Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 23 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : maison (11 rue de Bléré)
    Bourg : maison (11 rue de Bléré) Cigogné - 11 rue de Bléré - en village - Cadastre : 1823 D1 238-243 2010 D 0160
    Historique :
    Au Moyen Age, le fief du prieuré, appartenait à l'abbaye Saint-Julien de Tours et relevait du château de Loches. C'est ce qui explique la mention du lieu-dit "Le Prieuré" sur le premier plan cadastral levé en 1823. A cette date, Le Prieuré était constitué de deux corps de bâtiments perpendiculaires implantés au nord et à l'ouest d'une cour ouverte vers la route de Bléré. De nos jours, le bâtiment nord a été pour moitié démoli et les bâtiments ouest prolongés vers le nord. L'un des logis porte la date 1721. Les bâtiments sont très remaniés, ce qui rend leur datation délicate. Cependant, le premier logis
    Description :
    Le Prieuré comprend un premier logis de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée, surmonté d'un étage de comble à surcroît éclairé par deux lucarnes. Un second logis lui est accolé par le nord un édicule abrite les vestiges d'un four à pain ; il est logé dans le contre-coeur d'une cheminée
    Appellations :
    maison dite le Prieuré
    Illustration :
    Premier et second logis, figurant sur le plan cadastral de 1823 : façades sur cour
  • Maison (52 place Michel Debré)
    Maison (52 place Michel Debré) Amboise - 52 place Michel-Debré - en ville
    Historique :
    passant le long du mur gouttereau nord-ouest et reliant par une galerie la première maison donnant sur la rue à la seconde située en arrière-cour. Par ailleurs, la galerie est encore lisible sur le plan ne permettent pas d'évaluer s'il en existait d'autres ou non. La façade, les charpentes et le plan
    Description :
    sont mitoyens des autres maisons, est montée en pierre de taille de tuffeau. Le pan-de-bois emploie des (12,70 cm). Le premier étage surplombe légèrement le rez-de-chaussée par un encorbellement conforme à premier étage, deux aisseliers ont été installés entre le poteau cornier et la sablière. Le niveau du sablière de plancher du niveau 3 et celles longeant les murs gouttereaux. Le hourdis visible par endroits importantes et il est possible que l'allège ait été abaissée, mais rien ne le prouve pour autant formellement vestiges de latrines qui descendaient sous le sol de la cave ainsi qu'un puits restent encore en place. La authenticité. Le rez-de-chaussée de la seconde maison dispose d'une porte de communication avec la cour est une création récente. Cette dernière est encore lisible dans le mur côté cour, par un linteau chanfreiné qui se trouve contre le mur pignon nord-ouest. Cette porte ouvrait ainsi au-dessus de la cave (environ 65 cm de rayon), mais les contremarches à cavet permettent de poser le pied même à côté du noyau
    Annexe :
    Précisions sur les charpentes du 52 place Michel Debré à Amboise Le comble de la petite maison arrière est intéressant. Le niveau du sol se trouve 1 m sous le niveau des sablières longeant les murs le chêne et la pente du toit atteint 56 degrés. Même parmi les bois les plus épais - les poteaux quartiers. La qualité générale est assez médiocre, le bois présentant beaucoup de noeuds et de flaches dans le mur pignon, un poinçon reliant le faîte à l'entrait. Un faux-entrait venait de part et d'autre du poinçon le lier aux arbalétriers. Longitudinalement, le faîtage était soutenu par de petits -entraits soutenaient les chevrons. Des tuiles plates couvraient le tout. Les analyses dendrochronologiques datent les structures primitives de 1504 environ. Le comble de la première maison donnant sur la rue décrit comme suit : les fermes montrent un poinçon reliant le faîtage à l'entrait et un faux-entrait longeant le mur pignon. Cette sablière est, au nord-ouest comme au sud-est, constituée de deux sections de
    Illustration :
    Vue d'un graffito réalisé sur le parement du bâtiment sur rue. IVR24_20073701025NUCA Vue d'un graffito réalisé sur le parement du bâtiment sur rue. IVR24_20073701026NUCA Vue du comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue. IVR24_20073701030NUCA Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue pour le passage du conduit de cheminée. IVR24_20073701031NUCA Vue du pignon dont le hourdis n'a pas été achevé, du côté du 54 place Michel Debré
  • Bourg : moulin dit moulin Garnier (21 route de Château-Renault)
    Bourg : moulin dit moulin Garnier (21 route de Château-Renault) Vernou-sur-Brenne - 21 route de Château-Renault - en ville - Cadastre : 1817 F 341, 343 2009 AN 119, 116
    Historique :
    Deux moulins étaient situés de part et d'autre de la Brenne : le moulin Garnier et le moulin Griard . Le moulin Garnier, à l'ouest de la Brenne, était un moulin à foulon au 16e siècle : il fut transformé . Le moulin Griard, situé à l'est de la Brenne, probablement construit au 18e siècle, fut utilisé comme moulin à foulon jusqu'en 1810. Transformé en remise, il accueille aujourd'hui des chambres d'hôtes. Le moulin Garnier a conservé ses vannes remplacées en 1885. La roue a été restaurée en 2009. Le bief à sec en 1962, a été remis en eau en 1986. D'après les titres de propriété, il semble qu'en réalité le moulin Garnier était situé à l'est du bief, le moulin Griard est celui qui existe encore aujourd'hui.
    Description :
    Le moulin Garnier se compose d'un bâtiment principal, situé à l'ouest de la Brenne, prolongé à l'ouest par un corps de logis et un pavillon construits en moellon enduit. Le bâtiment principal, à étage mécanique. A l'intérieur se trouvent deux cheminées de la fin du 16e siècle. Le corps de logis est couvert d'un toit à longs pans en tuile plate et le pavillon couvert d'ardoises.
    Illustration :
    Le moulin dit Garnier, au premier plan et l'ancien moulin dit Griard, depuis le sud Le moulin Garnier. Détail. Vue de la roue et des vannes. IVR24_20103700524NUC2A
  • Bourg : maison (41 rue de la Mairie)
    Bourg : maison (41 rue de la Mairie) Chançay - 41 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 1816 A2 1846, 1845 2009 AD 525, 312
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20113700383NUC2A
  • Maison (2bis rue Chaptal)
    Maison (2bis rue Chaptal) Amboise - 2 bis rue Chaptal - en ville
    Description :
    Aujourd'hui la façade donnant sur la rue est construite en pierre de taille de tuffeau. Le seul datant. Seul le rapport d'antériorité entre le numéro 6 et le numéro 2 bis permet d'avancer que cette
    Illustration :
    Vue générale du 2 rue Chaptal dont le toit est dominé par la charpente à la Philibert de l'Orme
  • Bourg : maison (2 rue Victor-Hugo)
    Bourg : maison (2 rue Victor-Hugo) Reugny - 2 rue Victor-Hugo - en village - Cadastre : 1819 G1 258 2009 G 534
    Description :
    Cette maison possède un étage carré, à pignon et gouttereau sur rue. Le rez-de-chaussée construit que le poteau cornier. L'ensemble est couvert d'un toit à longs pans en ardoise (versant nord) et tuile plate (versant sud). Une entrée, ainsi qu'une baie qui éclairait le comble, ont été murées sur le mur pignon. L'évacuation d'une pierre d'évier placée dans le mur gouttereau est visible depuis
  • Maison (7 rue Newton)
    Maison (7 rue Newton) Amboise - 7 rue Newton - en ville
    Historique :
    Cette adresse communique avec le 8 place Michel Debré. Nous avons là l'exemple d'une entrée dérobée
    Description :
    maison devait disposer - comme c'est encore le cas à présent - d'un bâtiment en fond de cour abritant les offices. Le schéma d'occupation de la parcelle était donc similaire à celui du 52 place Michel Debré.
  • Maison (6 rue Chaptal)
    Maison (6 rue Chaptal) Amboise - 6 rue Chaptal - en ville
    Historique :
    Philibert Delorme a attiré notre attention. Son histoire demeure inconnue, et nous n'avons pas pu visiter le
    Description :
    cour intérieure est bordée d'une galerie, dont la datation pourrait être comprise entre le XVIe et le
  • Maison (44 rue Rabelais)
    Maison (44 rue Rabelais) Amboise - 44 rue Rabelais - en ville
    Historique :
    installa. On ignore si le lieu fut alors adapté pour le forgeron ou si c'était bien là sa fonction première « clos de vignes » sont signalés au « clos Belle poule ». Le secteur ne semble pas avoir été urbanisé avant le début du XVIe siècle et la structure de la maison n'est pas incompatible avec une telle
    Description :
    pignon sud-ouest sur la rue Rabelais. Le rez-de-chaussée est bâti en pierre et ouvert d'une large baie rez-de-chaussée et du premier étage a été remplacée par une poutre métallique. Le pignon présente un tuffeau. Le rez-de-chaussée est aveugle et le premier étage présente seulement deux petites baies. Le toit à deux pans reçoit une couverture de tuiles plates. Au centre du mur gouttereau oriental, le toit de murs de clôture. La façade sur cour est enduite. À l'intérieur, le rez-de-chaussée est divisé par un dans un secteur pourtant très humide. Une vis en bois au noyau circulaire dessert les étages. Le noyau aspect ancien. Au premier comme au deuxième étage, se trouvent deux pièces selon le plan du rez-de . L'essence des bois employés est le chêne. Les chevrons de 12 cm de côté, qui sont restés apparents le reste de la charpente sont issues de bois de remplois. Quelle que soit la section des bois, leurs arbalétriers. Le mur de refend se trouve à l'aplomb de la ferme centrale.
  • Maison (24 rue Newton)
    Maison (24 rue Newton) Amboise - 24 rue Newton - en ville
    Historique :
    En l'état actuel des connaissances sur le bâti amboisien, aucun élément n'interdit de considérer
    Description :
    est recouverte d'un crépi assez récent qui a dû être posé pour camoufler le mauvais état du mur. Le
  • Maison (11 place Richelieu)
    Maison (11 place Richelieu) Amboise - 11 place Richelieu - en ville
    Description :
    : le premier étage et le niveau de mur du comble à surcroît ainsi que le pignon tourné sur la rue Joyeuse. Le pan-de-bois à grille, sans ornement, présente des caractéristiques déjà citées pour les écharpes. L'essence des bois employés est le chêne, sous forme de bois de brin et plus rarement de ne prend pas en compte le niveau de potelets du surcroît semblant plus récents - mais leur largeur est bien supérieure avec quelques 15,20 cm. Le pignon donnant sur la rue Joyeuse présente des dispositions particulières : le premier étage se trouvait en encorbellement sur le rez-de-chaussée au moyen de solives de plancher débordantes. Au premier étage, une petite baie perce le mur. La moitié gauche du
  • Maison (1 rue Joyeuse)
    Maison (1 rue Joyeuse) Amboise - 1 rue Joyeuse - en ville
    Description :
    . Le hourdis en brique est mis en valeur par un essentage d'ardoises clouées sur les colombes dont la recouvert le bois plutôt que de l'enduire, comme il était courant de le faire au XVIIIe siècle. Cet essentage masquant les bois complique l'analyse du bâti. Le pignon de la maison est tourné sur le quai des Marais, la rive donnant sur la rue Joyeuse. Les bois employés à la ferme débordante qui couvre le pignon . Les ouvertures - si elles sont en place - ont perdu leur caractère originel. Dans le comble, la principale a été renforcé par une poutre posée au sol, qui gêne le passage. Trois tirants en fer mécanique lient le renfort à l'entrait originel qui porte les solives du plafond du premier étage. La maison a porte charretière en pierre de taille date de cette époque. Dans le jardin et la cour arrière ont été
  • Bourg : maison (45 rue du Coteau-de-la-Poultière)
    Bourg : maison (45 rue du Coteau-de-la-Poultière) Vernou-sur-Brenne - 45 rue du Coteau-de-la-Poultière - en ville - Cadastre : 1817 G 328 2009 AD 443
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20103700467NUC2A
  • Maison (9 rue Malebranche, 5 rue Corneille)
    Maison (9 rue Malebranche, 5 rue Corneille) Amboise - 9 rue Malebranche 5 rue Corneille - en ville
    Historique :
    Cette maison se situe dans le secteur de l'ancienne enceinte urbaine. Nous ne connaissons rien de son histoire, mais la tradition orale la date du XVIe siècle. Elle aurait été une étable. Le n°5 de la
    Description :
    cette dernière. Le rez-de-chaussée construit en pierre de taille est récent mais il est possible qu'il étage, le pan-de-bois est à grille, avec un hourdis de briques. De longues écharpes rigidifient la dimensions. Il y aurait donc une croisée sur le pignon et deux quarts de croisée sur le mur gouttereau. Le comble aujourd'hui aménagé est éclairé par une baie récemment créée. Le hourdis y est enduit. À et nous laisse envisager une construction en pan-de-bois et brique. Le rez-de-chaussée présente une
  • Maison (92 rue Victor Hugo)
    Maison (92 rue Victor Hugo) Amboise - 92 rue Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    Cette maison a été construite le long de l'ancienne rue de Montrichard, dans sa partie hors les maison, qui a fait l'objet de relevés, oriente la datation vers le XVIe siècle.
    Description :
    La maison est construite sur quatre niveaux dont un niveau de caves - qui est en réalité le rez-de l'ancienne façade pour compenser la faiblesse des sablières. Une baie et une porte ouvrent le rez-de-chaussée poteaux corniers élargis. Aujourd'hui, seul demeure le poteau à droite de la porte d'entrée. Aucune moulure n'apparaît sur les sablières en partie masquées. À l'aplomb de la sablière de chambrée, le pan-de baie du rez-de-chaussée et de celle du comble. De petits jours sont percés à droite comme à gauche. Le surcroît. Les deux potelets des extrémités sont légèrement inclinés vers le centre de la façade jouant le rôle de décharges. La ferme prise dans le pignon avec son entrait, diffère de la ferme centrale. Ici dernier lie le faîtage à l'entrait et porte de chaque côté une section du faux-entrait. Enfin, l'ensemble . Une baie éclaire ce comble, dont le poinçon joue le rôle de montant à droite. Le mur gouttereau portion du mur en moellon signale l'emplacement du conduit de cheminée d'origine. Le mur gouttereau ouest
  • Maison (7 rue Jean-Jacques Rousseau)
    Maison (7 rue Jean-Jacques Rousseau) Amboise - 7 rue Jean-Jacques-Rousseau - en ville
    Description :
    Le plan de réalignement nous indique, conformément à l'analyse du bâti, que la façade donnant sur ; nous pouvons étudier la façade arrière, qui donne sur la cour et le comble. La façade sur cour est à pignon et sans encorbellement. Le rez-de-chaussée est très remanié mais le reste demeure en l'état. La sablières. On remarque le fort écartement des bois et l'absence quasi-totale d'écharpes. Au premier étage ouverture sans croisée et dont le volet intérieur est resté en place, perce le mur à gauche du poteau de la ferme. Le volet est constitué de simples planches à lames et son loquet est récent. À gauche du pignon , on aperçoit le mur gouttereau. Il présente la même structure en pan-de-bois mais le hourdis est en successifs. La pente du toit est de 50°. Le plan du comble au sol mesure environ 7,5 m par 9,5 m. La pignons, avec poteau sur chaque ferme reliant le faîte à l'entrait ; ce dernier recevait les solives qui étaient disposées perpendiculairement au pignon. Le plafond de l'étage inférieur se divisait donc en trois
  • Maison (18 rue Newton)
    Maison (18 rue Newton) Amboise - 18 rue Newton - en ville
    Description :
    La maison est construite en partie en pan-de-bois. La façade côté cour est enduite et le rez-de faîtière et sous-faîtière rigidifiées par des liens. Les trois fermes ont un poinçon reliant le faîte au faux-entrait. Le chevronnage n'est plus visible. L'essence employée est le chêne. Malgré quelques
  • Maison (10 place Michel-Debré)
    Maison (10 place Michel-Debré) Amboise - 10 place Michel-Debré - en ville
    Historique :
    introduire formellement dans le corpus des édifices amboisiens datant des XVe-XVIe siècles. Toutefois
    Description :
    Ce pan-de-bois à grille présente une façade à rive sur rue assez large (un peu moins de 10 m). Le
  • Maison (54 place Michel-Debré)
    Maison (54 place Michel-Debré) Amboise - 54 place Michel-Debré - en ville
    Historique :
    l'habite il y a quelques dizaines d'années. L'échoppe se trouvait au rez-de-chaussée et le logement au
    Description :
    , la maison présente sa rive nord-est sur la rue, face au château. Le premier étage est en léger surplomb sur le rez-de-chaussée. L'encorbellement adopte la technique employée habituellement à Amboise, à . Dans la partie droite de la façade, cette même sablière présente à son extrémité droite le chanfrein d'un quart de croisée. Le poteau central de la façade est également chanfreiné sur une longueur décentrée sur la façade, la porte d'entrée est encadrée par deux épais poteaux qui reprennent le motif géométrique des poteaux corniers. À droite le piédroit est parfaitement intégré à la structure, la moulure des sablières y retombe sans discontinuer. À gauche, le piédroit semble avoir été ajouté postérieurement. Le reproduite en haut. Le bois employé est d'ailleurs particulièrement noueux, contrairement aux autres bois qui suppose que le poteau a été changé parce qu'il était endommagé, mais la moulure de la sablière ne présente pas de retombée à gauche ; la seconde hypothèse, la plus probante semble-t-il, considère que le poteau
    Illustration :
    Détail de l'emplacement d'une ancienne mortaise dans le pan-de-bois et permettant de restituer les
  • Maison (12 rue Newton)
    Maison (12 rue Newton) Amboise - 12 rue Newton - en ville
    Historique :
    Moyen Âge, en particulier son étage en pan-de-bois et sa charpente. Le soubassement en moellon et la
    Description :
    Comme toutes les maisons de la rue Newton - anciennement rue basse des Tanneries -, le rez-de -chaussée est construit en tuffeau jaune, pierre dure. Le pan-de-bois n'aurait pu résister à la proximité de la Masse qui coule à quelques mètres au sud. Il est possible que le rez-de-chaussée de cette maison Newton et la Masse. Les parcelles sont donc tout aussi étroites que celles qui bordent le côté impair de la rue mais disposées en sens inverse. Le niveau supérieur de cette façade en pan-de-bois à grille , était un rez-de-chaussée au Moyen Âge. Ce niveau se trouve à peine 1 m sous le niveau de la rue et doit être juste un peu au-dessus de celui de la Masse. Le sol est resté en terre battue. Un puits plis symétriques et profonds attestent le travail d'un menuisier averti. La façade en pan-de-bois est poteau liant le faîtage à l'entrait, le faux-entrait étant constitué de deux éléments. Les poutres