Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : saint Jérôme
    Tableau : saint Jérôme Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Historique :
    Ce tableau décorait la chapelle de l'Officialité : il a été transféré à Saint-Pierre-du Martroi
    Représentations :
    saint Jérôme
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Titre courant :
    Tableau : saint Jérôme
  • Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte Orléans - 28 rue de l'Ételon - en ville - Cadastre : 1981 BN 354
    Genre :
    de chanoines de la congrégation de Saint-Victor de chanoines réguliers de saint Augustin
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Quartier Saint-Euverte
    Historique :
    dominant la Loire, au nord-est des remparts de la cité Cenabum, dans lequel les restes de saint Euverte autour de ces reliques. Au début du 9e siècle, la première église Saint-Euverte est construite, et ensuite en corps canonial nommé religieux de Saint-Euverte dirigé par un "abbé de Saint-Euverte", puis au 12e siècle par des chanoines réguliers de Saint-Victor. Après sa destruction par un incendie qui rattachée à l'église Sainte-Croix. Vers 1802, Gabriel-Jacques Laisné de Villévêque (1766-1851), membre du manufacture de coton. En 1822, l'église est remise à la fabrique de la cathédrale Sainte-Croix ; elle est qui ouvrent un pensionnat d'enseignement primaire puis secondaire. En 1938, le pensionnat Saint
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans ; Série 5M/12. Église Saint-Euverte - Entrepôt de poudres. an IX-an Archives municipales d'Orléans; Série 9M/14. Église Saint-Euverte. 1974-1987. Restaurations Archives municipales d'Orléans ; Série 9M/14. Acte notarié de la vente de l'église Saint-Euverte par l'Association "Sainte-Croix" à la ville d'Orléans. Acte reçu le 17 mars 1977 à l'étude des Mes Archives municipales d'Orléans ; Série 9M/15. Église Saint-Euverte, restauration du clocher Saint-Euverte. 1832. Archives départementales du Loiret ; série 50/J/184-188. Archives de l'évêché, abbaye Saint-Euverte concernant l'immeuble et l'église de Saint-Euverte. (s.d.). Archives départementales du Loiret ; Série 3Q/46. Transformation des bâtiments de Saint-Euverte en Archives nationales ; G/8/734. Abbaye Saint-Euverte. Transcriptions de titres concernant les
    Représentations :
    Le décor très simple est conforme à l'austérité de l'ordre de saint Augustin. Ensemble de cinq battant, portant la dédicace : SAINT EUVERTE, PRIEZ POUR NOUS (en haut de la robe) ; BOLLEE ET SES FILS : LOUIS BOLLEE ET SES FILS FONDEURS A ORLEANS (en haut de la robe) ; PENSIONNAT SAINT EUVERTE A ORLEANS
    Titre courant :
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte
    Annexe :
    Données historiques concernant l'Abbaye Saint-Euverte d'Orléans Durant la période gallo-romaine, le nord-est des remparts de la cité Cenabum, dans lequel les restes de saint Euverte, quatrième évêque le nom de chapelle Sainte-Marie-du-Mont (Sancta Maria in agro Tetradii), devient rapidement un important lieu de dévotion, saint Euverte étant réputé réaliser de nombreux miracles. Les fouilles menées en supposée de la mort de saint Euverte, ce qui tend à confirmer cette tradition. Aucune indication, tant saint Euverte et desservi par une communauté religieuse. Au début du 9e siècle, l'oratoire est détruit et remplacé par la première église Saint-Euverte dans laquelle on replace, en 875, les reliques du saint, lesquelles avaient été mises à l'abri lors des attaques normandes. L'église est desservie à l'origine par des Cénobites réunis ensuite en corps canonial, que l'on nomme religieux de Saint-Euverte. En 856, elle est dirigée par un "abbé de Saint-Euverte", l'abbé Agius, également évêque d'Orléans (843
    Vocables :
    Saint-Euverte
    Illustration :
    Abbaye Saint-Euverte, au milieu à droite (n° 24) sur le "Plan et profil au naturel de la ville Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite sur un plan de la ville d'Orléans dessiné et gravé par Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite (n° 47) sur un profil de la ville d'Orléans daté de la fin du Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite sur un plan d'Orléans dessé en 1705 par Nicolas de Fer Abbaye saint-Euverte, en bas à droite sur le "Nouveau plan de la ville d'Orléans", plan en Abbaye saint-Euverte, en haut à droite sur le "Plan de la ville d'Orléans", plan en perspective Abbaye Saint-Euverte, au fond à gauche. Perspective générale d'Orléans et de ses environs Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite sur un plan de la ville d'Orléans, établi entre 1856 et 1869 L'abbaye Saint-Euverte au 18e siècle (aquarelle non signée, non datée, propriété du lycée Saint "L'église Saint-Euverte et la tour à Pinguet vers 1824" (d'après une peinture de Jacques Salmon
  • Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte)
    Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte) Orléans - 7, 9, 11 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 170, 171, 414, 415
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Quartier Saint-Euverte
    Historique :
    l'institution du Petit-Saint-Loup. Installée là par l'abbaye du Petit-Saint-Loup pour protéger la congrégation à parcellaire de 1823 a été détruite ou fortement modifiée pour être divisée. Le propriétaire du n°11 rue Saint Saint-Euverte a fait l'objet de travaux de surélévation en 1945. Les fiches auxiliaires cadastrales nous
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 728. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue Saint Archives municipales d'Orléans. Série VJ : VJ 284. Rue Saint-Euverte.
    Localisation :
    Orléans - 7, 9, 11 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 170, 171, 414, 415
    Titre courant :
    Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte)
    Illustration :
    Vue des façades antérieures des trois maisons et de la façade latérale du 11 rue Saint-Euverte (donnant sur la rue du Petit-Saint-Loup). IVR24_20144500800NUC4A
  • Maison, actuellement immeuble (42 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (42 rue de Bourgogne) Orléans - 42 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 1823 B 1400 2012 BN 412, 413
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Quartier Saint-Euverte
  • Grange, actuellement maison (26 rue des Pensées)
    Grange, actuellement maison (26 rue des Pensées) Orléans - 26 rue des Pensées - en ville - Cadastre : 1823 B 1160 2012 BN 202
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Quartier Saint-Euverte
  • Hôpital Porte-Madeleine
    Hôpital Porte-Madeleine Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    . Les aménagements successifs ont fait disparaître les rues Jolie, Corbillon et Saint-Jacques-le-Brûlé.
    Référence documentaire :
    Extrait du plan cadastral napoléonien (1823), extrait de la section D (Saint-Paul) (AD Loiret).
    Précisions sur la protection :
    de la chapelle Saint-Charles le 17/07/1997.
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral napoléonien (1823), extrait de la section D (Saint-Paul) (AD Loiret
  • Porte
    Porte Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Représentations :
    saint Pierre -relief, représentant saint Pierre délivré de ses chaînes.
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
  • Aigle lutrin
    Aigle lutrin Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    L'aigle-lutrin provient de la chapelle de l'ancien hôtel-Dieu d'Orléans situé place Sainte-Croix et démoli en 1845. L'année suivante, il fut déplacé dans la chapelle Saint-Charles de l'hôpital général. Il collégiale Saint-Pierre-le-Puellier à Orléans.
    Référence documentaire :
    n° 23 [Exposition. Orléans, collégiale Saint-Pierre-le-Puellier. Avril 1982]. L’Art religieux en
    Représentations :
    L'aigle, symbole de saint Jean l’Évangéliste,est accroupi sur un globe, orné de godrons en goutte
  • Statue : Christ
    Statue : Christ Orléans
    Historique :
    et de saint Jean-Baptiste. Il se trouvait dans l'église désaffectée de Saint-Pierre-le-Puellier.
  • Ancien hôtel-Dieu
    Ancien hôtel-Dieu Orléans
    Historique :
    Sanctae Crucis (aumône de Sainte-Croix). Ce premier hôpital constitua sans doute l'hôtel-Dieu primitif. Un Garlande (1070-1148), doyen du chapitre de Sainte-Croix de 1112 à sa mort, fit don de propriétés qu'il possédait, en particulier des maisons situées dans le cloître Sainte-Croix. L'établissement était destiné au du chapitre de Sainte-Croix. La salle Saint-Lazare, nouvelle et grande salle des malades, fut le vocable de Saint-Nicolas, ainsi que des bâtiments de service furent adjoints, formant une aile l'hôtel-Dieu situées sur sa façade sud. La chapelle Saint-Nicolas et ses annexes (sacristie, chœur des comptait 249 lits répartis dans cinq salles : Saint-Lazare (60), Saint-Laurent (59), Saint-Charles (60 ), Saint-Louis (30) et Sainte-Marie (40) pour un nombre plus élevé de malades : deux voire trois personnes provenant de la démolition de la salle des malades Saint-Lazare fut prononcée le 14 mars 1846. En septembre ville d'Orléans : le portail d'entrée du vestibule menant à la salle Saint-Lazare, déposé dans la cour
    Référence documentaire :
    AN. E/2088, fol. 246 à 315. Registre manuscrit de travaux à faire dans la cathédrale sainte-Croix p. 257-260 CHENESSEAU, Abbé G. Sainte-Croix d'Orléans. Histoire d'une cathédrale gothique réédifiée cathédrale Sainte-Croix. In : Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l'Orléanais, tome XVI
    Description :
    grande salle Saint-Lazare, placée perpendiculairement en fond de cour à l'est, possédait une entrée
    Annexe :
    -Dieu d'Orléans était toujours noté Domus Dei Sanctae Crucis (La maison de Dieu de Sainte Croix) ou consécration religieuse : pauvreté, chasteté et obéissance. Ils obéirent à la Règle de Saint-Augustin à partir service de l'hôtel-Dieu et adoptèrent définitivement la Règle de Saint-Augustin vers 1610 et depuis lors morts furent enterrés au-delà de l'enceinte, dans le cimetière Saint-Vincent. Les religieux et ET DÉPOSÉS Hôtel des Créneaux Ancien portail d'entrée du vestibule de la salle Saint-Lazare, déposé fronton triangulaire. Vers 1530. La = 220. Deux colonnes provenant de la salle Saint-Lazare. Chaque
    Illustration :
    L'hôtel-Dieu est situé en bas, au-dessus et légèrement à gauche de la cathédrale Sainte-Croix Elévation méridionale de l'ancien hôtel-Dieu : façade de la salle Saint-Lazare, d'après un dessin Ancien portail d'accès au vestibule précédant la salle Saint-Lazare, sur la façade sud de l'ancien Ancien portail d'accès au vestibule précédant la salle Saint-Lazare. IVR24_20124500680NUC4A Les deux colonnes provenant de la salle Saint-Lazare et l'ancien portail de l'accès principal de
  • 2 tentures d'église : Guérison de Tobit, Jésus et la Samaritaine
    2 tentures d'église : Guérison de Tobit, Jésus et la Samaritaine Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    Les tentures proviennent de la chapelle de l'ancien hôtel-Dieu d'Orléans situé place Sainte-Croix et démoli en 1846. Elles furent ensuite placées dans la chapelle Saint-Charles de l'hôpital général
    Représentations :
    Tobit, Tobie, guérison miraculeuse, saint Gabriel
  • Ensemble du mobilier religieux
    Ensemble du mobilier religieux Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    est inconnue ont été rattachés à ce dossier. La chapelle Saint-Charles, fermée en 1993, a conservé peu saintes huiles provenant des salles de malades, identifiées par les inscriptions portées. Plusieurs pièces
    Annexe :
    fer, 19e siècle, anciennement placée dans la nef et déposée en 1970. Lampe du Saint-Sacrement
    Illustration :
    Tableau : saint Charles Borromée pendant la peste de Milan. IVR24_20064500549NUCA
  • Tableau : portrait de Jean Pitard (v. 1248-ap. 1328)
    Tableau : portrait de Jean Pitard (v. 1248-ap. 1328) Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    , Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel. A sa demande, Louis IX fonda vers 1268 la confrérie de Saint -Côme et Saint-Damien, première confrérie professionnelle des chirurgiens qui définit pour la première
1