Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : église paroissiale Saint-Pierre
    Bourg : église paroissiale Saint-Pierre Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G 51
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    moines clunisiens de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, elle est donnée aux bénédictins de l'abbaye de très conflictuels avec les curés de la paroisse. L'église est probablement construite au 15e ou au 16e siècle - en témoignent les baies de la nef, du choeur et de la tour-clocher en arc brisé et à remplage gothique. Le 17e siècle constitue une seconde phase importante de travaux : aménagement d'un portail d'accès à l'ouest par Monthéau (architecte ? ; plans dressés en 1684), percement ou reprise de la porte d'accès à la tour-clocher (avec pilastre et fronton triangulaire, de style classique), érection de trois retables à l'initiative du curé Mauduison, pose de la cloche qui porte la date de 1658. Plus tard en 1687 , le curé Mauclerc déplore, lors de travaux de restauration, que les religieux de Thiron aient « abattu et ruiné le rond-point ou pignon de pierre au-dessus de la sacristie [qui se trouvait derrière 1871, le curé Arsène Amiot charge l'architecte Heurteau, de Châteaudun, de dresser des plans pour
    Observation :
    L'église paroissiale Saint-Pierre a connu plusieurs campagnes de construction. Sa structure du 15e , semble être inachevée - pour preuve, le raccordement maladroit de la flèche en ardoise avec la maçonnerie
    Référence documentaire :
    Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives Projet de restauration de l'église/architecte Heurteau. Plan, 1877. (Archives départementales Projet de restauration de l'église/architecte Heurteau. Plan, 1877. (Archives départementales Archives départementales d'Eure-et-Loir, G 809. Procès verbaux de visites faites par Nicolas Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron Lormeau, chantre de Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou, et Jacques Lormeau, curé de Notre-Dame de Nogent-le -Rotrou, tous deux doyens ruraux du Perche, dans les paroisses de leur doyenné, notamment Argenvilliers Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 077. Église : devis, mémoires. 1837-1938. BART des BOULAIS. Recueil des Antiquitéz du Perche, comtes et seigneurs de la dite province. Publié et annoté par H. Tournouër, Mortagne. Meaux : Pichard-Hayes et Daupeley-L., 1894 (fac-similé de l
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    De plan allongé, l'église paroissiale d'Argenvilliers comprend une nef unique, un choeur formé d'une travée droite et d'une abside, à pans coupés, ainsi qu'une tour-clocher de plan carré, accolée à formé d'un arc en plein cintre à double archivolte, et au nord par une porte en anse de panier à pierre. Elle abritait autrefois une chapelle dédiée à saint Côme et saint Damien, mais elle sert de nos jours de sacristie. Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit à pierre vue , à l'exception de la base de la tour-clocher, construite en pierre de taille de calcaire. Les uniquement les murs du chœur) sont en pierre de taille de calcaire, plus rarement de grès. Les toits sont à couverts de voûtes d'ogives. La clef de voûte du chœur est ornée d'un ange portant les armoiries de la
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Projet de restauration, plan dressé par l'architecte Heurteau en 1877. (Archives départementales Projet de restauration, coupe du choeur dressée par l'architecte Heurteau en 1877. (Archives Tour-clocher, élévation ouest, détail de la porte. IVR24_20092800010NUCA Nef, élévation nord, détail de la porte. IVR24_20092800008NUCA Vue de l'élévation occidentale depuis l'ouest. IVR24_20092800007NUCA Vue de l'autel nord dédié à la Vierge. IVR24_20092800013NUCA Vue de l'autel sud dédié à saint Antoine. IVR24_20092800014NUCA Baie de la nef, côté nord. IVR24_20092800015NUCA Baie de la nef, côté sud. IVR24_20092800016NUCA
  • Bourg : église paroissiale Sainte-Luce
    Bourg : église paroissiale Sainte-Luce Luzillé - Bourg - rue de Chenonceaux - en village - Cadastre : 2009 OH 9
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    évêque de Tours. Cet édifice a disparu et a été remplacé au 12e siècle par l'église actuelle, dédiée à sainte Luce. De cette époque sont conservés la base du mur sud de la nef et une partie des murs du choeur poinçons de la charpente du vaisseau sud datent du 15e ou du 16e siècle. L'église a été restaurée en 1707 fut détruit vers 1834 et l'autel repoussé plus avant dans le chœur. L'église n'a alors plus de sacristie. La même année, réfection des fausses voûtes lambrissées de la nef. En 1853, la fabrique cède une partie d'un bâtiment adossé à l'église pour en faire une sacristie. En 1854, destruction de l'une des consolidée en 1855 d'après les plans de L. Guérin, architecte : rajout d'une colonne intermédiaire en chêne et de tirants en fer. Le carrelage du vaisseau nord est refait en 1863.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, G 163. Sentence du présidial de Tours sur une et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880. CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Tours, 1930. contestation survenue entre le chapitre, principal décimateur de la paroisse de Luzillé, d’une part, et les curés de Sublaines, Bléré et Luzillé, le marquis de Brosse, le commandeur d’Amboise, le maréchal de La Motte, le seigneur de Montrichard et les religieux d’Aiguevives, tous décimateurs pour une partie, au sujet des réparations et embellissement de l’église.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'église, de plan allongé, comprend deux vaisseaux, celui du sud correspondant à la nef de l'église , de plan carré et à chevet plat. Le collatéral au nord communique avec le premier vaisseau par deux pans sur le vaisseau sud. Sur le vaisseau nord, présence de deux toits à deux pans et noues, orientés
    Localisation :
    Luzillé - Bourg - rue de Chenonceaux - en village - Cadastre : 2009 OH 9
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    , architecte. Bléré le 22 mai 1854. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, Série 2 O Dessin de la tribune. Louis Guérin, architecte, le 4 mars 1854. (Archives départementales d'Indre Plan de l'église indiquant la disposition du carrelage et du dallage à exécuter. Louis Guérin -et-Loire, Tours, Série 2 O). IVR24_20103702015NUCA Vue de la nef en direction du choeur. IVR24_20093701105NUCA Vue intérieure de la nef, vers l'ouest. IVR24_20093701106NUCA Vue intérieure de la nef, vers l'ouest. IVR24_20093701107NUCA Nef : détail d'un entrait de la charpente et de son poinçon. IVR24_20093701132NUC Vue intérieure de la nef et du bas-côté, vers l'ouest. IVR24_20093701108NUCA
  • Bourg : église paroissiale Saint-Martin
    Bourg : église paroissiale Saint-Martin Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village - Cadastre : 1811 A 71 2019 B 280, 331
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    le milieu du 19e siècle par le conseil municipal et le conseil de fabrique de ne conserver pour le Dès le 15e siècle, la paroisse de Trizay dépend de la châtellenie de Nogent. L'édifice, dans sa . Suite à la Révolution, les paroisses de Coutretôt, Saint-Serge et Saint-Jean-Pierre-Fixte sont réunies à celle de Trizay. A l'échelle de la commune de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge, la décision est prise vers culte que l'église de Trizay. A cette époque, elle se compose d'une petite nef, d'un choeur surmonté quelques 600 fidèles des trois anciennes paroisses (celle de Saint-Jean-Pierre-Fixte ayant retrouvé son de l'église. Il faut attendre 1866 pour que l'agent voyer cantonal Joseph-Alcide Taillandier en dresse les plans et devis. Le projet comprend l'agrandissement de l’édifice vers le nord-ouest (rajout d’une travée de cinq mètres à la nef), la fermeture de la porte nord-est, la destruction de l’ancien clocher. Le cahier des charges prévoit des conditions particulières d’exécution : « […] la pierre de
    Observation :
    tours-clochers de france qui ait connu un tel destin. Insolite, cette petite église de campagne a abrité dans les étages de son clocher le logement du curé desservant (entre 1846 et 1904) et la salle du conseil municipal (entre 1846 et 1956). L'ensemble
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 O 3457. Église paroissiale de Trizay. Archives départementales d'Eure-et-Loir ; V 199. Cultes : Inventaire des biens dépendants de la CALLAUD, Yves. Trizay-Coutretôt-Saint-Serge - 1835-2015 - Histoire de la commune. Juin 2015, 38 p. fabrique paroissiale de Trizay-Coutretôt-Saint-Serge. 14 février 1906.
    Description :
    de la Berthe. Orientée nord-est - sud-ouest, elle comprend un clocher-porche, une nef, un chœur et similaire. L'ensemble reçoit un décor néo-gothique (badigeon à fausse pierre de taille, fausse voûte plâtrée et badigeonnée avec fausses nervures). Les murs sont en moellons de calcaire, de silex et de grès (roussard) couverts d'un enduit à pierre vue. Les chaînages d'angle sont essentiellement en pierre de taille de roussard, à l'exception du pignon nord-ouest en pierre de taille calcaire - même matériau utilisé encadrements d'ouverture de la sacristie. Les toits à longs pans ou en flèche polygonale ou conique sont
    Illustration :
    Plan et élévation dressés en 1852 par l'agent voyer. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O Coupes transversale et longitudinale de l'édifice en 1866 (avant restauration) par l'agent voyer cantonal Taillandier. (Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 0 3457). IVR24_20192800248NUCA Projet retenu, plan dressé en 1867 par l'agent voyer cantonal Taillandier. (Archives Projet retenu, élévation dressée en 1867 par l'agent voyer cantonal Taillandier. (Archives Taillandier. (Archives départementales d'Eure-et-Loir ; 2 0 3457). IVR24_20192800251NUCA Dessin et plan anonymes de 1884 relatif à un projet de réfection des baies : dessin de l’actuelle baie du chœur à prendre en modèle pour agrandir la seconde baie du chœur au nord. (Archives Vue de situation depuis la cour de la métairie. IVR24_20192800260NUCA Élévation nord-est, chaînage d'angle en pierre de taille de roussard et de calcaire en partie
  • Reugny : église paroissiale Saint-Médard
    Reugny : église paroissiale Saint-Médard Reugny - place de Verdun - en village - Cadastre : 1819 G1 107 2009 G 257
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Un tableau des fondations faites au profit de la cure et de la fabrique de Reugny, conservé aux archives départementales, indique que la présence d'une église est attestée en 1090. La partie la plus ancienne de l'église, datant du 12e siècle, a conservé son appareil cubique et une baie romane murée sur le mur extérieur nord de la nef, ainsi qu'un portail roman sur le mur sud (actuellement dans la sacristie ). Cependant la nef a fait l'objet de modifications comme en témoigne le changement d'appareil dans la partie modifié (présence de différents appareils) et qui semble remonter au 15e siècle. Plusieurs chapelles (d'Orfeuil, de la Madeleine, de la Vallière, de Boissay, de la Côte, Sainte Barbe, de Launay, du Rosaire . La chapelle située au nord de la nef daterait du 13e siècle selon Ranjard ou du 15e siècle selon l'architecte Cornet, dans son rapport de 1889. Chapelle d'Orfeuil, elle devient chapelle de la Vallière après l'achat de ce fief par Jean le Blanc, seigneur de la Vallière, en 1596. Elle est également appelée ensuite
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194). Reugny, presbytère : plans, coupes et élévations. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O Archives départementales d'Indre-et-Loire. 5 V 81. Archives départementales d'Indre-et-Loire. E dépôt 194 M 8. Église et presbytère. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 194 8. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 5 V 81. p. 173-174. DEYRES, Marcel. Belles église de Touraine. C.L.D., 1979. GABEAU, Alfred. Étude sur le marquisat de La Vallière et sur les fiefs qui en dépendent. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1902, t. 13, p. 362-392 et 435-473. TRICOT, Louis. Saint-Médard de Reugny. Notes manuscrites, 48 pages.
    Représentations :
    Les seigneurs de la Vallière avaient droit de litre dehors et dedans, depuis au moins le milieu du 17e siècle. Quelques traces de leurs armoiries sont encore visibles sur les murs extérieurs nord et sud de la nef. Chacun des chapiteaux des pilastres et des colonnes soutenant les ogives sont décorés de motifs différents de type corinthien. Six d'entre eux sont ornés d'une lettre (R, C, P, S, A et B pierre avec clé de voûte ornée d'un blason à trois fleurs de lys tenus par deux personnages. Une pierre sculptée avec un blason à trois fleurs de lys est également placé sur le mur sud de la travée. Dans la crypte, un blason en pierre, représentant un lion léopardé (armes de la famille La Baume le Blanc ) encadré de deux lévriers rampants et surmonté d'un heaume, présente des traces de polychromie. Présence de
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'édifice est construit en moellon enduit et pierre de taille et couvert en ardoise. La façade , surélevée par rapport au niveau de la rue, est précédée d'un escalier droit protégé par un porche en des contreforts sur les mur nord et ouest. Le mur nord est percé de cinq baies : quatre de ces baies extérieur permet d'accéder à la charpente de la nef et au clocher dont la flèche est torse. Le mur sud deux voussures, décoré de chevrons en dents de scie. Ce portail également muré n'est visible que depuis la sacristie. Six traces de blasons peints sont encore visibles entre les baies et sur un contrefort sur le mur nord de la nef et une autre presque effacée sur le mur sud. Il s'agit des derniers vestiges de l'ancienne litre seigneuriale. La chapelle nord, couverte d'un toit à longs pans et croupe, est percée d'une baie en plein cintre ouverte à l'emplacement d'une ancienne baie plus grande en anse de troisième chapelle plus petite. Elles sont couvertes de toits à longs pans à pignons découverts qui étaient
    Localisation :
    Reugny - place de Verdun - en village - Cadastre : 1819 G1 107 2009 G 257
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Élévation de l'église, Vestier, 1846. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 194 8 Projet de restauration de l'église. Plan, Cornet, 1889. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Projet de restauration de l'église. Élévation (côté est), Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de l'église. Élévation (côté est), Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de l'église. Coupe longitudinale, Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de l'église. Coupe longitudinale du choeur, Cornet, 1889. (Archives Projet de restauration de l'église. Coupe transversale, Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de l'église. Coupe transversale, Cornet, 1889. (Archives départementales Projet de restauration de la flèche. Élévation, Cornet, 1890. (Archives départementales d'Indre-et Projet de restauration de l'église. Plan, Hardion, 1895. (Archives départementales d'Indre-et-Loire
  • Bourg : église paroissiale Saint-Urbain
    Bourg : église paroissiale Saint-Urbain Courçay - Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    L'église a été construite au cours de la seconde moitié du 11e siècle, comme en témoignent le petit appareil de moellons et l’emploi d’une variété de tuf karstique, utilisé pour l’encadrement de la porte nord et pour les contreforts, issu d’une carrière locale exploitée par les moines de Cormery entre 1050 siècle mais la flèche actuelle a été élevée au 15e siècle. Le chœur et l’abside voûtée en cul de four datent de la première moitié du 12e siècle ; la postériorité du chevet par rapport au clocher est visible surélevée lors d'une réfection de sa charpente au cours de la seconde moitié du 15e siècle ou au début du 16e siècle. Les baies ont été agrandies à une date indéterminée, à l’exception de la baie nord de la première travée et de celle qui surmonte la porte sud. La charpente du chœur a été refaite au cours du 15e devis prévoit également la réfection du carrelage, la pose de gouttières et le rehaussement de la porte du clocher donnant sur le mail. Faute de moyens, la commune ne donne pas suite et demande, en octobre
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O/85. Réparations de l’église : avis de l’architecte formation des territoires. 34e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France. Tours : FERACF Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O/85. Devis estimatif des travaux à exécuter pour les Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O/ 85. Église : plan pour la réfection du carrelage p. 108-110. DEREYS, Marcel. Belles églises de Touraine. Chambray : C.L.D, 1979. CHAPU, Philippe. Courçay. La Sauvegarde de l'Art Français, cahier 22, 2009, p. 46-47. RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Tours, 1930. p. 51-52 ZADORA-RIO, Élisabeth (dir.). Des paroisses de Touraine aux communes d'Indre-et-Loire : la
    Représentations :
    La corniche du chevet est ornée de demi-cercles que l'on observe également sur les tablettes des
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille grès moellon sans chaîne en pierre de taille silex moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    L'église est construite en petit appareil de moellons mêlant des roches de diverses nature flèche sont également construits en moellons. L'absence de pierre de taille en renfort aux angles avait déjà été soulignée dès le milieu du 19e siècle par l'architecte Gustave Guérin chargé de l'entretien de gouttereaux sont renforcés au moyen de contreforts plats et percés de petites fenêtres en plein cintre sans décor. Le chœur comprend deux travées voûtées en berceau brisé et une abside voûtée en cul de four ronde sur le chevet, le tout couvert en ardoise. Le clocher de plan carré est renforcé par des contreforts plats au milieu de chaque face et aux angles. Le beffroi, également de plan carré, comprend deux niveaux ; chaque face est percé de deux baies en plein cintre, non jumelées, pourvues d'abat-sons. La quatre petites baies en saillie surmontées de gâbles. Les trous de boulin sont apparents sur le clocher
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Couvrements :
    cul-de-four
    Illustration :
    Plan pour la réfection de la couverture ; non signé, daté 1928. (Archives départementales d'Indre Extrait du plan cadastral ancien, section C2, 1826. (Archives départementales d'Indre-et-Loire , Tours, 3 P). IVR24_20123700202NUCA Vue de volume au nord-est. IVR24_20123700737NUCA Vue d'ensemble de la façade sud avec la place au premier plan. IVR24_20123700740NUCA Vue intérieure de la nef vers le choeur. IVR24_20123700738NUCA Vue intérieure de la nef depuis le choeur. IVR24_20123700739NUCA Vue de la façade nord. IVR24_20123700769NUCA Mur nord de la nef. IVR24_20123701864NUCA Vue d'ensemble de la façade ouest. IVR24_20123700763NUCA
  • Église Saint-Denis-Hors-les-Murs (parvis Saint-Denis)
    Église Saint-Denis-Hors-les-Murs (parvis Saint-Denis) Amboise - parvis Saint-Denis - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    trois sources : l'Historia Francorum écrite par Grégoire de Tours, des sarcophages retrouvés en fouilles , Amboise n'est pas épargnée. Les Dialogues de Sulpice Sévère datant de cette période rapportent l'établissement à Amboise de clercs et de moines. L'église d'Amboise est l'une des six églises fondées par Martin avec celles de Langeais, Saunay, Ciran, Tournon et Candes. Il précise aussi qu'une idole païenne avait d'agglomérations connu, celui de la hiérarchie ecclésiastique. Dès le Haut Moyen Âge, le pôle de Saint-Denis et des découvertes numismatiques. Le cimetière de Saint-Denis, appelé « le cimetière des Innocents signale qu'étaient visibles « dans une cave située à une trentaine de mètres, des cercueils taillés dans une pierre unique et plus large du côté de la tête, avec des couvercles aussi en pierre ». Il précise que « l'absence d'ornements et de signe symboliques empêche de les dater d'une façon précise ; mais les fragments de tuiles à rebord, perdues dans le sol où les cercueils sont engagés à la profondeur de
    Référence documentaire :
    municipale de Tours : L. A. Amboise : Saint-Denis ; R. 2, Ic. 819). . (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Saint-Denis ; R. 1, Ic. 2447). beaux arts de Tours). Archives départementales d'Indre-et-Loire; 1 Q 6 : Biens nationaux. États de Saint-Denis et Saint Amboise, Saint-Denis-Hors. Lithographie aquarellée Jourdain Sc., 1842. (Bibliothèque municipale de LESUEUR, Frédéric. Saint-Denis d'Amboise. Congrès archéologique de France, Tours, 1948. Paris, 1949 religieuse en Touraine. Tours : Université François Rabelais de Tours, Centre d'Études Supérieures de la VIOT, Richard (trad.). Sulpice Sévère, Vie de Saint-Martin. Tours, 1861, deuxième dialogue, VIII p Vue de la ville d'Amboise et du château de Chanteloup, détail/par Pierre Lenfant. 1762. (Musée des Amboise, autel de Saint-Denis, attribué à A. Charpentier. Photographie noir et blanc, n.d
    Représentations :
    Fleurons ; cornes d'abondaces ; oiseaux entrelacés ; oves ; choux gothiques ; feuilles de chêne.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    pavage est mentionné dans les archives de la ville. À cette construction primitive, ont été ajoutées au L'église Saint-Denis est bâtie en pierre de taille de tuffeau, selon un plan en croix latine orientée, de 41,50 m de long sur 23,70 m de large. L'église des XIIe-XIIIe siècles présentait un chevet un puissant contrefort rectangulaire. Le transept traversant, surplombé de son clocher placé à la croisée du transept, ouvre sur une nef flanquée de deux bas-côtés. Le clocher a été restauré au XVIIIe siècle par suite de l'effondrement de l'ouvrage primitif. Les maçonneries des murs gouttereaux, en niveau inférieur. Entre ces derniers, les fenêtres basses ouvrent sur les bas-côtés. En dépit de ce que pourrait laisser penser l'aspect neuf du portail nord, ce dernier est authentique. Il est surmonté de trois voussures sculptées de feuillages très restaurées. Les baies sont quant à elles soulignées de doubles bas (gorge-tore-gorge). Le clocher de plan carré (8,40 m de côté) est couvert d'un toit pyramidal. À
    Illustration :
    des beaux arts de Tours). IVR24_19923700292X Plan de l'église Saint-Denis-hors-les-Murs, d'après le docteur Lesueur. IVR24_20093700445NUD Vue ancienne de la façade nord. IVR24_19753702071X Vue générale de l'église Saint-Denis depuis le promontoire du château. IVR24_20083700129NUCA Détail de la « Vue de la ville d'Amboise et du château de Chanteloup » en 1762, par Lenfant. (Musée Vue de Saint-Denis depuis le pont de la ville. IVR24_20073700964NUCA Vue de la façade ouest, et du bas-côté sud ajouté au XVIe siècle. IVR24_20073700599NUCA Vue de la façade ouest. IVR24_20073700600NUCA Détail du portail de la façade ouest. IVR24_20073700601NUCA Vue d'un culot de la nef du XIIe siècle. IVR24_20073701154NUCA
  • Bourg : église paroissiale Notre-Dame (place des Tilleuls)
    Bourg : église paroissiale Notre-Dame (place des Tilleuls) Lurais - Bourg - place des Tilleuls - en village - Cadastre : 1987 B 19
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    L'église de Lurais et ses dépendances sont données en 931 par Frottier, évêque de Poitiers, à l'abbaye bénédictine Saint-Cyprien de Poitiers. L'église est désignée sous le vocable de Sainte-Fercinte fut confondue avec sainte Fercinte de Tolède), puis de Notre-Dame. L'origine de ces deux vocables fait l'objet de plusieurs hypothèses : existence de deux églises ou bien changement de dédicace tardif lié à la translation des reliques ou à la construction du prieuré au 12e siècle ? En 1507, Antoine de Champroprin , abbé de Saint-Cyran, de Fontgombault et de Méobecq, fait construire une chapelle sur le flanc sud de l'édifice. Recouvrant des pratiques profanes, le pèlerinage en l'honneur de sainte Fercinte est supprimé par l'évêque de Poitiers en 1780. L'église est restaurée au milieu du 19e siècle. La chapelle St-Roch de Champroprin est édifiée. L'édifice est enduit et peint en 1856 ; ces décors ne sont plus en place
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire, commune de Lurais, section B. (Archives départementales de l'Indre, 3 P Archives départementales de l'Indre, 2 O/104/7. Lurais, administration communale : bâtiments (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6061). p. 50-52 BRYANT, Simon. Les bourgs de Brenne. Étude archéologique et morphologique des bourgs de la vallée de la Creuse : étude réalisée en collaboration avec le Service Régional de l'Archéologie, le Service Régional de l'Inventaire et le Parc naturel régional de la Brenne. Orléans : SRA Centre, mars à p. 15 DE BASCHER, J. Étude de quelques églises de la région du Blanc. Fontgombault, Lurais, Néons DE BASCHER, J. Lurais, l'église et le prieuré (esquisse historique et archéologique). 13 novembre p. 242 DE MONTIGNY, Arnaud (dir.). A la découverte des Églises de l'Indre. Chauray : Ed p. 217 DESHOULIERES, F. Les églises de France. L'Indre. Manuscrit dactylographié.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'actuel clocher-porche de l'église s'avérait être à l'origine un clocher sur une travée de choeur serait donc le choeur primitif de l'église, a été agrandie par une série de chapelles au 15e siècle et au 19e siècle : d'abord celles d'Antoine de Champroprin au nord et de Saint-Roch au sud, puis les
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] de Champroprin Antoine
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    L'église sur le plan cadastral de 1812 : en haut à gauche de l'image (B 82). (Archives . (Archives départementales de l'Indre, 11 Fi 104/2). IVR24_20123600480NUC2B L'église et le prieuré depuis les bords de Creuse, carte postale vers 1913. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 76). IVR24_20123600450NUC2A L'église et le prieuré depuis la Toltière (commune de Fontgombault), carte postale vers 1919 départementales de l'Indre, 48 J 4 B 6060). IVR24_20123600481NUC2B Vue générale de l'église depuis le sud-est. IVR24_20123600485NUC2A Vue générale de l'église depuis le sud-est. IVR24_20123600486NUC2A Détail de l'appareil réticulé en mur-pignon. IVR24_20123600488NUC2A
  • Bourg : église paroissiale Saint-Martin
    Bourg : église paroissiale Saint-Martin Sublaines - Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Le village de Sublaines appartenait au IXe siècle à la collégiale Saint-Martin de Tours ; cette lattis a été mise en place, remplacée en 1980 par le lambris de couvrement actuel, en lattis de
    Représentations :
    Modillons de la corniche ornés de personnages barbus.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'église, de plan allongé, comprend une nef à vaisseau unique construite en moellons ; le clocher et le chœur sont en pierre de taille. La façade ouest, très sobre, est simplement percée d'une porte cintre. La nef comprend trois travées débouchant sur une travée carrée, voûtée d'ogives de section carrée , soutenant le clocher. La nef n'est pas voûtée mais couverte par une fausse voûte en berceau en lattis de châtaignier. Les entraits et les poinçons de la charpente sont visibles ; les entraits reposent au nord et au plein cintre, et qui est voûtée en cul de four. Le chevet possède une corniche à modillons ornés de têtes de personnages. Le clocher carré, dépourvu de flèche, est couvert par un court toit pyramidal en ardoise. La chambre des cloches est percée de deux baies géminées sur chaque face, soulignées de corniches
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral ancien, section C, 1824. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Vue d'ensemble de la façade ouest. IVR24_20103702012NUCA Détail de la partie haute du clocher, façade est. IVR24_20103702410NUCA Vue intérieure de la nef depuis le choeur, vers l'ouest. IVR24_20103701941NUCA Vue intérieure de la nef en direction du choeur. IVR24_20103701939NUCA Vue intérieure de la nef en direction du choeur. IVR24_20103701940NUCA
  • Bourg : église paroissiale Saint-Christophe
    Bourg : église paroissiale Saint-Christophe Bléré - 5 place de la Libération - en ville - Cadastre : 2016 AC 303 1826 E1 264
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Référence documentaire :
    Archives départementales d’Indre-et-Loire, G 709. Décret de l’archevêque de Tours, approuvant Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 27/15. Projet de reconstruction des voûtes. 1875. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 27/15. Plan de la grande nef, du transept et de Archives départementales d’Indre-et-Loire, G 709. Fondation et dotation de quatre chapelains, en Archives départementales d'Indre-et-Loire, 1 J 218. Titre de collation pour servir la chapelle Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 027/1 M 19. Procès-verbal de réception p. 213-220 LESUEUR, Frédéric. L'église de Bléré. In : Congrès archéologique de France, Tours, 1948 formation des territoires. 34e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France. Tours : FERACF 1464, par Pierre Bérard, seigneur de Bléré, pour desservir la chapelle de Saint-Pierre, qu’il avait ladite fondation (de la chapelle de Saint-Pierre) en 1465.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    L'église actuelle résulte de l'adjonction de plusieurs bâtiments réunis de manière à former un seul édifice. Vaisseau nord de la nef de trois travées voûtées en brique sur structure métallique débouchant s’interrompant pour former un caisson plat rectangulaire au centre. Portail du vaisseau central de la nef à flamboyante. Vaisseau sud comprenant deux travées couvertes de voûtes d'ogives bombées ; pignon ouest ayant (bûché) et de baies en plein cintre (bouchées).
    Localisation :
    Bléré - 5 place de la Libération - en ville - Cadastre : 2016 AC 303 1826 E1 264
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Texte libre :
    1941. Selon Grégoire de Tours, une première église aurait été fondée dans le vicus de Briotreide par saint Brice, quatrième évêque de Tours, au 5e siècle. L’église, détruite en 838 par les Normands, fut L’hétérogénéité architecturale de l’église de Bléré résulte de l’histoire complexe de sa construction, fruit de la réunion de deux églises distinctes séparées par une ruelle, elle-même couverte en reconstruite. La première mention de cette nouvelle église dédiée à Saint-Christophe figure dans une charte de l’évêque Théotolon en faveur de l’abbaye de Saint-Julien, datée de 939. Une bulle du pape Célestin II confirma le rattachement de l’église de Bléré à cette abbaye en 1144. Le vaisseau nord de l’église conservé l’essentiel de son parement en petit appareil de moellons dont la partie supérieure garde la trace partie visible de l’église et date vraisemblablement du 11e siècle. La nef initiale était contemporaine de ce pignon mais on ignore comment elle s’achevait à l’est. Le chœur, édifié au cours du 12e siècle
    Illustration :
    Dubois, architecte, le 5 juin 1892. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O de voûte et des nervures métalliques. Par Dubois, architecte, le 5 juin 1892. (Archives Plan de l'église Saint-Christophe avec localisation des différentes chapelles. D'après plan CRMH Centre-Val de Loire. IVR24_20163700229NUD Plan de la grande nef, du transept et de l'abside indiquant les travaux projetés. Ech. :1/100. Par départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 2 O). IVR24_20133700216NUCA Vue d'ensemble de la façade nord de la chapelle Saint-Christophe. IVR24_20143703176NUCA Façade ouest de la nef Saint-Christophe. IVR24_20163700225NUCA Façade ouest avec le portail de la nef Saint-Pierre au centre. IVR24_20143703175NUCA Chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul dite chapelle de Pierre Bérard : pignon est et tourelle
  • Bourg : église paroissiale Saint-Romain (rue Principale)
    Bourg : église paroissiale Saint-Romain (rue Principale) Athée-sur-Cher - rue Principale - en village - Cadastre : 2011 D01 64
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    , l'église actuelle fut édifiée au XIIe siècle sur un terrain dépendant du fief de Chesnaie. De cette époque subsistent le mur sud de la nef et la tour carrée du clocher. D’importants travaux exécutés au cours du XVIe , une chapelle seigneuriale de plan carré est bâtie à la fin du XVe siècle ou au cours de la première moitié du XVIe siècle. Durant la première moitié du XVIe siècle, mais après 1506 en raison de la présence des vestiges des armoiries de la famille Bohier, seigneurs de la Chesnaie à partir de cette date , l’église est agrandie au sud par la construction d’un collatéral de trois travées et d’une chapelle de deux travées dans son prolongement (actuelle chapelle de la Vierge). Au cours du XVIe siècle, le vaisseau principal de la nef est rehaussé, la charpente et le pignon ouest sont repris. Il était initialement prévu de voûter le collatéral ainsi que le vaisseau principal de la nef. Les amorces des ogives sont siècle. L’historien Carré de Busserolle indique que l'église fut restaurée vers 1635 à la demande de
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 8/32. Plan, coupe et élévation de l'église, dressés Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 8/32. Restauration de l'église ; entreprise du sieur Archives départementales d'Indre-et-Loire. Association pour le développement de la recherche François Rabelais, Tours). Étude de l'église Saint-Romain d'Athée-sur-Cher. 1992. 41p. et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 8/32.. Devis estimatif des travaux à exécuter pour la restauration de l'église. Par Gustave Guérin et Auguste Alizon, architectes. 20 mai 1863. Borie Joseph demeurant à la Croix : procès verbal de réception. 20 octobre 1867. Athée-sur-Cher. La Sauvegarde de l'Art français ; cahier 9, 1995, p. 54-55. CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'église de plan allongé est construite en moellon de calcaire. Elle comprend une nef éclairée au sud par deux baies et doublée au nord par un collatéral de trois travées déterminant à l'extérieur couvertes de voûtes d'ogives barlongues et une abside à cinq pans voûtée d'ogives, éclairée par trois baies ardoise. Une sacristie est édifiée dans le prolongement de cette chapelle, à l'est, et une seconde sacristie est construite en pendant au nord, contre le chœur et la chapelle de la Vierge. La façade ouest en moellon enduit est percée d'un portail en plein cintre surmonté de deux baies en plein cintre accolées. Le inférieur est éclairé sur chaque face par des baies jumelées en plein cintre, séparées par une paire de colonnes à chapiteaux à crochets ; un bandeau orné de billettes court sur les quatre faces de la tour et ce niveau que se concentrent les éléments de décor ; bien que restaurés pour la plupart, il en reste quelques-uns d’origine. Le niveau supérieur de la chambre des cloches, couronné d’une corniche à gros
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Plan de l'église par Gustave Guérin et Auguste Alizon, 20 mai 1864. (Archives départementales Extrait du plan cadastral ancien. Plan d'alignement du bourg, section D2, 1826. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours). IVR24_20113702144NUCA d'Indre-et-Loire, Tours.) IVR24_20163700228NUCA Vue de volume au sud-ouest. IVR24_20123700098NUCA Vue de volume au sud. IVR24_20123700101NUCA Clocher : détail de la façade ouest de la chambre des cloches. IVR24_20153700870NUCA Pignon de la chapelle nord-est. IVR24_20193700641NUCA Vue intérieure de la nef en direction du choeur. IVR24_20113703226NUCA Partie nord du choeur avec la porte d'entrée de la sacristie nord surmontée d'un gâble
  • Bourg : église paroissiale Saint-Médard
    Bourg : église paroissiale Saint-Médard Dierre - rue de Chenonceaux place du Général De Gaulle - en village - Cadastre : 1823 B 740 2014 OE 0691
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O. Devis de réparations à faire aux croisées de Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O. Procès-verbal d'estimation de plusieurs objets à Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 96.2. Procès-verbal de réception de la sacristie en et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1883. (3 vol.). l'église suite aux orages du mois de juin 1839. Par Boutier, agent-voyer, 26 octobre 1839. vendre dans la commune de Dierre en date du 17 juin 1841, dressé par l'agent-voyer Boutier. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O. Devis des travaux à faire pour la couverture et le carrelage de l'église, de la sacristie et du porche. Par Boutier, agent-voyer. 6 mai 1843. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O. Devis estimatif des réparations à faire au clocher Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O. Procès verbal d'adjudication pour la vente du
    Représentations :
    A l’ouest, le portail central de la façade et la maçonnerie en petit appareil de moellons qui lui est associée constituent les parties les plus anciennes de l’église. Le portail, sans tympan, très d’archivolte orné d’une ligne de zigzags et de dents de scie. Le décor des impostes reprend le motif en zigzag , surmonté de croix entre deux cordons. La construction du vaisseau sud a été en partie financée par la corporation des bouchers d’Amboise, en échange d’un droit de pacage pour leurs animaux. Ainsi s’explique la curieuse représentation qui figure à la clé de voûte de la première travée : un animal hybride à tête de chèvre est entouré des principaux attributs de la boucherie : couperet, couteau et fusil à aiguiser.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Localisation :
    Dierre - rue de Chenonceaux place du Général De Gaulle - en village - Cadastre : 1823 B 740 2014
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Texte libre :
    d’un fief tenu par Tescelin de Pithiviers qui le vendit à l’abbaye Saint-Julien de Tours. La cure était Historique Le cartulaire de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans nous apprend que l’église de à la présentation alternative des abbés de Saint-Julien et de Beaulieu, cette abbaye détenant le portail central de la façade et la maçonnerie en petit appareil de moellons qui lui est associée constituent les parties les plus anciennes de l’église. Le chœur, construit en pierre de taille , postérieurement à la nef, date de la fin du XIIe siècle. Le vaisseau sud a été ajouté au XVe siècle. Au XVIe siècle, un second collatéral de deux travées communiquant avec le clocher placé à l’angle nord-ouest de (vraisemblablement en bois) dont on connaît l'existence par un plan sommaire daté de 1841 longeait la façade ouest de la sacristie a eu lieu en 1852 selon les plans de Gustave Guérin. Description Telle qu’elle se présente aujourd’hui, l’église s’inscrit dans un plan presque carré de 19 mètres de long sur environ 17,50
    Illustration :
    cimetière, du calvaire et de la galerie-porche avant démolition. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Plan d'alignement du bourg issu du plan cadastral de 1823, section B, montrant l'emplacement du cimetière. 1841. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2O). IVR24_20193700651NUCA Plan de l'église levé en 1966. (Ministère de la Culture, STAP Indre-et-Loire Plan et coupe de la sacristie à construire, dressé le 20 mai 1852 par Gustave Guérin, agent-voyer . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O). IVR24_20173701116NUCA Vue de volume à l'ouest. IVR24_20143703724NUC4A Clé de voûte de la première travée du vaisseau sud. IVR24_20143703737NUC4A Clé de voûte de la troisième travée du vaisseau sud. IVR24_20143703736NUC4A Clé de voûte de l'abside du vaisseau central. IVR24_20143703735NUC4A
  • Château-Renault : église paroissiale Saint-André
    Château-Renault : église paroissiale Saint-André Château-Renault - rue Martin Gardien - en ville - Cadastre : 1835 B 572 2014 AN 72
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    En 1066, le seigneur de Château-Renault donne aux moines de l'abbaye Saint-Julien de Tours une partie de la façade (trace de l’ancien pignon) de l'ancien édifice pourraient cependant avoir été caractérisé par de nombreuses campagnes de restauration. En 1807, il est jugé urgent d'intervenir sur les vitraux, le lambris, les enduits et les parements extérieurs. En 1830, des travaux de réparation du clocher, de la chapelle et de la couverture de la nef sont achevés pour la somme de 5 300 francs. Par une délibération du 4 janvier 1841, le conseil de fabrique constate que "placée à plus d'un mètre au-dessous du reste de l'église, la sacristie présente un danger réel pour ceux qui y descendent et ce qui est source placées dans l'église et qui sont loin par conséquent d'offrir les garanties de sûreté désirables" et déclare que des travaux "d'assainissement et d'agrandissement de la sacristie sont urgents". Entre 1841 et 1846, les travaux de rehaussement de la rue de la République accentuent l'encaissement naturel de
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Château-Renault. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 63). Château-Renault, église paroissiale Saint André. Projet de clocher. (Archives départementales Église de Château-Renault, Projet de restauration. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 29 J Église de Château-Renault, Clocher, flèche. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 29 J 250 Église de Château-Renault. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 63 47). 1807-1888. Château-Renault, église Saint-André. Photographie ancienne. (Archives départementales d'Indre-et Château-Renault, église paroissiale Saint André. Élévation. (Archives départementales d'Indre-et Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P2. Plan cadastral napoléonien. 1835-1836. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 29 J 229. Fonds Guérin. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 63 47. Église. 1807-1888.
    Représentations :
    Le portail à arc en anse de panier est accosté de colonnes architecturées terminées par des
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    collatéral (entre les deux rampes de l'escalier de l'ancien transept nord de l'église gothique), construit en moellon enduit et pierre de taille. La nef, la deuxième travée du collatéral et la chapelle Saint-Roch sont couverts de toits à longs pans en ardoise à pignons découverts. La première travée du collatéral est couverte d'un toit à longs pans et une croupe en ardoise. La chapelle de la Vierge est couverte la charpente sont couverts de toits polygonaux en ardoise. Le clocher est couvert d'une flèche en les angles de la chapelle Saint-Roch, sur le chevet, la façade ouest et le mur sud de la nef. Ces contreforts sont surmontés de pinacles (chapelle Saint-Roch) et de frontons triangulaires ornés de losanges en ardoise (chevet). Le mur sud de la nef, éclairé par de très grandes baies (conçues à l’origine pour être des arcades), conserve la trace de l'amorce d'un collatéral non réalisé. La façade ouest conserve la trace de l'ancien pignon et d'une ancienne baie. A l'intérieur, l'ensemble de l'édifice est couvert de
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de porte, élévation dressée par Guérin, le 14 novembre 1851. (Archives départementales Projet de clocher (non réalisé), dressé par Guérin, le 25 juillet 1875. (Archives départementales Projet de clocher, élévation dressée par Guérin, le 31 janvier 1887. (Archives départementales Photographie prise lors de l'édification du clocher en 1888. (Archives départementales d'Indre-et Plan, dressé par Guérin, le 28 mars 1878. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 63 47 Elévation, dressée par Guérin, le 28 mars 1878. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 63 Coupe longitudinale face nord, dressée par Guérin, le 28 mars 1878. (Archives départementales Coupe longitudinale face sud et coupe transversale, dressées par Guérin, le 28 mars 1878. (Archives Projet de clocher, coupes transversale et longitudinale, dressées par Guérin, le 31 janvier 1887 . (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 63 47). IVR24_20143703415NUC4A
  • Bourg : église paroissiale Saint-Vincent (place des Marronniers)
    Bourg : église paroissiale Saint-Vincent (place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 C 1 1812 C 50
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Parc naturel régional de la Brenne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    première fois en 1211 : ecclesia S.Vincentii de Noum, (Archives départementales de l'Indre, F1208). Son , refaites. Le clocher-porche à flèche de pierre, dessiné par Camille Létang (architecte municipal de La paroisse Saint-Vincent de Néons, aujourd’hui incluse au diocèse de Bourges, faisait partie , jusqu’en 1801, de celui de Poitiers (Bascher 1956). Son périmètre a évolué au début du 19e siècle. Elle s’étendait jusqu’en 1813 au delà de l’actuel territoire communal de Néons, dans le tiers ouest de Lurais (690 ha entre Fournioux et le cours de l’Anglin, Plaux 2013). L’église Saint-Vincent est citée pour la vocable (saint Vincent, patron des vignerons) rappelle l’existence au Moyen Age de cultures de vigne , certainement assez importantes, dans ce secteur de la vallée de la Creuse. La partie la plus ancienne de l’église (chapiteaux et bases colonnes de la nef) daterait du 13e siècle (Bascher 1956). L'édifice au "joli clocher en pain de sucre" (observation de la fin du 18e siècle) a été rénové et complété entre 1887 et
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Néons-sur-Creuse ; 2 M (série M : Biens communaux, édifices). Église Archives départementales de l'Indre, F 1208. Bulle d’Innocent III en faveur de l’abbaye Sainte . Terminé en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137). : Comité Municipal d'Animation de Néons-sur-Creuse, 1994 (seconde édition augmentée en 2019 par Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse/par M. Alisard, géomètre du cadastre , sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur Collection privée. Histoire de Tournon-St-Martin et ses environs. DE BASCHER, J. Étude de quelques églises de la région du Blanc. Fontgombault, Lurais, Néons-sur SECHERESSE, Jean (dir.). Chroniques historiques de Saint-Vincent de Néons. Néons-sur-Creuse l'Association touristique de Néons-sur-Creuse).
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    -porche, d’un choeur, d’un sanctuaire et d’une chapelle (de la Vierge) à trois travées, voûtée d’ogives scènes de la Passion et de la Résurrection. Il est inscrit, en tant qu'objet, à la liste des Monuments Historiques, comme les deux cloches et douze stalles de l'église (PM36001231, PM3600172, PM36001230
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    L'ancienne église est portée sur le plan cadastral de 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 Clocher-porche de l'église de Néons, carte postale vers 1930. (Archives départementales de l'Indre L'église et le presbytère de Néons, carte postale du premier quart du 20e siècle (Lerat 2002, p.76 Vue de l'église. IVR24_20183600670NUCA Vue de la nef depuis le clocher-porche. IVR24_20183600665NUCA
1