Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port des Bordes
    Port dit port des Bordes Courbouzon - les Bordes - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    , de 1812 et de 1834. La première mention d'ouvrages d'abordage à cet endroit date de 1812 : il s'agit importants soient réalisés en 1818 au port des Bordes. C'est ce que laisse supposer la mention à cette date de la construction d'un port "aux frais du Trésor". En 1857, le port des Bordes est cité parmi les 16
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : pas d'ouvrage repéré à cet endroit.
    Description :
    et ne sont plus en connexion avec le fleuve en raison des ensablements importants à cet endroit. La maison dite du Port existe encore et des escaliers dissimulés en partie sous la végétation sont également
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Cours de la Loire au XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, CP F 14 10066/3/dossier 3 Plan du cours de la Loire dans l'étendue du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812, par l'ingénieur Cabaille. Détail avec mention de la maison du Port au lieudit les Bordes. (archives nationales, F Plan du cours de la Loire dans le département du Loir-et-Cher, 15 mars 1834. Détail sur Courbouzon et Muides et mention de la maison du Port au lieudit les Bordes. (archives nationales, F 14 6628 Plan de la Loire à Muides et Courbouzon par l'ingénieur ordinaire, 5 juillet 1845. Détail sur les Plan de la Loire à Muides et Courbouzon par l'ingénieur ordinaire, 27 décembre 1855. Mention de Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail sur le lieudit les Bordes et mention de la Loire reliant Courbouzon et Muides-sur-Loire). (collection particulière). IVR24_20104100831NUCAB pont sur la Loire). IVR24_20104100832NUCA
  • Port dit port du Cavereau
    Port dit port du Cavereau Saint-Laurent-Nouan - le Cavereau - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1818, l'ingénieur ordinaire constate que la Loire fait un coude au hameau du Cavereau et que la ) et des bancs de sable se forment sur la rive opposée. Les riverains demandent qu'un perré soit réalisé pour protéger la rive sur 425 mètres de long. On observe en outre que des bois de marine et autres équipé de trois cales mais en 1822, on propose de diminuer la dépense : le nombre de rampe est réduit à tarif pour les dépôts de marchandises : gratuit la première journée puis 0,15 F par m² de terrain occupé . Le port du Cavereau est affermé par la ville de 1836 à 1895. Un règlement de police du port du Cavereau est projeté en 1905. Le texte précise que la commune est autorisée à percevoir des redevances pour 6 mètres de large le long du fleuve est réservée au halage et à la circulation, Une deuxième bande , parallèle à la première, est destinée au dépôt des marchandises. En 1860, le port mesure 415 m de long sur
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Situé sur la rive gauche, le port du Cavereau est équipé de trois cales abreuvoirs simples. Il
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Plan de la Loire aux abords du Cavereau, 6 juin 1818, par l'ingénieur en chef du département du Extrait de la carte de la Loire de Coumes complétée par l'ingénieur ordinaire Jollois, 4 avril 1868 Extrait de la carte de la Loire de Coumes complétée par l'ingénieur ordinaire Jollois, 4 avril 1868
  • Port dit port de Saint-Dyé
    Port dit port de Saint-Dyé Saint-Dyé-sur-Loire - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La proximité (environ 5 kilomètres) entre la ville de Saint-Dyé-sur-Loire et le château de Chambord construit entre 1519 et 1547 a entrainé le développement du port à cette période. La plupart des matériaux nécessaires aux travaux (notamment la pierre de Bourré, la pierre d'Apremont, les ardoises de Trélazé ) transitaient en effet par Saint-Dyé, les routes terrestres étant peu nombreuses et la plupart du temps à terre et par eau, de Rouen au port de Saint-Dyé, 100 milliers de plomb destiné à la plomberie de fleuve en convoquant en 1529 l'ingénieur hydraulicien Pietro Caccia pour savoir « la manière qu'il était besoing () pour faire passer () partye de la rivière de Loyre par ledict lieu de Chambord ». En 1750, un arrêt du Conseil d'Etat maintient les chanoines de Saint-Sauveur de Blois dans la propriété de la moitié du port et passage sur la Loire de Saint-Dyé, l'autre moitié appartenant au prieur de Saint-Dyé. La débarquement des approvisionnements de la subsistance de son régiment de cavalerie légère qui se trouve à
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Saint-Dyé, situé sur la rive gauche de la Loire et en face du bourg, mesure un peu plus ) et d'une petite cale abreuvoir double à tablier bas. Le port est déconnecté de la Loire pendant la
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan de la Loire au XVIIIe siècle. Détail sur le bourg de Saint-Dyé. Mentions de petits accès au Extrait de l'Atlas de Trudaine, entre 1745 et 1780. Mention d'une cale en amont de la ville de Carte du tracé de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Lemière, 1835. Etude relative à l'amélioration de la navigation sur le fleuve. Détail. (archives nationales, CP F 14 100 66/1, pièce 3 Atlas de la Loire depuis son embouchure à la mer jusqu'au canal d'Orléans à Combleux, 1843, par Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail. (archives Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Delaitre en Prolongement du chemin de halage le long de la Loire pour relier le quai de Saint-Dyé à la levée Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail sur la ville de Saint-Dyé. (archives Plan du quai et de la rampe projetés à Saint-Dyé en 1860. (archives nationales, F 14 6629
  • Port dit port refuge du Vivier
    Port dit port refuge du Vivier Cour-sur-Loire - le Vivier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le lit de la Tronne semble avoir été utilisé très tôt par la navigation : en 1516, un texte mentionne sur cette rivière un "port de Nuzaye" près du pont de Fleury (actuellement lieudit "la Nuzée" à loin du bourg de Suèvres, confirme cet usage. L'utilisation de l'embouchure de la Tronne comme refuge d'améliorer la gare depuis son embouchure jusqu'au lieu appelé "le grand port" par l'arrachage des arbres et état descriptif de la dépense est rédigé l'année suivante par l'ingénieur Cabaille qui propose de l'ingénieur Duffaud : il propose de créer une gare de 20 mètres de large entre le pont de Fleury et la Loire , moins ambitieux, est approuvé en 1842 et réalisé en 1844-1845 par l'Etat. Le lit de la Tronne est alors . Le 10 novembre 1845, un règlement de police est mis en place pour organiser le stationnent et la circulation des bateaux dans la gare : ceux-ci doivent notamment se ranger le long de la rive droite, sur deux files et suivant leur ordre d'arrivée. La rive gauche est réservée au halage. La gare a, semble-t-il
    Hydrographies :
    la) ; Tronne Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n
    Description :
    Le port refuge du Vivier est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Tronne (à environ 9 kilomètres en amont de Blois). L'embouchure de la rivière a tendance à se déplacer vers l'aval
    Illustration :
    Cours de la Loire au XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, CP F 14 100 66/3, pièce 3 Extrait de la carte de Trudaine, entre 1745 et 1780. (archives nationales, CP F 14 bis 8493 Plan du cours de la Loire dans le Loir-et-Cher, 15 mars 1834. Détail. (archives nationales, F 14 Plan de la gare du Vivier par l'ingénieur Delaitre, 13 août 1852. (archives départementales du Loir Plan de la gare du Vivier, 8 janvier 1881, par l'ingénieur ordinaire Heude. (archives Plan de la gare du Vivier par l'ingénieur ordinaire Humbert, 19 février 1886. (archives L'embouchure de la Tronne au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie La rivière de la Tronne au Vivier au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la La rivière de la Tronne au Vivier au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la Embouchure de la Tronne, vers 1900. Carte postale ancienne. (archives départementales du Loir-et
1