Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chançay, chapelle du château de Valmer, ensemble de 2 verrières : saint Conrad et le miracle de l'araignée ; la guérison d'une possédée par l'invocation des reliques de sainte Gertrude de Nivelles (?)
    Chançay, chapelle du château de Valmer, ensemble de 2 verrières : saint Conrad et le miracle de l'araignée ; la guérison d'une possédée par l'invocation des reliques de sainte Gertrude de Nivelles (?) Chançay
    Historique :
    mentionnés comme provenant d'Allemagne, mais la présence de blasons (peu lisibles) sur le vitrail représentant la guérison d'une possédée, laisse à penser qu'ils puissent venir de France : le parti à senestre
    Représentations :
    Vitrail représentant saint Conrad, évêque de Constance, et l'araignée tombant dans le calice
    Titre courant :
    Chançay, chapelle du château de Valmer, ensemble de 2 verrières : saint Conrad et le miracle de
    Illustration :
    Saint Conrad et le miracle de l'araignée. IVR24_20163702804NUCA
  • Verger : manoir (2 rue du Château-Gaillard)
    Verger : manoir (2 rue du Château-Gaillard) Chançay - Le Verger - 2 rue du Château-Gaillard - en écart - Cadastre : 1817 A3 2887 2009 AB 526
    Historique :
    Ce logis du 16e siècle est situé au lieu-dit Le Verger (plan cadastral napoléonien). Le Verger est un ancien fief qui relevait du château de Tours. Au 13e siècle, le chevalier de Villavars, fondateur 1724, Charles Archambault le vend à Charles de La Martellière seigneur de Chançay, Vaux, Valmer, La seigneurs de Chançay. En 1724, le Verger se compose d'une "maison pour le maître, grange dans laquelle est un pressoir, maison pour le closier, écurie, étable, cave en roc, jardin derrière le logis le tout en
    Référence documentaire :
    Le Verger.
    Description :
    d'un toit à longs pans en tuile plate. Le pignon ouest en maçonnerie possède des rampants assisés en sifflet, tandis que le pignon est est à pan de bois. Les deux lucarnes éclairant l'étage en surcroît
    Localisation :
    Chançay - Le Verger - 2 rue du Château-Gaillard - en écart - Cadastre : 1817 A3 2887 2009 AB 526
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20113700226NUC2A
  • Bourg : maison (41 rue de la Mairie)
    Bourg : maison (41 rue de la Mairie) Chançay - 41 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 1816 A2 1846, 1845 2009 AD 525, 312
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20113700383NUC2A
  • Chançay : église paroissiale Saint-Pierre
    Chançay : église paroissiale Saint-Pierre Chançay - 4 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1816 A2 1717 2009 AD 262
    Historique :
    Le bourg de Chançay, qui dépendait de Vernou, fut érigé en paroisse en 1207. L'église primitive aurait été fondée à cette époque par "le chevalier Villavars, seigneur du Verger". En 1731, l'archevêque demande à ce que l'on trouve "des fonds avec le seigneur de la ditte paroisse pour bastir une église ou " dans un contrat de vente de 1618. Le clocher a été édifié vers 1825 sur la base d'une tour presque
    Description :
    assurent la stabilité des angles nord-est, nord-ouest et sud-ouest. L'entrée située sur le mur latéral de . Une fausse-voûte lambrissée en anse de panier recouvre la nef, l'avant-choeur et le choeur dont les -choeur et une seconde permet d'accéder de l'avant-choeur au choeur. Le clocher est construit en pierre de sur le mur gouttereau est, et englobe l'un des contreforts jumelés de l'angle nord-est. Plusieurs baies murées sont visibles sur le mur est, le pignon nord et la sacristie. Le mur ouest de la nef
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-est. IVR24_20113702485NUCA Vue intérieure de la nef vers le choeur. IVR24_20113702494NUCA Vue intérieure depuis le choeur. IVR24_20113702496NUCA Graffiti sur le mur ouest de l'église (ostensoirs-soleils posés sur des autels
  • Valmer : ferme
    Valmer : ferme Chançay - Valmer - en écart - Cadastre : 1816 B1 487 2018 B 712 2018 B 713 2018 B 714
    Historique :
    pigeons le tout couvert de tuille, plusieurs cave en roch (...) deux grands porteaux pour entrer dans la pour le fermier actuel, ayant deux chambres à cheminée dans l'une desquelles est un four, des cabinets et deux greniers régnant sur le tout, deux caves dans le roc, l'une derrière la maison et l'autre à d'une porte sur le jardin, de grandes portes au midi".
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20173701138NUCA Logis, depuis le sud. IVR24_20163703028NUCA Pigeonnier, depuis le sud-ouest. IVR24_20113700318NUC2A Pigeonnier, depuis le nord. IVR24_20163703025NUCA
  • Bourg : presbytère (28 rue des Écoles)
    Bourg : presbytère (28 rue des Écoles) Chançay - 28 rue des Écoles - en village - Cadastre : 1816 A2 1690 2009 AD 247
    Historique :
    Édifice datant vraisemblablement du 16e siècle. Le 30 avril 1766, les habitants de la paroisse de Révolution : il est vendu. En 1813, le conseil municipal rachète, au sieur Georges Moisand, l'ancien d'un jardin situé de l'autre côté de la route de Vernou à Reugny", afin d'y installer à nouveau le installer le bureau de poste, les services téléphoniques et télégraphiques et un logement pour le garde -champêtre. Le bureau de poste reste à cet emplacement jusqu'en 2004. Depuis 2014, le bâtiment est utilisé les eaux pures de la fontaine de saint Avit, afin que puisse y boire l'hôte, ainsi que le cultivateur , l'étranger, le moissonneur, le pasteur et son troupeau et que le jardin fleurisse et cela à jamais". Elle
    Description :
    hélicoïdale. Le grenier, dont le sol est recouvert d'un carrelage en terre cuite, a été séparé en deux par une garde-champêtre). Une trappe permettant l'accès depuis le logement du garde-champêtre a été pratiquée dans le sol du grenier. La charpente à chevrons-portant-fermes possède quatre poinçons, dont les marques d'assemblage sont visibles. Des caves troglodytiques creusées dans le coteau sont présentes au
  • Vaumorin : manoir dit de Vaumorin
    Vaumorin : manoir dit de Vaumorin Chançay - Vaumorin - isolé - Cadastre : 1816 C2 1667 2009 ZL 96
    Historique :
    sont les propriétaires du château de Valmer. Le partage des terres entre les deux filles de Paul Vaumorin à la comtesse de Sinéty qui le conserve jusqu'en 1965. Le logis principal, fermant la cour à
    Description :
    Ensemble de bâtiments organisés autour d'une cour fermée. Le corps de logis rectangulaire à un chapiteaux doriques (rez-de-chaussée) et ioniques (premier étage). La séparation entre le rez-de-chaussée et le premier étage est soulignée par un cordon. Une corniche en pierre de taille s'interrompt au niveau la toiture. Le pignon sud est percé de deux fenêtres à meneaux et croisillons, et la façade ouest a conservé une fenêtre à meneau et croisillon et trois demi-croisées. Le pignon nord est couronné d'un l'intérieur, la présence d'un culot et le vestige d'un second laisse à penser que la salle basse de cette . Le mur de clôture (partiellement détruit) est percé d'un portail en plein cintre en pierre de taille
    Illustration :
    Vue d'ensemble du logis, depuis le sud-ouest. IVR24_20163702727NUCA Bergerie, depuis le nord. IVR24_20163702729NUCA
  • Vaux : château, ancien château de Vaux
    Vaux : château, ancien château de Vaux Chançay - Vaux - 31 rue du Château de Vaux - en écart - Cadastre : 1816 A1 160 2009 A 308
    Historique :
    -1526. En 1597, Vaux appartient à Étienne Pallu qui le vend à Honoré Barentin en 1613. Cependant son du Tonkin et fondateur de la Société des Missions Étrangères, en est le propriétaire en 1654. Charles de la Martellière acquiert Vaux en 1724, puis Nicolas Chaban en 1761 qui le lègue en 1763 à Thomas Valleteau de Chabrefy. L'ensemble est décrit dans plusieurs documents conservés dans le fonds de la Côte d'un grenier à foin à l'emplacement où se trouvaient auparavant une boulangerie et une chapelle. Le également en grande partie été détruits. La plaque présente sur la façade de l'ancien presbytère dans le
    Description :
    bâtiments détruits et de l'enceinte sont encore visibles aujourd'hui. Le bâtiment situé au nord de la cour , servant d'habitation et dont la façade sud est entièrement cachée sous le lierre, est construit en moellon
1