Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chenonceaux : château de Chenonceau
    Chenonceaux : château de Chenonceau Chenonceaux - Chenonceau - en écart
    Historique :
    Construction du château des Marques en 1432 ; destruction de ce château en 1513 à l'exception d'une . Construction de l'aile des Dômes de 1580 à 1586. Restauration du château et de l'aile des Dômes par Félix
    Référence documentaire :
    , directeur des contributions et de M. Fanost, géomètre en chef. (Archives départementales d'Indre-et-Loire DRAC Centre-Val de Loire, conservation régionale des Monuments historiques ; Orléans. Documentation
    Annexe :
    . Perrin et Marinet, 1879. GRANDMAISON de, Charles-Louis. Château de Chenonceau, fin des constructions (dir.). Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres. Pref. Marc Fumarolli. Paris : PUPS , 2006. FELIBIEN, André. Vues des châteaux du Blésois au XVIIe siècle. Paris : Ch. Massin, 1911. Dessins illustrant le manuscrit des"Mémoires pour servir à l'Histoire des Maisons royalles et Bastiments de France " conservé au château de Cheverny. FELIBIEN, André. Vues des châteaux du Blésois au XVIIe siècle. Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher, 1911, T. 21, p. 5-109. France 1500 : entre Moyen 2011 / [organisée par la Réunion des musées nationaux et l'Art Institute of Chicago] ; [avec la . (Monographies des villes et villages de France ; 2866). Fac-sim. de la 6e éd. de : Blois : les Libraires, 1882 parcourent la France en 1851. Paris : Centre des Monuments nationaux/Monum, Éditions du Patrimoine, 2002 Cop., 1980. TOLLON, Bruno, DECAENS, Joseph. Les châteaux des guerres de religion. In : Le château en
    Texte libre :
    Ans. Sous Charles VI, Jean Marques prend le parti des Anglais ce qui lui coûte, en 1411, la - L’aile des Dômes Elle était destinée à fournir des logements aux gentilshommes rattachés à la reine mère destruction quasi-totale de son château. Son fils Jean II Marques obtient de Charles VII l’autorisation de le délimiter une terrasse de 50 mètres sur 55 mètres, bordée sur trois côtés par des fossés en eau communiquant quatre tours d’angle dont les bases baignaient dans le Cher, réunies par des courtines ou des corps de " ou encore "tour des Marques" ; sur le parement nord de cette tour subsistent des arrachements qui la famille Marques. Le fils de Jean II, Pierre Marques, ayant acquis des terres alentour pour agrandir le domaine, se trouve dans l’obligation de les revendre, notamment la seigneurie des Houdes à châtellenie de Chenonceau En 1494, Thomas Bohier, notaire et secrétaire du roi Charles VIII, rachète le château des Houdes à Francueil et d’autres terres attenantes à Chenonceau ; son dessein, qu’il garde
    Illustration :
    Disposition générale des bâtiments et des jardins. IVR24_20163702945NUDA Vue ancienne du port des barques au pied du jardin de Diane. IVR24_19993701353XB Le château depuis la rive gauche du Cher : détail des toitures du logis Bohier, à l'est Puits sur la terrasse de la tour des Marques. IVR24_20163702405NUCA La terrasse avec la tour des Marques et le logis Bohier. Vue prise du nord-est La tour des Marques prise depuis le logis Bohier et au fond à droite le bâtiment de la Chancellerie La tour des Marques : vue prise du sud-ouest. IVR24_20133700090NUCA La tour des Marques vue prise du sud. IVR24_20073700521NUCA Détail du décor de la tour des Marques. IVR24_20163702468NUCA Rive droite du Cher : la terrasse de la tour des Marques au premier plan et celle du jardin de
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Historique :
    par dendrochronologie aux alentours de 1513-1514 (date d'abatage des arbres : automne/hiver 1513-1514
    Référence documentaire :
    AD Orne, 22 Fi 751. Fonds Eugène Pasquis : vue d'ensemble des bâtiments de la haute cour AD Orne, 22 Fi 752. Fonds Eugène Pasquis : vue d'ensemble des bâtiments - lithographie, vers 1820 AD Orne, 22 Fi 754. Fonds Eugène Pasquis : vue d'ensemble des bâtiments de la haute cour Archives privées du château de Frazé. Plan terrier des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Archives privées du château de Frazé. Plan des buttes du château dressé en 1784. p. 61-67 BROSSARD, Jean. Joseph Dulong de Rosnay (1876-1939) et son chef-jardinier Charles Brossard p. 33-35 BROSSARD, Jean. La petite histoire des jardins de Frazé. In : Bulletin de la société p. 148-150 MÉTAIS, Charles. Archives du diocèse de Chartres. Pièces détachées - 1er volume - Études
    Description :
    parterres de buis). Les matériaux employés pour la construction des murs sont la pierre de taille de grison (soubassement des bâtiments de la haute cour), la pierre de taille de grès roussard (soubassement du pavillon du
    Auteur :
    [commanditaire] d'O Charles
    Annexe :
    Anglais à Frazé. (transcription réalisée par Charles Métais : MÉTAIS, Charles. Archives du diocèse de tems, ville clouse et place forte, come il dit, que sont depuis par le temps des guerres et autrement , sur ce avec les gens de nostre conseil et aussi en consideration des grandes, louables et seigneur de Barenton obtient des lettres patentes portant érection d'un notariat à Frazé. En 1530, il obtient des lettres patentes portant établissement d'un marché par semaine à Frazé. Le 28 septembre 1512 seigneurie de Frazé de son père trois ans plus tôt, fait l'acquisition de la terre et seigneurie des Grandes Petite Huvetière. Noms des fiefs et seigneuries qui relevaient de la châtellenie de Frazé : la Petite Moulin du Crochet, le Moulin de Maussioux, les champs des Cormiers, le Grand Frettay, la Sellevière , l'Étang de Passé, les 6 boisseaux, la Mairie d'Yèvres, la Petite Pillardière, le pré des Graviers, un
    Texte libre :
    château fort Un château fort ainsi qu'un important bourg sont attestés à Frazé dès le 11e siècle. À Montaigu, comte de Salisbury, général en chef des troupes anglaises allant assiéger Orléans. Propriété grâce par lettre du 29 avril 1493 en "reconnaissance des grands et recommandables services qu’il lui avait rendus". Transcrit par Charles Métais, ce document est riche d’enseignements quant à l’état de la pont-levis. A l’intérieur, l’édifice abrite des appartements assez confortables, ainsi qu’une prison au autres angles – points de faiblesse de toute enceinte – devaient être défendus par des tours circulaires -est a été remplacée tardivement par une simple échauguette. Des trois galeries qui formaient les côtés comble du logis-porte. - Marché de maçonnerie passé le 7 juillet 1504 pour la construction d’une des . Témoigne de ce chantier la charpente des actuelles écuries (fonction initiale du bâtiment non connue) dont Barenton. Sa fille Jacqueline épouse en 1540 Charles d’O, seigneur de Vérigny et fait ainsi passer le
    Illustration :
    Plan géométrique des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Châtelier et la Flohorie, dressé en 1767 Plan du château, des jardins et bosquets, dressé vers 1780 (archives privées du château de Frazé Plan des buttes du château, réalisé en 1784 (archives privées du château de Frazé Dessin du parterre en broderie exécuté en 1906 par Charles Brossard, d'après une tapisserie de Vue d'ensemble des bâtiments de la haute cour - lithographie, Cl. Bourgeois, 1820 ; Imp. lithog. de Vue d'ensemble des bâtiments de la haute cour - lithographie, Jacottet d'après nature 182[3 Vue d'ensemble des bâtiments - lithographie, vers 1820, A. Beaujoint del et lith ; Imp. Lemercier Façade principale du châtelet - photographie prise avant le creusement des anciennes douves par Façade principale du châtelet - photographie prise après le creusement des anciennes douves par Vue d'ensemble des bâtiments de la haute cour et des anciens communs transformés en logement vers
1