Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 16 sur 16 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours
    Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours La Riche - Saint-François - en écart
    Historique :
    les terres de leur résidence au Plessis, le couvent conserve un bâtiment des 17e siècle et 18e siècle
    Observation :
    Établissement religieux conservé sous forme de vestige : le bâtiment conventuel a toutefois subi un grave incendie en 2008. Depuis, une simple couverture plate en tôle le protège provisoirement. (Étude
    Référence documentaire :
    Carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief, faict par R. Siette le quinzième jour . Extraite de Remonter le temps : les prises de vues aériennes. Environs de Tours de 1919 à 2015. Géoportail
    Précisions sur la protection :
    La chapelle néo-gothique édifiée au-dessus du tombeau de Saint-François de Paule ; le bâtiment
    Illustration :
    Le couvent des Minimes : Huile sur toile datée de 1507 ? (Société archéologique de Touraine Le couvent devenu séminaire sur le cadastre napoléonien (1808) (Archives départementales d'Indre-et Les Minimes et le Plessis sur le cadastre de 1808, le bâti actuel et les réseaux en superposition L'enclos des Minimes depuis le parking du centre commercial la Riche Soleil IVR24_20153700052NUCA Les Minimes depuis le parking du centre commercial la Riche Soleil IVR24_20153700063NUCA
  • Maison (La Balaterie)
    Maison (La Balaterie) La Riche - Balaterie (la) - isolé
    Historique :
    pignon est, un logement a été construit au milieu du 19e siècle. Le corps de logis principal isolé à
    Observation :
    La demeure conserve une grange remarquable. La Balaterie, comme le Saugé, est établie dans le lit
    Référence documentaire :
    Prieuré de St Cosme : 2e plan, numéroté 26. Plan de la plantation à faire depuis le bardeau de St
    Illustration :
    La Balatrie sur le cadastre de 1808 IVR24_20153700475NUCA
  • Maison de maître, gentilhommière (Les Pavillons)
    Maison de maître, gentilhommière (Les Pavillons) La Riche - Pavillons (les) - en écart
    Représentations :
    Portrait de femme servant de clé sur un linteau à l'étage, façade nord sur le chemin.
  • Ouvrage avancé : la demi-lune
    Ouvrage avancé : la demi-lune Amboise - Château-d'Amboise - en ville
    Historique :
    constructives (proches de celles de l'enceinte bastionnée de Saumur) que le contexte historique le laissent
    Référence documentaire :
    Château d'Amboise, plan de 1708. 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus, 1er étage du Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau COMTE, François. Le château et la ville : Angers (XIII e -XVIe s). Revue archéologique du Centre de
    Description :
    témoigne la canonnière à la française découverte dans le soubassement de la tour ruinée. Cette distance permet en effet d'être couverte par le tir d'une arquebuse légère qui couvre aisément 40 m à 50 m sans le fossé a été étayée de deux puissantes maçonneries. Deux coups de sabre se distinguent et rien pointe - dite capitale - face au pont qui traverse le fossé. Elle est bordée d'un large fossé de 16 m environ 1 m au-dessus du niveau du fond du fossé, tandis que le terre-plein de la demi-lune se situe environ 1,5 m sous le niveau du chemin couvert faisant le tour du fossé. On peut en effet parler de chemin , sur le plan de 1815 - qui en raison des remaniements récents est plus complet que ce que nous pouvons relever aujourd'hui sur le terrain - son emplacement apparaît. Toutefois son parapet de défilement a déjà disparu en 1815. Le procès-verbal de 1761 complète notre connaissance des lieux. Aujourd'hui on accède à arborait, selon le procès-verbal de 1761, « en dehors au dessus de ladite porte [...] trois écussons aux
    Annexe :
    Les archives concernant la demi-lune Le procès-verbal de 1761 propose une description assez détaillée de la porte des Lions. Au-delà du tambour, il semble que le pont ait été bordé de deux murs petitte porte par laquelle nous sommes entrés dans les douves qui reignent le long desdits casemat, de huit toises de largeur [...] ». On peut supposer que cette porte permettait de rejoindre le chemin
    Illustration :
    Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus,1er étage Vue extérieure de la porte des Lions depuis le Sud-Est. IVR24_20083700160NUCA
  • ferme, dite La Métairie
    ferme, dite La Métairie La Riche - 80 route de Saint-Genouph - bâti lâche
    Historique :
    siècle. La grange constitue la partie la plus remarquable de l'ensemble. Le logis date de la fin du 19e siècle. Le bâtiment est porté sur le cadastre napoléonien de 1808 (parcelle 360).
    Illustration :
    La Métairie dans le cadastre napoléonien de 1808 (parcelle 360). IVR24_20153700050NUCA
  • Ferme, actuellement maison (La Varenne)
    Ferme, actuellement maison (La Varenne) La Riche - Varenne (la) - 2 rue du Pigeonnier - isolé
    Historique :
    cadastral de 1808, parcelle 638, laisse peu de doute sur le type de la grange largement répandu dans la région : une grange dite "à porteau", ou à porche, devançant le corps de bâtiment.
    Illustration :
    La Varenne sur le cadastre de 1808 (en haut à droite) IVR24_20153700069NUCA
  • Ferme, dite la Fuie
    Ferme, dite la Fuie La Riche - - 29 rue des Pavillons - en écart
    Historique :
    La grange est représentée dans le cadastre de 1808 (parcelle 360).
    Illustration :
    La Fuie sur le cadastre napoléonien (1808) (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P2 195
  • Ferme (rue du Plessis)
    Ferme (rue du Plessis) La Riche - 99-101 rue du Plessis - en ville
    Historique :
    L'ancienne ferme date possiblement du 18e siècle. Le cadastre ancien témoigne du bâti en place en
    Illustration :
    Ferme de la rue du Plessis sur le cadastre napoléonien de 1808 (parc. 524). IVR24_20153700091NUCA
  • Manoir dit La maison Blanche (18 rue de l'Épinetterie)
    Manoir dit La maison Blanche (18 rue de l'Épinetterie) Amboise - 18 rue de l'Épinetterie - en ville
    Historique :
    Le parc dans lequel prend place La maison Blanche est planté de nombreux arbres anciens, mais il requiert bien le statut de manoir. L'histoire du manoir est mal connue. Il date probablement du XVIe siècle, mais a été remanié à plusieurs reprises. Le logis manorial est largement restauré et sa
    Description :
    le logis, et à l'ouest, les communs. Le portail d'entrée bâti entre les bâtiments d'habitation et piétonne. Des vestiges de bossages encore lisibles par endroit orientent sa datation vers le XVIIe siècle . Le logis manorial est édifié en moellon de tuffeau crépi et couvert d'ardoises. La pierre de taille a et dans le comble aménagé. Les allèges ornées de panneaux accentuent encore davantage l'ordonnance de , baguettes, liserés et gorges. Une agrafe marque le centre du linteau de la baie. Les lucarnes semblent la baie. Le tympan est d'ailleurs orné d'un F. Côté parc, la façade est plus sobre et seules les deux demi-croisées de l'étage sont d'origine. Le pignon est bordé d'une cape à la française. Une tourelle d'escalier d'origine, en pan de bois, renfermant une vis dont le noyau tors inclut une main moitié du XVIe siècle, comme le reste de la demeure. La charpente à chevrons formant fermes est en faîtage et d'un sous-faîtage dont la cohérence est assurée par des croix de saint-André. Le sous-faîtage
    Illustration :
    Vue générale des bâtiments d'habitation depuis le parc. IVR24_20093701002NUCA Vue de la tourelle d'escalier en pan de bois dans le corps de logis principal, côté cour Vue d'une baie dans le corps de logis principal, côté cour. IVR24_20093700994NUCA Vue d'une lucarne dans le corps de logis principal, côté cour. IVR24_20093700995NUCA Vue de la charpente à chevrons formant ferme dans le corps de logis principal
  • Écurie (7 rue Louis XI)
    Écurie (7 rue Louis XI) Amboise - 7 rue Louis-XI - en ville
    Historique :
    Le 7 rue Louis XI marque l'angle de la rue de la Concorde. Le pignon dressé sur la rue de la
    Description :
    Le pignon de la maison est bâti en moellon de tuffeau. Contre son angle droit, un massif de maçonnerie est visible. Il présente un arrachement de maçonnerie au sein duquel le mortier présente une si le pignon et la maçonnerie sont bien contemporains l'un de l'autre. Le mur gouttereau en pierre de Concorde, le plus petit renferme encore une stalle de cheval avec ses pavés et son râtelier.
  • Maison de maître (la Grande Maison)
    Maison de maître (la Grande Maison) La Riche - Grande Maison (la) - isolé
    Illustration :
    La "Grand Maison" sur le cadastre de 1808 IVR24_20153700477NUCA
  • Hôtel (15 rue de l'Île d'Or)
    Hôtel (15 rue de l'Île d'Or) Amboise - 15 rue de l'Île d'Or - en ville
    Historique :
    Le 15 rue de l'Île d'Or est visible depuis la rue Émile Gounin. De chaque côté, la demeure est . Il est bien difficile de définir le statut de l'édifice : maison ou hôtel ? Il pourrait s'agir d'un hôtel dont le corps de logis principal est en pierre et les communs en pan de bois. Mais en l'absence de
    Description :
    L'édifice présente un plan en L. Le corps de logis en pierre, dans un style plus ou moins gothique , présente cependant un mur gouttereau en pierre de taille de tuffeau dont le soubassement semble ancien, les pierres de restauration se distinguant des pierres d'origine par leur blancheur. Le corps de bâtiment en masqués par un édifice contemporain appuyé sur la façade. Au sein de ce corps de logis et dans le type à Amboise. Du côté de la rue Émile Gounin, le corps en pan de bois présente un pignon en pierre de taille de tuffeau. Une cheminée prend place contre ce mur. La présence d'une autre cheminée sur le relative des campagnes de construction. Le logis en pierre est couvert d'ardoises tandis que celui en bois
    Illustration :
    , avec à droite le sommet de la tourelle d'escalier. IVR24_20083700620NUCA
  • Maison (34 rue Nationale)
    Maison (34 rue Nationale) Amboise - 34 rue Nationale - en ville
    Historique :
    correspondre à celles de la fin du Moyen Âge. Il reste cependant délicat de déterminer le statut de maison ou
    Description :
    venelle ménagée entre le 32 et le 34 rue Nationale. La cour est enfermée entre le bâtiment donnant sur la rue Nationale et celui en arrière-cour. Le long de la venelle, un mur supporte une galerie liant les
    Illustration :
    Vue de la galerie du 34 rue Nationale permettant de jondre le bâtiment sur rue au bâtiment en fond Vue de la galerie du 34 rue Nationale permettant de jondre le bâtiment sur rue au bâtiment en fond
  • Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo)
    Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo) Amboise - 46 rue Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    Le 46 rue Victor Hugo regroupe trois maisons sous un seul numéro. Les plans d'alignement du XIXe
    Description :
    tuffeau sur les deux premiers niveaux, puis le pignon est édifié en pan-de-bois. Le rez-de-chaussée bien là les dispositions d'origine, le chaînage en pierre de taille à droite de l'ouverture semble Debré. Enfin, le pignon en pan-de-bois présente à l'ouest une surélévation récente du toit. Une baie mesure 4,70 m de large pour 10,60 m de haut. Le soubassement de la maison est bâti en moellons de tuffeau premier étage, une large sablière porte le départ des écharpes du pan-de-bois et les décharges en allège de la baie centrale. Le niveau du comble à surcroît est marqué par les abouts des solives de plancher Saint-André forment le niveau du surcroît. Les dispositions de la charpente à fermes et à pannes sont en parties lisibles. L'entrait est relié au faîtage par un poinçon formant le meneau d'une baie. Le faux visibles sont à tenon-mortaise. Le mur gouttereau occidental reçoit un hourdis de moellons sans ornement dont les abouts apparaissent en façade, porte le colombage. Les colombes montent jusqu'à hauteur d'une
  • Hôtel : cave (20 rue de la Concorde)
    Hôtel : cave (20 rue de la Concorde) Amboise - 20 rue de la Concorde - en ville
    Illustration :
    Vue ancienne de la façade sur cour, à bossages, depuis le promontoire du château Vue ancienne de la façade depuis le quai Charles Guinot. IVR24_19903700194X Vue générale du 20 rue de la Concorde depuis le promontoire du château : l'hôtel à bossages devancé
  • Maison (20-22 rue Newton)
    Maison (20-22 rue Newton) Amboise - 20-22 rue Newton - en ville
    Historique :
    Au 20 et 22 rue Newton, deux maisons placées sur le bord de la Masse ont été réunies en une seule
    Description :
    . Par endroit, le hourdis en brique est visible ainsi que des pointes clouées dans les colombes pour tenir l'enduit. Les ouvertures donnant sur le jardin présentent un encadrement à double cavet qui orienterait la datation vers le XVIIe siècle. Au rez-de-chaussée, un mur de refend, placé au centre de la dernière reçoit les solives du plafond couvrant tout le rez-de-chaussée. Côté jardin, dans la cuisine . Chaque ferme dispose d'un poteau liant le faît à l'entrait. Ce dernier reçoit l'about des solives de
1