avec le couloir 1.2 surmontée par un arc en plein-cintre en pierre de taille à moitié bûché. La fenêtre O-1415 éclaire la salle surmonte prend appui sur un bandeau en pierre de taille. L’ouverture O-1421 a été bûchée lors de la mise d’une plate-bande et d’un encadrement en pierre de taille. Son seuil est placé sur la même ligne que le bandeau. La fenêtre O-1424 éclaire la salle 1.8. Elle est percée sous une plate-bande en pierre de taille sud. Les traces de taille layées et brettelées obliques viennent confirment la datation stylistique seigneur de la Chenelière. Les archives du baillage de Nogent-le-Rotrou mentionnent à plusieurs reprises la seigneurie de la Chenelière. Celle-ci appartient à Gui de Dampierre en 1554-1555, puis à Louis de Dampierre
    Illustration :
    Vue intérieure, rez-de-chaussée, détail de la porte en plein-cintre de la salle 1.6 Vue intérieure, détail de la voûte de l'escalier du pignon sud. IVR24_20132800085NUC4A Vue intérieure, premier étage, détail de la voûte de l'escalier du mur pignon sud Vue intérieure, premier étage, détail d'une porte de la salle 1.12 et d'une fenêtre de l'escalier Vue intérieure, premier étage, détail de la fenêtre de l'escalier du mur pignon sud Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20162801280NUDA Face ouest, vue de l'ouest. IVR24_20132800177NUC4A Face est, vue de l'est. IVR24_20132800075NUC4A Vue intérieure, rez-de-chaussée, salle 1.5. IVR24_20132800077NUC4A Vue intérieure, rez-de-chaussée, salles 1.5 et 1.7. IVR24_20132800079NUC4A
  • Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814. FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche
    Titre courant :
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Texte libre :
    taille de calcaire importé (logis prieural du bourg, à La Chesnaye, au Moulin Gaillard, au Parcouvert et sur la demeure de La Pihourdière) ; de la pierre de taille et des moellons de grison - brèche à 1930. Dans l’ensemble, elles datent de la seconde moitié du 19e siècle et du début du 20e siècle demeure à La Pihourdière). A l’exception de six d’entre elles, les fermes se situent à l’extérieur du et des charpentes). Une dizaine de fermes ont été construites (ou reconstruites) dans la seconde moitié du 19e siècle. Plusieurs fermes, à l’instar de celles de La Léonie ou de Gaillard, sont sur l´ensemble de la commune. Celle-ci compte une trentaine de lieux-dits : le bourg, deux hameaux la moitié) sont de type « bloc à terre » simple : un bâtiment rectangulaire, abritant sous un même autour (ou de part et d'autre) de la cour. Quatre ont des bâtiments en vis-à-vis (qui se font face s’est agrandie au fil du temps. Le type prédominant de ces fermes à cour semble être la ferme en "U
    Illustration :
    La Léonie, ferme : plan de localisation des bâtiments de la ferme. IVR24_20132800419NUDA La Léonie, mise en oeuvre en terre crue (bauge) sur solin maçonné en moellons de silex Maisons et fermes à La Croix-du-Perche - Carte synthétique des édifices repérés et sélectionnées Tableau synthétique des éléments bâtis sélectionnés à La Croix-du-Perche. IVR24_20132800467NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (1 sur 3). IVR24_20132800468NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (2 sur 3). IVR24_20132800469NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (3 sur 3). IVR24_20132800470NUD Les écoles, ferme de type "bloc-à-terre". IVR24_20132800465NUC2A Le bourg, rue Principale, alignement de maisons. IVR24_20132800456NUC2A La Pihourdière, demeure. IVR24_20172800295NUCA
  • Les maisons de Brunelles (Arcisses depuis 2019)
    Les maisons de Brunelles (Arcisses depuis 2019) Brunelles
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Typologies :
    maison en rez-de-chaussée (9) maison à étage de soubassement (9)
    Titre courant :
    Les maisons de Brunelles (Arcisses depuis 2019)
    Texte libre :
    localisées dans la rue de la Grande Cour. Elles possèdent majoritairement des ouvertures en pierre de taille présentes en plan sur le cadastre de 1811. Cependant, plus de la moitié d'entre elles a été très remaniée voire reconstruite à partir de 1850, notamment celles de la rue de la Grande Cour. Deux maisons sont les témoins architecturaux de cet ancien ensemble dit de la Grande Cour. Elles conservent des ouvertures à chambranles à crossettes datant du 18e siècle. Au cours de la deuxième moitié du 19e siècle, plusieurs maisons et composition d'ensemble : La grande majorité des maisons repérées se situe au centre du bourg de des rues, qui partent pour la plupart de l'église. Les maisons en rez-de-chaussée (neuf) sont Repères historiques : Sur les 32 maisons repérées sur le territoire communal de Brunelles, 21 sont à étage sont érigées dans la rue des Moulins. Enfin, au 20e siècle et surtout dans sa seconde moitié , le bourg s'étend au nord et de nombreuses maisons de type pavillonnaire sont construites. Structure
    Illustration :
    Bourg, maison en rez-de-chaussée et à comble à surcroît (repérée). IVR24_20082800343NUCA Bourg, maison à étage de soubassement (repérée). IVR24_20082800325NUCA Bourg, maison de notable (sélectionnée). IVR24_20082800332NUCA Bourg, alignement de deux maisons en rez-de-chaussée (repérée). IVR24_20082800363NUCA
  • Les maisons et les fermes de Margon (Arcisses depuis 2019)
    Les maisons et les fermes de Margon (Arcisses depuis 2019) Margon
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    moitié du 19e siècle et surtout au début du 20e siècle. C'est d'ailleurs de cette période que date la soient présentes en plan sur le cadastre de 1811, seulement trois semblent conserver des parties anciennes remontant probablement au 18e siècle. Les autres ont été reconstruites in situ dans la seconde 18e siècle. Elles ont été plus ou moins remaniées à partir de 1850 et tout au long du 20e siècle . Plusieurs chronogrammes et dates issues de l'examen des matrices cadastrales témoignent de ces remaniements
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    pierre de taille de calcaire pour les encadrements des baies et les chaînages d'angle et la tuile plate La grande majorité des maisons repérées se situe dans le bourg ou en prolongement de celui-ci (aux corniches et les chaînages d'angle sont en briques, plus rarement en pierre de taille de calcaire. Les toits ) ou en "U" (trois fermes). Les matériaux employés sont le moellon de calcaire pour les murs, la , étudiées, sont construites pour des notables locaux) et dix-neuf en rez-de-chaussée (dont cinq en rez-de -chaussée surélevé et trois surmontées d'un comble à surcroît). Plusieurs maisons en rez-de-chaussée, de type élémentaire, ne disposent que d'une ou deux pièces. Bon nombre d'entre elles se situe le long de l'avenue de Paris. Quant aux maisons à étage, leurs façades peuvent être à travées et/ou ordonnancées et moellons de calcaire et parfois de silex couverts d'un enduit plein. Les encadrements de baies, les , quinze sont isolées et onze se situent dans un écart ou en extension du bourg (comme à La Fuye ou au 45
    Typologies :
    maison en rez-de-chaussée (19)
    Titre courant :
    Les maisons et les fermes de Margon (Arcisses depuis 2019)
    Illustration :
    Bourg, 7 rue de l'Église, maison de notable dite maison de la Bourbonnaise de type à étage (étudiée La Fuye, ferme à logements multiples de type bloc à terre en équerre (étudiée Ozée, maison en rez-de-chaussée (non étudiée). IVR24_20082800150NUCA Bourg, 5 rue de l'Église, maison double (non étudiée). IVR24_20082800051NUCA Bellevue, maison de notable de type maison à étage à toit à longs pans brisés (étudiée Bourg, 45 avenue de Paris, ferme de type 'bloc à terre' (non étudiée). IVR24_20082800096NUCA Le Bourdigal, ferme de type 'bloc à terre' en équerre (étudiée). IVR24_20082800175NUCA
  • Maison (20 rue Fernand Rabier ; 3 rue Alsace Lorraine)
    Maison (20 rue Fernand Rabier ; 3 rue Alsace Lorraine) Orléans - 20 rue Fernand Rabier 3 rue d'Alsace Lorraine - en ville - Cadastre : 1981 BP 18
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    de la Bouillerie Carole
    Historique :
    Cet édifice date probablement de la fin des années 1920 ou du début des années 1940.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'importance des corps de moulure horizontaux séparant les différents niveaux entre eux ainsi que la corniche est notable.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue générale de la façade sur rue IVR24_20034500243NUCA
  • Maisons et fermes à Frazé
    Maisons et fermes à Frazé Frazé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.
    Texte libre :
    semblent être la ferme à plusieurs bâtiments en vis-à-vis ou en "L". Atypique par la pierre de taille -Rotrou. On le retrouve de manière très minoritaire sous la forme de pierre de taille au niveau des Parmi les 207 édifices repérés (158 fermes, 49 maisons) sur le territoire de la commune de Frazé du début du 17e siècle (pour 6 d’entre elles). Il s’agit de maisons du bourg construites autour de la place du Château et de part et d’autre de la route de Brou (actuelle rue du 8 Mai 1945) par des antérieures à la Révolution et conservent des éléments attestant de leur ancienneté (volume général siècle et dans la première moitié du 20e siècle, s’opère une importante phase de construction et de 15 d’entre elles, dont le But, le Petit Essart, la Petite Pihourdière, la Touche). Elles disposent de cheminées, planchers avec anciens chevêtres de cheminées, etc... Le logis de la ferme du Petit Essart a fait communal. La commune compte plus de 70 lieux-dits : le bourg, quelques gros hameaux (dont Le Boulay, La
    Illustration :
    Ferme de type "bloc à terre", à La Grande Girouardière. IVR24_20162800401NUCA Plan schématique au sol de la ferme de La Petite Girouardière. IVR24_20162800078NUDA Façade principale de la partie ouest de la ferme de La Petite Girouardière. IVR24_20162800079NUCA Mise en oeuvre de la brique et du silex, sur une dépendance au bourg. IVR24_20172800422NUCA Mise en oeuvre de la brique et du silex, sur une dépendance au bourg. IVR24_20172800423NUCA Mise en oeuvre du grison et du silex, sur le pignon d'une dépendance de la ferme de L'Orme Mise en oeuvre en pierre de taille de roussard et de calcaire, au niveau du pilier de l'ancien portail de la ferme du château, au bourg. IVR24_20162800328NUCA Ancienne étude notariale et logement du notaire, au 4 rue du 8 Mai 1945, datant de 1904 Ferme à Montabizard, datée de 1898. IVR24_20162800400NUCA
  • Rues : maison
    Rues : maison Lureuil - Les Rues - 6 - en écart - Cadastre : 2015 A 593 1812 A 492-493
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    Deux bâtiments, implantés à l’emplacement de ceux composant la maison actuelle, sont représentés sur le plan cadastral de 1812. Il pourrait s’agir d’un édifice des 15e-16e siècles, modifié à la fin du 19e, ou dans la première moitié du 20e siècle, puis dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de Lureuil, terminé en 1812/par M. Démontureux, géomètre de première classe et M. Boistard, géomètre des Eaux et Forêts. (Archives départementales de l'Indre
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille enduit partiel
    Description :
    pierre de taille. La maison, orientée sud-ouest/nord-est, comprend deux bâtiments alignés à la route. L’un est enduit , l’autre partiellement, révélant des murs en moellons de grès. Ils sont en rez-de-chaussée à accès en mur sont visibles dans le mur-pignon ouest. L’angle sud-ouest de l’édifice semble dépourvu de chaînage en
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la maison depuis l'ouest. IVR24_20163600278NUC2A Vue du bâtiment sud de la maison depuis le sud. IVR24_20163600279NUC2A Vue du bâtiment nord de la maison depuis le sud. IVR24_20163600280NUC2A Vue du mur-pignon sud de la maison. IVR24_20163600282NUC2A Deux bâtiments (maisons ?) figurent sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 492-493), dans le haut de l'image. (Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600456NUC2A
  • Vallée : maison
    Vallée : maison Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1818 F 28 à 30 1990 F 15, 244
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Une maison est présente en plan sur le cadastre de 1811. Elle a été reconstruite in situ en 1864
    Référence documentaire :
    Plan cadastral napoléonien, commune de Margon, section F. 1811. (Archives départementales d'Eure-et Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 4763 à 3 P 4771. Plans cadastraux de 1811. par Terrier , ingénieur vérificateur ; Barberi, géomètre de 1ère classe ; Sortais, maire.
    Description :
    La maison est implantée en front de rue, à proximité de la rivière de la Cloche au sud. En rez-de comble à surcroît est éclairé par deux lucarnes en pierre de taille surmontées d'un fronton à corniche et couverts d'un enduit à pierre vue (remise-étable ; façade nord et mur-pignon ouest de la maison) ou d'un en pierre de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans et/ou à croupe (remise-étable) couverts , un mur ceint une partie de la propriété. porte encadrée de deux fenêtres (deux pièces en rez-de-chaussée : salle et chambre). En façade sud, le rampants moulurés, et encadrées de deux colonnes engagées. Une petite remise-étable, à l'est, conserve un pigeonnier de comble (boulins visibles en haut du mur-pignon ouest). Les murs sont en moellons de calcaire enduit plein. Les encadrements des baies, la corniche en doucine (maison) et les chaînages d'angle sont
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Typologies :
    maison en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1818 F 28 à 30 1990 F 15, 244
    Illustration :
    Façade sud, vue de détail de la lucarne. IVR24_20082800119NUCA Extrait du cadastre de 1811, section F. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4770
  • Maison à boutique (78 rue des Carmes)
    Maison à boutique (78 rue des Carmes) Orléans - 78 rue des Carmes - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La façade a été remaniée dans la 1ère moitié du 20e siècle, comme en témoignent les encadrements et les seuils de fenêtres, pour réunir deux parcelles - les lots 61 et 62 du cadastre napoléonien , correspondant respectivement aux numéros fiscaux 84 et 82 (voir la maison du numéro 63). La maison a été touchée par l'opération d'alignement de 1813.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    séparées par un trumeau central en pierre de taille est occupé dans son intégralité par une boutique avec pans de bois, comme il apparaît clairement sur la façade sur cour. Cette maison à boutique présente une façade régulière de deux étages carrés à deux travées sous un toit à longs pans recouvert d'ardoise. Le rez-de-chaussée composé de deux ouvertures rectangulaires d'un encadrement peint en blanc imitant la pierre et reçoivent des portes-fenêtres protégées par des deuxième étage carré, de type B, plus basses, reprennent le même type d'encadrement qu'au niveau inférieur plâtre mouluré couronne l'ensemble. La façade, recouverte d'enduit maçonné, masque sans doute un bâti en
  • Maisons et fermes à Argenvilliers
    Maisons et fermes à Argenvilliers Argenvilliers
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.
    Murs :
    pan de bois
    Texte libre :
    des éléments plus anciens (soubassement en pierre de taille de grès ferrugineux, vestiges de pans de de calcaire et silex. La brique est employée en alternance avec la pierre calcaire dans les édifices de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle. L'enduit est également quasi systématique (souvent à pierre vue). Les toitures sont majoritairement à longs pans couverts en tuile plate. Détail de la . Trois maisons sont présentes sur le plan cadastral de 1811 et semblent dater en partie du 18e siècle ; les trois autres remontent à la seconde moitié du 19e siècle. Quand aux fermes, 38 ont été en partie maisons recensées, quatre se situent au bourg et deux au sein de hameaux. Deux sont en rez-de-chaussée , deux en rez-de-chaussée surélevé et deux à un étage carré. Les murs sont en moellons de calcaire et de silex. Un seul exemple possède un appareillage mixte en moellons de silex et en brique. L'enduit est systématique. Les toits sont à longs pans et à croupe couverts de tuile plate ou d'ardoise. Pour les fermes, le
    Illustration :
    Bourg, maison de maître dite 'La Grande Maison' (étudiée). IVR24_20092800048NUCA La Tubenie, maison en rez-de-chaussée (étudiée). IVR24_20092800072NUCA Tableau des édifices sélectionnés (étudiés) dans la commune d'Argenvilliers. IVR24_20122800180NUC Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (1 sur 3 Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (2 sur 3 Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (3 sur 3 Bourg, maison en rez-de-chaussée (non étudiée). IVR24_20092800050NUCA La Cartraie, ferme à cour ouverte (étudiée). IVR24_20092800130NUCA La Bachelotière, ferme à cour ouverte (étudiée). IVR24_20092800088NUCA Bourg, ferme de type "bloc à terre" (non étudiée). IVR24_20092800026NUCA
1