Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 78 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Logement dit
    Logement dit "pavillon Louis XIII", maison du régisseur, actuellement Musée-Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Historique :
    -cintre observées sur son élévation. Le « pavillon Louis XIII » tient son nom du style début 17e siècle du château, le bâtiment accueille aujourd’hui les bureaux du Musée Château Saint-Jean.
    Référence documentaire :
    Pavillon Louis XIII. 1947-1955. Photographie. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine -Château Saint-Jean, 2011. SIGURET, Philippe. Le château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou. Cahiers Percherons, 1957, n°2.
    Titre courant :
    Logement dit "pavillon Louis XIII", maison du régisseur, actuellement Musée-Château Saint-Jean
    Appellations :
    Pavillon Louis XIII Bureau du Musée-Château Saint-Jean
    Illustration :
    Pavillon Louis XIII, vue du sud-est (milieu 20e siècle). IVR24_20172800047NUCA Pavillon Louis XIII, vue du sud-est. IVR24_20152800523NUCA Pavillon Louis XIII, vue du sud-est. IVR24_20132800010NUC4A Pavillon Louis XIII, vue de l'ouest. IVR24_20132800011NUC4A Pavillon Louis XIII, vue de l'ouest. IVR24_20152800524NUCA Pavillon Louis XIII, tours de Saint-Victor et de Brunelles, vue du nord-ouest Pavillon Louis XIII, vue du nord. IVR24_20152800525NUCA
  • Écurie (7 rue Louis XI)
    Écurie (7 rue Louis XI) Amboise - 7 rue Louis-XI - en ville
    Historique :
    Le 7 rue Louis XI marque l'angle de la rue de la Concorde. Le pignon dressé sur la rue de la côté rue Louis XI, a été réédifiée probablement au 18e siècle. À l'intérieur, les aménagements semblent
    Localisation :
    Amboise - 7 rue Louis-XI - en ville
    Titre courant :
    Écurie (7 rue Louis XI)
    Illustration :
    Vue générale du 7 rue Louis XI. IVR24_20073700719NUCA
  • Demeure (10-12 rue Saint-Jean)
    Demeure (10-12 rue Saint-Jean) Nogent-le-Rotrou - 10-12 rue Saint-Jean - en ville
    Référence documentaire :
    10-12 rue Saint-Jean. Premier quart du 20e siècle. Photographie. (Archives privées).
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 10-12 rue Saint-Jean - en ville
    Titre courant :
    Demeure (10-12 rue Saint-Jean)
  • Tableau : portrait de Jean Pitard (v. 1248-ap. 1328)
    Tableau : portrait de Jean Pitard (v. 1248-ap. 1328) Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    un dénommé Guillon. Jean Pitard (vers 1248-après 1328) fut le premier chirurgien des rois Louis IX , Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel. A sa demande, Louis IX fonda vers 1268 la confrérie de Saint
    Référence documentaire :
    p. 95-111 THOMAS, Antoine. Jean Pitart, chirurgien et poète. In : Comptes-rendus des séances de
    Représentations :
    Représentation de Jean Pitard.
    Titre courant :
    Tableau : portrait de Jean Pitard (v. 1248-ap. 1328)
  • Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (place de l'Église)
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (place de l'Église) Lureuil - Bourg - place de l'Église - en village - Cadastre : 2015 B 36 1812 A 1284
    Référence documentaire :
    AUDE, André-Félix, DURANDEAU Jean-Claude, GROSJEAN, Patrick, VOISIN, Pierre. Lureuil, commanderie , GROSJEAN, Patrick, DURANDEAU, Jean-Claude, VOISIN, Pierre. Lureuil, commanderie de Malte en Berry (1453
    Titre courant :
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (place de l'Église)
    Vocables :
    saint Jean-Baptiste
  • Tableau : portrait de Jean Tagaut (1517 ou 1519-1560)
    Tableau : portrait de Jean Tagaut (1517 ou 1519-1560) Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    siècle et offert par un dénommé Authon, chirurgien, lors de l'obtention de son diplôme. Jean Tagaut ou
    Référence documentaire :
    [base de données en ligne]. Paris : Ministère de la culture et de la communication, 1997. Jean Tagaut.
    Représentations :
    Portrait de Jean Tagaut ou Tagault. Le portrait en médaillon du donateur, Authon, chirurgien
    Titre courant :
    Tableau : portrait de Jean Tagaut (1517 ou 1519-1560)
  • Maison des marches (9 rue des Marches-Saint-Jean)
    Maison des marches (9 rue des Marches-Saint-Jean) Nogent-le-Rotrou - 9 rue des Marches-Saint-Jean - en ville
    Référence documentaire :
    323 - Nogent-le-Rotrou, Eure-et-Loir. Les marches Saint-Jean. Début 20e siècle. Impr. photoméc . (carte postale). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou).
    Description :
    il prend place. Il est situé sur la pente du plateau Saint-Jean, à l’angle formé par la rencontre entre la rue des Marches Saint-Jean et le Bas des Marches Saint-Jean. Le bâtiment est accessible par une
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 9 rue des Marches-Saint-Jean - en ville
    Titre courant :
    Maison des marches (9 rue des Marches-Saint-Jean)
    Illustration :
    Carte postale : face ouest, vue de l'ouest, début 20e siècle. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le
  • Bourg : maison de maître (2 rue de l'Église)
    Bourg : maison de maître (2 rue de l'Église) Brunelles - Bourg - 2 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 90, 91, 92 1992 C1 25
    Historique :
    construction a été détruite en 1848 pour Louis Bailleau et remplacée par une maison de maître construite en 1856 pour Jean Bailleau. La dépendance (écuries et grange), semble également avoir été construite au
    Auteur :
    [commanditaire] Bailleau Louis [commanditaire] Bailleau Jean
  • Hôtel Le Sueur (3 rue des Poupardières)
    Hôtel Le Sueur (3 rue des Poupardières) Nogent-le-Rotrou - 3 rue des Poupardières - en ville
    Historique :
    l’édifice étudié. Ils appartiennent alors à Louise Le Sueur qui les tient de son père, Jean Le Sueur. Louise
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série B : 2574. Procès entre Jean Lesueur, sieur de Vaupousteau, et Denis Hubert p.95 ; p.224 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le
    Description :
    L’édifice est implanté au sein d’un îlot situé au pied du château Saint-Jean et borde la rue des
    Auteur :
    [propriétaire] Le Sueur Jean [propriétaire] Le Sueur Louise
    Texte libre :
    l’emplacement de l’édifice étudié. Ils appartiennent à Louise Le Sueur qui les tient de son père Jean Le Sueur . Louise est l’épouse de Jouachim de Lespinay, écuyer et sieur de Montgobert. Le couple possède plusieurs , Jean le Sueur, est connu pour sa charge de conseiller du Roi et d’élu du Perche, mais aussi pour avoir du château Saint-Jean, il est circonscrit par les rues du Paty, Bourg-le-Comte, Poupardières et du par les rues Saint-Laurent et Bourg-le-Comte reliant l’ancien prieuré-doyenné de Saint-Denis aux marches du Château Saint-Jean. Composition d’ensemble La parcelle qui accueille l’édifice occupe une
    Illustration :
    Aquarelle, face ouest, vue du sud-ouest, vers 1950. (Musée-Château Saint-Jean, fonds Massiot
  • Ancien hôtel-Dieu
    Ancien hôtel-Dieu Orléans
    Historique :
    avons des titres du XIe siècle qui en font mention comme d'un ancien établissement." Louis XV, par charte datée du 15 mars 1512, le roi Louis XII décida la reconstruction de l'hôtel-Dieu devenu trop exigu ), Saint-Louis (30) et Sainte-Marie (40) pour un nombre plus élevé de malades : deux voire trois personnes
    Référence documentaire :
    Figure de la ville d'Orléans / Jean Fleury. 1640. (Bibliothèque municipale d'Orléans, Rés ZHOO34). p. 191-208 NOUEL DE LA BUZONNIERE, Louis-Augustin-Léon. Histoire architecturale de la ville CHARPIGNON, Louis-Joseph-Jules. Les médecins et chirurgiens de l'Hôtel-Dieu d'Orléans avant 1789 CHARPIGNON, Louis-Joseph-Jules. Notice sur les maîtres en chirurgie de la ville d'Orléans jusqu'en p. 7-58, 166 GAILLARD, Louis (abbé). Notes sur l'Hôtel-Dieu, l'Hôpital général et les autres p. 38, 39, 54, 55 ILLIERS, Louis d'. L’Histoire d'Orléans racontée par un Orléanais. Orléans p. 11-30 et 46-48 GAILLARD, Louis (abbé). Histoire des établissements hospitaliers d'Orléans du
    Annexe :
    Maître ou prieur. Les Sœurs étaient nommées au service des malades, à l'assistance des malheureux et dans des locaux voisins distincts de l'hôtel-Dieu, le prieur bénéficiant d'un logement particulier. Au
  • Jalognes : parc et jardin d’agrément du château de Pesselières
    Jalognes : parc et jardin d’agrément du château de Pesselières Jalognes - Château de Pesselières - en village - Cadastre : 2016 F 131 ; 134 à 136 ; 200 ; 211 à 213 ; 356 ; 360 ; 362 ; 365 à 367 ; 390 à 391
    Historique :
    pourraient témoigner de l’existence d’un jardin régulier commandé par Jean de Guibert au 17ème siècle. Au paysagiste nivernais, Louis Cottin, entreprend de grands travaux qui donnent aux parc, jardins, potagers et été cependant qu’en partie naturalisée. En 1880, Jean-Baptiste Collard entreprend la dernière campagne
    Référence documentaire :
    Plan du projet / Louis Cottin pour Jean-Baptiste Collard, 1882. 1 plan : en coul. [Échelle non
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Collard Jean-Baptiste [paysagiste] Cottin Louis [auteur commanditaire] Guibert (de) Jean
    Illustration :
    Plan du projet de Louis Cottin pour Jean-Baptiste Collard. 1882. (Archives privées du château de
  • Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte Orléans - 28 rue de l'Ételon - en ville - Cadastre : 1981 BN 354
    Historique :
    transformée en entrepôt des douanes en 1832 par une ordonnance de Louis-Philippe, puis rachetée en 1851 par la
    Référence documentaire :
    p. 391-415 NOUEL DE LA BUZONNIERE, Louis-Augustin-Léon. Histoire architecturale de la ville GAILLARD, Louis (abbé), DEBAL, Jacques. Les lieux de culte à Orléans de l´antiquité au XXe siècle JOURD’HEUIL, Jean-Vincent. De la collégiale extra muros à la cathédrale, lieux de sépulture et ILLIERS, Louis d'. L'Histoire d'Orléans racontée par un Orléanais. Orléans : Loddé, 1954, Marseille POTHIER, Pierre (prieur de Saint-Euverte de 1562 à 1596). Journal (extrait). Bulletin de la Société
    Représentations :
    : LOUIS BOLLEE ET SES FILS FONDEURS A ORLEANS (en haut de la robe) ; PENSIONNAT SAINT EUVERTE A ORLEANS
    Annexe :
    ordonnance de Louis-Philippe, puis est rachetée en 1851 par la congrégation des Pères de la Miséricorde
    Illustration :
    . 1825 (dessin de Gabriel Jean Louis Rabigot, lithographie de Godefroy Engelmann). IVR24_19784501933X éditée par Louis Lenormand, Archives municipales d'Orléans, 2FI 657). IVR24_20144500234NUC Vue générale du pensionnat Saint-Euverte. (Carte postale éditée par Louis Lenormand Pensionnat Saint-Euverte, cour de récréation (carte postale éditée par Louis Lenormand Louis Lenormand). IVR24_20144500251NUCA Louis Lenormand). IVR24_20144500250NUCA éditée par Louis Lenormand). IVR24_20144500255NUCB éditée par Louis Lenormand, Archives municipales d'Orléans, 2Fi 669). IVR24_20144500236NUCA Louis Lenormand). IVR24_20144500253NUC Pensionnat Saint-Euverte. Jardin botanique et parc (carte postale éditée par Louis Lenormand
  • Église paroissiale Notre-Dame-des-Marais (détruite, 68 rue Saint-Laurent)
    Église paroissiale Notre-Dame-des-Marais (détruite, 68 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 68 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BH 187, 259
    Historique :
    cimetière, le jardin du curé et le logis du prieur sont alors accolés à la suite de la tenue de Denys Hubert
    Référence documentaire :
    p.193 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre
    Illustration :
    vue de Villebon, après 1624, Musée du château Saint-Jean. IVR24_20172800728NUCA trouvant à droite. Peinture, après 1624 (copie). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou
  • Ville : château fort (rue du château)
    Ville : château fort (rue du château) Château-Renault - rue du château - en ville - Cadastre : 1835 B 172 1835 B 173 1835 B 176 1835 B 186 1835 B 187 2014 AD 14 2014 AD 16 2014 AD 19 2014 AD 24 2014 AD 26 2014 AD 27 2014 AD 28 2014 AD 29
    Historique :
    Château-Renault à Louis de France, duc de Touraine et d'Orléans, frère de Charles VI. Son fils, Charles , duc d'Orléans et de Milan, comte de Blois et de Beaumont, vend la châtellenie à Jean de Daillon en 1442, avant de la lui racheter et de la revendre en 1449 à Jean, bâtard d’Orléans, comte de Dunois et Rousselet, à laquelle appartient François-Louis Rousselet (1637-1716) vice-amiral de la marine royale et Sophie Rousselet et de Charles Henri d'Estaing : Sophie Gabrielle d'Estaing, épouse de Louis de Barrairon , et Marie Catherine Louise d'Estaing, épouse de Charles Belland. En 1822, le château passe par
    Auteur :
    [propriétaire] Rousselet François Louis
  • Chesneau : moulin, actuellement maison
    Chesneau : moulin, actuellement maison La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Historique :
    modifié en 1864 pour Louis Rivière, meunier au Chesneau. Le bâtiment secondaire, une grange-étable, semble
    Auteur :
    [commanditaire] Rivière Louis
  • Maison dite Cave des Templiers (3 rue du Paty)
    Maison dite Cave des Templiers (3 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 3 rue du Paty - en ville
    Référence documentaire :
    ). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). municipal du château Saint-Jean], 2004.
    Annexe :
    chemin neuf montant du bourg leconte a st jean d’un bout ladicte halle du bourg le conte et dautre bout a
    Texte libre :
    au bout de la halle des bouchers, à proximité des Marches Saint-Jean, pourrait correspondre à la situé le long du coteau limitant le plateau Saint-Jean. Ses caves sont creusées dans la craie à silex direct mais non carrossable au château Saint-Jean, situé sur le plateau. Structure La construction est au rez-de-chaussée et à la localisation de la construction, située au pied du château Saint-Jean
    Illustration :
    Carte postale, vue intérieure, rez-de-chaussée, salle. 2oe siècle. (Musée-Château Saint-Jean
  • Touches : ferme
    Touches : ferme Brunelles - Les Touches - isolé - Cadastre : 1811 D1 168 à 172 1992 D2 147
    Historique :
    dépendance (parcelle D1 170 du cadastre de 1811) est détruit par Jean Mauté, probable propriétaire des lieux
    Auteur :
    [commanditaire] Mauté Jean
  • Vallière : château dit château de La Vallière
    Vallière : château dit château de La Vallière Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 E 123, 124, 125, 126 2009 ZD 87
    Historique :
    II Le Blanc. Le fils de celui-ci, Jean, obtient de Louis XIII en 1635 le droit de s'appeler La Baume Conti, fille naturelle et légitimée de Louis XIV, et les terres à son frère Jean-François de La Baume Le 1589, c'est son fils Jean, écuyer, conseiller du roi, général de ses finances en Languedoc, maître Le Blanc, la branche ainée étant éteinte et la terre de La Baume détenue par un autre seigneur. Jean Louise de La Baume Le Blanc, dite Mademoiselle de La Vallière, en faveur de laquelle est constitué en dans le dernier quart du 16e siècle par Jean Le Blanc, le seigneur de Rochecorbon ayant autorisé ce Le Blanc, puis son fils Jean dans la seconde moitié du 16e siècle. La tour d'escalier pourrait avoir
    Référence documentaire :
    p. 532-533. PEROUSE de MONTCLOS, Jean-Marie, (sous la direction de). Le guide du patrimoine Centre
    Représentations :
    un portrait de Louise de la Vallière et sur l'autre la devise des Millon "Tantum pro liliis indissolu" et les lettres "JBCA" entrelacées pour Jean le Blanc et Charlotte Adam, propriétaires à la fin du
    Auteur :
    [propriétaire] La Baume Le Blanc Françoise Louise
    Illustration :
    Cheminée décorée du portrait de Louise de la Vallière et portant la devise "Ad principem ut ad
  • La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne
    La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne Nogent-le-Rotrou
    Historique :
    -comte situé au pied de l’éperon Saint-Jean. L’espace est occupé par la curia et les milites comtale. Le
    Référence documentaire :
    Saint-Jean], 2004. FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire JOUSSET DE BELLÊME, Georges. Le château féodal de Saint-Jean. Mamers : Impr. Fleury, 1912. MATAOUCHEK, Victorine. Le château Saint-Jean à Nogent-le-Rotrou. Rapport de fouilles. 1998. MESQUI, Jean. Châteaux et enceintes de la France médiévale. Paris : Picard, 1991. MOUTON, Benjamin. Château Saint-Jean, donjon. Restauration et mise en valeur, avant-projet détaillé SIGURET, Philippe. Le château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou. Cahiers Percherons, 1957, n°2. Saint-Jean], 2004. municipal du château Saint-Jean] , 2004. p. 32-37. LOUISE, Gérard. La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècle), le Pays Bas-Normand. Revue trimestrielle
    Texte libre :
    siècle, au-delà du château Saint-Jean, du prieuré Saint-Denis et de leurs bourgs, des établissements . Le château Saint-Jean est alors le siège du pouvoir administratif et judiciaire des Rotrou : l’adoption du modèle de la tour-palais en est une illustration. Le prieuré Saint-Denis exerce un contrôle temporel sur les affaires ecclésiastiques du comté du Perche. La position hégémonique du prieuré n’en est un prieuré désormais dans une posture de repli. Rien qu’à Nogent, les Rotrou fondent ou régularisent léproserie Saint-Lazare, le chapitre Saint-Jean et la Maison-Dieu. La création du vicus novus et la manne combattent (castrum), ceux qui prient (le prieuré Saint-Denis) et ceux qui travaillent (marché). Elle peut alors prendre place sur les pentes du plateau Saint-Jean, au revers de la route allant du Mans à alors un palais comtal, siège des pouvoirs administratif et judiciaire. Elle possède un prieuré qui ville. Le vide ainsi créé est souvent utilisé pour illustrer le déclassement du prieuré ou la perte
    Illustration :
    Le château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou, vuedu donjon et du châtelet d'entrée
  • École chrétienne de filles, actuellement maison (62 rue Gouverneur)
    École chrétienne de filles, actuellement maison (62 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 62 rue Gouverneur - en ville
    Référence documentaire :
    Monuments Nogentais / G. Massiot, vers 1950. Aquarelles. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le p.230 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre
    Illustration :
    Aquarelle, face est, porte sur rue (vers 1950, Musée-Château Saint-Jean). IVR24_20162801794NUCA
1 2 3 4 Suivant