Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cornilleau : moulin dit moulin de Cornilleau
    Cornilleau : moulin dit moulin de Cornilleau Villedômer - Cornilleau - en écart - Cadastre : 1835 D4 1053 1835 D4 1054 1835 D4 1055 2012 ZR 9 2012 ZR 10
    Historique :
    un second logis ont été édifiés entre 1784 et 1832. Le second logis est agrandi en 1855. Un déversoir est construit en 1824. Le moulin aurait servi de scierie au début du 20e siècle (avant 1906), il est remis en activité en 1913 par son propriétaire, le baron de Cools. Les anciennes écuries ont été
    Hydrographies :
    Le Madelon
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. S 5576. Moulins sur le Gault.
    Description :
    Le moulin, le logis primitif et les anciennes écuries sont en rez-de-chaussée et étage de comble pour l'encadrement des baies et les chaînes d'angles. Le second logis en pan de bois à grille hourdé de
    Illustration :
    Vue d'ensemble du moulin, du logis primitif et de l'extension, depuis le nord
  • Custode
    Custode Villedômer
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de garantie (sur le bord du couvercle et sur le revers).
    Représentations :
    Croix et soleil gravés sur le couvercle. Bande perlée sur le couvercle.
  • Bourg : cimetière (rue Pasteur)
    Bourg : cimetière (rue Pasteur) Villedômer - rue Pasteur - en village - Cadastre : 1835 D2 368 2012 D 409
    Historique :
    un terrain est recherché à partir de l'année suivante. Les inhumations cessent d'être faites dans le cimetière situé autour de l'église en 1806, époque à laquelle le nouveau cimetière commence à être utilisé , propriétaire du château de La Boisnière, propose d'acheter un terrain de 14,02 ares jouxtant le cimetière, de le rétrocéder gratuitement à la commune, et d'assurer la clôture de l'ensemble afin d'agrandir le 1855 et le cimetière est béni par le curé-doyen de Château-Renault le 1er septembre 1856. Les restes de Antoinette Élisabeth Chebrou de Lespinats, comtesse de Coubert, sont transférés le 22 mai 1857 dans le caveau construit par son époux. En 1872, le comte de Coubert décide d'attribuer à la fabrique une rente annuelle de le 28 juin de chaque année, également à perpétuité, un service anniversaire pour le repos de son âme et six messes de requiem pour le repos des âmes de toutes les personnes qui seront inhumées dans le caveau du monument qu'il a fait construire dans le cimetière ; entretenir et conserver en bon état le dit
    Représentations :
    Armes sur les piliers encadrant le monument funéraire de la famille de Coubert. Blason de gauche ). Le tout encadré d'un lévrier et d'un lion rampant et surmonté d'une couronne comtale.
    Description :
    Le cimetière est de forme trapézoïdale, clos de murs en brique et possède des portails métalliques plusieurs curés de Villedômer sont placées au pied de cette croix. Le monument funéraire de la famille de
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-est. IVR24_20133700720NUCA Détail des armes sur le monument de la famille de Coubert. IVR24_20133700484NUC2A
  • Bourg : église paroissiale Saint-Vincent et Saint-Gilles (place des Martyrs de la Résistance)
    Bourg : église paroissiale Saint-Vincent et Saint-Gilles (place des Martyrs de la Résistance) Villedômer - place des Martyrs de la Résistance - en village - Cadastre : 1835 D2 414 2012 D 512
    Historique :
    campagnes de restauration ou de modification au 19e siècle. En 1828, le conseil de fabrique délibère et fait . L'année suivante les travaux n'ont pas été réalisés et le conseil constate que "le pignon menace ruine" et que la couverture et la charpente de l'église "sont dans le plus mauvais état". La restauration du pignon et le portail occidental de la nef sont finalement réalisés en 1832 par Pierre Ambroise Samedy d'une charpente en bois en sous-oeuvre du clocher. Ces travaux sont réalisés et le bois de charpente Hardion, architecte à Tours, réalise un devis et un plan pour le projet de voûtement des chapelles. De choeur ; remplacement de la porte de la sacristie qui donnait dans le sanctuaire par une autre située montant de 3 500 francs, et l'autre de restauration intérieure pour un montant de 5 171,61 francs. Le -voûte en briques reposant sur des colonnes pour remplacer le lambris en mauvais état, ainsi que la modification des baies. Les travaux extérieurs comprennent la restauration des contreforts, des enduits, le
    Représentations :
    décorés de sculptures représentant des scènes de l'Ancien Testament (le sacrifice d'Isaac par Abraham) et du Nouveau Testament (le baptême du Christ par saint Jean-Baptiste, Jésus enseignant au Temple, Jésus et la Samaritaine devant le puits de Jacob), des personnages, des animaux réels ou fabuleux (phénix
    Description :
    plate. Le chevet et la flèche octogonale à égout retroussé de plan carré sont couverts en ardoise. La fenêtres romanes sont visibles sur les murs sud et nord de la nef. Le portail sud de la nef est protégé par . Le chevet est renforcé par quatre contreforts, dont deux pris dans la maçonnerie des chapelles. Des d'ogives et le choeur semi-circulaire est surmonté d'une fausse-voûte en cul-de-four brisé, toutes
    Illustration :
    Vue de l'église depuis le sud-est. IVR24_20133700706NUCA Vue intérieure, de la nef vers le choeur. IVR24_20123701976NUCA Détail d'un chapiteau du mur nord de la nef : le Baptême du Christ. IVR24_20133700688NUCA Détail d'un chapiteau du mur sud de la nef : le sacrifice d'Isaac par Abraham
  • Noue : château dit château de La Noue
    Noue : château dit château de La Noue Villedômer - La Noue - en écart - Cadastre : 1835 D4 1094 2012 D 1634 2012 D 1635
    Historique :
    Le plus ancien propriétaire connu est René Bouault, sieur de La Noue, maire d'Amboise entre 1596 et 1599. En 1672, le château est acquis par Archambault, président du grenier à sel de Neuvy-le-Roi. A . L'édifice est acheté en 1826 par le baron Amédée de Cools, chef d'état-major de la garde royale, décédé en Marguerite Sophie de La Faulotte. Le château, resté dans la même famille, accueille aujourd'hui une activité siècle. Les ailes prolongeant le corps de bâtiment vers le sud et le nord et reliant ce dernier à deux tours ont été édifiées entre 1784 et 1835. Le château fait l'objet d'une démolition partielle (au nord la chapelle, située dans la tour nord, "soit pourvue d'un devant d'autel de toutes couleurs, que le tableau soit nettoyé, les nudités voilées et le Christ réparé". La messe y fut chantée pour la première fois depuis la Révolution le 1er octobre 1845. En 1896, Marguerite Sophie de La Faulotte fait restaurer la chapelle placée sous le vocable de Notre-Dame-des-Victoires, et fait réaliser deux verrières par
    Description :
    . Le corps de bâtiment principal, rectangulaire, en rez-de-chaussée surélevé et étage de comble, est couvert d'un toit à longs pans et croupes en ardoise. Le rez-de-chaussée est éclairé par cinq baies surmonté d'un lanternon octogonal. Le rez-de-chaussée est éclairé par deux baies en plein cintre. L'aile en retour d'équerre vers l'ouest, située entre la tour nord et le corps de bâtiment, à étage carré et étage . La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angles, l'encadrement des baies, le cordon et la sud) et une lucarne à oculus (côté est). Le corps de logis en rez-de-chaussée, abritant un logis et croupe en tuile plate. Le comble est utilisé comme grenier dont l'accès se fait depuis l'extérieur grâce
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la Noue, réalisé d'après le plan cadastral de 2012. Dessin, A Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20163702218NUCA Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest. IVR24_20163702221NUCA Écuries et grange, depuis le sud-est. IVR24_20133700666NUC2A
  • Aistre des Légers : ferme
    Aistre des Légers : ferme Villedômer - L'Aistre des Légers - en écart - Cadastre : 1835 B1 144, 133 2012 ZX 42, 50
    Historique :
    sur le plan cadastral napoléonien (1835), a été remanié aux 19e et 20e siècles. Le logis est l'objet
    Description :
    couverts de toits à longs pans. L'étage de comble servant de grenier, dont l'accès se fait par le pignon est, couvre le logis et l'étable. Le logis est un logis-double avec chaque logis possédant une porte entre les deux logis. Une seconde étable est placée au devant de l'étable. L'écurie, la grange et le
  • Bourg : maison (5 rue du Paradis)
    Bourg : maison (5 rue du Paradis) Villedômer - 5 rue du Paradis - en village - Cadastre : 1835 D4 1019 2012 440 1081
    Description :
    l'encadrement des baies, en pierre de taille et en brique. Un cordon en brique marque la séparation entre le soubassement et le rez-de-chaussée (côté sud). L'étage de soubassement, servant de cave, en moellon enduit, est
  • Beauregard : ferme dite ferme du château de Beauregard
    Beauregard : ferme dite ferme du château de Beauregard Villedômer - Beauregard - en écart - Cadastre : 1835 D 945 2014 D 1008
    Historique :
    siècle (murs en brique industrielle). Le bâtiment isolé à l’ouest de la cour, ayant servi d’écurie , semble dater de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle. Le logis et les anciennes écuries ont été
    Description :
    Le logis du métayer (constitué d'un logis double) et les anciennes écuries sont en rez-de-chaussée pans en tuile plate, est édifiée dans le prolongement de la grange. La grange à porteaux est construite . L'encadrement des baies, les chaînes d'angle et le cordon sont en brique.
  • Bourg : école, mairie (édifice détruit)
    Bourg : école, mairie (édifice détruit) Villedômer - en village
    Historique :
    faire construire une école, décide de louer une partie d'une maison en rez-de-chaussée située dans le approuve le projet prévoyant l'agrandissement de la classe et la construction d'un nouveau logement pour
    Illustration :
    Carte postale, début du 20e siècle. Le pignon du bâtiment ayant servi de mairie et école de garçons
1