Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 17 sur 17 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Clôture de choeur ou Tour du choeur
    Clôture de choeur ou Tour du choeur Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville
    Historique :
    , Jean Dedieu, Pierre 1er Legros, Jean-Baptiste II Tuby et Simon Mazière sont installés progressivement La décision de construire une clôture de choeur monumentale en pierre est prise dans la première
    Description :
    , François marchand, Pierre Legros, Jean-Baptiste Tuby et Simon Mazière), en pierre de Saint-Aignan (Loiret Le Tour du chœur constitue une véritable muraille de pierre sculptée. Il se dresse à plus de six groupes sculptés. A la partie supérieure, les dais d'architecture, véritable dentelle de pierre habitée de craie de Vernon (Eure), fine et blanche, pour les parties basses et la pierre de Saint-Leu (Oise), plus jaune, pour les parties hautes. Les groupes sont en pierre de Tonnerre (Yonne) (groupes de Jehan Soulas ). La pierre choisie pour l'exécution des premiers groupes du côté nord n'est pas identifiée. La différentes teintes de pierre. Aspect d'origine Le Tour du chœur a été conçu pour être traversé et éclairé par base de pierre, mortier et brique rouge.
    Auteur :
    [sculpteur] Legros Pierre Ier
    États conservations :
    , brisures, éclats, innombrables graffitis) et par endroits, désagrégation de la pierre ; ce qui a permis de
    Annexe :
    Pierre Ier Legros, Chartrain de naissance. La scène de l'Entrée du Christ à Jérusalem par Jean-Baptiste choeur (les sculpteurs Nicolas Guybert, Thomas Boudin, Jean de Dieu, Pierre Legros, Tuby le Jeune et naissance. Ces quatre groupes sont exécutés par Jehan Soulas en pierre de Tonnerre. Le contrat passé le 2 sculptés en pierre de Saint-Aignan par Thomas Boudin en 1611-1612. Il est le seul sculpteur à travailler médiévale. Elles furent de fait les premières sculptées, probablement par l’un des tailleurs de pierre ayant les influences rapportées d'Italie par Louis XII et François Ier. Dans le projet initial de la Française, catalogue du Musée du Louvre. Paris : RMN, 1978. BECK, Bernard, BOUET, Pierre, ÉTIENNE, Claire , Emmanuel. François Ier : le roi et le mécène. Paris : Tallandier, 1977. BULTEAU, Marcel. Description de la travers l’histoire, approche d’une étude des mentalités. Paris : Fayard-Marne, 1972. GRIMAL, Pierre romaine. Paris : Bonne Presse, 1952. LESUEUR, Frédéric, LESUEUR, Pierre. Le château de Blois. Paris, 1921
    Texte libre :
    Boudin. En 1678-1679, Jean Dedieu, puis en 1681-1683 Pierre Ier Legros réalisent les groupes de la Femme gardiens. Le 7 octobre 1482, Pierre Patin, un peintre, est mentionné, qui s'engage à en parfaire la prise de construire une clôture en pierre par les soins d'un maître-d'œuvre ; quelques mois plus tard 1514, les travaux sont bien avancés : François Dugué, tailleur de pierre qui a travaillé au clocher
  • Château de Chaumont-sur-Loire
    Château de Chaumont-sur-Loire Chaumont-sur-Loire - Cadastre : 1809 A1 847 cadastre napoléonien 2017 AE 119
    Historique :
    sur ordre de Louis XI en représailles contre Pierre d'Amboise, la forteresse est rebâtie une première
    Référence documentaire :
    Mémoires pour servir à l'histoire des maisons royalles et bastimens de France par Pierre et Frédéric BABELON, Jean-Pierre. Châteaux de France au siècle de la Renaissance. Flammarion : Picard, 1989. BARDET, Jean-Pierre, MOTTE, Claude. Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire LESUEUR, Frédéric, LESUEUR, Pierre. Vues des châteaux du Blésois au XVIIe siècle, par André
    Murs :
    pierre grand appareil brique pierre avec brique en remplissage
    Description :
    celui édifié dans l'aile François Ier du château de Blois. L'aile ouest est également pourvue d'un
    Auteur :
    [commanditaire] Amboise Pierre (d') [commanditaire] Amboise Charles Ier (d')
    Annexe :
    pour le premier étage, et de pierre pour le rez-de-chaussée. La mouluration de leurs chambranles se médiévaux tenant le blason de Charles Ier d’Amboise. Les moulurations de la porte se composent également, de Savoie et Claude de France. Les lucarnes-pignons situées à l'étage de comble sont en pierre. Surmontées escalier de l’aile François Ier du château de Blois. Deux travées s’ouvrent sur la cour et l’une d’entre hérités du gothique flamboyant. Les lucarnes de l’aile sud sont, elles-aussi, réalisées en pierre et de meneaux en pierre. Les fenêtres du dernier niveau sont marquées d’un unique croisillon tandis est dotée d’un puit circulaire en pierre de taille dans sa partie nord-ouest. Ce dernier repose sur une estrade de pierre et est complété par une poulie en fer forgée élégamment ouvragée formant volutes appareillage mixte composé de pierre de taille et de brique inspiré du style commandité par Diane de Poitiers même en pointe"). Une tribune de pierre du 16e siècle décorée de pinacles s’élève au fond de la pièce
    Illustration :
    François Ier du château de Blois. IVR24_20094100139NUC2A
  • Bourg : église paroissiale Notre-Dame-de-Carmel (rue de l'Église )
    Bourg : église paroissiale Notre-Dame-de-Carmel (rue de l'Église ) Margon - Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 73 1990 AB 54
    Historique :
    et saillants). Donnée par Rotrou Ier aux moines du monastère clunisien de Saint-Denis, elle a pierre" à la tour de l'église (un escalier en vis). Les travaux prévoyaient également la démolition de pierre pour y mettre les "trois images" placées sur l'ancien autel. La sculpture ornant le rampant, la
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    par un escalier à vis en pierre compris dans une tourelle carrée hors-oeuvre. Le portail occidental de colonnes engagées. Le choeur est voûté en cul-de-four. L'autel en pierre est orné de huit colonnes et . A l'exception d'une partie du bas-côté nord en pierre de taille de calcaire, les murs sont en moellons de calcaire et de meulière couverts d'un enduit à pierre vue. Les contreforts, les chaînages , denticulées au sud) sont en pierre de taille. Les toits sont à longs pans (nef et bas-côté), en pavillon (tour
  • Château d'Amboise
    Château d'Amboise Amboise - Montée de l'Emir Abd el Kader - en ville
    Historique :
    Berri (1218-1274), Jean II (1274-1301 ou 1303), Pierre Ier (1303-1322), Ingelger (1322-1373), Pierre II des comtes d'Anjou. Foulques Ier le Roux (888-941) lui succéda, puis Foulque II le Bon (941-958 ), Geoffroy Ier Grisegonelle (958-987), Foulques III dit Nerra (987-1040), Geoffroy Martel, Geoffroy III le Nerra lui fit épouser Hersende, nièce de Sulpice de Buzançais, qui possédait la tour de Pierre sur les domicilium fut rasé en 1106. Hugues Ier d'Amboise succéda à son père Sulpice Ier. Il conquit le dernier fief ainsi : Sulpice II succède à Hugue Ier ; viennent ensuite Hugues II (1190), Sulpice III (1218), Jean de principale de Charlotte de Savoie, d'Anne de France (jusqu'à son mariage avec Pierre de Bourbon), de Jeanne . François Ier (1515-1547) Ayant passé au château d'Amboise une grande partie de son enfance, François Ier François Ier se portent sur Blois, Chambord et Romorantin. Après le départ de la cour en 1525 (à
    Référence documentaire :
    Ier et fondations du logis Henri II. (Archives nationales, Cartes et Plans, O 1 1903). octobre 1471-30 septembre 1474. Compte particulier de Pierre de Castello sommelier de l'échansonnerie du du roi Louis XI.1er octobre 1478-30 septembre 1479. 5e compte de Pierre Symart, compte des menues Archives Nationales ; KK 68. Compte de Pierre Artault, 10e compte de la dépense ordinaire de Archives Nationales, KK 69. Compte de maistre Pierre Burdelot, compte des funérailles de la reine Archives Nationales ; KK 75. Compte de Pierre Pouchiet, compte de la vénerie et fauconnerie du roi Archives Nationales ; KK 99. Compte de l'argenterie du roi François Ier. 1529. Archives Nationales ; KK 100. Compte de l'argenterie du roi François Ier. 1529. Archives Nationales ; KK 289/1. Compte de l'argenterie du roi François Ier. 1517-1518. Archives Nationales ; KK 289/2. Compte de l'argenterie du roi François Ier. 1517-1518.
    Annexe :
    l'état de la Grande Salle sans sa colonnade où des tailleurs de pierres réalisent une gargouille. Les XI, Charles VIII, Louis XII, François Ier et Henri II. Après les cinq campagnes de travaux, le retour d'Italie (1497-1498). Louis XII et François Ier ajoutèrent à l'ensemble leur empreinte Louis XI à François Ier, on construit sur ce site naturellement défensif où l'on préfère adapter
    Texte libre :
    résidence principale et le château conserva ce statut, sous François Ier (1515-1547) jusqu'à son départ pour tel que Pierre de Beaujeu, duc de Bourbon, en janvier 1498. Le bâtiment de la grande salle accueillant cour en 1560, le logis de l'Armurerie - sans doute achevé par François Ier -, sorte de salle , l'apparition des formes renaissantes. En 1516, François Ier (1515-1547) fit ajouter au nouveau logis de Charles Travées ne furent construits. Le plan de François Ier manifeste cependant une innovation en matière de d'Autriche. Si l'on peut considérer que les travaux de Louis XII et François Ier se déroulèrent dans la , Louis Amangeart, Jacques Sourdeau, Pierre Trinqueau, Bastien François et Pierre Gadier. Aussi, y a-t-il château en 1495-1496 : Jacques Sourdeau qui fut chargé du chantier de Blois (1516-1518) et Pierre topographie du lieu exerçait ses contraintes, exigeait de trouver une solution novatrice. Sous François Ier , les assises ne sont plus montées en assises réglées, mais avec des pierres de taille de hauteurs
    Illustration :
    Vue du dépot lapidaire, pierre n° 19 : clef de voûte ornée de la salamandre de François Ier -François Ier et fondations du logis Henri II. IVR24_20083700357NUCA Vue du dépot lapidaire, pierre n° 318 : pierre d'encadrement de baie. IVR24_20093700238NUCA Vue du dépot lapidaire, pierre n° 313 : décor végétal d'une pierre d'encradrement de baie Vue du dépot lapidaire, pierre n° 309 : fragment d'une statue anthropomorphe. IVR24_20093700226NUCA Vue du dépot lapidaire, pierre n° 298 : pierre d'entablement renaissant. IVR24_20093700218NUCA Vue du dépot lapidaire, pierre n° 297 : fragment de chapiteau feuillagé. IVR24_20093700217NUCA Vue du dépot lapidaire, pierre n° 294 : fragment de décor sculpté à motifs végétals Vue du dépot lapidaire, pierre n° 286 : boulet de pierre. IVR24_20093700202NUCA Vue du dépot lapidaire, pierre n° 272: fragment de décor végétal. IVR24_20093700190NUCA
  • Manoir dit La maison Blanche (18 rue de l'Épinetterie)
    Manoir dit La maison Blanche (18 rue de l'Épinetterie) Amboise - 18 rue de l'Épinetterie - en ville
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    . Le logis manorial est édifié en moellon de tuffeau crépi et couvert d'ardoises. La pierre de taille a prendre pour modèle celles de la surélévation par François Ier du nouveau logis de Charles VIII sur les
  • Portique dit Les Quatre Travées
    Portique dit Les Quatre Travées Amboise - Château-d'Amboise - en ville
    Historique :
    François Ier.
    Référence documentaire :
    Ier et fondations du logis Henri II. (Archives nationales, Cartes et Plans, O 1 1903). BABELON, Jean-Pierre. Le château d'Amboise. Arles, 2004, 184 p.
    Illustration :
    Vue de la porte basse de la tourelle d'escalier Nord du logis Charles VIII-François Ier et d'une -François Ier et fondations du logis Henri II. IVR24_20083700357NUCA
  • Hôtel dit Château-Gaillard (29 allée du Pont Moulin)
    Hôtel dit Château-Gaillard (29 allée du Pont Moulin) Amboise - 29 allée du Pont Moulin - en ville
    Historique :
    connaissances, il serait antérieur aux travaux de François Ier (1515-1547) au château.
    Annexe :
    n'avait pas été oublié, et la salamandre de François Ier fut sculptée dans le pignon de l'ouest. Les pierre de tuffeau rongée progressivement par l'humidité, source d'une lèpre de mousse verdâtre. Ses de maréchal et d'amiral de France - vendirent le domaine à Pierre de Bray, grenetier au grenier à sel
  • Logis dit Nouveau logis de Charles VIII sur les jardins
    Logis dit Nouveau logis de Charles VIII sur les jardins Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Historique :
    , qui recouvre le nom de logis du roi ou aile François Ier, accueille les logis royaux issus de plusieurs campagnes menées par Charles VIII (1483-1498), Louis XII (1498-1515) et François Ier (1515-1547
    Référence documentaire :
    logis Charles VIII-François Ier. / par Ruprich Robert, 1895. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 Penthièvre, tour des Minimes, logis sur Loire, vestibule de la tour des Minimes, logis François Ier, remparts BABELON, Jean-Pierre. Le château d'Amboise. Arles, 2004, 184 p.
    Description :
    d'un toit en bâtière qui a laissé la trace de son solin sur les pierres, une porte assurait la d'une cheminée dont les pierres anciennes semblent valider l'existence ; par contre aucune source procès-verbal de 1761. On en déduit donc que François Ier suréleva cette tourelle comme les deux autres note que le sommet de l'élévation de la tourelle n'est faite que d'un voile de pierre de taille - correspondant à la surélévation de François Ier -, mais aussi qu'il existe au sein de ce mur une porte
    Annexe :
    autres situés symétriquement pour encadrer le foyer. Les pierres du manteau assemblées à crossettes sont dessinée par Jacques Androuet du Cerceau. Jean-Pierre Babelon rapporte que Catherine de Médicis était niveau de la surélévation François Ier Les pilastres encadrant les croisées présentent un relief , beaucoup plus exposées aux intempéries ne présentent quasiment que des pierres neuves mais dans le dépôt lapidaire du château, nous avons répertorié une quantité importante de pierres issues des lucarnes d'origine salamandre emblématique de François Ier et de ses armes couronnées. Le pourtour du gâble est souligné de auteur, Évelyne Thomas ou encore Jean-Pierre Babelon y adhèrent aussi, tout comme nous. Évelyne Thomas vestiges d'un escalier de pierre à noyau rond ». Les clichés de la base Mémoire sont très précieux pour platte en pierre de taille le long des quelles au levant régne un collidor pour faciliter l'entrée de
    Illustration :
    Charles VIII-François Ier. IVR24_20083700109NUCA logis Charles VIII-François Ier se trouve en retour d'équerre, à gauche, parrallèle au logis Henri II VIII et du rez-de-jardin du logis Charles VIII-François Ier. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 Logis Charles VIII-François Ier, au 1er étage ou rez-de-jardin (niveau R+I), dans l'ancienne Vue d'une porte murée dans la vis Sud du logis Charles VIII-François Ier, communiquant sans doute à pignon,avant réhaussement du logis par François Ier. IVR24_20083700719NUCA
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Historique :
    détruite en 1806). La ville s'avère suffisamment prospère pour que dès 1115, Hugues Ier d'Amboise fasse remplacer les vieux ponts par un pont de pierre. Saint-Denis est également reconstruite au début du XIIe dernière partie de son règne, François Ier déménage pour ses châteaux de la région parisienne. Le 2 mars
    Référence documentaire :
    Ier, tour Garçonnet, logis sur Loire (1955-1970) ; rapport sur les restaurations des façades de la DUCOURET, Bernard. La maison de plaisance de Pierre Sala et de ses descendants. In les actes des JOLLET, Ulysse. Loches en Touraine, ville de pierre et de coeur. Saint-Cyr-sur-Loire, 2002, 127 p. LEGUAY, Jean-Pierre. L'eau dans la ville au Moyen Âge. Rennes : Presses Universitaires de Rennes
    Description :
    de riches gisements où affleure le tuffeau, pierre calcaire issue de la formation secondaire au les vallées de la Loire, de la Masse et du Cher ; les pierres sont ainsi d'autant plus faciles à plus spacieux, mais toujours construits en périphérie, voire à l'extérieur, de l'enceinte, et en pierre
    Annexe :
    le départ de la cour du roi François Ier (1515-1547). Le problème qui s'est posé à nous était de la même valeur : l'architecture castrale, l'architecture de pierre (les édifices publics, religieux
    Texte libre :
    forteresse. L'oppidum dont une partie du fossé et du rempart est encore visible aujourd'hui (Ier siècle avant pierre sur les bords de la Masse. L'occupation du promontoire du château entraîne l'installation (et détruite en 1806). La ville s'avère suffisamment prospère pour que dès 1115, Hugues Ier d'Amboise fasse remplacer les vieux ponts par un pont de pierre. Saint-Denis est également reconstruite au début de son royaume. Dès avant 1421, Pierre II d'Amboise et les gens de la ville d'Amboise travaillent règne, François Ier déménage pour ses châteaux de la région parisienne. Si la personne du roi n'est plus
  • Amboise : rue Nationale (61 à 110 rue Nationale)
    Amboise : rue Nationale (61 à 110 rue Nationale) Amboise - 61 à 110 rue Nationale - en ville
    Description :
    même question d'abandonner l'ouvrage et d'en récupérer les pierres pour construire la maison de ville joutes à la demande de François Ier.
  • Porte des Lions
    Porte des Lions Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Référence documentaire :
    Ier et fondations du logis Henri II. (Archives nationales, Cartes et Plans, O 1 1903).
    Annexe :
    tant de pierre que de boys ». On trouve les mêmes mentions au cours des deux années suivantes (Archives ° : « [...] Descendus dans icelle [cave] par un escalier de pierre de taille carrée voultée aussy en pierre contenant
    Illustration :
    -François Ier et fondations du logis Henri II. IVR24_20083700357NUCA Relevé pierre à pierre du mur jouxtant au nord la porte des Lions avant les restaurations de 2014
  • Chapelle Saint-Hubert
    Chapelle Saint-Hubert Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Historique :
    1495-1496, dans le compte de construction établi pour une année, Pierre Minart, Casin Dutrec et Cornille Deneuf sont payés pour faire des « ymaiges de pierre» dans la chapelle du donjon du château
    Référence documentaire :
    Ier et fondations du logis Henri II. (Archives nationales, Cartes et Plans, O 1 1903). Archives Nationales, KK 69. Compte de maistre Pierre Burdelot, compte des funérailles de la reine Penthièvre, tour des Minimes, logis sur Loire, vestibule de la tour des Minimes, logis François Ier, remparts VIII-François Ier. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, Planothèque : 0082/037/2007). BABELON, Jean-Pierre. Le château d'Amboise. Arles, 2004, 184 p.
    Description :
    remplacer une rosace ; et de nombreuses pierres sculptées ou de parement qui ont été remplacées. Notons que désépaissi. Les cheminées, très discrètes, sont dépourvues d'ornement. La pierre du portail de la chapelle
    Annexe :
    La chapelle du Saint-Sépulcre dans les archives À une date indéterminée, Louis XI commande à Pierre : - BnF, ms. fr. 20685, f° 553 : « A Pierre André, peintre, 27 l. t. 10 s. pour les images de Saint Martin taillé en pierre, en tache, au temps dessusdit, ung petit ymaige de Dieu tenant en une main un monde et
    Illustration :
    -François Ier et fondations du logis Henri II. IVR24_20083700357NUCA
  • Amboise : place Michel Debré
    Amboise : place Michel Debré Amboise - place Michel-Debré - en ville
    Historique :
    château se trouvait à l'intersection des rues de la Concorde, François Ier et Nationale. Elle était le
    Description :
    des maisons et de largeur des façades. À l'exception de l'hôtel de pierre du 4 place Michel Debré, il
  • Église Saint-Denis-Hors-les-Murs (parvis Saint-Denis)
    Église Saint-Denis-Hors-les-Murs (parvis Saint-Denis) Amboise - parvis Saint-Denis - en ville
    Historique :
    une pierre unique et plus large du côté de la tête, avec des couvercles aussi en pierre ». Il précise l'église même, mais la réfection complète du dallage a fait disparaître les anciennes pierres tombales affirme que l'église actuelle a été reconstruite en 1107 sous Hugues Ier d'Amboise. Cependant le docteur
    Référence documentaire :
    Vue de la ville d'Amboise et du château de Chanteloup, détail/par Pierre Lenfant. 1762. (Musée des BOUSSSARD, Jacques. Le peuplement de la Touraine du Ier au VIIIe siècle. Études mérovingiennes
    Description :
    L'église Saint-Denis est bâtie en pierre de taille de tuffeau, selon un plan en croix latine de pierre de chacune des campagnes de construction sont très différents les uns des autres. Ce sont tous des moyens appareils de pierre de taille de tuffeau, mais celui du XIIe siècle est cubique, tandis saint Pierre, le massacre des Innocents, saint Michel entre deux dragons, mais aussi des oiseaux buvant
  • Amboise : place dite parvis Saint-Denis
    Amboise : place dite parvis Saint-Denis Amboise - place, dit parvis Saint-Denis - en ville
    Historique :
    -Denis a été reconstruite au début du XIIe siècle, vers 1107, à l'initiative de Hugues Ier d'Amboise. Ce taillés dans une pierre unique et plus large du côté de la tête, avec des couvercle aussi en pierre ». Il réfection complète du dallage a fait disparaître les anciennes pierres tombales. L'abbé Bosseboeuf dit avoir
  • Tour ruinée et corps de garde de la porte des Lions
    Tour ruinée et corps de garde de la porte des Lions Amboise - Château-d'Amboise - en ville
    Référence documentaire :
    Ier et fondations du logis Henri II. (Archives nationales, Cartes et Plans, O 1 1903).
    Description :
    a conservé dans sa maçonnerie les innombrables traces de modifications du logement. Le relevé pierre à pierre réalisé sur chaque face de ce mur ne présente l'évolution de l'ouvrage que de manière très pentagonale au rempart. À droite de ces pierres d'arrachement, soit à l'extérieur de la tour, le pan de mur
    Illustration :
    -François Ier et fondations du logis Henri II. IVR24_20083700357NUCA
  • Ouvrage avancé : la demi-lune
    Ouvrage avancé : la demi-lune Amboise - Château-d'Amboise - en ville
    Référence documentaire :
    Ier et fondations du logis Henri II. (Archives nationales, Cartes et Plans, O 1 1903).
    Description :
    la demi-lune par une vis en pierre à l'aplomb de laquelle s'élevait une tourelle d'escalier l'autre » et qui disposait de mâchicoulis « suporté par des courbelets en pierre de taille en saillie de
    Illustration :
    -François Ier et fondations du logis Henri II. IVR24_20083700357NUCA
1