Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 163 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Eglise paroissiale Sainte-Anne
    Eglise paroissiale Sainte-Anne La Riche - 98 rue de la mairie - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    de Notre-Dame-la-Riche à Tours. En 1854, Gustave Guérin, architecte diocésain de Tours dresse, avec La commune, créée en 1793, a été longtemps sans avoir d’église. Elle faisait partie de la paroisse Plailly, les plans de église, à la demande du maire et de ses habitants et après une donation faite à la commune par la veuve de Simon Vauquier. Son premier projet est légèrement modifié par le conseil des
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    que d’un court transept. L'ensemble de l'édifice est couvert de toits à longs pans en ardoise. La jumelée en arc brisé, qui éclaire la tribune intérieure. Enfin, un dernier niveau décoré d'une baie aveugle en plein cintre supporte un clocher hexagonal et la flèche polygonale. Le décor extérieur est d'une grande simplicité. La nef est éclairée par trois hautes baies jumelées, semblables à celle du second niveau de la façade ouest et est couverte de voûtes quadripartites en ogive. Un monument commémoratif sous la forme d’une plaque est adossé au flanc nord de l’église pour commémorer les bombardements meurtriers de juin 1944. Inscription gravée sur la façade occidentale de l'église: PREMIERE PIERRE 17 AVRIL 1855 / ERECTION DE LA PAROISSE 16 FEVRIER 1856 / CONSECRATION DE L'EGLISE 20 FEVRIER 1856 Autre
    Localisation :
    La Riche - 98 rue de la mairie - en ville
    Dates :
    1855 porte la date
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    Vue de l'abside de l'église et de la mairie (carte postale, collection particulière dans les communes voisines de Tours depuis la fin du siècle dernier", THAUMIAUX J Vue de la façade nord IVR24_20143704338NUC4A Vue de la façade ouest IVR24_20143704332NUC4A Vue intérieure depuis la nef IVR24_20143704318NUC4A
  • La Grève, ferme 01
    La Grève, ferme 01 Néons-sur-Creuse - Grève (la) - en écart - Cadastre : 1812 A 1258, 1260, 1266, 1268 2015 ZM 109 2015 A 255
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    logement secondaire. La charpente sur poteaux de ce logement, de type maison élémentaire, a été datée par dendrochronologie des environs de 1454. La partie nord du bâtiment, occupée par un second logement a été reconstruite et transformée en espace agricole dans la première moitié du 20e siècle. La ferme actuelle a été , pour l'essentiel, mise en place dans la première moitié du 20e siècle. Le logement principal a été bâti en 1928-1929, la grande grange à vaches, en 1925-1926, la petite grange à l’est de la cour, vers 1910 cette période ou à la seconde moitié du 19e siècle comme la grange-étable. La remise a été aménagée dans Grèves". Bien que le domaine soit cité à la fin du 18e siècle, le lieu-dit n'est pas associé au symbole d'une gentilhommière sur la carte de Cassini (vers 1765).
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse, terminé en 1812, sous la direction de DORMOY, Christian. Rapport d'expertise dendrochronologique (Ferme de la Grève, Néons-sur-Creuse
    Description :
    , en ardoise). Le logement principal, implanté sur la pente d’un versant, est orienté nord-sud. Il est (ancienne étable/poulailler), une grange et une étable à vaches. La remise et la grange sont enduites et à accès en mur-pignon. L’angle ouest de ce mur-pignon est arrondi et à chainage harpé. La pièce unique est dotée d’une cheminée adossée au mur-pignon. Des poteaux en bois (avec aisseliers), pour la plupart grange, enduite, se trouve à l’est de la cour.
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Grève (la) - en écart - Cadastre : 1812 A 1258, 1260, 1266, 1268 2015 ZM 109
    Titre courant :
    La Grève, ferme 01
    Appellations :
    la Haute Grève
    Annexe :
    Rapport d'expertise dendrochronologique (Ferme de la Grève, Néons-sur-Creuse). Archéolabs. 2016 orientée sud-est/nord-ouest. Seule la pièce sud-est, sur cour, a conservé sa structure d’origine. Les place ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), le 27
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini, vers 1765. IVR24_20153600048NUC2B Vue du logement principal de la ferme depuis le nord-est IVR24_20153600265NUC2A Vue, de gauche à droite, du logement secondaire, de l'étable à vaches, de la grange principale et de la remise, depuis l'est IVR24_20153600275NUC2A Vue de la grange située à l'ouest de la cour IVR24_20153600266NUC2A Vue de la petite grange (aujourd'hui remise agricole) située à l'est de la cour Vue de la cheminée du logement secondaire IVR24_20153600273NUC2A
  • La Carlière, édifices agricoles
    La Carlière, édifices agricoles Néons-sur-Creuse - Carlière (la) - 20 - en écart - Cadastre : 2015 ZH 77, 78 1812
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    Ces bâtiments agricoles semblent dater de la toute fin du 19e siècle ou de la première moitié du
    Observation :
    Observations réalisées de la voie publique.
    Description :
    près de la route.
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Carlière (la) - 20 - en écart - Cadastre : 2015 ZH 77, 78 1812
    Titre courant :
    La Carlière, édifices agricoles
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la grange (à droite) et d'un bâtiment agricole (étable ?) depuis le nord-est
  • La Bessardière, ferme
    La Bessardière, ferme Néons-sur-Creuse - Bessardière (la) - 45 - en écart - Cadastre : 2015 A 125
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    signalent des agrandissements de bâtiment en 1885 et 1889. La ferme actuelle a été remaniée au 20e siècle.
    Observation :
    Observations quasi-impossibles réalisées de la voie publique
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bessardière (la) - 45 - en écart - Cadastre : 2015 A 125
    Titre courant :
    La Bessardière, ferme
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la ferme depuis le nord-est IVR24_20163600680NUC2A Vue de la ferme depuis le nord (voie publique) IVR24_20163600681NUC2A
  • La Roblinière, ferme 02
    La Roblinière, ferme 02 Néons-sur-Creuse - Roblinière (la) - en écart - Cadastre : 2015 A 302, 303, 304 1812 A 80 à 84, 1520, 1521
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812. La ferme semble avoir été construite ou reconstruite à la fin du 19e ou dans la première
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse, terminé en 1812, sous la direction de
    Description :
    La ferme compte deux bâtiments enduits, couverts de tuiles plates et à accès en gouttereau : un
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Roblinière (la) - en écart - Cadastre : 2015 A 302, 303, 304 1812 A 80 à 84
    Titre courant :
    La Roblinière, ferme 02
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20153600048NUC2B La ferme semble en partie figurer sur le plan cadastral de 1812, en bas à gauche de l'image Vue générale de la ferme depuis le nord IVR24_20163600448NUC2A Vue de la grange depuis l'est IVR24_20163600444NUC2A
  • La Bessardière, ferme
    La Bessardière, ferme Néons-sur-Creuse - Bessardière (la) - 14, 17 - en écart - Cadastre : 2015 A 143, 159
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La ferme date de la toute fin du 19e siècle ou de la premier moitié du 20e siècle. Le logement a été agrandi à l’est, à la fin du 20e siècle.
    Description :
    La ferme, à cour ouverte, comprend trois bâtiments principaux : un logement, au nord-ouest, une l’extension orientale. L’étable non enduite est couverte avec de l'ardoise. La grange est partiellement
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Bessardière (la) - 14, 17 - en écart - Cadastre : 2015 A 143, 159
    Titre courant :
    La Bessardière, ferme
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la grange depuis le nord IVR24_20163600714NUC2A
  • La Lochetterie, puits
    La Lochetterie, puits Néons-sur-Creuse - Lochetterie (la) - en écart - Cadastre : 2015 B 286
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Lochetterie (la) - en écart - Cadastre : 2015 B 286
    Titre courant :
    La Lochetterie, puits
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la pompe à eau IVR24_20153600340NUC2A
  • La Châtre : église Saint-Germain, verrières
    La Châtre : église Saint-Germain, verrières La Châtre - place Maget - en ville
    Historique :
    décembre 1896, lors l’effondrement du clocher sur la nef. L’église actuelle se compose d’une large nef à l'effondrement de 1896, l'église de La Châtre possédait une série de verrières réalisées en 1859-1860 par Julien verrières ont été restaurées et réinstallées dans le nouvel édifice de 1902 à 1904 par le successeur de la Maison Lobin, Joseph-Prosper Florence. La destruction de l'église en 1896 et sa nouvelle consécration en Grasset lors du concours organisé en 1893 en vue de la création du cycle illustrant la Vie de Jeanne d'Arc , destiné à la cathédrale d'Orléans. Quant à la baie haute du chœur, elle comporte une Crucifixion issue des ateliers Mauméjean (1928). Dans la sacristie enfin, sont réemployés deux panneaux provenant de la série
    Canton :
    La Châtre
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Châtre - place Maget - en ville
    Titre courant :
    La Châtre : église Saint-Germain, verrières
    Illustration :
    La Châtre, église Saint-Germain, baie 3 : sainte Véronique. IVR24_20093604486NUCA La Châtre, église Saint-Germain, baie 6 : l'effondrement du 8 décembre 1896. IVR24_20093604503NUCA La Châtre, église Saint-Germain, baie 100 : la Crucifixion. IVR24_20093604507NUCA La Châtre, église Saint-Germain, baie 101 : le Christ et la Samaritaine. IVR24_20093604511NUCA La Châtre, église Saint-Germain, baie 109 : la Vierge et saint Jean. IVR24_20093604517NUCA La Châtre, église Saint-Germain, baie 111 : l'Annonciation. IVR24_20093604521NUCA La Châtre, église Saint-Germain, baie 112 : le sacre de Charles VII. IVR24_20093604525NUCA La Châtre, église Saint-Germain, baie 115 : verrière ornementale. IVR24_20093604528NUCA La Châtre, église Saint-Germain, baie 1 de la sacristie : sainte Geneviève présentée à saint
  • Verrière représentant le Christ et la Vierge
    Verrière représentant le Christ et la Vierge Vicq-sur-Nahon - en village
    Représentations :
    personnes auxquelles la verrière est dédiée.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    qui sont morts dans les grandes batailles, couchés dessus le sol, à la face de Dieu". Les deux personnages sont figurés en pied sous un décor d'architecture tandis qu'au bas de la composition sont figurées
    Titre courant :
    Verrière représentant le Christ et la Vierge
    Illustration :
    Vicq-sur-Nahon, église St-Laurent, baie 1 : le Christ et la Vierge. IVR24_20093601351NUCA
  • Bourg : ferme (9 rue de la Mairie)
    Bourg : ferme (9 rue de la Mairie) Lureuil - Bourg - 9 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2015 B 406
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La ferme parait avoir été construite en 1882-1883, selon les matrices cadastrales (imprécises à » (le fournil ?). Le logement semble avoir été modifié dans la première moitié du 20e siècle. Au milieu du 20e siècle, le four a servi à la fabrication de macarons et de berlingots (information orale).
    Description :
    La ferme à cour fermée comprend trois bâtiments : un logement, une grange et une étable. Tous les bâtiments sont partiellement enduits. Le corps principal de bâtiment du logement, aligné à la rue de la corps principal de bâtiment. La grange, au sud-est de la cour, est partiellement enduite et à accès en mur gouttereau. La toiture, à longs pans, est en tuile plate. L’étable, en retour d’équerre par rapport à la grange, est enduite et également couverte de tuiles plates. Ses accès sont en mur gouttereau nord-est de l’étable. La ferme comprend également un fournil à toit en ardoise et un puits (pompe à
    Localisation :
    Lureuil - Bourg - 9 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2015 B 406
    Titre courant :
    Bourg : ferme (9 rue de la Mairie)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la maison depuis l'ouest IVR24_20153600531NUC2A Vue de la maison depuis le nord IVR24_20153600532NUC2A Vue de la grange depuis le nord-ouest IVR24_20163600340NUC2A
  • Oeuvres apparentées de la statuaire publique
    Oeuvres apparentées de la statuaire publique
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Titre courant :
    Oeuvres apparentées de la statuaire publique
    Texte libre :
    patrimoine culturel de la statuaire et des monuments publics en région Centre-Val de Loire, 70 oeuvres sculptées conservées dans dix-neuf musées dispersés sur l'ensemble du territoire de la région, ont été abouties, répliques, surmoulages d'originaux en bronze avant leur envoi à la fonte pendant l'Occupation d’associations ou de comités locaux (maquette du monument au général Marceau offerte en 1947 par la société musée des Beaux-Arts de Tours et le musée Rabelais-La Devinière à Seuilly conservent plusieurs projets concours lancé en 1878 par la ville de Tours pour l’édification d’un monument dédié à François Rabelais. Ce monument, finalement exécuté par Henri Dumaige est inauguré en 1880 place de la Mairie (actuelle place témoignent de l'évolution du projet de la statue consacrée à Jacques Cœur finalement sculptée en 1874 par Chatrousse, Hubert Lavigne et Jean Jules Allasseur (lauréat) pour le concours organisé en 1861 par la ville
    Illustration :
    Localisation des oeuvres préparatoires et apparentées de la statuaire publique en région Centre-Val Maquette en plâtre bronzé de la statue de Jean de Rotrou exposée place Rotrou à Dreux. (Musée d'Art Oeuvre préparatoire ou réplique en plâtre (tête) de la statue de Louis XI exposée square de la Maquette pour la statue de Rabelais de Tours. IVR24_20133701121NUC4A Étude en plâtre teinté terre cuite pour le groupe du Printemps exposé dans la roseraie du jardin de Maquette de la statue de Duhamel du Monceau fondue en 1942. IVR24_20134500129NUC4A
  • Fléré-la-Rivière : église Notre-Dame, verrières
    Fléré-la-Rivière : église Notre-Dame, verrières Fléré-la-Rivière - en village
    Historique :
    Église paroissiale Notre-Dame : L'église de Fléré-la-Rivière a été largement remaniée au cours du subsistent cependant le chevet, peut-être d'époque romane, et la chapelle nord, datée de la fin du 15e siècle . Les vitraux : L'installation des verrières de l'église de Fléré-la-Rivière a fait l'objet de deux campagnes distinctes : la première est due à l'atelier Clément (Chédigny, 1890), la seconde à Lux Fournier
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Fléré-la-Rivière - en village
    Titre courant :
    Fléré-la-Rivière : église Notre-Dame, verrières
    Illustration :
    Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, verrières (montage). IVR24_20093601162NUCA Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, baie 0 : l'Assomption. IVR24_20093601163NUCA Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, verrières ornementales. IVR24_20093601165NUCA Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, baie 7. IVR24_20093601166NUCA Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, baie 8. IVR24_20093601168NUCA Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, baie 11. IVR24_20093601170NUCA
  • Verrière représentant la Vierge à l'Enfant
    Verrière représentant la Vierge à l'Enfant Jeu-Maloches - en village
    Historique :
    Cette verrière a été installée après la restauration de l'édifice (1877), peut-être en même temps que la verrière de la baie 5, figurant saint Antoine l'ermite, dont elle est stylistiquement très
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette verrière représente la Vierge couronnée et vêtue d'un grand manteau bleu. Elle présente
    Titre courant :
    Verrière représentant la Vierge à l'Enfant
  • Verrière représentant la Vierge à l'Enfant
    Verrière représentant la Vierge à l'Enfant Arthon - en village
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette verrière représente la Vierge à l'Enfant en pied, entourée d'une bordure ornementale.
    Titre courant :
    Verrière représentant la Vierge à l'Enfant
  • Verrière représentant Jeanne d'Arc remettant la palme des martyrs au poilu mort pour la France
    Verrière représentant Jeanne d'Arc remettant la palme des martyrs au poilu mort pour la France Fléré-la-Rivière - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : "Lux fournier" ; "Tours, 1921". Dédicace : "A la mémoire glorieuse du capitaine G.Roy, des s. officiers / et soldats de Fléré-la-Rivière morts pour la Patrie 1914
    Historique :
    Commandé avec la verrière de la baie axiale et réalisé en pendant de la baie 8 (nef, mur sud), ce vitrail qui témoigne de la récente canonisation de Jeanne d'Arc est un bel exemple de vitrail commémoratif de la guerre de 1914-1918.
    Référence documentaire :
    . Éclats de la lumière, Conseil Général de l’Indre / Rencontre avec le Patrimoine religieux, 2007, p. 153
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    d'Arc, en armure, le bénit et lui remet la palme des martyrs. A l'arrière plan, au dessus des nuées , apparaît une croix rayonnante et dorée. Dans la partie inférieure du vitrail est inséré le portrait du
    Localisation :
    Fléré-la-Rivière - en village
    Titre courant :
    Verrière représentant Jeanne d'Arc remettant la palme des martyrs au poilu mort pour la France
    Illustration :
    Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, vue d'ensemble de la baie 7 : Jeanne d'Arc remettant la palme du Martyre à un poilu.. IVR24_20113600611NUC2A Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, baie 7. IVR24_20093601166NUCA Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, baie 7 (détail) : portrait du capitaine G.Roy Fléré-la-Rivière, église paroissiale Notre-Dame, baie 7 (détail). IVR24_20093601167NUCA
  • Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie)
    Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie) Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Historique :
    La première mention de la maison du chevecier (chanoine qui a la charge de l'entretien du chevet , des luminaires et du trésor d’une église) date de 1467. La Chevecerie est alors située dans la rue Dorée (actuelle rue Gouverneur). L’aveu de 1648 mentionne de nouveau la maison au même endroit, loin de ) permettent de les dater entre la seconde moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. Cette ). En revanche, les ogives conservées dans la cave du bâtiment 3 sont certainement issues d’une datés entre la seconde moitié du 19e siècle et la première moitié du 20e siècle, à l'image des ouvertures ou de la corniche des bâtiments 1 et 2 réalisées en brique.
    Référence documentaire :
    La Chevecerie. 1853. Dessin. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). La Chevecerie, planche III. 19e siècle. Aquarelle et collage. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le
    Description :
    La Chevecerie est composée de cinq bâtiments disposés selon un plan U, prenant place entre une cour bâtiments sont accessibles depuis la rue par un portail et un escalier droit menant à la cour arrière. Celle -ci est située plus bas que le niveau de la rue. La porte d’entrée se trouve dans le second bâtiment . Le premier niveau du bâtiment 1 se prolonge sous la rue par une salle voûtée en berceau plein-cintre tandis que son second niveau donne sur la rue susnommée. Le bâtiment 3 est fondé sur un niveau de cave linteaux et sont moulurées de chanfreins. Un escalier droit permet de faire la jonction au premier étage du bâtiment 1. La façade est du bâtiment 1 est composée de deux travées et deux niveaux, sous une corniche en sont construits en moellons recouverts d’enduit, la pierre de taille est réservée aux ouvertures. La
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Titre courant :
    Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie)
    Illustration :
    Face ouest, vue de la cour (ouest). IVR24_20162801738NUCA Vue intérieure, cave, nervure de la voûte. IVR24_20162801747NUCA
  • Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône)
    Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 17 rue de Rhône - en ville
    Historique :
    L’édifice est identifié par les historiens percherons comme la "Tour d’Ardenay". Il aurait comtes du Perche, et donc antérieure à 1226. L’auteur précise que la maison est alors augmentée en cens et rente. Pour l’abbé Fret, l’implantation du seigneur d’Ardenay prend place à la fin du 15e siècle . En 1613, la maison appartient au seigneur de la Chenelière. Différents marqueurs stylistiques (porte remonter à la seconde moitié du 13e siècle ou au 14e siècle. Néanmoins, l'édifice a fait l'objet de
    Référence documentaire :
    p. 92. BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite
    Représentations :
    La voûte de l'escalier droit en pierre située dans la maçonnerie du mur pignon sud est décorée d'un
    Description :
    L’édifice est implanté le long de la rue de Rhône sur une parcelle qui adopte un plan en L irrégulier. Il compte deux bâtiments. Le premier prend place entre la rue et une cour arrière. Il est doté d’un plan rectangulaire. Le second bâtiment est implanté en retrait de la rue, il est postérieur à 1811 étage de comble (en surcroit pour la partie sud). Le rez-de-chaussée sur rue de la première maison au par un escalier intérieur droit en bois. La deuxième entité au sud possède des maçonneries de moellons les ouvertures sur rue sont encadrées de pierre de taille, tandis que la façade postérieure compte tournant en bois, l'autre droit en pierre prend place au sein de la maçonnerie du mur pignon sud. Ce dernier est couvert d'une voûte en plein-cintre légèrement surbaissée qui porte encore la trace d'enduits
    Titre courant :
    Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône)
    Appellations :
    La Tour d'Ardenay
    Texte libre :
    HISTORIQUE L’édifice est identifié par les historiens percherons comme la Tour d’Ardenay. Il aurait antérieure à 1226. L’auteur précise que la maison est alors augmentée en cens et rente. Pour l’abbé Fret , l’implantation du seigneur d’Ardenay prend place à la fin du 15e siècle. En 1613, la maison appartient au seigneur de la Chenelière. Les archives du baillage de Nogent-le-Rotrou mentionnent à plusieurs reprises la seigneurie de la Chenelière. Celle-ci appartient à Gui de Dampierre en 1554-1555, puis à Louis de Dampierre , son fils supposé, en 1563. Ils sont tous deux seigneurs de la Chenelière. La femme de Louis , Jacqueline du Bellay, est mentionnée comme dame de la Chenelière en 1577. DESCRIPTION Situation L’édifice est implanté le long de la rue de Rhône. Celle-ci fait partie de la route reliant Le Mans à Chartres qui traverse Nogent-le-Rotrou selon une orientation nord-sud. C’est l’un des deux axes majeurs de la ville. La voie traverse la Rhône à environ 40 m de l’édifice étudié. Celui-ci est situé à proximité du
    Illustration :
    Vue intérieure, rez-de-chaussée, détail de la porte en plein-cintre de la salle 1.6 Vue intérieure, détail de la voûte de l'escalier du pignon sud. IVR24_20132800085NUC4A Vue intérieure, premier étage, détail de la voûte de l'escalier du mur pignon sud Vue intérieure, premier étage, détail d'une porte de la salle 1.12 et d'une fenêtre de l'escalier Vue intérieure, premier étage, détail d'une porte donnant sur la salle 1.12 depuis l'escalier Vue intérieure, premier étage, détail de la fenêtre de l'escalier du mur pignon sud
  • Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche
    Localisation :
    La Croix-du-Perche
    Titre courant :
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Texte libre :
    construites entre le 16e siècle (vestiges dans la cave du logis probable du prieur au bourg) et les années 1930. Dans l’ensemble, elles datent de la seconde moitié du 19e siècle et du début du 20e siècle demeure à La Pihourdière). A l’exception de six d’entre elles, les fermes se situent à l’extérieur du ) notamment aux Charonnières, à La Chesnaye ou au Grand Ricourt. Elles ont toutes été plus ou moins et des charpentes). Une dizaine de fermes ont été construites (ou reconstruites) dans la seconde moitié du 19e siècle. Plusieurs fermes, à l’instar de celles de La Léonie ou de Gaillard, sont construites dans la seconde moitié du 19e siècle. Plusieurs dates (chronogrammes ou mentions des matrices sur l´ensemble de la commune. Celle-ci compte une trentaine de lieux-dits : le bourg, deux hameaux la moitié) sont de type « bloc à terre » simple : un bâtiment rectangulaire, abritant sous un même toit le logis et les dépendances agricoles. C’est le cas notamment à La Blotière, aux Écoles ou au Gros
    Illustration :
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche - Carte synthétique des édifices repérés et sélectionnées La Léonie, ferme : plan de localisation des bâtiments de la ferme. IVR24_20132800419NUDA Tableau synthétique des éléments bâtis sélectionnés à La Croix-du-Perche. IVR24_20132800467NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (1 sur 3). IVR24_20132800468NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (2 sur 3). IVR24_20132800469NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (3 sur 3). IVR24_20132800470NUD La Pihourdière, demeure. IVR24_20172800295NUCA La Léonie, ferme construite en 1864. IVR24_20132800420NUC2A La Léonie, mise en oeuvre en terre crue (bauge) sur solin maçonné en moellons de silex
  • Bourg : métairie noble (6 rue de la Vallée)
    Bourg : métairie noble (6 rue de la Vallée) Brunelles - Bourg - 6 rue de la Vallée - en village - Cadastre : 1811 C 119 1992 C1 430, 431
    Historique :
    baies en plein cintre). Appelée "ferme de la Grande Cour", elle dépendait du château des seigneurs de Brunelles. Au cours du 19e siècle, le château est détruit tandis que la métairie est vendue puis divisée en plusieurs propriétés. Dans la seconde moitié du 19e siècle, elle subit de nouveaux remaniements et fournil) et au sud (grange et hangars) semblent dater de la première moitié du 20e siècle.
    Observation :
    vestiges les plus anciens de la commune (probablement du 16e siècle, en partie). Il s'agit d'un ensemble
    Référence documentaire :
    Brunelles, ancienne métairie noble du château. Plan de localisation des bâtiments de la ferme
    Description :
    L'ancienne métairie noble nommée "ferme de la Grande Cour" se situe au centre du bourg, directement (grange, écurie et étable). La façade principale, aujourd'hui orientée au sud-ouest, est composée principal (boulins et pierres d'envol) et les colonnes de la partie écurie. Les toits sont à longs pans et à
    Localisation :
    Brunelles - Bourg - 6 rue de la Vallée - en village - Cadastre : 1811 C 119 1992 C1 430, 431
    Titre courant :
    Bourg : métairie noble (6 rue de la Vallée)
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : cadastre actuel, section C1 Vue d'ensemble depuis la cour. IVR24_20082800370NUCA Bâtiment principal, intérieur de l'écurie, détail de la voûte lambrissée. IVR24_20082800374NUCA Vue d'ensemble de la grange et du hangar agricole. IVR24_20082800375NUCA
  • Levroux : cimetière, verrière représentant la Descente de Croix
    Levroux : cimetière, verrière représentant la Descente de Croix Levroux - 25 rue des Megissiers - en ville
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette verrière rectangulaire représente la descente de Croix, en présence de la Vierge, de saint
    Titre courant :
    Levroux : cimetière, verrière représentant la Descente de Croix
1 2 3 4 9 Suivant