Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg de Thiron-Gardais
    Bourg de Thiron-Gardais Thiron-Gardais - Bourg - isolé
    Historique :
    Le bourg de Thiron s'est développé autour de l'abbaye de la Sainte-Trinité. À partir du 12e siècle pêcheries). Jusqu'au 17e siècle, le bourg se limite aux bâtiments de l'abbaye : l'église, les bâtiments d'enseignement classique. Le développement du collège au 17e siècle et tout au long du 18e siècle implique un essor important du bourg avec l'ouverture d'auberges (l'auberge du Cheval Blanc, au n°1 rue de l'Étang national. Tout au long du 19e siècle, le bourg s'étoffe le long des axes de communication : vers le sud facilite le transport de voyageurs et de marchandises : exportation du sable des carrières situées à reconstruction plus à l'est), la mairie, la justice de paix et le bureau de poste (situés dans une maison au n°5 les années 1860-1870 dans le bourg ancien, au sud de l'abbaye. En 1882, le bourg compte de nombreux , le bourg ne s'accroît pas (ou peu). En 1949, ces limites spatiales sont identiques à celles du début du siècle comme le montre la vue aérienne. Tout au long de la seconde moitié du 20e siècle, le bourg
    Illustration :
    Plan du bourg réalisé par l'ingénieur ordinaire en 1897 (dans le cadre des enquêtes parcellaires du Partie est du bourg (les écoles et l'hôpital), vue depuis le clocher de l'église (carte postale Partie nord-ouest du bourg, vue depuis le clocher de l'église (carte postale vers 1920 - collection Rue de l'Étang, vue depuis le nord (carte postale vers 1920 - collection particulière Victor Provôt Rue Alfred Chasseriaud, vue vers le nord (carte postale début 20e siècle - collection particulière Vue du clocher de l'église vers le sud - ferme de la Motte en arrière plan (carte postale vers 1920 Vue lointaine du bourg depuis le nord-ouest. IVR24_20142800593NUC2A Rue Alfred Chasseriaud, vue vers le nord-est. IVR24_20142800575NUC2A Place du Marché et rue de l'Étang, vue depuis le sud. IVR24_20142800586NUC2A
  • Plessis : ferme
    Plessis : ferme Thiron-Gardais - Le Plessis - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZK 27
    Historique :
    Le Plessis est signalé une première fois en 1666 comme métairie dépendant de la seigneurie de Panet . En 1759, le Plessis appartient à la seigneurie de Gardais et figure sur le plan géométrique réalisé de chasse. Si plusieurs dépendances et la maison de maître figurent sur le plan de Canuël (formant la cour ouverte carrée), le bâtiment principal de la ferme ainsi que la grange n'y sont pas. Ils ont été construits avant 1814 - date du cadastre ancien sur lequel ils apparaissent - pour le bâtiment principal et la maison de maître qui forment une cour carrée. Au début du 20e siècle, le bâtiment principal a
    Description :
    nord, le bâtiment principal abrite le logis (salle, chambre et cellier) ainsi que plusieurs dépendances dont une écurie, une laiterie et un toit à porc. Un appentis, placé contre le mur est du bâtiment, est par la cheminée de la salle) et le toit à porcs. Les vestiges d'un évier (en pierre à l'origine placé contre le pignon ouest donne accès au comble à usage de grenier. - A l'ouest, un bâtiment sert
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Plessis - isolé - Cadastre : 1814 B4 474, 475 2013 ZK 27
    Illustration :
    Vue générale du bâtiment principal depuis le sud-est. IVR24_20142800243NUC2A bâtiment principal, Vue de détail de l'escalier extérieur desservant le comble Etables, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20142800248NUC2A
  • Gâtine : moulin et ferme
    Gâtine : moulin et ferme Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013 ZD 32, 33, 34, 35
    Historique :
    Sous l'Ancien régime, le Moulin de la Gâtine dépend de la seigneurie de Thiron. Les bâtiments les plus anciens semblent remonter au 18e siècle, période de reconstruction du moulin, comme le montrent d'une inscription, probablement celle du commanditaire, en partie effacée). En 1814, le lieu-dit appartient à la famille Taulé et comprend le moulin et une maison (probablement un logis de ferme avec moulin. Elle sera transformée en dépendance à la fin du 19e siècle. Le moulin est très remanié en 1886
    Description :
    Le moulin et la ferme comprennent quatre bâtiments : - Situé au nord, le bâtiment où se trouve le moulin abrite également le logis du meunier et un fournil. La roue du moulin, disparue, était placée contre le pignon est. Une chute d'eau d'environ 2 mètres alimentée par un bief dérivé de la rivière de la THEILL À NOGENT-LE-ROTROU" indiquant leur provenance. La cheminée du logis a été détruite, celle du aucune trace ne subsiste (plus de cheminée, ni de souche, ni même de conduit). - Plus au sud se trouve le porcs, un cellier, cinq étables et/ou écuries et une grange. Le corps central (qui abrite les cinq étables et/ou écuries) semble être le plus ancien. Sa charpente repose sur des poteaux de bois isolés du probablement la date de construction (18e siècle) et le nom du maître d’œuvre ou celui du maître d'ouvrage. La bâtiment d'exploitation, au sud-ouest de l'ensemble, se situe le bâtiment principal de la ferme abritant le
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013
    Illustration :
    Moulin, vue générale depuis le sud. IVR24_20142800328NUC2A Moulin, vue générale depuis le nord. IVR24_20142800331NUC2A Vue générale du bâtiment d'exploitation depuis le nord-ouest. IVR24_20142800336NUC2A Bâtiment de ferme avec logis (face au précédent bâtiment), vue depuis le nord
  • Maisons et fermes à Thiron-Gardais
    Maisons et fermes à Thiron-Gardais Thiron-Gardais
    Texte libre :
    marchands ou des artisans, profitant de l’effervescence occasionnée par le monastère pour commercer. De pan de bois, etc. Le logis de la ferme de la Chalopinière a fait l’objet d’une analyse modifications durant cette période (surtout la seconde moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle) à trentaine de lieux-dits : le bourg, trois hameaux (Coudelée, le Plessis et les Sècheraies) et plus de 25 " simple : un bâtiment rectangulaire abritant sous un même toit le logis et les dépendances. C’est le cas répartissent de manière plus ou moins ordonnée : 4 ont des bâtiments en vis-à-vis (qui se font face). C’est le cas notamment à la Morlière. 8 ont des bâtiments en "L" (le Bois Margot, la Bougardière), 7 ont des ". L’exemple du Plessis est très représentatif : au nord de la cour se trouve le bâtiment principal dont la façade est orientée au sud et qui abrite sous un même toit le logis (salle et chambre) et des dépendances distribution, la majorité des maisons sont à 2 pièces (par niveau dans le cas de maisons à étage) généralement
  • Bourg : grange aux dîmes, actuellement domaine de l'abbaye
    Bourg : grange aux dîmes, actuellement domaine de l'abbaye Thiron-Gardais - Bourg - 18 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B2 137 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 24
    Historique :
    La structure de la grange aux dîmes remonte à la fin du 15e siècle comme le montre la datation par époque, le bâtiment, de plan rectangulaire, était plus large que l'édifice actuel. Il était flanqué d'un dîme, le produit d'un impôt en nature (céréales ou autre) perçue par les moines. En 1791, la grange aux dîmes, à l'instar des bâtiments de l'abbaye, est vendue comme Bien national. En 2006, le bâtiment est
    Référence documentaire :
    SCHEFFER, Marie-Eve. La grange de l’abbaye de Thiron-Gardais. Fascicule réalisé par l’INRAP et le
    Description :
    La grange aux dîmes se situe au nord de l'enclos abbatial. De plan rectangulaire, le bâtiment s'appuie au nord sur un mur de clôture pré-existant. Un caniveau intérieur aménagé derrière le mur le , faux-entrait et aisseliers. Des jambettes lient l'entrait aux piliers de section carrée. Le bas-côté charretières. Un bandeau composé de trois rangs de brique sépare le rez-de-chaussée de l'étage carré. La rang de brique en encorbellement. Le toit à longs pans est couvert en tuile plate.
    Illustration :
    Vue de situation depuis le sud-est. IVR24_20142800401NUC2A Vue générale depuis le sud. IVR24_20142800131NUC4A
  • Pinodier : ferme
    Pinodier : ferme Thiron-Gardais - Pinodier - isolé - Cadastre : 1814 A1 70, 71, 73 2013 ZA 30
    Historique :
    - notamment le logis qui conserve une lucarne en bois d'origine, la probable bergerie ainsi que la structure celle d'un toit à porcs accolé à la grange-étable. Le logis est modifié dans les années 1920 - 1930
    Description :
    La ferme comprend quatre bâtiments organisés autour d'une cour ouverte : - Au nord-ouest, le logis pendante à la capucine - dont le linteau sculpté en bois cintré conserve son décor géométrique - permet
    Illustration :
    Grange-étable et toit à porcs, vue depuis le sud-ouest. IVR24_20142800260NUC2A Bergerie (?), vue générale depuis le nord. IVR24_20142800261NUC2A Bergerie (?), vue générale depuis le sud. IVR24_20142800263NUC2A Remise et écurie, vue depuis le nord-est. IVR24_20142800265NUC2A Écurie, vue depuis le sud-est. IVR24_20142800266NUC2A
  • Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison
    Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison Thiron-Gardais - Bourg - 16 rue de l'Étang - en village - Cadastre : 1814 B2 134 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 26
    Historique :
    , comme tendent à le montrer les ouvertures en arc segmentaire de la façade est. Construit dans la basse était initialement située sur le mur est de la maison de plain-pied. Dans la seconde moitié du 19e brique, a ainsi été transformée en fenêtre et l'accès à l'édifice déplacée sur le pignon nord. Lors de sa réhabilitation, dans la seconde moitié du 20e siècle, le bâtiment a été remanié : agrandissements et nouveaux
    Description :
    Adossé à la levée de l'étang, le bâtiment s'élève sur trois niveaux : deux étages de soubassement et un rez-de-chaussée. À l'est, la façade est rythmée par cinq travées d'élévation. Le premier étage emmarchement à quatre degrés donne accès à un escalier intérieur droit qui dessert les niveaux supérieurs. Le rez-de-chaussée est accessible de plain-pied par une porte à l'encadrement en brique placée sur le silex et de calcaire couvert d'un enduit plein, abîmé par endroit laissant apparaître le nez des pierres . Côté est, le dernier niveau d'élévation est en pan de bois. La corniche moulurée (façade ouest et pignon sud), le bandeau séparant les deux étages de soubassement, les chaînages d'angle et les ouvertures (ouvertures). Le toit est à longs pans et à croupe couvert en tuile plate ancienne.
    Illustration :
    Vue d'ensemble avec le moulin (au centre) et l'ancienne boulangerie (à gauche), prise depuis l'est Vue depuis le nord-ouest (carte postale, 1er quart 20e siècle - collection particulière : Victor Vue générale depuis le nord-est (état en 2014). IVR24_20142800423NUC2A Vue rapprochée depuis le nord-est. IVR24_20142800424NUC2A Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800431NUC2A
  • Gardais : bourg, actuellement écart
    Gardais : bourg, actuellement écart Thiron-Gardais - Gardais - isolé - Cadastre : 1814 B3 279 - 325 2014 ZB 89, 91, 96 214 ZC 32, 36, 37 2014 ZI 32
    Historique :
    la paroisse. Sur le plan géométrique de 1759, réalisé par Canuël à l'échelle de la paroisse, figure l'église paroissiale de Gardais (en bleu), un ensemble de bâtiment dit "la Mairie", le presbytère et quelques autres bâtiments. "La Mairie" est le lieu d'habitation du percepteur de la seigneurie, un officier mandaté par le chapitre cathédral de Chartres. Il y perçoit notamment le droit de Champart, une redevance bâtiments de "la Mairie" servait à entreposer les gerbes et le bois provenant du droit de Champart "plis de serviette", charpente à faîtières, sous-faîtières et poinçons) font remonter le logis de cette ferme au 16e siècle. Le presbytère a été reconstruit en 1702 (voir dossier individuel). À la Révolution , la paroisse de Gardais est réunie à celle de Thiron et le conseil de fabrique décide en 1806 de transformées (ou reconstruite) : utilisation de la brique calibrée. Le lavoir, situé au nord-est du hameau date
    Description :
    comprend "la Mairie" - lieu de résidence du représentant du seigneur, percevant les redevances - le presbytère et trois maisons (ou petites fermes). Le lavoir est alimenté par une source qui se jette dans la
    Illustration :
    Maison dite "la Licorne", vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20142800369NUC2A Maison, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20142800374NUC2A Lavoir, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20142800375NUC2A
  • Coudelée : Ferme, actuellement maison
    Coudelée : Ferme, actuellement maison Thiron-Gardais - Coudelée - isolé - Cadastre : 1814 C1 126 2013 ZH 50
    Historique :
    Sous l'ancien régime, la "métairie" de Coudelée dépend de la seigneurie de Gardais comme le
    Description :
    ouverte au sud et clôturée à l'ouest par un muret. - De plan en "L", le bâtiment principal est en rez-de obstruée au nord), un cellier (et/ou une laiterie : intérieur non vu), le logis (salle et chambre) et une écurie. Sur l'aile sud se développent plusieurs toits à porcs, un poulailler et le fournil. Les murs du dépendances en bois. - Au sud-ouest se situe le bâtiment secondaire composé de trois corps de bâtiment et qui bois, possède des murs en terre qui reposent sur un solin maçonné en silex. Le mur de la remise en moellons de silex couvert d'un enduit à pierre vue, et le hangar, en appentis, est bardé en bois et en tôle
    Illustration :
    Vue générale de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20172800210NUCA Bâtiment secondaire vue depuis le nord. IVR24_20172800211NUCA
1