Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 54 sur 54 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Petit Essard : ferme, actuellement maison
    Petit Essard : ferme, actuellement maison Frazé - Le Petit Essard - isolé - Cadastre : 1813 I1 5, 6 2016 ZV 19
    Historique :
    La ferme du Petit Essard - qui apparaît sous le toponyme Les Essards Lignerolles sur le cadastre de l'objet d'une expertise dendrochronologique. Le cambium présent sur un échantillon a permis de dater l’abattage des arbres à l'automne-hiver 1513-1514 : le bâtiment et, par extension, les parties les plus fin du 19e siècle, la ferme entre dans le giron du domaine de Frazé, reconstitué par Joseph Dulong de
    Observation :
    différentes périodes : ossature et charpente en pan de bois, pigeonniers de comble en céramique dans le
    Description :
    lavoir. - Situé au sud, le bâtiment principal abrite une écurie, l'ancienne laiterie, le logis (salle et surmonté d'un comble à usage de grenier, le logis est accessible par deux portes, la première située en plancher d'origine, avec le chevêtre de l'ancienne cheminée détruite et remplacée par une autre de modifiée : le piédroit et les sous-corbeaux en pierre sont remplacés par des jambages en béton. Deux des , consistant en des céramiques et placés dans le hourdage de l'ancienne ferme de rive, côté est, servaient de pigeonnier de comble, avant la construction de la laiterie adjacente. - Placé au nord, le second bâtiment comprend une vaste bergerie, une grange, un pressoir et une étable à vaches. La grange et le pressoir, dont le pan de bois est conservé en cloisonnement et en façade nord, sont couverts d'une charpente similaire au logis : à ferme à poinçon long (à l'exception d'une dont le poinçon a été raccourci), faîtière tuile plate ancienne (sauf le lavoir, couvert en plaque de ciment amianté). Des lucarnes pendantes à la
    Localisation :
    Frazé - Le Petit Essard - isolé - Cadastre : 1813 I1 5, 6 2016 ZV 19
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20172800273NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20172800245NUCA Vue générale du bâtiment principal depuis le nord-ouest. IVR24_20162800057NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800059NUCA Vue générale du bâtiment secondaire depuis le sud-ouest. IVR24_20172800247NUCA Poulailler et porcherie, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800074NUCA Hangar agricole, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20172800258NUCA Machines agricoles des années 1950 conservées sous le hangar, vue d'ensemble. IVR24_20162800077NUCA Batteuse et tracteur des années 1950 conservée sous le hangar. IVR24_20172800260NUCA Machines agricoles des années 1950 conservées sous le hangar. IVR24_20172800259NUCA
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Historique :
    Le châtelet, la tour Saint-François et la galerie sont construits à la fin du 15e siècle ou au ) et ont été édifiés pour le même commanditaire. D'anciens communs datés 1560 sont transformés en logement au siècle suivant. Réalisé entre 1584 et 1586 par Jehan Métézeau, marchand maçon à Dreux, le
    Référence documentaire :
    Archives privées du château de Frazé. Plan terrier des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le CASSAIGNE, Pascal, SIGURET, Philippe. Le Perche-Gouët. Présence du Perche, La Loupe : Les amis du
    Description :
    Le château de Frazé se situe au nord-ouest du bourg, à proximité de la rivière de la Foussarde. Il cour comprend le châtelet, la galerie ouest, la tour Saint-François, une tour nord-ouest (reconstruite , le bâtiment dit "pavillon du bourg" à l'est et les communs (écuries, remises) au sud. Servant à
    Localisation :
    Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB
    Annexe :
    tems, ville clouse et place forte, come il dit, que sont depuis par le temps des guerres et autrement peu de gens, là où pour le tems passé souloit avoir et demourer grand nombre et quantité de peuple. A l'occasion de quoy le pays lors estoit grandement augmenté et amelioré par la conversacion, residence et cesdictes presentes de notre scel. Donné à la Tour le XXIXe jour d'apvril l'an de grâce mil quatre cens obtient des lettres patentes portant établissement d'un marché par semaine à Frazé. Le 28 septembre 1512 Fleuveries. Le 9 octobre 1539, devant maître Mathieu Baigneaux, notaire à Chartres, Louis Girard acquiert de M. Roch Giraux le fief d'Ecossé. Le 25 juin 1585, devant maître Duduit, notaire à Frazé, Mme d'O de Vérigny, veuve de Louis Girard, fait l'acquisition de la seigneurie de la Perrine le Roi sur la paroisse d'Unverre. Le 14 septembre 1660, devant maître Château, notaire à frazé, Antoine et Françoise Marguerite de , moyennant 25 000 livres. Le 21 juin 1667, devant maître Simon Proust, notaire à Illiers (-Combray), ces
    Texte libre :
    sont attestés à Frazé dès le 11e siècle. À l’instar de l’abbaye voisine de Thiron, la forteresse et la seigneurie de Frazé sont vendues le 13 juillet 1486 à Florentin Girard, seigneur de Barenton, et Marie Chollet son épouse, veuve de Geoffroi de Courcillon, pour la somme de huit cents écus d’or. En 1493, le de Brou, pour obtenir la permission de rebâtir le château fort et la "ville" de Frazé et les fortifier. Le seigneur suzerain lui accorde de bonne grâce par lettre du 29 avril 1493 en "reconnaissance très populeuse autrefois […] le château était très fortifié." Les remparts étant entièrement détruits muraillés" sont alors aménagés autour de la vaste enceinte carrée où s’élève le château. L’eau de la rivière . Des trois galeries qui formaient les côtés sud, est et ouest du quadrilatère, seule celle reliant le châtelet à la tour nord-ouest demeure. Le logis seigneurial occupait le côté nord et fermait la haute cour . Le puits de l’actuelle cour se trouvait dans les anciennes cuisines du logis. Ce dernier a été
    Illustration :
    Plan géométrique des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Châtelier et la Flohorie, dressé en 1767 Vue d'ensemble du château depuis le nord. IVR24_20162801056NUCA Vue d'ensemble, depuis le clocher de l'église au nord-est. IVR24_20162801001NUCA Vue partielle du château (haute cour) et prairie humide (ancien étang), vue depuis le clocher de Vue d'ensemble depuis le sud-ouest (avec l'église paroissiale Notre-Dame en arrière-plan Vue d'ensemble depuis le sud-ouest (avec l'église paroissiale Notre-Dame en arrière-plan Vue d'ensemble depuis le sud-ouest (avec l'église paroissiale Notre-Dame en arrière-plan Anciens communs, châtelet et tour Saint-François, vue générale depuis le sud-ouest Châtelet et tour Saint-François, vue d'ensemble depuis le sud-ouest. IVR24_20162801083NUCA Châtelet, galerie et tour nord-ouest de la haute cour, vue générale depuis le sud-ouest
  • Bourg : café de la poste puis auberge dite du Château, actuellement maison
    Bourg : café de la poste puis auberge dite du Château, actuellement maison Frazé - Le Bourg - 5 place du Château - isolé - Cadastre : 1813 E2 363, 364 2016 AB 20
    Historique :
    s'implante dans le bâtiment voisin au 4, place du Château. Le commerce est alors renommé "café de la poste - Bugué - Pescher" du nom du propriétaire Louis Bugué, cafetier. Au début du 20e siècle, le commerce
    Description :
    d'échantignoles plus importantes repoussant les pannes vers l'extérieur. Le mur pignon sud est en moellons de géométrique constitué de briques orangées et flammées formant des losanges. La date 1862 portée par le même procédé de décor de briques, est placée entre les deux séries d'ouvertures. Le toit est à longs pans
    Localisation :
    Frazé - Le Bourg - 5 place du Château - isolé - Cadastre : 1813 E2 363, 364 2016 AB 20
    Illustration :
    Vue panoramique depuis le château vers l'est, avec au centre le café de la Poste Bugué - Pescher Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20162800320NUCA
  • Bourg : ferme du château (1 rue du 8 mai 1945)
    Bourg : ferme du château (1 rue du 8 mai 1945) Frazé - Le Bourg - isolé - Cadastre : 1813 E 351 2016 AB 11
    Historique :
    probablement de cette époque. En face, le bâtiment principal (partie logis) conserve sa façade nord, également à un moulin encore présent sur le plan cadastral de 1813 et dont l'activité a dû cesser vers 1850 , remplacement de l'ancien portail par un corps de bâtiment joignant le logis à la grange, et création d'un
    Description :
    vis-à-vis, de part et d'autre d'une cour ouverte. Le bâtiment principal abrite les fonctions maçonnerie (piliers en pierre de taille calcaire et pierre de taille de roussard en soubassement). Le logis au nord, éclairent le comble. Ces dernières sont couronnées d'épis de faîtage. La grange et les
    Localisation :
    Frazé - Le Bourg - isolé - Cadastre : 1813 E 351 2016 AB 11
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest. IVR24_20162800324NUCA Ancien portail et dépendances (grange, écuries/étables), vue générale depuis le nord-ouest
  • Huvetière : ferme
    Huvetière : ferme Frazé - La Huvetière - isolé - Cadastre : 1813 B2 173 2016 B2 183
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, les fiefs de la Grande et Petite Huvettière sont mentionnés dès 1390. Le bâtiment le plus ancien, au nord de la cour, semble être le bâtiment d'habitation qui conserve une charpente et un plancher (poutre maîtresse et solives) datant probablement du 16e siècle. Le bâtiment secondaire à l'est et le fournil à l'ouest, présents sur le cadastre de 1813, semblent dater du 18e siècle la préfecture, en vue d'établir une tuilerie à La Huvetière. Malgré la réponse positive du préfet, le projet n'a vraisemblablement pas vu le jour. Concernant le bâtiment d'habitation, probablement édifié en bâtiment (grange et bergerie) est construit à l'emplacement de dépendances détruites (présentes sur le plan
    Observation :
    1900. Atypique pour le Perche, le sec0nd bâtiment dispose de deux auvents - non contemporains, ni entre sud-est vers le Berry.
    Description :
    répartis autour d'une cour ouverte : - Le bâtiment d'habitation abrite sous un même toit la salle, une considérablement été réduite comme l'atteste le chevêtre du plancher, très probablement d'origine. La charpente rajoutée tardivement, certainement lors de la campagne de remaniement de 1847. - Le second bâtiment situé à l'est abrite deux granges et une écurie. En façade principale, deux auvents non contemporains (le plus (un poulailler et une écurie) sont construits contre la façade ouest, tout comme le puits couvert d'une pompe à bras. - Le troisième bâtiment, placé au sud-est de la ferme, comprend une vaste grange et cochons sont disposés contre le mur est. Les murs sont en moellons de silex couverts d'un enduit (mur sud
    Illustration :
    Plan de la tuilerie projetée en 1844 (la grange aurait été convertie en "halle à tuile", et le Bâtiment d'habitation, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20162801143NUCA Bâtiment secondaire, vue de la façade arrière depuis le sud-est. IVR24_20162800089NUCA Bâtiment secondaire (partie sud) et troisième bâtiment (grange et bergerie), vue générale depuis le
  • Bourg : logis prieural puis presbytère, actuellement maisons
    Bourg : logis prieural puis presbytère, actuellement maisons La Croix-du-Perche - Le Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 131, 132
    Historique :
    16e siècle, le prieuré dépend des bénédictins de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle d’Orléans. Nommé par l’abbaye, un receveur y perçoit les rentes, dîmes et autres droits (le lieu conserve la mémoire de sa "). Le prieuré est vendu comme Bien national à la Révolution, à André-Marie Lheureux. Sa veuve le cède à la municipalité en 1822, pour en faire le presbytère de la paroisse. En 1908, le bâtiment est reconstruit in situ à l’initiative de la commune (comme le montre l’examen des matrices cadastrales), en partie ouest du bâtiment sert d’école de filles. Vers 1990, la commune réhabilite le bâtiment et le
    Description :
    à l’ouest, une remise possède un mur en terre posé sur un solin maçonné en moellons de silex. Le
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 131
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord. IVR24_20132800361NUC2A Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20132800362NUC2A
  • Bourg : maison (3 rue du 8 mai 1945)
    Bourg : maison (3 rue du 8 mai 1945) Frazé - Le Bourg - 3 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1813 H 158 2016 AB 84
    Historique :
    Cette maison semble dater du 16e siècle, comme tendent à le montrer l'escalier en vis en bois à l'extérieur, et adoucissant la pente de toiture. En 1813, le bâtiment appartient à Pierre , création et/ou agrandissements d'ouvertures). Dans la seconde moitié du 20e siècle, le bâtiment devient un
    Description :
    un étage de soubassement servant de cave. Son rez-de-chaussée surélevé est accessible depuis le nord sont en bois pour les plus anciens, ou en béton. Le toit à longs pans et à croupe est couvert en tuile
    Localisation :
    Frazé - Le Bourg - 3 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1813 H 158 2016 AB 84
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20172800424NUCA Vue de la toiture depuis le sud-est (visible : petit toit en bâtière couronnant la tour d'escalier
  • Bourg : auberge, actuellement maison (12 rue du 8 mai 1945)
    Bourg : auberge, actuellement maison (12 rue du 8 mai 1945) Frazé - Le Bourg - 12 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1813 D 20 2016 AB 42
    Description :
    cour ouverte. L'aile sud du bâtiment d'habitation se compose de deux corps : le premier s'élevant sur un seul niveau (rez-de-chaussée), le second sur deux (rez-de-chaussée et un étage carré). Il abritait . Le second bâtiment servait de dépendance : grange et remise pour l'aile nord-ouest ; écuries et
    Localisation :
    Frazé - Le Bourg - 12 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1813 D 20 2016 AB 42
    Illustration :
    Bâtiment d'habitation, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800302NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20162800305NUCA Bâtiment d'habitation, aile nord (écuries), vue générale depuis le sud. IVR24_20162800306NUCA
  • Maisons et fermes à Frazé
    Maisons et fermes à Frazé Frazé
    Texte libre :
    Parmi les 207 édifices repérés (158 fermes, 49 maisons) sur le territoire de la commune de Frazé question ci-contre). Repères historiques : Les maisons se situent pour l’essentiel dans le bourg. Seules 14 ). (Les lotissements construits à partir des années 1980 ne sont pas pris en compte dans cette étude) Le 15 d’entre elles, dont le But, le Petit Essart, la Petite Pihourdière, la Touche). Elles disposent de cheminées, planchers avec anciens chevêtres de cheminées, etc... Le logis de la ferme du Petit Essart a fait seconde moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle) à différents niveaux : ajout ou transformation de communal. La commune compte plus de 70 lieux-dits : le bourg, quelques gros hameaux (dont Le Boulay, La rectangulaire abritant sous un même toit le logis et les dépendances. C’est le cas notamment au Boulay, aux le cas notamment aux Houdraises, à La Leu ou au bourg (ferme du château). Les bâtiments se répartissent de manière plus ou moins ordonnée : 21 ont des bâtiments en vis-à-vis (qui se font face). C’est le
    Illustration :
    Mise en oeuvre du grison et du silex, sur le pignon d'une dépendance de la ferme de L'Orme
  • Maisons et fermes à Thiron-Gardais
    Maisons et fermes à Thiron-Gardais Thiron-Gardais
    Texte libre :
    marchands ou des artisans, profitant de l’effervescence occasionnée par le monastère pour commercer. De pan de bois, etc. Le logis de la ferme de la Chalopinière a fait l’objet d’une analyse modifications durant cette période (surtout la seconde moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle) à trentaine de lieux-dits : le bourg, trois hameaux (Coudelée, le Plessis et les Sècheraies) et plus de 25 " simple : un bâtiment rectangulaire abritant sous un même toit le logis et les dépendances. C’est le cas répartissent de manière plus ou moins ordonnée : 4 ont des bâtiments en vis-à-vis (qui se font face). C’est le cas notamment à la Morlière. 8 ont des bâtiments en "L" (le Bois Margot, la Bougardière), 7 ont des ". L’exemple du Plessis est très représentatif : au nord de la cour se trouve le bâtiment principal dont la façade est orientée au sud et qui abrite sous un même toit le logis (salle et chambre) et des dépendances distribution, la majorité des maisons sont à 2 pièces (par niveau dans le cas de maisons à étage) généralement
  • Ferrière : ferme, actuellement maison
    Ferrière : ferme, actuellement maison Frazé - La Ferrière - isolé - Cadastre : 1813 H 37 2016 H 151
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, La Ferrière apparaît sous le toponyme Ferraria dès 1531. Fief à cette époque, le lieu-dit devient une seigneurie en 1627 avant d’être achetée par les Gramont, et annexée à la seigneurie de Frazé en 1660. Le bâtiment principal, probablement le plus ancien, semble remonter au 16e siècle. Témoignent de cette époque, les cheminées de la cuisine et de la chambre, le cloisonnement en pan chaînage d'angle), le bâtiment est remanié : la probable ossature en pan de bois est remplacée par des murs retroussés, facilitant la circulation dans le comble). Alexandre Thiroux de Gervilliers, propriétaire du nouveaux bâtiments (partie porcherie et bergerie). La ferme entre dans le giron de Joseph Dulong de Rosnay : construction des deux tourelles sur le pignon ouest du logis, construction (ou reconstruction ?) de la cave et
    Observation :
    différentes périodes : ossature et charpente en pan de bois, pigeonniers de comble en céramique dans le
    Description :
    , répartis autour d'une cour ouverte en "O", ainsi qu'un fournil : - Placé au nord de la ferme, le bâtiment cave. Tardivement, deux tourelles de fonction purement décorative ont été édifiées contre le pignon et un clapier ont été construits en alignement à l'est. Le logis conserve trois cheminées anciennes l'édifice, il subsiste le cloisonnement en pan de bois entre la salle et la chambre, séparées par l'entrée de la porcherie est coupé pour permettre le passage des véhicules : l'accès à la ferme se fait aussi voûtains en brique séparant le rez-de-chaussée du comble à usage de grenier. - À l'est se trouve le cour ouverte de la ferme, le fournil se situe à l'ouest de l'ensemble. Entièrement construit en brique
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20172800265NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20172800274NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20162800094NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800095NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20162800099NUCA Bâtiment secondaire (porcherie, bergeries et remise), vue générale depuis le nord-est Troisième bâtiment, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20162800111NUCA Fournil, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20162800114NUCA
  • Gardais : bourg, actuellement écart
    Gardais : bourg, actuellement écart Thiron-Gardais - Gardais - isolé - Cadastre : 1814 B3 279 - 325 2014 ZB 89, 91, 96 214 ZC 32, 36, 37 2014 ZI 32
    Historique :
    la paroisse. Sur le plan géométrique de 1759, réalisé par Canuël à l'échelle de la paroisse, figure l'église paroissiale de Gardais (en bleu), un ensemble de bâtiment dit "la Mairie", le presbytère et quelques autres bâtiments. "La Mairie" est le lieu d'habitation du percepteur de la seigneurie, un officier mandaté par le chapitre cathédral de Chartres. Il y perçoit notamment le droit de Champart, une redevance bâtiments de "la Mairie" servait à entreposer les gerbes et le bois provenant du droit de Champart "plis de serviette", charpente à faîtières, sous-faîtières et poinçons) font remonter le logis de cette ferme au 16e siècle. Le presbytère a été reconstruit en 1702 (voir dossier individuel). À la Révolution , la paroisse de Gardais est réunie à celle de Thiron et le conseil de fabrique décide en 1806 de transformées (ou reconstruite) : utilisation de la brique calibrée. Le lavoir, situé au nord-est du hameau date
    Description :
    comprend "la Mairie" - lieu de résidence du représentant du seigneur, percevant les redevances - le presbytère et trois maisons (ou petites fermes). Le lavoir est alimenté par une source qui se jette dans la
    Illustration :
    Maison dite "la Licorne", vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20142800369NUC2A Maison, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800374NUC2A Lavoir, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20142800375NUC2A
  • Bougarderie : ferme, actuellement maison
    Bougarderie : ferme, actuellement maison Thiron-Gardais - La Bougarderie - isolé - Cadastre : 1814 A1 26 2013 ZA 27
    Historique :
    Cette ferme, ancienne dépendance de l'abbaye de Thiron, figure sur le cadastre de 1811 sous le toponyme de "Bougardière". A la fin du 19e siècle, elle porte le nom de "L'Arpent" pour s'appeler, dans la reconstruite (très probablement le bâtiment principal) à l'emplacement de l'ancien bâtiment dont témoignent les plus tard, en 1846, le second bâtiment (en "L"), qui pourrait remonter au 17e siècle, est en partie
    Description :
    L'ancienne ferme de la Bougarderie comprend 2 bâtiments organisés en "L" : - Le bâtiment principal principales sont cloisonnées en pan de bois. En rez-de-chaussée surmonté d'un comble à usage de grenier, le abritent la voûte du four à pain et la laiterie à l'ouest, une étable à l'est. Le pignon ouest conserve les calcaire couronne les murs. - Le bâtiment secondaire possède une partie de ses murs en pan de bois, une convertie en remise). Située contre le pignon sud, la cheminée de la salle, qui est adossée au mur, témoigne
    Illustration :
    Vue partielle du bâtiment principal (et du toit à porcs détruit) depuis le sud (cliché du début du Vue générale du bâtiment principal depuis le sud (état en 2014). IVR24_20142800291NUC2A Vue partielle du bâtiment principal depuis le sud-ouest. IVR24_20142800292NUC2A Vue générale du bâtiment principal depuis le sud-est. IVR24_20142800293NUC2A
  • Bourg : chapelle prieurale puis église paroissiale Saint-Martin
    Bourg : chapelle prieurale puis église paroissiale Saint-Martin La Croix-du-Perche - Bourg - en village - Cadastre : 1814 C2 273 2013 AB 45
    Historique :
    paroissiale placée sous le vocable de saint Martin. Les moines bénédictins de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle d’Orléans présentent à la cure jusqu’à la Révolution. Au 18e siècle, le clocher-mur a été remplacé par un petit clocher à six pans, comme le signale une cloche datée 1728. Dans les années 1870 - 1880, trois campagnes de travaux se succèdent pour l’entretien et la restauration de l’église. Depuis le début des
    Description :
    arc en tiers-point et imposants contreforts encadrant les ouvertures. Le vaisseau est accessible à flamboyant, toutes les baies de l'église sont en plein cintre. Deux baies romanes éclairent le choeur. A l’arrière de ce dernier se trouve la sacristie, accessible par deux portes qui encadrent le retable de style calcaire. Les chaînages d’angle et les contreforts sont en pierre de taille de grison. Le toit de la nef et entrait et fermes à entrait retroussé, est datée 1537 en chiffres romains sur le cinquième entrait. De d’animaux fabuleux. Pour le premier ensemble, le poinçon torsadé est creusé à sa base d’une niche qui abrite la jonction avec le poinçon. Une poutre de gloire se trouve au niveau du poinçon du troisième supports et surmonté de la crosse et de la mitre abbatiale, d’après le Comte de Kerdréan en 1889 dans sa , des chimères, des armoiries et des vases de fleurs. Dans le choeur sont représentés des blasons armoriés et des têtes humaines plus grandes que nature. Une large frise aux motifs floraux orne le second
    Illustration :
    Vue générale de la place de l'église depuis le nord-ouest. IVR24_20142800126NUC4A Vue générale depuis le nord. IVR24_20142800124NUC4A Vue depuis le sud-est. IVR24_20142800101NUC4A Intérieur, le choeur, vue du retable et du mobilier. IVR24_20132800443NUC2A Intérieur, vue de détail de la jonction entre l'entrait et le poinçon. IVR24_20142800117NUC4A