Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 20 sur 50 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : maisons, actuellement restaurant le Grèbe (6-8 place de l'Église)
    Bourg : maisons, actuellement restaurant le Grèbe (6-8 place de l'Église) Lureuil - Bourg - 6-8 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 349, 350, 351 1812 A 891, 892
    Historique :
    Des maisons sont portées sur le plan cadastral de 1812. En 1841, un document d'archives les indique fortement remanié dans le dernier quart du 20e siècle (et certainement aussi avant).
    Titre courant :
    Bourg : maisons, actuellement restaurant le Grèbe (6-8 place de l'Église)
    Illustration :
    Deux maisons (et dépendances) figurent sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 891 et 892), dans le centre de l'image. (Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600439NUC2A Vue de l'édifice depuis le sud-ouest. IVR24_20153600539NUC2A Vue du poteau inséré près de l'entrée principale du restaurant dans le mur de façade sud-ouest Vue de la fenêtre à encadrement en cavet dans le mur nord-est de la maison (étage Vue de la pierre d'évier posée dans le jardin et à l'origine située à l'étage d'habitation Vue de la cheminée de l'étage insérée dans le mur-pignon sud-est. IVR24_20163600377NUC2A
  • Maison, restaurant (22 place du Général-Saint-Pol)
    Maison, restaurant (22 place du Général-Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 22 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    moitié du 16e siècle. Néanmoins le fait que celui-ci dispose de deux tours d’escaliers, dont l’une (3 tour d’escalier desservant leurs étages. Le remembrement aurait ensuite entraîné la destruction de l’escalier en vis du bâtiment 2, le percement d’une porte centrale en plein cintre et la construction de la
    Référence documentaire :
    418 bis - Nogent-le-Rotrou (E-et-L). La place Saint-Pol, panorama vers le nord-ouest. Vers 1920 . Impr. photoméc. (carte postale). (Mairie de Nogent-le-Rotrou, services techniques).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Saint-Pol et une cour arrière. Il compte deux niveaux d’élévation sous comble. Le bâtiment 1 est fois le rez-de-chaussée du bâtiment 2, une tour circulaire demi-hors-œuvre (3) contenant un escalier en vis desservant les étages du bâtiment 1, et une cave située sous le bâtiment 2. Celle-ci est voûtée en contient un escalier en vis débouchant sur le rez-de-chaussée par une trappe. La cave est dotée de un noyau à base polygonale. Le bâtiment 1 est couvert par une charpente à fermes et pannes assemblées
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 22 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Appellations :
    restaurant le saint-Pol
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Carte postale, place du Général-Saint-Pol, panorama vers le nord-ouest (vers 1920 ; Mairie de Nogent-le-Rotrou, Services techniques). IVR24_20162801712NUCA
  • Bourg : maison (11 rue de Bléré)
    Bourg : maison (11 rue de Bléré) Cigogné - 11 rue de Bléré - en village - Cadastre : 1823 D1 238-243 2010 D 0160
    Historique :
    Au Moyen Age, le fief du prieuré, appartenait à l'abbaye Saint-Julien de Tours et relevait du château de Loches. C'est ce qui explique la mention du lieu-dit "Le Prieuré" sur le premier plan cadastral levé en 1823. A cette date, Le Prieuré était constitué de deux corps de bâtiments perpendiculaires implantés au nord et à l'ouest d'une cour ouverte vers la route de Bléré. De nos jours, le bâtiment nord a été pour moitié démoli et les bâtiments ouest prolongés vers le nord. L'un des logis porte la date 1721. Les bâtiments sont très remaniés, ce qui rend leur datation délicate. Cependant, le premier logis
    Description :
    Le Prieuré comprend un premier logis de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée, surmonté d'un étage de comble à surcroît éclairé par deux lucarnes. Un second logis lui est accolé par le nord un édicule abrite les vestiges d'un four à pain ; il est logé dans le contre-coeur d'une cheminée
    Appellations :
    maison dite le Prieuré
    Illustration :
    Premier et second logis, figurant sur le plan cadastral de 1823 : façades sur cour
  • Maison, actuellement immeuble (88 rue Gouverneur)
    Maison, actuellement immeuble (88 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 88 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 274
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Référence documentaire :
    Fol. 26. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Statut :
    propriété d'un établissement public Office Hlm de Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'édifice est composé de deux bâtiments disposés selon un plan en L. Le premier est directement cour sur laquelle le bâtiment est construit. L'édifice compte deux niveaux d’élévation. La distribution verticale est assurée par un escalier en vis dans-œuvre à base octogonale. Il est accessible depuis le cour postérieure. Celle-ci possède une porte bouchée en direction de l’escalier en vis. Le rez-de crossettes sont visibles sur le pignon sud.
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 88 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 274
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 26. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 26. [...] Item six deniers de cens au jour sainct remy sur la et hautes greniers cave estables au derriere court et un jardin contenant le tout dix perches et demye de terre ou environ joignant le tout d’une part a ladicte rue doree ayant sur icelle trente un piedz de longueur d’autre par derriere a la rue tendant de leglise nostre dame au grand pre le conte
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Maison Jean Pallu (11 rue du Paty)
    Maison Jean Pallu (11 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 11 rue du Paty - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. A3 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    cave à cellules creusée dans le coteau du plateau Saint-Jean. Le bâtiment visible depuis la rue . Un escalier droit permet d'accéder à la cave à cellules depuis ce niveau. Le premier étage est quant à lui accessible par un escalier droit extérieur. Le troisième niveau qui n'a pu être visité est distribué par un escalier dans-œuvre en vis en bois. Le bâtiment est construit pour partie en moellons de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 11 rue du Paty - en ville
    Annexe :
    AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 34 r°. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 34 r°. Item six deniers de cens et deux sols de rente par chacun audict nogent en la parroisse de nostredame en la rue doree pres le bourg le conte allant a la grande seullement une perche ou environ, le tout en un tenant joignant par le devant a ladicte rue doree ayant de
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    appartenu à Jean Pallu. Sur le cadastre de 1811, l’édifice est composé d’un bâtiment sur rue, accolé à un du plateau Saint-Jean. La rue du Paty est un des tronçons qui compose l’axe principal de Nogent-le -Rotrou. Au nord elle permet de rejoindre Chartres, tandis qu’au sud elle permet de gagner Le Mans. Les bâtiments étudiés sont au nombre de trois. Le bâtiment 1 prend place entre une cour avant et une cour cour postérieure communique avec le premier niveau du bâtiment 3, celui est disposée à la suite du bâtiment 1, son rez-de-chaussée correspond à l’étage du bâtiment 1. Le bâtiment 2 prend place le long de la cour avant. Il est implanté dans le prolongement d’un bâtiment situé sur une parcelle voisine, au n°13 de la rue du Paty. Structure Le premier niveau du bâtiment 1 est composé de deux salles accessibles . Elle s’ouvrait sur un bâtiment situé au n°9 de la rue du Paty. Le mur pignon est est construit en d’incisions réalisées pour guider le geste du peintre. Le mur séparant la salle 1.1 de la salle 1.2, très
    Illustration :
    Vue intérieure, rez-de-chaussée, bâtiment 1, salle 1.1, porte bouchée sur le mur nord
  • Ensemble de trois maisons, actuellement magasin de commerce (128 rue Saint-Hilaire)
    Ensemble de trois maisons, actuellement magasin de commerce (128 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 128 rue Saint-Hilaire - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Au regard de leurs façades, les bâtiments qui composent l’édifice peuvent être datés entre le 19e siècle (fenêtres et corniches) et le 20e siècle (vitrines). Les caves, les toits et les élévations trois parcelles sont figurées au même endroit sur le cadastre ancien. Les bâtiments 1 et 5 dont le basses et hautes, caves, écuries, cour, et jardin, le tout enclos de murailles. La tenue appartient au seigneur Anthoine Blondeau et à Baltazard Deschamp, scellier. Le même aveu décrit le bâtiment 2 comme une
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    toitures à deux versants (et croupe pour le bâtiment 2). Le rez-de-chaussée est accessible depuis les rues sont percées de fenêtres dont le chambranle forme un bandeau (et de crossettes pour les bâtiments 2 et 3). Les vestiges d’un pignon à rampants en pierre de taille sont visibles sur le mur est du bâtiment 1. Les caves sont accessibles depuis le bâtiment 5 par un escalier tournant à une seule volée. A pierre de taille en calcaire pour les voûtes en berceau. Le second niveau de cave du bâtiment 5 est doté d’un puits et d’une façade murée donnant sous le niveau de la cour. Celle-ci conserve une porte percée
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 128 rue Saint-Hilaire - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°6 et 11. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol.11 Item six deniers tournoiz de cens au jour sainct remy sur la icelluy jardin et logis trente troys perches un quard de perche le tout de present tenu et occuppé par me et jehan les goddins, marguerite maret et autres le tout joignant par le devant a la dicte rue de la pierre michelet et de present a jean godin lesne et autres qui faict le reste de ladicte rue entrant au
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Maison (2 rue Saint-Laurent)
    Maison (2 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 2 rue Saint-Laurent 92 rue Paul Deschanel - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    sabres et la crossette observés sur et dans le bâtiment 2 invitent à penser qu’il était antérieurement toit. Le rez-de-chaussée de la façade sud est encore composé d’une boutique et d’une ouverture sur rue dernier permettant d’accéder depuis la rue à la tour d’escalier et à la cour, le reste du rez-de-chaussée aurait alors été accessible depuis la rue (boutique ?). Le troisième bâtiment est plaqué sur le second
    Référence documentaire :
    371 - Nogent-le-Rotrou (E.-et-L.) Rue Saint-Laurent. Première moitié du 20e siècle. Impr. photoméc
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    rectangulaires (1, 2 et 3), dont le premier ayant son grand côté parallèle à la voie, sont disposés l’un derrière sur cour. Ceux-ci n’ont pas été étudiés. Le bâtiment 1 est accessible depuis la rue Saint-Laurent par -chaussée est ouverte sur le bâtiment situé sur la parcelle voisine. L’étage est desservi par un escalier en par une des ouvertures. Côté ouest, le bâtiment 1 est percé par deux fenêtres, l’une en brique à l’étage, l’autre dans le comble. La façade du bâtiment 2 comporte trois niveaux, ils sont percés par contrefiches. Le poinçon de fermette et l'entrait retroussé semblent rapportés.
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 rue Saint-Laurent 92 rue Paul Deschanel - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Maison (6 rue des Tanneurs)
    Maison (6 rue des Tanneurs) Nogent-le-Rotrou - 6 rue des Tanneurs - en ville - Cadastre : 1990 BP 41
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    moitié du 16e siècle. La charpente observée dans le comble du bâtiment 1 confirme la datation admise. Ce type de charpente à pannes est connu depuis le 14e siècle et se généralise à partir du 16e siècle intégrée à l’édifice au fur et à mesure des extensions. Il n’est pas exclu que le bâtiment 5 soit observés sur le bâtiment 2. Plusieurs campagnes de travaux secondaires sont identifiables sur la façade sur rue (plates-bandes 16e ou 17e siècle) et sur la tour d'escalier dont le toit a certainement été abattu
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    cour et un jardin en direction de l’Huisne. Le bâtiment n°1 possède son mur gouttereau sur rue, il est accessible par un couloir latéral depuis le bâtiment 4. Le bâtiment 2 est perpendiculaire au bâtiment 1, il est accessible depuis la cour arrière. Le bâtiment 3 est situé à l’angle des bâtiments 1 et 2, il versants et forte pente. Un des versants du toit du bâtiment 2 est tronqué tandis que le toit du bâtiment 3 retombant sur des colonnettes à bases polygonales. Le toit est couronné par des rampants en pierre de taille dont les piédroits sont chanfreinés. Le rampant sud est appareillé en pierre de taille et à crossette
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 6 rue des Tanneurs - en ville - Cadastre : 1990 BP 41
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Noyers : ensemble de trois maisons
    Noyers : ensemble de trois maisons Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Les Noyers - isolé - Cadastre : 1811 A 139, 140, 141, 144, 145 2019 B1 152, 408
    Historique :
    Le bâtiment le plus ancien de cette ensemble de trois maisons date de la fin du 16e siècle, comme le montre la date 1593 gravée sur une pierre de taille du jambage commun d'une curieuse lucarne. De 1811, sur le plan cadastral et dans l'état de la section A, les bâtiments se répartissent en trois propriétaires autour d'une cour commune (C. C. en abrégé sur le cadastre). Dans la seconde moitié du 19e siècle , fournil en continu et étable. Dans le même temps, une troisième maison est construite à l'emplacement de
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    maisons réparties en L autour d'une cour anciennement commune. Le bâtiment principal possède une façade inconnue), le logis du 16e siècle à deux salles, le logis secondaire avec laiterie à l'arrière, fournil et étables. Le logis principal s'élève en rez-de-chaussée surélevé sur cave (accessible de plain-pied au nord certainement sous le comble et explique la division verticale de la lucarne (avec la date 1593 sur le jambage commun). Un escalier extérieur placé contre la façade principale donne accès à l'étage de l'extension. Le
    Illustration :
    Troisième logis, vue générale depuis le nord. IVR24_20192800274NUCA
  • Petites Bordes : alignement de trois maisons
    Petites Bordes : alignement de trois maisons Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Les Petites Bordes - isolé - Cadastre : 1811 A 123 2019 OB 354
    Historique :
    La partie la plus ancienne de cet alignement de trois maisons - à savoir le logis nord et le logis charpente reposait sur des murs en pan de bois. Plusieurs indices le montrent, comme les emplacements des sablière du logis nord qui conserve sa mortaise destinée à recevoir le tenon du poteau cormier. Ce bâtiment notamment la cheminée (avec potager), le four à pain, le toit à porcs, la dépendance (étable ?) et la
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'alignement de trois maisons se situe dans le hameau des Petites Bordes. Sa façade principale est à pain est accessible depuis la cheminée. Le plancher, qui conserve l'emprise de l'ancienne cheminée des fermes. - le second logis, au centre, comprenant salle et chambre. Sous cette chambre, au niveau inférieur de l'appentis arrière, se situe le fournil dont la voûte du four a été détruite. La salle partie remployé (mortaises vides). - le troisième logis, au sud, comprenant une salle unique équipée calcaire. Le toit à longs pans est couvert en tuile plate. Sa descente est interrompue par trois lucarnes
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud. IVR24_20192800107NUCA Vue partielle depuis le nord-ouest. IVR24_20192800108NUCA Vue générale depuis le nord (rehaussement du mur visible : couleur d'enduit différente Comble récemment aménagé, ferme séparant le logis central du nord nord. IVR24_20192800125NUCA Comble récemment aménagé, ancienne ferme en rive séparant le logis central du logis sud
  • Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche
    Texte libre :
    fermes et trois maisons). Repères historiques : Situées pour l’essentiel dans le bourg, les maisons sont construites entre le 16e siècle (vestiges dans la cave du logis probable du prieur au bourg) et les années sur l´ensemble de la commune. Celle-ci compte une trentaine de lieux-dits : le bourg, deux hameaux (Les Charonnières et Le Parcouvert) et plus de 25 fermes isolées et moulins. Structure et composition toit le logis et les dépendances agricoles. C’est le cas notamment à La Blotière, aux Écoles ou au Gros ). C’est le cas notamment aux Charonnières. Cinq ont des bâtiments en "L" (Le Bois Martin, La Briche), sept s’est agrandie au fil du temps. Le type prédominant de ces fermes à cour semble être la ferme en "U " dont l’exemple des Charmois est très représentatif : au nord de la cour se trouve le bâtiment principal , qui abrite entre autres le logis (salle et chambre(s)), et dont la façade principale est orientée au trois travées. Certaines fermes isolées fonctionnent quasiment en autarcie, c’est le cas notamment de
    Illustration :
    Le bourg, rue Principale, alignement de maisons. IVR24_20132800456NUC2A Le bourg, 25 rue Principale, maison à pièce unique. IVR24_20132800466NUC2A Le Charmois, ferme en "U" IVR24_20172800290NUCA Le Charmois, mise en oeuvre en moellons de silex, encadrements en brique. IVR24_20132800303NUC2A
  • Soudun : maisons en cours de destruction
    Soudun : maisons en cours de destruction Néons-sur-Creuse - Le Soudun - - en écart - Cadastre : 2015 D 429, 430 1812 D 414
    Historique :
    certainement du 19e siècle. L'autre, à l'est, était plus ancienne. Elle figure sur le plan cadastral de 1812
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Le Soudun - - en écart - Cadastre : 2015 D 429, 430 1812 D 414
    Illustration :
    La maison, située à l'est, est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelle D 414), dans le haut Vue des maisons (en cours de destruction en 2014) depuis le sud. IVR24_20163600905NUC2A
  • Bourg : maison (3 rue du 8 mai 1945)
    Bourg : maison (3 rue du 8 mai 1945) Frazé - Le Bourg - 3 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1813 H 158 2016 AB 84
    Historique :
    Cette maison semble dater du 16e siècle, comme tendent à le montrer l'escalier en vis en bois à l'extérieur, et adoucissant la pente de toiture. En 1813, le bâtiment appartient à Pierre , création et/ou agrandissements d'ouvertures). Dans la seconde moitié du 20e siècle, le bâtiment devient un
    Description :
    un étage de soubassement servant de cave. Son rez-de-chaussée surélevé est accessible depuis le nord sont en bois pour les plus anciens, ou en béton. Le toit à longs pans et à croupe est couvert en tuile
    Localisation :
    Frazé - Le Bourg - 3 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1813 H 158 2016 AB 84
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20172800424NUCA Vue de la toiture depuis le sud-est (visible : petit toit en bâtière couronnant la tour d'escalier
  • Maison (52 place Michel Debré)
    Maison (52 place Michel Debré) Amboise - 52 place Michel-Debré - en ville
    Historique :
    passant le long du mur gouttereau nord-ouest et reliant par une galerie la première maison donnant sur la rue à la seconde située en arrière-cour. Par ailleurs, la galerie est encore lisible sur le plan ne permettent pas d'évaluer s'il en existait d'autres ou non. La façade, les charpentes et le plan
    Description :
    sont mitoyens des autres maisons, est montée en pierre de taille de tuffeau. Le pan-de-bois emploie des (12,70 cm). Le premier étage surplombe légèrement le rez-de-chaussée par un encorbellement conforme à premier étage, deux aisseliers ont été installés entre le poteau cornier et la sablière. Le niveau du sablière de plancher du niveau 3 et celles longeant les murs gouttereaux. Le hourdis visible par endroits importantes et il est possible que l'allège ait été abaissée, mais rien ne le prouve pour autant formellement vestiges de latrines qui descendaient sous le sol de la cave ainsi qu'un puits restent encore en place. La authenticité. Le rez-de-chaussée de la seconde maison dispose d'une porte de communication avec la cour est une création récente. Cette dernière est encore lisible dans le mur côté cour, par un linteau chanfreiné qui se trouve contre le mur pignon nord-ouest. Cette porte ouvrait ainsi au-dessus de la cave (environ 65 cm de rayon), mais les contremarches à cavet permettent de poser le pied même à côté du noyau
    Annexe :
    Précisions sur les charpentes du 52 place Michel Debré à Amboise Le comble de la petite maison arrière est intéressant. Le niveau du sol se trouve 1 m sous le niveau des sablières longeant les murs le chêne et la pente du toit atteint 56 degrés. Même parmi les bois les plus épais - les poteaux quartiers. La qualité générale est assez médiocre, le bois présentant beaucoup de noeuds et de flaches dans le mur pignon, un poinçon reliant le faîte à l'entrait. Un faux-entrait venait de part et d'autre du poinçon le lier aux arbalétriers. Longitudinalement, le faîtage était soutenu par de petits -entraits soutenaient les chevrons. Des tuiles plates couvraient le tout. Les analyses dendrochronologiques datent les structures primitives de 1504 environ. Le comble de la première maison donnant sur la rue décrit comme suit : les fermes montrent un poinçon reliant le faîtage à l'entrait et un faux-entrait longeant le mur pignon. Cette sablière est, au nord-ouest comme au sud-est, constituée de deux sections de
    Illustration :
    Vue d'un graffito réalisé sur le parement du bâtiment sur rue. IVR24_20073701025NUCA Vue d'un graffito réalisé sur le parement du bâtiment sur rue. IVR24_20073701026NUCA Vue du comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue. IVR24_20073701030NUCA Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue pour le passage du conduit de cheminée. IVR24_20073701031NUCA Vue du pignon dont le hourdis n'a pas été achevé, du côté du 54 place Michel Debré
  • Maisons et fermes à Frazé
    Maisons et fermes à Frazé Frazé
    Texte libre :
    Parmi les 207 édifices repérés (158 fermes, 49 maisons) sur le territoire de la commune de Frazé question ci-contre). Repères historiques : Les maisons se situent pour l’essentiel dans le bourg. Seules 14 ). (Les lotissements construits à partir des années 1980 ne sont pas pris en compte dans cette étude) Le 15 d’entre elles, dont le But, le Petit Essart, la Petite Pihourdière, la Touche). Elles disposent de cheminées, planchers avec anciens chevêtres de cheminées, etc... Le logis de la ferme du Petit Essart a fait seconde moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle) à différents niveaux : ajout ou transformation de communal. La commune compte plus de 70 lieux-dits : le bourg, quelques gros hameaux (dont Le Boulay, La rectangulaire abritant sous un même toit le logis et les dépendances. C’est le cas notamment au Boulay, aux le cas notamment aux Houdraises, à La Leu ou au bourg (ferme du château). Les bâtiments se répartissent de manière plus ou moins ordonnée : 21 ont des bâtiments en vis-à-vis (qui se font face). C’est le
    Illustration :
    Mise en oeuvre du grison et du silex, sur le pignon d'une dépendance de la ferme de L'Orme
  • Maisons et fermes à Thiron-Gardais
    Maisons et fermes à Thiron-Gardais Thiron-Gardais
    Texte libre :
    marchands ou des artisans, profitant de l’effervescence occasionnée par le monastère pour commercer. De pan de bois, etc. Le logis de la ferme de la Chalopinière a fait l’objet d’une analyse modifications durant cette période (surtout la seconde moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle) à trentaine de lieux-dits : le bourg, trois hameaux (Coudelée, le Plessis et les Sècheraies) et plus de 25 " simple : un bâtiment rectangulaire abritant sous un même toit le logis et les dépendances. C’est le cas répartissent de manière plus ou moins ordonnée : 4 ont des bâtiments en vis-à-vis (qui se font face). C’est le cas notamment à la Morlière. 8 ont des bâtiments en "L" (le Bois Margot, la Bougardière), 7 ont des ". L’exemple du Plessis est très représentatif : au nord de la cour se trouve le bâtiment principal dont la façade est orientée au sud et qui abrite sous un même toit le logis (salle et chambre) et des dépendances distribution, la majorité des maisons sont à 2 pièces (par niveau dans le cas de maisons à étage) généralement
  • Les maisons de la Vallée de la Brenne
    Les maisons de la Vallée de la Brenne
    Texte libre :
    Parmi les 568 maisons repérées, 64 ont été sélectionnées dans le cadre de l'étude et ont fait , les maisons repérées sont construites entre le 16e siècle et le milieu du 20e siècle. Sur 568 maisons étages et 452 maisons possèdent une corniche. Matériaux employés (gros-oeuvre) : Le calcaire est le matériau le plus utilisé sous forme de moellon (présent sur 511 maisons) presque toujours enduit ou crépi
    Illustration :
    devant le mur gouttereau. Chançay, rue des Violettes. IVR24_20113700257NUC2A Neuillé-le-Lierre, rue de la République. IVR24_20123700734NUC2A Le Boulay, rue de l'Agriculture. IVR24_20153700935NUCA Maison utilisant le pan de bois. Vernou-sur-Brenne, 1 place du Centenaire. IVR24_20103702218NUC1A Maison utilisant partiellement la brique comme gros-oeuvre. Neuillé-le-Lierre, 27 rue Nationale Maison avec encadrement des baies, chaînes d'angles et corniche en brique. Neuillé-le-Lierre, 8 rue Détail d'un type de corniche mouluré présent sur plusieurs maisons du bourg de Neuillé-le-Lierre Lucarne de la fin du 19e siècle dont le modèle est utilisée sur plusieurs maisons du bourg de
  • Bourg : maison (46 place de l’Église)
    Bourg : maison (46 place de l’Église) Lureuil - Bourg - 46 place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 370 1812 A 1317
    Historique :
    La maison est exactement portée sur le plan cadastral de 1812. Ses caractères morphologiques
    Description :
    escalier extérieur à volet droit longeant le mur gouttereau. Le rez-de-chaussée abritait une étable ou un cellier. Un appentis appuyé contre le mur-pignon est semble avoir eu la même fonction. La toiture, à longs pans et à pignon couvert (à coyaux), est en tuile plate. Une pierre d’évier est insérée dans le mur
    Illustration :
    La maison est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelle A 1317), dans le bas de l'image Vue de la maison et de son escalier extérieur depuis le sud-est. IVR24_20153600553NUC2A Vue de la maison depuis le sud. IVR24_20153600551NUC2A
  • Rues : maison
    Rues : maison Lureuil - Les Rues - 6 - en écart - Cadastre : 2015 A 593 1812 A 492-493
    Historique :
    sur le plan cadastral de 1812. Il pourrait s’agir d’un édifice des 15e-16e siècles, modifié à la fin
    Description :
    gouttereau (bâtiment nord) et mur-pignon (bâtiment sud). Les toitures, à longs pans, sont en tuile plate. Le sont visibles dans le mur-pignon ouest. L’angle sud-ouest de l’édifice semble dépourvu de chaînage en
    Illustration :
    Deux bâtiments (maisons ?) figurent sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 492-493), dans le Vue du bâtiment sud de la maison depuis le sud. IVR24_20163600279NUC2A Vue du bâtiment nord de la maison depuis le sud. IVR24_20163600280NUC2A
  • Bourg : moulin dit moulin Garnier (21 route de Château-Renault)
    Bourg : moulin dit moulin Garnier (21 route de Château-Renault) Vernou-sur-Brenne - 21 route de Château-Renault - en ville - Cadastre : 1817 F 341, 343 2009 AN 119, 116
    Historique :
    Deux moulins étaient situés de part et d'autre de la Brenne : le moulin Garnier et le moulin Griard . Le moulin Garnier, à l'ouest de la Brenne, était un moulin à foulon au 16e siècle : il fut transformé . Le moulin Griard, situé à l'est de la Brenne, probablement construit au 18e siècle, fut utilisé comme moulin à foulon jusqu'en 1810. Transformé en remise, il accueille aujourd'hui des chambres d'hôtes. Le moulin Garnier a conservé ses vannes remplacées en 1885. La roue a été restaurée en 2009. Le bief à sec en 1962, a été remis en eau en 1986. D'après les titres de propriété, il semble qu'en réalité le moulin Garnier était situé à l'est du bief, le moulin Griard est celui qui existe encore aujourd'hui.
    Description :
    Le moulin Garnier se compose d'un bâtiment principal, situé à l'ouest de la Brenne, prolongé à l'ouest par un corps de logis et un pavillon construits en moellon enduit. Le bâtiment principal, à étage mécanique. A l'intérieur se trouvent deux cheminées de la fin du 16e siècle. Le corps de logis est couvert d'un toit à longs pans en tuile plate et le pavillon couvert d'ardoises.
    Illustration :
    Le moulin dit Garnier, au premier plan et l'ancien moulin dit Griard, depuis le sud Le moulin Garnier. Détail. Vue de la roue et des vannes. IVR24_20103700524NUC2A
1 2 3 Suivant