Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble du matériel médical
    Ensemble du matériel médical Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    Le corpus étudié, qui comporte 150 pièces environ, est constitué des meubles et objets médicaux datant des 19e et 20e siècles, à l'exception d'un mortier d'apothicaire daté de 1596. Ce mobilier provient des différents services de l'hôpital du site Porte-Madeleine et se rapporte à des domaines aussi , ophtalmologie, oto-rhino-laryngologie, pédiatrie, pneumologie, psychiatrie et urologie. Le parti pris de
    Référence documentaire :
    COLLIN et CIE. Médecine et petite chirurgie. Paris : Imp. réunies, 1935. DUFFAUD et CIE. Fabrique d'instruments de chirurgie. Catalogue général illustré. Paris, 1934. (?). Mémoires de l'Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Touraine, vol. 3, 1990, p. 65-75.
    Titre courant :
    Ensemble du matériel médical
    Annexe :
    laboratoire d'analyses médicales). Charriot porte-plateaux, h = 60. Localisation inconnue (photographié dans l'ancien laboratoire d'analyses médicales). Chronomètre provenant du service de réanimation. H = 6,6
  • Ancien hôtel-Dieu
    Ancien hôtel-Dieu Orléans
    Historique :
    ville, de sa proximité immédiate avec la cathédrale et de l'émergence des nouveaux principes sanitaires d'Orléans (vers 798-818) avait créé un petit hôpital pour les affligés pauvres et les malades : Elemosina l'un des plus anciens du royaume, et fut établi au Xe siècle". Avant le milieu du 12 siècle, Étienne de soin des malades sans ressources, à l'accueil des pauvres, des pèlerins, des voyageurs et des enfants trouvés et abandonnés (placés en nourrice). Il accueillit également, au moins à partir de la fin du 18e legs successifs et des aménagements urbains, en particulier après la destruction de la première enceinte devenue inutile lorsque la quatrième fortification fut construite entre 1480 et 1556. Dans une . Les travaux débutèrent dès 1513 et il put largement s'étendre vers le nord, en sacrifiant quelques du chapitre de Sainte-Croix. La salle Saint-Lazare, nouvelle et grande salle des malades, fut terminée à la fin des années 1530. Une nouvelle chapelle commencée en 1551 et consacrée le 4 août 1590 sous
    Référence documentaire :
    AD Loiret. Série H dépôt 2/A. Actes de fondation et privilèges. (DOINEL, Jules. Inventaire sommaire et l'hôtel-Dieu, dont cinq plans sur papier, plume, encre noire et aquarelle (fol. 249 à 253 sur papier, à la plume, encre noire et aquarelle. Plan général et plan titré : Plan du plancher et papier, à la plume, encre noire et aquarelle. (AN. E/2088, fol. 251). . Dessin sur papier, à la plume, encre et aquarelle, montrant la façade et l'intérieur (retombe) de la noire et aquarelle. État avant et après travaux (retombe) (AN. E/2088, fol. 253). p. 158-332. BOUVIER, Pierre. Étude sur l'Hôtel-Dieu d'Orléans au Moyen Age et au XVIe siècle. In : Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l'Orléanais, tome XXXIV. Orléans : P. Pigelet, 1914. collection dirigée par M.G. MICBERTH, Monographies des villes et villages de France, Paris : Res Comédit CHARPIGNON, Louis-Joseph-Jules. Les médecins et chirurgiens de l'Hôtel-Dieu d'Orléans avant 1789
    Description :
    Les plans et descriptions de l'établissement du Moyen Age, dont il ne subsistait rien vers 1560 générale. Il était adossé au rempart de la première enceinte urbaine et accolé au flanc nord de la cathédrale ; il n'existait pas de passage à l'origine entre les deux édifices. Aux 14e et 15e siècles, les uns aux autres au gré des nécessités et de l'usage. A partir du 16e siècle, la construction de l'hôtel -Dieu obéit à un programme déterminé et les bâtiments furent regroupés de manière fonctionnelle programmation de la construction de la façade occidentale et des tours de la cathédrale. L'entrée principale de l'hôtel-Dieu se situait sur sa façade occidentale et ouvrait sur une vaste cour longitudinale orientée vers l'est, bordée par les bâtiments de l'administration et de l'intendance ainsi que par ceux destinés aux religieux et religieuses desservant l'hôtel-Dieu (salle du chapitre, réfectoire, cuisine). La une vaste nef charpentée mesurant 40 mètres de long sur 12 de large, et s'élevant à plus de 6 mètres
    Annexe :
    laïcs s'occupant des travaux matériels et de l'exploitation des biens, et de clercs responsables de Domus Dei hujus ecclesiae (La Maison de Dieu de cette église) et ceci pour deux raisons : les bâtiments étaient contigus à la cathédrale et aux maisons canoniales et le chapitre se prévalait du droit de propriété de l'hôpital, charité et assistance étant parmi les vertus fondamentales du christianisme. La direction temporelle et spirituelle était assurée par le chapitre qui nommait un Maître, frère ou prêtre l'hôtel-Dieu et gouvernait la maison. En 1184, le pape Lucius III prit l'hôtel-Dieu sous sa protection et lui confirma ses prébendes et possessions antérieures. En raison des désordres observés dans Maître et une commission constituée de trois religieux et trois laïcs, partage conforté par un arrêt du , bourgeois ou marchands d'Orléans, élus par les échevins et seulement deux chanoines élus par le chapitre. Ce et six laïcs, chargés de l'administration ; la direction spirituelle restant acquise au chapitre. Au
    Illustration :
    L'hôtel-Dieu est situé en bas, au-dessus et légèrement à gauche de la cathédrale Sainte-Croix Plan de l'hôtel Dieu et plan partiel de la cathédrale. Etat avant les travaux projetés en 1728 Plan de l'hôtel Dieu et plan partiel de la cathédrale. Etat après les travaux projetés en 1728 Plan de la nouvelle église de l'hôtel Dieu d'Orleans titré : Plan du plancher et enrayeure du de Histoire architecturale d'Orléans, Orléans : Gatineau et Darnault-Morand, 1849 , extrait de Histoire architecturale d'Orléans, Orléans : Gatineau et Darnault-Morand, 1849 porte des fruits et un ruban déroulé, son pied droit est posé sur une tête. IVR24_20124500682NUC4A Les deux colonnes provenant de la salle Saint-Lazare et l'ancien portail de l'accès principal de
1