Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Historique :
    itinérante rythme la vie de la ville qui doit la nourrir. Charles VIII entreprend des travaux importants au L'occupation du site d'Amboise est attestée au néolithique. Dès l'Antiquité les voies de communication entourant Amboise furent développées, la rencontre de la Loire et des voies terrestres favorisa le développement du site. Dès le Haut Moyen Âge, la population se répartit en deux pôles : l'un autour de l'oppidum et l'autre, de l'autre côté de la Masse, autour de la colline de l'actuelle église Saint-Denis. Dès le XIe siècle, l'histoire de la ville est liée à celle des seigneurs de la place. L'occupation du est mentionnée dans les textes (menia) dès le XIe siècle. En 1044, l'évêque de Tours consacre détruite en 1806). La ville s'avère suffisamment prospère pour que dès 1115, Hugues Ier d'Amboise fasse siècle. Au XIVe siècle, l'une des entrées de la ville est la porte des Moulins, actuelle tour de Charles VIII (1483-1498), la menace guerrière s'apaise. La mise en place d'une cour nombreuse et
    Référence documentaire :
    Amboise. Prix des terrains cédés à la voie publique. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O Amboise. Élargissement du Quai des Marais...(Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210). Amboise. Quai des Marais. Projet de redressement...(Archives Communales de la ville d'Amboise, O Archives communales d'Amboise. CC 189 à CC 288 (1443 à 1507). État des dépenses, mandats de 345. Lettres de Charles VII du 11 janvier 1446 en faveur de l'église Saint-Florentin du château. 10 autres concernant des modifications ponctuelles, 12 planches de légendes. 1834-1888. Vüe du château royal d'Amboise et Autre vüe du château royal d'Amboise du côté des champs/Jacques . Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier , aménagement du parvis du château et des abords de l'église Saint-Florentin. 1993.
    Description :
    Loire et 127 m sur les hauteurs. La richesse géologique des sols alentours favorisa sans doute la construction dès les temps les plus anciens. Dans le Sud du département, aux abords de la Vienne, se trouvent était donné pour 5000 feux). Au XVe siècle, d'après le nombre de jacquets que la ville doit fournir à les quartiers médiévaux qui se situent le long des axes principaux de la ville, à savoir le long de la . Les archives notariales de la fin du Moyen Âge, qui auraient pu fournir nombre de renseignements prédominant. Dans l'état actuel des recherches, l'architecture urbaine d'Amboise ne présente aucune identité façades peuvent être orientées pignon ou rive sur rue pour l'une comme pour l'autre des catégories. Les façades installées rive sur rue, qui ne sont pas situées à l'angle d'une rue, sont réservées à des plusieurs parcelles. La largeur des façades est donc très variables allant de 25 m pour l'hôtel Joyeuse (6
    Annexe :
    temporel. Le premier se limite aux frontières de la commune, avec une forte concentration des vestiges dans : - le secteur de l'ancienne enceinte de ville, - le secteur de l'ancien grand marché, - le secteur des entre la date à laquelle la ville est confisquée par Charles VII (1422-1461) à la famille d'Amboise, et reconnaître les édifices construits durant cette période. Le recours à l'analyse stylistique des décors nous a des XIIIe et XIVe siècles. Il semble donc qu'il y ait bien eu un renouveau important du bâti aux XVe des bâtiments dénaturés qui avaient conservés quelques éléments datants, ou d'autres, situés dans un mentionnant les édifices majeurs disparus. Ainsi nous souhaitons présenter un inventaire des édifices
    Texte libre :
    . Charles VIII entreprend d'importants travaux au château. Les « terriers » provenant des fondations et des . Ainsi, le site des Châtelliers, préservé des crues, permet de dominer le paysage. De la période site des Châtelliers et dans la forêt d'Amboise. Dès l'Antiquité, les voies de communication entourant d'Orléans à Tours, passant sur la rive gauche. La rencontre de la Loire et des voies terrestres favorisa J.-C.) se situait sur le site des Châtelliers en amont de la langue de tuffeau. L'oppidum d'Amboise fut abandonné pendant la période de paix qui précéda celle des grandes migrations des IVe et Ve siècles durant laquelle il fut à nouveau investi et fortifié. Amboise au Moyen Âge Dès le Haut Moyen Âge Masse, autour de la colline de l'actuelle église Saint-Denis. Des sarcophages qualifiés de mérovingiens lors de leur découverte en 1896, et des tuiles plates à rebord y furent retrouvés lors de fouilles . Dès le XIe siècle, l'histoire de la ville est liée à celle des seigneurs de la place. Au tournant de
    Illustration :
    Plan schématique de la ville et localisation des secteurs. IVR24_20123702050NUDA Localisation des maisons et hotels dans la ville. IVR24_20093701234NUDA Localisaion des types de façades des hôtels dans la ville. IVR24_20123702051NUDA Localisaion des types de façades des maisons dans la ville. IVR24_20123702057NUDA Localisation des types de vis dans la ville. IVR24_20123702052NUDA Localisation des types de caves dans la ville. IVR24_20123702062NUDA
  • Tour Féalan (allée du Sergent Turpin)
    Tour Féalan (allée du Sergent Turpin) Amboise - allée du Sergent-Turpin - en ville
    Historique :
    données fournies par les comptabilités de la ville sont très limitées, car la tour ne semble pas avoir
    Description :
    cliché photographique a été réalisé dans les années 1960 par Bernard Vitry, architecte du Service des
    Annexe :
    , elle est l'une des deux tours toujours existantes et la seule encore visible. Elle est toutefois si haut. Son couronnement et son aspect originel ont disparu, notamment du fait du comblement des douves Cormeray et la tour Féalan se soit plus ou moins effondré. Les comptes concernent alors « la bresche des probable. Dès 1467, conformément aux directives de Louis XI qu'il réitéra en 1475, la défense de la ville de ladicte ville qu'ilz feissent fortiffier les murs de ladicte ville et que on feist faire des désormais possible d'« arpenter la courtine », comme en témoigne le paiement des « tiensmains de boys sur la
    Illustration :
    Vue générale de la tour Féalan depuis le quai Charles Guinot. IVR24_20073700640NUCA
  • Château Saint-Jean
    Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Historique :
    descendants améliorent les aspects résidentiels et défensifs du site, tout au long des 11e et 12e siècles première moitié du 13e siècle. La paternité des flanquements n'est pas arrêtée, entre Geoffroy V et son , Charles IV d’Anjou engage la reconstruction du site. Un logis est ainsi installé sur le porche et le seigneur de Nogent qui a effectué des travaux au château. La réfection du bâtiment accolé à la courtine sud
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B, B 2259 : Prise de possession et état des lieux des châteaux de Nogent-le--Rotrou, Montigny, Vitray et Villebon, au nom de Maximilien de Béthune, duc Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : 2374. Apposition des scellés. 1768. Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3479. Inventaire des titres du chapitre Saint Archives du Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. État des réparations. 1688. : Yolande de Flandre. Paris : École des Chartes, 2002. BRGM, DESSANDIER, David. Mémento des pierres du patrimoine bâti de la région Centre. Rapport BRUCHET, Max. Archives départementales du Nord. Série B, chambre des comptes de Lille. Tome 1-2 des Nogentais, des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée municipal du château p. 71, 91, 174 BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de
    Description :
    flanquements sont limités à la partie est, le flanc ouest étant uniquement défendu par des courtines. L’entrée
    Auteur :
    [commanditaire] d'Anjou Charles IV
    Texte libre :
    16ème siècle. Charles de Bourbon succède à sa mère au début de 17ème siècle. Le château fait partie des anciens fossés sont ainsi réaménagés en promenade, au bord de laquelle des ormes sont plantés. Le château de la curia des Rotrou. La grande salle du château, attestée en 1120, accueille la cour durant les celui de Saint-Jean. La collégiale Saint-Jean devient dès lors l’église majeure du château. Château d’Edouard III, roi d’Angleterre contre Jean II, roi de France. Entre 1356 et 1357, il prend la tête des par les troupes anglaises entre 1358 et 1561. L’église Saint-Jean est également ruinée à la suite des le départ des troupes anglaises et la réconciliation de Philippe avec le Roi de France. Le château Montaigu, elle est assiégée en 1425. La prise de l’ancienne capitale des comtes du Perche permet d’asseoir éventré par la dite "brèche des Anglais". Un logis seigneurial sur l’échiquier des puissants La maison refondation du collège Saint-Jean. Elle est effectuée en 1467, sous le consentement de Charles d'Anjou. La
  • Château d'Amboise
    Château d'Amboise Amboise - Montée de l'Emir Abd el Kader - en ville
    Historique :
    se situent à l'extérieur de l'enceinte du donjon. Les logis des Sept Vertus et Charles VIII ainsi que la tour des Minimes sont achevés ; le nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et la tour de Charles VIII sur les jardins, et le dessus de la tour des Minimes couvert d'un belvédère. À la l'investit. Sur les ordres des empereurs Gratien (375-383) ou Maxime (383-388), il avait été envoyé pour envoya le comte Ingelger. Mais Charles le Chauve avait déjà nommé Aymon de Buzançais seigneur de la ville des comtes d'Anjou. Foulques Ier le Roux (888-941) lui succéda, puis Foulque II le Bon (941-958 Barbu et Foulques IV le Réchin. Dans leur lutte contre le comte de Blois, Amboise constituait l'une des indépendant de la motte Foucois et fit l'unité de la baronnie. La liste des seigneurs d'Amboise s'établit le roi Charles VII (1421-1461) qui confisque Amboise. L'évolution architecturale du château médiéval l'exploitation défensive de la place. L'accès primitif depuis le coteau par la porte dite des Lions est secondé
    Référence documentaire :
    d'ameublement du logis des Sept Vertus. 1497. « Parties fournies et livrees a Jehan Lefevre et Lancelot Platel terrasse adjacente ayant vue sur la Loire, accès à la tour des Minimes, logis Charles VIII-François Ier PEYRONNET, Georges. Les complots de Louis d'Amboise contre Charles VII (1428-1431) : un aspect des Plan du château d'Amboise et des limites de son enceinte en 1815. (Archives communales d'Amboise). Château d'Amboise, plan de 1708. Deuxième étage du Logis des Sept Vertus, premier étage du logis dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et
    Annexe :
    renseignements fournis par les comptes de restauration seront cités au gré des études monographiques des Les travaux de restauration du château du service des Monuments historiques. 1870-1951. Les travaux diriger au cours des années 1870. Les premiers courriers échangés entre les deux protagonistes sont datés ouvrage (corps de logis, tours, chapelle, galerie sur la terrasse, murs des remparts) ». Les premiers dessins sont signés de l'année 1872 et concernent : - la tour des Minimes (1872, 1874,1875, 1878), - le comptes des travaux jusqu'en 1924 se trouvent aux Archives Nationales, dans les archives privées de la et ceux qui seront transformés. Cinq projets sont conservés aux Cartes et plans des Archives suite des dommages de guerres, les travaux reprennent en 1951, et il est nécessaire de restaurer les restaurations qui ont été achevées à peine 25 ans plus tôt. À partir de cette date l'ensemble des archives est conservé à la Médiathèque du Patrimoine. Tout au long des ces restaurations, les comptes sont abondants
    Texte libre :
    Charles VIII sur les jardins. Il y a donc tout lieu de croire que, dès 1489-1491, Charles VIII envisageait , une grande partie des tours cavalières et les deux premiers niveaux du nouveau logis de Charles VIII étrangère à la famille royale, Charles VIII allait, au sein même du château, délimiter des espaces privatifs Charles VIII construit face aux jardins. La morphologie des jardins montre leur filiation avec les horti cabinet des oiseaux et le logis dit canonial qui fut, depuis Charles VIII jusqu'au départ définitif de la devait adopter des dispositions classiques où le logis de Charles VIII surmontait celui d'Anne de , l'apparition des formes renaissantes. En 1516, François Ier (1515-1547) fit ajouter au nouveau logis de Charles continuité de ceux de Charles VIII, il en va tout autrement des travaux d'Henri II et Catherine de Médicis XIXe siècle, Amboise était présentée comme le foyer des premiers artistes italiens ramenés par Charles éperon à des fins ornementales. Or, Charles VIII vit ces deux édifices. Amboise : ville médiévale ou
    Illustration :
    Vue du parc du château depuis la porte des Lions avec au second plan le nouveau logis de Charles Vue du parc du château depuis la porte des Lions avec au second plan le nouveau logis de Charles Plan du château au niveau des souterrains du logis sur Loire et de la tour des Minimes Evolution du château d'Amboise, des seigneurs d'Amboise au règne de Louis XIII Vue des bâtiments disparus du château, d'aprés une « Vue » de Jacques Androuet du Cerceau : les Plan du château d'Amboise de Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. (B.n.f., département des 1579. (B.n.f., département des estampes, Va 37 Tome 1. H 125704). IVR24_19873700086XB Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis
  • Forge : manoir dit manoir de Forge
    Forge : manoir dit manoir de Forge Neuillé-le-Lierre - Forge - en écart - Cadastre : 1819 E1 32b, 32c ZR 5
    Historique :
    Goupillière. Charles de Bridieu, mari de Marie-Armande Bergeron de La Goupillière et curateur de Jacques logis auquel il y a chambres basses et hautes à cheminées, une cave voûtée dessous et des greniers cour devant, un puits en icelle, le tout renfermé de murailles, à l'un des coins desquelles murailles commune devant, entre lesquels il y a une grande allée plantée d'ormes qui est l'avenue de ladite maison plan cadastral de 1819 ; des transformations ont également été apportées sur certains bâtiments au , a conservé des éléments datant du 16e siècle (fenêtre à meneau et croisillon, pilastres, chapiteaux
    Description :
    semble pas avoir constituée l'entrée principale du logis. Des contreforts en pierre de taille occupent pierre de taille est également utilisée pour les chaînes d'angles, l'encadrement des baies et la corniche.
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de Forge, réalisé d'après le plan cadastral de 2011. Dessin, A
1