Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église Saint-Pierre-du-Martroi
    Église Saint-Pierre-du-Martroi Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi - en ville
    Historique :
    L'église Saint-Pierre du Martroi doit son nom actuel à sa proximité immédiate avec la place du Martroi. Elle est primitivement connue sous le vocable de Saint-Pierre-Ensentelée, vocable qui perdura autre église, appelée Saint-Pierre, aurait donné naissance au vocable saint-Pierre Ensentelée Il correspondrait à « Saint-Pierre et Sainte-Lée » ou à « Saint-Pierre dans Sainte-Lée ». Mais une charte de ), locution d'où proviendrait le vocable de Saint-Pierre Ensentelée. L'église restera longtemps une chapelle est établi à l'emplacement des ruines. Remise en état de 1501 à 1504, grâce à l'assistance de Pierre : saint François de Sales y prêche plusieurs fois en 1619. Elle profite également de la transformation du quartier (ouverture de la rue d'Escures, construction d'hôtels particuliers) suscitée par le maire Pierre Fougueu d'Escures. Ce dernier, paroissien de Saint-Pierre, laisse à sa mort en 1621 une importante alors les sépultures et on en arrache les épitaphes. Celle de Pierre Fougueu d'Escures se trouve
    Référence documentaire :
    [Exposition]. Rouen, Musée des Beaux-Arts de Rouen.1970. Jean Restout (1692-1768). Réd. Pierre et l'ancienne église Saint-Pierre-Ensentelée. Bulletin de la Société archéologique et historique de Restaurations de l'église St Pierre du Martroi. Annales religieuse du diocèse d'Orléans samedi 20
    Description :
    L'église Saint-Pierre du Martroi est la seule église d'Orléans construite en briques. La façade ogivales, placées dans des encadrements de pierres, qui se détachent sur le mur de briques. Elles sont séparées par de minces contreforts en pierres. Le bas-côté nord n'a pas de fenêtres. La porte qui s'ouvre
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi - en ville
    Titre courant :
    Église Saint-Pierre-du-Martroi
    Vocables :
    Saint-Pierre-du-Martroi
    Illustration :
    Dessin ancien de la place du Martroi, avec le pignon de Saint-Pierre du Martroi à l'arrière plan Saint-Pierre du Martroi, lithographie 19e : façade. (collection particulière). IVR24_19784501898X
  • Abbaye de bénédictins et de mauristes Saint-Lomer, actuelle église paroissiale Saint-Nicolas
    Abbaye de bénédictins et de mauristes Saint-Lomer, actuelle église paroissiale Saint-Nicolas Blois - rue Saint Lomer quai Abbé Grégoire - en ville - Cadastre : 1980 DN 452, 807, 808
    Référence documentaire :
    d'Histoire, soutenue à l'Université François Rabelais, Tours, 1986.
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Toit :
    ardoise pierre en couverture
  • Gardais : presbytère, actuellement maison
    Gardais : presbytère, actuellement maison Thiron-Gardais - Gardais - en écart - Cadastre : 1814 B3 318 2014 ZB 91
    Historique :
    Jean Debray, maître tailleur de pierre à Saint-Denis-d'Authou, et René Malherbe, maître charpentier à (pierre de taille provenant des carrières de Giraumont à Saint-Denis-d'Authou), la chaux de Souancé, le entre les mains de François Vallée - probable commanditaire de l’extension au nord-ouest de l'ancien
    Description :
    terre (partie supérieure). Les chaînages d'angle et le soubassement sont en pierre de taille de grès . Les encadrements des baies peuvent être en pierre de taille de grès, de calcaire ou en brique (dans ce cas, surmontées d'un arc segmentaire). La corniche moulurée de la façade sud-ouest est en pierre de bois (sur socle en pierre de taille de grès) pris dans une maçonnerie en moellons de silex et de grès
    Auteur :
    [commanditaire] Vallée François [tailleur de pierre] Debray Jean
  • Cale dite cale abreuvoir simple (Quai, culées du pont Jacques Gabriel et quai faubourg de Vienne)
    Cale dite cale abreuvoir simple (Quai, culées du pont Jacques Gabriel et quai faubourg de Vienne) Blois - quai Amédée Contant - en ville
    Murs :
    pierre
    Description :
    pavée rythmée par des bandes de pierres plus grandes et en saillie (sans doute pour éviter de glisser
  • Chapelle Saint-Charles
    Chapelle Saint-Charles Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    par Mgr Fleuriau-d'Armenonville, évêque d'Orléans. L'édification commença en 1713, la première pierre , l'administration des Hospices civils d'Orléans décida son achèvement ; les travaux furent confiés à Pierre-Charles
    Référence documentaire :
    p. 402 BELLU, Claude-François (Abbé). Les Archives de la Charité, Éphémérides religieuses des BRACHET, Pierre. Jacques V Gabriel (thèse dactylographiée inédite de la IVe section de l’École p. 188-189 HIRSCH, Pierre. La Chapelle des hospices d'Orléans. In : Bulletin de liaison provisoire p. 3 GAILLARD, Louis (abbé). François Narcisse Pagot, architecte orléanais (1780-1844). Bulletin de
    Murs :
    pierre enduit pierre pierre de taille
    Description :
    le décor de la façade principale (rampants du fronton, chapiteaux, triglyphes) en pierres de taille
    Auteur :
    [architecte] Thuillier Pierre-Charles
    Annexe :
    son fils. Pierre-Charles Thuillier fut nommé architecte des Hospices civils le 17 mai 1828. Il fut le concepteur, avec François Narcisse Pagot, de l'hôtel-Dieu inauguré en 1844 et assura l'achèvement de la janvier 1864 et reçut alors le titre d'architecte honoraire. René Demond, successeur de Pierre-Charles , cuivre, h. totale = 190. La Religion et la Charité. Groupes sculptés en pierre ornant les rampants du
  • Pont Jacques Gabriel
    Pont Jacques Gabriel Blois - rue du Maréchal de Lattre de Tassigny quai Villebois Mareuil - en ville
    Référence documentaire :
    p. 102-107. DARTEIN, F. (de). Etude sur les ponts en pierre remarquables par leur décoration photog. noir et blanc. Par Doré Jean-François (photographe). (Archives Départementales de Loir-et
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Texte libre :
    moment où la maçonnerie des piles atteint la hauteur de l'étiage (46). La première pierre du pont, posée en 1717, renfermait une pierre creuse remplie de médailles et de monnaies commémorant l'événement. La l'eau avait été épuisée. Les pierres employées pour la construction proviennent des carrières voisines extérieurs des piles réalisés en pierres étaient soigneusement appareillées et tenues par des crampons de fer accentue l'élégance de la forme en dos d'âne : haute de 14,60 m elle s'amortit d'un globe de pierre
    Illustration :
    Profil du pont de pierre à faire à Blois, fait par nous architecte ordinaire du Roy et premier Plan et élévation de l'arche maîtresse du pont de Blois avec l'appareil des pierres et l'assemblage -François Doré (Archives Départementales de Loir-et-Cher, Blois, 171 Fi). IVR24_20124100064NUC1
  • Pont médiéval (détruit)
    Pont médiéval (détruit) Blois - quai de la Saussaye quai Villebois Mareuil - en ville
    Historique :
    retrouvée ; la première mention d' un pont de pierre remonte à 1089 dans une charte du comte Etienne faisant
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Texte libre :
    Le pont de pierre, qui franchit la Loire dans le prolongement de la grande voie nord-sud, est l'un moitié du XIe siècle, le pont de pierre ne paraît pas antérieur au début du XIIIe. Cette construction 10 à 12 m. Il était entièrement construit en pierres de taille dures et en moellons assemblés par un nombreuses constructions de bois ou de pierre établies sur les avant-becs et sur les parapets. Avec les , s'élevait une pyramide de pierre surmontée d'une croix. De nombreuses maisons avec boutiques (on en dénombre , avant l'aménagement du Port-Neuf pendant la période royale, aucune mention d'un quai en pierre : à cet
  • Maison
    Maison Blois - 8 rue des Papepaults - en ville - Cadastre : 1980 DO 440
    Murs :
    pierre de taille
  • Hôtel
    Hôtel Blois - 19 rue du Puits Châtel - en ville - Cadastre : 1980 DO 735
    Murs :
    pierre de taille
  • Maison
    Maison Blois - 6 rue des Papegaults - en ville - Cadastre : 1980 DO 439
    Murs :
    pierre de taille
  • Hôtel de Saumery
    Hôtel de Saumery Blois - 1 place Saint Louis - en ville - Cadastre : 1980 DO 503
    Murs :
    pierre de taille
  • Maison
    Maison Blois - 7 rue Chemonton - en ville - Cadastre : 1980 DN 153
    Murs :
    pierre de taille
  • Maison, puis presbytère
    Maison, puis presbytère Blois - 9 grands degrés Saint Louis - en ville - Cadastre : 1980 DO 446
    Murs :
    pierre de taille
  • Maison
    Maison Blois - 72 rue Denis Papin - en ville - Cadastre : 1980 DN 256
    Murs :
    pierre de taille
  • Monument funéraire de Claude Ursin de Fontenelle
    Monument funéraire de Claude Ursin de Fontenelle Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Référence documentaire :
    p. 189 HIRSCH, Pierre. La Chapelle des hospices d'Orléans. In : Bulletin de liaison provisoire de
  • 2 reliquaires de Saint Louis et Saint Vital (cathédrale Saint-Louis)
    2 reliquaires de Saint Louis et Saint Vital (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Historique :
    Francois Berrier aurait exécuté deux socles et deux couronnements en 1730. Objets considérablement modifiés
  • Bourg : maison (38 rue Neuve)
    Bourg : maison (38 rue Neuve) Vernou-sur-Brenne - 38 rue Neuve - en ville - Cadastre : 1817 G 536 2009 AD 360
    Historique :
    en pierre avec nombreuses inscriptions sur le manteau, datée de 1612. Restes de cloisons intérieures
    Description :
    cheminée en pierre du début du 17e siècle, et cave avec pressoir. Deux pièces se trouvent également à l'étage : une pièce à vivre avec petit potager, boiseries et cheminée et une pièce avec cheminée en pierre . Un escalier extérieur en pierre permet l'accès au premier étage et au coteau. Dans la cour
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Domaine de la Touche" (74 route de Château-Renault) Vernou-sur-Brenne - 74 route de Château-Renault - en ville - Cadastre : 1817 F 369 2009 AN 63
    Description :
    Il s'agit d'une maison à pignon sur rue en moellon enduit, avec chaînes d'angles en pierre de corniche en pierre de taille. Le comble est éclairé par trois lucarnes, dont deux à fronton cintré. La
1