Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de la Mothe
    Port dit port de la Mothe Saint-Firmin-sur-Loire - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de la Mothe est cité en 1812 dans un rapport adressé au directeur général des Ponts-et -Chaussées et proposant la réunion du port de la Mothe avec ceux de Châtillon-sur-Loire (Roche) et de Saint port de la Mothe aurait été établi en vertu de l'ordonnance de 1672 relative à l'approvisionnement de
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la DIREN.
    Description :
    Le port de la Mothe est situé rive gauche près du château de la Mothe (en amont du bourg de Saint -Firmin). En 1852, il présentait une étendue de 24 ares et mesurait 200 mètres de long. Il était la écorces. La superficie de ce port, très fréquenté à cette date, est jugée insuffisante car on est obligé de déposer une grande quantité de bois "sur les terres à l'intérieur de la route" ce qui augmente les frais d'embarquement. On envisage alors de le prolonger vers la partie aval en exhaussant le terrain
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Titre courant :
    Port dit port de la Mothe
    Illustration :
    Le château de la Mothe et le chemin du port, extrait du cadastre napoléonien, 1824. (archives Plan du cours de la Loire, 11 février 1834, par l'ingénieur Navarre, détail sur le port de la Mothe
  • Port dit port refuge de la Cisse
    Port dit port refuge de la Cisse Vouvray - Bec de Cisse - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, les ingénieurs proposent d'aménager l'entrée de la rivière de la Cisse (voir la carte de Trudaine) mais les travaux ne semblent pas être réalisés et nous n'avons aucune précision quant à l'utilisation de la rivière comme gare refuge pour cette période. En 1819, l'ingénieur en chef Cormier estime que l'embouchure de la Cisse est propre à servir de gare à environ 200 bateaux de Loire par temps de glace. La gare présente alors une grande profondeur mais il est nécessaire de dégager l'entrée obstruée par les sables. En outre, la proximité avec la route N 152 offre un est établi sur la rivière, un peu en amont du pont de la Cisse (route N 152). Ce barrage est destiné à protéger la vallée contre les inondations de la Loire. L'ingénieur Leroux projette de l'exhausser en 1897 . L'installation de cet ouvrage a limité l'espace disponible pour le stationnement des bateaux à la section située
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non recensé par la Diren-
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Echelle de 300 toises, détail de la 16e feuille (plan 5), 87 x 22 cm
    Description :
    Le port refuge de la Cisse était établi à l'embouchure de la rivière de la Cisse, sur la rive droite de la Loire. Il mesurait environ 20 mètres de large et les bateaux pouvaient se garer sur une
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Cisse
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire entre le Bec de la Sisse (sic) et Rochecorbon, mention de l'embouchure de la Cisse, XVIIIe siècle. (archives départementales d'Indre-et-Loire, Plan II/3.1.15.1 Extrait de l'Atlas de Trudaine, entre 1745 et 1780 : embouchure de la Cisse. (archives nationales Plan du Bec de la Cisse, non daté (XVIIIe siècle), détail. (archives départementales d'Indre-et Croquis représentant l'embouchure de la Cisse, extrait du rapport de l'ingénieur en chef Cormier Projet d'exhausser le barrage de la Cisse, ingénieur ordinaire Leroux, 17 mars 1897. (direction La rivière de la Cisse, vue prise vers l'aval depuis le pont de la Cisse. Cet espace était utilisé
  • Port dit port des Vallées
    Port dit port des Vallées Couargues - les Vallées - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le hameau des Vallées était situé sur l'ancien chemin reliant la Charité à Sancerre. Les plans du XVIIIe siècle (Atlas de Trudaine et carte de la Loire par Matthieu) montrent que le village était alors protégé des crues de la Loire par des épis déflecteurs qui déviaient l'eau du fleuve. Un port est attesté garde-port pour la surveillance des ports de Pouilly, Tracy, Saint-Thibault, les Vallées et les Barreaux . Le port des Vallées figure également sur la liste des ports établie en 1839 par Henri Chevalleau , garde-port de Neuvy-sur-Loire. Enfin, en 1845, l'ingénieur en chef du Service spécial de la Loire , 1823 (cadastre napoléonien), 1843 et 1898. En 1903, on projette de réparer la rampe d'accès à la Loire contradictoires avec l'évolution du lit de la Loire vis à vis des Vallées. En effet, l'accumulation des sables à plus lié directement au fleuve : le cadastre napoléonien (1823) et la carte de Coumes (1852) figurent un éloignement respectif d'environ 450 mètres et 250 mètres. La carte IGN actuelle mentionne une
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren sur la commune de Couargues.
    Référence documentaire :
    Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800707NUCA). la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800708NUCA).
    Description :
    Située sur la rive gauche, le port des Vallées était établi vis à vis du village du même nom. Il
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Vichy, levée entre 1727 et 1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le village des Vallées Extrait du plan terrier de la seigneurie de Saint-Bouize, vers 1770. Détail sur le village des Plan des bords de la Loire depuis les Vallées jusqu'à Couargues et d'un projet de levée avec passes Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le village des Vallées (mention d'une cale). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800726NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Plan du village des Vallée mentionnant une cale sur le ruisseau de la Boère, 12 août 1896 Carte de la Loire entre Pouilly et Couargues (les Vallées), 24 octobre 1898. Mention du passage du bac. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires
  • Port dit port du Gravier
    Port dit port du Gravier Cinq-Mars-la-Pile - le Gravier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port du Gravier est représenté sur un très beau document dessiné par M.de la Sauvagère en 1770 perrés renforcés par des lignes de pieux. La cale figure également sur le cadastre napoléonien de 1829 et sur la carte de Coumes de 1848. Le port lui-même est mentionné en 1804 sous le nom de port de la Pile port. Le site a été abandonné vers 1850 lorsqu'un barrage a été établi vis à vis du lieudit la Poste complètement ensablé (entre l'île César et la rive droite) et celui de 1865 situé entre l'île César et la rive
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Dans : ' Recueil d'antiquités dans les gaules ', M. de la Sauvagère, 1770, planche XVI. Gravure
    Description :
    Le port du Gravier était situé sur la rive droite, non loin la pile de Cinq-Mars. La cale dont il
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Cinq-Mars-la-Pile - le Gravier - en écart
    Illustration :
    Le port du Gravier à Cinq-Mars-la-Pile. In : Recueil d'antiquités dans les gaules, M. de la
  • Port dit port de Roche
    Port dit port de Roche Châtillon-sur-Loire - le Rivage les Perrières les Têtes Souches - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    un plan parcellaire de 1893. La zone où il était implanté a été profondément modifiée au moment de la réalisation du nouveau bief du canal latéral à la Loire (1890-1896). Il semble qu'il ne reste aucun vestige de Saint-Firmin, la Motte et Saint-Brisson, n'est pour ainsi dire pas surveillé et que les marchandises qui
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Port non repéré dans la base DIREN.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
  • Port dit port de Meung
    Port dit port de Meung Meung-sur-Loire - le Bout du Monde - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    simple située en amont du port qui existe encore aujourd'hui. Les demandes réitérées pour la construction d'un port adapté aux besoins de la navigation aboutissent en 1808 à un projet signé par l'ingénieur réalisés entre 1808 et 1811. La cale existante est conservée et deux autres cales sont construites plus en coloniales. En 1841, le maire de Meung appelle l'attention sur la nécessité d'améliorer l'accès des bateaux d'établir une saillie sur la Loire en construisant un bas-port de 200 mètres de long empiétant de 50 mètres sur le fleuve. Les travaux ne sont pas réalisés en raison du refus de la commune de participer à la impossible pour les bateaux chargés car le courant abandonne la rive droite pour se tenir sur la rive gauche depuis la réalisation du pont suspendu en 1836. Il estime qu'il y aurait lieu de solliciter 1846 et aboutit : la carte de Coumes de 1848 figure une saillie importante à cet endroit ainsi qu'une l'ancienne cale du bac et qu'à sa place on prolonge vers l'aval la saillie réalisée vers 1846. La cale en
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Les ouvrages de la base DIREN n° 45203-5, 9 et 10 (perré de rive et ouvrages incertains) sont
    Description :
    en tablier à quai incliné et de trois cales abreuvoirs simples. Les ouvrages 9 et 10 repérés par la
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret, 11 février 1834, par l'ingénieur Navarre Plan de la Loire, du quai et des abords de la ville de Meung annexé au projet des ouvrages à exécuter pour la construction d'un bas-port, par l'ingénieur Floucaud, 28 octobre 1841. Détail. (archives Plan de la rive droite de la Loire, en amont du pont de Meung, par l'ingénieur Sainjon, 7 janvier Vue d'ensemble prise de la rive gauche. Carte postale ancienne. (archives départementales du Loiret Vue d'ensemble prise de la rive gauche. IVR24_20064500565NUCA
  • Port dit port des Bordes
    Port dit port des Bordes Courbouzon - les Bordes - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    , de 1812 et de 1834. La première mention d'ouvrages d'abordage à cet endroit date de 1812 : il s'agit importants soient réalisés en 1818 au port des Bordes. C'est ce que laisse supposer la mention à cette date de la construction d'un port "aux frais du Trésor". En 1857, le port des Bordes est cité parmi les 16
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : pas d'ouvrage repéré à cet endroit.
    Description :
    et ne sont plus en connexion avec le fleuve en raison des ensablements importants à cet endroit. La maison dite du Port existe encore et des escaliers dissimulés en partie sous la végétation sont également
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Cours de la Loire au XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, CP F 14 10066/3/dossier 3 Plan du cours de la Loire dans l'étendue du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812, par l'ingénieur Cabaille. Détail avec mention de la maison du Port au lieudit les Bordes. (archives nationales, F Plan du cours de la Loire dans le département du Loir-et-Cher, 15 mars 1834. Détail sur Courbouzon et Muides et mention de la maison du Port au lieudit les Bordes. (archives nationales, F 14 6628 Plan de la Loire à Muides et Courbouzon par l'ingénieur ordinaire, 5 juillet 1845. Détail sur les Plan de la Loire à Muides et Courbouzon par l'ingénieur ordinaire, 27 décembre 1855. Mention de Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail sur le lieudit les Bordes et mention de la Loire reliant Courbouzon et Muides-sur-Loire). (collection particulière). IVR24_20104100831NUCAB pont sur la Loire). IVR24_20104100832NUCA
  • Port dit port de Berthenay ou port Maillé
    Port dit port de Berthenay ou port Maillé Berthenay - le Grand Moreau Picou - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port Maillé figure sur le cadastre napoléonien de la commune de Luynes (1811) et sur la carte de
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Berthenay est situé sur la rive gauche près de l'actuel lieudit le Grand Moreau Picou.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur
  • Port dit port de Châteauneuf
    Port dit port de Châteauneuf Châteauneuf-sur-Loire - quai Penthièvre rampe du Haut-Quai place du Port - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1737, les habitants de Châteauneuf déplorent les dégats causés par la Loire aux berges du coteau du Chastaing, en amont de la ville. Les maisons du port sont désormais installées sur une sorte emportées par les eaux. Des travaux sont effectués à la fin de l'année 1738 mais les ouvrages réalisés pendant l'orage des 13 et 14 juin 1742. A cette époque, la ville compte deux ports, celui du Cail en aval et celui de la Madeleine en amont. L'abordage à Châteauneuf est dangereux (il y a parfois des portuaires vis à vis de la ville de la Châteauneuf-sur-Loire, protégés par deux épis déflecteurs établis en ne seront achevés qu'au début du XIXe siècle (interruption pendant la Révolution). Un texte de 1812 département du Loiret. Après la crue de 1846, on projette de relever la section aval du quai de Châteauneuf au on projette, en vain, d'utiliser comme annexe la partie remblayée du chemin de halage entre la Ronce , merrains). En 1870, un arrêté préfectoral autorise la commune de Châteauneuf à percevoir des droits de
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    450 mètres de long) terminée à chaque extrémité par une cale abreuvoir simple (80 mètres pour la cale aval et 60 mètres pour la cale amont).
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Carte de la Loire du XVIIIe siècle, détail sur le port de Châteauneuf. (archives nationales, site Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret, par l'ingénieur Navarre, 11 février 1834 Plan du port de Châteauneuf en 1844 : détail sur la section située en amont du pont. (archives Plan du port de Châteauneuf en 1844 : détail sur la section située en aval du pont. (archives Plan de la section amont du port de Châteauneuf par le conducteur des Ponts-et-Chaussées Boeckh, 3 Plan de la partie située en aval du port de Châteauneuf dite port Barrault, 14 avril 1931 Tableau des distances placé sur la culée du pont. IVR24_20094500739NUCA Limite du double droit gravé sur le pavage du port, en amont du pont. Lorsque l'eau dépassait la Limite du double droit gravé sur le pavage du port, en amont du pont. Lorsque l'eau dépassait la poissons conservés ici étaient des saumons, des aloses, des anguilles et de la friture. Les trappes en bois
  • Port dit port du Cavereau
    Port dit port du Cavereau Saint-Laurent-Nouan - le Cavereau - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1818, l'ingénieur ordinaire constate que la Loire fait un coude au hameau du Cavereau et que la ) et des bancs de sable se forment sur la rive opposée. Les riverains demandent qu'un perré soit réalisé pour protéger la rive sur 425 mètres de long. On observe en outre que des bois de marine et autres équipé de trois cales mais en 1822, on propose de diminuer la dépense : le nombre de rampe est réduit à tarif pour les dépôts de marchandises : gratuit la première journée puis 0,15 F par m² de terrain occupé . Le port du Cavereau est affermé par la ville de 1836 à 1895. Un règlement de police du port du Cavereau est projeté en 1905. Le texte précise que la commune est autorisée à percevoir des redevances pour 6 mètres de large le long du fleuve est réservée au halage et à la circulation, Une deuxième bande , parallèle à la première, est destinée au dépôt des marchandises. En 1860, le port mesure 415 m de long sur
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Situé sur la rive gauche, le port du Cavereau est équipé de trois cales abreuvoirs simples. Il
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Plan de la Loire aux abords du Cavereau, 6 juin 1818, par l'ingénieur en chef du département du Extrait de la carte de la Loire de Coumes complétée par l'ingénieur ordinaire Jollois, 4 avril 1868 Extrait de la carte de la Loire de Coumes complétée par l'ingénieur ordinaire Jollois, 4 avril 1868
  • Port refuge dit port des Loups
    Port refuge dit port des Loups Bonny-sur-Loire - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port des Loups est signalé une première fois sur une ancienne carte de la Loire levée vers 1730 maire de Bonny-sur-Loire rapporte que le port de la commune appelé port aux Loups n'est "à proprement
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré dans la base DIREN.
    Description :
    Le port des Loups est situé sur la rive droite de la Loire en aval du bourg de Bonny-sur-Loire et à l'embouchure de la petite rivière de Cheuille. De par sa position à l'abri des eaux du fleuve, ce site a dû
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. (école nationale des Ponts-et-Chaussées Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail sur le port des Carte de la Loire, non datée (XVIIIe siècle), mentionnant le port des Loups. (archives nationales
  • Port dit port aux Charniers
    Port dit port aux Charniers Chécy - les Pâtures - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1815, la commune décide de créer un port sur la Loire pour que les habitants puissent se fournir en sable. Le port est alors affermé par la commune à des habitants qui perçoivent des droits de , cotterets, bourrées, tuiles, terre, sable). La dénomination "port aux Charniers" vient sans doute de la grande quantité d'échalas pour la vigne dits "charniers" transitant à cet endroit. A la demande du
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Carte de la Loire de Briare à Nantes dressée par l'ingénieur Coumes en 1848 et complétée par
  • Port dit port du Larry ou port de Saint-Denis
    Port dit port du Larry ou port de Saint-Denis Saint-Denis-de-l'Hôtel - rue du Port - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Les cartes de la Loire du XVIIIe siècle figurent à l'emplacement de ce port un aménagement maçonné de la berge et le cadastre de 1813 y mentionne un port et une rue du Port. Un premier garde-port est appellations ont coexisté dans les années 1820 et 1830. La nouvelle appellation de "port de Saint-Denis" est probablement liée à la réfection du port en 1822. En 1824, les marchandises déposées ici sont principalement des charniers, des lattes et des planches. En 1852, le port appartient à la commune et les , pierres ou moellons bruts. Il n'y a pas d'embarquement. La commune est autorisée à percevoir un droit de dépôt sur le port mais le produit est si faible qu'elle n'a pas mis à bail la perception de ce droit.
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Carte de la Loire, rive droite, XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 Extrait du cadastre napoléonien, 1813, détail. Mention du port et de la rue du port. (archives Projet d'un quai ou chemin de halage au bord de la Loire à Saint-Denis par l'ingénieur ordinaire Projet d'un quai au bord de la Loire à Saint-Denis avec proposition d'établir une arche pour passer Projet d'alignement des berges de la Loire au port de Saint-Denis, vers 1821, détail. (archives Plan du cours de la Loire par l'ingénieur en chef du Loiret Navarre, 1834, détail. (archives Plan du chemin de halage aux abords de la Grande Rue de Saint-Denis avec mention de la cale Plan de la traverse de Saint-Denis avec mention d'une cale de transbordement, par le conducteur
  • Port dit port Gallier
    Port dit port Gallier Poilly-lez-Gien - Port Gallier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port Gallier figure sur le cadastre napoléonien de 1825. La dénomination du lieu a évolué depuis
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port Gallier est situé sur la rive gauche vis à vis du bourg de Poilly-lez-Gien. Deux cales
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
  • Port dit port de Saint-Thibault
    Port dit port de Saint-Thibault Saint-Satur - Saint-Thibault - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de Saint-Thibault est établi près de la voie antique reliant Bourges Auxerre et Troyes via rives rongées par la Loire. Avant la fin du XVIIIe siècle, les cartes ne figurent pas d'ouvrage d'abordage sur le port. L'atlas de Trudaine signale seulement la présence d'un épi déflecteur et l'emplacement de l'abordage d'un bac. Le 15 mai 1784 Normand, l'ingénieur en chef des turcies et levées de la haute Loire, dresse un devis pour la réalisation d'un port au village de Saint-Thibault et d'une digue pour resserrer le lit de la Loire en aval du domaine de la Gargaude (située en amont de Saint-Thibault sur la commune de Ménétréol-sous-Sancerre). C'est l'entrepreneur Gabriel Beaucheton qui remporte escaliers en pierre dure et de 14 boucles de fer à fixer dans toute la longueur du port aux endroits indiqués par les mariniers. Normand prévoit de tirer les moellons nécessaires à la réalisation des travaux de la carrière de Bulcy (près de Mesves-sur-Loire) et de celle de Bannay. Un mémoire rédigé en
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, Ech. 1/200e. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121801093NUCA). Encre sur papier, 64 x 49 cm, détail. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121801098NUCA). d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf ). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
    Description :
    abreuvoir en long simple et de trois cales abreuvoirs simples (deux en amont de l'ouvrage d'art, la
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la direction du sieur Matthieu. Détail sur le port de Saint-Thibault Extrait de l'Atlas de Trudaine, carte de la généralité de Bourges, n° 18 : route de Paris à Bourbon Carte de la Loire au XVIIIe siècle. Détail sur le port de Saint-Thibault à Saint-Satur. (archives Plan général de la Loire à l'état d'étiage en 1834, revu par l'ingénieur Mutrécy-Maréchal le 9 juin Amélioration de la navigation de la Loire, plan général des îles à acquérir en amont du pont de Amélioration de la navigation de la Loire entre les ports de Pouilly et de Saint-Thibault, plan Rive gauche de la Loire, profils de la levée submersible au-dessous du domaine de la Gargaude, du quai de Saint-Thibault et de la levée insubmersiblme de Bannay, mai 1856. IVR24_20121801093NUCA Vue d'ensemble vers l'aval de la section du port située en amont du pont. IVR24_20121800790NUCA Vue d'ensemble vers l'amont de la section du port située en amont du pont. Vue prise depuis le pont
  • Port dit port de Pouilly
    Port dit port de Pouilly Pouilly-sur-Loire - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La présence d'un port sur la Loire à Pouilly remonte au moins au début du XIVe siècle puisqu'en en aval du port ont été, ou pas, réalisées durant la campagne de 1811-1813. Ces deux ouvrages figurent sur la carte de 1834 et sur le plan d'alignement dressé en 1845 pour fixer les alignements du quai de Pouilly. La troisième cale double (en amont) est construite plus tard, après 1859. Il semble que une lettre au préfet de la Nièvre dans lequel il rejette le projet de construire deux épis pour , une digue basse reliée à la levée Napoléon (rive gauche). On ne sait pas quels ont été les travaux finalement réalisés. Les vestiges d'un duit (?) dans le lit de la Loire vis à vis de la cale double amont du port correspondent probablement à un ouvrage destiné à rabattre les eaux du fleuve vers la rive droite années 1790, période durant laquelle une adjudication en cours a pour objet la construction d'un "ensemble en duits noyés dont l'objet est de rejeter la rivière sur Pouilly". Le port de Pouilly est le
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    . Par Biard (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800191NUCA). (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800193NUCA). la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800708NUCA).
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Extrait du plan de la seigneurie de Saint-Bouize, vers 1770. Mention du port de Pouilly côté rive Carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1852 complétée à l'encre rouge au début du XXe siècle. Détail sur Pouilly. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20125800193NUCA Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare, 19 avril 1859 , ingénieur ordinaire Biard. Détail sur Pouilly. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20125800191NUCA Carte de la Loire entre Pouilly et Couargues (les Vallées), 24 octobre 1898. Mention du passage du bac et de trois cales doubles. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800708NUCA
  • Port dit port de Saint-Dyé
    Port dit port de Saint-Dyé Saint-Dyé-sur-Loire - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La proximité (environ 5 kilomètres) entre la ville de Saint-Dyé-sur-Loire et le château de Chambord construit entre 1519 et 1547 a entrainé le développement du port à cette période. La plupart des matériaux nécessaires aux travaux (notamment la pierre de Bourré, la pierre d'Apremont, les ardoises de Trélazé ) transitaient en effet par Saint-Dyé, les routes terrestres étant peu nombreuses et la plupart du temps à terre et par eau, de Rouen au port de Saint-Dyé, 100 milliers de plomb destiné à la plomberie de fleuve en convoquant en 1529 l'ingénieur hydraulicien Pietro Caccia pour savoir « la manière qu'il était besoing () pour faire passer () partye de la rivière de Loyre par ledict lieu de Chambord ». En 1750, un arrêt du Conseil d'Etat maintient les chanoines de Saint-Sauveur de Blois dans la propriété de la moitié du port et passage sur la Loire de Saint-Dyé, l'autre moitié appartenant au prieur de Saint-Dyé. La débarquement des approvisionnements de la subsistance de son régiment de cavalerie légère qui se trouve à
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Saint-Dyé, situé sur la rive gauche de la Loire et en face du bourg, mesure un peu plus ) et d'une petite cale abreuvoir double à tablier bas. Le port est déconnecté de la Loire pendant la
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan de la Loire au XVIIIe siècle. Détail sur le bourg de Saint-Dyé. Mentions de petits accès au Extrait de l'Atlas de Trudaine, entre 1745 et 1780. Mention d'une cale en amont de la ville de Carte du tracé de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Lemière, 1835. Etude relative à l'amélioration de la navigation sur le fleuve. Détail. (archives nationales, CP F 14 100 66/1, pièce 3 Atlas de la Loire depuis son embouchure à la mer jusqu'au canal d'Orléans à Combleux, 1843, par Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail. (archives Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Delaitre en Prolongement du chemin de halage le long de la Loire pour relier le quai de Saint-Dyé à la levée Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail sur la ville de Saint-Dyé. (archives Plan du quai et de la rampe projetés à Saint-Dyé en 1860. (archives nationales, F 14 6629
  • Port dit port refuge ou gare d'eau de l'embouchure de l'Indre
    Port dit port refuge ou gare d'eau de l'embouchure de l'Indre Avoine - le Néman - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1819, l'ingénieur en chef Cormier estime que la gare d'eau de l'embouchure de l'Indre sauve annuellement un assez grand nombre de bateaux qui naviguent sur la Loire. Il souligne l'accès facile à cette , profondeur de deux mètres à l'étiage. Enfin, il évoque la nécessité de détruire un banc de sable qui empêche le passage des bateaux. Selon lui, après ces travaux, la gare pourrait accueillir 130 bateaux . Mentionnée de nouveau en 1835-1836 et en 1843, la gare d'eau est encore utilisée en 1873. Un arrêté préfectoral daté du 5 mars 1874 précise que le bras de la Loire compris entre l'île des Buteaux et la rive
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port refuge était situé entre la rive gauche du fleuve et l'île des Buteaux, près de l'embouchure de la rivière de l'Indre.
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de la Chapelle-sur-Loire, 1831. (archives départementales d'Indre Extrait de la carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île des Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île des Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île de Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île de Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île de
  • Port dit port refuge du Bec du Cher
    Port dit port refuge du Bec du Cher Villandry - Bec du Cher - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    plutôt à un petit cours d'eau dit "ruisseau des Bois" (carte de la Loire du milieu du XIXe siècle) ou fossé Sainte-Anne (carte IGN) qui débouche dans le Cher à la confluence du Cher et de la Loire refuge pour les bateaux qui fréquentent la Loire. L'idée est également reprise en 1821 dans un courrier réalisés pour faciliter la mise à l'abri des bateaux. On peut penser que la rivière Cher a, quoi qu'il en
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port refuge du Bec du Cher était situé près de l'embouchure de la rivière du Cher.
    Illustration :
    Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe
  • Port dit port refuge de l'Aubois
    Port dit port refuge de l'Aubois Marseilles-lès-Aubigny - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    A Marseilles-les-Aubigny, la rivière de l'Aubois débouche dans le fleuve perpendiculairement. Elle servait autrefois d'abri pour les bateaux lors des débâcles et des crues. La carte de la Loire levée en étaient alors aménagés (présence d'épis). En 1820 l'ingénieur ordinaire Dumas fait observer que la existant. L'entrée de la gare doit être resserrée par deux musoirs demi coniques pour empêcher les glaces 1820 par le Conseil général des ponts-et-Chaussées mais en 1821, à la demande du même Conseil, il est décidé de ne réaliser qu'un seul des deux bassins (celui qui communique avec la Loire). Le nouveau projet réalisés, peut-être en raison du début des travaux du canal latéral à la Loire en 1822. Le plan Grenier la construction du pont-canal franchissant l'Aubois.
    Hydrographies :
    la) ; Aubois Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Description :
    à l'embouchure de la rivière de l'Aubois.
    Illustration :
    Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller , 1851. Détail sur Marseilles-les-Aubigny. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800733NUCA