Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 29 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Pont Saint-Hilaire (détruit, rue Saint-Hilaire)
    Pont Saint-Hilaire (détruit, rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Hilaire - en ville - Cadastre :
    Historique :
    Le pont Saint-Hilaire aurait été construit au 12e siècle, il est attribué au comte du Perche Rotrou Rotrou IV (1144-1191). Au 17e siècle, le pont Saint-Hilaire fait l’objet d’attentions régulières, comme 1811, le pont Saint-Hilaire enjambait les deux bras de l’Huisne immédiatement au nord est de l’église du même nom. Un nouveau pont Saint-Hilaire est construit plus au sud en 1853, la destruction de l’ancien pont est achevée en 1858. Le terminus ante quem du pont Saint-Hilaire est fixé à 1190. Le droit de caractéristiques de l’ancien pont Saint-Hilaire, on peut tout au plus affirmer que l’ouvrage détruit en 1853 était
    Référence documentaire :
    Pont Saint-Hilaire/ Auteur inconnu (copie de MÉLIAND). 19e siècle. Lithographie. (Extrait de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Hilaire - en ville - Cadastre :
    Titre courant :
    Pont Saint-Hilaire (détruit, rue Saint-Hilaire)
    Appellations :
    Saint-Hilaire
    Illustration :
    Plan géométrique de la rivière d'Huisne. Lithographie du pont Saint-Hilaire, Album Percheron, pl.17 Vue de l'actuel pont Saint-Hilaire et de la ville de Nogent. IVR24_20132800061NUC4A
  • Château Saint-Jean
    Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Historique :
    Le terminus ante quem du château Saint-Jean est fixé à 1031 par les textes. Le site est alors aux fils Thomas Ier. Le château Saint-Jean est démoli en 1357, son donjon est incendié entre 1428 et 1449
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3479. Inventaire des titres du chapitre Saint Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3485. Obituaire du chapitre Saint-Jean. Milieu Archives du Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. Inventaire. 1607. Archives du Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. État des réparations. 1688. Saint-Jean], 2004. Charte 5 DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye chartes 4, 7 et 13. GUERARD, Benjamin. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Père de Chartres. Tome 1 p. 4-15, 113. JOUSSET DE BELLÊME, Georges. Le château féodal de Saint-Jean. Mamers : Impr. Fleury municipal du château Saint-Jean], 2004. -Château Saint-Jean, 2011.
    Titre courant :
    Château Saint-Jean
    Appellations :
    château Saint-Jean
    Texte libre :
    de l’abbaye Saint-Denis, fixe à 1031 la date avant laquelle (terminus ante quem) un château est 11ème siècle. En 1080, le site dispose de deux chapelles sous les vocables de Saint-Jean et Saint de chanoines dans l’église Saint-Étienne . Le château Philippien En 1194, le chapitre Saint-Jean est fondé sous l’initiative du comte Geoffroy IV (1191-1202). Le chapitre de Saint-Etienne est alors réuni à celui de Saint-Jean. La collégiale Saint-Jean devient dès lors l’église majeure du château. Château par les troupes anglaises entre 1358 et 1561. L’église Saint-Jean est également ruinée à la suite des dans le Perche. Ainsi, elle effectue plusieurs dons au chapitre Saint-Jean, notamment pour le Montaigu, reprennent la Normandie. L’église Saint-Etienne est incendiée lors de la prise du château. En d'Anjou Au sortir de la guerre de Cent ans, la tour maîtresse et l’église Saint-Étienne sont ruinées. La refondation du collège Saint-Jean. Elle est effectuée en 1467, sous le consentement de Charles d'Anjou. La
    Illustration :
    Vue aérienne du château Saint-Jean et de la ville en 1950. IVR24_19922800080VA Château Saint-Jean, vue du nord-ouest. IVR24_20132800001NUC4A Enceinte, vue du sud-ouest, pavillon Louis XIII, tours de Saint-Victor et de Brunelles
  • Eglise paroissiale Saint-Saturnin
    Eglise paroissiale Saint-Saturnin Blois - rue Munier rue Croix-Boissée - en ville - Cadastre : 1980 DH 164
    Historique :
    Les origines de l' église Saint-Saturnin de Vienne sont antérieures à l' an Mil : il subsiste sur chapelle, de style première Renaissance, dédiée à Saint-Pierre. La charpente ayant été incendiée par les
    Référence documentaire :
    p. 83-88. LESUEUR, F. L'église Saint-Saturnin. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Saint-Saturnin
    Vocables :
    Saint-Saturnin
    Illustration :
    église Saint-Saturnin IVR24_19904100299XA
  • Prieuré de bénédictins Saint-Jean dit prieuré Saint-Jean-en-Grève, séminaire
    Prieuré de bénédictins Saint-Jean dit prieuré Saint-Jean-en-Grève, séminaire Blois - 12 avenue de Verdun - en ville - Cadastre : 1980 CW 175
    Historique :
    Le prieuré Saint-Jean-en-Grève, fondé en 1089 par le comte Etienne de Blois, dépendait de l' abbaye Faubourg Saint-Jean. Les bâtiments semblent avoir été reconstruits au 13e siècle, mais il n' en subsiste qu Saint-Joseph qui a réalisé une restauration remarquable du cellier médiéval.
    Référence documentaire :
    t. XXXII, 1958, p. 71-72. ALAIN (Père). Le prieuré Saint-Jean et le séminaire de Blois avant la t. XXIV, 1922, p. 179-195 FLORANCE, E.-C. Le souterrain-refuge du Remenier ou prieuré Saint-Jean-en p. 150 LESUEUR, F. Le prieuré Saint-Jean-en-Grève. Congrès Archéologique de France, 88e session t. XV, 1901, p. 24-59. THIBAULT, A. Le prieuré de Saint-Jean-en-Grève et sa justice. Mémoires de la
    Titre courant :
    Prieuré de bénédictins Saint-Jean dit prieuré Saint-Jean-en-Grève, séminaire
    Appellations :
    Prieuré Saint-Jean-en-Grève
    Vocables :
    Saint-Jean
  • Amboise : place dite parvis Saint-Denis
    Amboise : place dite parvis Saint-Denis Amboise - place, dit parvis Saint-Denis - en ville
    Historique :
    L'histoire du parvis de l'église Saint-Denis est de fait liée à celle de l'église éponyme. Saint ancien et avoir été implanté sans doute dès la première église fondée par Saint-Martin. L'abbé Bosseboeuf profondeur de cinq mètres, prouvent qu'ils remontent à une haute Antiquité ». Le mur nord de Saint-Denis Saint-Florentin et Saint-Denis sont déplacés. En 1774, le premier est transplanté sur une parcelle Saint-Thomas de cette ville, scittué au Clos du boeuf [...] ce terrain situé sur une élévation et hors
    Référence documentaire :
    VIOT, Richard (trad.). Sulpice Sévère, Vie de Saint-Martin. Tours, 1861, deuxième dialogue, VIII p
    Localisation :
    Amboise - place, dit parvis Saint-Denis - en ville
    Titre courant :
    Amboise : place dite parvis Saint-Denis
    Annexe :
    Localisation du cimetière Saint-Denis à Amboise Dans les archives de la ville Guillaume Galiene d'asne, ou carroue d'avant le cymetiere de l'eglise Saint Denis depuis la descendue dudit cymetiere - ont interprété cela comme le fait que « le cimetière Saint-Denis avait atteint dès le début du XVIe Saint-Denis jusqu'au Carroir, et non pas réellement la saturation du cimetière. Malgré cette divergence
    Illustration :
    Vue générale de l'église Saint-Denis et de son quartier. IVR24_20073700884NUCA
  • Maison, actuellement immeuble (14 rue Saint-Laurent)
    Maison, actuellement immeuble (14 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 14 rue Saint-Laurent - en ville
    Référence documentaire :
    -Château Saint-Jean, 2011.
    Description :
    . Le bâtiment principal est ménagé entre la rue Saint-Laurent et une cour postérieure. L’édifice est
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 14 rue Saint-Laurent - en ville
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (14 rue Saint-Laurent)
  • Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité
    Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité Thiron-Gardais - Bourg - en village
    Historique :
    L'abbaye bénédictine de Thiron a été fondée en 1114 par saint Bernard de Ponthieu. Son histoire est -Vilaine) et suite à une apparition, saint Bernard et quelques moines s'implantent à Thiron grâce à une construit en bois. Voyant d'un mauvais oeil cette installation, les moines clunisiens du monastère Saint Bernard. Il quitte alors les lieux dont un oratoire (dit chapelle Sainte-Anne des Bois) marque aujourd'hui l'emplacement présumé. Bernard se met alors sous la protection de saint Yves et du chapitre de Chartres qui lui congrégation de Saint-Maur s'installent au monastère. Ils décident d'ouvrir un collège d'enseignement classique
    Observation :
    Malgré les dommages causés par son démantèlement à la Révolution, l'ancienne abbaye de la Sainte
    Titre courant :
    Bourg : abbaye de la Sainte-Trinité
  • Bourg : église paroissiale Saint-Vincent (place des Marronniers)
    Bourg : église paroissiale Saint-Vincent (place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 C 1 1812 C 50
    Historique :
    La paroisse Saint-Vincent de Néons, aujourd’hui incluse au diocèse de Bourges, faisait partie ha entre Fournioux et le cours de l’Anglin, Plaux 2013). L’église Saint-Vincent est citée pour la vocable (saint Vincent, patron des vignerons) rappelle l’existence au Moyen Age de cultures de vigne Tournon-Saint-Martin (cf. dossier IA36007517) et de Lureuil (cf. dossier IA36010556), conçus par le même
    Référence documentaire :
    Archives départementales de l'Indre, F 1208. Bulle d’Innocent III en faveur de l’abbaye Sainte -Creuse, Pouligny-St-Pierre, Preuilly-la-Ville, Saint-Aigny, Sauzelles, Tournon-St-Martin. 1956. dactyl SECHERESSE, Jean (dir.). Chroniques historiques de Saint-Vincent de Néons. Néons-sur-Creuse
    Canton :
    Tournon-Saint-Martin
    Titre courant :
    Bourg : église paroissiale Saint-Vincent (place des Marronniers)
    Vocables :
    saint Vincent
  • Pont dit de bois (détruit, rue Saint-Laurent)
    Pont dit de bois (détruit, rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre :
    Historique :
    de 1690. Le doyenné de Saint-Denis déclare alors détenir le droit de péage sur toutes les moines de Saint-Denis les propriétaires du pont. « […] Item nous avons et nous appartient le droit de seigneurie lequel se nommeroit autrefois le pont de bois […]. » (in Déclaration et dénombrement de Saint l’Huisne à cet endroit avant le 15e siècle. Le fait que les moines de Saint-Denis soient titulaires d’un
    Référence documentaire :
    Archives nationales. Série P : article 938, n°38. Aveu et dénombrement de Saint-Denis. 1690. fol n
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre :
    Titre courant :
    Pont dit de bois (détruit, rue Saint-Laurent)
  • Église paroissiale Notre-Dame-des-Marais (détruite, 68 rue Saint-Laurent)
    Église paroissiale Notre-Dame-des-Marais (détruite, 68 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 68 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BH 187, 259
    Historique :
    d’une charte du cartulaire de Saint-Denis, datée vers 1099. L’église Sainte-Marie est citée au côté de une église Sainte-Marie et le castrum (la ville) de Nogent-le-Rotrou n’est donc pas fermement attestée . Si l’hypothèse d’une église Sainte-Marie d’origine romane n’est pas écartée, elle ne peut être l’archidiacre de Chartres en juillet 1198. L’église est alors aux mains des moines Clunisiens de Saint-Denis. La l’hypothèse d’une chapelle située dans le bourg de Saint-Denis ensuite érigée en paroisse par les ducs de n’ont pu être rigoureusement prouvées. L’église Sainte-Marie est construite avant 1198, date à laquelle l’évêché de Chartres récupère les bénéfices de l’église alors aux moines de Saint-Denis. Ce fait laisse clocher. L’édifice s’intégrerait alors au même titre que les églises Saint-Laurent et Saint-Hilaire, dont
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série H : 2601. Cartulaire de Saint-Denis. Copie, 15e p. 207 (Ch. CVII). DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes p. CCCXV GUERARD, Benjamin. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Père de Chartres. Tome 1. Paris
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 68 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BH 187, 259
    Titre courant :
    Église paroissiale Notre-Dame-des-Marais (détruite, 68 rue Saint-Laurent)
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Illustration :
    vue de Villebon, après 1624, Musée du château Saint-Jean. IVR24_20172800728NUCA Extrait de la vue de Villebon figurant l'église Notre-Dame (à gauche), l'abbatiale Saint-Denis se trouvant à droite. Peinture, après 1624 (copie). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou
  • Maison, actuellement cinéma Le Rex (26 place du Général-Saint-Pol)
    Maison, actuellement cinéma Le Rex (26 place du Général-Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 26 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Référence documentaire :
    418 bis - Nogent-le-Rotrou (E-et-L). La place Saint-Pol, panorama vers le nord-ouest. Vers 1920
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 26 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Titre courant :
    Maison, actuellement cinéma Le Rex (26 place du Général-Saint-Pol)
    Texte libre :
    l’édifice : le grand Logis, la Beche Lotterye et la maison de l’enseigne Sainte-Barbe. Ils font tous trois
    Illustration :
    Carte postale, place Saint-Pol, panorama vers le nord-ouest (vers 1920). IVR24_20162801712NUCA
  • Moulin d'Arcisses : prieuré Saint-Vincent, puis abbaye royale Notre-Dame du Val d'Arcisses, puis ferme, actuellement maisons
    Moulin d'Arcisses : prieuré Saint-Vincent, puis abbaye royale Notre-Dame du Val d'Arcisses, puis ferme, actuellement maisons Brunelles - Le Moulin d'Arcisses - en écart - Cadastre : 1811 A 33, 37 1992 A 29
    Historique :
    clunisiens de Saint-Denis de Nogent, persuade son fils de révoquer sa donation. En échange, le comte donne à monastère. Cinq années plus tard, face l'obstination des moines de Saint-Denis, Bernard doit partir hors de la règle de saint Benoît, est fondée en 1114. A son retour des campagnes d'Espagne, Rotrou III décide vocable de saint Vincent y est édifié. En 1225, Guillaume de Bellême, comte du Perche, érige le prieuré en
    Observation :
    saint Benoît et de sainte Scholastique dans l'église paroissiale de Margon ; le bénitier, transformé en fonts baptismaux, dans l'église paroissiale de Coudreceau et les reliques de saint Alexandre dans
    Référence documentaire :
    JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton. Tome II. Saint-Cyr-sur-Loire
    Titre courant :
    Moulin d'Arcisses : prieuré Saint-Vincent, puis abbaye royale Notre-Dame du Val d'Arcisses, puis
    Vocables :
    saint Vincent
  • La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne
    La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne Nogent-le-Rotrou
    Historique :
    -comte situé au pied de l’éperon Saint-Jean. L’espace est occupé par la curia et les milites comtale. Le monastère Saint-Denis qui donne lieu à la création d’un bourg du même nom. Le bourg neuf qui fait suite à la construction du pont Saint-Hilaire, passage propice à l’installation d’un pôle économique (Marchés
    Référence documentaire :
    Saint-Jean], 2004. -Gaillard, Chambois, Fécamp, Notre-Dame de Gravenchon (Fontaine-Saint-Denis), Grimbosq (Olivet), Mirville , Grosley (Le Pin), le Plessis-Grimoult, Condé-sur-Huisne (Rivray), Saint-Sauveur-le-Vicomte et DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. GUERARD, Benjamin. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Père de Chartres. Tome 1. Paris : Imprimerie de JOUSSET DE BELLÊME, Georges. Le château féodal de Saint-Jean. Mamers : Impr. Fleury, 1912. MATAOUCHEK, Victorine. Le château Saint-Jean à Nogent-le-Rotrou. Rapport de fouilles. 1998. MOUTON, Benjamin. Château Saint-Jean, donjon. Restauration et mise en valeur, avant-projet détaillé SIGURET, Philippe. Le château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou. Cahiers Percherons, 1957, n°2. Saint-Jean], 2004.
    Texte libre :
    dédicace des églises Saint-Étienne et Saint-Hilaire, toutes deux attestées au 11e siècle, suggère une droit de sépulture lié à l’église Saint-Hilaire en 1031, qui suggère son statut d’église paroissiale. Le . Le castrum et le monastère Saint-Denis (11e siècle) Le château de Geoffroy III, loin de se réduire à autonomie. C’est certainement une des raisons qui le pousse à fonder l’abbaye de Saint-Denis. Conscient de dynastique célébrant sa famille. La création du bourg monastique de Saint-Denis représente le dernier élément siècle, au-delà du château Saint-Jean, du prieuré Saint-Denis et de leurs bourgs, des établissements . Le château Saint-Jean est alors le siège du pouvoir administratif et judiciaire des Rotrou : l’adoption du modèle de la tour-palais en est une illustration. Le prieuré Saint-Denis exerce un contrôle léproserie Saint-Lazare, le chapitre Saint-Jean et la Maison-Dieu. La création du vicus novus et la manne combattent (castrum), ceux qui prient (le prieuré Saint-Denis) et ceux qui travaillent (marché). Elle peut
    Illustration :
    Le château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou, vuedu donjon et du châtelet d'entrée L'Abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier. IVR24_20132800122NUC4A La porte de l'abbaye Saint-Denis et l'église paroissiale Saint-Laurent. IVR24_20132800096NUC4A Eglise paroissiale Saint-Hilaire (choeur, abside et clocher fin du 12e siècle début du 13e siècle Maison Saint-Étienne, détruite, 2 rue du Paty. Vue ancienne et aquarelle. IVR24_20172800715NUCA
  • Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty)
    Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 5 rue du Paty - en ville
    Description :
    plateau Saint-Jean situé à l'est. Il est composé de trois bâtiments disposés autour d'une cour arrière qui
    Texte libre :
    Saint-Jean à l’est. La rue des Marches, également située à l’est, prend place le long des pentes du plateau Saint-Jean. Elle borde le second niveau des bâtiments de l’édifice, situés en fond de cour. La rue Marches permet un accès direct mais non carrossable au château Saint-Jean situé sur le plateau. L’édifice sur une cave creusée dans la craie à silex du plateau Saint-Jean. Seuls les bâtiments situés au n°5
    Illustration :
    Faces est et nord, vue des marches Saint-Jean (nord-est). IVR24_20162801327NUCA
  • Bonnelière : maison forte et ferme
    Bonnelière : maison forte et ferme Néons-sur-Creuse - La Bonnelière - isolé - Cadastre : 2015 B 154 1812 B 1104, 1105
    Canton :
    Tournon-Saint-Martin
  • Maison, puis presbytère
    Maison, puis presbytère Blois - 9 grands degrés Saint Louis - en ville - Cadastre : 1980 DO 446
    Historique :
    ) ; du milieu 18e siècle au début 20e siècle : presbytère de la paroisse Saint Louis.
    Référence documentaire :
    pour y installer le presbytère Saint-Louis ; le 8 mars 1824.
    Localisation :
    Blois - 9 grands degrés Saint Louis - en ville - Cadastre : 1980 DO 446
    Illustration :
    Bâtiment est, pignon nord, sur Grands Degrés Saint-Louis. IVR24_19834100171X
  • Hôtel Hurault de Cheverny
    Hôtel Hurault de Cheverny Blois - 18 rue Saint Martin - en ville - Cadastre : 1810 A 1282
    Historique :
    ' église Saint-Martin ; 2e moitié du 17e siècle : propriété de la famille Hurault de Cheverny, en 1749
    Référence documentaire :
    Archives privées. Procès et contestation lors de la démolition de l'église Saint-Martin, 14 avril gouttières sur le mur de l'hôtel, joignant l'église Saint-Martin, 13 février 1573 et 4 août 1582. Archives privées. Vente d'un terrain dépendant de l'hôtel aux mareillers de l'église Saint-Martin Archives privées. Procès entre Richard Fourniquet et les marguilliers de l'église Saint-Martin, 10
    Localisation :
    Blois - 18 rue Saint Martin - en ville - Cadastre : 1810 A 1282
  • Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie)
    Maison de chanoines dite la Chevecerie, actuellement maison (11-15 rue de la Chevesserie) Nogent-le-Rotrou - 11, 15 rue de la Chevesserie - en ville
    Historique :
    chapitre Saint-Jean, l’hypothèse reste à prouver. Les marqueurs stylistiques observés sur les bâtiments 1
    Référence documentaire :
    La Chevecerie. 1853. Dessin. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). La Chevecerie, planche III. 19e siècle. Aquarelle et collage. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le
    Illustration :
    Dessin : faces ouest et nord, vues du nord-ouest (1853 ; Musée-Château Saint-Jean, archives Dessin : faces ouest et nord, vues du nord-ouest (19e siècle ; Musée-Château Saint-Jean
  • Pont médiéval (détruit)
    Pont médiéval (détruit) Blois - quai de la Saussaye quai Villebois Mareuil - en ville
    Historique :
    don de deux moulins sur le pont au prieuré de Saint-Jean-en-Grève ; rien ne permet d' affirmer que ce pour entrer dans la ville ; cette dernière était établie sur la première arche. La chapelle Saint arche unique pour faciliter le passage des bateaux. La chapelle Saint-Fiacre est rebâtie dans les
    Référence documentaire :
    la chapelle Saint-Fiacre.. 25 mai 1626. t. XXXIV, 1913. DUFAY, P. La destruction du pont et de la chapelle Saint Fiacre. Mémoires de la HARDEL, Ch. Une fondation à la chapelle Saint-Fiacre de l'ancien pont de Blois. In : Le Loir-et p. 78-79 LESUEUR, Frédéric. La chapelle Saint Fiacre. In : Les églises du Loir-et-Cher. Paris
    Texte libre :
    variaient considérablement : les cinquième et quartorzième piles, qui supportaient, la chapelle Saint-Fiacre ouvrages militaires, la porte Saint-Fiacre côté ville, la tour du pont aux deux tiers de l'ouvrage et les tours commandant le faubourg de Vienne. La porte Saint-Fiacre ou porte du pont n'était pas construite éléments de fortification, la chapelle Saint-Fiacre était l'une des plus importante : elle avait remplacé fleuve, ils dépendaient du domaine comtal ou de fondations monastiques, comme ceux du prieuré Saint-Jean bourg Saint-Jean. Au XIIIe siècle, la construction d'édifices civils revêt une importance capitale pour
  • Fortification d'agglomération : tours dites tour des Carmélites, des Cordeliers, de Guise, de l' Angellier
    Fortification d'agglomération : tours dites tour des Carmélites, des Cordeliers, de Guise, de l' Angellier Blois - mail Clouseaux rue Gallois place de la République rue Trouessart - en ville - Cadastre : 1980 DN 35 39 DO 149 530 133
    Historique :
    ' abbaye Saint-Lomer et au couvent des cordeliers ; 1ère moitié 16e siècle : lors de l' aménagement du Port  : travaux importants de remise en état ; 1596 : construction de l' éperon de Saint-Lomer en remplacement d  : l' écroulement du pont entraîne la chute de la porte Saint-Fiacre et de la tour du Pont ; 1724  : arasement du mur de ville bordant BourgMoyen et Saint-Lomer ; 1734 : comblement du fossé ouest pour l
    Texte libre :
    le Bourgneuf et au sud la porte du Pont, plus tard Saint-Fiacre, commande l'entrée du pont. A l'ouest Saint-Jean ; enfin la porte du Foix, débouché de l'axe est-ouest, constitue l'entrée du faubourg du même était percé de deux poternes seulement, ouvertes sur le port Garnaud, (proche de Saint-Lomer et des Bourg Saint-Jean, le mur bifurquait à angle droit : il était flanqué d'une immposante tour ronde siècle : au sud, la porte du Puits-Guichard, au nord, la porte Clouseaux, la porte Saint-Jean n'étant , pour intégrer l'abbaye Saint-Lomer et le couvent des Cordeliers demeurés hors-les-murs. Après 1360, la menace de la guerre nécessitant la mise en état de défense de l'abbaye Saint-Lomer, le mur de ville est de ville en bordure du fleuve. Toutefois, la mise en état de défense de Saint-Lomer vers 1360 voies de circulation, comme les portes Chartraine et Saint-Fiacre, se distinguaient par une architecture portuaires. Près de Saint-Lomer au débouché de la rue Madeleine, la porte Garnaud assuraient une fonction de
    Illustration :
    Saint-Fiacre. IVR24_19884100672X Saint Lomer. Angle fronts sud et ouest. En bas à gauche : tour de Saint Lomer. En bas au milieu : porte Enceinte du milieu du XIVè siècle, front est. De bas en haut : tour des poudres, porte Saint Jean Modification de l'enceinte à la fin du XVIè siècle. Eperon de l'abbaye Saint Lomer (1596). Plan de Extension de l'enceinte à la fin du XIVè siècle (mise en état de défense de l'abbaye Saint Lomer