Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison, actuellement magasin de commerce et logement (42 place Saint-Pol)
    Maison, actuellement magasin de commerce et logement (42 place Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 42 place Saint-Pol - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Les bâtiments 1 et 3 ainsi que les caves des bâtiments 4 et 6 ont été datés de la seconde moitié du 16e siècle sur la base de leurs marqueurs stylistiques. L’édifice est alors composé d’un large bâtiments 2, 4, 5 et peut-être 6, 7 et 8 (non étudiés). La reprise des façades et de la distribution du du 20e siècle, est complètement reconstruit en 1979. L’ensemble de la parcelle est alors dédiée à un bâtiment sur rue doté de deux niveaux d’élévation, assis sur un niveau de cave. Il est distribué par un couloir central et un escalier en vis semi-hors œuvre. L’édifice fait ensuite fait l’objet de plusieurs campagnes de construction, bornées entre le 17e et le 19e siècles, dont sont certainement issus les bâtiment 1 est datée du 18e siècle. Le rez-de-chaussée du bâtiment 1, déjà occupé par une boutique au début magasin de commerce.
    Référence documentaire :
    p. 21 et 67 DE SOUANCE, Hector Guillier, TOURNOUER, Henri. Armorial de la province du Perche, 1696 fol 23 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le Recueil de plans. 1973-1999. Plans et élévations. (Archives privées). 419 - Nogent-le-Rotrou, le bureau de poste. 20e siècle. Impr. photoméc., carte postale. (Archives -1701. Mortagne : Impr. de "L’Écho de l'Orne", 1897.
    Dénominations :
    magasin de commerce
    Description :
    L’édifice est composé d’une somme de bâtiments hétérogènes, occupant la totalité de l’espace de la assurait antérieurement la distribution des caves et de l’étage du bâtiment 1. Les premières sont voûtées parcelle sur laquelle ils sont assis. Celle-ci mesure 18 m de large pour environ 25 m de long et une surface au sol de 480 m². Le magasin de commerce qui occupe actuellement le rez-de-chaussée et une partie des étages de l’édifice a rendu son étude en partie impossible. Seules les caves des bâtiments 1, 2 et 6 ainsi que l’étage et le comble du bâtiment 1 ont été étudiés. Au rez-de-chaussée, on peut tout au en berceau d’orientation et de profil différents, l’une d’elles possède un four (5). Le second est par un couloir placé contre son mur gouttereau sud. Deux cheminées sont conservées. La charpente du comble du bâtiment est monté à ferme et pannes avec des pannes assemblées à des arbalétriers de jouée
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Maison, actuellement magasin de commerce et logement (42 place Saint-Pol)
    Appellations :
    magasin de commerce U express
    Annexe :
    au jour de sainct remy sur une tenue de plusieurs logis devant leglise de laumosne tant sur la rue place du marché ayant deux cens seize piedz de longueur sur ladicte place, d’autre par le derriere a la tenue du cheval blanc et jeux de boulles d’un bout a la rue doree qui commance au coing du hault de Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 23 v°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 23 v°. [...] Item deux deniers de cens et douze deniers de rente doree que sur le marché au baistial contenant deux cens quattre vingtz sept piedz et demy de longueur lieu parroisse de nostre dame et qui a cy devant appartenu a gervaise lemoyne jehan dubrueil ambroyse huberson silvaistre hucheloup luc lemoyne andre riguet pierre michelet et autres et de present appartient a leurs successeurs et autres ce concistant en un plassage remply de dix corps de logis composez de ladicte place du marche ayant de longueur sur ladicte rue doree soixante piedz de longueur sauf plus de
    Texte libre :
    porte disposée au centre de la façade. Le toit comporte des rampants en pierre de taille, une crossette pouvoir l’affirmer, que les murs sont construits en moellons de calcaire et de silex. La pierre de taille taille de l’édifice et la qualité de son décor plaident pour une demeure patricienne, son propriétaire , soit à l’angle formé par le marché au bétail et la rue Dorée, en face de l’église de l’aumône. Une partie de son rez de chaussée tandis que l’autre partie est directement accessible depuis la rue par une végétaux. Le plan est accompagné d’une élévation de la façade nord du bâtiment 1. Elle est composée de deux assises sur un soubassement en pierre de taille. A l’est, deux fenêtres encadrent une porte, elles sont magasin de commerce. La parcelle est agrandie vers l’ouest, tandis que la plupart des murs tournés vers la -de-chaussée de son étage. Celui-ci est désormais uniquement accessible depuis la parcelle voisine . Enfin, le rez-de-chaussée de la façade du bâtiment 1 est entièrement reconstruit pour en faire une
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée et élévation de la façade nord (1973) - annotés (2016) (Archives privées Plan du rez-de-chaussée et élévation de la façade nord (1999) - annotés (2016) (Archives privées Bâtiment 1, vue intérieure du premier étage, détail de l'un des piédroits et du manteau de la Bâtiment 1, vue intérieure du premier étage, détail du manteau de la cheminée (mur pignon est Bâtiment 1, vue intérieure du premier étage, détail de la hotte de la cheminée (mur pignon est Plans de situation. IVR24_20162801951NUDA Bâtiment 1, vue intérieure, rez-de-chaussée, détail des poutres et solives du plancher (après 1973
  • Bourg : maison de maître (2 rue de l'Église)
    Bourg : maison de maître (2 rue de l'Église) Brunelles - Bourg - 2 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 90, 91, 92 1992 C1 25
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de maître
    Historique :
    De la construction présente en plan sur le cadastre de 1811 - probablement une maison datant du 16e coussinets, ainsi qu'une lucarne (remployée), à linteau en anse de panier, lui-même surmonté d'un larmier. La aujourd'hui propriété communale, et le projet municipal est de la réaménager en quatre logements. ou 17e siècle - il semble subsister les caves voûtées, dont la porte d'accès est à linteau sur construction a été détruite en 1848 pour Louis Bailleau et remplacée par une maison de maître construite en 1856 pour Jean Bailleau. La dépendance (écuries et grange), semble également avoir été construite au troisième quart du 19e siècle. Au cours du 20e siècle, la maison abrite une épicerie. L'édifice est
    Référence documentaire :
    Extrait du plan cadastral de 1811, commune de Brunelles, section C1. (Archives départementales Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 à 3 P 3865. Plans cadastraux de 1811.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    (de la maison) sont en pierre de taille, la corniche de la dépendance est en brique. Les toits sont à rythmée par quatre travées. Adaptée à la pente, elle s'élève sur trois niveaux : un sous-sol à usage de , surmontées de plates-bandes aux clés pendantes. Des pilastres toscans encadrent la façade, qui est couronnée d'une corniche moulurée. Un petit bâtiment (de fonction indéterminée), accolé à l'ouest de la maison Située au centre du bourg, cette maison de maître présente une façade principale orientée au sud et cave, un rez-de-chaussée en partie surélevé et un étage carré. Deux portes en façade principale permettent d'accéder à la maison (porte ouest) et au cellier (porte est). Les baies sont quadrangulaires , est en rez-de-chaussée surmonté d'un comble éclairé par une lucarne. En retour d'équerre au sud-ouest , se trouvent une grange, une écurie et une remise. Les murs sont en moellons de calcaire couvert d'un enduit plein ou à pierre vue (remise). Les encadrements des baies, les chaînages d'angle et la corniche
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Typologies :
    maison de maître
    Localisation :
    Brunelles - Bourg - 2 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 90, 91, 92 1992 C1 25
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître (2 rue de l'Église)
    Illustration :
    Vue de détail de la lucarne au linteau en anse de panier. IVR24_20082800334NUCA Cave voûtée sous le petit bâtiment accolé à la maison de maître. IVR24_20082800338NUCA Extrait du cadastre de 1811, section C. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 - 3865 Vue générale, depuis la cour intérieure au sud. IVR24_20082800332NUCA Maison de maître, vue depuis le nord-est. IVR24_20082800335NUCA
  • Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814. FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche
    Titre courant :
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Texte libre :
    taille de calcaire importé (logis prieural du bourg, à La Chesnaye, au Moulin Gaillard, au Parcouvert et sur la demeure de La Pihourdière) ; de la pierre de taille et des moellons de grison - brèche à 1930. Dans l’ensemble, elles datent de la seconde moitié du 19e siècle et du début du 20e siècle demeure à La Pihourdière). A l’exception de six d’entre elles, les fermes se situent à l’extérieur du et des charpentes). Une dizaine de fermes ont été construites (ou reconstruites) dans la seconde moitié du 19e siècle. Plusieurs fermes, à l’instar de celles de La Léonie ou de Gaillard, sont sur l´ensemble de la commune. Celle-ci compte une trentaine de lieux-dits : le bourg, deux hameaux la moitié) sont de type « bloc à terre » simple : un bâtiment rectangulaire, abritant sous un même autour (ou de part et d'autre) de la cour. Quatre ont des bâtiments en vis-à-vis (qui se font face s’est agrandie au fil du temps. Le type prédominant de ces fermes à cour semble être la ferme en "U
    Illustration :
    La Léonie, ferme : plan de localisation des bâtiments de la ferme. IVR24_20132800419NUDA La Léonie, mise en oeuvre en terre crue (bauge) sur solin maçonné en moellons de silex Maisons et fermes à La Croix-du-Perche - Carte synthétique des édifices repérés et sélectionnées Tableau synthétique des éléments bâtis sélectionnés à La Croix-du-Perche. IVR24_20132800467NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (1 sur 3). IVR24_20132800468NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (2 sur 3). IVR24_20132800469NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (3 sur 3). IVR24_20132800470NUD Les écoles, ferme de type "bloc-à-terre". IVR24_20132800465NUC2A Le bourg, rue Principale, alignement de maisons. IVR24_20132800456NUC2A La Pihourdière, demeure. IVR24_20172800295NUCA
  • Maison (18 rue Giroust)
    Maison (18 rue Giroust) Nogent-le-Rotrou - 18 rue Giroust - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    de Saint-André et sous-faitière) permet d’avancer une datation comprise entre la seconde moitié du figurent pas sur le cadastre de 1811, ils sont donc postérieurs. En revanche la maison disposait en 1811 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. Ce bâtiment devait être alors distribué depuis la rue par un couloir central, menant à un escalier en vis desservant à la fois la cave et les étages, à raison de deux portes par niveaux. Chacun d’entre eux était ainsi doté de deux pièces. En 1648, le bâtiment est mentionné dans un aveu comme l’une des huit maisons composant une tenue, située dans la rue seconde phase de construction au cours du 17e siècle, voire du 18e siècle. Les bâtiments 2, 3 et 4 ne
    Référence documentaire :
    Fol 5. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    raison de deux portes (chanfreinées) par niveau. La façade sur rue est montée en pierre de taille et pierre de taille. La façade sur cour est construite de moellons de calcaire. Ses ouvertures ont fait rectangulaire avec ses murs gouttereaux parallèles à la rue. Le bâtiment est composé de deux niveaux d’élévation sous un comble aménagé, et sur un niveau de cave planchéié. L’édifice est accessible depuis la rue par un couloir central qui dessert à la fois les pièces du rez-de-chaussée, et une tour d’escalier plancher et les entraits de la charpente. Le premier étage est chauffé par deux cheminées à hotte droite portes en bois comportant un motif de plis de serviette sont conservées dans l’escalier en vis. Seule la partie supérieure de la charpente a pu être identifiée, il s’agit d’une charpente à fermes et pannes L’édifice est composé de quatre bâtiments disposés selon un plan en U sur une parcelle hexagonale hors-œuvre contenant un escalier en vis. Ce dernier distribue le bâtiment de cave en comble à
    Annexe :
    joignant par le devant a la dicte rue de la chaussee des ruysseaux ayant icelle troys cens quatre vingtz pieds de longueur dautre par derriere a la court bastiments et jardin de la tenue du moutton, dun bout au ruysseau deaue descendant de la retenue et chaussee des ruysseaux coullant en la riviere dhuygue Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°5. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°5. Item six deniers tournoys de cens au jour sainct remy pour raison d’une tenue de huict maisons a lune desquelles est attachée lenseigne du chesne doré ce joignant l’une l’autre qui sont grande partye dudict costé de rue des ruysseaux en ladicte parroisse sainct hillaire et au derriere desquelles maisons et enclaves de ladicte tenue y a plusieurs bastiments aysances et petits jardins apartenans de present aux enfans et heritiers de deffunct philippes gouyer sr de , et d’autre bout a une maison qui fut a pierre michelet et de present a jean godin lesne et autres qui
    Destinations :
    immeuble de bureaux
    Illustration :
    Bâtiment 1, vue intérieure, deuxième étage (comble), marques d'assemblage de la charpente Plans de situation. IVR24_20162801962NUDA Aquarelle, bâtiment 1, face ouest, vue de l'ouest, vers 1950. (Musée-Château Saint-Jean, fonds Bâtiment 1, face ouest, vue de l'ouest. IVR24_20162801638NUCA Tour d'escalier, vue intérieure, rez-de-chaussée, couloir central. IVR24_20162801644NUCA de serviette. IVR24_20162801648NUCA
  • Maisons et fermes à Frazé
    Maisons et fermes à Frazé Frazé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.
    Texte libre :
    semblent être la ferme à plusieurs bâtiments en vis-à-vis ou en "L". Atypique par la pierre de taille -Rotrou. On le retrouve de manière très minoritaire sous la forme de pierre de taille au niveau des Parmi les 207 édifices repérés (158 fermes, 49 maisons) sur le territoire de la commune de Frazé du début du 17e siècle (pour 6 d’entre elles). Il s’agit de maisons du bourg construites autour de la place du Château et de part et d’autre de la route de Brou (actuelle rue du 8 Mai 1945) par des antérieures à la Révolution et conservent des éléments attestant de leur ancienneté (volume général siècle et dans la première moitié du 20e siècle, s’opère une importante phase de construction et de 15 d’entre elles, dont le But, le Petit Essart, la Petite Pihourdière, la Touche). Elles disposent de cheminées, planchers avec anciens chevêtres de cheminées, etc... Le logis de la ferme du Petit Essart a fait communal. La commune compte plus de 70 lieux-dits : le bourg, quelques gros hameaux (dont Le Boulay, La
    Illustration :
    Ferme de type "bloc à terre", à La Grande Girouardière. IVR24_20162800401NUCA Plan schématique au sol de la ferme de La Petite Girouardière. IVR24_20162800078NUDA Façade principale de la partie ouest de la ferme de La Petite Girouardière. IVR24_20162800079NUCA Mise en oeuvre de la brique et du silex, sur une dépendance au bourg. IVR24_20172800422NUCA Mise en oeuvre de la brique et du silex, sur une dépendance au bourg. IVR24_20172800423NUCA Mise en oeuvre du grison et du silex, sur le pignon d'une dépendance de la ferme de L'Orme Mise en oeuvre en pierre de taille de roussard et de calcaire, au niveau du pilier de l'ancien portail de la ferme du château, au bourg. IVR24_20162800328NUCA Ancienne étude notariale et logement du notaire, au 4 rue du 8 Mai 1945, datant de 1904 Ferme à Montabizard, datée de 1898. IVR24_20162800400NUCA
  • Maison, actuellement immeuble (94 rue Gouverneur)
    Maison, actuellement immeuble (94 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 94 rue Gouverneur - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    qu'il ait été bâti en partie au cours de la première moitié du 16e siècle. Différents éléments propres à l'architecture de la fin du Moyen Âge (traces de croisées, portes moulurées de chanfreins, rampants à crossettes sculptées et escalier en vis) et à celle de la Renaissance (arcs en plein-cintre, tour d'escalier de plan carré, motifs de volutes et noyau d’escalier en vis formé d'une colonne) sont en effet présents dans l'édifice. D'après l'aveu de 1648, les bâtiments correspondent à une tenue dont les propriétaires étaient Grégoire et Philippe Denisot. La façade sur rue fait l'objet d'une reprise (consoles à triglyphe
    Référence documentaire :
    Dossier de plans, travaux de réhabilitation. Plans, coupes et élévations / D. Germond (architecte DPLG). 1990. Plan. (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou). Fol 26 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    sans jour dans-œuvre. L'édifice est construit en pierre de taille de moyen appareil pour la façade sur L'édifice, de plan massé, est aligné sur la rue Gouverneur située en contrebas du château Saint rue et en moellons de calcaire enduits à pierre vue pour la façade sur cour. La toiture est en tuiles -Jean. Il comprend un sous-sol, un étage carré et un étage de comble, desservis par un escalier en vis
    Étages :
    étage de comble
    Annexe :
    remy sur la tenue des denysotz qui fut antiannement a gregoire et phillippes les denyzots et de present assize audict nogent parroisse de nostre dame en la rue doree ce concistant en troys maisons sur rue d’autre par derriere a la tenue de la grande salle et a un petit fournil y tenant dautre part a la bizeul a ladicte tenue et maison de la salle [...]. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 26 v° [...] Item dix deniers de cens par deux partyes au jour sainct composees de plusieurs chambres basses et hautes avecques autres bastiments au derriere caves courts et joignant par le devant a ladicte rue doree ayant sur icelle soixante huict piedz et demy de longueur susdicte tenue et d’autre part a la tenue cy apres declaree a laquelle et a la tenue cy dessus joint le portail bizeul et lallee par laquelle l’on va de ladicte rue doree passant par dessoubz ledict portail
    Texte libre :
    avec croupe débordante. Les rampants sont montés en pierre de taille, la crossette nord-ouest est taille du bâtiment situé au 92 de la rue Gouverneur. La corniche du bâtiment 1 est ainsi interrompue en silex, en pierre de taille (ouvertures et chaînes d’angles) et en brique. Toute la partie est de l’ensemble des murs était construit au moment où les voûtes ont été construites. La pierre de taille utilisée afin de chaîner la nouvelle façade en pierre de taille du bâtiment située au n°92. Cela expliquerait fenêtres du rez-de-chaussée et le mur en pierre de taille s’opposent à la bonne intégration des fenêtres contemporain de la façade en pierre de taille, ou encore s’il lui est antérieur. L’alignement de trous de HISTORIQUE L’étude de l’aveu de 1648 permet d’estimer l’emplacement occupé par la parcelle alors déclarée à l’endroit de l’édifice actuel. Il s’agit de la tenue des Denisot. Elle est composée de trois Guerrier et autres. La tenue est composée « de chambres basses et hautes avec d’autres bâtiments derrière
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801950NUDA Plans du sous-sol (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801512NUCA Plans du rez-de-chaussée (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990 Plan du premier étage (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801514NUCA Plan du comble (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801515NUCA Coupe transversale (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801516NUCA Elévation, face sud (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801518NUCA Elévation, face nord (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801517NUCA Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée (1990) avec les unités de plans restituées (2017 Elévation, face nord et coupe (1990) avec unités de plans restituées (2017). IVR24_20172800130NUDA
  • Maison (123 rue Saint-Hilaire)
    Maison (123 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 123 rue Saint-Hilaire - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    plein-cintre) permettent de dater l’édifice de la seconde moitié du 16e siècle. La maison est alors desservie de cave en comble par un escalier dans-œuvre sur rue. L'existence d'une cave à cellules pose la de 1648 mentionne la maison comme l’enseigne de l’image Saint-Hubert, elle fait alors partie d’un ensemble de onze corps de logis compris dans la tenue des Gouynrols. L’édifice accueille aujourd’hui un question d’une construction antérieure, ce type de caves étant daté entre le 13e et le 15e siècle. Les plates-bandes observées en élévation témoignent d’une campagne de réfection datée du 17e siècle. Un aveu magasin de commerce au rez-de-chaussée et un logement à l’étage.
    Référence documentaire :
    Fol. 14. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    située à l’angle des rues Saint-Hilaire et Rémi Belleau. La boutique au rez-de-chaussée est accessible larges plates-bandes en pierre de taille, au-dessus desquelles les vestiges de doubles linteaux sont surmontées d’arcs en plein-cintre (caves et rez-de-chaussée). Le bâtiment perpendiculaire à la rue est doté L’édifice est composé de deux bâtiments disposés selon un plan en L irrégulier sur une parcelle depuis la première rue grâce à une porte. Un autre accès, depuis la seconde, donne sur une cage et un toit à forte pente, doté de deux versants et croupes. Les ouvertures sont ménagées sous de et crossettes est visible côté est. À l’intérieur, les portes au contact de l’escalier sont
    Annexe :
    devant la grosse pierre soulloit pendre lenseigne de limage sainct hubert et a une autre dans la dicte icelle cent seize piedz de longueur commenceant a la tenue de la boullevert dautre part a la dicte tenue de la boullevert tant a lallee que jardin d’une autre part ladicte rue sainct hillaire ayant sur Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol n°14. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°14. " [...] Item quattre deniers de cens audict jour sainct remy sur la tenue des gouynrols assize audict nogent es rues des coffres et st hillaire antiannement bourgneuf en ladicte parroisse de sainct hillaire de present appartenant a rené regnouard, mace travers appoticaire et autres ce concistant en unze corps de logis pendante sur lesdictes rues composez de plusieurs icelle six vingtz deux piedz qui font en tout deux centz cinquante quatre pieds et d’autre part a la maison et tenue appartenant a me florent huguet sieur du vivier ou de present demeure le sieur gouhier
    Illustration :
    Vue intérieure, escalier de la cave. IVR24_20162801645NUCA Plans de situation. IVR24_20162801963NUDA
  • Maison dite Cave des Templiers (3 rue du Paty)
    Maison dite Cave des Templiers (3 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 3 rue du Paty - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La salle voûtée du rez-de-chaussée, la cave à cellules et l'emplacement de l'édifice sur sa occupe alors le rez-de-chaussée de la maison Lancelin avant d’être occupée par l’épicerie-mercerie « A la Renommée », exploitée par le couple Langlais. La maison est aujourd’hui propriété de la mairie de Nogent-le parcelle permettent d'avancer une date de construction au 13e siècle, même si des campagnes postérieures , peut-être aux 17e et 19e siècles, ont conduit à modifier les ouvertures. L'emplacement de l'édifice actuel est évoqué dans un aveu daté de 1648. L'une des maisons mentionnée pourrait correspondre à l'édifice étudié. Celui-ci est identifié comme la cave des Templiers depuis le début du 20e siècle. La cave
    Référence documentaire :
    Caves de la maison L. Lancelin, 1 et 3 rue du Paty / Nogent imp. Renoult-Weingand. Début 20ème , Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée pp.123-147. ALIX, Clément. L'habitat d'Orléans du 12e siècle au début du 15e siècle (état de la fol. 34 r° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent p.44-49 LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou à la fin du Moyen-Age. In : LECUYER-CHAMPAGNE recherche : étude des élévations et apports de l'observation des caves). Revue archéologique du Loiret et de pp. 125-127 DESHAYES, Gilles, LEPEUPLE, Bruno. Les caves à cellules latérales du château de ROZIER, Hadrien. Eure-et-Loir. Nogent-le-Rotrou. La maison dite « des Templiers » (XIIIe siècle
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    octogonale centrale qui reçoit les retombées des nervures des voûtes. En arrière de la parcelle, prend place L'édifice de plan massé est disposé en fond de parcelle. Il est constitué de deux niveaux sous un toit en pavillon couvert de tuiles plates. Les murs sont constitués de moellons de calcaire enduits. Au niveau du rez-de-chaussée, une salle est voûtée d'ogives et divisée en deux travées par une colonne une cave à cellules, d'environ 20 mètres de long.
    Annexe :
    dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. Item la justice et jurisdiction sur cinq maisons et leurs Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. AN, série P : article P898. Aveu et appartenances dont y en a une au bout de ladicte halle en montant aux marches vers sainct jehan et quattre sur ladicte rue doree appartenans ausdictz heritiers de regnouard messire nicollas lormeau prestre cure de nostredame, le sieur de mongobert et me philipes jacquelin chirurgean et autres se tenant lune l’autre et joignant par le devant a ladicte rue doree ayant sur icelle (blanc) de longueur dautre par derriere au la tenue cy apres premiere declaree
    Texte libre :
    est. On remarque ainsi la présence de plusieurs assises en pierre de taille partiellement rubéfiées en traces de taille brettelée invitent à dater la cave du 13e siècle. Néanmoins, l’absence d’arcs doubleaux cave occupe alors le rez-de-chaussée de la maison Lancelin avant d’être occupée par l’épicerie-mercerie « A la Renommée » exploitée par le couple Langlais. La maison est aujourd’hui propriété de la mairie au bout de la halle des bouchers, à proximité des Marches Saint-Jean, pourrait correspondre à la l’aveu pour la tenue susnommée, ce qui ne permet pas de l’identifier. DESCRIPTION Situation L’édifice est qui compose le plateau à cet endroit. Côté ouest, le premier niveau de la construction est bordé par tronçons qui compose l’axe principal de Nogent-le-Rotrou, tandis que la rue des Marches permet un accès sol de la pièce est couvert de terre battue, laissant apparaître par endroits des tommettes posées mur est en direction de la cave. Celle-ci est située entre 2 et 2,5 m au-dessous du sol du niveau 1
    Illustration :
    Vue intérieure, rez-de-chaussée, salle, entrée de la cave, mur est. IVR24_20162801305NUCA Vue intérieure, rez-de-chaussée, cave, front de taille, vue du nord. IVR24_20162801307NUCA Vue intérieure, rez-de-chaussée, salle, vue de détail des nervures retombant sur la colonne Vue intérieure, rez-de-chaussée, salle, détail de la voûte d'ogives. IVR24_20162801311NUCA Vue intérieure, rez-de-chaussée, cave, détail du piédroit de la porte menant à la cave à cellules Vue intérieure, rez-de-chaussée, cave, détail de la voûte. IVR24_20132801313NUCA Vue intérieure, rez-de-chaussée, cave, détail du piédroit de la cellule centrale, mur sud Vue intérieure, rez-de-chaussée, cave, détail de l'arc de la cellule centrale, mur sud Plans de situation. IVR24_20162801940NUDA Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20142800649NUDA
  • Maison Michelet (4 rue Bourg-le-Comte)
    Maison Michelet (4 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 4 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    L’aveu de 1648 contient la déclaration d’une "maison et tenue" à l’emplacement de l’édifice étudié . Celles-ci appartiennent aux héritiers de feu François Michelet, sieur de la Bigotterie. Il s’agit contrat de mariage avec Jacques Aubin, sieur des Epinais, est daté de 1647. En 1648, la tenue est composée "d’une grande maison dotée de chambres basses et hautes, d’une seconde maison derrière la précédente avec , d’un appentis et de commodités". En 1823, la maison est acquise par l'instituteur Louis Arsène Meunier octogonale...) permettent de dater l'essentiel de l'édifice de la seconde moitié du 15e siècle ou de la certainement de Marguerite Michelet mariée à Thomas Champin, sieur de Launay, et de Françoise Michelet dont le établissement scolaire, nommé le cours Saint-Jean, à partir de 1957. Elle appartient à un particulier, au moment de l'étude. Différents éléments stylistiques (baies à linteau sculpté d'une accolade ou moulurées de cavets et de baguettes, rampants à crossettes sculptées, escalier en vis à noyau circulaire et base
    Référence documentaire :
    p. 159 HOFFSUMMER, Patrick. Les charpentes du XIe au XIXe siècle, Grand Ouest de la France Fol. 28 r° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent AD Eure-et-Loir. Série B : 2618. Contrat de mariage entre Jacques Aubin et Françoise Michelet. 1647. Maison de ville du XVe siècle [...]. Relevé de l'état actuel / N. Gautier (architecte DPLG). 2004
    Représentations :
    Les rampants de la toiture possèdent des crossettes sculptées inspirées du bestiaire médiéval.
    Description :
    chaînes d'angle et encadrements de fenêtres sont en pierre de taille. Le toit est couvert de tuiles plates et possède des rampants en pierre de taille à crossettes sculptées figurant un bestiaire médiéval une partie des bâtiments la constituant, d'un niveau de caves accessibles par des escaliers droits La maison Michelet est alignée sur la rue Bourg-le-Comte qui relie le château à l'abbaye Saint -Denis, deux pôles de pouvoir importants de Nogent-le-Rotrou. Elle est constituée de plusieurs corps de bâtiments disposés en L et construite en petits moellons de calcaire et de silex recouverts d'enduit. Les pour le bâtiment sur rue. Ce dernier, correspondant au logis, compte un étage carré et un étage de (situés dans la cour et dans la tour octogonale). Des croisées et demi-croisées disposées côté rue et côté côté rue et côté jardin. Enfin, la porte donnant accès à la tour octogonale est également surmontée d'un arc en accolade portant un décor de choux frisés. Les communs situés au bout de l'aile en retour
    Étages :
    étage de comble
    Annexe :
    deniers qui est en tout cinq sols de cens et rente au jour et feste de pentecoste par chacun an pour la sieur de la bigotterye et de present a ses enfants scize en ladicte rue du bourg le conte en ladicte , d’autre par derriere a ce qui fut au sieur de soulars et phillebert durant abouttant sur la rue de malafre longueur sur ladicte rue et de longueur sur ledict jardin d’un costé a la susdicte tenue et dautre costé la Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. [...] Item six paires de gands ou pour chacune paire dix parroisse nostre dame contenant une grande maison manable composee de chambres basses et hautes allee sur une court avecques une autre maison manable scituee derriere la precedente ladicte court entre deux de terre ou environ et autres bastiments comme estables appentils et comoditez le tout en un tenant joignant par ledevant a ladicte rue du bourg le conte ayant sur icelle quarante cinq piedz de longueur
    Texte libre :
    construits en petits moellons de calcaire et de silex recouverts d'enduit. La pierre de taille est réservée pignons du toit possèdent des rampants à crossettes en pierre de taille. La crossette ouest est sculptée blanche. Une reprise en pierre de taille est visible sous ce dernier. La fenêtre à croisée visible au rampant à crossette en pierre de taille. La crossette nord-ouest est sculptée d’un cheval cabré portant un également en cause la présence d’un évier à cet endroit. L’utilisation de pierre de taille blanche sur HISTORIQUE L’aveu de 1648 contient la déclaration d’une « maison et tenue » à l’emplacement de l’édifice étudié. Celles-ci appartiennent aux héritiers de feu François Michelet, sieur de la Bigotterie. Il Michelet dont le contrat de mariage avec Jacques Aubin, sieur des Epinais est daté de 1647. En 1648, la constitués d’une étable, d’un appentis et de commodités". La propriété est longée à l’ouest par la rue l’édifice composé de plusieurs bâtiments disposés selon un plan en L, le long de la rue Bourg-le-Comte. Il
    Illustration :
    Plan de la cave. IVR24_20162801454NUDA Orthophotographie et relevé de la face sud. IVR24_20162801458NUDA Relevé en élévation de la face sud. IVR24_20162801462NUCA Plans de situation. IVR24_20162801939NUDA Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20162801455NUDA Coupe (transversale) de l'aile sur rue et élévation (face ouest) de l'aile en retour sur cour (2004 Plans du rez-de-chaussée et du premier étage des bâtiments 5 et 6 (2004, archives privées Face sud, vue de l'ouest : lucarnes, rampants, crossettes sculptées. IVR24_20162801472NUCA Faces ouest et nord, porte de l'escalier en vis. IVR24_20162801471NUCA Face ouest, bâtiments 4 et 5, vue de l'ouest. IVR24_20172800161NUCA
  • Maison, actuellement immeuble (12 rue Saint-Laurent)
    Maison, actuellement immeuble (12 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 12 rue Saint-Laurent - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    retour sur cour (bâtiment 2), dotés de leur propre toiture. La distribution était assurée (comme c’est le 18e siècle. La répétition du couple porte-fenêtre et la présence de petit espaces ne permettent pas de resituer la fonction du bâtiment au-delà de petites unités d’habitations. La surélévation du jardin , associée à la lecture du cadastre ancien (1811), permet de restituer la présence d’un quatrième bâtiment Les marqueurs stylistiques observés (plates-bandes, médaillon, corniche) permettent de dater sur cour. A l’exception de cette dernière, l’ensemble de l’espace disponible est alors utilisé . L’édifice accueille aujourd’hui un immeuble de logements.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    façade sur cour (bâtiment 2) est montée en moellon enduit, la pierre de taille est réservée aux éléments bâtiments disposés selon un plan en L, avec cour et jardin arrière doté de latrines. La cour est accessible depuis la rue par un couloir latéral, qui dessert également la pièce centrale du rez-de-chaussée et un escalier tournant à cage carrée en bois distribuant l’étage. La façade sur rue (bâtiment 1) est dotée de deux travées pour deux niveaux. Elle est montée en pierre de taille percée de plates-bandes. Un alignement de trous de boulins ainsi qu'un médaillon buché sont visibles à la jonction entre ses deux niveaux . La façade est couronnée par une corniche moulurée en quart-de-rond, réglet et doucine. Le toit à deux pans est couvert de tuiles mécaniques. Celui-ci se prolonge sur cour afin de couvrir le bâtiment 2. La L’édifice est situé sur une parcelle étroite (6 m) et peu profonde (34 m), il est composé de trois porteurs (ouvertures, corniches). Les deux travées sont irrégulières et percées de fenêtres à plates-bandes
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801998NUDA Latrines, fond de cour. IVR24_20162801902NUCA
  • Maison (6 rue des Tanneurs)
    Maison (6 rue des Tanneurs) Nogent-le-Rotrou - 6 rue des Tanneurs - en ville - Cadastre : 1990 BP 41
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    , croisées avec ou sans décor) permet de les dater entre la seconde moitié du 15e siècle et la première . L’entrée de la maison n’a pu être identifiée pour cette période. Celle-ci était accessible, soit depuis une observés sur le bâtiment 2. Plusieurs campagnes de travaux secondaires sont identifiables sur la façade sur La concordance des marqueurs stylistiques observés sur les bâtiments 1 et 2 (crossettes sculptées moitié du 16e siècle. La charpente observée dans le comble du bâtiment 1 confirme la datation admise. Ce type de charpente à pannes est connu depuis le 14e siècle et se généralise à partir du 16e siècle porte sur rue avec un couloir latéral menant à la cour, soit par un portail piéton donnant directement -œuvre alors accessible depuis la cour. L'escalier est désormais tournant et la tour semble avoir été contemporain des constructions précédentes, une de ses fenêtres étant moulurée d’un chanfrein similaire à ceux rue (plates-bandes 16e ou 17e siècle) et sur la tour d'escalier dont le toit a certainement été abattu
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    L’édifice est composé de cinq bâtiments implantés selon un plan en L entre la rue des Tanneurs, une construite en pierre de taille, elle possède deux travées percées par deux fenêtres à double linteau mouluré retombant sur des colonnettes à bases polygonales. Le toit est couronné par des rampants en pierre de taille dont les piédroits sont chanfreinés. Le rampant sud est appareillé en pierre de taille et à crossette . La charpente du bâtiment 1 est à fermes et pannes assemblées à des arbalétriers de jouée, avec cour et un jardin en direction de l’Huisne. Le bâtiment n°1 possède son mur gouttereau sur rue, il est est accessible depuis la cour arrière. Le bâtiment 3 est situé à l’angle des bâtiments 1 et 2, il abrite un escalier tournant à cage rectangulaire. Ce dernier assure la distribution verticale des deux premiers bâtiments. Les trois bâtiments sont dotés de deux niveaux d’élévation sous des toits à deux (en appentis) se confond avec celui du second bâtiment. La façade sur rue du premier bâtiment est
    Illustration :
    Bâtiment 1, face est, premier étage, baie de la deuxième travée. IVR24_20162801584NUCA Bâtiment 1, face est, détail de la crossette sculptée sud. IVR24_20162801583NUCA Bâtiment 1, face est, détail de la crossette sculptée nord. IVR24_20162801585NUCA Plans de situation. IVR24_20162801957NUDA Bâtiment 1, face est, vue de l'est. IVR24_20162801581NUCA Bâtiments 1 à 5, face ouest, vue de l'ouest. IVR24_20162801582NUCA Bâtiments 1 à 3, faces ouest et sud, vue de l'ouest. IVR24_20172800006NUCA
  • Maison (2 rue Saint-Laurent)
    Maison (2 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 2 rue Saint-Laurent 92 rue Paul Deschanel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La présence d’un escalier en vis à base octogonale, de crossettes sculptées, et les traces d’une toit. Le rez-de-chaussée de la façade sud est encore composé d’une boutique et d’une ouverture sur rue dernier permettant d’accéder depuis la rue à la tour d’escalier et à la cour, le reste du rez-de-chaussée , il lui est donc certainement postérieur. La façade sud du bâtiment 1 a subi de lourdes modifications , il est difficile de préciser si la corniche, tout comme l’ancienne croisée, ont été modifiées au 17e siècle ou au 19e siècle. L’ouverture du bâtiment 1 sur la parcelle voisine, comme sa lucarne, datent de au regard du type de charpente usité, ce dernier se généralisant à partir du 16e siècle. Les coups de sabres et la crossette observés sur et dans le bâtiment 2 invitent à penser qu’il était antérieurement aurait alors été accessible depuis la rue (boutique ?). Le troisième bâtiment est plaqué sur le second la seconde partie du 20e siècle (elles sont absentes sur la carte postale).
    Référence documentaire :
    . (carte postale). (Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque L'Apostrophe, fonds iconographique
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    une vitrine et par un portail en métal depuis la rue Paul Deschanel. La majeure partie du rez-de (bâtiment 1) est montée en pierre de taille. Elle possède deux travées surmontées par un toit à deux pans rampants du toit sont en pierre de taille, et sont ornés de crossettes sculptées. Deux fenêtres sont d’étroites fenêtres ouvertes sous un linteau. Deux coups de sabre sont visibles au nord et au sud de la L’édifice est implanté sur une parcelle étroite (7 m) et peu profonde (25 m), en forme de L. Celle rectangulaires (1, 2 et 3), dont le premier ayant son grand côté parallèle à la voie, sont disposés l’un derrière l'autre depuis la rue Saint-Laurent. Ils sont suivis par une cour arrière ainsi que par d’autres bâtiments sur cour. Ceux-ci n’ont pas été étudiés. Le bâtiment 1 est accessible depuis la rue Saint-Laurent par -chaussée est ouverte sur le bâtiment situé sur la parcelle voisine. L’étage est desservi par un escalier en vis, à base polygonale et à cage carrée. Il est lui-même distribué depuis la cour. La façade sud
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801993NUDA Vue intérieure, rez-de-chaussée, escalier en vis. IVR24_20162801866NUCA
  • Maison des marches (9 rue des Marches-Saint-Jean)
    Maison des marches (9 rue des Marches-Saint-Jean) Nogent-le-Rotrou - 9 rue des Marches-Saint-Jean - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La cave à cellules et la cheminée à consoles pyramidales permettent d’estimer la date de construction de la maison (au moins en partie) entre les 13e et 15e siècles. La présence d’une cheminée à proximité directe de la cave (possiblement dédiée à un cellier) invite à restituer une cuisine. Les façades ont fait l’objet de reprises au 17e (plates-bandes à crossettes), au 19e (niche), et au 20e siècle (portes). L’autonomie des distributions entre le rez-de-chaussée et l'étage laisse à penser que les deux postale du début du 20e siècle. Le rez-de-chaussée est alors occupé par le "café du bas des marches
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le bâtiment 1 est doté d’un plan proche du carré occupant la totalité de la parcelle sur laquelle barbe. La façade nord possède deux ouvertures ménagées sous le rez-de-chaussée du bâtiment 2 et une il prend place. Il est situé sur la pente du plateau Saint-Jean, à l’angle formé par la rencontre entre la rue des Marches Saint-Jean et le Bas des Marches Saint-Jean. Le bâtiment est accessible par une porte latérale. Le rez-de-chaussée est prolongé par une cave à cellules, il est en partie imbriqué sous un bâtiment (2) situé sur la parcelle voisine. Les étages sont distribués par deux escaliers tournants à une seule volée. La façade ouest possède deux niveaux d’élévation pour deux travées. Deux fenêtres dotées de plates-bandes à crossettes sont visibles au nord, celle se trouvant au rez-de-chaussée un linteau. L’élévation est couronnée par une corniche moulurée d’une scotie et d’un quart-de-rond
    Illustration :
    Cave à cellules, vue intérieure, front de taille. IVR24_20162801808NUCA Plans de situation. IVR24_20162801977NUDA Carte postale : face ouest, vue de l'ouest, début 20e siècle. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le Bâtiment 1, face ouest, vue de l'ouest. IVR24_20162801805NUCA Bâtiment 1, face ouest, premier étage : niche, vue de l'ouest. IVR24_20162801806NUCA Bâtiment 2, vue intérieure, rez-de-chaussée : cheminée, manteau. IVR24_20162801807NUCA
  • Maisons et fermes à Argenvilliers
    Maisons et fermes à Argenvilliers Argenvilliers
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.
    Murs :
    pan de bois
    Texte libre :
    des éléments plus anciens (soubassement en pierre de taille de grès ferrugineux, vestiges de pans de de calcaire et silex. La brique est employée en alternance avec la pierre calcaire dans les édifices de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle. L'enduit est également quasi systématique (souvent à pierre vue). Les toitures sont majoritairement à longs pans couverts en tuile plate. Détail de la . Trois maisons sont présentes sur le plan cadastral de 1811 et semblent dater en partie du 18e siècle ; les trois autres remontent à la seconde moitié du 19e siècle. Quand aux fermes, 38 ont été en partie maisons recensées, quatre se situent au bourg et deux au sein de hameaux. Deux sont en rez-de-chaussée , deux en rez-de-chaussée surélevé et deux à un étage carré. Les murs sont en moellons de calcaire et de silex. Un seul exemple possède un appareillage mixte en moellons de silex et en brique. L'enduit est systématique. Les toits sont à longs pans et à croupe couverts de tuile plate ou d'ardoise. Pour les fermes, le
    Illustration :
    Bourg, maison de maître dite 'La Grande Maison' (étudiée). IVR24_20092800048NUCA La Tubenie, maison en rez-de-chaussée (étudiée). IVR24_20092800072NUCA Tableau des édifices sélectionnés (étudiés) dans la commune d'Argenvilliers. IVR24_20122800180NUC Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (1 sur 3 Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (2 sur 3 Tableau des édifices repérés (non étudiés) dans la commune d'Argenvilliers (3 sur 3 Bourg, maison en rez-de-chaussée (non étudiée). IVR24_20092800050NUCA La Cartraie, ferme à cour ouverte (étudiée). IVR24_20092800130NUCA La Bachelotière, ferme à cour ouverte (étudiée). IVR24_20092800088NUCA Bourg, ferme de type "bloc à terre" (non étudiée). IVR24_20092800026NUCA
  • Maison (30 rue Saint-Laurent)
    Maison (30 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 30 rue Saint-Laurent - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    . En l’absence d’autres éléments discriminant, la taille et le système de distribution de l’édifice siècle. Si le type de charpente utilisée permet de confirmer la datation, elle ne permet pas de l’affiner permettent de lui attribuer la fonction de maison. Celle-ci était distribuée par une porte latérale, peut Les marqueurs stylistiques observés sur la façade sur rue (plates-bandes à clefs passantes sculptées, porte à clef passante moulurée en cavet) permettent de dater l’édifice entre le 17e et le 18e
    Description :
    . La façade sur cour est construite en moellons de silex, la pierre de taille est réservée aux 64 m de long. Il est implanté entre la rue Saint-Laurent et une cour arrière qui donne sur la façade d’un bâtiment détruit. La façade sur rue est dotée de deux travées pour deux niveaux d’élévation. La ouvertures. Celles-ci alternent linteau et plates-bandes. Le rez-de-chaussée est desservi depuis la rue par escaliers en équerres. La cage de celui du comble est dotée d’un enduit peint (ocre et jaune) ainsi que Le bâtiment est doté d’un plan rectangulaire situé sur une parcelle étroite de 5,5 m de large pour encadrée par deux pilastres portant des pyramidions surmontés de coupes. L’unique fenêtre du rez-de -chaussée est dotée d’un arc surbaissé à clef passante. Les ouvertures de l’étage sont pourvues de plates -bandes délardées dont la clef porte un décor mêlant coquille Saint-Jacques et oves. La corniche est moulurée en cavet et quart-de-rond, elle prend place sous un toit à deux versants couvert de tuiles plates
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801997NUDA Vue intérieure, rez-de-chaussée, mur sud. IVR24_20162801897NUCA
1