Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 79 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Statue : saint Michel terrassant le dragon
    Statue : saint Michel terrassant le dragon Neuillé-le-Lierre
    Représentations :
    Saint Michel archange terrassant le dragon.
    Description :
    Statue en plâtre placée sur une console sur le mur sud de la nef. La lance tenue par l'archange est
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre
    Titre courant :
    Statue : saint Michel terrassant le dragon
    Illustration :
    Vue d'ensemble : saint Michel terrassant le dragon. IVR24_20123701946NUCA
  • Roblinière : ferme 02
    Roblinière : ferme 02 Néons-sur-Creuse - La Roblinière - en écart - Cadastre : 2015 A 302, 303, 304 1812 A 80 à 84, 1520, 1521
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). Des bâtiments sont portés sur le plan
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    logement, à l’est, et une grange, à l’ouest. Le logement, orienté nord-sud, est enduit et en rez-de
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20153600048NUC2B La ferme semble en partie figurer sur le plan cadastral de 1812, en bas à gauche de l'image Vue générale de la ferme depuis le nord. IVR24_20163600448NUC2A Vue du logement depuis le nord. IVR24_20163600443NUC2A
  • Fondebert : ferme
    Fondebert : ferme Lureuil - Fondebert - isolé - Cadastre : 2015 A 7 1812 A 21, 22
    Historique :
    -1737 dans le terrier de Lureuil (Archives départementales ; 36 H 616). Elle figure également ("Fonte -bert") sur la carte de Cassini (vers 1760). Des bâtiments portés sur le plan cadastral de 1812 ne reste 20e siècle. Le hangar a été ajouté dans le second quart du 20e siècle. Le logement a fait l’objet
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    -étable, une étable à vaches et une seconde étable. Le logement, orienté nord-sud, est implanté
    Illustration :
    Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section A). (Archives départementales de Vue générale de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20163600053NUC2A Vue du logement et du hangar agricole depuis le sud-est. IVR24_20163600049NUC2A Vue de la grange-étable et de la grande étable depuis le sud-ouest. IVR24_20163600050NUC2A Vue de l'étable (et toit à porcs) située au nord de la cour depuis le sud. IVR24_20163600051NUC2A
  • Hérault : ferme
    Hérault : ferme Néons-sur-Creuse - L'Hérault - isolé - Cadastre : 2015 A 368, 369, 370, 371 1812 A 2064 à 2074
    Historique :
    Des bâtiments, notamment de ferme, sont portés sur le plan cadastral de 1812. Ils ont tous disparu ou se trouvent à l'état de ruines, notamment le logement. Les bâtiments agricoles actuels ont été construits au 20e siècle. La métairie de l'Hérault est citée à la fin du 18e siècle (Plaux s.d.). Le lieu-dit
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    Subsistent de la ferme, une étable-fénil et un hangar agricole. Le logement et d'autres bâtiments
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini, vers 1765. IVR24_20153600048NUC2B Seuls le logement (parcelle A 2064) et un bâtiment agricole (commune de Vicq-sur-Gartempe), tous deux en ruines, subsistent encore de la ferme figurée sur le plan cadastral de 1812 (section A Vue de l'étable-fenil depuis le sud-est. IVR24_20153600380NUC2A Vue de la remise agricole depuis le sud-est. IVR24_20153600381NUC2A
  • Grève : ferme 01
    Grève : ferme 01 Néons-sur-Creuse - La Grève - en écart - Cadastre : 1812 A 1258, 1260, 1266, 1268 2015 ZM 109 2015 A 255
    Historique :
    Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812, il n’en subsiste que le bâtiment abritant le , pour l'essentiel, mise en place dans la première moitié du 20e siècle. Le logement principal a été bâti (informations orales fournies par l’ancien propriétaire et exploitant). Le reste des bâtiments remonterait à Grèves". Bien que le domaine soit cité à la fin du 18e siècle, le lieu-dit n'est pas associé au symbole
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    , en ardoise). Le logement principal, implanté sur la pente d’un versant, est orienté nord-sud. Il est cellier et d’un poulailler-étable. Le logement, implanté sur une légère pente, est en rez-de-chaussée et à
    Annexe :
    place ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), le 27
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini, vers 1765. IVR24_20153600048NUC2B Une ferme est figurée sur le plan cadastral de 1812, dans le centre de l'image. (Archives Vue du logement principal depuis le nord-ouest. IVR24_20153600279NUC2A Vue du logement principal de la ferme depuis le nord-est. IVR24_20153600265NUC2A Vue du logement secondaire depuis le sud-est. IVR24_20153600267NUC2A Vue du mur-pignon du logement secondaire depuis le sud. IVR24_20153600274NUC2A le nord IVR24_20153600278NUC2A Vue de l'étable à vaches depuis le sud. IVR24_20153600268NUC2A Vue du toit à porcs et four depuis le nord-est IVR24_20153600280NUC2A
  • Verrerie : ferme
    Verrerie : ferme Lureuil - La Verrerie - isolé - Cadastre : 2015 B 215, 512, 513 1812 B 344, 345
    Historique :
    dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre ; 36 H 616). De la ferme portée sur le plan cadastral de 1812, il ne reste peut-être que la grange. Le lieu "la Verrie" est également indiqué -cercle de la grande étable porte la date de 1901. Le logement a été agrandi (bâtiment accolé à l’ouest
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    étable (à vaches et à chevaux). Le logement est enduit et en rez-de-chaussée (légèrement surélevée) à toiture en tuile plate se prolonge en appentis au dessus du toit à porcs implanté le long de l’élévation ouest du bâtiment. Les murs, partiellement enduits, sont en moellons de grès. Le mur-pignon sud montre
    Illustration :
    Le lieu-dit "la Verrie" figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles B 344 et 345), dans la gauche de Vue générale de la ferme depuis le nord. IVR24_20163600089NUC2A Vue du logement depuis le sud. IVR24_20163600085NUC2A Vue des étables à vaches et à chevaux depuis le nord. IVR24_20163600092NUC2A
  • Fontmaur : grange
    Fontmaur : grange Lureuil - Fontmaur - isolé - Cadastre : 2015 C 52 1812 C 17, 18
    Historique :
    Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812. La grange est le seul bâtiment encore debout de -1737 dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre, H 616). le fief était tenu en 1764 par les Hérault de la Véronne (Plaux s.d., 2013). Le lieu-dit "Fontmord" est porté sur la carte de
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    La ferme (disparue) figure sur le plan cadastral de 1812 (section C). (Archives départementales de Vue de la grange depuis le nord. IVR24_20163600072NUC2A Vue de la grange et de son mur-pignon ouest (avec chaînage central) depuis le nord
  • Pazereux : demeure et ferme
    Pazereux : demeure et ferme Lureuil - Pazereux - isolé - Cadastre : 2015 C 115, 116, 120, 182-186 1812 C 164-169
    Historique :
    Le logis (sans la maison à étage qui a été construite en 1893) est porté sur le plan cadastral de
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    part d'une ferme (non visitée). Le logis comprend une partie en rez-de-chaussée et une partie à un
    Illustration :
    La ferme de Pazereux est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles C 164 à 169), dans la Vue du logement principal depuis le sud-ouest. IVR24_20163600029NUC2A Vue du logement à étage depuis le sud. IVR24_20163600028NUC2A
  • Montaigu : demeure et ferme
    Montaigu : demeure et ferme Lureuil - Montaigu - isolé - Cadastre : 2015 B 247, 249, 584, 585
    Historique :
    celui de Pouligny, lequel était un fief relevant de la seigneurie de la Forêt (le Blanc) sous l’Ancien est alors agrandie (groupe de bâtiments au nord des communs, le long d’un chemin d’exploitation). Le hangar agricole date du second quart du 20e siècle. Il ne faut pas confondre le Montaigu de Lureuil avec
    Description :
    l’ouest) et d’une ferme, installée en partie dans le prolongement des bâtiments de communs, à l’ouest. La son mur-pignon sud. Le bâtiment nord, plus bas, montre plusieurs oculi en mur gouttereau. Les communs logement d’ouvrier. Le linteau triangulaire de l’entrée de l’écurie porte la date de 1834. Par ailleurs , les deux trous d’envol d’un pigeonnier sont visibles dans le haut de mur. La ferme compte quatre , en tuile mécanique). Dans le prolongement ouest des communs, se trouvent, au sud, des étables, au grand surcroît. Au nord, le long d’un chemin d’exploitation, se dressent un hangar agricole, une grande
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20163600116NUC2A Vue de la maison de notable depuis le sud. IVR24_20163600125NUC2A Vue d'un logement de la ferme et d'étables (moitié ouest des communs nord) depuis le sud Vue des étables (moitié ouest des communs sud) depuis le nord. IVR24_20163600111NUC2A Vue du hangar agricole depuis le sud-ouest. IVR24_20163600114NUC2A Vue de toits à porcs depuis le sud. IVR24_20163600112NUC2A Vue du four en brique dans le fournil effondré. IVR24_20163600118NUC2A
  • Fauteuil de célébrant et deux tabourets
    Fauteuil de célébrant et deux tabourets Vernou-sur-Brenne
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le choeur
  • Hôtel, actuellement magasin de commerce (108 rue Saint-Hilaire)
    Hôtel, actuellement magasin de commerce (108 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 108 rue Saint-Hilaire - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    moitié du 16e siècle et la première moitié du 17e siècle. Bien que la charpente utilisée dans le bâtiment pour la première fois dans un aveu de 1648 sous le nom de tenue Dumay. Il est alors composé de cour avant et un jardin arrière, ce qui permet de reconnaître un hôtel. Selon le document, le grand ce celui-ci son commanditaire. L’utilisation de brique et de métal sur le bâtiment n°6, ainsi que sur étudiés) sur le cadastre de 1811, permettent de dater leur construction entre le 19e et le 20e siècle
    Référence documentaire :
    fol n°12. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    4, 5 et 6 sont distribués par le bâtiment 1. Ce dernier est partagé par un mur de refend doté de cheminées. L’étage et le comble sont accessibles par un escalier tournant suspendu en bois et métal. L’accès au jardin se fait depuis un escalier en fer-à-cheval (pierre et métal) compris dans le bâtiment 6. Ce ) et de voûtes d’arêtes. L’une d’entre elles (5) porte les vestiges d’un enduit peint. Le plan des maçonneries montre que les bâtiments 3, 4, 5, et 6 (brique et métal) sont plaqués sur le bâtiment 1. Le croupe, le bâtiment 1 a un toit à forte pente souligné par des rampants en pierre de taille. La charpente
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 108 rue Saint-Hilaire - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN. Série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648) fol n°12. " [...] la suyvante detempteur ysabeau guybert veufve pierre coustartItem deux deniers de cens audict jour sainct remy par une part sur le total de la presente tenuedumay sieur des murs court devant portail sur ladicterue avecques caves courts et jardins au derriere le tout suyvante detempteursledict sieur des murs le sieur bordel prevost du perche me ancelot pesseau jean
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône)
    Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 17 rue de Rhône - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Référence documentaire :
    p.161 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 15. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L’édifice est implanté le long de la rue de Rhône sur une parcelle qui adopte un plan en L irrégulier. Il compte deux bâtiments. Le premier prend place entre la rue et une cour arrière. Il est doté d’un plan rectangulaire. Le second bâtiment est implanté en retrait de la rue, il est postérieur à 1811 et n'a donc pas été étudié. Ayant été divisé en deux habitations, le bâtiment sur rue est constitué étage de comble (en surcroit pour la partie sud). Le rez-de-chaussée sur rue de la première maison au
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 17 rue de Rhône - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    seigneur de la Chenelière. Les archives du baillage de Nogent-le-Rotrou mentionnent à plusieurs reprises la est implanté le long de la rue de Rhône. Celle-ci fait partie de la route reliant Le Mans à Chartres qui traverse Nogent-le-Rotrou selon une orientation nord-sud. C’est l’un des deux axes majeurs de la adopte un plan en L irrégulier occupant une surface au sol de 330 m². Elle compte deux bâtiments. Le côté sur rue. Le second est implanté en retrait de la rue. Sa construction est postérieure à 1811, il n’a donc pas été étudié. Structure Le rez-de-chaussée occupe une surface au sol d’environ 170 m ². L’épaisseur de ses murs pignon contraste avec celle de ses murs gouttereaux. Le volume est divisé en sept en bois. Trois systèmes de distribution sont identifiables. Le premier est composé de la salle 1.1 escalier droit en bois desservant le niveau 2. Le second regroupe les salles 1.3 à 1.6, celles-ci sont , troisième et quatrième niveaux, grâce à un escalier tournant en bois. Le troisième système de distribution
  • Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie)
    Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie) Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    l’actuelle Chevecerie. S’il est possible que cette maison ait été (tardivement) occupée par le chevecier du de trois maisons distinctes. L’hypothèse est recoupée par le cadastre de 1811 : ce dernier figure
    Référence documentaire :
    fol 32. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le La Chevecerie. 1853. Dessin. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). La Chevecerie, planche III. 19e siècle. Aquarelle et collage. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le p. 6. DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    -ci est située plus bas que le niveau de la rue. La porte d’entrée se trouve dans le second bâtiment . Le premier niveau du bâtiment 1 se prolonge sous la rue par une salle voûtée en berceau plein-cintre tandis que son second niveau donne sur la rue susnommée. Le bâtiment 3 est fondé sur un niveau de cave brique et un toit à deux versants. Le premier niveau est construit en moellons enduits tandis que le second est monté en pans de bois. Les jours de l’escalier sont moulurés de chanfreins. Le mur pignon révèle une charpente à fermes et pannes, un poinçon, un faux entrait et des jambettes. Le bâtiment 2 est également visible sur l’élévation est. Le mur pignon est percé de plusieurs ouvertures ménagées sous des
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Face ouest, vue de l'ouest (début 20e siècle ; extrait de "Nogent-le-Rotrou" de Hector Guillier DE
  • Chançay : parc et jardin d'agrément du château de Valmer
    Chançay : parc et jardin d'agrément du château de Valmer Chançay - Valmer - Château de Valmer - isolé - Cadastre : 2018 B 143 à 164 ; 166 ; 168 à 184 ; 703 à 707 ; 712 à 714
    Historique :
    Coustely, maire de Tours et président de la Chambre des Comptes, est le nouveau seigneur de Valmer en 1562 . Le 23 mai 1640, Thomas Bonneau, conseiller d’État et secrétaire du roi, en acquiert la propriété : il agrandit le château et le domaine en rachetant des parcelles avoisinantes. Il est à l’origine de la et aménage le grand canal et le parc. Un plan daté de 1695 présente le domaine de Valmer dont la du 20e siècle, est aujourd'hui conservée au Metropolitan Museum of art de New York. Le vase dit "vase installées sur la Haute terrasse et dans le parc au 19e siècle. Deux fabriques ornent le parc : le "vide -bouteille" est représenté dans le cadastre ancien (1816). Le "belvédère" du parc est érigé au 19e siècle Fontaines florentines qui surplombent les douves sont probablement plantés entre la fin du 18e et le début du 19e siècle. Le grand cèdre, situé au nord de l’ancien château, semble avoir été planté au début du végétation, des vignes puis des pelouses sont présentes sur la terrasse de Léda. Le renouveau des jardins
    Observation :
    Le domaine de Valmer possède le label « Jardin remarquable » depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Entre 2006 et 2015, les gourdes (Lagenaria) de la pergola ont obtenu la
    Référence documentaire :
    SAINT VENANT, Alix de, MATHIAS, Xavier. Le potager d'Alix de Saint Venant au château de Valmer
    Précisions sur la protection :
    Le chandelier-vase décoratif de jardin (vase-flambeau dit vase lorrain) est classé monument historique au titre des objets depuis le 14 mars 1997.
    Description :
    Les jardins et le parc de Valmer, respectivement de 5ha (dont 1ha de potager) et 60ha sont Sophora japonica 'Pendula', dont les branches atteignent le fond des douves, encadrent la vue et opèrent d'angelot agrémente le centre de ces deux parterres. La terrasse des Fontaines florentines permet d’accéder entre l’ancien château et le petit Valmer. Au nord, des allées bordées de pelouse et agrémentées de l'étagement des jardins en terrasse, les communs, la ferme, les vignes, le grand canal et la vallée de la allée reliant la terrasse des Fontaines florentines à l'escalier qui mène à la terrasse de Léda. Le , représente un putto tenant le vase de Lorraine qui donne son nom à la terrasse. Un escalier à double volée derrière un if. Des lauriers taillés en boule sont disposés le long de la terrasse à l’ouest. Deux fruitiers sont montés en espalier et contre-espalier contre les murs du potager. Le mur d'enceinte à l'ouest l’ancien verger dont le tracé géométrique s’organise en quatre parcelles fleuries autour d’une plate-bande
    Illustration :
    La terrasse des Fontaines florentines depuis le sud-est. IVR24_20173701135NUCA Terrasse des devants : le portail d'accès aux jardins. IVR24_20163702836NUCA Vue d'ensemble du potager depuis le sud-ouest. IVR24_20163703017NUCA Colonne provenant des jardins de Chanteloup dans le parc du château. IVR24_20163703023NUCA Le vide-bouteille. IVR24_20163703020NUCA Le Belvédère. IVR24_20163703022NUCA Le "grand canal" situé en dehors de l'enceinte du domaine. IVR24_20173700081NUCA
  • Tubenie : écart
    Tubenie : écart Argenvilliers - La Tubenie - en écart
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le hameau se situe à quelques centaines de mètres au nord du bourg. Trois fermes et une maison le
    Illustration :
    Maison rurale (étudiée), vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20092800072NUCA Ferme 1 (non étudiée), vue générale depuis le sud. IVR24_20092800078NUCA
  • Miermaux : manoir
    Miermaux : manoir Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Miermaux - isolé - Cadastre : 1811 A 184 2019 B1 435
    Historique :
    Miermaux dès le Moyen-Âge central (12e siècle). Un incendie est signalé en 1356, ainsi qu’une le haut fourneau de la Sohorie, établi vers 1538. Peu d’actes concernent cet établissement, qui était, de 1548 à 1555, exploitée par Pierre le Mercier. Aucune trace de l’établissement métallurgique ne nous est parvenue, si ce n'est une quantité importante de laitier présente dans le sol sur tout le site . Le 3 août 1604, la terre de Miermaux est vendue par les héritiers des défunts Jacques le Mercier proximité des ruines de l'ancienne affinerie. Pour cela, il inscrit la construction dans son époque par le probablement à l'initiative de la construction des deux granges, de l'étable et du colombier présents sur le plan cadastral de 1811. L'accès principal se faisait par le nord-ouest (axe repris par la voie de chemin de fer vers 1908) tandis que l'accès secondaire - devenu le seul accès aujourd'hui - traversait à gué la Berthe au nord de la propriété (pont en bois construit fin 19e siècle). Après la Révolution, le
    Observation :
    Le manoir de Miermaux est atypique à bien des titres : - son implantation en fond de vallée très la terre de la Gadelière et en réaménageant le manoir, - son plan : tour d'escalier dans-œuvre, une de la maison du Bailli à Nogent-le-Rotrou, des cheminées monumentales. Il constitue un édifice majeur
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le manoir de Miermaux se situe au fond de la vallée de la Berthe, à un kilomètre au sud-est du de la cour se trouve le logis manorial. Adapté à la déclivité du terrain, il s'élève sur un étage de supérieur. Le rez-de-chaussée surélevé comprend deux grandes salles distribuées par la tour d'escalier. La corniche. Le fond de cheminée a été percé postérieurement d'une niche et d'une entrée de four (voûte du , tout comme le faux-comble accessible par des échelles de meunier depuis l'étage de comble. La fermes de comble (la ferme centrale étant réduite, coiffant simplement le mur de refend sud). Les autres (pénétrant dans le faux-entrait), de jambes de force, de blochets et d'arbalétriers. Des pannes faîtières et une étable accolée au pigeonnier. De plan carré, ce dernier s'élève sur deux niveaux. Le rez-de le logis). Les toits à longs pans et en pavillon (pigeonnier) sont couverts en tuile plate.
    Illustration :
    Vue générale du logis manorial depuis le nord-est. IVR24_20192800043NUCA Vue générale depuis le sud. IVR24_20192800044NUCA Grange, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20192800078NUCA Bâtiments de ferme (toit à porcs, étable) faisant la jonction entre le logis et la grange, vue générale depuis le nord. IVR24_20192800084NUCA Bâtiments de ferme (toit à porcs, étable) faisant la jonction entre le logis et la grange, vue générale depuis le sud. IVR24_20192800085NUCA Remise et fournil, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20192800086NUCA
  • Trémont : château
    Trémont : château Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Trémont - isolé - Cadastre : 1811 A 19 2019 B1 360, 363, 364
    Historique :
    Selon Edouard Lefèvre, l’ancien manoir des seigneurs de Coutretôt se situait à Trémont. Dès le milieu du 17e siècle, Jean Gallais est citée comme seigneur de Trémont. Le fief est représenté en marge du plan de Canüel de 1759. Le bâtiment principal - peut-être l'actuel logis de la ferme - y apparaît disposant d'un étage carré et de travées d'ouvertures. En 1811, Denis de Foissy de Trémont en est le parcelle B 197 du cadastre de l’ancienne commune de Saint-Serge de 1811 nommée "le champs de Launay". La corps de bâtiment est ajouté à la demeure, puis un troisième en 1925, faisant passer le nombre de portes , qui se fait ériger en 1937 une chapelle (à l’ouest du château, le long du chemin) pour y être inhumé
    Référence documentaire :
    Souancé/dressé en 1759 par Canüel pour le compte du Chapitre Cathédral de Chartres. (Archives
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le château de Trémont se situe à environ un kilomètre à l'est du bourg, placé sur un replat à mi
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-est (carte postale, vers 1900). IVR24_20192800007NUCAB Vue générale depuis le sud-ouest (carte postale, vers 1930). IVR24_20192800008NUCAB Vue de situation depuis le sud. IVR24_20192800194NUCA Vue générale depuis le sud. IVR24_20192800195NUCA
  • Grande Mairie : ferme
    Grande Mairie : ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Grande Mairie - isolé - Cadastre : 1811 B2 167 2019 OC 126
    Historique :
    Le fief de la Mairie de Queux est cité dès 1460 comme dépendance du chapitre cathédral de Chartres départementales, mais non retrouvé lors de l'étude). De l'époque du marché semble remonter le logis de la ferme d'angle du bâtiment d'exploitation nord. En 1759, la Grande Mairie apparaît sur le plan de Canüel comme . L'ensemble est vendu comme bien national le 19 octobre 1791 à Denis de Foisy de Trémon, pour 39 000 livres période, le bâtiment abritant le logis de ferme est transformé (agrandissement des ouvertures
    Référence documentaire :
    Souancé/dressé en 1759 par Canüel pour le compte du Chapitre Cathédral de Chartres. (Archives
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    cinq bâtiments répartis autour d'une cour ouverte. Le bâtiment d'habitation se trouve au sud de -canonnières, dont une obstruée entre la fenêtre chanfreinée et le chaînage d'angle à l'étage, témoignent d'une ancienne fonction défensive. Comme la tour, le corps d'habitation s'élève sur un rez-de-chaussée et un haut millésimes 1932 et 1935 montrent que le bâtiment a été construit en deux temps. Un vaste comble à usage de
    Illustration :
    Bâtiment d'habitation, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20192800141NUCA Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20192800142NUCA Tour, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20192800143NUCA Bâtiment d'exploitation est, date 1935 portée sur une plaque cimentée dans le parement Bâtiment d'exploitation nord, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20192800155NUCA
  • Bourg d'Argenvilliers
    Bourg d'Argenvilliers Argenvilliers - Bourg - en village
    Historique :
    Peu d'informations permettent de restituer le développement du bourg d'Argenvilliers. Il semble exister au moins dès le 12e siècle, époque à laquelle l'église paroissiale Saint-Pierre est cédée aux de cette époque, telles que le presbytère ou la maison de maître, situées au nord-ouest du bourg. Le
    Référence documentaire :
    Le Perche Pittoresque - Argenvilliers, l'Eglise./Jules Renoult éditeur. Carte postale ancienne Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le bourg s'est développé de manière linéaire à moins de 500 mètres au nord du bourg de Beaumont-les
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'église et du presbytère, depuis le sud-est. IVR24_20092800058NUCA
  • Vieille Cour : Ferme
    Vieille Cour : Ferme Trizay-Coutretot-Saint-Serge - La Vieille Cour - isolé - Cadastre : 1811 A 39 2019 OB 28
    Historique :
    -Marie Courtin, officier au régiment d'Enghien, en est le propriétaire à la Révolution. Émigré, son bien est vendu comme bien national le 7 fructidor an II (24 août 1794) à François Chèvre pour 12 000 livres vis-à-vis de part et d'autre d'une large cour. De ces deux bâtiments, seul le logis semble nous être la commune (de 1871 à 1888). Il est très certainement le commanditaire de la campagne de travaux , fait transformer le bâtiment d'exploitation sud-est en étable et remise. Au milieu du 20e siècle, le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    composent la ferme. Au nord-ouest se situe le logis. Sa façade principale est orientée au sud-est et il
    Illustration :
    Vue de situation de la ferme depuis le nord (vallée de la Berthe au premier plan Vue d'ensemble depuis le sud-ouest. IVR24_20192800093NUCA Vue générale, depuis le sud-est. IVR24_20192800094NUCA Vue d'ensemble des dépendances depuis le sud. IVR24_20192800096NUCA Dépendance (étable, grange, écurie), vue d'ensemble depuis le sud-ouest. IVR24_20192800098NUCA Remise, étable et hangar, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20192800100NUCA Écurie, étable et puits, vue générale depuis le nord. IVR24_20192800102NUCA
1 2 3 4 Suivant